Partagez | 
 

 [An 03] Jouons avec nos peurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: [An 03] Jouons avec nos peurs   Sam 26 Juil - 18:01
Depuis sa rupture avec Vasile, Alice se sentait libérée. Chanson aux lèvres, elle se laissait porter par les chemins, se laissant guider par le hasard. Elle ne cachait plus ses attributs comme si dominer Vasile lui avait permis de mieux s'accepter. Parfois, au gré de sa route, elle entendait parler d'Androïdes et tentait d'en retrouver la trace. Mais malheureusement elle tombait sur des cadavres mutilés, ou la piste ne menait à rien. Mais Alice conservait toujours l'espoir de retrouver un Androïde perdu et de l'aider à fuir Vasile. Elle ne voulait pas que quelqu'un subisse le même sort qu'elle et continue de vivre dans l'illusion que l'inventeur roumain agissait pour le bien des autres.

Revenue en Allemagne, Alice avait décidé de jeter un œil dans un orphelinat dont elle avait entendu parler. Il y avait peu de chances de trouver un Androïde dans un tel lieu ; les Allemands préféraient les emmener dans les laboratoires. Mais Alice voulait tenter sa chance. Et si des Allemands tentaient de créer leurs propres Androïdes, menant leurs expériences sur des enfants ? Au sein de cet orphelinat se déroulait peut-être la même chose qu'au sein de l'asile roumain.

Malheureusement pour Alice, quand elle arriva à l'orphelinat, la nuit était déjà tombée. Les portes étaient closes. L'Androïde fit le tour du bâtiment, refusant d'attendre une minute ou plus. Cette bâtisse austère l'attirait.

Une fenêtre avait été laissé ouverte. Le vent faisait bouger mollement le rideau. Alice avait l'impression que l'orphelinat l'appelait, agitant le tissu comme un drapeau. L'androïde se rapprocha, posa sa main sur le battant. Celui-ci céda doucement, agrandissant l'ouverture jusqu'à cogner sourdement contre le mur.

Alice passa la tête par l'ouverture, regarda à droite, à gauche avant d'enjamber la fenêtre. Il n'y avait nulle âme qui vive dans les couloirs. Alice les remonta sur la pointe des pieds, espérant ne pas croiser un adulte. Les adultes étaient rapidement terrifiés. Les adultes avaient tendance à user de la violence quand ils avaient peur. Et Alice n'avait guère envie de salir sa robe avec du sang.

Une voix se fit entendre à sa droite. Alice tourna la tête mais ne vit rien. Haussant un sourcil, l'Androïde reprit sa marche. Et fit un bond en arrière.

Une enfant se tenait devant elle. Robe blanche éclatante comme la lune, cheveux noirs comme la nuit, elle serrait sa poupée dans ses bras. Cette soudaine apparition, conjugué au regard vide de l'enfant, avait quelque chose de malsain. Mais Alice était plus surprise et curieuse qu'effrayée. Son séjour à l'asile l'avait habitué à voir bien des choses. C'est donc poliment que l'Androïde se pencha vers l'enfant pour la saluer, et la questionner. Mais l'enfant posa un doigt sur ses lèvres.

— Pas de bruit. Sinon ils vont venir. Les Sans-Visages...

Un bruit se fit entendre. Comme si quelqu'un venait de cogner contre un mur. L'enfant, elle, avait déjà disparu.



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Mer 13 Aoû - 18:14
Pitt s'était promené, puis avait essayé d'attirer un lièvre avec un biscuit. Mais il semblerait que ce soit l'inverse qui ait eu lieu, l'animal attira le proxénète pilleur de cadavres jusqu'à une bâtisse. Quand il se rendit compte qu'il n'était plus dans la petite ville où il était venu chercher son argent, il faisait bien sombre. Pitt soupira, lassé, il ne voyait rien pouvant lui servir de point de repère. En plus, il avait un peu faim. Mais pas question de prendre l'un de ses biscuits, il y avait des rongeurs aux longues oreilles dans les parages. Comment ferait-il s'il n'avait plus de petits gâteaux secs ?
 
Il entreprit de faire le tour du bâtiment, cherchant une entrée quelconque puisque que la porte ne s'ouvrait pas malgré ses tentatives dénouées de délicatesse. Où pouvait bien se trouver la cuisine ? Il rôdait autour de l'endroit clos, l'examinant à plusieurs reprises. Il passa d'ailleurs devant une fenêtre ouverte qu'il ne vit pas directement.
 
- Pourquoi laisse-t-il une vitre ouverte ? Le bâtiment va leur en vouloir de laisser le froid et les non-invités entrer.
 
Des pensées dites à voix hautes dont il était persuadé d'avoir formulées dans sa tête. Il se retourna, pour voir si l'un de ses hommes avait pu le suivre et le ramènerait au Zeppelin. Mais rien, personne. Même pas un lièvre. Il eut un léger rire, sans savoir ce qui le provoqua. Pitt se hissa au travers du trou servant à aérer et à apporter de la lumière à la grande maison. Il resta un instant assis sur le rebord, observant le couloir. Prenant garde à ses bretelles qu'il laissait pendre, il mit un pied au sol puis l'autre. Gardant sa main droite sur son ancienne place assise, il tapota de ses doigts. Il réfléchissait, ne sachant pas vraiment que faire. La cuisine était son but de départ, mais les environs tirait son esprit dans toutes les directions. Impossible de rester concentré sur un seul élément. Pitt radota des pensées indescriptibles, puis il choisit enfin une direction. Pas de chance, il s'agissait d'un mur. Il tomba au sol, son nez lui faisait mal mais... rien de cassé à pas un petit saignement qu'il s'empressa d'essuyer.
 
Maintenant sur le planché des vaches, il n'avait pas envie de se relever. Il s'allongea sur le dos, cherchant à savoir par où commencer son exploration sans but précis. Son ventre manifesta le vide dont il était empli par un gargouillement.
 
- Raaah, et puis zut !
 
Il alla chercher dans sa poche un biscuit qu'il mangea, lentement tout en essayant de trouver une raison qui le ferait rester dans cet endroit qui commençait à lui faire ressentir une petite angoisse. Il garda son sourire malgré cela, accompagné un gloussement nerveux. 
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Jeu 14 Aoû - 16:21
Peu rassurée, Alice se rapprocha du lieu d'où venait le bruit. Un grignotement se fit entendre. Des souris ? Un sourire vint prendre place sur le visage de l'androïde. Au contraire de bon nombre de jeunes filles, Alice appréciait ces petits rongeurs. Avec leur pelage si doux, et leurs petits yeux ronds comme des billes. Mais ce qu'elle vit, ne ressemblait pas à une souris.

La lueur de la lune dessinait les contours d'une silhouette vaguement humaine. Allongée au sol. Alice se rapprocha et saute à quelques pas, s'adressant à une des extrémités de la silhouette. En l’occurrence les pieds. L'androïde n'avait pas su distinguer le haut du bas.

— Vous êtes blessé ?

Alice ne voyait pas d'autre raison à ce que l'homme soit à terre. Voulant le relever, elle constata alors qu'elle tenait entre ses mains un pied. Le lâchant, elle avança vers la tête de Pitt. Sa main de chair tâtonna dans le noir, appuya sur le nez.

— Oh désolé. Vous pensez pouvoir vous relever ?

Des grincements se firent entendre. Alice ne savait pas d'où ils provenaient, mais cela ne lui disait rien qui vaille. L’orphelinat cacherait des fantômes que cela ne l'étonnerait pas.



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Jeu 14 Aoû - 17:41
Pitt n'avait pas remarqué que quelqu'un s'approchait, trop occupé à grignoter. Il n'eut conscience qu'il n'était pas le seul à errer dans le couloir que lorsqu'une voix de femme s'adressa à lui, enfin à ses chaussures.
 
Mes pieds vont bien, c'est rare de voir des gens s'inquiéter pour eux. Pour une fois, il avait réussi à garder ses pensées dans sa tête.
 
- Disons que ça va.
 
Le Lièvre n'était pas des plus apeuré face à cette situation, mais un sursaut le pris dès que Alice releva son pied puis le lâcha pour ensuite réveiller une petite décharge de douleur venant de son nez. Ce qui le fit se détacher de sa flemmardise et se redressa, la main sur son cartilage encore douloureux.
 
- Ahaaa ! Mon nez... À part ça, je peux me lever, oui certainement.
 
S'arrêtant de râler, il était sûr d'une chose : au moins la dame du couloir était plus ou moins polie. Son esprit revenant sur l'environnement, il put entendre ce qu'apparemment la jeune fille entendait. Des bruits peu rassurants. Le proxénète ne saurait dire pourquoi, mais il sentit une angoisse devenir de plus en plus forte.
 
- Mh, personnellement, j'aime pas tellement cet endroit... Mais j'aimerais bien trouver les cuisines, vous connaissez les lieux ?
 
Bien que le lourd sentiment d'insécurité s'installait en lui, il trouva encore le moyen de poser cette question accompagnée d'un sourire plutôt crispé. Il eut un rire nerveux, si cela continuait, il pourrait finir par avoir une migraine. Il se mit à réfléchir, les bruits comme ceux-ci lui rappelait les pieds qui se traînaient des zombies. Étonnement, cette pensée le rassurait. Ces créatures étaient moins dangereuses que la plupart des vivants. Les grincements refirent surface. Que faire ? Que fait-on dans un lieu peu rassurant, en pleine nuit avec des sons effrayants ? Pitt dirait qu'il faudrait évidemment aller voir la source des éléments sonores. Complètement relevé, sur ses pieds non-blessés, il entreprit de raser les murs jusqu'à l'angle d'où provenait le grincement. Puis il fit à Alice de rejoindre le mur. Le sourire de sortie.
 
- Les bruits existent pour se faire entendre... Il faut donc les trouver, non ? Bien que j'avouerai ne pas être rassurer. Et puis, j'ai toujours pensé que se séparer est une éternelle mauvaise idée dans un lieu pareil.
 
Une sorte de chasse au fantôme, un jeu, voilà ce qui avait pris la place de son but premier -qui était à la base les cuisines. Cependant, il s'agissait d'un jeu qui pourrait ne pas lui plaire du tout. La première fois qu'il avait cru se retrouver face à un esprit vengeur s'était avérée être un reflet. S'attendait-il vraiment à revoir le même genre de personne ? Il commença son exploration en direction de l'angle du corridor. Il n'aimait pas se retrouver seul dans les endroits qu'il ne connaissait pas, mais là, il n'avait personne de son équipage. Alors, la jeune fille tombait parfaitement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Jeu 14 Aoû - 22:02

De toute évidence l'inconnu n'était pas un employé. D'un côté c'était une bonne nouvelle : il n’appellerait pas la sécurité pour la faire sortir. D'un autre côté cela soulevait bon nombre de questions. Que faisait-il ici ? Alice fronça les sourcils en l'entendant lui demander où se trouvaient les cuisines. Un voleur aurait plutôt chercher le bureau du directeur. Il y avait peu de chance de trouver de l'argenterie dans un orphelinat.

— Non je... Je viens tout juste d'arriver. Vous êtes venu voler de la nourriture ?

C'était la seule explication plausible qui lui venait à l'esprit. L'Androïde suivit docilement l'homme, écoutant ses paroles. Il voulait donc connaître l'origine des bruits ? Ce n'était peut-être pas la meilleure idée qui soit.

— Une petite fille m'a mis en garde contre des... Sans-Visages. Je ne sais pas ce que c'est, mais ça avait l'air dangereux.

Alice en avait vu pourtant des choses, dans l'asile. Mais ici, dans la pénombre de l'orphelinat, se réveillaient en elle des peurs enfouies. Des craintes enfantines comme les monstres cachés sous le lit. Il leur fallait de la lumière. Alice laissa glisser sa main contre le mur mais ne rencontra aucun interrupteur. Par contre il y avait une faible lueur qui brûlait, au loin, dans le couloir.

Crispée, la jeune fille s'avança à pas rapides vers la source de lumière. Ce n'était autre qu'une lampe à pétrole qu'on avait oublié là. Alice s'en saisit, toute ravie, et fit signe à Pitt de la rejoindre.

— Avec ça, on verra bien mieux, claironna-t-elle en brandissant la lampe.

La flamme éclairait le couloir, déformant les ombres. Derrière Alice se détacha une ombre plus grande que les autres. Vaguement humanoïde elle arborait, à la place du visage, un masque blanc lisse, sans bouche ni yeux. La créature bougeait lentement, suivant la danse des flammes. Alice ne l'avait pas vu, ne sentait pas sa présence. Mais la créature était là. Silencieuse, dangereuse. Un Sans-Visage.

Un Sans-Visage ? Mais qu'est-ce que c'est ? a écrit:
Vivant dans les ombres, ces créatures sont des silhouettes informes se mouvant sans un bruit. Leurs visages sont dépourvus de traits, parfois recouverts d'un masque blanc. La présence humaine les attire car ces créatures aiment se nourrir de la peur. Quand un Sans-Visage a choisi une proie, sa silhouette se transforme et adopte une apparence symbolisant une des craintes cachées de l'humain. Cela peut inclure une phobie, un complexe jamais résolu, mais aussi de mauvais souvenirs. Nombre d'humains ont ainsi cru revoir des morts revenir à la vie pour les hanter, alors que ce n'étaient que des Sans-Visages copiant leurs apparences et leurs voix.

En fait c'est une idée de créature que j'ai eu y a longtemps et que j'aimerais faire apparaitre depuis un moment. J'espère que l'idée te plaira, Pitt ! Je te laisse voir si le Sans-Visage prend l'apparence d'une peur de ton personnage.  :jump: 



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Jeu 14 Aoû - 23:02
La jeune fille était dans la même situation que lui, mais peut-être avec un but différent. D'ailleurs, elle avait demandé à savoir ce qu'il faisait ici en lui parlant de vol de nourriture. Le Lièvre lui répondit avec un sourire à nouveau crispé par l'angoisse inexpliquée qu'il ressentait.
 
- Je ne sais pas trop, de base je comptais juste chercher des gâteaux... Mais maintenant, ça ne m'intéresse plus.
 
Puis il repartit dans ses pensées, mais Alice le ramena bien vite avec un nouvel élément. Elle avait parlé de... Sans-Visages. Pitt ne cacha pas sa surprise lorsqu'elle parla de ces gens ou de ces choses. Il n'en avait jamais entendu parlé, ou bien il n'avait pas écouté ceux qui lui en avait fait part. Et puis... ces créatures pouvaient être dangereuses d'après ce qu'aurait dit une fillette.
 
- Sans-Visages...
 
Il cherchait à comprendre à quoi cela pouvait être relié. Juste une farce d'enfant ennuyé dans cet endroit ? Soudain, dès qu'il releva ses yeux absinthe qui étaient partis se perdre dans le vide, Alice mit la main sur une lampe. Parfait ! Le pilleur de cadavres s'approcha alors de la dame non-invitée comme lui. Plus il s'approchait, plus il pouvait voir véritablement à quoi ressemblait son interlocutrice. Le sourire figé, un peu plus détendu grâce à la présence de la lumière mais aussi grâce au métal présent sur Alice. Une androïde, c'est bien ça ? Il les avait imaginé plus hideux que ses zombies, mais au moins la puissance devait être bien là. Quoi de mieux pour se rassurer que de se dire que l'on est accompagné de ce que craignent déjà beaucoup ?
 
Bien qu'il soit un peu soulagé, il ressentait toujours un sentiment lourd. Mélangé entre horreur et tristesse. Puis ses lèvres reprirent le sourire tendu, faussement joyeux, angoissé. Ses yeux s'ouvrirent grand en voyant quelque chose parmi les ombres. Il avait l'impression que son cœur allait exploser en voyant cette chose derrière celle qui tenait la source de lumière. Il était tétanisé voyant la forme qui changeait, aléatoirement, prenant beaucoup d'apparence rapidement, comme si elle cherchait la plus appropriée. Pitt ne pouvait les distinguer, toutes passaient en vitesse. Mais enfin, ce qui s'avérait être un Sans-Visage avait fait son choix.
 
Le Lièvre de Mars eut un rire encore plus nerveux que les autres, il tentait de parler, de dire à Alice de se retourner. Mais il n'arrivait à rien. Lui qui se montrait pourtant si bavard parfois, maintenant il n'avait plus envie de jouer. La créature avait pris la forme de chair de la petite fée de New-Wonderland. La jeune fille de seize ans qu'elle avait été avant de finir en poupée fragile. Les mêmes cheveux noirs et brillants, les mêmes yeux azur, les mêmes fissures... Celles de la nuit où elle vivait ses derniers instants en tant qu'être de chair. La créature bougea ses bras, ses mains, ses doigts, sa tête... faisant ainsi se déchirer cette peau dénuée d'élasticité naturelle. Elle venait dans la lumière de la lampe, Pitt distingua ces cicatrices en losanges irréguliers et imprécis qui donnait un effet proche de celui de la lave dont la croûte sèche se craquelant laissait paraître les fluides encore chauds. Le Lièvre ne supportait pas cette vision, qui s'accompagna d'un "C'est...à cause de toi..." dit d'une voix monstrueuse. Le sang commençait à ruisseler de plus en plus sur tout le corps de la fausse fée. Pitt réussit enfin à articuler :
 
- On... Il faut partir... partir maintenant... quelque part.
 
Il ne tenait plus sur ses jambes affaiblies par ce souvenir douloureux, qui avait longtemps tâché son sa bonne humeur et enchaîné son esprit cette chose uniquement. Peut-être aurait-il dû utilisé son arme ? Il en était incapable, pas contre son dahlia arlequin. 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Jeu 14 Aoû - 23:41
Au début Alice ne comprit pas ce que voulait lui dire Pitt. Elle clignait des yeux alors que l'homme en face d'elle tentait de communiquer avec elle par des gestes bizarres. Ce fut la voix du Sans-Visage qui la poussa à se retourner. Un cri échappa à Alice, et la lampe manqua de lui tomber des mains alors qu'elle sursautait. Mais elle se raccrocha à une lampe, comme à une bouée.

Les paroles de Pitt la ramenèrent à la raison. Oui, il fallait partir ! Alice allait proposer de retourner en arrière, mais un autre Sans-Visage les attendait. Sur son masque un croissant de lune renversé dessinait un sourire étiré. La silhouette se troubla. Agitée de soubresauts, elle se contorsionna de façon grotesque. Des vêtements l'habillèrent qui se teintèrent rapidement de sang. Le masque tomba en dernier, dévoilant à Alice le visage de sa mère. Un visage tuméfié couvert d'hématomes où seul brillait un regard haineux.

Devant une telle vision, Alice sentit ses forces l'abandonner. Ses genoux tremblaient, et une furieuse envie de pleurer la prenait à la gorge.

Un cri d'enfant lui parvint alors. Le cri d'un enfant terrorisé. Ce fut comme un électrochoc. Tenant la lampe avec sa main androïde, Alice agrippa Pitt par le bras et fonça dans le couloir. Le Sans-Visage, à l'apparence de gamine ensanglantée, voulut les stopper mais Alice louvoya pour l'éviter. L'Androïde préféra ne pas voir si une des créatures les suivait.

Alice tourna deux fois à droite et fonça dans une porte à double-battant qui leur faisait face. Lâchant Pitt, elle trouva un meuble et le poussa contre la porte. Entre temps elle avait déposé la lampe à pétrole au sol, laissant la lumière jouer avec les ombres.

— Je crois... qu'on est... en sécurité...

La peur et la course lui avait coupé la respiration. La jeune femme inspira un grand coup. Elle se demandait bien dans quelle pièce ils se trouvaient. Avec tout ça, elle avait oublié de se présenter.

— En fait je me nomme... Alice. Et vous ?

Spoiler:
 



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Ven 15 Aoû - 9:54
Lorsqu'ils voulurent fuir, un autre monstre prit la forme d'une femme elle-aussi en mauvais état. Pitt ne savait que laisser s'envoler son rire nerveux, rien d'autre, incapable de penser même de laisser son esprit divaguer. Tout enchaînait sa conscience sur le moment, rien ne le laissait être distrait Heureusement pour lui, Alice avait eu le réflexe de fuir loin de ces... personnes ou monstres. Dans leur course, alors qu'il était entraîné par la jeune androïde, la fausse Dahlia avait tenté de les attraper. Ils réussir à l'éviter.
 
Pitt ne se souvenait même plus comment la suite du parcours en course s'était déroulée. Il ne reprit ses esprits qu'une fois dans une pièce que la jeune fille avait barricadée. Quelle chance qu'elle soit bien plus réactive que lui face à ces choses. Le Lièvre sembla plus lucide dès que Alice eut dit à bout de souffle qu'ils seraient en sécurité. Du moins, une pause parmi ce tourbillon de terreur passée. Le proxénète reprit son souffle, ce qui avait été difficile avec cette réaction en chaîne de sursaut et de marche rapide. Enfin calmé, il observa les alentours sans voir plus loin que ce que la lampe voulait bien éclairer. Mais l'androïde reprit son attention en se présentant. N'ayant rien trouvé à redire sur la politesse, Pitt s'exécuta :
 
- Je...m'appelle Pitt. Et... toi que faisais-tu ici ?
 
Le choc n'était pas encore passé. Il ne parvenait pas à comprendre ce qu'était ses créatures. Qu'est-ce qu'il fallait faire maintenant ? L'envie de manger lui était passé, plus de raison de chercher la cuisine et il n'avait plus envie de jouer avec ces monstres. Cependant, au final, qu'est-ce qui le terrifiait le plus ? Les Sans-Visages ou Dahlia ? Il répondrait les monstres à face lisse, mais son inconscient savait pourquoi la fée de porcelaine avait fini ainsi. C'est juste que le Lièvre de Mars, lui, était incapable de s'en rendre compte.
 
Le pilleur regardait de temps en temps les parages, à l’affût d'une autre apparition. Rien, pour l'instant. Puis il se retourna vers Alice :
 
- Il faut sortir d'ici, du bâtiment qui sert à je ne sais quoi...
 
Il ne savait toujours pas qu'il se trouvait dans un orphelinat. Il continua :
 
- Sinon, si les autres me cherchent, il ne me trouveront pas. Et puis... je ne comprends pas d'où sortent ces... Sans-Visages.
 
La seule chose qu'il voyait capable de le ramener loin de ce lieu, n'était autre que son équipage. Bien sûr, sa curiosité lui dirait de chercher à savoir ce qui se passe. Cependant, l'apparition de son dahlia arlequin ne lui avait pas plus du tout. Il ne pouvait pas supporter cette vision sanglante qui lui donnait la migraine en plus de ça. Pour le moment, il voulait s'en aller. Mais peut-être serait-il soudainement happé d'une folle envie de jouer avec ces monstres ? Possible, mais pas avec Dahlia.  
 
On entendit des bruits venus de l'autre côté de la porte, comme si l'on était passé devant. Pitt ne se sentait pas comme à son habitude, il se sentait terriblement faible. Enfin, une faiblesse qui lui était bien connue, celle de son enfance. Il n'avait pourtant rencontré la fée qui avait été impassible, après cette période peu amusante. Les grincements recommencèrent... Cette fois-ci, le proxénète aux yeux d'émeraude sortit son arme. Serrant le pistolet plus que de nécessaire afin de ne pas trembler. Ces images passées le mettaient à bout. 
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Ven 15 Aoû - 19:08
— Je... suis venue visiter.

Vu la situation, Alice n'avait pas envie de se lancer dans de longues explications. Reprenant la lampe à pétrole, la jeune femme la tendit au bout de son bras pour mieux voir les alentours. Des tables apparurent, flanquées de chaises.

- Il faut sortir d'ici, du bâtiment qui sert à je ne sais quoi...
— Orphelinat, corrigea Alice. Et je crois que nous avons fini dans le réfectoire. On peut toujours essayer d'atteindre la cuisine.

Piquer quelques rations dans le stock de nourriture serait du vol pur et simple. Alice en avait conscience. Mais passer à côté d'une telle quantité de vivres sans y toucher serait du gâchis.

Le bruit de l'autre coté de la porte arracha un sursaut à Alice. De son côté Pitt avait sortit un revolver. Ces monstres avaient-ils la force nécessaire pour ouvrir une porte ? L'Androïde préférait ne pas attendre pour pouvoir le savoir. La cuisine semblait être la meilleure option.

— La cuisine doit donner sur une autre salle. Les réserves, et donc une sortie. Par là où ils doivent se faire livrer. Allons-y.

Alice ouvrit la marche, marchant d'un pas mesuré. Ce n'était pas le moment de tomber à la renverse en se heurtant à quelque chose.

Une chaise tomba. Le fracas résonna dans toute la pièce. Au loin dans la pénombre se dessinèrent des masques blancs.

— Merde.

Alice avait la désagréable impression que les créatures les encerclaient. Elles savaient donc agir en groupe organisé.

— Pitt, vous avez un arme à me prêter ?



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Ven 15 Aoû - 20:50
Ces choses sortaient des ombres, encore... Pourtant, il avait été heureux d'au moins atteindre la cuisine. Une joie bien courte avec ces créatures qui s'invitaient d'elles-mêmes dans la pièce. En tout cas, il était sûr que les portes ne servaient à rien contre elles.
 
- Vous n'étiez pas invités...
 
Grogna le Lièvre, encore et toujours le sourire crispé.
 
— Pitt, vous avez un arme à me prêter ?
- Voulez-vous une roulette russe ?
 
Le ton de la phrase était amusé, comme si tout était parfaitement normal. Il parlait du pistolet qu'il utilisait pour ce fameux jeu de hasard. Alors qu'il cherchait à le sortir, il leva les yeux au plafond.
 
- ...Je l'ai laissée à Violette...
 
Il la laissait toujours à cette fleur, pourtant il s'était dit qu'il l'avait sur lui. Il aurait pu ne pas s'en soucier, mais le problème était qu'ils se situaient dans une situation plutôt tendue. Et puis, le proxénète était en permanence accompagné d'au moins une personne plus réactive que lui dans ces cas-là. Dans le cas présent, comme il l'avait déjà remarqué, la jeune Alice était cette personne. Donc elle ne devait pas mourir, donc il lui fallait une arme. Perdu dans le dilemme de trouver de quoi se défendre, il remarqua tout de même que les Sans-Visages n'avaient pas pris la forme de quelque chose. Pour l'instant.
 
- Bien bien, prends ça.
 
Il plaqua l'arme à feu dans les mains de l'androïde, sans même penser qu'elle pourrait peut-être se défendre avec ses parties de métal. Le Lièvre avait troqué le révolver contre ce qui lui passa sous la main, une chaise, qu'il lança dans le tas. Il était sûr qu'il fallait agir avant que les monstres ne prennent forme. Mais il n'avait sans doute fait que de les énerver encore plus. Enfin, il avait dans l'idée de les empêcher de prendre l'apparence de personnes ou de choses qui le tétaniserait. Un peu comme agiter sa main dans de la fumée afin qu'elle ne puisse se modeler.
 
Le petit meuble arriva en plein dans le masque blanc du Sans-Visage. Il eut un rire amusé, pour une fois que ce n'était pas de la tension. Son esprit se déchirait, voulant divaguer alors que la situation lui était des plus hostile.
 
- Pourtant... j'aime ce qui est unique... invraisemblable...
 
Il aimait peut-être les éléments spéciaux, mais ces derniers pouvaient très bien vouloir sa peau. Il lui en aura fallu du temps pour s'en rendre compte. Le masque tomba a terre, Pitt ne put résister à l'envie de le prendre. Il sauta sur la première occasion, ramassa d'un geste rapide l'objet étrange puis retourna sur ses pas aussi vite qu'il était venu à son nouveau trésor. Mais lorsqu'il commença à retrouver sa place vers Alice, une main qu'il reconnaissait très bien lui agrippa l'épaule gauche. Laissant le rouge du fluide s'imprégner sur sa chemise. Il résista à la curieuse tentation de regarder la copie de l'ancien corps de sa fée. Mais il ressentait à nouveau cette insupportable sensation de crainte et de tristesse... sensation qu'il n'aurait jamais pensé pouvoir exister. 

Il luttait pour ne pas se retourner, restant à fixer l'androïde. Le proxénète dit des mots qui ne parvinrent pas aux oreilles de celle qui tenait l'arme, ils ne parvinrent pas non-plus aux siennes. Le fait de devoir se répéter le mit de mauvaise humeur, cependant, il admit qu'il n'était pas explicite. Le Sans-Visage n'était pas exactement derrière lui, un peu décalé, une bonne portée de tir.
 
Rapidement, il réussit à passer outre sa tentation de bouder. Et cette fois-ci, il se devait se faire entendre :
 
- Tire-lui dans la tête !
 
L'air amusé de Pitt n'était plus inscrit sur son visage, bien que la peur avait été l'occupante la plus récente. Il avait une expression des plus sérieuse, un faciès des plus rare chez lui. La distance peu longue ne devait pas être un problème pour la jeune fille, elle ne devrait pas manquer sa cible. Enfin, normalement. Tout s'était passé très vite, les autres commençaient déjà à chercher en quoi se déguiser. 
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Ven 15 Aoû - 23:16
C'était la première fois qu'Alice tenait un revolver. Elle fit tourner l'arme entre ses mains, fronçant les sourcils. Avec sa main de métal il lui serait impossible de l'utiliser correctement. Elle glissa donc ses doigts de chair sur la détente, tandis que ses griffes de métal tenaient la poignée de la lampe à pétrole.

Ces créatures pouvaient-elles mourir ? Alice tendait le bras, revolver au poing, hésitant où tirer. Le plus logique aurait été de viser les masques, mais le doute assaillait l'esprit de l'Androïde. Pitt fut plus rapide à agir, et Alice accueillit son action avec un sourire. Qui se transforma en grimace à la vue de la fille sanglante qui avait posé sa main sur l'épaule de l'homme.

Le bras d'Alice tremblait. Elle sentait les créatures se rapprocher, amenant avec elle une atmosphère surchargée, emplie de mauvaises pensées. L'air devenait suffocant, l'Androïde avait l'impression d'étouffer.

Mais la voix de Pitt la poussa à lever le bras et à tirer. La première balle toucha le bras de la créature qui poussa un glapissement suraigu. La seconde toucha la tête, arrachant un grimace de dégoût à Alice. La créature reprit son apparence de bouillie noirâtre, se déversant en sol en poussant des couinements de bête blessée.

Un sourire étira les lèvres d'Alice. Le sourire d'une élève satisfaite devant le travail accompli.

— J'ai réussi ! J'ai réussi, Pitt !

Toute fière, Alice brandissait le revolver au-dessus de sa tête.

Soudainement la lampe lui échappa des mains, et roula au sol. Le revolver en fit de même, atterrissant aux pieds de Pitt.

Alice venait de se faire « gober » par un Sans-Visage.

La créature l'avait absorbé, telle une gelée immonde. On aurait même dit un serpent venant de faire son dîner, le ventre tendu par le cadavre encore mal digéré. Alice, elle, étouffait. Elle n'était entourée que de ténèbres emplies de voix qui lui soufflaient des mots ignobles. Lui rappelant ses crimes passées, ses douleurs cachées. Mains sur les oreilles, l'Androïde pleurait. Mais personne ne l'entendait.



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Sam 16 Aoû - 0:40
— J'ai réussi ! J'ai réussi, Pitt !
- Parfait.
 
La balle était passée juste à côté de lui, mais s'était logée dans le bras de la fausse Dahlia. Suivie d'une deuxième dans qui partie dans la tête. Le premier coup laissa à Pitt un sifflement aigu dans son oreille, ce son agaçant ne partirait que plus tard. Soulagé, il avait l'impression de pouvoir respirer. Bien que l'ambiance que trimbalaient ces créatures, qui semblaient tout de même ressentir la douleur, gardait un fond affreusement glaciale. Mais un froid de peur, celui qui refroidit le sang. Gardant le masque dans sa main, le proxénète se vit commencer à être distrait par ce nouvel objet. Mais alors que son esprit s'en allait, il revint violemment au sol. Son pistolet gisait à ses pieds, et l'apprentie tireuse avait servie de repas. Pitt cligna des yeux avant de véritablement comprendre qu'il devait l'aider. Donnant-donnant, on rend une action. Que ce soit par rancune ou par dette.
 
- Hein mais...?! Ce n'est pas le moment de manger ! Sale bête...
 
Un rire agacé, nerveux, indescriptible s'échappa de sa bouche. Le proxénète pouvait être lent à la détente, mais là, il avait compris qu'il devait être rapide. Ne pas divaguer. Le masque volé toujours en sa possession, il se dit que ces bêtes ne devaient pas êtres immortelles. Ou du moins pas insensibles à la douleur de ce qu'il avait vu. Durant toute sa petite réflexion inhabituelle il se sentait incapable de se retourner, de ne serait-ce qu'apercevoir ce qu'était devenu le "corps" de l'autre monstre. Que faire ? Il fallait éventrer cette chose pour en sortir son encas nocturne.    
 
Secouant la tête, pour se réveiller, il saisit l'arme au plancher. La brandissant tout en se rapprochant à pas rapides, il tira un coup à quelques centimètres du Sans-Visage déformé par la nourriture de chair et de métal qu'il venait d'ingurgiter. Le masque de cette créature-ci se brisa avant qu'elle ne se mette comme l'autre à émettre ces cris de bêtes blessée. La masse se transformait elle aussi en masse gélatineuse misérablement étalée au sol. Il ne restait d'elle que l'objet blanc et Alice. Derrière ce qu'il restait de la chose, la porte des cuisines offrait une échappatoire à cette compagnie des plus déplaisantes. À ce moment, il ne fallait pas réfléchir. Parfait, le pilleur de cadavre n'était pas doué pour faire marcher son cerveau. Là, il n'en avait pas besoin.
 
- Quelle idée de rester à terre.
 
Une remarque loin d'être importante. Cette fois-ci, c'était à lui de traîner la jeune fille. Il l'attrapa par le bras de chair, puis l'entraîna dans la pièce donnant peut-être une sortie potentielle. Malheureusement, il ne s'agissait pas des cuisines, mais d'un couloir. Pitt partit à gauche puis tourna à plusieurs angles pour arriver dans une pièce un peu plus grande que les autres. Il s'agissait en fait d'une cour intérieure, peut-être l'air de jeu des enfants. Ici, la lumière de la lune offrait un éclairage naturel qui permettait de voir ce qui s'y passait. Le proxénète laissa Alice, puis il soupira en voyant par les vitres des lumières allumées. On pouvait y voir se qui s'y passait, dans ces autres pièces. Les Sans-Visages semblaient êtres partout, cependant ils ne voyaient pas Alice et Pitt. Pour le moment... Et puis, les trois coups de feu se sont-ils faits entendre d'autres personnes que les monstres ?
 
- Rien de cassé ?
 
Adressa-t-il à Alice, il ne fallait pas que sa seule compagnie soit trop une proie facile pour ces Sans-Visages.
 
Pitt fit les cents pas, ne sachant que faire d'autre. Il observa son arme rangée, il lui restait trois autres balles plus quelques unes de recharge. Et... Il leva ses yeux d'émeraude au ciel tout en jurant. Il avait laissé la lampe sur place. Il avait toujours ce masque, qu'est-ce qu'il allait en faire ? D'un côté, il voulait savoir si ces choses risquaient de réapparaître s'il gardait cet objet.
 
- Il ne faudrait pas qu'ils apparaissent dans mon monde...
 
Se rendant compte qu'il pensait à nouveau à voix haute, il enchaîna avec autre chose accompagné d'un sourire crispé.
 
- En tout cas... Ils semblent aimer jouer avec nous. Et nous manger à l'occasion... Je pense qu'ils nous voient comme des... gâteaux !
 
Son oreille sifflait toujours, ce qui lui arracha une grimace en se tenant l'oreille gauche. Et puis, l'idée que Dahlia lui en veuille et tente de le tuer -même s'il n'était pas sûr des motivations de ces créatures- lui laissait une affreuse boule au ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Sam 16 Aoû - 16:00

Elle avait l'impression que cette gelée noirâtre s'était glissé partout. Dans son nez, ses oreilles, sa gorge. Durant sa course, agrippée par Pitt, l'Androïde n'avait fait que tousser et cracher. Comme une noyée régurgitant l'eau qu'elle avait avalée.

Arrivée dans l'aire de jeux, elle s'était laissé tomber sur un banc. Un vent glacial soufflait, secouant ses cheveux et lui arrachant des frissons. La balançoire grinçait, produisant un bruit désagréable. Satanée balançoire. Ramassant un caillou à terre, Alice le lança en direction de l'objet. Le caillou rata sa trajectoire, cognant contre une vitre. L'Androïde serra les dents, espérant que les créatures n'aient rien entendu.

- Rien de cassé ?
— Non, je... Merci.

Aussi bizarre soit Pitt, au moins il l'avait sauvé de l'estomac de la créature. D'autres, à sa place, auraient préféré fuir le danger. Ou laisser un Androïde se faire détruire. Pitt devait être une personne tolérante pour aider ainsi un Androïde, une créature vue comme dangereuse par d'autres. Ou il était simplement fou. Dans les deux cas cela ne gênait pas Alice. Elle était, de toute façon, bien mal placée pour critiquer la folie.

- En tout cas... Ils semblent aimer jouer avec nous. Et nous manger à l'occasion... Je pense qu'ils nous voient comme des... gâteaux !

La comparaison arracha un rire à Alice.

— De bons gros gâteaux savoureux. Mais je n'aime pas être un gâteau. Je préfère les manger, c'est bien meilleur.

Parler de gâteaux lui donnait faim. Dommage que les cuisines soient si loin désormais.

Se relevant, la jeune fille vit du mouvement derrière les vitres à l'étage. Une tache blanche au milieu des ténèbres. S'avançant pour mieux voir, Alice discerna une silhouette d'enfant, tenant une bougie à la main. Garçon ou fille ? Difficile à dire. Alice montra du doigt l'apparition à Pitt.

— Ce doit être un des orphelins. Il connait peut-être la sortie.

Envolé son ancien projet. La présence de ces créatures rendait son entreprise trop difficile. Il fallait quitter les lieux au plus vite. Alice agita les bras pour faire signe à l'enfant d'ouvrir la vitre. Mais son attention semblait déjà attirée ailleurs, comme si la présence d'inconnus ne l'intéressait guère. Furieuse d'être ainsi ignorée, Alice ramassa plusieurs cailloux et entreprit de viser les vitres de l'étage.

— Il faut qu'il nous indique la sortie ! Je ne veux pas être encore dévorée comme un gros muffin.



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Sam 16 Aoû - 17:58
Alice avait raison, l'enfant pouvait leur montrer la sortie du tunnel. En théorie du moins. Pitt fixait la silhouette ignorant les signes de la jeune fille.
 
- Encore des gens méprisants...
 
Le bruit des cailloux frappant la vitre le ramena sur le moment, puis sur les paroles très justes de l'androïde.
 
— Il faut qu'il nous indique la sortie ! Je ne veux pas être encore dévorée comme un gros muffin.
- En effet. À moins d'aimer l'acide des estomacs.
 
Le Lièvre observa le ciel, les mains dans les poches, le masque à ses pieds. Il surveillait les cieux, il cherchait le moindre signe pouvant lui dire que le Zeppelin et les autres l'avaient retrouvé.
 
- Toujours pas...
 
Le son des pierres créant des impactes sur les carreaux, semblait perturber les formes. Ces dernières, les ombres donnaient l'impression de chercher parmi les salles. Mais aucunes n'avaient encore eu l'ingénieuse idée de regarder par la fenêtre. Enfin, si elles pouvaient regarder sans yeux. Les iris d'absinthe revinrent se figer sur ce sale gosse qui semblait les ignorer. Prenant un biscuit qu'il grignota, il gardait son sourire mais ne savait pas vraiment que faire. N'y avait-il pas de gardien qui pourrait les voir et les flanquer à la porte ?
 
- Si on fait assez de bruit, et qu'on saccage tout... Les gérants ou les gardiens devraient venir d'eux-mêmes nous mettre dehors, non ?
 
Il se retourna, chercha une pierre plus lourde que les petits cailloux. Il trouva ce qu'il convoitait un peu plus loin, il en saisit plusieurs avant d'opter pour celle qu'il pourrait tout de même lancer sur la bonne fenêtre sans trop de problème. Il revint à sa place initiale, puis déclara :
 
- Attention aux morceaux coupants, il ne faudrait pas non plus être coupé avant d'être servi. Ce serrait du gâchis !
 
Avec un sourire satisfait, devenu rare tant qu'il serait dans ces lieux, il lança la pierre dans la vitre de l'étage. Dans un grand fracas, une explosion de matière transparente et coupante remplaça brièvement la fenêtre où se trouvait l'enfant. Pitt eut un rire amusé, puis il cria au gamin :
 
- Ne faudrait-il pas mettre les invités non-invités dehors ?
 
Son sourire était encore plus étiré qu'avant. Sans s'occuper de l'enfant, qui n'avait apparemment pas reçu la masse dans la figure, le proxénète se tourna vers Alice.
 
- Ne peux-tu pas te servir de ton bras pour faire un peu de désordre ? Ils ne doivent sans doute pas aimer que des gens salissent tous.
 
L'enfant s'était approché de la fenêtre brisée, regardant le pilleurs de cadavres et l'androïde. Pitt le fixa du coin de l'œil. Tout en ramassant le masque du monstre passé.
 
- Qu'est-ce que tu attends pour appeler les adultes ?
 
Toute cette situation gardait l'esprit du Lièvre de Mars désespérément attentif à la situation... 
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Sam 16 Aoû - 18:47
Le fracas de la vitre brisée semblait avoir alerter du monde. Alice pouvait percevoir des bruits de pas et des portes qui claquaient. Tournant la tête elle vit même, dans un des couloirs, de la lumière. Comme si quelqu'un se baladait avec une lampe à la main.

— Je pense qu'on a alerté quelqu'un.

Relevant la tête, Alice vit que le gamin, lui, n'avait pas bougé. Il se rapprocha soudainement de la vitre, le regard fixé sur les adultes en contre-bas. L'Androïde vit alors distinctement le garçon avancer et son corps passer à travers la paroi. Il marchait tout droit, dans le vide, sa bougie dans sa main l'éclairant d'un halo pâle.

— Un fantôme...

Alice regardait le spectacle d'un air émerveillé. Le fantôme ne semblait pas leur vouloir du mal. Il marchait sans s'arrêter, jusqu'à s'enfoncer dans le mur et disparaître.

— C'est pas banal ça.

Une des portes de la cour s'ouvrit alors sur une silhouette humaine. Elle se rapprocha, portant devant elle un halo lumineux. Alice dut plisser les yeux, aveuglée. La silhouette stoppa à quelques pas, glapissant d'une voix aiguë.

« Mais que faites-vous ici ? Qui êtes-vous ? »



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Sam 16 Aoû - 21:53
Parfait, la seule solution qu'avait trouvé Pitt commençait à porter ses fruits, il y avait maintenant une personne familière à l'endroit. Étonnement, le Lièvre s'était désintéressé du fantôme. N'y voyant qu'une chose en quelque sorte unique qu'il ne pourrait pas enfermé dans son idéal.
 
Le proxénète attendit avant de répondre à la personne qui était venue à eux. Il n'avait même pas écouté un seul mot de cette lueur d'espoir. Il avait obtenu ce pourquoi il avait anéanti la fenêtre, pourtant il s'était désintéressé du résultat.
 
- Que t'es bruyant.
 
Lança le Lièvre d'un ton plaintif contrastant avec le sourire qu'il affichait. Une de ses mains toujours logée dans l'une de ses poches, il haussa les épaules avant de vérifié à nouveau le ciel. Il n'avait même pas prêté attention à qui se trouvait en face de lui. Un homme, une femme ? Il ne l'avait même pas défini. Mais il fixa Alice, puis l'interlocuteur.
 
- Une de vos gelées noires à voulu manger cette femme. Il vous faut revoir vos mode d'éducation.
 
Le pilleur de cadavres avait son grand sourire, celui qui disparaissait face à ces créatures capables de prendre l'ancienne apparence de Dahlia. Le proxénète observait un peu les autres fenêtres, méfiant de voir les ombres peu accueillantes s'activer. Il joua avec le masque, le tournant dans tous les sens avec sa main droite. Puis il s'arrêta subitement. L'objet blanc semblait sans vie, Pitt avait craint qu'elle n'invoque encore ces monstres. Mais rien depuis qu'il l'avait réquisitionné. Il le scrutait, se demandant de quoi était-il fait. Le matériel se révélait être lisse, si lisse qu'il semblait être fait d'eau. Le bruit agaçant qui s'était logé dans son oreille et mettait du temps à disparaître le ramena vite à la discussion.
 
- Ah et... nous cherchions un moyen de remplir la fonction d'être humain. C'est-à-dire, ne pas être des muffins. Et nous sommes des gens qui veulent sortir. Et prendre de quoi manger dans la cuisine. Vous êtes bien aimable. Et aussi, pensez-vous que je pourrai emporter ce masque dans ma création ? Sans qu'il y ait des tas de gelée partout ?
 
Pitt ne cessait de passer du vouvoiement au tutoiement, il ne s'était pas concentré sur sa politesse. Ajoutant à ceci, sa manie de beaucoup parler pour ne pas forcément dire des choses intéressantes ou nécessaires.
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Dim 17 Aoû - 18:15
L'individu qui portait la lampe n'était autre qu'une femme. Sèche comme un coup de trique, la cinquantaine bien trempée. Ses yeux s'étaient agrandis à chaque mot prononcé par Pitt. On aurait dit qu'elle allait exploser de colère. Finalement elle ouvrit grand la bouche, vociférant d'une voix forte.

« Mais vous êtes complètement fous ! Où vous croyez-vous ? »
— Dans un orphelinat, répondit Alice du tac au tac.

La vieille femme porta son regard sur Alice. Elle l'avait complètement ignoré jusqu'à présent. Ses yeux se posèrent sur les appendices métalliques de l'androïde qui brillaient doucement sous l'éclairage de la lampe. Un petit couinement s'échappa de la bouche de la femme. Sa main se tendait vers Alice ; on aurait dit une araignée blanchâtre à cause de ses longs doigts.

« Un Androïde... C'est la première fois que j'en vois un... »

Alice recula d'un pas, cachant son bras derrière son dos avant que la femme ne lui attrape. Elle n'aimait pas la lueur de convoitise qui brillait dans les yeux de la femme. Mais, en même temps... Peut-être que cette lueur leur permettrait de sortir d'ici.

— Si vous faites sortir cet homme, et que vous lui donnez ce qu'il veut, je vous laisserais regarder. Et même toucher.

La vieille femme sembla réfléchir quelques secondes, les sourcils froncés. Elle finit par hocher vivement la tête.

« Ce n'est pas cher payé, oh non. Suivez-moi. »

Alice emboita le pas de la femme, tout en demeurant sur ses gardes.

— Vous n'avez pas peur des créatures ?
« Les créatures ? Oh, ce ne sont que des histoires qu'on raconte aux enfants pour qu'ils restent dans leur chambre. D'ailleurs, monsieur, je me demande bien où vous avez trouvé ce masque. »


Tout de même Alice trouvait que cette femme forçait trop sur sa voix pour la faire paraître naturelle. Comme si elle cachait quelque chose.



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Dim 17 Aoû - 21:02
La vieille femme accepta ce que lui proposait Alice. Un marché, Pitt se défit de son sourire lorsqu'il avait entendu ce marché. Il n'avait aucune confiance en ce genre de chose. Mais les termes furent vite posés. Et lorsqu'il était agacé, il était un peu plus attentif. Enfin, avec ces histoire de contrat oral.
 
Il se mit à la suite de l'androïde, jouant toujours avec le masque alors que son autre main demeurait dans sa poche. Cette vieille femme, il ne l'aimait pas. Surtout parce qu'elle les avait traités de fous. Alors que le Lièvre ne voyait qu'elle de folle.
 
« Les créatures ? Oh, ce ne sont que des histoires qu'on raconte aux enfants pour qu'ils restent dans leur chambre. D'ailleurs, monsieur, je me demande bien où vous avez trouvé ce masque. »
 
- Je l'ai juste ramassé sur le cadavre d'une créature à l'apparence d'une fée à la peau craquelée sanguinolente. Vous savez, ces choses qui rôdent dans tout le bâtiment.
 
Il avait utilisé le même ton que celui de la dame, en souriant. Le masque en question tournoyait toujours entre ses doigts. De plus, le sang laissé par le monstre restait à tâcher la chemise de Pitt. Il n'y avait pas fait attention, il voulait partir de cet endroit de malheur et retrouver les autres.
Le parcours de la femme était simple, ils entrèrent à l'intérieur. Le Lièvre poussa un soupir, fatigué de croire qu'un Sans-Visage allait sortir de l'ombre. Les meilleures blagues sont les plus courtes !
 
L'ambiance redevenait oppressante, le proxénète leva les yeux au plafond. Et de sa main libre, il gardait son arme à prête. Et cette fois, il ne s'amuserait pas à chercher une porte pour sortir. Les fenêtres feraient un peu mal, mais autant sauter au travers que de tourner en rond. Toute cette histoire le lassait. Et puis... Cette vieille avec son air qui cachait quelque chose ne lui plaisait absolument pas. Autant il appréciait les tueurs fous, autant il détestait ces gens qu'il jugeait appartenir à la masse méprisante. Il gardait son rictus, mais ses yeux en disaient long sur sa véritable pensée envers cette dame. Il la fixait, son esprit se focalisait sur cette particule des gens qui haïssent ou sont à haïr.
 
Il s'arrêta de jouer avec l'objet blanc, qu'il avait passé à sa main gauche. Et se questionna enfin sur le pourquoi y aurait-il un fantôme d'enfant ici en plus des monstres. Il se disait souvent que les morts étaient plus sympathiques que la plupart des vivants, continuant sur cette optique. Pitt se fit remarquer qu'en théorie, où l'on trouvait des êtres fantômes, se trouvaient des morts. Enfin, des morts avaient eu lieu.
 

- Dites, vous, que faites-vous ici ? Vous ne trouvez pas que les choses y sont pesantes ?
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Dim 17 Aoû - 22:37
La vieille femme les avait amenés dans le garde-manger, sans rencontrer la moindre créature. Comme si elles n'existaient plus et n'avaient été que le fruit de l'imagination d'Alice et de Pitt. Cette absence d'attaque rendait l'ambiance encore plus oppressante. Alice était certaine que c'était une accalmie de courte durée. Mais à la vue de toute cette nourriture, l'Androïde oublia toute crainte. Et se mit à remplir consciencieusement un grand sac.

La vieille femme, elle, avait posé sa lampe sur un meuble.

« Ce que je fais ici ? Voyons je m'occupe de tous ces garnements. Je leur offre un toit et de la nourriture. Oh, la nuit, tout paraît beaucoup plus sombre, plus dangereux... C'est plutôt à moi de vous demander ce que vous faites là, hm ? En compagnie d'une androïde en plus. »

Le regard de la femme fut attirée par le masque que tenait Pitt. Elle l'arracha de ses mains pour mieux l'observer.

« Qu'est-ce... Un jouet ? Non, on dirait un masque. »

Comme motivée par une force qui lui échappait, la vieille femme ne put s'empêcher de coller le masque contre son visage.

Erreur impardonnable.

Un cri lui échappa tandis que le masque s'incrustait dans sa chair. Son corps fondait, se liquéfiait avec un bruit ignoble. Toute couleur disparut de son corps, remplacé par un épais magma noirâtre. La femme avait disparu, laissant place à un Sans-Visage.

Son sac de provisions dans les bras, Alice observa le résultat de la métamorphose avec une grimace. Au sol, près de la créature reposait un trousseau de clés.

— Pitt, prends la lampe et les clés. On devrait pouvoir ouvrir les portes avec ça !

Déjà la créature semblait reprendre des forces. De flaque, elle prenait peu à peu la forme d'une silhouette.



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Lun 18 Aoû - 19:59
Les réponses de la dame n'avaient pas effacé le sourire du proxénète. Cependant, une lueur agacée persistait dans ses yeux verts. Pitt avait envie de bouder et de partir chercher la sortie seul, il ne saurait pas vraiment expliquer le pourquoi. Son rictus se fit menaçant lorsqu'il jugea la vieille trop proche de son nouveau trésor, il voulu le retirer mais la femme l'avait déjà arraché.
 
- Ce sont ces sales bêtes qui t'ont éduquée ?!
 
La femme collait déjà le masque sur son visage, même Pitt ne l'avait pas fait. Et arriva ce qui devait finir par arriver, un monstre. Sauf que cette fois-ci, c'était la gardienne qui ce transformait en Sans-Visage pour ensuite commencer à revêtir un autre déguisement capable de faire littéralement mourir de peur la personne en face. Dans un énorme soupir suivit d'un rire nerveux et agacée, le Lièvre leva les yeux au plafond.
 
- Voilà ce qui arrive quand on vole ce qui ne nous appartient pas.
 
Il excluait sa propre personne de cette phrase. Alice le fit prendre conscience qu'il serait peut-être plus judicieux de récupérer les clefs et la lampe plutôt que de râler.
 
- Ah juste... en effet.
 
Alors que la boule d'angoisse en lui grandissait, il se jeta sur les pièces métalliques. Et puis tant pis s'il ne parvenait pas à obtenir la source de lumière. Après tout, rayons lumineux ou pas, les créatures se pointaient.
 
Tout en refusant de regarder la chose se transformant, le pilleur attrapa les clés. Cependant, il sentit une pression sur son épaule gauche. De nouveau celle tâchée par un liquide ressemblant au sang, il ne pouvait affirmer qu'il s'agissait de fluide rouge. Est-ce que ces créatures recréaient tout des êtres vivants ? La pression se fit plus fine, concentrée sur un point. Comme une lame, un objet tranchant lui rentrait dans la fine couche de chair entourant l'os. Ces sales bêtes n'avaient aucune manières ! Serrant le métal, il sortit son arme par réflexe avec sa main droite. Il tira sans regarder, ce qui arriva dans le bras de la nouvelle forme brise par le Sans-Visage. Toujours sans tourner les yeux vers la bête, il prit comme il le pouvait la lampe. Les clés s'entrechoquaient, la lampe n'avait pas le temps d'éclairer correctement le passage, tant elle était secouée.
 
Courant sans réfléchir, il sortit de la pièce, gardant un œil sur Alice. Hors de question qu'il se retrouve seul ! Il comptait bien sortir, et cette fois-ci, il fallait rester à l'étage du sol afin de pouvoir sauter des fenêtres. À ce stade, Pitt pensait que les vitres seraient plus simples à franchir qu'une porte. Il lança à Alice, d'une voix étrangement tremblante :
 
- On se tire d'ici !
 

Malgré son sourire crispé, il ressentit une peur qui semblait naître d'une déception. Mais quelle déception ? Et puis, sa blessures saignant et le brûlait. Rien de véritablement grave, juste douloureux.  La douleur avait d'ailleurs affaibli le bras, la simple lampe doublée des clés lui semblaient peser lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Lun 18 Aoû - 22:35
Le sac de provisions sur l'épaule, Alice suivait comme elle pouvait Pitt. La lumière de la lampe bondissait au rythme des pas de l'homme. Percevant l'approche des Sans-Visages, Alice indiquait à Pitt la direction à prendre. Mais jusqu'ici aucune porte close ne se présentait à eux. L'Androïde stoppa soudainement net devant une fenêtre. A travers la vitre, elle reconnaissait la rue principale qui déservait l'orphelinat.

— Pitt, la voilà notre sortie !

Alice regarda son bras androïde. Elle n'hésita qu'une seconde avant de déplier soudainement son bras, frappant du poing le verre. La vitre se fissura, une toile d'araignée se forma sur le verre. Alice frappa à nouveau. Des bouts de verre se détachèrent, tombant au sol dans un fracas assourdissant. La jeune fille se mit à élargir l'ouverture en frappant avec son coude métallique, au risque d'alerter tout l'orphelinat. Avec un grognement, l'androïde fit basculer son sac de provisions de l'autre côté.

— Pitt, fais gaffe en enjambant. J'en ai mis partout.

Déjà, Alice passait de l'autre côté de la fenêtre. Elle se pencha à l'intérieur, scrutant les ténèbres. Elle espérait que Pitt ne s'était pas perdu. Elle n'avait vraiment pas envie de retourner à l'intérieur.



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Mar 19 Aoû - 22:37
Le Lièvre avait eu l'impression que le couloir était interminable, enfin il ne parvenait pas à trouver une sortie. S'il avait été plus attentif, il aurait vu que Alice avait trouvé une fenêtre et qu'elle l'avait frappée à plusieurs reprises pour la casser. Mais bien sûr, il avait poursuivi son chemin. Cependant, il remarqua qu'il ne voyait plus la petite androïde. Il s'arrêta net, et entendit les bruits de verres. Il avait juste tourné à l'angle du chemin. Il avait sursauté pour rien au final, il vit la fille passer par la fenêtre.
 
Décidément, heureusement que quelqu'un gardait son esprit concentré ici. Alors qu'il faisait attention à la mise en garde d'Alice, la chose sans visage se montrait au bout du corridor. Pitt laissa tomber au sol la lampe, objet devenu sans intérêt d'après lui, mais il garda les clés. Tout en ne fixa que les pieds de la nouvelle forme du monstre, il voulu gagner du temps -et se venger que la femme lui ait pris son nouveau trésor- en tirant avec l'arme qu'il n'avait pas lâché, dans le ventre de la créature. La paume de sa main droite était teintée de rouge tant il s'agrippait au pistolet pour ne pas trembler.
 
Puis, sans même regarder s'il avait réussi ou non, il passa lui-aussi par l'ouverture brisée. Une fois au sol extérieur, là où se trouvait l'androïde. Il eut un rire, soulagé, mais fixait encore l'orphelinat. Un air déçu prit place sur son faciès, il n'avait pas pu avoir ce satané masque. Et puis, il aurait bien aimé propager la légende sanglante sur ce lieu. Pourquoi ne pas confronter ces deux incarnations de peur ? Un fou rire le prit, le forçant à se plier en deux en se tenant le ventre.
 
- Je reviendrai une autre fois pour ça. Mais je ne m'inviterais pas à l'intérieur.
 
Il se tourna vers le ciel, mais avec toute l'attention que lui avait demandé ces monstres insupportables, il n'était pas sûr d'être capable de distinguer son Zeppelin. Il se tourna alors vers l'androïde Alice, reprenant son grand sourire habituel :
 
- Si tu vois un Zeppelin dans les cieux, dis-le moi si je ne le vois pas. Je me trouverais bien embêté si je le chercherais inutilement.
 
Son regard se dirigea à nouveau sur le bâtiment, il l'intriguait toujours. Comment des enfants peuvent-ils y vivre ? Pitt joua avec les clés, il arrêta brusquement. Observant les objets métalliques, comme s'il n'était plus attentif du tout.
 
- Tiens tiens... Ils ont perdu les clés de l'entrée. Ils ne sont pas malins !
 
Il riait, prenant les tiges de métal dans son poing. Puis son humeur redescendit presque immédiatement.
 
- Je n'ai plus ma nouvelle pièce pour New-Wonderland...
 
Reportant encore son attention sur la jeune fille, qu'il distinguait bien mieux maintenant qu'auparavant, il l'interrogea :
 
- Qu'est-ce qui pourrait remplacer le masque du Sans-Visage si je veux quelque chose d'unique ?
 
Son croissant amusé revint sur son expression.

 
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Mer 20 Aoû - 17:51
Un zeppelin ? C'était la première fois que Alice entendait ce mot. Vu la phrase énoncée par Pitt, l'androïde en déduit que le zeppelin devait être un navire volant. Alice leva les yeux ; elle était curieuse de voir ce zeppelin. Mais le reste des paroles de Pitt la poussèrent à cesser de scruter le ciel. A la place elle se rapprocha de l'homme, curieuse d'en apprendre plus sur les mots curieux qu'il prononçait.

— New-Wonderland ? Qu'est-ce ? Une ville, un pays ? J'en ai jamais entendu parler.

Il cherchait quelque chose d'unique ? La réponse vint instantanément à l'esprit d'Alice.

— Un Androïde. Quelqu'un comme moi.

Après tout les Androïdes étaient uniques en leur genre.

— Les Androïdes peuvent faire preuve d'une grande force, ou une grande agilité... Tout dépend des modifications qu'ils ont subi. Mais ils doivent être traités avec respect, sinon ils se retourneront contre vous.

Alice n'était pas certaine que ce soit vrai, mais elle ne voulait pas que Pitt se mette à martyriser ses semblables. Après tout, elle ne le connaissait quasiment pas.

Soudainement une ombre fut projetée au sol, plongeant Alice et Pitt sous une obscurité plus profonde que la nuit. Levant la tête, Alice vit une forme imposante. On aurait dit une baleine volant dans le ciel. Le fameux zeppelin ?



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Mer 20 Aoû - 22:32
La jeune fille semblait intriguée, et au sujet de son idéal. Et lorsque l'on s'intéressait à lui ou à ses centres d'intérêts -surtout son monde- il avait tendance à parler. Alors pourquoi ne pas répondre ? Pitt prit un grand sourire quasi-bienveillant, semblant oublié sa petite blessure à l'épaule, il entreprit de répondre :
 
- C'est une ville que j'ai créé. Elle est décorée de choses uniques ainsi que de guirlandes lumineuses, et est habitée par ma fée de porcelaine ainsi que des zombies. Ils sont dénués de méprisent envers les autres. Ils sont très amusants !
 
Il regardait le ciel, cherchant en partie son dirigeable alors qu'il revenait de temps en temps sur Alice.
 
- Quant aux Androïdes...
 
Pitt réfléchit un instant, il était vrai qu'il n'avait pas vraiment rencontré beaucoup de ses machines humaines. Et pourtant il avait beaucoup voyagé. Mettant les clefs dans sa poche, il tira une rapide expression de légère douleur lorsqu'il usa de son épaule. Rien qu'une douleur superficielle qui ne devrait pas le déranger par après, à condition de désinfecter. Il eut une lueur de rappel dans le regard, il n'avait pas fini de méditer sur le classement des hommes-machines.
 
- S'ils sont comme toi, non-méprisant en plus de leur rareté... Et qu'ils ne cassent pas les autres choses uniques, alors vous entrez dans ma définition.
 
Le proxénète observa Alice, il s'agissait d'un être vivant, libre. Il ne pourrait pas l'exposer dans son monde. Il suffirait de lui laisser libre passage. Et puis, elle avait réussi à le faire penser à autre chose qu'à ce masque perdu.
 
- Le portail de New-Wonderland te sera ouvert, que j'y sois ou non. Il y aura toujours Dahlia et les habitants, et aucun n'est agressif. Tu pourras y apporter autre chose d'unique si tu y passes.
 
Lorsqu'il eut fini sa réflexion, l'ombre au sol lui prit toute son attention. Il leva la tête brusquement, le sourire présent jusqu'à maintenant s'agrandit d'un seul coup. Le March était là, enfin... avait-il remarqué le Lièvre de Mars au sol ?
 
Voilà ce qui l'inquiéta, cependant, il fut vite rassuré en le voyant faire une manœuvre d'atterrissage plus loin, dans un champs peut-être. Loin des Sans-Visages en tout cas.
 
- March m'a trouvé !
 
Il avait aligné ces mots en les chantonnant presque. 
Revenir en haut Aller en bas
Alice au pays des merveilles
Alice Liddell
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   Jeu 21 Aoû - 0:07
Une ville dénuée de mépris ? Voilà qui intéressait beaucoup Alice. Peut-être que cette ville ferait un bon refuge pour les êtres comme elle, une sorte de petit coin paisible. L'Androïde n'avait aucune idée de ce que pouvait être un zombie, mais ce devait être une créature touchante. Des êtres singuliers, probablement mal vus par les humains mais qui avaient un bon fond.

L'invitation de Pitt fit rougir Alice de satisfaction. Cet homme, aussi bizarre soit-il, était bien plus aimable que bon nombre de personnes « bien rangées ». Elle l'aimait de plus en plus, et se mettait même à grandement l'apprécier.

— Il faudrait juste que je sache où se trouve New-Wonderland. Est-elle en Europe, dans les Amériques ou sur une île cachée ?

Elle s'empresserait de noter l'adresse exacte et la conserverait dans ses poches, voire contre son cœur, pour être certaine de ne pas la perdre. Cette ville l'intriguait de plus en plus, et quelque chose lui disait qu'elle se sentirait pleinement à son aise.

Alice regarda ensuite l'immense navire (ou plutôt zeppelin) manœuvrer à l'écart de la ville. Les paroles chantées par Pitt lui arrachèrent un rire. Elle avait l'impression, parfois, de voir un reflet d'elle quand elle se laissait emporter par la douce folie qui baignait son esprit.

— Je veux saluer ce cher March. C'est un ami à vous ?

Tout sourire, elle prit la main de Pitt et l'entraina avec elle en direction du zeppelin. Elle avait veillé à prendre la main opposée à l'épaule blessée. Elle n'avait jamais su coudre, alors recoudre une plaie... Mieux valait ne pas y penser.

De près le zeppelin était encore plus immense. Alice le regarda de haut en bas, et de gauche à droite. Elle ne put s'empêcher de s'exclamer, d'une voix innocente :

— C'est donc ici qu'est New-Wonderland ? On pourrait mettre une ville là-dedans !



Androïde, veux-tu vivre dans un endroit où tu seras libre ?
Rejoins-nous à Steamtown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [An 03] Jouons avec nos peurs   
Revenir en haut Aller en bas
 

[An 03] Jouons avec nos peurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Allemagne-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat