Le coeur de la forêt. |An 0003| [Friedrich]

 :: L'Europe :: Allemagne :: Forêt Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Mar 9 Sep - 15:12
Début d'été de l'An 03, dans une forêt au sud de l'Allemagne.

    Courir, courir, fouler le sol en ne laissant qu'une trace évasive, aller aussi vite que les jambes peuvent soutenir un corps qui s'agite, haleter à chaque nouveau pas, sentir la sueur de l'effort perler sur son front, voir trouble à continuer, pour fuir, loin, très loin, et accéder au mirage de la liberté. S'arrêter alors, essoufflée, continuer de marcher lentement pour ne pas s'effondrer sur ses cannes qui risquent de craquer à tout moment, jeter un regard en arrière, se sentir assez loin, très loin, et goûter à la saveur passagère de la liberté.

    Cette fichue robe ! laissa échapper une voix au souffle saccadé.

    Elle savait bien que c'était une des seules façons dont elle pouvait se vêtir pour cacher les épines qui sortaient de ses cuisses comme des lames acérées, mais bon dieu ce que ce bustier pouvait la serrer ! S'improviser sprinteuse professionnelle n'avait déjà pas été pratique, elle s'était sentie comme un énorme sac à patates qui bondit sur la longueur, alors si en plus elle se sentait à présent comme dans un pressoir à légumes, ça n'allait pas aller en s'arrangeant.

    Elle essayait en vain de tirer sur le bustier ses doigts tremblants, mais rien n'y faisait. Ou c'était trop solide, ou elle n'avait pas assez de force. Quoiqu'il en soit, il faudrait qu'elle trouve comment s'en débarrasser rapidement si elle ne voulait pas suffoquer.

    Tout ça, c'était la faute de cet imbécile de sorcier ! Il avait insisté pour lui faire porter une nouvelle robe à baldaquin. Il voulait l'emmener promener, qu'il avait dit, comme si elle n'était, en plus d'être déjà son monstre favori, qu'un vulgaire animal qu'il pouvait faire déambuler dans les rues à sa guise. Et elle lui avait pourtant assuré qu'elle ne se sentait pas à l'aise dans ce genre de tissu, qu'il fallait qu'il trouve une robe mieux adaptée, avec un corset moins comprimant, mais non, il avait préféré la regarder souffrir, comme si l'idée qu'elle puisse s'imaginer emprisonnée lui foutaient des fourmillements de plaisir.

    Qu'il lui annonce sans le moindre remord qu'il comptait lui faire démontrer ses talents en petit comité, "vêtue comme une princesse", avait été la goutte d'eau de trop. Elle le savait sadique, décelait également la faille mentale qui le tiraillait parfois un peu trop, mais là, elle s'était dit qu'il voudrait simplement la ridiculiser. Représenter son attraction fard sur les foires étaient déjà difficile à supporter, mais au moins elle avait tout l'air qu'il lui fallait. Il était hors de question qu'elle se mette à l'oeuvre ainsi. Alors elle avait tout bêtement pris la fuite dans la forêt.

    Si elle savait qu'il ne viendrait pas la chercher, c'est parce qu'elle était également consciente qu'elle n'aurait pas d'autre choix que de lui revenir. Où pourrait-elle aller ? Qui prendrait sous son aile une femme fusionnée avec la Nature elle-même ? Elle n'avait nul endroit où se cacher, pas même ici, alors qu'elle s'y sentait si bien. Du moins, elle s'y sentirait bien une fois qu'elle aurait réussi à enlever cette robe. Question de confort.

    Elle se laissa tomber à genoux, la baleine en fer de sa tenue formant autour d'elle comme un espèce de dôme, et demanda au saule pleureur sous lequel elle se trouvait de remuer ses branches maniables. Les mains ramenées sur le coeur, la Nature prit une toute autre vie autour d'elle, et les branchages se mirent à l'entourer, cherchant à défaire dans son dos le lacet bien trop attaché.

    De l'air, de l'air... implora-t-elle dans un soupir.
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mer 10 Sep - 0:10
Friedrich Franz s’était octroyé une petite retraite reposante dans une de ses demeures secondaires. Celle-ci était un peu plus style campagnarde, éloignée de toute commodité. L'empereur ne s'y rendait que lorsqu'il voulait s’éloigner de tout être, au calme. La plupart du temps sa fille Maria venait avec lui, elle pouvait y dormir comme un loir.

Mais cette fois l'empereur s’était rendu seul aux frontières de son empire et de celles de l’Allemagne. Ce lieux était un des rares coins où la violence allemande n’était pas présente. Mais par sécurité sa garde personnelle était présente, mais il leur avait ordonné d’être la plus effacée possible. l'empereur voulait pouvoir se détendre.

En cette belle journée ensoleillée l'empereur faisait une balade avec un objet magique à la main. Visuellement cela pouvait ressembler à une montre à gousset, mais celle-ci ne donnait pas l'heure. Elle émettait un petit son faible qui était de la musique classique, un mélange de piano et de violons.

Friedrich avança dans la foret, perdu dans ses pensées. Il était rare de pouvoir voir l'empereur si détendu. Mais sa tranquillité venait d’être perturbée par des paroles qui sonnaient comme un cri du cœur.

De l'air, de l'air...

Friedrich vit un tableau qu'il aurait bien aimé accrocher dans son musée. Tout aussi étrange que la scène pouvait être, cela le fit à peine lever un sourcil. Plus que les branches qui tentaient de dévêtir la demoiselle ? Non cela devait être autre chose.

— Mais qu'est-ce donc que cela ! Que font toutes ses branche accrochées à votre robe ?!

Friedrich voyait bien que la jeune femme n’était pas en danger. Mais il fallait avouer que la scène qu'il avait sous les yeux était peu commune, et cela l'intriguait au plus haut point.

— Dites-moi au vu de vos précédentes paroles, vos vêtement ne seraient-il pas mal ajustés ? Et ces branches risquent fort de les abîmer, et il serait incongru de vous balader vêtue de la sorte.

L'empereur avança devant l’inconnu et se présenta.

— Nous somme Friedrich Franz Edelstein, empereur de l'empire Autriche-Hongrie ! Pouvez-vous m'expliquer ce qui se passe ici ?



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Mer 10 Sep - 3:03
    La concentration dans laquelle elle s'était plongée pour contrôle au mieux les branches avait été troublée. Infime, aussi doux qu'un vent d'été, un air de classique lui était parvenu faiblement aux oreilles, l'informant, dès lors, qu'elle n'était plus seule.

    — Mais qu'est-ce donc que cela ! Que font toutes ses branche accrochées à votre robe ?!

    Elle avait tourné son visage vers la silhouette qui s'était arrêtée à quelques pas de là et qui l'observait à présent. Ce ne devait pas une scène commune, à laquelle on pouvait assister tous les jours, qui se déroulait devant ces yeux intrigués. Elle le concevait parfaitement, et si elle avait pu simplement tout arrêter pour se relever tranquillement, elle l'aurait fait volontiers. Seulement, si elle n'était apparemment pas en danger imminent, elle continuait sérieusement de manquer d'air.

    Les branches m'aident, souffla-t-elle avec difficulté.

    Il ne fallait pas être très intelligent pour comprendre que sa robe la serrait effectivement de trop, mal ajustée, comme il l'avait si bien fait remarquer. Mais il avait raison, elle ne pouvait pas risquer de se balader sans plus rien sur le dos. Sans plus rien qui laisserait comprendre qu'elle n'était plus totalement humaine, du moins. Mais elle devait au moins desserrer le lien du bustier.

    Que la robe soit... abîmée, n'est pas ce qui m'importe dans l'immédiat. J'ai besoin... de... respirer.

    Elle avait fini par soupirer de soulagement alors que les branches avaient finalement réussi à défaire le lacet, écartant le tissu de son dos pour qu'elle puisse prendre une grande bouffée d'air. Pendant ce temps, l'inconnu s'était planté devant elle, et s'était présenté. Gardant les mains calées sur le haut de la robe afin que celui-ci ne tombe pas, elle avait alors posé ses grands yeux bleus sur ce Friedrich Franz Edelstein, sur cet... qu'avait-il dit ?

    Vous avez dit "empereur" ? répéta-t-elle plus par automatisme que comme une véritable question.

    Les branches s'en étaient allées, retournant à leur immobilité seulement troublée par la cadence du vent, et elle s'était un peu plus recroquevillée sur elle-même, fixant maintenant le sol, anxieuse. Elle ne pouvait décemment pas le laisser découvrir ce détail qui trahirait sans effort ce qu'elle était réellement.

    Je me nomme Lucia, Monseigneur, et je crois m'être aventurée un peu trop loin dans la forêt.

    Elle remua faiblement les épaules, le tissu du corset de son dos retomba en cloche, cessant de gratter le bustier naturel de feuilles qui, même s'il se faisait discret, était à présent visible. Elle omit de répondre à sa dernière question, en privilégiant une autre pour tenter de détourner son attention.

    Mais vous, que pouvez-vous bien avoir à faire ici ? Vous seriez-vous perdu ?

    Elle n'avait toujours pas daigné relever les yeux sur lui, de peur d'apercevoir ce regard qui la faisait se sentir si souvent honteuse.
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mer 10 Sep - 11:03
Friedrich pensa que cette femme devait contrôler, dans une certaine mesure, la nature. Sinon comment expliquer qu'elle l'aide.

Par contre hors de question d’abîmer une robe et se balader comme une négligée. Une fois les branches parties, Friedrich approcha de la demoiselle.

— Mademoiselle Lucia. Un joli prénom qu'on entend peu dans les environs. Voulez-vous bien vous retourner ?

La jeune femme, intimidée, s’exécuta. L'empereur vit une ouverture dans le dos de la femme, une ouverture avec des boutons. Voilà qui était peu commun, mais pourquoi pas après tout. Les branches avaient du passer par là pour relâcher l'emprise du corset qui était apparemment trop serré. Friedrich sortit le pied de sa chaussure et le posa sur le bas du dos de la jeune femme.

— En effet nous sommes bien l'empereur Autriche-Hongrie. Et même si cela ne devrait pas vous regarder, nous sommes ici à quelques pas dans une de nos résidences secondaires pour nous relaxer de toutes les commodités mondaines.

Friedrich, tout en parlant, resserra le corset. Pas comme un forcené, il savait bien que la dite Lucia rappellerait les branches pour en faire à sa tête. Il serra juste ce qu'il fallait pour que la femme est une silhouette bien droite. Friedrich enleva son pied. Cette manière de mettre un corset pouvait paraître étrange pour certains, mais pour les Autrichiens c'était une base que beaucoup ne pratiquaient plus. Mais Friedrich en bon monarque connaissait bien cette façon de faire.

— Voila qui est bien mieux. Vous ne serez ni négligée, ni voûtée. Cela devrait vous permettre de vous mouvoir et respirer plus facilement. Dites-moi, si je ne m'abuse, vous contrôlez la nature ? Nous serions curieux d'en savoir plus sur cela. Cela vous plairait-il de m'en dire plus devant une tasse de thé noir? Ma résidence se trouve à quelques mètres au sud d'ici.

Spoiler:
 



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Mer 10 Sep - 11:32
    A la nouvelle question de l'empereur, Lucia se retourna donc, gardant la tete baissée, curieuse de savoir pourquoi il avait voulu qu'elle se mette de dos.

    C'est que je ne viens pas d'ici, Majesté, expliqua-t-elle.

    Si l'on retrouvait dans son prénom des accords peu communs, on décelait également dans l'intonation de sa voix un accent d'ailleurs.

    Alors qu'il lui confirmait bien être l'empereur Autriche-Hongrie, elle avait senti quelque chose se poser dans son dos. Un léger spasme d'épaules, discret, l'avait secouée. Puis elle comprit qu'il rattachait le tissu de sa robe, à grand regret. Elle aurait voulu s'en débarrasser, la jeter au feu, même, mais pas ici, et pas maintenant.
    Pour le moment, il fallait conserver une allure décente, et qui ne risquerait pas de rendre un peu plus curieux cet empereur en quête de repos.

    Elle l'avait remercié, toutefois, même si elle ne lui en était pas vraiment reconnaissante, mais il avait eu la délicatesse de ne pas l'enboudiner comme elle l'était précédemment. Le corset la serrait juste ce qu'il fallait pour tenir sa silhouette effilée, mais plus assez pour l'empêcher de se déplacer librement.

    J'imagine que cela ne devrait pas vous regarder non plus, mais...

    Elle jeta un petit regard en arrière, vers là où elle était arrivée. Si son maître avait vent de son refus d'être conviée par une tête couronnée, il en serait certainement très en colère. Mais si elle disparaissait trop longtemps, n'en serait-il pas de même ?
    Elle soupira. Ce n'était pas une manière de s'adresser à un haut placé. Elle se risqua finalement à poser ses yeux sur sa personne, et reprit :

    Si c'est pour étancher la curiosité de Monseigneur, alors... pourquoi pas.

    Elle se releva enfin, toujours pas à l'aise malgré tout dans ce genre de robe trop gonflée, et attendit.



Spoiler:
 
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mer 10 Sep - 16:12
Cette jeune femme confirma ce que l'empereur pensait : elle n’était pas d'ici. Vu son accent elle devait sûrement venir d'un autre continent. Cela pouvait être intéressant d'en apprendre plus sur une autre culture et, forcement, la comparer à la sienne.

Mais la jeune femme semblait se forcer. Il était ici plus en tant qu'homme qu'en tant qu'empereur, même si le statue social restait. Il n'avais pas envie de voir des personnes se forcer par rapport à son rang.

— Nous ne voudrions pas vous forcer. Sachez que vous êtes libre de refuser. Nous somme ici en tant que simple personne. Aucun protocole à prendre au pied de la lettre. Mais si cela vous intéresse vraiment, vous pouvez nous suivre.


Friedrich avança, ne jetant pas de regard à Lucia pour ne pas l’influencer outre mesure. Il sortit sa boite à musique magique, avant de penser que si son invité la suivait elle pourrait ne pas aimer cette mélodie, et à contre cœur la rangea dans sa poche. Quelques minutes plus tard il arriva à sa maison de plaisance qui, certes pour une personne normale, ressemblait plus à une maison de luxe ou bourgeoise.

A son retour tout le monde s'agitait. L'empereur était indemne. Mais, pour tout le monde, le voir revenir avec une étrangère était certes étrange mais aussi source de travail de dernière minute. Les domestiques devaient préparer tout ce que l'invité aurait besoin ainsi qu'une chambre, si jamais la jeune femme désirait rester séjourner.

Friedrich se retourna et vit que Lucia l'avait suivi finalement. Cela lui fit plaisir.

— Cela nous fait plaisir de voir que vous nous avez suivis finalement. Est-ce que vous désirez quelque chose avant d'aller dans le petit pavillon ?

Lucia pouvait demander quasiment tout ce qu'elle voulait. L'empereur avait des ressources à disposition. Tant que cela restait raisonnable il ferait ce qu'il faudrait pour mettre à l'aise son invitée.

Spoiler:
 



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Mer 10 Sep - 22:09
    Il ne la forçait pas à venir, ce n'était qu'une simple invitation qu'elle était en droit de refuser. Il ajouta également qu'il n'était pas ici en tant que représentant de la couronne austro-hongroise, mais simplement comme un homme comme les autres. Sauf que maintenant qu'elle savait qui il était, il était plus compliqué de le voir autrement. Mais soit, puisqu'il semblait enclin à la mettre à l'aise, elle n'allait faire la difficile. D'autant plus que discuter avec cet empereur lui changerait peut-être les idées. Une sorte d'échappatoire provisoire, en quelque sorte.

    Alors sans rien ajouter de plus, elle l'avait suivi. Si la demeure n'était effectivement pas très loin de la position où ils se trouvaient, cela ne l'avait pas empêché de jeter à de nombreuses reprises des regards en arrière par-dessus son épaule, comme pour se persuader à chaque nouvelle fois qu'on ne l'avait pas traquée, et que personne ne risquait de débarquer d'un moment à l'autre pour l'arracher à ces quelques instants de répit. Mais rien ne paraissait prêt à venir la troubler pour l'instant. Pour l'instant.

    Elle ignorait pourquoi elle s'était attendue à une propriété vide, l'espace de quelques secondes elle avait peut-être omis qu'il s'agissait d'un empereur, et pas de n'importe qui. Il était donc tout à fait normal qu'il y ait des domestiques, et cela allait de paire avec l'endroit riche dans lequel elle se trouvait à présent. Si tout ce monde s'activant à droite à gauche l'a mis légèrement mal à l'aise, elle ne pouvait s'empêcher pourtant de se sentir apaisée par les lieux. Sa maison natale n'était certes pas aussi grande et aussi bien fournie, mais il y avait des airs de conforts dont elle semblait encore se souvenir.

    Je vous remercie de m'avoir invitée, Majesté.

    Quant au reste, elle hésita. Cela faisait tellement longtemps qu'on ne lui avait pas demandé si elle désirait quelque chose qu'elle en avait presque oublié le véritable sens. Des ordres, voilà tout ce qu'elle entendait depuis qu'elle avait quitté le Brésil. Mais puisqu'il avait proposé, alors c'était qu'elle pouvait, n'est-ce pas ?

    Eh bien, j'aurais bien aimé pouvoir enlever cette robe mais...

    Elle agita vivement la tête pour revenir sur ses mots.

    Non, oubliez, ce serait trop compliqué.

    Trop compliqué de lui expliquer qu'elle ne rentrerait pas dans n'importe quelle robe, ou dans n'importe quel vêtement, d'ailleurs. Elle pouvait presque sentir les épines de ses cuisses gratter sur l'intérieur du tissu, et si l'anneau de fer n'avait pas été aussi grand, alors les détails peu ordinaires de sa silhouette auraient déjà tout déchiré.
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 11 Sep - 0:45
La jeune femme hésitait à demander quelque chose a l'empereur. Après un léger soupir il lui répondit :

— Vous en avez trop dit ou pas assez. Au vu de ce qui s'est passé, au moment de notre rencontre, j'en déduis que vous avez une forte envie de changer de tenue. Cela ne nous pose aucun problème. Nous avons ici plusieurs type de vêtements pour femme.

Friedrich n'allait pas se justifier sur le fait qu'il avait des vêtements de femme dans cette résidence. Il n'avait pas à le faire et n'en avait pas envie. L'empereur fit signe à une domestique de venir vers eux.

— Prenez avec vous cette demoiselle, et voyez pour la mettre plus à l'aise. Sa robe n'a pas l'air d’être adéquate pour la demoiselle.

Friedrich se tourna vers Lucia pour s’adresser à elle.

— Vous êtes mon invitée, vous pouvez vous changer comme il vous plaira, avec ce qu'on vous présentera. Ne vous faites pas prier, j'insiste. Il y a plusieurs styles de robe ou d'autres vêtements pour dame. Prenez ce qu'il vous convient le mieux. Quand vous serez prête la domestique, qui vous accompagne et vous aide à vous habiller, vous amènera nous rejoindre au pavillon. Si d'ailleurs vous désirez quelque chose avec votre collations, dites-le si possible maintenant, qu'on vous l’apporte à votre arrivée au pavillon.

Spoiler:
 



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Jeu 11 Sep - 1:17
    Elle ne pouvait pas se changer, pas si elle ne trouvait pas de choses qui soient susceptibles de lui aller. Elle tenta de dissuader l'empereur de lui faire choisir un vêtement dans la garde robe.

    C'est que.. j'ai une morphologie assez particulière, je peux garder celle-là, vraiment...

    Mais déjà la domestique lui tendait le bras pour la mener dans une pièce où elle pourrait se changer.

    Si je puis me permettre, Mademoiselle a pourtant l'air d'avoir une silhouette gracile, il ne devrait pas être compliqué de trouver de quoi vous changer, dit la domestique d'une voix rassurante.

    Il y avait ici des vêtements qu'elle aurait rêvé de pouvoir porter, et elle se sentait comme une enfant devant un magasin de jouets. Elle n'avait qu'à choisir... Si seulement elle ne risquait pas de tout déchirer...

    Non, non, vraiment, ce n'est pas nécessaire.

    Vous savez, Monsieur pourrait se vexer que vous ne vouliez pas porter l'une de ces merveilles...

    Lucia soupira. Elle ne savait plus quoi faire pour se sortir de ce pétrin. Elle n'aurait pas dû accepter l'invitation, elle avait un mauvais pressentiment. La domestique commença alors à délacer l'arrière du bustier, la brésilienne plaqua ses mains sur ses yeux pour se cacher, déjà préparée à se sentir honteuse. Lorsqu'elle eut ôté le corset, elle ne comprit pas tout de suite.

    Oh, Mademoiselle, oserais-je vous dire que ce que vous avez là est très joli ? Mais je crains de ne pas trouver comment vous aider à l'enlever...

    C'est parce que ça ne s'enlève pas... murmura Lucia.

    La domestique prit sur elle pour ne pas afficher un air clairement choqué, la main devant la bouche pour contenir la surprise qui avait failli s'échapper de sa gorge.

    Laissez-moi, je vous prie.

    Sans attendre, la domestique sortit de la pièce, et s'en alla quêter la présence de l'empereur.

    Ma Seigneurie, il semblerait que votre invitée ait un léger problème, avoua-t-elle finalement en ne pouvant contenir davantage sa stupéfaction.

    Dans la pièce où elle était censée se changer, Lucia n'osa pas croiser son reflet dans le miroir. Elle savait qu'elle n'y verrait que la chose étrange qu'elle était devenue. Et même si elle s'était faite à cette apparence, elle ne l'acceptait toujours pas.

    Comment je vais faire maintenant...

    Elle avait ôté complètement la robe qu'elle portait, et cherchait la tenue miracle qui lui permettrait de cacher correctement ce physique mi-femme, mi-floral.



Spoiler:
 
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 11 Sep - 12:26
L'empereur était en train de boire un thé sur le pavillon quand, la domestique qui s'occupait de son invitée, vient lui apporter une bien étrange nouvelle.

— Un problème, comment cela ?

La servante lui expliqua ce qu'elle avait vu. Friedrich, sur le coup, fut légèrement surpris. Il y avait tellement de choses que l'on pouvait découvrir chaque jour, à condition d’être au bon endroit. Friedrich se leva et pressa le pas en direction de la chambre où Lucia se trouvait. Friedrich frappa à la porte.

— Excusez-nous demoiselle Lucia. On nous a rapporté une chose plutôt inhabituelle. Même si cela ne me surprend pas plus que cela. Nous supposons que cela à un rapport avec votre pouvoir sur la nature dont nous avons été témoins ? Cela ne nous dérange pas et ne nous choque pas. Après tout nous vous avons invité, en partie, pour parler de votre pouvoir. Votre corps en ferait-il partie ? Permettez à notre femme de chambre de revenir auprès de vous. J'espère qu'elle n'a rien fait de déplacé à votre égard. Si à cause de cela vous ne pouvez pas enfiler une des robes ici présentes, cela ne fait rien. Vous êtes mon invité. Portez juste quelque chose de décent mais qui vous mette à l'aise.

Friedrich hésita à demander à rentrer pour voir de ses propres yeux ce qui, pour lui, pouvais être de l'art vivant. Cela réveilla encore plus son intérêt pour cette jeune femme nommée Lucia.

— Nous ne vous retiendrons point si vous ne voulez pas rester. Mais sachez que nous sommes curieux d'en apprendre plus à votre sujet. Nous vous attendrons comme convenu dans le petit pavillon. A moins que vous préfériez que l'on apporte tout, ici même ?

Spoiler:
 



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Jeu 11 Sep - 14:47
    Elle sursauta en entendant la voix de l'empereur au-travers de la porte, et recula jusqu'à se retrouver dos au mur. Il savait, la domestique l'avait mis au courant dès qu'elle était sortie de la chambre. Rien de guère étonnant au fond, il était sans doute normal qu'elle prévienne la souveraineté pour qui elle travaillait et lui tienne compte des étrangertés qui pouvaient se trouver dans sa demeure.

    Pourtant, au ton de sa voix, il ne sembla si étonné que cela. Il fit le rapprochement avec ce pouvoir qu'elle semblait avoir et dont il avait pu avoir un aperçu dans la forêt. Elle hésitait à laisser revenir la femme de chambre, car bien que le début de sa condition l'ait plus surprise qu'effrayée, elle n'était pas certaine de l'effet total de sa silhouette.
    Elle ne répondit pas immédiatement à l'empereur, conservant le silence pour se décider. Il lui rappela qu'elle était ici invitée et pouvait donc partir à tout moment, même s'il était curieux d'en savoir plus. La curiosité des bizarreries, elle en connaissait quelque chose. Elle y était confrontrée tous les jours. Elle soupira.

    Pourriez-vous définir ce qui serait décent, Monseigneur ?

    Si l'on y regardait bien, il n'y avait pas d'atteinte directe à sa pudeur, les feuilles recouvraient l'important d'une façon intelligente. Serait-ce suffisant ? Car l'on voyait toutefois nombreuses parcelles de sa peau.
    La domestique entra de nouveau, prudemment toutefois. Lucia s'était dissimulée comme elle l'avait pu, et sortit doucement pour confronter son regard. La femme de chambre soupira à son tour, résignée, et passa sa tête par l'encadrement de la porte pour prévenir l'empereur.

    Ma Seigneurie, il va être possible de couvrir convenablement le haut de son corps, mais les tissus vont se déchirer au niveau de ses cuisses.

    Au fond, Lucia se demandait pourquoi perdre du temps à chercher un nouvel habit, puisqu'arriverait sans doute l'instant où l'empereur serait trop curieux pour ne pas désirer voir de quoi il était question.



Spoiler:
 
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 11 Sep - 17:13
Lucia demanda à l’empereur ce qui était convenable. Pour lui c’était une question dénuée de sens et de logique.

— Huum nous dirions quelque chose qui ne montre pas trop votre peau. Même si j'ai cru comprendre que cela pouvait être problématique.

Friedrich aurait bien voulu rentrer dans la chambre mais cela ne se faisait pas. Il avait un minimum de bonnes manières et, même si cela l'intriguait, cette personne n'en restait pas moins une femme. Un être vivant tout comme lui. La femme de chambre dit à l'empereur que le bas du corps était ce qui avait de plus problématique. Friedrich réfléchit. Un vêtement qui pourrait être plus libre en bas, surtout au niveau des jambes...

L'empereur pensa à un commerçant asiatique qui lui avait apporté ce qu'ils appelaient chez eux l'art vestimentaire. Friedrich les avait laissé dans sa maison secondaire car sa fille n'avait pas l'air de vouloir mettre ce genre de vêtements. Chance ou hasard, en tout cas cela pourrait peut être aider la jeune femme. L'empereur s'adressa à Lucia et à la femme de chambre

— Emma ! Montrez à mademoiselle Lucia l’armoire asiatique je vous prie. Mademoiselle Lucia, dans cette armoire se trouvent quelques vêtements, certes étrangers mais de bonne couture. Par respect envers votre personne, je ne rentrerais point dans la chambre. Et donc je ne peux voir ce qui a l'air de tant vous troubler. Mais de ce que nous avons pu comprendre ce sont surtout vos jambes qui vous gênent. Dans cette partie du monde les gens aiment mettre en valeur les jambes. Ils appellent cela des qipaos me semble t-il. Regardez si cela vous plaît. Vous pouvez prendre celle qui vous plaira et, si cela ne vous convient pas nous trouverons autre chose soyez en sur.

Spoiler:
 



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Jeu 11 Sep - 17:36
    Quelque chose qui ne montrerait pas trop sa peau, donc hors de question qu'elle sorte ainsi. Elle commençait à se dire qu'il valait mieux qu'elle quitte la demeure de l'empereur immédiatement, et posa même un regard sur sa robe au sol pour s'apprêter à se diriger vers elle et la remettre, quand Friedrich l'interpella de nouveau au-travers de la porte.
    Il évoqua un qipao, et elle n'avait aucune idée de quoi il s'agissait, mais visiblement, c'était un vêtement qui laissait entrevoir les jambes.

    La domestique ouvrit l'armoire où se trouvaient les tissus asiatiques, passa sa main dedans pour montrer à Lucia les côtés fendus des robes. Ca pourrait peut-être fonctionner.
    Elle s'approcha alors, et en repéra une qui semblait plus fendues que les autres.

    Il y en a une qui pourrait convenir, annonça la domestique.

    Avec son aide, Lucia passa le qipao par le dessus de sa tête. La domestique retenait les pans pour ne pas qu'ils s'accrochent aux épines, et finit par les placer comme il fallait. L'effet était certain, cela ne dissimulait les détails de ses jambes, mais au moins elle était couverte de façon convenable. Elle s'observa un instant, la couleur de la robe contrastait avec le bleu de ses yeux, et s'il n'y avait pas ces difformités, elle se serait même trouvée jolie. Dans d'autres circonstances.

    Là, c'est très bien.

    Puisqu'elle était vêtue à présent, elle n'avait plus d'excuses pour ne pas sortir de la chambre. La domestique lui emboîta le pas après avoir rangé la robe comme elle le pouvait. Elle eut envie de lui dire qu'elle pouvait la jeter, mais elle en aurait sans doute besoin quand elle repartirait. La porte s'ouvrit, et Lucia s'avança timidement, appréhendant la réaction de l'empereur lorsqu'il verrait de quel problème il avait été question.


Spoiler:
 
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Ven 12 Sep - 0:33
Emma annonça à l'empereur que la jeune femme avait trouver chaussure à son pied. Enfin pour le coup c’était plutôt robe à sa mesure. Cela rassurait Friedrich. Lucia allait enfin pouvoir être à son aise, enfin c'est ce qu'il souhaitait. La jeune femme sortit de la chambre, laissant apparaître la robe de soie bleu que Lucia avait choisi. Il vit aussi les épines, semblables à celle de roses géantes, au niveau de ses jambes mais la jeune femme avait été assez embarrassé comme ça pour le moment. L'empereur prit la main de la jeune femme pour lui faire un baise main.

— Cette robe orientale vous va à ravir, même si cela reste près du corps. Cette couleur vous va à merveille, et la coupe aussi. On pourrait presque vous prendre pour une dryade, une merveille de la nature vivante... Veuillez nous pardonner. Nous avons un gros faible pour tout ce qui est artistique et, quand vous êtes sorti nous avions l’impression d'avoir une œuvre d'art sous les yeux. Enfin, que diriez-vous de continuer cette discussion dans le pavillon, à moins que vous préfériez rester à l’intérieur ? Quelque soit votre choix nous pourrions nous y reposer, et discuter en toute tranquillité. Du moins si cela vous intéresse toujours mademoiselle Lucia.

L'empereur tendit la main à Lucia pour l'inviter à le suivre. Quelque soit son choix, Friedrich l’amènerait vers le lieu qu'elle désirait, et où ils pourraient discuter calmement. Même s'il devait se l'avouer, il avait envie de toucher les épines de la demoiselle, pour voir si cela était vraiment comme une fleur, il n'en ferait rien. Lucia avait déjà l'air bien gênée. Friedrich ne pouvait pas savoir si c’était à cause de la robe, ou bien parce que celle-ci révélait quelque chose qu'elle aurait voulu garder secret.



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Ven 12 Sep - 0:59
    Elle se sentait mal, pas dans cette robe, mais dans son corps elle-même. Et pourtant, elle releva les yeux vers l'empereur lorsque celui-ci prit sa main pour y déposer un baiser. Elle s'attendait à tout, sauf à ce genre de délicatesse. Elle manqua presque de rougir quand il la complimenta, rabattant l'une de ses mèches rousses derrière son oreille. C'était bien la première fois qu'on faisait une éloge ouverte de sa condition. Mais peut-être était-ce un peu poussé que de la comparer à une oeuvre d'art, non ? Quoi qu'il en soit, l'attention qu'il lui portait la rendait plus sereine, et moins stressée. Elle détendit ses épaules, qui avaient commencé à s'engourdir sous l'effet de la panique.

    Je ne mérite pas tant de jolis mots, Monseigneur, mais je vous remercie. L'extérieur sera très bien, et je ne vous tournerai pas le dos puisque je me trouve pour une fois en agréable compagnie.

    Elle ne savait pas trop si elle devait prendre sa main ou simplement en suivre la direction, mais songeant que ce serait peut-être un geste déplacé, elle avisa et lui emboîta simplement le pas, regardant un instant en arrière pour qu'il ait le temps d'ajuster sa position à la sienne, et marcha jusqu'au pavillon à ses côtés.
    Une fois au pavillon, invitée à s'asseoir, elle prit place. Elle se doutait qu'il devait se poser beaucoup de questions.

    J'imagine que vous vous demandez d'où me vient cette apparence. C'est une malédiction, déclara-t-elle ouvertement.

    Certes, elle avait la capacité de manipuler les plantes, sa peau était devenue aussi douce qu'un pétale de rose, et elle suscitait une certaine fascination chez les plus tolérants, mais en dehors de cela, elle considérait vraiment sa condition comme une mauvaise chose, une punition.
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Ven 12 Sep - 11:57
Une fois arrivé au pavillon Friedrich invita Lucia à s'asseoir. Une nouvelle théière avait été servie. On remplit la tasse de l'empereur et de son invitée, et on leur amena des croissants, pâtisserie typique de chez lui. Friedrich but une gorgée de thé, le petit doigt levé, quand la jeune femme prit la parole.

— J'imagine que vous vous demandez d'où me vient cette apparence. C'est une malédiction.

Ainsi la jeune femme avait subi une malédiction. Il ne pouvait que trop bien la comprendre, étant lui même maudit depuis avant sa naissance. Même si cela ne se voyait pas physiquement son passé avait était sanglant à cause de cela.

— Une malédiction ! Nous aurions du y penser plus tôt. Vous devez vous demandez pourquoi ? Nous avons nous même était maudit par une Djinn, bien que cela reste moins voyant que vous. Personnellement nous vous trouvons vertueuse. On pourrait vous prendre pour la mère Nature elle-même. Et même si cette robe laisse apparaître votre modification corporelle cela n'entache rien à ce qu'elle vous va à ravir. D'ailleurs vous plaît-elle ?

Friedrich Franz reprit une gorgée de thé tout en pensant que même si la robe lui allait bien, les jambes était quand même trop découvertes. Même s'il comprenait qu'avec un handicap de la sorte elle n'avait pas le choix et, il ne la reprendrais pas là-dessus. L'empereur ne voulait pas obliger la jeune femme à parler de sa transformation et de ce que cela impliquait, ans paraître pour un rustre. Mais comme elle avait entamé elle-même le sujet, l'empereur allait se permettre une petite remarque.

— Voulez-vous quelque chose en particulier ? Nous avons plusieurs choses différentes ici. D'ailleurs dites-nous, quand nous nous somme rencontrés dans la foret vous manipuliez ces arbres non ? Votre don, ou pouvoir, est-il donc de manipuler la Nature même ? Cela est-il du à votre malédiction ?


L'empereur s’arrêta quelques secondes, s'apercevant qu'il pouvait limite rebuter son invité en lui posant autant de questions à la suite. Friedrich toussa faiblement.

— Veuillez nous pardonner, nous nous somme légèrement emballé. Mais nous trouvons votre malédiction si intéressante. Il pourrait être utile, bien encadré, comme avec des enfants. Leur montrer à quel point la nature peut être belle, manipulée avec soin. Nous nous sommes légèrement perdus dans notre self-control.

Friedrich Franz avait fait venir du beerentörtschen, une pâtisserie Autrichienne particulièrement connue dans son empire.



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Ven 12 Sep - 15:26
    Elle ne cacha pas la surprise qui peignit les traits de son visage lorsque l’empereur lui confia qu’il avait lui aussi été maudit. Elle se permit d’attarder son regard un peu plus longtemps sur sa personne, comme pour essayer de déceler de quelle malédiction il s’agissait pour lui. Mais rien ne semblait transparaître extérieurement, ou alors, avec plus de facilité qu’elle, il avait la possibilité de bien le cacher.
    Elle acquiesça d’un hochement de tête à sa question.

    Oui, Majesté, je m’y sens bien plus à l’aise que dans celle que je portais.

    Elle prit en main sa tasse de thé et but une gorgée après avoir soufflé un peu dessus pour en évacuer le surplus de chaleur. Elle n’eut pas le temps de répondre davantage, l’empereur palabrait, s’interrogeant sur les origines et les particularités de son apparence maudite. Il s’excusa, ne cachant pourtant la curiosité qui le prenait, mentionnant l’intérêt que pouvait apporter sa condition, les vertus d’apprentissage qu’elle pouvait conférer entre de bonnes mains. Lucia esquissa un sourire conciliant. D’ordinaire, elle se serait sentie plus que gênée de tant de questions, mais cette fois-ci, elle se sentait plus à l’aise, car l’empereur démontrait un intérêt fasciné, et non horrifié.

    J’ai tout ce qu’il me faut, et vous en faites déjà beaucoup, je vous remercie.

    Elle marqua un arrêt, le temps de croquer soigneusement dans l’étrange pâtisserie qu’elle venait de saisir, agréablement surprise par les saveurs qui se mélangeaient dans sa bouche.

    Oh, qu’est-ce que c’est ? C’est délicieux, laissa-t-elle échapper sous le contentement après avoir avalé sa bouchée.

    Elle reconcentra son regard sur l’empereur, et reprit la parole :

    C’est un sorcier qui m’a transformée pour me… punir. Il dit avoir été clément de m’assigner une faculté en même temps. Puisque je suis moi-même une fusion de la Nature, je peux manipuler les plantes, les fleurs, toute végétation dont la vie parcourt les tiges ou les racines. Cela ne fonctionne pas avec celles qu’on a arrachées, expliqua-t-elle. Bien sûr, je n’ai pas encore exploré tous les attraits de ce… pouvoir, mais il m’est possible de faire pas mal de choses déjà.

    Elle conclut ses mots en fixant son regard sur le rosier qui s’élevait derrière l’empereur, et anima les fleurs, qui se mirent à onduler jusqu’à venir se poser en forme de couronne sur la tête de Friedrich. Puis d’un geste délicat, elle les fit revenir à leur position initiale, un léger sourire aux lèvres.

    Certains tours me demandent plus de concentration que d’autres, et cela diffère selon le spécimen que je décide de prendre en main.

    Une fois son récit achevé, elle croqua un nouveau bout de la pâtisserie, la termina.

    Me trouveriez-vous déplacée de vous demander à mon tour de quelle malédiction vous êtes affecté, Monseigneur ?
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Sam 13 Sep - 1:31
Son invitée avait l'air bien plus détendue qu'à leur rencontre. Cela réconforta Friedrich.

— Cela est un beerentörtschen, une spécialité de notre pays. Vous m'en voyez ravi de savoir que vous l'appréciez.

Cette jeune femme était bien élevée. Quand elle lui expliqua l'origine de sont pouvoir et qu'elle avait été maudite par punition, il avait du mal à y croire. Mais il avait tellement de personnes étranges en ce monde de fous.

— Vous pouvez manipuler la vie en quelque sorte, même si ce n'est que végétal. Cela est fort intéressant. Vous pourriez tirer avantage de cette mésaventure qui a changé votre corps.

Alors qu'il parlait il sentit quelque chose se poser sur sa tête, avec légèreté, comme une couronne. Sûrement le rosier derrière lui. Quand il vit Lucia qui se concentrait, il comprit aussitôt que c'était son œuvre.

— Cela est fascinant. La nature vous obéit, du moment que vous la laissez en vie !Cela peut être très pratique dans certaines cas.


La demande de la jeune femme surprit Friedrich. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle soit si curieuse. Mais après tout elle lui avait bien dévoilé une partie d'elle-même. C’était presque légitime de demander une compassion de la sorte. Rien ne l'obligeait à dévoiler certains secrets liés à cette malédiction.

— Nous n'avons jamais vu la djinn qui nous a maudit. Nous l'avons ét2 pendant la grossesse de notre défunte mère. Notre empire ? étant depuis des années en conflit avec l'empire ottoman, une djinn a maudit notre naissance même. Nous avons été à l'image du roi des serpent le Basilic. Pour vous donner un exemple, quand nous somme hors de nous et que nos sentiments sont trop prenants, nous exhalons un gaz fortement mortel. Nous avons appris à maîtriser cette fonction de notre corps mais cela à causer plusieurs désagréments. Comme vous pouvez le constater cela n'est en rien pratique ou d'une quelconque utilité.



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Sam 13 Sep - 2:02
    Elle fit signe qu'elle avait retenu de quoi il s'agissait, mais elle n'essaya pas de prononcer le nom de la pâtisserie, elle savait déjà que c'était des sonorités trop complexes pour sa langue mélodieuse du Brésil. Elle avait déjà du mal à ne pas rouler les "r" en français, alors essayer de prononcer correctement un mot des pays de l'est...

    Elle se garda de dévoiler pourquoi le sorcier l'avait punie de la sorte, elle ne tenait pas à revenir sur les caprices de sa vie d'antan, elle le regrettait déjà bien assez aujourd'hui pour remuer le couteau dans la plaie. Elle ne tirait cependant pas elle-même d'avantages de sa condition, Machiavel lui en revanche, oui, puisqu'il se faisait de l'argent facile sur son dos. Ce pouvait être pratique, oui, et elle avait songé de nombreuses à étrangler son maître à l'aide de plantes, ou de l'étouffer, mais elle n'était pas une criminelle, et n'envisageait même pas la possibilité d'ôter la vie à quelqu'un, même au plus sanguinaire. Et elle le craignait trop pour cela.

    Elle avait finalement que la malédiction de l'empereur se déclenchait surtout lorsqu'il se mettait en colère, par exemple. Le fait de savoir qu'il pouvait cracher un poison mortel lui tira un frisson imperceptible dans le dos. Ca avait un côté effrayant, mais inutile d'avoir peur tant qu'on ne l'énervait pas. Ca, au moins, c'était bon à savoir.

    Je suppose que son utilité diffère selon le point de vue, concéda-t-elle doucement.

    Non pas qu'elle se serait servie d'un tel pouvoir, mais au moins, le sien passait inaperçu. Elle n'osa pas demander s'il avait déjà tué accidentellement quelqu'un à cause de la malédiction de la djinn, mais elle y pensa très fort.

    Elle laissa planer quelques secondes de silence, le temps de finir sa tasse de thé, puis posa son regard bleuté sur l'empereur.

    Vous savez, je ne tire pas vraiment d'avantage de mes capacités. Il m'arrive parfois de ressentir une quelconque satisfaction lorsque je l'utilise devant autrui, mais du reste, c'est mon maî.. mon.. celui qui m'a transformée qui en tire tous les bénéfices. Moi, j'exécute, simplement.

    Elle ne tenait pas vraiment à entrer dans les détails, et ne voulait pas passer pour une femme qui se plaint, surtout devant l'empereur, même si parfois elle se disait que hurler un bon coup toute la haine à l'égard du sorcier lui ferait du bien pendant quelques instants.

    Je suis soulagée de savoir que vous n'éprouvez pas de dégoût face à ce que je suis, Monseigneur, mais, même si loin de moi l'idée de me faire plaindre, j'ai perdu beaucoup à cause de cette malédiction, des choses qui me manquent, et que je sais que je ne retrouverai peut-être jamais.

    Elle tenta de chasser l'expression mélancolique qui avait peint ses traits, et esquissa un sourire franc à l'attention de l'empereur Friedrich.

    Mais encore une fois, je vous remercie. Savoir que je peux être perçue autrement, elle se retint de ne pas ajouter "que comme un monstre", me met du baume au coeur.
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Dim 14 Sep - 0:23
— Hormis tuer des gens, aussi bien volontairement que involontairement, nous n'avons jamais trouver une utilité à cela. Nous évitons de nous en servir et essayons de nous maîtriser le plus possible.

On apporta à l'empereur un Kirshtorte, une pâtisserie dont l'empereur appréciait fortement le goût et surtout la présentation. Friedrich ne se fit d'ailleurs pas prier et en manga une part en peu de temps.

La suite perturba légèrement Friedrich, aux nouvelles révélations que son invité venait de lui faire. La jeune femme avait, pour sûr, subit de lourdes conséquences après sa transformation en Dame Nature. Et cela devait être une punition. Cela lui semblait bien étrange. Pourquoi punir une personne qui lui paraissait si gentille et bien élevée.

— Veuillez nous pardonnez, mais nous ne sommes pas sûr d'avoir bien compris. Mais la personne, qui vous a ainsi transformé, vit avec vous ? Si c'est une punition, dans ce cas, pourquoi rester avec une personne aussi odieuse ? Et qui, de surcroît, vous exploite ? La façon dont il vous traite ne nous regarde point il est vrai. Mais une femme telle que vous ne devrait pas être exploitée comme cela ! Cela est intolérable !

Friedrich laissa apparaître une pointe d’énervement. Il voyait en cette femme, qui pouvait faire tellement de belles œuvres avec la Nature, un grand potentiel. La femme l'acheva, en quelque sorte, avec un sourire aussi joli que sa peau qui avait l'air aussi délicate qu'une pétale de rose. Il ne put s’empêcher de pousser son invitation à un grade au-dessus.

— Vous savez, dans mon empire, une personne telle que vous ne serait jamais traitée comme un objet ou comme une chose curieuse. Si cela vous plairait, vous pourriez partir avec nous dans l'empire. Nous pourrions vous faire avoir une bonne situation. Bien sûr vous devriez travailler, mais pour vous même. Une femme telle que vous le mérite, du moins nous le pensons. Et si vous êtes inquiète au sujet de cette personne qui vous a transformé, nous nous ferons une joie de la recevoir.

L'empereur s’était un peu emballé, il fallait bien l'avouer. Mais il ne supportait pas qu'une femme soit exploitée. Il avait même cru comprendre qu'elle était rabaissée plus bas que terre. Certes l'homme était au dessus de la femme, mais il y avait des limites qu'il ne fallait pas franchir, même pour un homme !



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Lun 15 Sep - 16:25
    Elle ignorait si l'empereur suggérait qu'il avait déjà tué quelqu'un avec son pouvoir, aussi bien volontairement qu'involontairement. Mais c'était une chose qu'elle préférait ne pas savoir. De plus il était difficile de l'imaginer rentrer dans ces colères noires qu'il avait évoquées, alors qu'il se dressait en parfait gentleman devant elle. Elle n'ajouta rien de plus concernant l'empereur, et se contenta d'esquisser un léger sourire en coin en le voyant déguster la nouvelle pâtisserie qui avait été apportée.

    Parce que si je ne peux pas rentrer chez moi, alors où pourrais-je aller ? répondit-elle presque par automatisme.

    La peur aussi, l'empêchait de s'en aller, même si elle fuyait parfois, ce n'était jamais bien longtemps, elle finissait toujours par revenir. Et parce qu'elle espérait au fond, qu'un jour il lui rendrait sa véritable apparence. C'était un espoir auquel elle avait voulu se raccrocher pour ne pas laisser tomber. N'étaient-ce pas des raisons suffisantes ?

    Elle parut chamboulée à l'énonciation de sa proposition. Il lui offrait une porte de sortie à la limite de l'utopie. Oserait-elle seulement ? Machiavel ne la laisserait pas faire.

    Venir avec vous, Monseigneur, dans votre empire... Cela me plairait certainement, mais je n'ose penser aux conséquences. Vous ne le connaissez pas et n'avez donc aucune raison de le craindre, mais vous mettre en danger vous, ou le peuple dont vous êtes le souverain ? Non, je ne mérite pas tant.

    Il avait l'air de l'estimer assez pour lui proposer l'asile, et elle savait qu'elle ne méritait pas toute cette attention. Elle avait été punie pour une bonne raison, et si la sentence lui avait semblé un peu trop extrême, elle commençait à comprendre quel genre de personne elle était par le passé. Elle ne voulait pas redevenir cette petite fille gâtée, simplement retrouver son père, sa vie.

    Vous m'avez offert votre agréable compagnie, et grâce à vous je me sens un peu moins monstrueuse. Pourquoi voudriez-vous m'apporter plus, à moi, qui ne suis qu'une inconnue qui a probablement mérité en partie ce qui lui est arrivé ?
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mar 16 Sep - 17:07
L'empereur ne comprenait pas pourquoi la jeune femme ne pouvait pas rentrer chez elle. Elle devait avoir ses raisons, et si elle ne les avait pas évoqué, peut-être était ce parce qu'elle ne voulait point évoquer la chose.

— Mérite ou non là n'est point la question ! Je vous fais cette proposition. A vous de l’accepter ou non. Rien ne vous oblige, tenez-le vous pour dis. S'il vous faut à tout prix une raison dites-vous que, dans notre empire, jouer les mécènes est monnaie courante. Oh certes, selon les personnes cela varie. Mais il nous arrive d’aider les personnes que nous jugeons avoir besoin de notre aide. Bien souvent cela va dans le sens artistique, mais il y a quelques exceptions. Quant à cette personne, certes nous ne la connaissons point, et donc ne pouvant pas juger de sa puissance, mais laissez nous douter qu'il puisse se dresser contre un empire tout entier qui a déjà repoussé d'autres empires.

L'empereur fit un léger sourire à Lucia et mangea une part de gâteau. Ce gâteau était délicieux, un régal pour les papilles et un régal pour les yeux. Après avoir bu le fond de sa tasse de thé Friedrich reprit la parole.

— Sachez, miss Lucia, qu'à notre avis, aucune femme ne mérite d’être appelé monstre. L'homme gouverne sur le monde d'aujourd'hui, mais cela ne lui donne pas pour autant tout droit sur les femmes. Bien que la femme ait certains devoirs envers l'homme... Enfin excusez-moi ce ne sont peut être pas des vérités à dire en face d'une femme.

Enfin il en avait bien une qui lui venait en tête, à qui il dirait bien qu'elle est la plus hideuse et monstrueuse femme au monde. Cette Djinn qui la maudit, cette maudite femme.

— Notre discussion n'est pas finie. Pour ce qui est de nous accompagner, réfléchissez-y et donnez nous votre réponse plus tard. Vous pouvez même aller vous détendre en marchant un peu si vous le désirez. Personne ne vous feras de mal ici. Même si nous sommes en frontière allemande cette parcelle de terre fait partie de notre empire. Même cet homme que vous craignez ne devrez pas pouvoir vous forcer la main sans représailles. Mais votre choix ne doit pas forcement se faire immédiatement et s'il vous faut une raison dites-vous que c'est un caprice de ma part.

Friedrich était détendu sans pouvoir vraiment dire pourquoi. Le sort de cette femme ne le laissait pas indifférent. Il aimerait bien l'aider, mais le choix était entre les mains de son invitée. Elle était libre de partir si elle le désirait, aussi bien maintenant que plus tard dans la journée.



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Jeu 18 Sep - 2:02
    Rien ne l'y obligeait, c'était vrai, et pourtant, elle avait une envie irrésistible de lui dire oui.

    *Oui, cher empereur, laissez-moi vous suivre vers un pays qui m'est inconnu, sauvez-moi de ma misère quotidienne, apportez-moi le soutien dont j'ai été lésée depuis que cet horrible personnage est entré dans ma vie !*

    Mais rien ne franchit le seuil de ses lèvres. Elle se contenta de continuer à l'écouter, rougissant parfois, esquissant un sourire par-ci, détournant le regard par-là. Son commentaire sur les femmes était une façon de voir qu'elle connaissait, qu'elle comprenait dans les grandes lignes, mais qui ne lui était pas commun. Chez elle, jamais elle n'avait été inférieure à un homme. Peut-être grâce à l'influence de son père, sans doute même, mais elle avait fini par s'habituer à être rabaissée au simple statut d'objet. Un objet de valeur, certes, peut-être même un trésor, mais un objet quand même. Alors elle se souciait peu de n'être que l'inférieure d'un homme, au moins en resterait-elle une femme.

    Elle avait donc agité la tête, lui signifiant que ce commentaire plutôt machiste mais conformiste aux normes actuelles ne l'affectait pas, et le laissa terminer. Un caprice pour la garder, voilà qui firent de nouveau se colorer ses joues, qui prirent le teint d'une rose naissante sous la rosée d'un matin de printemps.
    Elle ne savait pas quoi dire, elle se sentait troublée. Jamais on ne lui avait autant tendu les bras, et elle aurait certainement été folle aussi bien d'accepter que de refuser. C'était une proposition qui demandait à réflexion, mais pas trop non plus.

    J'ai besoin d'y réfléchir, oui. Comprenez bien que j'aurais d'ordinaire couru vers cette issue que vous me proposez, mais que cela n'engage pas que moi.

    Il fallait qu'elle essaye de penser comme Machiavel pour prévoir ne serait-ce qu'un minimum ce qu'il pourrait faire en comprenant que sa rose avait quitté le vase pour aller s'enraciner dans un autre pays. Mais elle n'était pas aussi malsaine que lui, ni aussi perverse, et si elle avait été autrefois bien capricieuse, aujourd'hui elle tentait au mieux d'avoir les idées claires, et réfléchies.



Spoiler:
 
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Sam 20 Sep - 15:43
Friedrich pouvait comprendre. Certains choix ne se prenaient pas à la légère, bien qu'il ne ferait pas cette proposition à n'importe qui. Miss Lucia devait certainement en être consciente.

Friedrich ne voulait pas influencer, plus que de raison, la jeune femme. Elle devait avoir ses propres raisons pour hésiter ainsi.

— Prenez le temps qu'il vous faudra Mademoiselle Lucia. Nous ne voulons en rien vous obliger ou vous précipiter. Désirez-vous quelque chose ? Ou préférez-vous réfléchir seule ? Nous pouvons vous laisser réfléchir seule. Vous êtes libre de vous balader comme vous le désirer dans l'enceinte de notre propriété. Nos domestiques sont à votre service si vous voulez une quelconque information ou avez une quelconque envie, faites-leur en part.

Friedrich finit de manger sont gâteau, attendant la réponse de la jeune femme qui semblait bien craindre la fameuse personne qui l'avait transformé ainsi. Friedrich ne connaissait pas cette personne. Mais qui serait assez fou pour se mettre à dos un empire tout entier ? Bien que cette personne pouvait transformer ses victimes cela serait-il pire que la malédiction qu'il avait actuellement ? Cette malédiction qui avait tué ses parents ? Non cette personne ne lui faisait absolument pas peur. Après tout Schlange était dans les parages à veiller au grain sur la sécurité de l'empereur et il avait une confiance aveugle en son chef de sa garde personnelle.



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Tuvinhes
Invité
avatar
Lucia Tuvinhes
Mer 24 Sep - 16:38
    C'était une proposition à la fois attirante, mais risquée. Qui lui certifiait sur l'honneur que ce n'était pas simplement un piège tendu par son maître ? Qu'il n'essayait pas là de la tester, en lui offrant une porte de secours pour voir si elle lui resterait fidèle ? Il fallait qu'elle prenne cela en compte également.

    Même si l'empereur, s'il était bel et bien empereur, lui paraissait honnête de premier abord, tout ceci n'était peut-être qu'une grande mascarade savamment montée. Un coup de théâtre ficelé avec ruse et réflexion. Elle se rendit compte qu'elle partait trop loin en supposition. Non, Machiavel n'irait pas jusque-là, ça lui demanderait trop de ressources, et il y avait des façons bien plus simples de vérifier certaines choses, sans dépenser autant d'argent et de temps pour arriver à ses fins. Même s'il était sadique, ce n'était pas le genre de procédés auxquels il faisait appel.

    Ca ira, je vous remercie. Mais si vous l'acceptez, j'aimerais éventuellement me dégourdir les jambes, et j'aurais quelques questions à vous poser, Monseigneur.

    Marcher lui ferait certainement du bien, et c'est une activité qu'elle appréciait de plus en plus depuis qu'elle avait été transformée. En restant trop longtemps sur place, elle avait parfois l'impression qu'elle risquait de prendre racines.

    J'ai du mal à imaginer quel genre de travail je pourrais exercer. Vous songiez à quelque chose en particulier ? demanda-t-elle finalement.
Lucia Tuvinhes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Allemagne :: Forêt-
Sauter vers: