Partagez | 
 

 [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Cunégonde du Sablon
avatar

MessageSujet: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Lun 30 Juin - 19:33


Ceci Madame, c'est Versailles
• feat. Reine Ronce et Iris Willemer •



Le Manoir du Sablon était en effervescence ce matin. Une lettre arrivée la veille était la cause de cet élan d'émoi chez l'habitante des lieux. La chambre de la Marquise était sans dessus dessous, Cunégonde cherchant désespérément ses magasines de mode et ses patrons. Elle était pourtant persuadée de les avoir ranger dans sa commode !

- "Mais où diable sont-ils passés ?!"

- "Madame..."

- "Vraiment, c'est infernal ! On ne retrouve rien ici ! Il me manque des meubles, c'est certain !"

- "Madame j'ai..."

- "Peut-être dans le coffre..non..non j'ai déjà vérifié..."

- "MADAME !"

- "Où donc...Quoi ?! Qu'y a-t-il à la fin ? Tu ne vois pas que je suis occupée Marinette ?!"


Cunégonde se retourna enfin vers sa femme de chambre, qui tenait le sésame dans ses petits bras frêles. La Fée se redresse brusquement, marcha à grande enjambée jusqu'à la pauvre Marinette et lui arracha son fardeau des mains.

"Tu les as trouvé ! Tu n'aurais pas pu me le dire plutôt ?!"

La jeune femme en resta bouche bée, lui adressa une petite courbette et fila comme le vent, souhaitant rester le plus loin possible de l’irascible fée. Cunégonde poussa un petit soupir de satisfaction en passant une main délicate sur la couverture du premier magasine. Ah, c'était le bon temps ! De nos jours, les magasines de mode n'étaient que robes sombres et dépourvues de fantaisie. Le XIXème siècle était une bien triste époque !

Quelques heures plus tard, la Fée Perruque descendait de sa calèche en compagnie de sa bonne, fière comme un paon et affublée de sa plus belle robe et de sa plus impressionnante perruque. Une chose mesurant un mètre, agrémentée de plumes d'autruche colorées de rose et de violet, de perles, de rubans. Bref un truc monstrueux qui pesait bien lourd sur le cou de la Marquise. La couleur de sa robe était évidemment accordée avec les plumes d'autruche et ornée de broderies qui rappelaient la saison : des fleurs, des petits oiseaux et des abeilles.

La Marquise tendit sa lettre au valet qui venait de s'approcher, mettant bien en évidence le cachet royal. Puis, levant le menton, déclara d'une voix impérieuse :

"Je suis la Marquise du Sablon. J'ai été convoquée par sa Majesté, notre bien aimée Reine."

Le valet étudia la lettre quelques secondes puis se courba.

"Oui bien sûr Madame, nous vous attendions avec..ah...impatience. Veuillez me suivre, je vous vais conduire auprès de sa dame de compagnie, votre première vic...cliente."

La Fée lui lança un regard hautain puis fit signe à sa servante de la suivre et laissa le valet les conduire jusqu'à une antichambre. Ah comme la beauté de Versailles lui avait manqué ! Cunégonde ne se lassait jamais de ses splendeurs, de son architecture rococo, de ses couleurs si vivantes. Et les jardins, les jardins ! La Marquise s'assit à une petite table où l'on venait de servir le thé et s'empressa de grignoter un petit biscuit.

"Elle ne devrait pas tarder, je vous laisse donc. Hum..ah..hurlez, si jamais vous avez besoin de quoique ce soit."

La Marquise l'ignora complètement, appréciant peu les manières du jeune valet puis posa son regard sur sa bonne qui était restée dans l'entrée de la pièce, visiblement intimidée.

"Ne reste pas plantée là comme une sotte ! Va t'asseoir sur cette chaise là bas !"

"Ou..oui, madame.", bafouilla la pauvre Marinette qui s'empressa d'obéir et de se faire la plus petite possible, posant la pile de magasines sur ses genoux.

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Iris Willemer
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Lun 30 Juin - 21:08
On avait à peine entamée l'après midi qu'Iris se sentait déjà fatiguée. Toute la matinée durant on l'avait nettoyée de fond en comble comme jamais avec pour seul pretexte « Sinon cette diablesse de Marquise du Sablon va se plaindre ! ». On l'avait récurée avec plus de brosses différentes qu'Iris ait pu en connaître dans sa vie, on avait huilée sa peau, on l'avait parfummée, on avait brossé inlassablement ses cheveux jusqu'à ce que ses boucles soient les plus soyeuses du monde. Une véritable torture pour la baronne qui aimait sa toilette à son image, simple, efficace et sobre.

Et la pauvre était encore bien loin d'être au bout de ses peines.

Tout cela, c'était parce que l'empereur d'Autriche Hongrie – la pays d'origine d'Iris – avait décidé de rentre une visite surprise à Ronce. Le palais était dans un émoi fou et puisque Ronce avait décidée de faire d'Iris sa dame de compagnie favorite, il fallait qu'Iris apprenne tout de la vie de la cour en France en un temps record pour ne pas lui faire honte.

Et apprendre la vie à la française, signifiait également porter les robes à la française ! L'idée avait choquée Iris, encore fraîchement traumatisée par le décolleté que Ronce lui avait fait revêtir à Berlin. Cependant la baronne savait qu'elle devrait garder profil bas pour ne pas se faire remarquer par l'empereur comme étant de son pays. La froideur des hommes qu'il avait envoyés pour diriger la baronnie après la disparition d'Adrian l'avait rendue méfiante... Et le frère du baron Daniel, son mari, était peut être proche de l'empereur, qui sait.

Et pour garder son identité secrète, se mettre dans la peau d'une dame de cour française n'était pas une mauvaise idée.

On avait pour cela fait appel une Marquise française réputée pour son goût en matière de vêtements typiques du XVIIIe et donc très au fait de la mode encore d'actualité en France. C'était une fée que tout le monde s'accordait à qualifier de démoniaque, et Iris appréhendait d'autant plus la rencontre.

En plus avec toute cette agitation, Iris sentait qu'elle pourrait passer moins de temps avec Ronce en plus d'être bloquée dans la recherche de son fils. Tout ceci lui causait bien du chagrin.

Enfin on l'appela pour lui signaler l'arrivée de la fée-démon de la mode. Iris déglutit et se rendit dans la pièce qu'on lui indiqua, enveloppée dans un peignoir lourd en soie doublée sous lequel elle n'était qu'en chemise longue, prête à être encorsetée et habillée.

Iris entra avec prudence et se retrouva en face d'une créature étrange, poudrée et affublée de plus de rubans qu'Iris n'en possédait dans toute sa garde robe. Elle portait une montagne capillaire improbable sur la tête, avec un tas de perles et de plumes dans tous les sens. Iris se demandait comment cette dame ne se brisait pas la nuque sous ce poids. Et quel décolleté plongeant ! Iris en rougit.

Se rendant compte qu'elle était restée figée à observer la Marquise, Iris se reprit rapidement exécuta une révérence polie, en articulant dans un français approximatif.

« Bonjour ma Dame, je suis Iris la amie de la Reine. C'est une plaisir formel de vous rencontre là bas. »

Elle lui sourit, espérant ne pas avoir fait trop de fautes. Et priant aussi pour qu'on ne la force pas à porter une perruque similaire.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Lun 30 Juin - 23:10
La Marquise de Sablon n'était pas aimée de tous. La faute probablement à son comportement parfois extravagant, et à ses élans de colère qui avaient fait pleurer plus d'une domestique. Reste qu'elle demeurait la plus à même de savoir comment habiller des femmes avec goût, et des femmes de la haute je vous prie. Ronce l'avait vu œuvrer au sein de la cour française et, malgré ses perruques, elle avait toujours trouvé que la Marquise avait du goût. Elle l'avait vu sublimer des femmes qui étaient passées du stade petite souris grise à beauté rayonnante.

Nulle doute que la Marquise saurait sublimer Iris. Lui redonner l'éclat de la jeunesse.

Ronce l'avait donc invité à venir rafraichir la garde-robe royale. Ronce espérait s'en tenir qu'à deux robes, une pour elle et une pour Iris, mais connaissant la Marquise il y avait de fortes chances pour qu'elles se retrouvent ensevelies de robes pour toutes les saisons. Sans compter les jupons et les corsets.

Afin de ne pas passer des heures à se dévêtir entre chaque essayage, Ronce avait opté pour une robe simple qui tenait plus du déshabillé. Un long peignoir rouge avait été jeté sur ses épaules, fermé en croisé devant afin de garder une certaine tenue. Reine jusqu'au bout.

Elle entra à la suite d'Iris, laissant son amie se présenter à la Marquise. Rassurant Iris d'un sourire, Ronce alla saluer la Marquise comme il se devait.

— Je suis ravie de vous voir ici ma chère. Nous avons grand besoin de vos services !

Ronce fit signe à Iris de se rapprocher avant de reprendre.

— Comme je vous l'ai dit dans ma lettre, nous avons besoin de robes car l'empereur d'Autriche-Hongrie doit nous rendre visite. J'aimerais que nous puissions représenter au mieux la beauté de la France. Et je sais combien vous avez du goût et vous savez ce qui convient le mieux à chacune de nous.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Cunégonde du Sablon
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Mar 1 Juil - 12:00


Ceci Madame, c'est Versailles
• feat. Reine Ronce et Iris Willemer •



Cunégonde détailla la dénommée Iris de la tête aux pieds d'un regard critique. Uh...une étrangère, si elle s'était attendue à ça.. ! Cependant elle avait un joli minois, c'était certain. Il y avait un potentiel que la Fée saurait sublimer de ses mains expertes. Finalement, la Marquise lui adressa un petit hochement de tête pour la saluer, puis se leva aussitôt lorsque la Reine fit son entrer.

« Votre Majesté, c'est un réel plaisir de vous revoir ! Vous êtes toujours aussi ravissante. », fit-elle d'une voix mielleuse, tout en lui faisant la révérence. Son admiration n'était pourtant pas feinte, Cunégonde appréciait sa souveraine, qu'elle trouvait très courageuse et intelligente. Et puis, Ronce s'était toujours montrée très cordiale avec la Marquise, ce qui n'était pas le cas de tout le monde.

« Je saurai me montrer à la hauteur de cette importante tâche votre Majesté. », ajouta-t-elle, l'air grave. C'était une mission de la plus haute importance, une visite de l'empereur Edelstein, ce n'était pas rien ! Cunégonde se sentait très flattée qu'on la lui confie et ne put s'empêcher de se tenir un peu plus droite. Quelques secondes après l'échange, on vint toquer à la porte. Une ribambelle de serviteurs se pressèrent d'entrer, les bras chargés de grandes boîtes qui contenaient des robes, des parures, dont Cunégonde s'était lassée. D'autres venaient avec des rouleaux de tissus, d'autres avec d'innombrables escarpins ou des chapeaux. La Marquise avait mit un temps fou à sélectionner toutes ces tenues.

« Ah ! Vous voilà enfin ! Pourquoi avez-vous mit autant de temps ?! », lâcha-t-elle avec impatience, oubliant pendant quelques instants qu'elle n'était pas chez elle. Elle se reprit et toussota, avant de se tourner vers sa servante qui était restée quasi-invisible dans son coin. La Marquise lui fit signe d'approcher.

« Majesté, Madame Iris, je vous présente mon assistante, Marinette. Elle n'est pas très dégourdie la plupart du temps mais je dois bien avouer que ses petites mains sont très habiles pour la couture. »

« C'est..un..un honneur votre Majesté... », balbutia la demoiselle, exécutant une révérence maladroite du fait qu'elle portait encore le tas de magasines. Cunégonde leva les yeux au ciel et lui ordonna de les poser sur la table où elle s'était assise.

« Votre Majesté, je me suis permise de vous apporter ma collection de revues de mode, que vous pourrez feuilleter pendant que je m'occupe de Madame. Peut-être y trouverez vous des toilettes à votre goût qui me permettront de sélectionner au mieux votre nouvelle garde-robe. »

Puis elle se tourna vers Iris, lui saisit la main et la tira vers le centre de la pièce, au milieu du capharnaüm de boîtes et de coffres laisser par les serviteurs. Cunégonde lui tourna autour, pour mieux apprécier sa silhouette.

« Hum bien, bien, une très jolie taille, de belles hanches...Marinette !! Prend ses mensurations veux-tu ? »

« Oui Madame ! »

La frêle servante s'empressa d'obéir, sortit un mètre de son tablier et s'approcha timidement d'Iris, se confondant en excuses à chaque fois qu'elle la touchait un peu trop et annonça d'une petite voix chaque mesure, que la Fée notait dans un petit carnet.

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Iris Willemer
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Mar 1 Juil - 18:41
Iris fit une révérence d'usage lorsque la reine entra dans la pièce. Ronce s'adressa à la Marquise avec un ton enjoué et semblait la tenir en haute estime – enfin de ce qu'elle arrivait à comprendre des bribes de conversation qu'elle saisissait. Ce qui força du coup plus de respect encore de la part de la baronne.

Par contre elles parlaient vraiment vite, ces dames. Iris avait pensé naïvement pouvoir comprendre le français, se basant sur le fait qu'elle parvenait à le lire plus ou moins, mais c'était sans compter la rapidité du flot de paroles qui se déversait. La Marquise parlait, et parlait, faisait d'énormes gestes mais même en articulant bien elle enchaînait les mots si rapidement qu'Iris ne pouvait que la regarder avec un air perdu.

On apporta une ribambelle de boites et de paquets qu'on déballa pour en exposer la contenance. Iris fut soudain projetée de force dans un monde de dentelles et de soie, foisonnant de couleurs et de motifs riches. Elle ne savait plus où poser les yeux sans que sa vue soit surchargée d'informations. Elle avait déjà du mal à véritablement comprendre le goût des femmes de son siècle pour tous les détails de leur toilettes mais pour la première fois de son existence elle les trouva bien discrètes comparée à l'amoncellement de choses extravagantes qu'on faisait défiler en ces lieux. La France et sa mode était un véritable mystère.

La fée fit le tour d'Iris en balançant des commentaires – qu'Iris interpréta comme plutôt positif vu qu'elle avait reconnu les mots « joli » et « belle » dans le tas. Tandis qu'on montrait à Ronce les divers styles de robes qui pourrait l’intéresser, une petite domestique toute anxieuse vint prendre les mensures du corps d'Iris. Ça la força donc à quitter son peignoir pour ne se retrouver qu'en sous vêtements. Elle jeta des regards gênés autour d'elle mais ne broncha pas, levant les bras pour faciliter la tâche de la servante.

Pendant tout ce temps, elle observait avec appréhension les tissus et les tenues qu'avait fait ramener la marquise, espérant qu'elle aurait tout de même droit à quelque chose de plus... sobre. Malheureusement elle en doutait.

« Pardonnez moi... une robe... simple est possible... ? Je ne suis pas aisée.. dans trop de choses sur moi. »

Elle osait à peine regarder la marquise du Sablon dans les yeux tant elle sentait qu'elle allait se faire enguirlander.

La simplicité, au vu de tout ce qui était dans cette salle, n'avait pas l'air d'être la marque de fabrique de la maison.

Mais ça valait le coup de demander.... Peut être.

Iris déglutit et essaya de sourire, espérant faire mieux passer sa demande.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Mer 2 Juil - 17:25
Ronce laissa donc Iris entre les mains expertes de la Marquise. Prenant place à la table où était assise la Marquise un instant plus tôt, Ronce commença à compulser les revues. Les robes défilaient sous ses yeux, sous forme de gravures montrant la tenue sous toutes ses coutures. A l'aide d'un crayon à papier, Ronce cochait les tenues qui retenaient son attention. Les robes anglaises lui plaisaient par leur simplicité, mais pour recevoir un invité de marque, ce n'était pas le meilleur choix. Mieux valait une robe à la française. Autant jouer la carte du patriotisme.

Reposant les revues, Ronce alla voir la pile de boites ramenée par Cunégonde. Ou plutôt la pyramide. Les domestiques venaient les ouvrir, présentant leur contenu à Ronce. Telle une petite fille, Ronce s'amusa à essayer des chaussures, à se coiffer de chapeaux, à se parer tout en se regardant dans le miroir. Elle se permit même de faire une petite pile de boîtes, toutes contenant des parures que Ronce jugeait pouvoir s'accorder avec Iris.

Même si elle se doutait que la Marquise allait avoir son mot à dire.

Ronce revint auprès de ses dames. Ses pieds, désormais nus, foulaient le parquet. La reine tenait à la main un chapeau. Bien plus sommaire que les autres, celui-ci s'attachait sous le menton par des rubans. La calotte était encerclée d'un autre ruban, et piquée de fausses fleurs. Ronce tendit les bras en direction d'Iris, lui montrant le couvre-chef.

— Je suis certaine que vous serez adorable avec cela ! Madame la Marquise, tâchez de ne pas trop brusquer mon amie. En dehors de la France, les dames ont peu l'habitude de montrer leurs appas et elles sont de nature plutôt sobres.

Ronce voyait bien que son amie n'était pas à son aise. Et il fallait avouer que la Marquise aimait exprimer toute l'excentricité de la mode française. Et si Ronce trouvait cela déjà surchargé, Iris devait carrément étouffer rien qu'à la vue de toute cette dentelle, ces rubans et ces perles.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Cunégonde du Sablon
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Ven 4 Juil - 13:42


Ceci Madame, c'est Versailles
• feat. Reine Ronce et Iris Willemer •



Marinette crut que sa maîtresse allait faire une crise d'apoplexie lorsque Dame Iris demanda à être habillée simplement. Elle réprima l'envie de se recroqueviller, ferma les yeux presque inconsciemment, attendant les hurlements qui ne vinrent jamais, grâce à l'intervention fortuite de la Reine. La lèvre inférieure de la fée trembla un instant, puis elle leva le menton.

« Bon et bien, puisque vous le dites, Votre Majesté, je tâcherai de ne pas trop en faire. Je suppose que tout le monde ne peut pas assumer l'extravagance à la Française.»

Puis, voyant le chapeau que Ronce tendait à sa dame de compagnie, Cunégonde lâcha un petit « Aha ! » et commença à farfouiller dans le coffre où elle avait ranger toutes les robes choisies. Marinette la regarda, dépitée, jeter nonchalamment le contenu du coffre à ses pieds. Elle était sûre que le rangement de tout ce fatras serait pour sa pomme. La Marquise finit par brandir ce qu'elle cherchait, avec un petit cri victorieux. Puis elle revint auprès de ses Dames, fière de sa trouvaille.

« Celle-ci ira à ravir avec le couvre-chef que vous lui avez choisit, Majesté ! »

C'était une robe à l'anglaise, aux couleurs pastelles, rose et vert, brodée de petites fleurs par-ci par-là, agrémentée d'un joli ruban en soie autour de la taille qui rappelait le ruban de la calotte. Une robe assez simple en soi, que Cunégonde avait porté dans sa jeunesse. Elle nécessiterait quelques retouches évidemment, mais elle était parfaite pour Iris, car relativement sobre pour une des robes de la Marquise.

« Allez donc l'essayer très chère, puis Marinette s'occupera de faire les retouches », dit-elle plus lentement à l'adresse de l'allemande, ayant enfin remarqué que la pauvre jeune femme peinait à comprendre leur conversation. Puis elle posa son regard bleu ciel sur sa souveraine.

« Avez-vous trouver quelque chose qui vous plait, Majesté ? », s'enquit-elle un petit sourire aux lèvres. Ah, combien de fois avait-elle poser cette question à Ronce depuis leur réveil ? Bien qu'elle ne le montrait pas souvent, Ronce, tout aussi nostalgique qu'elle de leur siècle perdu, avait plusieurs fois demandé à la Marquise de lui tenir compagnie. Souvent, elles parlaient chiffons et Cunégonde finissait par refaire la garde-robe de sa reine, comme aujourd'hui.

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring


(Fiou, désolée de ne pas avoir pu répondre hier x_x. Et mon rythme va donc se ralentir, puisque je pars demain matin X3)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Iris Willemer
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Sam 5 Juil - 19:23
Iris n'était pas friande des mises trop compliquées. Elle aimait être à l'aise, et elle aimait la simplicité. Attirer l'attention ne faisait pas partie des choses qui lui étaient agréables – même plutôt le contraire. Cependant son haut respect des règles et de l'étiquette l'empêchaient de fuir en courant en voyant tout ce qu'on présentait à Ronce. Il y avait là encore plus de fanfreluches encore que ne l'avait imaginé Iris en voyant arriver tous les paquets. Il y avait notamment cette étrange boite bleu roi qui intriguait la jeune femme, semblant si petite, mais dont on avait sorti tellement de choses, à croire qu'elle était plus grande à l’intérieur qu'à l’extérieur.

Iris se força à garder un air neutre pour ne pas afficher son profond désarroi face à tant de choses, pour ne pas être impolie. Madame du Sablon semblait déjà en proie à une grande déception lorsque Iris, appuyée par Ronce, demanda quelque chose de simple.

Par chance, on lui accorda – plus ou moins – son vœu. Elle accepta avec joie le chapeau que lui tendait Ronce. Il n'était pas vraiment à son goût, elle détestait à vrai dire les chapeaux qu'elle trouvait d'un inutile prononcé, mais elle aurait encore plus déteste devoir porter une perruque poudrée, ce que le chapeau lui éviterait probablement. Il fallait savoir faire des compromis, parfois.

« Grand merci, Majesté. » elle lui offrit un tendre sourire. Elle aurait voulu dire autre chose mais le français s'emmêlait dans sa tête et elle avait peur de se ridiculiser plus qu'elle ne l'avait déjà fait.

On lui sortit une très jolie robe qui semblait moins surchargée que le reste de la collection de la marquise, et cela rassura Iris. Elle put avec plaisir aller se cacher derrière le splendide paravent afin de revêtir les vêtements. Une autre domestique lui apporta des dessous adaptés puisque Iris ne possédait que des corsets contemporains, et que le corset français offert par Ronce à Berlin n'était pas vraiment ajustée pour elle.

La jeune servante de la Marquise notait avec la plus sérieuse des attentions tout ce qui n'allait pas dans la tenue d'Iris – probablement pour des retouches se dit Iris, qui n'avait pas saisi ce qu'avait dit la spécialiste de la mode. Elle aida Iris à nouer son corset puisqu'elle avait grande peine à le faire seule. Iris n'osait même pas jeter un œil vers le bas de crainte de croiser la vue de sa poitrine, fermement exposée à la vue du monde.

La robe lui allait à ravir et les couleurs pastelles lui seyaient au teint comme si elles avaient été peintes pour elle. La marquise du Sablon avait un décidément un goût fantastique et méritait amplement sa réputation !...C'est du moins ce que piaillèrent les servantes lorsqu'Iris sortit de derrière le paravent pour se montrer dans sa tenue.

Iris s'observa dans le miroir et ne pu voir que son décolleté. Mais elle devait admettre qu'il était un peu moins prononcé que sur les robes à la françaises comme elle en avait vu sur tant de tableaux dans Versailles. C'était déjà une chose de gagnée, et elle n'osa pas emmètre d'objection, ayant hâte d'en finir avec les essayages.

La robe méritait quelques ajustements pour être parfaite mais rien qui ne puisse être fait rapidement heureusement. Aucun travail majeur n'était donc nécessaire.

Iris sourit à la marquise.

« C'est une très beau robe, Madame, beaucoup de merci à vous pour elle ! »

Elle jeta un dernier coup d’œil à son reflet dans le miroir. Elle ne savait si sa mère, si elle la voyait dans une toilettes pareille, serait aux anges de la voir enfin assumer ses attributs féminins et être coquette, ou s'évanouirait de honte.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Lun 7 Juil - 23:31
Ronce avait applaudit devant le choix de la Marquise. Oui, applaudit. Elle avait frappé ses mains l'une contre l'autre, saluant le don que possédait la Marquise. Elle savait dénicher la tenue qui convenait parfaitement à une femme, tout en respectant les goûts de cette dernière.

Le temps qu'Iris se change, Ronce montra à la Marquise les tenues qu'elle avait annotée. Toutes des robes à la française. Autant montrer à l'empereur la mode de la France, sa richesse et son originalité. Ronce se doutait que l'empereur y trouvait à redire. Elle se souvenait encore de son regard, presque gêné, en la voyant porter des décolletés qu'aucune femme du XIXe n'oserait avoir sur elle, même lors d'une soirée.

— J'apprécie en particulier celle-ci. Avec un corset adapté, je pense que ma taille en sera affinée. Mais je vous fais confiance et vous laisse carte blanche. Surprenez-moi par vos talent !

Ronce venait là de lancer un défi à la Marquise. Un défi auquel elle ne pouvait se refuser. Iris sortit alors de derrière le paravent. En la voyant dans cette robe, Ronce se sentit aussi fière qu'une mère ayant réussi à trouver un fiancé à sa fille.

— Vous êtes superbe ! Herrlich !

Ronce se rapprocha même d'Iris pour l'observer sous toutes les coutures.

— Cette chère Marquise a su magnifier votre beauté. L'épreuve n'était pas si dure, n'est-ce pas ?

Ronce avait veillé à parler plus lentement, ayant cru comprendre que son amie avait du mal avec la langue française. Après tout le français était devenu une langue morte, à l'image du latin. Ronce pouvait comprendre les difficultés d'Iris. Sentant que son « poulain » était rassurée, Ronce se tourna vers la Marquise.

— Je suis prête à suivre vos conseils, Marquise. Transformez-moi !

On aurait dit Cendrillon demandant à sa fée-marraine de lui créer une robe pour aller au bal.

Citation :
Herrlich : splendide, en allemand.
Pour les robes cochées par Ronce, voici un petit échantillon : modèle 1, modèle 2, modèle 3.



♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Cunégonde du Sablon
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Mar 5 Aoû - 13:53


Ceci Madame, c'est Versailles
• feat. Reine Ronce et Iris Willemer •



Cunégonde écoutait avec attention les demandes de sa souveraine, hochant la tête à certains moments, la mine concentrée. Elle finit par prendre des mains de Ronce les revues en question, partant à la recherche de toilettes qui conviendraient. La Marquise ne faisait déjà plus attention à la dame de compagnie, satisfaire sa reine étant sa plus grande priorité. 

« Celle-là peut-être ? Oh non non, trop imposante....Celle-ci ? Non. Trop colorée....Ah voilà, un très joli rose poudré. Parfait, parfait », marmonnait-elle toute seule dans son coin, complètement dans sa bulle. Une fois que Cunégonde avait quelque chose en tête, il était ardu de l'en détourner.

« Cette chère Marquise a su magnifier votre beauté. L'épreuve n'était pas si dure, n'est-ce pas ? »

A part bien sûr des compliments. A ces mots, la Fée Perruque ne put que relever la tête pour comprendre ce qui lui avait valu des louanges de la part de sa Reine (bien que franchement, entre nous, elle n'avait pas besoin de faire quoique ce soit pour mériter des éloges). Cunégonde décocha un sourire lorsque ses yeux se posèrent sur Iris, toujours un peu gauche semblait-il.

« Quel ravissement ! Cette couleur rehausse vraiment son teint. L’Empereur n'a qu'à bien se tenir ! », s'exclama-t-elle non sans une pointe d'humour. Cunégonde avant bien entendu parler de lui et du choc qu'il avait reçu en voyant les toilettes des dames françaises. Cela l'avait fait beaucoup rire et la Fée espérait bien perturber un peu plus l'homme avec les tenues qu'elle avait en tête pour Ronce.

« Je suis prête à suivre vos conseils, Marquise. Transformez-moi ! »

« Comptez sur moi, votre Majesté. Une fois passée entre mes mains, vous serez éblouissante ! Marinette, occupe-toi des retouches et fais essayer à Madame Iris, cette robe, tu sais, celle que j'ai porté il y a trois mois de cela, à l'occasion de la visite de ma cousine Louise. »

La pauvre servante la regarda avec des yeux circonspects. Elle espérait vraiment qu'elle se souvienne de toutes les robes qu'elle avait pu porter pour tel ou tel événement ? Sa maîtresse lui fit un geste impatient de la main.

« Allez, allez, au travail ! »

Marinette resta plantée là, un peu embêtée tout de même. Cunégonde leva les mains au ciel, dans un élan d'exaspération.

« C'est à dire que... »
« Mais qu'est-ce que j'ai fait pour avoir une empotée pareille ! »

La Marquise sortit elle-même la robe en question, une robe à la française cette fois-ci, mais avec un panier assez petit selon les standards de la Fée. Il était impensable qu'Iris ne déambule qu'en robe à l'anglaise à la cours de France ! Elle restait cependant dans le même esprit, sans fioriture et de couleur unie. Cunégonde la laissa tomber sans délicatesse dans les bras tendus de Marinette et s'en retourna auprès de la Reine, lui présentant une première robe.

« Que pensez-vous de celle-ci, Majesté ? Elle mettrait parfaitement en valeur votre buste et le turquoise ferait ressortir le si joli blond de vos cheveux ! »

C'était une robe rose poudrée et turquoise, très élégante et fantasque, avec ses dentelles et ses manches bouffantes. Si celle-ci ne lui plaisait, Cunégonde n'était pas inquiète, elle en avait d'autres en réserve. Quant à Marinette, elle était occupée à faire les quelques retouches sur la première robe d'Iris. Puis, une fois sa tâche finie, elle lui demanda dans un allemand presque parfait :

« J'ai finit Madame, pourriez-vous l'ôter ? Madame la Marquise m'a demandé de vous faire essayer celle-ci maintenant... »

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring


(Mille fois pardon pour ce terrible retard x___x. L'inspiration m'est enfin revenue \o. Alors sinon pour la robe de Ronce, c'est celle-ci (clic) et celle d'Iris la voilà : c'est très vert 8D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Iris Willemer
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Ven 8 Aoû - 18:43

« Vous êtes superbe ! Herrlich ! Cette chère Marquise a su magnifier votre beauté. L'épreuve n'était pas si dure, n'est-ce pas ? »

Iris rougit alors que Ronce la détaillait du regard. Elle n'avait guère l'habitude d'être qualifiée de belle. Il faut dire que même si feu son mari lui offrait régulièrement des robes – qu'elle ne mettait quasiment pas – il était plutôt avare de paroles. Ça ne dérangeait pas Iris, qui, toute humble, était rapidement gênée par trop de flatterie.

« M..Merci votre Majestée. Non, vous avez raison, ce n'était pas si difficile. » concéda-t-elle en allemand, abandonnant pour le moment l'idée de parler en Français, se doutant qu'elle avait un niveau terrible.

Ce n'était pas dur, mais elle était loin de se sentir à son aise pour autant. La marquise avait l'air bien satisfaite par son travail, qui plus est, et Iris avait espéré qu'elle pourrait en finir là. Mais visiblement, ses espoirs ne seraient pas réalisés tout de suite puisqu'on lui présenta une autre robe.

Dès le premier coup d’œil, Iris comprit qu'elle allait être plus indécente que la précédente, mais elle s'empêcha de grimacer d'avance, par courtoisie.

Alors que la reine et la marquise étaient repartis à parler en Français trop vite pour les oreilles d'Iris, la servante de Madame Cunégonde vint faire son travail sur la première robe. Cela fait, elle s'adressa à la baronne en allemand.

Iris manqua de pleurer de joie de retrouver sa langue natale dans cet océan français. Elle en oublia presque la nature de la robe qu'on allait lui mettre.

« Oh oui, bien sûr ! » s'empressa-t-elle de répondre. Avec l'aide précieuse de Marinette, une robe fut rapidement enlevée puis remplacée par une autre.

Sortant à nouveau du paravent pour se montrer, Iris croisa son reflet dans le miroir et ouvrit de grands yeux devant son impressionnante poitrine, relevée plus que jamais.

« Ooh par tous les saints... » souffla-t-elle, horrifiée.

Par tous les seins, même, aurait-on pu dire.

Bon. A charge de défense, la robe avait un joli vert.

Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Ven 8 Aoû - 20:48
Ronce s'extasia devant le modèle que lui présentait la Marquise. Dans cette robe elle serait sublimée, tout en arborant fièrement le style français. Oui, cette robe était parfaite !

— Avec des gants turquoise, ce sera du plus bel effet non ? Je pourrais aussi porter une parure légère pour habiller légèrement le buste.

Car la plus belle robe n'est rien sans un minimum d'accessoires. Ronce en était consciente et ne voulait n'oublier aucun détail. Écoutant les remarques et conseils de la Marquise, la reine alla piocher une friandise dans la collation apportée par les domestiques. Un macaron tout savoureux, croquant sous la dent. Ronce avait un sourire rayonnant, se sentant bien. Entourée d'amies, parlant tissus, tout en savourant des gourmandises.

La sortie d'Iris du paravent, habillée dans sa robe verte, arracha un cri de joie à Ronce.

— Vous êtes ravissante !

Si Ronce avait eu du sang espagnol, elle aurait ponctué sa phrase d'un « ma chéwiiiie ». Mais à défaut d'être expansive en compliments, la reine se précipita auprès d'Iris. Se postant derrière elle, elle posa ses mains sur la taille de l'Autrichienne la faisant tourner à droite, à gauche. Et à chaque geste, Ronce avait un hochement de tête appréciateur.

— Je rajouterais bien un collier. Ou un ruban autour du cou. Cela ne pourra que mieux souligner vos formes. Avec ça, une coiffure relevée qui vous dégage la nuque avec des boucles. Qu'en pensez-vous, Marquise ?

On aurait dit qu'on venait d'offrir à Ronce une poupée vivante, à habiller et à coiffer.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Cunégonde du Sablon
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Sam 23 Aoû - 15:36


Ceci Madame, c'est Versailles
• feat. Reine Ronce et Iris Willemer •



Cunégonde hochant la tête, l'index posé sur le menton. Des gants turquoises...Elle devait certainement avoir ça quelques parts dans un de ses coffres. De la même matière que la robe idéalement. La Marquise n'était pas peu fière de constater que la Reine de France avait aussi bon goût. Elle ne put pas s'empêcher non plus de penser que c'était un peu grâce à elle.

« Je crois avoir des gants comme cela votre Majesté. Pour votre parure, je vous laisse faire, vous avez une plus grande collection que moi de brillants.»

La Fée la quitta un instant pour retrouver les fameux gants. Absorbée par sa tâche, elle releva brusquement la tête, surprise par l'éclat de voix de sa souveraine. Quant à Marinette, elle eut bien du mal à étouffer son hilarité face à la réaction de Dame Iris. Elle n'avait jamais vu quelqu'un aussi horrifiée par une poitrine découverte. Les mœurs avaient bien changés depuis le siècle dernier !

« Une excellente idée ! Un joli ruban en soie, d'une couleur un peu plus claire peut-être. Pour la coiffure je la vois bien agrémentée de fleurs, pour une touche printanière. Je ne crois pas que votre amie est prête pour quelque chose de plus...extravagant.»

La Marquise sourit, quelque peu attendrie par la bonne humeur de Ronce. La Reine avait probablement peu de moments pour se détendre et la Fée Perruque était très heureuse de pouvoir lui offrir l'occasion de se montrer légère et frivole. Marinette prit l'initiative de traduire pour l'Allemande.

« Madame la Marquise et sa Majesté vous proposent de mettre un ruban pour habiller votre cou, et des fleurs pour vos cheveux. »

Cunégonde arqua un sourcil. Ah. Tiens. Elle avait complètement oublié que Marinette maîtrisait cette horrible langue germanique. La Marquise haussa les épaules et repartit en quête de ces fameux gants. Au final, elle tomba sur un ruban que marierait parfaitement avec le vert de la robe d'Iris.

« Permettez.», fit-elle en s'approchant de la jeune femme et lui attacha le ruban autour du cou avec une douceur qui ne lui était pas très commune. Ça serait quand même dommage d'étrangler la dame de compagnie de sa Reine..!

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Conteur d'histoires
Narrateur
avatar

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   Dim 19 Oct - 23:56
Encerclée par deux Françaises, l'Autrichienne devint poupée entre les mains. On l'apprêta, l'habilla, la coiffa, testant sur elles des idées farfelues. Jamais aucune Cendrillon n'eut des fées-marraines aussi emballées. Sous la bénédiction de la Marquise reine et dame de compagnie devinrent des étendards de la mode française. Il fallait espérer que l'empereur d'Autriche-Hongrie serait touché par ces efforts.

RP Clos


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Mars 004] Ceci Madame, c'est Versailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: France :: Château de Versailles-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat