Partagez | 
 

 [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mar 12 Aoû - 1:01
Grand Bal et Petites Magouilles





Reine Ronce,

Ceci est un message urgent. Rendez vous au plus vite au château de Vienne, sinon vous ne reverrez plus jamais votre meilleure amie.

Et ne pensez pas à déranger sa majesté Impériale pour cela, sinon ça sera encore pire.

Nous sommes très sérieux.


Lettre anonyme, manuscrite avec une écriture grossière (peut être volontairement),
en allemand.



 Votre majestueuse majestée,

Après ce qui sembla à mon cœur passionné comme une éternité d'attente et d'hésitation, j'ai enfin rassemblé tout le courage dont mon être était capable afin de vous envoyer cette lettre enflammée. Car je vous aime, ma Reine, je vous aime tant... Toutes mes pensées sont inlassablement tournées vers vous, et je ne peux me défaire de l'emprise délicieuse que vous avez sur moi. Je ne rêve que de vous, et j'en suis tout entier convaincu : cet amour est le fruit du destin.

Vous me pardonnerez volontiers, mon aimée, de ne point signer cette lettre. Plutôt que de vous laisser une quelconque impression par ce moyen détourné de me déclarer, je préférerai me présenter à vous de vive voix, et j'en suis sûr après toutes les preuves de mes sentiments dévoués dont je vous abreuverai, vous me reconnaîtrez pour ce que je suis : l'homme que vous avez toute votre vie attendu.

Pour ce faire, ma douce, je vous invite à venir au château impérial de Vienne, pour le grand bal organisé par l'empereur.

Je vous y attendrai avec mes plus fervents espoirs.

Votre plus grand admirateur.


Une déclaration anonyme, manuscrite avec une caligraphie très gracieuse et soignée, en Français.



Votre Majestée Reine Ronce,

Vous, et les suivants de votre choix, êtes cordialement invités au Grand Bal Estival donné à la cour de Vienne par son Impériale Majestée l'empereur Friedrich Franz Edelstein. Votre présence y sera grandement appréciée.

[… ]


Extrait de l'invitation, manuscrite avec simplcitié mais élégance, en Allemand.

Trois lettres, reçues à Versailles le même jour. Intrigantes, n'est-ce pas ? Assez en tout cas pour motiver un voyage royal à Vienne, peut être !

Le bal était prévu pour dans deux semaines, et il fallait au moins une semaine pour s'y rendre depuis la France.

Et dans le cas où la Reine Ronce hésiterait encore, bon nombre des nobles de sa cour, eux, ne seraient pas prêts à laisser passer cet événement si aisément, et feraient tout pour convaincre leur bien aimée monarque d'y aller.






Pendant ce temps là, à Vienne, c'était l'agitation absolu, puisqu'on préparait déjà l'un des événements mondains les plus importants de l'année à la cour impériale. On demandait bien évidemment son avis à l'empereur sur tout, et ses journées devaient être tristement chargées.

Un soir, une curieuse missive en allemand à l'écriture maladroite se trouvait posée sur la table de chevet de Friedrich Franz, sans que personne ne puisse dire d'où elle venait et qui l'y avait posée.


 Votre impériale grandeur,

Je vous informe qu'un assassin sera présent à votre bal. Impossible malheureusement de savoir qui ce sera.
Soyez vigilent, je vous prie, le danger est partout.

Quelqu'un qui veille sur vous. 


Que de mystère...




La MJ a écrit:

Je laisse Ronce arriver avec sa cour (oui, y'a forcément un tas de nobles poudrés qui t'ont suivie), et je laisse à Fried le soin de t'accueillir :3

Soyez indulgents, c'est la première quête que je mène en tant que MJ ! Mais je vais faire de mon mieux pour qu'elle soit cool  heart 


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mar 12 Aoû - 18:48
La vie de reine était décidément pleine de surprises, tout aussi bonnes que mauvaises. Ronce ne savait que penser des deux missives qui étaient arrivés en même temps que l'invitation au bal de Vienne. Les tons des deux lettres étaient singulièrement opposées, ce qui rendait le tout encore plus intriguant. Et surtout inquiétant. On aurait dit que quelqu'un voulait absolument qu'elle soit à ce bal, et multipliait les raisons afin de l'attirer.

Ou alors ce n'était qu'une coïncidence.

Elle devait en avoir le cœur net. Ronce se leva de son siège, dans un ballet de tissus et de froufrous.

— Que l'on apprête les carrosses ! Nous irons à Vienne dans notre plus bel attelage !

Surtout Ronce préférait voyager sur terre que dans les airs. Il était aisé, pour un assassin quelconque, de l'attaquer dans un navire volant. Sans compter les pirates. Par souci de sécurité, elle fit doubler la garde qui l'accompagnerait. Mieux valait rester vigilant.

Une frénésie générale s'empara de la cour. Nombre de nobles avaient le privilège de suivre leur souveraine. Les pauvres domestiques devaient courir d'un bout à l'autre du palais, boucler les valises, ajuster les robes de ces dames... Quand le grand jour du départ arriva, il fallut plusieurs heures avant que le cortège prenne la route. Il y avait toujours un enfant disparu, une épingle à chapeau envolée, une domestique empotée. Ronce salua le départ, tant attendu, avec un soupir.

Il fallait espérer que la route ne serait pas plus longue que prévue.


L'arrivée à Vienne fut accueillie avec joie et soulagement. Les domestiques déchargèrent les bagages, tandis que les nobles s’extasiaient à qui mieux mieux et que Ronce allait présenter ses hommages à l'empereur.

— Mon cher, je suis ravie de venir en votre bel empire. J'ai grande hâte de voir le bal.

Ronce s'écarta pour laisser passer sa cour qui partait investir les chambres. Il n'était jamais trop tôt pour se préparer au vu des festivités de ce soir. Sans compter que beaucoup allaient se reposer après ce long voyage. Faisant discrètement signe à Friedrich, ils s'écartèrent de l'entrée principale pour entrer dans le hall du palais. Quand Ronce fut certaine qu'aucune oreille indiscrète ne les écoutait, elle se confia tout bas à l'empereur :

— J'ai reçu une curieuse missive, en même temps que votre invitation. Je soupçonne une vipère cachée dans votre cour. Quelqu'un veut marchander avec moi. J'ai la lettre sur moi, si vous voulez la consulter. J'ai aussi la liste de tous les membres de la noblesse qui m'ont accompagné.

La reine se disait que cela aiderait le domestique, préposé à l'entrée de la salle de bal, pour annoncer chaque invité sans se tromper. Ronce tendit discrètement les deux feuillets à l'empereur.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mar 12 Aoû - 21:26

A l’approche du bal de cet été Friedrich Franz Edelstein courait dans tous les sens entre la préparation de la salle, le choix du buffet et bien sûr le choix des différents morceaux qui y seraient joués. Pour ce qui était des invités Friedrich Franz avait délaissé cette tache à Ronove son haut conseiller. Il lui faisait confiance. Friedrich Franz ne plaisantait pas quand il s'agissait des bals dans son empire.

Les préparations du bal étaient exténuants. Il était 22 heures passés et ces derniers jours l'avaient passablement épuisé. Entre les séances de doléance, le cours d'escrime d'aujourd'hui et les derniers préparatifs pour le grand bal... Sans oublier les affaires internes à son empire, tout cela l'avait mit sur les rotules.

Friedrich Franz arriva dans sa suite impériale quand il vit une enveloppe marquée «  A l'attention de sa majesté impériale Edelstein ». Assis sur le bord de son lit, il pensa à une missive de Ronove bien que cela lui paraissait étrange. Il l'ouvrit pour y trouver une lettre d’avertissement.

Friedrich Franz soupira longuement. Pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi cela devait arriver à l'approche du grand bal d’été ? L'empereur approcha de la porte de sa chambre où deux gardes étaient présents.

— Faites venir Schlange immédiatement, et de toute urgence !

L'un des deux gardes partit en courant chercher le commandant en chef de la garde rapproché. Ce dernier arriva quelques minutes plus tard à toute vitesse. Friedrich montra la lettre à son garde du corps, qui proposa aussitôt d'annuler le grand bal d’été. Mais dans de grands gestes et cris l'empereur refusa, comme on pouvait si attendre.

Schlange n'insista point, mais demanda à l'empereur de voir ensemble une défense renforcée pour le jour du bal et pour sa sécurité personnelle. Il ne pouvait concéder plus pour le bien-être de la sécurité de son souverain.

— Soit attelons-nous immédiatement à la tache, qu'on en finisse avec cela !

Mais bien vite le petit matin arriva. Ils avaient, certes, trouvé une façon de renforcer la défense de l'empereur et celle de de la salle de bal, mais au prix d'une nuit blanche. Et avec comme point principal que Schlange devait se trouver personnellement non loin de son souverain.

Le matin était plutôt peu agité, malgré le fort mal de crane de Friedrich qui l’irritait légèrement. La matinée passa assez vite, quand d'un seul coup il entendit des personnes arriver et piailler comme un poulailler.

Quand Friedrich vit la reine de France Ronce arriver avec une troupe de nobles, Friedrich se frotta la tempe. L'empereur se doutait bien qu'elle devait venir pour le bal mais il n’était que pour dans une semaine !Il ne voyait qu'une personne pour faire cela... Ronove !

Une fois la Reine de France en face de lui il lui fit un baise-main par politesse. Toutes ces pies françaises passaient en saluant l'empereur, en parlant uniquement en français. Il ne comprenait pas tout. Son mal de tête ne lui permettait surtout pas de traduire avec efficacité.

— Ja, ja, ja, allez-voir là-bas. (En allemand dans le texte)

Ronce fit signe à l'empereur. On aurait dit qu'elle voulait lui parler en privé... Qu'est-ce-qu'elle lui voulait ? La reine de France lui montra une étrange lettre. Il ne reconnaissait absolument pas l’écriture. La reine avait préparé la liste de la vingtaine de nobles qui étaient venus avec cette dernière. Elle avait sûrement compris que Friedrich penserait à une mauvaise fleur chez elle, plutôt que chez lui.

— Nous devons vous avouer que vous nous surprenez avec cette initiative. Et nous vous en remercions.

Friedrich Franz fit un geste et Schlange approcha. Friedrich donna la liste des invités à son garde du corps, lui chuchotant de faire discrètement surveiller les plus suspects.

Par contre le mal de tête de Friedrich Franz était plus violent. Au loin résonnaient encore les cris aigus des nobles Français.

— Par contre je vous prie de nous excuser, nous allons nous retirer. Nous nous sentons point très bien et avons besoin de calme. Je n'avais pas prévu d'avoir des invités si tôt, et pour tout vous dire une affaire urgente nous a retenu toute la nuit. Je vais vous faire conduire à vos appartements et nous espérons vous voir ce soir pour le repas.

Sur ses paroles la première femme de chambre guida la reine jusqu'à ses appartements. Alors que Friedrich Franz écrivait quelques directives à remettre à Schlange, pour modifier leur plan de sécurité pour sécuriser la Reine de France. Il ne manquerait plus qu'on attente à sa vie sur les terres du saint empire Austro-hongrois. Et il alla se reposer jusqu'au dîner.

HRP:
 
.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Sam 16 Aoû - 19:43
Grand Bal et Petites Magouilles


Parmi les nobles qui avaient suivi Ronce, il y avait autant d'hommes que de femmes. On aurait pu s'attendre à ce que ce soit principalement les femmes célibataires de la cour qui aient souhaité s'illustrer à ce bal, mais la récente rumeur selon laquelle les femmes autro-hongroises embrassaient facilement tout et tout le monde avait attiré plus d'un coquin de français. Il y avait également plusieurs couples, venu simplement profiter d'un petit voyage.

Dès que l'empereur quitta ses invités inattendus, les domestiques du palais vinrent accompagner toutes les convives aux chambres qu'on leur avait assignées à l'avance. Visiblement, quelqu'un au moins était au courant de la venue imminente de la Reine de France et de ses suivants.

Cette personne était d'ailleurs en train de rejoindre sa Majesté impériale dans le couloir avant que celle-ci ne s'enferme dans sa chambre.

« Alors, surpris, mon Empereur ? »

Ronove était comme à son habitude calme, mais à ce sourire qu'il avait du mal à réprimer on pouvait comprendre qu'il était plutôt fier de lui. Il avait indiqué à la Reine une mauvaise date pour la faire venir plus tôt, mais même lui n'avait pas prévu qu'elle arriverait une semaine entière avant l’événement ! Mais ça l'amusait plus que ça ne le gênait bien sûr. Il était heureux d'avoir prévu le coup à l'avance, si bien que tout était prêt pile au bon moment. Ça avait évité un impair diplomatique.



Comme attendu pour une Reine, on avait donné à Ronce une suite absolument somptueuse. Des servantes étaient prêtes à obéir à la moindre de ses directives. Elles s'excusèrent par ailleurs d'être si peu nombreuse, mais la préparation du bal en retenait beaucoup à d'autres tâches.

On laissa les invités se rafraîchir et se reposer de leur voyage jusqu'au soir.

Peu avant le diner, alors que tous se préparaient, une domestique vint trouver la Reine de France, accompagnée d'un valet chargé d'une boite. Ils s'inclinèrent profondément.

« V-V-Votre Majestée ! »

La domestique bégayait un peu, elle avait l'air timide. Elle parlait en allemand – les domestiques parlant le français étaient pour ainsi dire inexistants.

« N-Nous vous avons fait porter une.. Une... Une robe dans le style Austro-Hongrois p-p-pour satisfaire les goûts de son Impériale Majesté. »

Elle avait l'air très gênée, et rougissait derrière ses lunettes.

« N..Nous espérons qu'elle vous c-conviendra... E-Elle a été c-c-confectionnée à vos m-mesures. »

Le valet ouvrit le paquet et dévoila une robe splendide, violette et crème, dans une soie tout ce qu'il y avait de meilleure.



La MJ a écrit:

Quand vous avez lu, dites le moi sur skype, j'aurai des infos à vous donner et des dés à vous faire jeter avant que vous répondiez <3


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.


Dernière édition par Narrateur le Mer 20 Aoû - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Sam 16 Aoû - 22:07
Malgré la belle suite, l'angoisse continuait de ronger le cœur de la reine. L'empereur avait à peine jeter un regard sur la lettre avant de repartir. Mais de toute évidence, d'autres affaires l'occupaient. Etaient-elles liées à la sienne ? Toute spéculation était possible.

Ronce se laissait aller aux réflexions et aux spéculations quand des domestiques vinrent lui apporter une robe. Confectionnée pour elle. Jamais encore l'empereur n'avait eu de telles prévenances envers elle. Ronce songea alors à la lettre enflammée. Était-ce lui qui... Non. Ce n'était absolument pas son genre de s'épancher ainsi. Il était bien trop... pudique, oui c'était le mot.

Ronce prit la robe des mains du valet.

— Veuillez remercier l'empereur de son cadeau, répondit-elle dans un allemand teinté d'accent français. Je la porterais pour le dîner de ce soir.

Dès que le duo de domestiques quitta la pièce, Ronce fit signe à sa femme de chambre de l'habiller. Même si elle avait toute confiance en les domestiques de l'empereur, la reine préférait se faire vêtir par une femme qui l'avait déjà vu en déshabillé. Question de pudeur.

Le reste de la journée se déroula en promenades dans les jardins du palais, ponctué par les commentaires et exclamations des membres de la cour française qui suivaient Ronce telle une meute de chiens bien dressé.

Dès que le diner fut annoncé, tous obliquèrent vers la salle de réception. Là encore ce ne fut que commentaires élogieux et regards admiratifs. Ronce fut placée à la droite de l'empereur. Elle sourit poliment à son hôte, espérant qu'il apprécie qu'elle porte la robe qu'il lui avait offert.

Sauf que quelque chose la gênait dans cette robe. Elle ne se sentait pas à l'aise. Pire elle avait la désagréable impression que quelque chose la... brûlait. Elle sentait sa peau s'échauffer et rougir, et elle avait l'irrépressible envie de se gratter. Ronce posa ses mains sur ses genoux et crispa ses doigts dans le tissu, forçant un brin son sourire. Elle ne pouvait décemment pas se gratter tel un chimpanzé en plein diner ! Avec l'empereur à ses côtés.

Doucement, pour ne pas éveiller les soupçons, sa main droite commença à gratter sa cuisse.

Lancers de dés:
 


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mar 19 Aoû - 0:41
Alors que Friedrich allait dans sa chambre pour soulager son mal de tête, il croisa Ronove qui, avec un grand sourire, lui adressa la parole. Rien qu'avec ces quelque mots Friedrich Franz avait compris qu'il devait la présence de la Reine à son haut conseiller.

— Ronove, je vous confie les noble de la cour de la Reine Ronce. Vous vous occuperez d'eux et de leurs moindres demandes ! Sur ce je vais dans mes appartements.

Friedrich voulait bien, de temps à autre, supporter les « jeux » de son conseiller. Mais là son mal de tête ne laissait aucune place à ce genre d'amusement. Il alla se coucher pour quelques heures.

L'empereur se réveilla et vit l'heure sur sa petite horloge en forme de contrebasse. Catastrophe ! Dans une heure il devait être à la table pour le repas en compagnie de la Reine Ronce. Friedrich Franz Edelstein accordait souvent un soin particulier aux apparences et prenait donc souvent du temps le matin. Mais pour cette fois il allait devoir bouger son auguste fessier bien plus rapidement.

Après 35 minutes de débarbouillage et d'habillage, l'empereur était prêt. Pas comme il le préférait, mais il était prêt a recevoir. Il alla à grand pas vers la salle de réception. Peu de temps après la Reine arriva avec sa suite.

Ronce était conviée à venir à la droite de l'empereur qui lui fit prendre place en lui tirant la chaise, par galanterie. La reine Ronce portait une très belle robe violette, qui était sa couleur préférée. Il aimait cette couleur depuis l'enfance et cela sans explication. Voir la Reine de France habillée ainsi, sans que sa poitrine ne dise bonjour a tout le monde, était surprenant. Il devait avouer que Ronce était resplendissante dans cette robe. Cette dernière lui adressa un sourire auquel il répondit légèrement, presque timidement. Il avait beau connaître la Reine depuis quelques années, la voir ainsi vêtue elle lui paraissait être une toute autre femme. Elle était bien plus resplendissante à ses yeux. Friedrich aurait bien complimenté son invitée, mais il n'y avait rien à faire. Aucun mot n'avait réussi à sortir de sa bouche.

Le repas bien entamé l'empereur sentit quelque chose contre sa cuisse. Après un bref coup d’œil, Friedrich vit le coude de la Reine se frotter à lui. L'empereur ne savait plus quoi penser. La Reine de France lui faisait-elle des avances ? En public ? Friedrich était pris de court et se demandait bien à quoi penser Ronce à ce même moment, et virait légèrement au rouge.

D'un point de vue extérieur on pouvait voir Ronce et Friedrich légèrement rouges et gênés. Allez savoir ce que les gens allaient comprendre.

Spoiler:
 


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mer 20 Aoû - 21:40
Grand Bal et Petites Magouilles



Les convives françaises piaillaient de contentement devant les extravagants plats qu'on servait. Non pas que l'on mangeait mal aux banquets de Versailles ! Seulement les français avaient vite compris que leur arrivée avait été passablement imprévue, et voir le palais impérial leur offrir un si beau dîner compte tenu de l'urgence dans laquelle il avait du être préparée les épatait grandement.

Tout le mérite en revenait bien évidemment à Ronove qui n'avait pas invité la Reine à venir en avance dans l'unique but de faire une plaisanterie à son bien aimé empereur : il entendait bien la surprendre agréablement et lui montrer toute la grandeur de ce pays qu'il chérissait autant que celui qui était à sa tête... Et pour cela il avait tout orchestré.

Il était également à l'origine de cette somptueuse robe offerte à Ronce, qu'il avait personnellement choisie pour convenir parfaitement aux goûts de son empereur, et il n'était absolument pas déçu du résultat : la reine était sublime, et Friedrich était très loin d'y être insensible à son charme au vu de la rougeur de son visage.

Ronove eut un petit rire en observant les deux monarques. Comme il était fier de son petit plan ! Il n'avait qu'une hâte : voir Friedrich heureux, et pour ça, il était prêt à beaucoup de choses.

Tout allait pour le mieux lorsqu'il remarqua que Ronce se dandinait un peu étrangement sur sa chaise. Elle semblait très inconfortable. Il fronça les sourcils.

« Votre Majesté... ? Est-ce que tout va bien ? Si quelque chose n'est pas à votre goût, n'hésitez pas à le dire, je me chargerai personnellement de réparer cela. »





La MJ a écrit:

Pas de jets de dé imposés ce tour-ci !


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mer 20 Aoû - 22:43
Cette robe lui grattait bien trop ! Ronce déplaça sa jambe gauche jusqu'à trouver ce qu'elle considéra comme étant le pied de table. Lentement, elle se mit à frotter sa jambe, du pied jusqu'à la cheville, contre la barre. Ce frottement calmait un peu ses grattements, du moins du côté de la jambe. Déjà les grattements reprirent dans son dos l'obligeant à se frotter contre le dossier de la chaise. Du coup ses épaules bougeaient en cadence, ce qui attirait quelques regards curieux.

Dieu que les repas étaient longs ! Ronce n'avait qu'une envie : celle de quitter la table et d'ôter cette robe sur le champ ! L'empereur lui avait-il joué une farce en lui offrant cette tenue ? Ou était-elle victime d'une allergie inconnue ?

La voix de Ronove la fit se raidir d'un coup. Elle avait l'impression d'être une odieuse invitée qui ruinait tout. Ronce ouvrit la bouche pour s'excuser, rassurer le conseiller et faire comme se rien ne la gênait. Mais les grattements devenaient insupportables. Ronce devait se retenir pour ne pas se rouler par terre en exprimant toute sa rage.

— Je... Je crains de me sentir un peu mal. Me serait-il possible d'aller me rafraichir ? Je n'en aurais que pour quelques minutes.

Et elle demanderait à une domestique de vérifier s'il n'y avait aucun produit ou objet bizarre sous la robe. Ronce avait la désagréable impression qu'on lui avait versé du poil à gratter entre les omoplates, et que le poil s'était déversé sur chaque parcelle de peau couverte.

Ne voulant pas paraître impolie, Ronce se tourna vers l'empereur.

— Mais je ne sortirais qu'avec votre autorisation. Je suis votre invitée.

Les grattements, et la peur que l'empereur refuse, la poussaient à gratter sa jambe plus vivement contre le pied de table. Pied de table qui n'était autre que la jambe de Friedrich.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Jeu 21 Aoû - 1:09
Friedrich ne savait plus quoi penser. Il n'aurait jamais imaginé que la reine de France pourrait lui faire de telles choses, en plein dîner, devant la cour de France qui plus est.

Friedrich pensait que si tout cela se limitait à cet acte, il pouvait peut-être l'endurer, en espérant qu'elle cesse cela. Mais comme si tout allait de travers, l'empereur sentit la jambe de la Reine Ronce se frotter à la sienne et cela de plus en plus fort. Non mais là, qu'allait-il faire ?

Friedrich pouvait limite accepter qu'elle joue pour se venger de quelque chose. Mais là, il ne voyait vraiment pas d'autres hypothèses autre que la reine Ronce lui faisait du rentre dedans. Peut-être cela était-il une façon de faire comprendre aux hommes qu'on était attiré par eux dans le royaume de France. Même si il n'avait jamais entendu parler de cela. C'est alors que Ronce s'adressa à l'empereur, qui n'osa pas la regarder dans les yeux.

— Je... Je crains de me sentir un peu mal. Me serait-il possible d'aller me rafraichir ? Je n'en aurais que pour quelques minutes. Mais je ne sortirais qu'avec votre autorisation. Je suis votre invitée.

Et au même moment la jambe de la reine frotta sa jambe encore plus intensément. Devait-il comprendre que la reine de France voulait partir avec lui sous un désir qu'elle ne pouvait plus contenir et lui avouer sa flamme, ou peut-être autre chose… Friedrich Franz avait quand même du mal à y croire. Mais, en parallèle le pied de la reine s'enroula autour de la cheville de Friedrich tout en se frottant. Cela en était trop. Friedrich se leva brusquement et s'adressa aux convives.

— Veuillez nous excuser sa majesté Ronce et moi-même avons à faire.

Friedrich retira la chaise de la reine qui se leva et Friedrich, sans même crier garde, attrapa Ronce et la porta comme on porte une mariée pour l'amener dans une autre pièce. Il avait l'intention de lui demander ce qui « n'allait pas ». Bien qu'il pensait qu'elle voulait lui parler en tête a tête. Et il souhaitait à son tour lui demander pourquoi elle agissait de la sorte en public !


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Dim 24 Aoû - 2:28
Grand Bal et Petites Magouilles



Alors que tout allait si bien, alors que le dîner était parfait et les convives, comblées, voilà que tout dégénéra subitement.

Ronove regardait d'un air encore absolument abasourdi les places vides des deux monarques qui s'étaient enfuis dans une autre pièce. Mais que diable venait-il de se passer ! Que la Reine ne se sente pas dans son assiette, cela pouvait se comprendre, après le voyage qu'elle venait de faire.

Mais quelle mouche a bien pu piquer Friedrich pour qu'il se comporte de la sorte!

Car on ne quittait pas sa table, lorsqu'on était un hôte, et encore moins lorsqu'on avait des invités de marque et que l'on était empereur ! Quel immense impair diplomatique, d'enlever de manière aussi grossière la Reine de France, devant une bonne partie de sa cour en plus !

Le pauvre conseiller en était tout estomaqué. Il n'avait point éduqué cette tête couronnée de la sorte...

Un silence stupéfait s'était abattu sur la tablée, mais rapidement, des murmures montèrent, colportant les rumeurs les plus farfelues pour expliquer le geste inattendu de l'empereur d'Autriche-Hongrie. Bien sûr que les gens allaient jaser, devant une situation aussi inédite, c'était donné.

Se reprenant, Ronove se leva, très digne, et annonça d'une voix ferme.

« Je comprends votre inquiétude au sujet de votre Reine bien-aimée, et je vais de ce pas m'enquérir de son état. Son impériale Majestée n'a fait qu'agir dans le bien de votre Reine, soyez certains que son geste était absolument dénué de toute autre pensée déplacée. Je vous en prie, continuer votre diner, profitez de cette merveilleuse soirée, je reviendrai vous donner des nouvelles sitôt que j'en aurais. »

Son discours eut l'air de calmer un peu les gens, qui reprirent leur dîner tandis que Ronove s'éclipsait.

Après avoir déterminé où se trouvait le roi, il s'y rendit prestement et frappa à la porte.

« Mais qu'est-ce qui vous a pris bon sang ! Monsieur, ma Reine, je vous préviens, quel que soit votre état, je rentre. »

Et l'empereur pouvait bien se plaindre de son manque de courtoisie, vu ce qu'il venait de faire devant un public bien moins compréhensifs que les gardes du palais, il n'aurait aucun droit de critiquer.





La MJ a écrit:

Lorsque vous aurez lu, venez me trouver sur skype, on discutera des jets éventuels de dés que vous aurez à faire suivant vos actions !

N'oubliez pas, vous pouvez toujours demander une description précise d'un objet, d'une pièce ou d'un personnage ! Mais toutes les informations ne sont pas toujours des pistes ~


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Dim 24 Aoû - 21:43
Ronce avait couiné. Oui, elle avait poussé un magnifique couinement, se retenant de crier devant le geste impudent de l'empereur. Depuis quand se sentait-il assez proche d'elle pour s'autoriser un tel geste ? Qui plus est, en public ! Ronce se cacha le visage sous ses mains, espérant que l'empereur s'empresserait de la reposer. Entendant une porte se refermer derrière eux, Ronce écarta les doigts avant de baisser ses mains en remarquant que la pièce était vide. Du moins il n'y avait personne d'autre qu'eux. D'une voix qu'elle se voulut autoritaire, Ronce demanda à l'empereur de la reposer à terre. Dès qu'elle retrouva le plancher des vaches, Ronce haussa la voix.

— Mais qu'est-ce qui vous a pris ? Je ne me sentais pas mal à ce point, je pouvais marcher.

Ronce gratta férocement sa nuque avec ses ongles. Elle observa la pièce, espérant trouver un paravent derrière lequel se cacher pour se dévêtir. Mais le salon semblait être un fumoir, une de ses pièces réservées aux hommes pour qu'ils puissent fumer et jouer aux cartes en toute quiétude. Les tons oscillaient du vert bouteille au vert sapin, en passant par le bois. Une pièce tout ce qu'il y avait plus de viril, et ce malgré le grand vaisselier empli de bibelots. Ronce nota la présence de plusieurs draps recouvrant des meubles. Peut-être sous l'un d'eux se cacherait la clé de sa délivrance.

Tout en se dirigeant vers sa première cible, Ronce continuait à parler à Friedrich.

— Vous ne craignez pas les rumeurs ? Croyez-moi, ma cour doit déjà être en train de mener les pires spéculations.

Ronce prit un des draps et le tira, découvrant un gros globe décoratif d'une finesse exemplaire. Une belle pièce artistique, ouvragée avec soin. Mais Ronce ne voyait pas ce qu'elle pourrait en faire. Au dépit du bon sens, la reine rabaissa le col de sa robe, dévoilant plus de chair afin de pouvoir mieux gratter celle-ci. Des rougeurs parcouraient sa peau, lui arrachant une grimace écœurée.

— Et qu'avez-vous mis dans cette robe ? Elle est insupportable à porter.

Avisant un drap plus petit, Ronce tira dessus. Une petite statue de bronze, représentant une Muse, lui fit face. La Muse avait été saisi en pleine course, une main levée au ciel. L'idée qui traversa l'esprit de Ronce était ignoble, intolérable. Mais délicieusement tentante. Ronce souleva la statuette... et se servit de son bras pour se gratter le dos.

Le geste atténuait légèrement la torture qu'elle subissait depuis des heures. Son dos appréciait grandement, en tout cas.

Toute occupée à calmer les douleurs qui l'assaillaient, Ronce n'entendit que vaguement la voix de Ronove. Elle en perçut le ton, mais pas le contenu. Quand la porte s'ouvrit, Ronce en lâcha la statuette qui manqua de lui écraser le pied. Rouge de confusion, elle porta ses mains sur sa poitrine. Dans sa volonté de se « délasser », la reine avait dénudé ses épaules, transformant le sage décolleté en un décolleté plongeant.

— Ce. Ce n'est pas ce que vous croyez ! Je. C'est la robe ! Depuis que je la porte, elle m'insupporte. Elle me met la peau à vif, regardez !

Oubliant toute pudeur, Ronce écarta les mains dévoilant sa peau marbrée de rouge.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Lun 25 Aoû - 16:01
Friedrich arriva dans le fumoir. Pourquoi ce lieu ? Juste parce qu'il était sur que personne ne serait dans cette salle au moment où il s'y rendrait.

A peine l'avait-il posé qu'elle lui reprochait plusieurs choses. Pourquoi lui parlait-elle de la sorte ? De son point de vue le comportement le plus gênant était bien celui de la reine.

Puis Ronce lui demanda une chose bien étrange.

— Et qu'avez-vous mis dans cette robe ? Elle est insupportable à porter.

Friedrich ne comprenait pas tout mais il devait mettre les choses au clair.

— Avant tout laissez-nous éclairer quelques points. Vous parlez de mon comportement mais qu'en est-il du votre ? Frotter votre coude contre ma cuisse en plein repas, et comme si cela ne suffisait pas, vous avez frotté frénétiquement votre jambe contre la mienne. Mon geste était peut être trop spontané mais avec le comportement que vous avez eu, nous nous somme posés quelques questions. Et en ce qui concerne votre robe, bien que je la trouve parfaite et qu'elle vous va a ravir, je ne l'ai jamais vu de ma vie avant le repas de ce soir ! Nous ne savons même pas de quoi vous parler ou ce qu'il vous arrive au final. A part une vague idée de votre comportement, mais apparemment nous nous somme malheureusement bien trompés.

Même si Friedrich était déçu que la situation était tout autre car, même si comme il l'avait dit, il n'avait jamais vu cette robe il trouvait la reine de France charmante et élégante dans cette somptueuse robe... Enfin jusqu'à ce qu'elle se gratte avec une statuette... Ce qui fallait avouer cassa tout ce qui avait bien pu paraître dans la tête de l'empereur.

Quand il entendit la voix de Ronove, Friedrich Franz jeta un coup d’œil à Ronce qui le fit virer au rouge tomate. Avait-il au final bien compris et cela était-il encore une avance bien plus osée que tout le reste que la reine lui faisait ? Friedrich n'allait pas détourner le regard. Enfin pour être plus précis il fallait avouer que cette charmante créature lui offrait un très beau, indécent, mais beau spectacle : la reine dans cette robe, à moitie dévêtue.

Mais au moment où la porte commençait à s'ouvrir Friedrich pensa à retenir la porte. Mais il était trop tard. Friedrich fonça devant la reine écartant les bras, en tenant sa cape avec chaque mains. Il y avait un minimum de décence à avoir. Quoi que pensait la reine, ou ce qu'elle désirait, elle ne pouvait point être vue par quelqu'un d'autre qu'une personne digne de son rang. Il tenta de la cacher du mieux qu'il pouvait mais cette dernière se plaqua contre le dos de Friedrich, qui sentit la poitrine opulente de la reine se coller contre son dos, poitrine qui, selon son ressenti, était à deux doigts d’être complètement à l'air. Son visage en disait long sur la situation. Son visage était aussi rouge que ses cheveux.

— Ce. Ce n'est pas ce que vous croyez ! Je. C'est la robe ! Depuis que je la porte, elle m'insupporte. Elle me met la peau à vif, regardez !

La reine tenta bien de justifier la scène, en montrant ses bras passant par dessus chaque épaule de l'empereur, pour montrer à quel point ses mains et ses bras commençaient à être en sang. Ce que Friedrich remarqua d'un peu trop près d’ailleurs. Friedrich prit la parole sur un ton légèrement déçu et surpris.

— Mais que diable... Et cela serait depuis que vous portez cette robe ? Mais d’où vient-elle ? Ronove savez-vous quelque chose ? Je vous avais pourtant donner la tache de veiller sur la reine et sa suite ! Que veux-dire cela ? J'attends des explication immédiatement !


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Jeu 28 Aoû - 2:00
Grand Bal et Petites Magouilles



Ronove entra et tomba sur une scène qu'il aurait préféré ne jamais voir. Non pas qu’apercevoir la majeure partie de la poitrine de la Reine Ronce fut une vision dépréciable – très loin de là... Mais ce qu'impliquait cette situation allait beaucoup trop loin. Le conseiller s'empressa de refermer la porte derrière lui pour que personne d'autre ne puisse voir ce désastre. Ronove souffla et garda le visage face au bois de la porte, refusant de regarder la Reine dans une tel état de débauche.

« J'espère que vous avez une vraiment bonne explication...

Ce. Ce n'est pas ce que vous croyez ! Je. C'est la robe ! Depuis que je la porte, elle m'insupporte. Elle me met la peau à vif, regardez ! »

Fronçant un sourcil perplexe, Ronove se retourna finalement, et que son empereur avait eu la bonne une idée de couvrir les épaules du monarque français. Le conseiller s'approcha avec prudence, espérant que ce n'était pas une mauvaise excuse.

Il n'en fut rien. Stupéfait, il vit les plaques rouges qui parsemaient le corps de Ronce et il poussa une exclamation horrifiée.

« Par tous les saints ! »

L'empereur prit la parole à son tour.

« Mais que diable... Et cela serait depuis que vous portez cette robe ? Mais d’où vient-elle ? Ronove savez-vous quelque chose ? Je vous avais pourtant donner la tache de veiller sur la reine et sa suite ! Que veux-dire cela ? J'attends des explication immédiatement ! »

Ronove se redressa, piqué au vif par les réflexions de Friedrich. Il était son conseiller le plus fidèle, et son ancien tuteur. Ronove était du reste encore agacé par l'attitude cavalière de l'empereur au dîner, et il escomptait bien lui faire la remarque plus tard.

« Monsieur, je vous prierai s'il vous plait de refréner ces accusations, votre colère est légitime mais vous me voyez tout aussi abasourdi que vous devant la situation. »

Il se reconcentra sur Ronce, se mordant la lèvre. Ça pourrait causer un sacré incident diplomatique, tout ça... Et il ne comprenait pas du tout ce qu'il se passait.

« Je sais d'où vient cette robe, puisque c'est moi qui l'ait faite faire aux mesures de sa Majestée Royale, en vue de sa visite. Croyez moi, je l'ai eue entre les mains et elle ne m'a pas causée la moindre démangeaison... Mais il est vrai que nous ne l'avons faite essayer par personne – vous comprendrez que nous nous voulions pas vous faire porter un vêtement déjà posté. Je l'ai ensuite confiée en main propre à deux des domestiques en lesquels j'ai toute confiance pour qu'ils la portent à la Reine. Ils sont tous les deux depuis leur plus jeune âge au service de l'Autriche-Hongrie, et jamais ils n'avaient commis le moindre impair. Ils tiennent les intérêts de son impériale Majesté plus à cœur que n'importe quoi. »

C'était peut être la faute du couturier alors... Mais là encore, ça l'aurait étonné, aucun incident similaire n'avait jamais été reporté. Enfin, il y avait plus urgent à l'heure actuelle... Il s'inclina profondément devant Ronce.

« Votre Majestée, je suis sincèrement désolé de cet incident plus que regrettable. Bien que ne comprenant absolument pas ce qui a pu causer une telle chose, étant donné que je suis à l'origine de ce cadeau maudit, j'accepte d'en prendre l'entière responsabilité. »

Elle pouvait bien faire valser sa tête, si elle le voulait, à présent. Pourvu que ça la calme... Il préférerait mourir que de causer un conflit international.





La MJ a écrit:

Mêmes consignes que d'habitude ! Désolée d'être lente à répondre



© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Ven 29 Aoû - 23:55
Tout ceci devenait de plus en plus bizarre. Ronce avait été plus que gênée par l'action de l'empereur, mais elle devait avouer qu'une cape était on ne peut plus pratique, surtout pour cacher de la chair bien trop exposée. Elle écouta sans mot dire les paroles de Ronove, écarquillant les yeux en apprenant les dessous de l'affaire.

— Pourquoi ne pas demander à ces domestiques quelques précisions ? Je me souviens d'une domestique à lunettes et d'un valet qui sont venus apporter ma robe. Je me demande...

La supposition venait de lui traverser soudainement l'esprit. Elle allait peut-être là énoncer une bêtise, mais pourtant. Si sa théorie tenait debout, cela expliquerait bien des choses.

— Oui, faites donc venir ces domestiques. Je pense qu'il y a eu une tentative menée contre ma personne par des personnes infiltrées chez vous. Les domestiques qui m'ont servis ne sont peut-être pas ceux qui devaient s'occuper de moi. Il y a pu avoir échange, et faux-semblants.


Ronce tint un des bouts de la cape de l'empereur, afin que celui-ci puisse reposer ses bras.

— Je n'ai pas pu vous en parler tout à l'heure, Friedrich Franz mais... J'ai reçu plusieurs lettres avec votre invitation. Dont une qui me demandait de venir au plus vite dans votre château sans quoi, une amie chère serait en grand danger. Les faits sont peut-être liés.

Ronce espérait, en ayant confier cela, qu'une oreille indiscrète n'avait pas perçu ses paroles. Elle ne voulait pas mettre Iris en danger, si c'était bien elle l'amie mentionnée dans la lettre. Soudainement une autre idée vint à l'esprit de Ronce qui, décidément, réfléchissait beaucoup.

— Ou on tente de me tuer à petit feu. Cette robe est peut-être empoisonnée... Je... Je dois me changer au plus vite !

Mourir empoisonnée par une robe. Il n'y avait que dans les récits mythologiques que ce genre de choses arrivait habituellement.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mer 3 Sep - 1:12
Lempereur détacha sa cape et la plaça correctement sur les épaules de la reine. Friedrich était surpris que Ronove ait fait parvenir une robe à la reine de France sans même lui en avoir touché un mot. Enfin l'arrivée de la reine était aussi son œuvre semble-t-il. Friedrich devrait voir pour mettre certaines choses au point avec son conseiller, il prenait bien trop de liberté.

Friedrich écouta la reine de France, avant de prendre à son tour la parole.

— Faites-venir la femme de chambre de sa majesté la reine, avec une robe de sa garde-robe. Et faites-moi venir les personnes à qui vous avez ordonné d'amener la robe à la reine Ronce.

Même si cela déplaisait à Friedrich de revoir la reine revêtir une robe française, on ne pourrait pas dire qu'il n'y mettait pas du sien pour une fois.

— Cela est fort ennuyeux, nous devons l'avouer. Pour ce qui est du poison je doute fortement très chère. Je pense que si vous portez cette robe avant le repas, le poison aurait un autre effet que simplement vous gratter. Il vous rongerait plutôt la chair. Je pense que de ce côté-là votre vie n'est pas en danger.

La dame de chambre de la reine arriva toute essoufflée avec plein de vêtements sur les bras.

— Je vous ai fais venir votre dame de chambre ainsi qu'un petit nécessaire de toilette pour enlever ce qui provoque cet effet chez vous ! Par contre je suis désolé de vous imposer cela mais, par sécurité, vous aller devoir vous changer ici. Et pour encore plus de mesure mon garde personnel Schlange, que vous avez déjà pu voir, va inspecter votre chambre pour écarter tout danger potentiel si cela ne vous dérange point pour la fouille.

L'empereur approcha de la reine de France, lui fit un baise-main et chuchota à l'oreille de cette dernière

— J'ai une requête personnelle à vous formuler. La prochaine fois, s'il vous plaît, assurez-vous que, si vous avez des démangeaisons de la sorte, de ne point vous frotter contre une jambe amicale. Cela reste très ambigu.

Après cela Friedrich sortit de la salle et clama à Ronce avant de fermer la porte.

— Nous serons derrière la porte. Faites-nous savoir quand nous pourrons poursuivre cette discussion.

Une fois dehors, Friedrich donna ses instructions qu'il avait mentionné ainsi. De dire à tous les invités que la reine ne se sentait pas très bien et que l'empereur, sur le moment, avait amené directement la reine se faire soigner. Qu'il s'excusait d'avoir agi aussi spontanément, mais qu'il avait eu peur pour la santé de cette dernière. Mais que tout allait bien, ce n’était rien de grave finalement, que la reine allait beaucoup mieux.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mer 3 Sep - 14:19
Une jambe amicale ? Mais que diable voulait-il d... Oh ! La honte fit rougir instantanément Ronce qui ne savait plus quoi dire. Mais l'empereur avait déjà quitté la pièce, la laissant se changer. Heureusement Ronce avait gardé son sang-froid avant cette terrible révélation, acceptant que Schlange aille fouiller ses appartements. Mieux valait ne négliger aucun détail.

Aidée de sa femme de chambre, Ronce put se libérer de cette odieuse robe qui la faisait tant souffrir. On procéda même à une rapide toilette, histoire de calmer au mieux les irritations. D'ailleurs toute rougeur disparut, ne laissant plus qu'un mauvais souvenir dans l'esprit de la reine. Habillée et toute rafraîchie, Ronce alla elle-même rouvrir la porte.

— Me voici. Avez-vous fait appeler les domestiques ?


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Jeu 4 Sep - 0:18
Grand Bal et Petites Magouilles



Ronove écouta avec attention les propos de Ronce et de Friedrich, hochant gravement la tête à leurs propositions.

« Vous avez raison vos Majestés. Je m'en vais faire chercher les deux.  »

Il sortit de la pièce pour aller chercher un garde, lui transmettant les ordres. Il était lui même vraiment abasourdie par la situation... Se pourrait-il qu'il y ait véritablement un traître parmi leurs rangs ? Même si les domestiques étaient choisis un par un dans le château, et régulièrement surveillés pour garantir la sécurité de l'empereur, on ne pouvait écarter cette hypothèse.... Mais ça n'empêchait pas Ronove d'avoir froid dans le dos rien que d'y penser.

S'ils n'étaient pas en sécurité dans ce château, qui était en sécurité où que ce soit dans le monde ?

Pendant que la Reine de France se changeait dans le fumoir, Hans, le valet qui avait été chargé d'apporter la robe arriva. Le garde qui l'accompagnait s'adressa à Ronove.

« Désolé, Monsieur ! Nous cherchons encore la fille... »

Ronove hocha la tête et regarda Hans.

« Vous ne savez pas où est Olivia ? »

Le valet fit non de la tête, mais Ronove s'y attendait. S'il l'avait su, il l'aurait déjà signalé, il n'avait posé la question que par principe.

« Non, Monsieur, elle est partie très rapidement après que nous ayons délivrée la robe à sa Majesté la Reine... Et je ne l'ai pas revue ensuite. »

Voilà une information intéressante... Bien que cela le peinait de devoir suspecter cette jeune femme qu'il connaissait depuis longtemps, il ne pouvait écarter aucune piste.

La Reine Ronce leur fit savoir qu'elle était à nouveau dans une tenue décente et Ronove fit rentrer toutes les personnes présentes à nouveau dans le fumoir. Quitte à devoir interroger des gens, autant le faire confortablement assis sur le canapé.

Olivia arriva au moment où il enjoignait tout le monde à s'installer. La domestique à lunettes était à bout de souffle, s'était visiblement hâtée pour venir.

« Excusez moi... J'étais... un peu loin. » Sa phrase était interrompue par sa respiration brusquée. Elle s'inclina profondément devant Friedrich et Ronce avant d'entrer. Ronove ne perdit pas de temps.

« Olivia, où êtes-vous allée après avoir délivrée la robe à sa Majestée la Reine ? »

Les yeux de la jeune femme devinrent rond de surprise.

« P..Pardon ? Mais.. »

Elle secoua la tête, avant de s'incliner à nouveau.

« Veuillez me pardonner, Monsieur, mais... Je n'ai pas pu livrer la robe. Je... »

Elle rougit, et semblait hésiter. Hans ne lui laissa pas le temps de reprendre.
« Ne mens pas ! Olivia, tu étais avec moi... ! Même sa Majesté la Reine t'a vue ! »

Olivia se redressa, semblant manquer de mot, totalement perdue par ces accusations.

« Mais enfin, non, ce n'est pas possible... Je suis restée enfermée une bonne heure dans... les... cabinets. »

La lenteur avec laquelle elle donna cette information semblait bien plus due à la honte de devoir dire une chose pareille devant autant de gens plus qu'à cause d'une hesitation. Elle s'empressa d'ajouter.

« Mais ce n'est pas ce que vous croyez ! C'est juste que le loquet de la porte s'est bloqué et je ne pouvais pas sortir ! C'est Elise, une autre domestique, qui est finalement venue m'ouvrir en me découvrant par hasard... »

Hans fronçait les sourcils, incrédule.

« Mais.. J'étais avec toi lorsque tu t'es absentée pour aller... hm. Nous étions déjà en route pour donner la robe à la Reine, et tu es ressortie tout à fait normalement. »

Ronove commençait à voir où tout cela menait. Avant qu'Olivia ne recommence à se défendre, il se leva et se tourna vers Friedrich et Ronce.

« Vos Majestés, si je puis me permettre, je connais Olivia depuis qu'elle est enfant. Elle travaille ici depuis la mort de sa mère il y a presque vingt ans, qui elle même a été la femme de chambre de feu Madame votre mère, Empereur. Olivia est très certainement la jeune femme la plus dévouée au bien de l'empire de tout notre personnel. Elle est honnête et travailleuse, si elle dit qu'elle n'était pas présente, je la crois, et vous savez que je crois peu de gens, votre Majesté. »

Olivia regarda Ronove avec gratitude. Hans lui, avait l'air totalement perdu.

« Mais.. Mais je ne mens pas, je vous le jure... ! Enfin, ma Reine, vous l'avez vue vous aussi... ! »

Ronove le fit taire d'un geste alors que son ton paniqué commençait à grimper.

« Je pense que le garçon dit la vérité. Lui aussi travaille ici depuis un moment et s'est toujours montré particulièrement loyal. »

Le visage de Ronove revêtit une des expressions les plus graves qu'on ait pu lui voir.

« Tout ici indique que nous ayons eu à faire à quelque diable capable de changer d'apparence. Des êtres doués de ce pouvoir son rares mais ils existent, et j'ai entendu beaucoup de rumeurs sur des assassins de ce type. »

Mais la présence d'un possible assassin indétectable était une information passablement affolante, à la veille d'un événement aussi important que le grand bal d'été de la cour impériale.





La MJ a écrit:

Si vous voulez des détails particuliers sur les nouveaux PNJ, lancez un dé d'observation et je vous ferai une description suivant le score que vous ferez ~


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Jeu 4 Sep - 21:24
Quelque chose clochait dans l'attitude de la dénommée Olivia. Ronce se souvenait combien la demoiselle avait été gênée devant elle, rougissant à tout va et bégayant, ce qui avait rendu sa diction hachée. Alors que là, même essoufflée par sa course, elle demeurait très professionnelle. Et cette histoire de cabinets était des plus curieuses.

— Je rejoins vos doutes, conseiller, énonça Ronce à l'attention de Ronove. Quand Olivia est venue me voir, la pauvre enfant ne cessait de bégayer, butant sur presque chaque mot.

Ronce tenta de mieux observer le duo de domestiques, cherchant un quelconque indice. Mais la reine ne releva aucun signe particulier, pas même une attitude pouvant attiser la curiosité. Ils ne dénotaient pas dans le décor, bruns et communs comme bon nombre de domestiques.

— Et ici, en ma présence, elle se montre soudainement bien plus hardie. La Olivia que j'ai du voir la première fois devait être une usurpatrice. Cette personne a veillé à enfermer la véritable Olivia pour mener son forfait. Olivia, n'avez-vous rien vu d’intrigant ? Une présence inconnue par exemple ? Conseiller, des domestiques ont-ils été engagés récemment ? Si c'est le cas, l'assassin se trouve peut-être parmi eux.

Ronce n'avait jamais été doué pour les énigmes, mais elle ne voulait pas abandonner. Mieux valait exposer des théories, et enquêter la moindre faille plutôt que demeurer, assise, les bras croisés. Des vies étaient probablement en jeu en cet instant même.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Sam 6 Sep - 1:02
Friedrich était passablement désappointé. Il essayait d’écouter plutôt calmement les justification des domestiques, mais ce qui s’était passé lui restait trop en tête. On avait réussi à agir à l'encontre de la reine de France dans son château. Devait-il remettre en question la confiance qu'il avait en Ronove ? Non il connaissait que trop bien cette homme qui lui avait tout appris. Il devait être presque aussi énervé que l'empereur lui-même. D’ailleurs il était loin d'avoir son air détendu habituel. En regardant de plus près son conseiller il remarqua qu'il avait suivi la mode ridicule de la moustache coupée… bizarrement. Si la situation était autre Friedrich l'aurait bien charrié avec ce détail.

Mais le moment n’était pas à la plaisanterie. Les deux domestiques avaient l'air d'avoir des arguments solides, même si le dénommé Hans avait l'air de perdre plus rapidement son sang froid. Était-ce par peur d’être découvert ? Ou tout simplement par peur d’être accusé à tort. Même si le discours de la reine soutiendrait plutôt la possibilité de la peur d’être découvert. Après tout un détail que sa majesté Ronce avait soulevé n’était pas négligeable : la personne qui accompagnait Hans avait du mal à parler correctement.

—Dites-moi Ronove pensez-vous qu'il puisse s’agir d'une usurpation d'identité ? Manquerait-il un uniforme quelque part ou quelqu'un aurait-il déclaré avoir perdu ou même s’être fait voler son uniforme ? Et surtout y a-t-il eu un rapport sur une faille dans la garde qu'une personne ait pu s'introduire en nos murs ?

Friedrich se tourna vers la reine de France pour s'adresser à cette dernière.

—Dites-moi reine Ronce, il semblerait que ce soit ces deux serviteurs qui vous auraient ramené la robe. Et vous me confirmez bien que, physiquement, il s'agissait bien de ces deux personnes, hormis que mademoiselle Olivia parlait en bégayant. Miss Olivia pouvez-vous essayer de bégayer je vous prie ! Cela nous confirmera peut-être quelque chose !

N'ayant pas le choix la jeune domestique s'exécuta. Pendant ce temps là il observa les deux domestiques. Hans n'avait rien de particulier hormis qu'il s’énervait trop facilement au goût de l'empereur. Mais hormis cela rien de suspect n’apparaissait. Alors qu'Olivia exécutait l’ordre de l'empereur, Friedrich remarqua un détail sur la jeune femme et alla lui faire remarquer.


— Arrêtez vous je vous prie. Pouvez-vous m'expliquer l’état de votre tenue je vous prie ?




♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mer 10 Sep - 19:31
Grand Bal et Petites Magouilles



« Je rejoins vos doutes, conseiller. Quand Olivia est venue me voir, la pauvre enfant ne cessait de bégayer, butant sur presque chaque mot. »

Ronove et Hans crurent tous les deux mourir de soulagement lorsque la Reine appuya leurs déclarations et hypothèses. L'un parce qu'il croyait sincèrement à l'innocence des deux domestiques, le deuxième parce qu'il s'était déjà vu envoyé au labyrinthe, et que cette perspective avait manqué de lui faire mouiller son froc.

«  Et ici, en ma présence, elle se montre soudainement bien plus hardie. La Olivia que j'ai du voir la première fois devait être une usurpatrice. Cette personne a veillé à enfermer la véritable Olivia pour mener son forfait. Olivia, n'avez-vous rien vu d’intrigant ? Une présence inconnue par exemple ? Conseiller, des domestiques ont-ils été engagés récemment ? Si c'est le cas, l'assassin se trouve peut-être parmi eux. 

Olivia réfléchit longuement et finit par secouer négativement la tête.

« Je suis désolée ma Reine... Rien de suspect ne me saute à l'esprit, comme ça.. »

Ronove prit à la parole à son tour.

« Il y a beaucoup de nouveaux domestiques qui sont engagés sur une courte période spécialement pour le bal, car nous logeons beaucoup d'invités de marque et qu'il faut donc plus d'effectifs pour s'occuper de tout le monde. Cependant tous sont scrupuleusement vérifiés et surveillés. De plus, la sécurité a été grandement renforcée sur ordre de son impériale majesté, hier soir... »

Il ne comprenait pas comment cela avait pu arriver...

« Dites-moi Ronove pensez-vous qu'il puisse s’agir d'une usurpation d'identité ? Manquerait-il un uniforme quelque part ou quelqu'un aurait-il déclaré avoir perdu ou même s’être fait voler son uniforme ? Et surtout y a-t-il eu un rapport sur une faille dans la garde qu'une personne ait pu s'introduire en nos murs ?  »

Le conseiller soupira.

« Il y a fort à parier que ce soit une usurpation d'identité, Monsieur, je le crains... Je ne vois pas d'autre solution. Pour ce qui est des uniformes, je n'ai pas ce genre d'informations, il faudra convoquer la gouvernante générale des domestiques pour ça... Mais si je puis me permettre, mieux vaut faire attention aux gens que nous interrogeons. Il ne faut surtout pas ébruiter la nouvelle, car les commérages causeront la panique, et le désordre favorise les actions d'un assassin. »

Le silence était très pesant dans la salle. Olivia retint sa respiration, anxieuse.

« Dites-moi reine Ronce, il semblerait que ce soit ces deux serviteurs qui vous auraient ramené la robe. Et vous me confirmez bien que, physiquement, il s'agissait bien de ces deux personnes, hormis que mademoiselle Olivia parlait en bégayant. Miss Olivia pouvez-vous essayer de bégayer je vous prie ! Cela nous confirmera peut-être quelque chose ! »

La petite domestique sursauta en entendant son nom sortir de la bouche de l'empereur. Elle s'empourpra un peu devant la demande mais obéit tout de même.

« Je... Je veux dire, J-Je ne s-s-sais pas quoi di-dire... Est-ce.. Est-ce satisfaisant... ? »

Ca semblait très forcé, et pas vraiment naturel.

« Arrêtez vous je vous prie. Pouvez-vous m'expliquer l’état de votre tenue je vous prie ? »

Olivia haussa un sourcil avant de baisser le regard pour observer sa tenue, se demandant si elle était si peu présentable que ça.

« ..Ah ! Vous parlez de.. de l'eau, c'est cela ? »

Elle redressa le menton.

« Lors de l'arrivée des convives, en plus de la robe à livrer, j'ai été nommée femme de chambre pour Mademoiselle Clarence de Chateaurouge, une des nobles françaises tout juste arrivée. Après que l'on m'ait libérée de... là où j'étais enfermée, je suis directement allée à mon poste pour aider la demoiselle à se préparer. J'étais fort en retard et je me suis faite disputer... Enfin, ce n'est pas important. Juste avant le diner, après que je l'ai aidée, elle m'a donnée plusieurs vêtements à laver d'urgence pour le lendemain. Je les ai descendues aux lavandières mais elles étaient tellement occupées avec tous les draps et rideaux à laver qu'elle n'auraient pas pu s'en occuper immédiatement. Alors n'ayant pas eu envie de faire honte au château, j'ai décidé de les laver moi même. C'est ce que je faisais lorsque le garde est venu me chercher, et je n'ai pas pu enfiler un uniforme sec. »

Elle s'inclina.

« Veuillez m'excuser pour ma tenue, vos Majestés. »

Schlange revint à ce moment. Il avait frappé à la porte et Ronove était allé lui ouvrir après avoir vérifié que c'était bien lui.

Le chef de la sécurité s'agenouilla devant son empereur et délivra son rapport.

« Votre Majesté, la chambre de la Reine Ronce est tout à fait normale, il n'y a rien à y signaler. »

Ronove soupira, mais son soulagement n'était que bref. Autre chose le turlupinait. Il se tourna vers Ronce.

« Majestée... Je suis conscient que ce que je vais dire pourrait être vu comme un affront, mais je préfère n'écarter aucune possibilité. L'assassin aurait-il pu subtiliser l'apparence d'une des personnes que vous avez ramenée avec vous... ? Quelqu'un parmi les vôtres pourraient-il vous en vouloir... ? »

Il cherchait à tout prix à comprendre pourquoi on s'en prendrait à cette Reine qui pourtant ne semblait pas menacer qui que ce soit.




Informations supplémentaires données pendant ce tour (que je remets au cas où):
 


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mer 10 Sep - 20:52
Clarence de Chateaurouge. Ce nom ne lui était pas inconnu. C'était une jeune fille, d'une vingtaine d'années, amenée par ses parents qui espéraient lui trouver un bon parti. Elle n'avait rien d'un assassin. Les paroles d'Olivia finirent par la rendre complètement innocente aux yeux de Ronce. Si la domestique s'était rendue immédiatement auprès de Clarence dès qu'elle avait été délivrée, elle n'avait pas pu se présenter devant elle pour lui donner la robe.

— Merci à vous, Olivia, d'avoir répondu à nos interrogations. Je suis certaine que vous êtes innocente.

Ce qui n'était pas le cas de Clarence. Ronce avait du mal à imaginer la jeune fille tenter de l'assassiner. Ses parents, peut-être ? Quoi qu'il en soit, la reine ne voyait pas quelles raisons pouvaient les pousser à vouloir sa mort. Ou en tout cas lui causer du tort. C'est pourquoi, lorsque Ronove la questionna sur le sujet, elle ne sut quoi répondre pendant quelques secondes.

— Je ne sais qui pourrait m'en vouloir, vraiment. Mais il est possible que j'ai amené une vipère en mon sein. Par sécurité, j'aimerais que nous questionnons Clarence de Chateaurouge. Peut-être n'a-t-elle rien à voir avec cette affaire, mais peut-être sait-elle quelque chose. Je ne voudrais pas négliger cette piste.

Ronce espérait simplement ne pas foncer dans un mur, ou un piège.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Lun 15 Sep - 18:35
La reine de France avança qu'elle était persuadée de l’innocence des deux domestiques. Cela embêtait bien l'empereur, mais lui-même n'avait pas d'autre question à poser qui aurait pu faire avancer les choses. Car c’était bel est bien le manque de véritable indice qui le gênait le plus.

— Bien questionnons cette fraülen de Chateaurouge. Hans et miss Olivia, bien que nous vous croyons et vous innocentons, vous devez comprendre la situation. Nous devons prendre des mesures jusqu'à avoir trouver le, ou la coupable. Jusque là vous devrez rester dans une pièce du château seuls. Pour vous Olivia on va vous apporter de quoi vous changer pour être au sec, comme auparavant.

Il ne restait qu'une piste, une seule et mince piste. Il fallait espérait que celle-ci serait bonne. Sinon des mesures d'urgences devraient être prises, à l'encontre de toute personne se trouvant dans le château.

— Majesté Ronce, nous vous suggérons d'aller nous-même trouver cette femme de votre cour Cela éviterait toute fuite et aussi de nous faire accompagner par Schlange. Cet homme a toute ma confiance, autant que celle que j'accorde à Ronove. Il peut être aussi discret qu'un serpent et bondir sur tout ennemi de façon prodigieuse. En cas d'attaque contre vous, ou nous-même, il pourra nous être d'un grand secours !

Friedrich alla vers Ronove et lui demanda d'aller voir la première femme de chambre Emma. Et, sous un faux prétexte, de lui parler des tenues des domestiques et lui demander si certaines avaient été perdues. Il pouvait prendre n'importe quel prétexte pour avoir cette information. Pendant ce temps-là Ronce et Friedrich iraient trouver cette fraülen Chateaurouge, alors que Hans et Olivia seraient conduits dans une pièce gardée par deux gardes.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Lun 3 Nov - 19:38
Grand Bal et Petites Magouilles



Olivia poussa un leger soupir de soulagement qu'on sentait qu'elle retenait de justesse pour ne pas qu'il s'entende trop. Il fallait avouer qu'un poids énorme lui tombait des épaules, bien qu'un trait soucieux soit encore marqué entre ses deux sourcils. La situation l'inquiétait. Hans de son coté se dandinait un peu nerveusement, n'attendant que le départ de ses supérieurs pour pouvoir enfin s'effondrer sur un fauteuil et profiter de l’apaisement après tant d'anxiété. Les soupçons ne portaient plus sur eux, et ils en étaient très heureux.

Ils ne contestèrent en aucun cas la décision de l'empereur de les garder à l'écart, Hans parce qu'au fond ça l'arrangeait bien de prendre un peu de repos dans son travail harassant, et Olivia parce qu'elle considérait les paroles de son monarque comme des lois absolues. D'ailleurs, un œil observateur aurait pu remarquer ces regards discrets que la domestique lançait à l'empereur dès que personne ne semblait faire attention à elle. Il y avait une étincelle d'admiration, dans ces yeux là.... et pas que. Mais ce n'était pas le sujet.

Ronove hocha gravement la tête en recevant ses propres instructions, et s'en alla aussitôt après avoir salué les têtes couronnées et l'ensemble des gens présents. Le responsable de la sécurité du château s'avança à son tour vers Ronce et Friedrich, et les invita à le suivre vers les quartiers des invités. Le dîner étant fini, il y avait des chances que Mademoiselle de Chateaurouge soit déjà sur le chemin de sa chambre.

L'aile des invités est encore assez déserte. Malgré leur fatigue à cause du long voyage, les convives avaient du rester discuter dans les différents salons. Schlange allait proposer de rebrousser chemin lorsqu'un cri suraigu retentit, écorchant les tympans de tous les êtres vivants en possédant dans un large rayon.

« MON DIEU QUELLE HORREUR AU SECOURS ! »

Du français. Mademoiselle de Chateaurouge qui avait décidé de se coucher tôt pour ne pas risquer d'attraper des cernes et de ternir son teint en manquant de sommeil, était acculée en robe de nuit dans un coin de sa chambre, pleurant de panique, tandis que quatre serpents sortant de son lit s'avançaient dangereusement vers elle.





La Maitresse du Jeu a écrit:

Je m'excuse mille fois pour la longue pause. Le système est toujours le même, on se retrouve sur skype pour voir les éventuels jets de dés !



© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Mar 11 Nov - 17:11
Ronce avait sursauté lorsque le cri résonna dans les couloirs. Sans même prévenir l'empereur et son garde du corps, la reine fonça vers l'origine du cri. Toute la détresse qu'il contenait lui faisait oublier toute sécurité, la poussant à ouvrir la porte de la chambre sans prévenir. La vue des serpents fit faire un bond en arrière à la reine. Elle s'était attendu à un crime, à un cadavre... Mais sûrement pas à un nid de serpents.

Ronce rejoignit Mademoiselle de Chateaurouge, tout en gardant ses yeux fixés sur les reptiles, de crainte que l'un d'eux n'ait, soudainement, la faculté de leur bondir dessus. Faisant fi de tout protocole, la reine posa ses mains sur les épaules de la Française.

— Ne craignez rien. Des hommes vont venir s'occuper de cela.

Continuant à chuchoter des mots pour calmer la peur de la demoiselle, Ronce chercha du regard de quoi la recouvrir. Elle ne pouvait décemment pas paraître ainsi devant l'empereur et son garde. Mais la crainte des serpents l'obligeait à conserver toute son attention sur eux.

Quand l'empereur arriva à son tour, Ronce se mit devant la demoiselle de Chateaurouge, lui servant de paravent provisoire.

— Votre Majesté, dans le lit... des serpents ! Je ne sais s'ils sont venimeux, mais il faut les retirer d'ici au plus vite !

Tout ce dont Ronce était certaine c'était que les reptiles n'étaient nullement des créatures douées de magie. Son don ne révélait rien de tel.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   Jeu 13 Nov - 8:17
Le cri résonna dans les couloirs, en provenance des couloirs des invités de la reine de France. Cette dernière avait réagi bien vite, mais avec une telle inconscience en l’état des chose que cela pourrait lui coûter la vie si l’assassin l'attendait au tournant. Ce fut quelques secondes plus tard que l'empereur et Schlange se mirent en route pour suivre le plus près possible la reine Ronce.

Une fois arrivé dans la chambre la reine indiqua la cause du souci. L'empereur s'empressa de jeter un œil dans la direction du lit où quatre malheureux serpent de campagne se trouvaient là.

Après un léger soupir, l'empereur fit signe à Schlange de prendre les serpents, de les lâcher sur le bord de la fenêtre et de refermer correctement la fenêtre. L'empereur regarda autour de lui ne voyant qu'un fatras on ne peut plus déprimant. Mais il avait des questions à poser. Ce devait être le bon moment. Sous le choc la femme serait sûrement incapable de mentir. L'empereur prit le paravent qui était dans un coin de la pièce et le plaça devant les deux femmes, en espérant que rien n'arrive à la reine de France.

— Ce n’était que de simples serpents de campagne inoffensifs. Vous n'avez pas à vous inquiéter.

Par contre ce qui inquiétait Friedrich était le désordre que l'on pouvait trouver dans cette chambre. On aurait dit que quelqu'un cherchait une chose précise. Mais pourquoi avoir mis de simples serpents inoffensifs ? Juste pour faire peur ? Peut être que quelqu'un voulait attirer Ronce et Friedrich dans ce lieu précis. Alors que l'empereur réfléchissait, il marchait dans la chambre, étudiant toute la pièce comme s'il étudiait une partie d’échec. Il pensa même à « retourner l’échiquier », autrement dit penser comme son adversaire pour voir tout cela d'un autre angle. Mais il n'arrivait pas à voir ce que cette pièce pouvait lui révéler.

— Dites-nous mademoiselle Chateaurouge, pourriez-vous nous expliquer l’état de vos appartements ? Nous doutons que de simples serpents, quelque soit la peur qu'ils ont put vous provoquer, ont causé un tel chantier. Quelqu'un en aurait-il après vous ? Cela soulèverait alors la question : qui donc ? Ou alors cachiez-vous quelque chose votre reine ici présente ?

En attente d'une réponse l'empereur continua d'examiner la chambre en espérant trouver quelque chose.

Spoiler:
 


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.   
Revenir en haut Aller en bas
 

[juillet 04] Grand Bal et Petites Magouilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat