Partagez | 
 

 An 0. D'un royaume à un empire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Reine de France
✦ Pouvoir: Vieillissement accéléré
✦ Bric à brac:
MessageSujet: An 0. D'un royaume à un empire   Jeu 26 Juin - 23:40
Trois mois. Cela faisait trois mois que la reine de France s'était éveillée, et tout son royaume avec elle. On ne se remettait pas d'un siècle de sommeil du jour au lendemain d'un claquement de doigts. Les jardiniers devaient rivaliser d'idées pour pouvoir détruire ce qui restait des ronces qui avaient envahi tout le pays, et l'avait enfermé, éloignant tout visiteur indésirable. Même mortes, les maudites plantes demeuraient accrochées comme si elles n'avaient pas finir leur travail.

Cent ans passés à dormir vous empêchaient de retomber dans l'oisiveté. Ronce était une véritable pile électrique ; à l'inverse de son cadet qui se remettait plus difficilement de cette longue sieste forcée. Elle ne dormait que le strict minimum, se levant aux aurores et se couchant au crépuscule. Il lui fallait bouger, agir. En un mot : vivre.

Retroussant les manches, relevant ses jupons en les attachant sur le côté, la reine participait à la reconstruction du pays. Du moins à l'échelle du palais pour le moment. Il fallait envoyer des messagers hors des frontières pour voir où en était le monde, ôter une poussière vieille d'un siècle, rassurer les habitants qui ne devaient plus comprendre ce qui leur arrivait. Sans compter ceux qui voulaient voir la reine pour lui demander ce qu'elle allait faire.

Ronce fuyait, pour un temps, cette troupe de courtisans en allant prêter main-forte aux domestiques. Ceux-ci avaient beau rétorquer que ce n'était pas là la tache d'une reine, Ronce n'en faisait qu'à sa tête. Des tâches simples comme rempoter des plantes, transporter des seaux d'eau ou de la nourriture pour la cuisine lui permettaient de se changer les idées. Et elle se sentait plus utile ainsi qu'en restant derrière un bureau à attendre des nouvelles de l'extérieur.

Les mains rougies à force de transporter des boites, les jupons relevés, les mèches de cheveux mouillées par la sueur, Ronce avait davantage l'apparence d'une domestique que d'une reine. Mais quand on vint lui annoncer un visiteur, elle retrouva instantanément son port altier et se rendit à la cour qui servait d'entrée au palais.

Un équipage d'une vingtaine de personnes attendait là, escorte menée par un homme qui la regardait de haut depuis son cheval. Un puissant étalon noir comme la nuit. Ronce n'osa pas approcher le cheval ; elle avait bien peur que, ne la connaissant pas, il se mette à ruer et ne lui donne un coup de sabot malencontreux. Prenant un mouchoir tendu par un domestique, Ronce essuya ses mains.

— Monsieur, je n'attendais pas votre visite...

Ses yeux balayèrent l'escorte, cherchant un quelconque indice concernant l'identité de l'homme. Était-ce un duc ? Un comte ? Un lointain parent ? Ronce avait du lire tant de lettres, et avait été si absorbé dans son nouveau rôle de reine, qu'elle avait complètement oublié que l'empereur d'Autriche-Hongrie avait annoncé sa visite. Et ce depuis plus d'une semaine.

— Je... Voulez-vous entrer vous désaltérer ?

Elle aurait du demander à ce qu'on lui amène un portrait de chaque dirigeant d'Europe. Cela lui aurait évité de rester ainsi, dans l'attente que l'homme laisse un quelconque indice concernant son identité.


♔ Reine de France ♔

© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Ven 27 Juin - 15:19
Friederich Franz n'avait jamais connu la France. Il y a un siècle, à l'époque des Lumières, le pays avait une réputation plutôt alléchante. Mais ce petit pays avait sombré légèrement dans l'oubli du, à ce qu'on racontait à causse d'un maléfice qui avait touché la jeune et unique fille du roi.

Mais cela allait pouvoir changer. On lui avait rapporté la nouvelle que le Royaume de France s’était réveillé, et que le souverain allait remettre le pays dans le droit chemin. Mais un retard de cent ans, ce n'était pas rien pensa t-il. Friederich Franz s’était renseigné sur les relations entre l'ancien empire d’Autriche et le royaume de France. Ils avaient quelques accords en commun, dont certains qui disaient qu'il devait aider le royaume de France en cas d'attaque sur leur territoire. Mais l'empereur n'aimait pas trop cela. Le pays était faible avec un retard considérable sur les pays voisins. Si jamais ces derniers voulaient agrandir leur influence c’était le meilleur moment pour attaquer, et l'empereur ne voulait pas perdre des hommes pour rien.

Il envoya donc une missive par un messager, qui possédait des bottes de sept lieues. Il lui ordonna de ramener ce pli au dirigeant du royaume de France, et de revenir avec une réponse.

Une semaine était passée quand le messager de l'empereur était de retour avec une lettre de la royauté française. Après lecture du document il le trouva simpliste et formel, loin de la réputation des belles lettres écrites dont il avait entendu parler. Mais le royaume était encore en plein bouleversement, il n'en tenu donc pas rigueur.

La date de l'entretien avec le Royaume de France était arrivée. Il avait fait le voyage sur son Nonius hongrois; une bête magnifique et imposante, au poil noir et soyeux. Il avait traversé la Suisse, pour enfin arriver aux frontières du Royaume de France.

La première impression fut loin d’être bonne. Certes on pouvait désormais entrer dans le royaume, mais il y avait toujours des ronces noires et fanées partout. Le paysage n’était pas très agréable... Mais bref il préférait se hâter en direction du château, en espèrent que l'accueil serait lui, au moins, à la hauteur de ce qu'il attendait du Royaume de France.

Lui et sa garde rapprochée, ainsi que son grand conseiller, arrivaient au portail du château. L'empereur, sur son Nonius hongrois, regardait de haut les gardes qui se demandaient qui venait au château. Friederich leva la main et aussitôt le haut conseiller passa devant lui et montra au garde la simple lettre qu'on lui avait fait parvenir.

Les gardes ouvrirent la porte sans discuter. La troupe avança jusqu’à voir devant eux une femme débraillée, pleine de terre, les jupons relevés. Que lui voulait cette domestique ? Même les domestiques de son château étaient mieux habillés qu'elle.

— Monsieur, je n'attendais pas votre visite... Je... Voulez-vous entrer vous désaltérer ?

Friederich Franz lui laissa à peine le temps de finir sa phrase qu'il rétorqua aussi sec :

— Vous n'attendiez pas notre visite, comment cela ? L’empereur considérait cela comme un affront sur le moment. Nous sommes l'empereur Austro-hongrois Friederich Franz Edelestein. Nous avons un entretien avec le dirigeant du royaume de France ! Veuillez annoncer ma présence immédiatement.

Du haut de son cheval on pouvait voir que Friederich Franz commençait déjà à être agacé. Il n'avait pas fait tout ce chemin éreintant pour qu'on se moque ainsi de sa noble personne.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 


Dernière édition par Friedrich Franz Edelstein le Dim 29 Juin - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Reine de France
✦ Pouvoir: Vieillissement accéléré
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Ven 27 Juin - 16:45
Un ange passa. Ronce regarda le domestique demeuré à ses côtés, le domestique la regarda à son tour. Dans leurs deux regards se lisait la même chose qui pouvait se résumer à un « Oh zut ». Chance, ou non, l'empereur ne l'avait pas reconnu comme étant la reine. Vu sa tenue, normal qu'il y ait confusion. Ronce afficha un sourire crispé tandis qu'elle saluait son invité.

— Mais bien entendu. Je m'en vais lui porter la nouvelle immédiatement. Pendant ce temps, mon... collègue va vous mener au sein du palais.

Tournant dos à l'empereur, Ronce chuchota quelques ordres rapides dans l'oreille du domestique avant de s'engouffrer dans le palais. Et de courir à travers les couloirs, grimper l'escalier quatre à quatre pour ouvrir les portes de sa chambre en hurlant : « Il faut me changer ! L'empereur d'Autriche-Hongrie est là ! » Toutes les domestiques de sexe féminin qui se trouvaient dans les environs se ruèrent pour vaincre le record du monde niveau rapidité du habillage-décrassage-déshabillage de reine. En moins d'une demi-heure, Ronce se retrouva habillée de frais, coiffée et pomponnée.

Il lui fallut quelques minutes de plus pour rejoindre la pièce où son invité se trouvait. Ronce avait décidé d'adopter pour le Grand Cabinet, une pièce prestigieuse où elle recevait les invités de marque. Le décor au plafond représentait Mercure répandant les arts et les sciences sur le monde. Comme bien des pièces de Versailles les dorures, tableaux et miroirs étaient présents sur les murs. Un piano était aussi présent dans la pièce afin de distraire la reine et ses invités s'ils le souhaitaient.

Inspirant un grand coup pour se donner du courage, Ronce entra. L'empereur lui tournait le dos, face au piano. Ronce s'avança mais il ne semblait pas l'entendre, trop occupé par quelque chose. Il semblait observer suspendu au-dessus du piano. Un portrait de Ronce lorsqu'elle était encore princesse, avec quelques années en moins.

— Vous appréciez le portrait ? Il me semble que l'artiste est encore en vie si jamais vous vouliez lui commander un tableau.

Sa voix sembla parvenir jusqu'à l'empereur. Ronce le salua d'une révérence.

— Veuillez m'excuser pour l'attente, votre Majesté Impériale. Sa Majesté la reine de France vous salue.

Ronce décela dans le regard de l'empereur comme un trouble. Avait-elle commis une bévue ?


♔ Reine de France ♔

© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.


Dernière édition par Reine Ronce le Mer 6 Mai - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Sam 28 Juin - 1:03
La personne, que Friederich Franz prenait pour une paysanne, disait aller chercher le dirigeant du royaume. Et en plus sa noble personne devait ENCORE attendre.

Le valet leur demanda de les suivre vers le Grand Cabinet. L'empereur soupira ouvertement, puis descendit de cheval. Avant de confier les rênes à un écuyer il caressa la crinière de ce dernier.

— Nous désirons que l'on donne le meilleur avoine à mon cheval.

S'exclama-t-il, avant de suivre le valet dans un mouvement de cape impériale. Suivi de son haut conseiller qui avait l'air crispé. Il devait sentir que l'empereur était exaspéré par la situation actuelle.

On le conduisit dans une grande salle pleine d'art, mais sans personne à l'intérieur. Le valet lui pria de bien vouloir patienter quelques instants.

Friederich Franz allait protester contre ce manque de bon sens et de respect envers sa personne quand il vit au fond de la salle un piano. Dans le plus grand silence il pressa le pas vers l'objet en question, et ouvrit le socle. Le piano n'avait pas l'air en mauvais état. Certes il était vieux mais après tout il aimait les pianos quels que soient les modèles.

Se plaçant devant le piano il ferma les yeux et se mit à vouloir jouer du Schubert. Mais à peine avait-il fait quelques notes que le son horrible du piano désaccordé le fit taper du poing contre ce dernier.

Osé le placer dans la même salle qu'un piano désaccordé ! Décidément ce royaume était bien loin de sa réputation. Il plaça sa main crispée sur la moitié droite de son visage et soupira un grand coup pour se détendre. Il fallait se concentrer sur autre chose. Après tout il y avait plusieurs choses dans cette salle, mais il ne pouvais pas décoller le pied de ce pauvre piano.

Le plafond était pas si mal dans le genre. Une belle représentation légèrement dépassée dans le style, mais elle pourrait bien être dans son musée. Mais à bien regarder que ça soit les tableaux, le style architectural, tout était dépasser. On voyait bien le royaume perdu de cent ans.

Mais un tableau assez connu d'un célèbre peintre attira son attention. Il le regarda quelques longues minutes tout en buvant le café qu'on lui avait fait parvenir dans le Grand Cabinet. Il leva la main en direction de son haut conseiller Ronove.

— Ronove ! Décrochez-moi cette toile, nous allons la prendre en compensation à cette interminable attente !

Le pauvre conseiller savait qu'il allait encore faire des siennes mais n'eut pas d'autre choix que d'obéir. Friederich Franz aperçut enfin un tableau où il était noté en bas sur un petit écriteau "Princesse de France". Étrangement, le portrait lui disait quelque chose.

— Vous appréciez le portrait ? Il me semble que l'artiste est encore en vie si jamais vous vouliez lui commander un tableau. Veuillez m'excuser pour l'attente, Monsieur Edelstein. Sa Majesté la reine de France vous salue.

Friederich Franz n'osait comprendre ce qu'il en déduisait. La personne qu'il avait prit pour une servante était en réalité la princesse Ronce. Mais ce qui le frappa le plus c'était qu'elle avait le titre de REINE de France!

Comment cela une femme gouvernait un royaume ? C’était une anomalie !

Sa main tremblait contre son visage. mais il respira un grand coup.

— L'attente n'est rien comparée au fait que nous réalisons que vous êtes la personne qui est venue à notre rencontre il y a peu. Apparemment vous avez oublié notre venue... Comment devrions-nous prendre cela dites-moi. Nous qui sommes venu voir comment se portait votre royaume avec un présent, alliant technologie et magie, pour vous montrer ce dont était capable notre époque... Enfin passons vous êtes déjà plus présentable, c'est déjà cela.

L'empereur regarde de la tête aux pieds la dite-reine de France. Elle était plutôt une belle femme. Il eut une brève pensée à se demander si elle pourrait pondre un héritier convenable. Une chose le choquait : c’était ce décolleté trop présent qui le mettait quelque peu mal à l'aise. Une femme ne devrait pas être si peu vêtue à ce niveau là de son anatomie.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Reine de France
✦ Pouvoir: Vieillissement accéléré
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Sam 28 Juin - 17:56
Elle avait mal joué sur ce coup. Très mal joué. Mais était-ce sa faute si elle avait tant de tâches à mener, qu'elle ne savait plus où donner de la tête ? Et que sa mémoire était criblée de trous ? Oui probablement. Malgré tout ce qu'elle dut essuyer de reproches, Ronce demeura avec un sourire crispé. Mais un sourire quand même. Elle avait l'impression que ses zygomatiques allaient connaître une crampe à tant forcer pour conserver un visage aimable.

— Je m'excuse. Tout est de ma faute. Je me doute bien que ma jeunesse n'est pas une excuse. Je puis vous dédommager si vous le souhait...

Le regard de Ronce accrocha ce qui se trouvait aux pieds du conseiller de l'empereur. Le cadre doré brillait sous un rai de soleil. La reine approcha de quelques pas, baissa davantage son regard.

— Mais c'est un de mes tableaux. Enfin celui qui se trouvait ici, elle pointa du regard l'endroit où le tableau était suspendu il y a quelques minutes. Comment se fait-il qu'il se trouve là ?

Le conseiller ne lui répondit pas, esquissant simplement un sourire forcé. Ronce se retourna d'un bloc vers l'empereur et croisa les bras.

— Cela vous arrive souvent d'emprunter les tableaux des autres ? Je sais que votre empire apprécie l'art, mais je ne pensais pas que vous l'alimentiez via des vols.

Fini la politesse. Ronce était vexée par le comportement de l'homme. Qui la reprenne comme une gamine en faute passe encore. Après tout elle était dans l'erreur et n'avait pas assuré sur ce coup-là. Mais qu'il profite de son statut d'invité pour la voler, ça elle le prenait mal. Très mal. Ronce avait son petit orgueil et elle n'appréciait guère qu'on la prenne pour une idiote. Tout ça simplement parce qu'elle était encore novice en tant que reine. Même avec une bonne éducation, porter une couronne n'était pas chose facile.

— Remettez ce tableau à sa place, ordonna-t-elle au conseiller sans même le regarder.

Elle ne lâchait pas l'empereur des yeux. Elle s'avança même vers lui, jusqu'à se trouver sous son nez. Elle put apprécier, à son grand désarroi, leur différence de taille. Elle devait lever la tête pour pouvoir le regarder les yeux dans les yeux.

— Je puis oublier cette affaire. Après tout ce n'est qu'un vulgaire incident. Si nous discutions autour d'une tasse de café ?

Ravaler son orgueil était toujours rude. Mais Ronce savait qu'elle était en position de faiblesse ; l'empire d'Autriche-Hongrie ne ferait qu'une bouchée du royaume de France.


♔ Reine de France ♔

© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Dim 29 Juin - 13:05

Friedrich Franz observa la dite Reine de France qui s’excusait jusqu’à voir le tableau auprès de son conseiller. Elle se figea. L’expression qu'elle montrait, entre colère et insubordination, plaisait à l’empereur. La dite Reine s’était approchée, sûrement pour tenter d'impressionner Friedrich Franz. Mais avec sa tête de moins c’était plus risible qu'autre chose, du point de vue de l'empereur, qui leva la tête tout en la regardant du coin de l’œil .

Friedrich eu un rictus qui se dessina sur son visage. Certes il allait prendre le tableau sous prétexte d'un dédommagement, mais cette petit gourgandine avait cent ans de retard pour s'attaquer si ouvertement à l'empereur. Il dévisagea la Reine de France pour l'intimider. .Elle avait beau avoir plus de cent ans il s’apercevait qu'elle ne restait qu'un bambin psychologiquement à côté de lui.

— Passer cette affaire dites-vous ? Alors que vous OSEZ insinuer, que notre merveilleuse galerie d'art a été constituée de vols. Et donc insinuer que nous ne sommes rien d'autre qu'un simple voleur ? Non mais de quel droit vous permettez-vous cela, Fräulein ! Ronove décrochait juste ce tableau pour que nous puissions l'admirer alors que nous restons près de ce piano NON ACCORDE !

Friedrich Franz savait comment intimider les gens. Surtout qu'avec les femmes il suffisait souvent de hausser la voix et d'accompagner le tout d'une gestuelle adéquate.

— Oser clamer de telles diffamations alors que nous nous apprêtions à reconnaître que vous aviez de bons artistes dans votre royaume et vous nous discréditer de la sorte!

Après avoir dit tout cela à la Reine de France il claqua du poing sur les notes grave du piano qui produisit un son horrible. Le regard froid et hautain, il dévisagea Ronce. Son conseiller, derrière la Reine de France, tentait bien de calmer le jeu à l'aide de quelques gestes. Mais cela ne servait plus à rien, l'empereur l'ignorait totalement,

Il fallait avouer que ce n’était pas la première fois qu'il s'emparait d'une œuvre d'art de cette façon. Mais on ne lui avait jamais parlé de la sorte. Sûrement que les autres considéraient cela comme un honneur d’être choisis pour être dans la galerie de l'empire de l'art, ou peut-être tout simplement ils étaient trop terrifiés pour objecter.

Mais cette enfant avait osé lui faire cet affront. Qui plus est une femme osait lui parler de la sorte. C'est peut-être cela que son égo surdimensionné n'avait pas accepté. Depuis quand une femme avait le droit de s’adresser à lui de la sorte ? Dans son empire aucune femme, mise à part peut-être sa défunte gouvernante, n'aurait oser lui clamer haut et fort une chose pareille.


—Vous parlez d'oublier cet incident, mais comment pourrions-nous passer cet affront ? Nous ne voyons pas vraiment comment nous pourrions, enfin comment VOUS pourriez nous faire oublier ces paroles diffamantes.( L'empereur eut à nouveau un petit rictus et clama à la Reine.) Peut être que si ce tableau finissait vraiment dans notre galerie, nous pourrions aller enfin discuter de choses moins futiles, et arrêter de perdre du temps, pour passer au sujet principal de cette venue !


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Reine de France
✦ Pouvoir: Vieillissement accéléré
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Dim 29 Juin - 20:09
Ce n'était pas sa journée. Pas du tout même. Chaque mot de l'empereur la frappait avec dureté. Implacable. On l'aurait frappé avec une règle de fer sur le bout des doigts qu'elle aurait ressenti la même chose : la honte. Ronce croisa ses mains dans son dos, se mordit l'intérieur des joues pour ne pas flancher. Ne pas pleurer. Rester digne même dans la défaite.

Peut-être s'était-elle trompée. Ou l'empereur ne voulait pas avouer sa faute. Mais dans ce rapport de force, elle ne pouvait que baisser la tête et abdiquer. Si cet incident parvenait à une guerre, la France passerait du statut de royaume à celui de simple province austro-hongroise.

Les poings serrés, Ronce releva la tête. Le regard de l'empereur la figea sur place mais ne l'empêcha pas de parler.

— Bien. Je vous concède ce tableau. Je sais que vous le traiterez avec toute la dignité qu'il mérite.

Cela brisait son orgueil de femme. Sa dignité de reine. Mais troquer un tableau contre une relative paix entre deux pays, ce n'était pas si cher payé. Sentant que l'abcès était éclaté, Ronce réitéra son invitation à prendre un café en commun. Un domestique, caché depuis le début de l'entrevue dans un coin de la salle, jouant si bien les meubles qu'il semblait transparent, vint les servir.

Ronce laissa l'empereur prendre place en premier sur la chaise avant de s'asseoir à son tour. Ses mains posées sur ses genoux tremblaient inconsciemment. La faute à tout le stress accumulé, à ses nerfs qui étaient malmenés par l'empereur comme une pelote de laine par un chat.

— Je tiens à m'excuser aussi pour le piano. Je veillerais à ce qu'il soit accordé la prochaine fois. Je veux tant faire pour mon pays, tant œuvrer que j'en oublie parfois... l'essentiel.

Autant brosser l'empereur dans le sens du poil pour se rattraper.

Ronce regarda le café et les biscuits sans oser même les toucher. Son ventre était trop noué par l'angoisse et l'appréhension. Mieux valait éviter de se retrouver nauséeuse et de vomir sur l'empereur.

— De ce que je me souviens de notre échange, vous vouliez me voir au sujet des anciens traités qui lient nos deux pays, c'est bien cela ?


♔ Reine de France ♔

© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Lun 30 Juin - 16:34
L'empereur avait finit par avoir ce qu'il voulait, comme souvent au grand dam de son interlocutrice et de son conseiller. La Reine de France lui proposa de passer à table avec une collation qu'un domestique leur apporta. Elle avait aussi promis de faire accorder ce pauvre piano. Il ne manquerait certainement pas de venir vérifier cela à sa prochaine visite.

Alors que le domestique de la Reine leur servait un café, dans des tasse de porcelaine peintes de roses rouges. Ce n’était point la plus belle argenterie qu'il avait vu mais ce n'était pas de si mauvais goût, et il accepta de boire là-dedans. Friederich Franz fit signe à son conseiller d’approcher et lui murmura quelque mots à l'oreille. Le conseiller se retira aussitôt avec leur nouveau tableau et sortit de la salle. L'empereur pouvait voir la Reine tendue. Pas besoin d’être devin pour le comprendre. Le visage crispé de cette dernière était plus éloquent que les mots. L'empereur sortit son bras de sa cape d'un geste théâtral et prit la tasse pour y déguster une petite lampée du nectar noirâtre. Puis il reposa la tasse et croisa les bras.

— Vous ne buvez pas ? Il n'est pas si mauvais que cela pourtant.

Par contre les petit gâteaux l'empereur ne préférait pas y goûter et préférât plutôt commencer à entrer dans le vif du sujet, vu que la Reine de France en avait toucher un mot. Il lui adressa la parole en la regardant droit dans les yeux.

— Donc l'accord entre nos pays nous dérange quelque peu. Nous ne voulons pas rompre un traité qui a été conclu à votre époque, ou plutôt à celle de votre géniteur. Mais vous avez accumulé un grand retard avec votre sommeil. Actuellement si un royaume, voire même un empire vous attaque, dans l'état actuel des choses vous mourrez rapidement.

L'empereur reprit une lampée de café et fit signe qu'on lui remplisse sa tasse.

—Sachez que nous-même cette perspective nous a effleuré l’esprit mais que, par respect avec notre grand-père qui avait conclu ce traité, nous avons mis cela de côté pour venir vous rencontrer. Nous ne somme pas contre de vous soutenir en cas de crise, ou même de vous aider en cas de guerre. Les pertes pourraient être lourdes, pour l'empire Austro-hongrois. Surtout que pour nous, nous ne voyons pas ce que cette alliance nous rapporterait à l'heure actuelle.

Le conseiller de l'empereur, ainsi que deux homme de ce dernier, se firent annoncer par un domestique qui était devant la porte. Ils avaient amené avec eux un objet couvert d'un drap blanc en soie, orné d'un contour fin et élégant doré. Ils le posèrent à côté des deux souverains.

L'empereur se leva et plaça d'un geste brusque sa cape dans son dos. Il se tourna vers Ronce.

— Voici un simple présent, pour vous. Cela pourra peut-être vous donner une idée de ce que les scientifiques de techno-magie peuvent créer de nos jours.

Le conseiller retira le drap de soie pour laisser apparaître un grand miroir. Il était rectangulaire, travaillé dans l'or blanc. De fins traits parcouraient le pourtour, travaillé sur deux épaisseurs différentes. En haut on pouvait y voir un symbole rappelant une couronne.

— Ceci est un miroir magique. Il peut vous permettre de communiquer avec d'autres personnes qui ont le même type de miroir magique. Nous vous faisons dont de ce modeste miroir.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Reine de France
✦ Pouvoir: Vieillissement accéléré
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Lun 30 Juin - 19:16
Ronce avait ouvert de grands yeux quand l'empereur annonça qu'il lui offrait un présent. Elle n'avait rien prévu à lui offrir ! Ronce se rappela alors du tableau cédé quelques instants plus tôt. Au final l'empereur avait eu son présent. Même si elle le trouvait bien moins prestigieux que le miroir qui lui faisait face.

Ronce s'en approcha, émerveillée. Elle posa son doigt sur la surface polie et constata qu'elle n'avait rien d'extraordinaire. Elle qui pensait que son doigt s'enfoncerait dans quelque chose. Inspectant le miroir sous toutes les coutures, Ronce décela des mécanismes sur le côté. Des petites roues à tourner, probablement pour régler le miroir.

— C'est... fabuleux. Je vous remercie vivement pour ce cadeau !

Ronce s'inclina profondément devant l'empereur. Juste le temps de quelques secondes avant de repartir inspecter le miroir et jouer avec les roues. Elle trouva ainsi une qui permettait de régler la luminosité du miroir.

— Pourriez-vous m'expliquer comment cela fonctionne ? Que je puisse vous appeler correctement sans me tromper.

Ronce avait pratiquement oublié leur prise de bec, toute concentrée sur le miroir. Si cette époque pouvait créer de tels objets, elle était curieuse de découvrir tout le progrès qui avait été accompli en un siècle.

Le sujet du traité lui revint tout de même en mémoire. Délaissant le miroir pour un temps, la jeune femme exprima l'idée qui venait de se former dans son esprit.

— Concernant notre traité, je tente justement de rattraper le retard de mon royaume. Après j'ose espérer que, vu la faiblesse du pays et son retard technologique, aucun dirigeant ne trouvera intéressant d'avoir une... contrée campagnarde à sa botte.

Du moins fallait-il l'espérer. L'Angleterre et l'Allemagne étaient bien trop occupées par leurs conflits intérieurs. La tsarine de Russie semblait vouloir demeurer dans son empire. De même que l'empire Scandinavie n'exprimait aucune envie soudaine de conquête. L'Espagne représentait peut-être un danger ; puissant, riche, il pouvait avoir envie d'annexer la France. Elle devrait peut-être inviter le roi d'Espagne prochainement pour éviter cela.

— Mais j'y pense, vous êtes plus avisé que moi en la matière. Que diriez-vous de m'apprendre l'art de régner ? Vous avez de l'expérience, contrairement à moi. Je serais ravie d'apprendre à vos côtés. Je me doute que vous soyez fort occupés, mais ce miroir pourrait vous permettre de me donner des leçons quand vous aurez l'occasion. Et je pourrais, suite à vos conseils avisés, mieux régner et permettre à la France de rattraper son retard.

Le pire c'est qu'elle le pensait vraiment. Après elle avait, bien entendu, enjolivé son discours. Histoire de flatter l'animal.


♔ Reine de France ♔

© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.


Dernière édition par Reine Ronce le Jeu 3 Juil - 0:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Mar 1 Juil - 23:03
La première pensée de Friedrich Franz, à la vue de la Reine de France qui s'extasiait sur le miroir, était qu'on aurait dit une enfant à qui on avait donné son premier poupon.

Mais bon cela était peut être une réaction normale. Devant un objet, tout à fait inconnu qui venait pour elle de cent ans dans le futur, il pensa à comment il aurait réagit si cela lui été arrivé. Mais il conclut que, non, il n'afficherait certainement pas un tel spectacle. Pas pour un miroir quel qu'il soit du moins.

— Ronove vous expliquera le fonctionnement avant notre départ.

La Reine de France reprit ses esprits et comparait le Royaume de France à une contrée campagnarde. Il n'aurait pas forcément dit mieux, mais dans l’état actuel des choses cela pouvait, en effet, être une bonne comparaison.

Puis vint le moment que l'empereur attendait avec sa venue. Il n’espérait pas que la Reine en viendrait elle-même à demander cela. Il pensa qu'elle n’était pas forcement si bête qu'elle lui avait paru au devant le château.

Elle lui proposait de l'aider à comment devenir une bonne Reine pour son peuple. La première chose à faire pensa-t-il serait qu'un homme soit à la tête du Royaume. Mais il n'allait pas lui dire cela de suite, ça pourrait refréner la Reine dans sa demande.

Friedrich Franz, fit mine de réfléchir, et demanda avant de répondre si on pouvait lui donner du café plus fort, et chaud. Après cette demande il se leva, et se frotta le menton, les sourcil froncés. Il savait déjà ce qu'il allait répondre à la Reine, mais il ne voulait pas non plus paraître suspect à répondre immédiatement. Certes c’était une femme mais s'il répondait directement elle se douterait sûrement qu'il avait déjà pensé à tout cela. Puis dans son intérêt il ne devait pas trop montrer son plaisir à en être arrivé à prendre le contrôle d'une femme qui était au pouvoir. A cet instant il se dit que s'il éduquait la Reine comme il le voulait, il pourrait presque modeler le Royaume de France à sa convenance.

Certes cela ne serait peut-être pas évidant mais après ce n'était qu'une femme qui gouvernait.

— Hum, en effet cela pourrait être bénéfique dans nos relations diplomatiques. Surtout pour dissuader sûrement les plus petits royaumes de vous attaquer, sans parler de nos connaissances en matière de gouvernance impériale. Cela pourrait être un avantage indéniable pour vous. Surtout avec le miroir magique cela nous éviterait des pertes de temps en transition de votre royaume à mon Empire. MAIS, justement ! Cela est trop à sens unique nous semble t-il. Nous ne voyons point notre intérêt premier en dehors de donner des cours à une dame royale.

L'empereur parlait de dos à la Reine comme s'il réfléchissait avec grand sérieux à tout cela. Il se tourna et regarda la Reine de France dans les yeux.

— Mais si nous négocions un accord commercial sur quelques-unes de vos matières premières, comme le vin et le blé, entre autres. Et des loges luxueuses pour vos plus grands opéras, cela pourrait très bien se faire. Pour faire simple un accord commercial d’exportation/importation, contre un enseignement sur une manière sûre de gouverner votre Royaume, grâce a notre personne qui deviendrait en quelque sorte votre mentor.

Friedrich Franz était content de sa prestation, face à cette femme. L'empereur prit le temps de fixer la Reine de France tout en rejoignant la table, où on lui avait apporté un nouveau café, pour y reprendre place, buvant doucement dans la tasse de porcelaine en levant le petit doigt, et en attendant la réaction de la Reine de France.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Reine de France
✦ Pouvoir: Vieillissement accéléré
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Jeu 3 Juil - 0:55
Pendant tout le temps que Friedrich prit pour se décider, Ronce fut nerveuse. Heureusement que l'empereur lui tournait le dos, cela lui permettait de laisser à son visage le soin d'exprimer son état émotionnel. Elle sentait la sueur perler sur sa nuque et ses mains trembler d'appréhension. Elle était presque certaine qu'il allait soudainement se retourner, dans un claquement de cape, et lui annoncer que, non, il avait mieux à faire que s'occuper de l'éducation d'un bambin.

Au lieu de cela, il proposait un accord. Ronce en était si estomaquée qu'elle cligna des yeux, laissant le temps à son esprit d'enregistrer l'information. Ce n'est que lorsque que l'empereur se rassit qu'elle remarqua qu'elle avait gardé la bouche ouverte. Et qu'elle la referma.

Bravo Ronce. Tu devais avoir là une belle figure de poisson mort.

Sur le coup elle ne sut quoi dire, ou quoi faire. Elle finit par s'incliner.

— Je suis flattée que l'idée vous plaise. Si cela ne vous gêne pas, je pense qu'il vaudrait mieux mettre tout cela par écrit. Même si je ne doute point que votre parole est d'or.

D'un geste et d'un regard, Ronce commanda à un valet d'aller quérir de quoi rédiger le traité dans les normes. Elle rejoignit l'empereur, prenant place à son tour sur une chaise afin de boire le café. Et de le reposer aussi sec. Déjà que le breuvage ne lui plaisait guère, refroidi il devenait écœurant.

Le valet revint séance tenante avec papier, écritoire, plume et encre. Demandant à ce qu'on reprenne sa tasse à café, Ronce profita de la place vacante pour rédiger le traité. La plume courrait sur le papier, vive et alerte. Quand Ronce la reposa, elle sentait son poignet endolori. Comme lorsqu'elle rédigeait plusieurs papiers à la suite.

Le papier toujours fixé à l'écritoire, elle tendit ce dernier à l'empereur.

— Je vous laisse vérifier que tous les termes sont rédigés, exactement comme nous avons convenu. Si c'est le cas, vous n'aurez qu'à apposer votre signature. Je demanderais à un de mes ministres d'en faire une copie. Je vous laisserais l'original.

Ce traité ne faisait que lier davantage l'Autriche-Hongrie à la France. Mais Ronce se faisait fort de tirer un bon parti des préceptes de l'empereur. Il fallait bien cela pour compenser l'absence de précepteur. Ronce espérait un jour revoir ce dernier. Mais jusqu'ici les recherches avaient été vaines.


♔ Reine de France ♔

© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Jeu 3 Juil - 12:08
Friedrich Franz était fier de lui. Tout se déroulait dans les grandes lignes comme il l'avait espéré. Montrer son savoir à la reine, insister sur la fragilité de ce royaume dans l’état actuel, tout été amené pour que la reine prenne une aide rapidement. Et il avait réussi à ce que ça soit lui qui soit en premier sur la liste.

La reine de France lui montra le traité, qu'il prit bien le temps de lire. On ne savait jamais que cette femme voulut profiter elle aussi de cette situation à son insu.

— Cela nous convient, dit-il en signant et en imposant son sceau. Par contre vous devez savoir que je suis très dur quand j'enseigne quelque chose et je ne veux ni larme, ni sanglot !

L'empereur ne voulait pas perdre du temps futilement. Déjà qu'il allait lui accorder du temps sur son précieux temps libre, au lieu de jouer du piano ou encore d'aller dans sa galerie d'art... Si la reine de France lui faisait perdre trop de temps en futilités, elle allait voir le caractère de Friedrich Franz dans toute sa splendeur. Surtout qu'il allait prendre sur lui d'enseigner à une femme. Quelle folie était-ce donc que cela.

Pas question de la traiter comme une femme. Il lui parlerait et agirait comme avec un homme, il n'allait pas s’embêter avec des broutilles.

— Cela dit vous devez aussi réaliser que nous avons aussi fort à faire dans notre empire et que je ne pourrais être enclin à toujours être disponible pour vous apprendre les bases.

L'empereur n'allait pas non plus tout apprendre à la reine de France. Il n'allait pas livrer ce qui faisait de son empire une telle puissance. Il lui apprendrait les bases, voire peut-être un peu plus, mais rien d'autre. Si ça ne tenait qu'à lui son premier cours serait "Un homme est plus qualifié à régner car...".

Mais il devait réfléchir un peu plus sereinement, car s'il le désirait le royaume de France était actuellement dans le creux de sa main.

Friedrich Franz Edelstein se releva, regardant la reine de France. Il pensa, malgré lui, qu'il faudrait aussi un cours sur la façon de se vêtir à notre époque, surtout au niveau du balcon. L'empereur pensa aussi qu'elle cherchait peut-être déjà un homme pour régner avec elle à ses cotés pour qu'elle rester habillée de la sorte...

— Nous espérons que vous nous avez fait préparer une chambre digne de ce nom. Nous repartirons demain au petit matin. Sauf si notre présence est encore sollicité par votre personne. Ronove vous expliquera dans la fin de journée comment fonctionne le miroir magique.

Il suivit un domestique qui l’amena à sa chambre laissant la reine et le haut conseiller de l'empereur régler le problème du miroir. Pendant que l'empereur rejoignait sa chambre doucement, il admira l'architecture des couloirs. Ce n’était pas de mauvais gout, l'art d'il y a cent ans n’était pas si mauvais que cela.

Fin.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: An 0. D'un royaume à un empire   Aujourd'hui à 6:04
Revenir en haut Aller en bas
 

An 0. D'un royaume à un empire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: France :: Château de Versailles-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat