Association providentielle [Rouselin Roussel]

 :: L'Europe :: Royaume-Uni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Lun 15 Sep - 19:21
Iola était une fois encore entre deux voyages, mais cette fois, elle s'était attardée dans les terres, pour renouer un peu avec sa région d'origine. Elle avait beau passer le plus clair de son temps à naviguer et considérer les flots comme son foyer d'élection, en entamant ce périple, elle avait la sensation de rentrer chez elle.
La petite ville où elle avait fait escale était calme, certains auraient sans doutes dit "ennuyeuse". Néanmoins, la navigatrice n'avait pas attendu longtemps avant de trouver de quoi se divertir. Il ne lui fallait pas grand chose; une taverne et des joueurs qui ne se formalisaient pas d'affronter une femme. Pour la plupart, l'idée de dépouiller une donzelle trop téméraire suffisait à les faire accepter, et il arrivait fréquemment qu'ils se rendent compte que la donzelle avait du répondant...

Ce soir, elle affrontait trois quidams sur une partie de cartes pour une mise intéressante et la partie tournait en sa faveur, pour le plus grand déplaisir des compères qui commençaient à la regarder d'un œil mauvais.
La kelpie n'était pas dupe et surveillait plus ses adversaires que son jeu, commençant à redouter que le trio ne compte des mauvais perdants prêts à faire valoir leurs droits à la force des poings.
Elle était joueuse, mais la bagarre n'était pas dans ses préférences. Surtout lorsqu'en infériorité numérique, face à trois spécimens plus lourds et plus entraînés qu'elle, ses chances étaient relativement réduites...
Mais l'appât du jeu était tellement attrayant! Oui, elle aimait certainement plus jouer pour le risque que pour le gain à la clé.
D'un geste triomphal, elle déposa un carré devant ses partenaires qui la foudroyèrent du regard, jetant rageusement paire et brelan sur la table alors qu'elle raflait la mise.
Il était temps de lever le camp au jugé des expressions peu amènes qui accompagnaient sa victoire.
Soudain, des éclats de voix depuis la rue attirèrent l'attention de l'ensemble des occupants.

- Arrêtez-le! hurla une voix depuis la rue, tandis que des bruits de course effrénée battaient le pavé.
Lorsque le trio de joueurs reporta son attention à la table, Iola avait disparu avec ses gains.

- Que le diable emporte cette peste!

Alors qu'elle filait par la porte de service, la Kelpie ne put s'empêcher de glousser malgré elle, en entendant cette imprécation. Elle entendit du mouvement et hâta le pas, sans pour autant céder à l'angoisse. Ils ne prendraient probablement pas le risque de la poursuivre pour de l'argent qu'elle avait gagné de manière régulière, mais elle ne tenait pas à rester dans les parages pour autant.

L'autre course entendue plus tôt faisait le tour du pâté de maison. La navigatrice se plaqua dans un pas de porte, et quelques instants plus tard, une silhouette se découpait à l'entrée de la ruelle.
Le fugitif semblait hors d'haleine, et l'écossaise eut pitié.

- Psssst! Par ici!

Venait-elle d'aider un criminel? Un fou dangereux? Elle l'ignorait, mais il serait toujours temps de le regretter plus tard! Iola faisait parti des marginaux de ce monde et ne savait que trop bien ce que pouvait vouloir dire "se sentir traquée". Peut-être était-ce ce qui lui rendait les chasses à l'homme si désagréables...

Sautant hors de sa cachette improvisée, elle désigna à son comparse la ruelle par laquelle elle était arrivée, sachant où ils pourraient se cacher, le temps que la chasse ne cesse -l'écurie de la taverne n'était pas très bien gardée, le palefrenier ayant été de ses adversaires aux cartes.
Vu de près le fugitif était pour le moins surprenant: plus jeune que ce qu'elle avait imaginé tout d'abord, d'une rousseur orangée qui concurrençait bien son auburn, mais il revêtait par dessus tout l'étrange particularité d'une paire d'oreilles pointures, d'aspect velouté sur le crâne.
Il serait toujours temps de faire connaissance plus tard!
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Dim 21 Sep - 0:01
Rouselin aimait la terre de ses ancêtres, mais celle-ci ne le lui rendait pas très bien.

Décidé à vouloir se ressourcer dans son pays d'origine, l'écrivain avait décidé d'entreprendre un long périple à travers l'Angleterre, pays auquel il n'était pas particulièrement attaché. C'était une région relativement éloignée des problèmes de sa voisine, tiraillée entre deux parties qui n'allait pas tarder à imploser. Le peuple y était relativement pauvre et austère, mais il y avait ici une proximité avec la nature que Rouselin avait du mal à trouver ailleurs. Terrain relativement boisé, il put y trouver son bonheur depuis sa récente transformation en hybride qu'il arrivait peu à peu à maîtriser. En effet, plus le temps avançait, et plus il arrivait à s'adapter à sa morphologie de renard.

Cependant, cela ne le dispensa pas de vouloir se mélanger à la société, et c'est là que les ennuis commencent.

Voulant s'arrêter dans une taverne pour désaltérer sa soif, le Renard ne pris pas le temps de bien choisir les lieux, et tomba dans un endroit assez spécial. Dès son arrivée, on le regarda bizarrement, mais habitué, le jeune homme roux ne voulu en tenir compte. Il s'assit alors au bar, commandant un lait de brebis - connaissant la qualité locale pour ce produit - dans un anglais un peu moins raffiné que son français. Il crut pouvoir passer ce moment tranquillement, mais de vaillants hommes jugèrent bon de venir lui tenir compagnie. D'abord insensible à leurs moqueries, Rouselin avait lui aussi sa dose de patience, et pria les plaisantins d'aller amuser la galerie avec un autre bouffon. C'était sans compter leur entêtement.

L'écrivain se vit passer en long et en large par ces rigolards, allant de son frêle gabarit témoignant largement de son absence d'activité physique quotidienne à sa langue hésitante trahissant largement sa récente arrivée. Mais surtout, la chose sur laquelle ses amis ne voulurent pas le laisser en paix, c'est bien sûr le fait qu'il s'obstinait à rester emmitoufler dans sa longue cape et garder sa capuche sur la tête alors que l'intérieur était chauffé. Des excuses comme "J'ai les oreilles sensibles" ou "Je suis pudique de nature" ne fonctionneraient jamais avec eux, il le savait. Alors Rouselin ne répondit rien, sinon quémandant une énième fois le retour de sa solitude bien-aimée.

Évidemment, ce qui devait arriver arriva avec ce genre de personnage trop curieux que l'on ne voulait satisfaire.

À force de tirer sur les vêtements protecteurs, Rouselin se fâcha et voulut les éloigner une bonne fois pour toute, mais son geste brusque et non calculé l'envoya rencontrer le sol tandis que son voisin avait toujours sa cape en main. Ils avaient voulu voir à quoi il ressemblait vraiment, les voilà servis. Déjà que la magie était dans certaines contrées dure à être acceptée, imaginez un peu lorsque des gens ignorant rencontraient une créature mi-homme, mi-renard. Oh bien sûr, la créature en question n'avait rien d'effrayant, mais son anormalité suffisait pour qu'il s'attire alors des profanations. "Monstre", "Démon", "Anormal", "Créature du diable" et autres gentillesses comme cela.

Si ça n'avait été que de ça, le Renard aurait presque pu s'estimer heureux mais ces charmantes personnes ne semblaient pas décidées à le laisser s'en tirer avec de simples insultes l'abaissant au rang d'inhumain. Autant être clair et précis: on voulait sa peau. Et son petit doigt lui disait que ce n'était pas uniquement pour faire un manteau de fourrure avec sa queue. Comprenant qu'il n'était plus la bienvenue parmi eux, Rouselin prit alors ses jambes à son cou, aussi bien au sens propre comme au sens figuré car maintenant qu'il était découvert, autant utiliser ses capacités en publique; à savoir courir plus vite lorsqu'il était à quatre pattes.

On hurlait de vouloir l'arrêter, comme si on voulait lui mettre le village à dos, et pourtant parmi tous ces potentiels ennemis, une alliée se démarqua du lot.

Inconnue, elle lui montra la direction d'une ruelle dans laquelle elle disparue. Il s'interrogea vaguement si lui faire confiance était une bonne idée, mais fatigué par sa marche et sa récente course, et encore pas tout à fait habitué à demander ces efforts à son nouveau corps, Rouselin décida de miser sur sa chance et la bonne intention de sa sauveuse. Il la suivit jusqu'à une écurie - lieu au combien romantique pour une première rencontre avec une dame- et s'effondra par terre une fois qu'il fut sûr d'être en sécurité. Il avait bien conscience que les détails particuliers de son corps étaient à découvert, mais cela n'avait plus beaucoup d'importance maintenant.

"Je... je vous remercie... vous m'avez sauvé..." Haleta-t-il, la langue pendante comme un petit chiot.

Une fois son souffle retrouvé, il put alors mieux observer son sauveur - ou plutôt sa sauveuse - . C'était une belle demoiselle, mais assez étrange par son apparence mais aussi l'aura qu'elle dégageait. Rouselin avait fréquenté peu de créatures magiques, mais il se souviendrait toujours de cette étrange atmosphère qui l'envahissait lorsqu'il se trouvait à côté d'une fée, ou une sorcière, ou tout autre personne de ce genre. Clairement, la dame en face de lui sortait de la norme, cela se voyait au premier coup d'oeil. Sans doute était-elle marine ou quelque chose comme cela, vu sa dégaine.

"Je... je me nomme Rouselin Roussel... enchanté."

Il hésita à lui tendre sa main griffue, ne sachant pas comment elle pourrait réagir.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Lun 22 Sep - 19:24
Leur course n'avait heureusement pas été très longue jusqu'à l'arrivée dans l'écurie, au grand soulagement d'Iola qui détestait ce genre d'exercice. Non qu'elle répugnât à l'effort en général, mais courir lui laissait la désagréable sensation d'être terriblement vulnérable, et la kelpie aimait garder le contrôle sur les événements.

Les lueurs qui perçaient à travers les soupiraux et les lucarnes étaient celles de la fin de journée, plongeant la scène dans un clair-obscur plutôt rassurant dans leur situation, l'ombre les protégeant des regards.
Elle finit par se retourner vers Rouselin et marqua une légère surprise de le trouver pantelant comme un chiot. Cependant, à l'étonnement succéda une moue vaguement amusée, une expression attendrie où se reflétait une douceur plutôt étonnante de sa part.

- Avec plaisir. Mais que te voulaient ces gens?
avait-elle répondu à voix basse.

La raison avait l'air évidente, pourtant Iola s'attardait rarement à la surface des choses. Était-ce par son étrangeté que ce jeune fuyard s'était attiré les foudres de la population locale, ou y avait-il autre chose? Même si elle savait d'expérience que pour le genre humain, la différence était parfois un crime en elle-même. Une expression compatissante brilla dans ses pupilles émeraudes. S'il y avait une personne qui pouvait comprendre cela en ville, c'était bien elle.

Qu'était-il exactement? Sa rousseur était celle d'un goupil, mais sa stature celle d'un humain. La navigatrice avait déjà entendu parler d'êtres hybrides parmi les nombreuses rumeurs qu'elle interceptait d'un pays à l'autre, mais elle en voyait un pour la première fois. Et son regard scintillait d'un mélange d'émerveillement et d'excitation, comme celui d'un archéologue découvrant une cité perdue.
Réalisant que le fixer avec insistance n'était ni très distingué, ni vraisemblablement très agréable pour lui, elle sourit et se fendit d'une petite révérence plutôt gracieuse qui fit cascader quelques mèches flamboyantes devant son visage.

- Enchantée Rouselin. Je m'appelle Iola. Iola McAllister, pour vous servir!

Elle retint son souffle et planqua un doigt sur ses lèvres lorsque des bruits de pas remontèrent la route pour passer devant leur cachette sans s'y arrêter. S'ils ne repassaient pas par ici, leurs poursuivants finiraient bien par se fatiguer...
A voix basse, elle glissa prudemment quelques mots.

- Je pense que nous devrions rester tranquilles jusqu'au crépuscule. A la nuit tombée, ils perdront un gros avantage visuel.

Le ton était clair, elle comptait l'aider s'il y consentait, du moins restait-elle solidaire de sa cause. Machinalement, elle fit jouer sa fiole entre ses doigts. Oui, il lui semblait naturel d'aider Rouselin. Probablement parce qu'à une autre époque, elle aurait apprécié de trouver une main secourable...
L'aide avait fini par venir, mais l'angoisse avait été longue... Et si elle pouvait éviter cela à quelqu'un d'autre...

Elle finit par s'asseoir dans une stalle, répartissant la paille pour s'y creuser un "nid" confortable, et s'en recouvrant partiellement, invitant Rouselin à faire de même.

- C'est plus prudent s'ils prennent l'idée de vérifier l'écurie murmura t-elle en guise d'explication.

Cela lui semblait plutôt improbable, mais l'hypothèse restait néanmoins possible. Il était plus logique de penser malgré tout que leurs poursuivants les avaient perdus avant leur arrivée à l'entrée de la ruelle et ne saurait pas où ni quand exactement la piste avait refroidi. Partant de là, ils pouvaient être n’importe où en ville, et écumer toutes les cachettes leur prendraient la nuit... Il semblait plus probable qu'ils se lasseraient avant d'en arriver là.
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Sam 11 Oct - 23:32
La question de la demoiselle rousse surpris Rouselin pendant un moment. Pas vraiment la question en elle-même, mais plutôt le ton dans lequel à la lui posa. Il n'y avait pas de sous-entendu dans sa voix, pas d'accusation, mais une véritable interrogation, bien qu'elle dût se doutait de sa nature rhétorique. Le renard en effet, de par son apparence, donnait par lui-même la réponse; il était poursuivi parce qu'il n'était pas normal. Mais souvent, les gens faisaient alors des associations: il n'est pas normal et il est poursuivi, donc il a fait quelque chose de mal. La nuance était subtile, mais peu de personnes arrivaient à la faire. C'est pourquoi il comprit de suite qu'il avait réellement à faire à une aide et non un guet apens.

Il se releva maladroitement, presque honteux de montrer sa nature canine aussi ouvertement pour reprendre d'une voix plus sûre:

"Cela, je me le demande bien voyez-vous... car je suis un honnête homme, bien qu'un peu excentrique."

Oui, il aimait enjoliver les choses pour faire référence à sa nature hybride, mais cela l'aidait pour faire un peu mieux passer la pilule. Cette femme pouvait être sympathique et ouverte d'esprit, mais les rumeurs et mauvaises réputations étaient dures à contrer et Rouselin savait que les créatures comme lui n'avaient pas bonne presse. Cependant, c'est une réaction tout autre qu'il attira de l'inconnue qui le fixait plutôt comme une découverte majeur du monde scientifique -en l'occurrence ici, du monde fantastique - . Elle avait plutôt l'air curieuse devant l'animal qu'il était, au point que l'écrivain finit par se sentir un peu mal à l'aise face à son minois qui se rapprochait lentement. De près, il fallait l'admettre, elle n'était pas un laideron.

Et puis elle avait une belle couleur de cheveux, le point faible de Rouselin après la magie.

"Oh je... pareillement!" Reprit-il après avoir récupéré de son trouble?

Il se tut à son signal, ayant entendu également les sons se rapprochant dangereusement. Décidément, ces bougres ne lâchaient rien alors que le jeu ne valait clairement pas la chandelle. L'écrivain ne leur avait rien fait et promettait maintenant d'avoir disparu au petit matin, alors à quoi bon s'acharner... Mais Iola avait raison, mieux valait rester cachés jusque-là au risque de finir dans une geôle beaucoup moins accueillante que cette écurie. Rouselin se sentit presque embarrassé qu'elle se soit volontairement mis dans le même bateau que lui en l'aidant de la sorte. L'altruisme était tout de même assez rare de nos jours, surtout envers quelqu'un comme lui qui n'avait rien de rassurant en apparence.

C'était... agréable, il devait l'avouer.

"Vous avez raison. Merci beaucoup."

Il s'inclina encore une fois, geste contrasté avec ce qui suivit car sa compagne décida d'élire un tas de foin comme sa prochaine couche pour la nuit. Il connaissait peu de dames comme elle qui accepteraient ne serait-ce que l'idée de rentrer dans une écurie rien qu'à l'odeur, alors s'allonger dans la paille; ce n'était plus vraiment un fantasme à la mode. Mais cela ne semblait pas la déranger plus que cela et Rouselin était sûrement le dernier à vouloir faire son difficile après avoir connu des nuits bien plus dures, que ce soit en forêt ou en ville. Il évitait principalement les écuries par peur de se faire attraper mais étant donné qu'il était accompagné, cela ne lui semblait plus aussi risqué.

Et puis, comme ça ils auraient le temps de faire plus ample connaissance.

"Il est plus prudent de rester ici en effet."

Ni une, ni deux, il ne se creusa à son tour un petit nid avec un peu plus de forme, sans doute dûe à son instinct animal, et s'y coucha en recroquevillant ses genoux contre lui et laissant sa queue l'entourer de son long pelage flamboyant. Puis il prit un peu de paille pour s'en recouvrir et accessoirement se tenir chaud avant de se retourner vers son interlocutrice. Bien qu'il y ait en effet peu de chance pour qu'ils soient repérés, mieux valait ne pas prendre de risque.En outre, Rouselin ne pouvait pas vraiment reprendre la route dans ces conditions, il lui fallait au moins un peu de repos s'il voulait tenir jusqu'à la prochaine ville. Maintenant, le tout était de pouvoir tuer le temps...

Et quoi de mieux que de tailler une bavette.

"Alors dites-moi, mademoiselle McAllister." Repris-il plus doucement. "Quel bon vent vous a amené jusqu'ici?"

Il sourit légèrement, ayant déjà une petite idée de la réponse.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Lun 13 Oct - 11:33
Malgré le tour qu'avait prit la soirée, la Kelpie n'avait l'air ni fâchée ni contrariée de se retrouver à camper dans une écurie en compagnie d'un personnage pour le moins étrange. Au jugé de sa réaction, cela semblait être une perspective plutôt excitante et agréable.
A dire vrai, Iola préférait la compagnie d'êtres un peu hors norme, pour une raison toute simple: la plupart du temps, ils ne jugeaient pas aussi durement les autres qu'eux-même se voyaient jugés. Ils connaissaient le prix de la différence et conservaient une prudente retenue dans leur estimation de l'inconnu.
Ce n'était certes pas vrai pour tout le monde, mais cela relevait de la tendance constatée.

Il se présentait comme un excentrique, un terme qui la fit légèrement sourire. Ils avaient cela aussi en commun. L'explication sembla lui suffire, et elle ne demanda pas plus de détails. Rouselin lui était sympathique, et au risque de s'y tromper, elle avait décidé de se fier à cette impression.

Tous deux s'étaient nichés dans le foin, et la chaleur animale de l'écurie associée à celle de la paille avait un aspect réconfortant. Iola, habituée à vivre à la dure et à s'établir où elle le pouvait comme elle le pouvait par tous les temps appréciait de trouver un endroit sec et relativement confortable où passer la nuit. Pourtant, l'écusson à tête de cheval stylisée qui ornait son pourpoint et sa besace laissaient présumer une appartenance à une maison noble.
Noble, elle l'était d'origine, et non d'adoption. Et cela remontait à longtemps...
Elle continuait d'arborer les emblèmes de son père, comme elle portait la bride léguée par sa mère à sa naissance, réunissant deux mondes qui ne se rencontraient pas souvent, ni tout à fait humaine, ni entièrement kelpie, et pourtant les deux à la fois.

Émergeant à peine de la paille, elle jouait avec sa fiole, le regard un instant perdu dans le vide lorsque la question de Rouselin la rappela à l'ordre.

- Oh, un retour chez moi, si l'on peut l'exprimer ainsi... Je rentre en Écosse pour quelques temps, histoire de revoir les miens. Je les ai délaissé un peu trop longtemps. Et vous? Enfin si ce n'est pas trop indiscret...

Indiscrète, elle se doutait l'avoir été par ses regards appuyés et curieux, et les vestiges de sa bonne éducation lui soufflaient qu'un peu de retenue à l'avenir ne serait pas une mauvaise chose.
Il restait peu de famille à la kelpie, mais Moïra, sa mère était toujours en vie. A sa grande honte, Iola avait tourné le dos à ses origine très longtemps. Trop longtemps. En conflit avec sa double nature et sa double éducation, elle en avait voulu à ses parents et s'était réfugiée dans la fuite et le voyage pour tenter de trouver sa place... et de se trouver elle-même.
Son père n'était plus depuis trois ans, emporté par l'âge. Ne restait que ses sœurs et Moïra au domaine familial.

Tant de choses avaient dû changer... Que retrouverait-elle? Cette idée l'effrayait un peu, et préférant ne pas céder à l'angoisse ou à la mélancolie, elle se recentra sur son interlocuteur, à l'écoute de sa réponse.
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Jeu 30 Oct - 23:37
Son explication, bien que très vague, parut suffire à sa compagne. Il semblait qu'il eut utilisé les mots justes pour lui plaire pour une raison assez simple: ils avaient l'air tous les deux de la même tempe. Le genre de personne un peu égoïste, un peu taquine sans être foncièrement méchante, voulant simplement profiter de la vie sans troubles autres que ceux de l'inconnu de l'aventure et de quotidien. Elle ne semblait avoir aucun préjugé sur lui malgré son apparence, c'est pourquoi Rouselin décida qu'il n'en aurait pas non plus, qui qu'elle puisse être. Il avait déjà rencontré plusieurs fois des personnes à la morale douteuse le long de ses voyages, et très franchement, Iola ne semblait pas être la pire.

Cependant, l'observant de plus près, notre cher Renard ne pouvait mettre de doigts précis sur son occupation ou son statut social. Elle avait l'air d'avoir quelques manières et de la matière grise à utiliser, mais en même temps, cela ne semblait pas être son passe-temps préféré de faire de la broderie pour passer le temps. Un goût au voyage, c'était indéniable. Comme lui, elle avait cet amour de la route. Mais il était aussi différent. Il émanait d'elle une odeur d'iode et de sable, différente de la sienne faite de terre et de verdure. Marine très certainement. Cette demoiselle devait très certainement aimer mettre les voiles très souvent. C'était tout ce que ses instincts pouvaient lui dire pour le moment.

Le reste, il lui laissait le soin de lui expliquer.

"Oh, vous êtes d'origine écossaise? Vous avez donc de la famille ici? Il se trouve que moi-même ma chère mère appartient à ce pays ~ "

Bien sûr, une telle révélation n'était pas tant une surprise que ça lorsque l'a vu le physique de la dame en question, assez typique de la région. Cependant, elle avait bien précisé un "retour" et non être du coin, ce qui confirmait bien l'hypothèse de notre pseudo-scientifique sur le caractère mouvant de sa compagne -mais entre nous,il ferait mieux de rester chez les littéraires- . Cela attisa sa curiosité, voulant bien savoir ce qui avait soudain conduit cette jeune femme libre à vouloir revenir chez les siens car le Renard était intimement persuadé qu'on ne prenait jamais ce genre de décision sur un coup de tête. Et tant pis si cela était très indiscret de sa part, ce ne serait pas la première fois.

Et puis, il pouvait bien lui faire un contre-don.

"Oh moi... c'est bien moins passionnant que vous; j'aime voyager, j'aime la nature dans ce pays et j'y ai déjà quelques marques. Il ne me faut pas plus de raison pour me faire marcher."

Si tout le monde était aussi simple que notre Renard, qui sait si la Terre continuerait de tourner rond.

Mais c'était la pure vérité. L'Écosse était une région du monde dans laquelle il se sentait le plus à l'aise, plus particulièrement depuis sa transformation en hybride, et y venir lui semblait presque naturel quand il avait besoin de se ressourcer, quand bien même cela demandait un certain investissement de sa part. Mais cet investissement était rapidement amorti par la production d'un bel ouvrage qu'il présenterait à son éditeur une fois de retour en France. Il se sentait bien et il revenait avec un bon gagne-pain; que demande le peuple. Néanmoins, il s'aperçut rapidement que ce ne fut pas le cas de sa partenaire, au contraire. Elle semblait incertaine sur les raisons de son retour, comme un petit secret inavouable.

Rouselin prit un ton qu'il voulait le moins brusque possible.

"Vous... n'avez pas de bons rapports avec vos proches ici?"

La question était peut-être un peu rude, mais il n'avait pu s'empêcher de la poser. Il aura tout le temps de s'excuser si elle lui indiquerait par quelconque signe ou parole qu'il était allé trop loin.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Mar 11 Nov - 17:34
Lovée dans la paille, elle en avait attrapé une brindille qu'elle serrait entre les lèvres, allongée sur le dos. Ses voyages lui avaient vu de pires escales! Et elle aimait l'odeur du foin et la chaleur animale des chevaux tout proches...
Cependant, la Kelpie se redressa au bout d'un moment pour faire face à son interlocuteur, chassant au passage un peu de paille revêche de sa chevelure en bataille.

- Ouais m'sieur! Une écossaise, une vraie! Et c'est un plaisir de croiser un concitoyen!

Elle accompagna ses propos d'un clin d’œil amical, surjouant un peu son chauvinisme. Oh, bien sûr elle était fière de ses racines, mais ses origines étaient assez compliquées pour qu'elle ne les hurlent pas sous tous les toits. Une mère Kelpie, un père l'étant déjà partiellement par son lignage... L'on disait bien que les flots appelaient les flots, pourtant, elle n'était pas certaine de ce que ce métissage faisait d'elle...
Un regard sur Rousselin lui rappela qu'en matière d'hybridation, elle avait cependant de la concurrence...

- Mes parents... Enfin ma mère surtout à présent. Mes sœurs aussi. Mon père est mort il y a deux ans.

Malgré le détachement feint de sa voix à cette évocation, son regard se ternit. Elle n'avait pas été là pour lui dire au revoir... Et elle le regrettait. Haussant les épaules, elle soupira et chercha un sujet pour dévier la conversation.

- Vous rejoignez une destination en particulier ou bien est-ce simplement le plaisir de parcourir le pays? Non que ce ne soit pas une bonne cause, je serai assez mal placée pour critiquer...

Elle laissa sa phrase en suspend, l'accompagnant d'une grimace amusée. Voyager pour voyager, n'était-ce pas ce qu'elle avait toujours fait...?

La question sur ses proches doucha cependant un peu de sa bonne humeur, mais elle se contenta de hausser les épaules avant de répondre.

- Ce n'est pas vraiment cela... Je crois qu'eux et moi ne nous comprenons pas tout à fait... Des points de vues et des natures différentes... Pour eux, le plus important était de perpétuer un nom, une famille, une tradition...
Ce n'était pas pour moi. Un refus qui n'a pas forcément été très bien accepté... Et pour faire court, j'ai envie aujourd'hui d'entretenir avec eux des rapports apaisés.


La rousse avait très bien choisi quoi dire et quoi éviter, éludant soigneusement ses origines magiques du côté maternel. Même si Rouselin, par sa nature d'hybride aurait probablement pu très bien la comprendre, elle ne tenait pas à aborder la question tant qu'elle pouvait l'éviter. Et qu'une pirouette, elle décida de lui renvoyer la faveur.

- Et vous? Est-ce que ce périple sera aussi une occasion de revoir vos proches? Enfin, si ce n'est pas indiscret...

indiscret, sa question l'était, mais au jugé de la curiosité qui brûlait dans ses prunelles émeraudes, elle semblait prête à courir le risque...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Ven 5 Déc - 1:15

Un léger bruit de pas se fit entendre. Quelqu'un s'approchait, sur la pointe des pieds. Mais en lieu et place d'un être humain ce fut un renard qui se présenta. Dans sa gueule reposait le cadavre, encore chaud, d'une poule fraîchement égorgée. Le goupil observa les deux intrus, avant de déposer le cadavre à ses pieds.

« Preuve il en est qu'il faut savoir fermer la porte en partant. Madame, monsieur, auriez-vous confondu auberge et écurie ? Cette place est réservée aux chevaux, et aux animaux voyageurs, grands vagabonds des routes. Voyez-vous, j'aimerais me repaitre de ce repas, durement gagné. Je ne voudrais point vous importuner par son odeur. Je sais combien les humains sont distingués. »

Quelque chose dans l'air troublait le renard. Se rapprochant de Rouselin, il vit alors les oreilles, pointant parmi la chevelure.

« Par mes ancêtres, serait-ce que je crois ? Mon ami, auriez-vous été renard par le passé ? »

La perspective semblait enchanter le renard.



© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Dim 7 Déc - 20:16
Rouselin la laissa expliquer à son rythme sa situation familiale, suivant très attentivement chacune de ses mimiques qui seraient bien plus révélatrices que les mots eux-mêmes. Chaque froncement de sourcils, chaque sourire, chaque regard lui étaient précieux pour déceler les non-dits et mieux comprendre certaines choses. Elle était précise sans cependant rentrer dans des détails qui auraient permis au renard de toucher du doigt le coeur du problème. C'était probablement voulu. Chacun avait ses secrets, mais ceux du côté de la famille étaient plus durs à expliciter que les autres, c'était bien connu. Cette demoiselle semblait avoir des rapports houleux avec sa famille sans cependant vouloir forcément rejeter la faute sur quelqu'un. Les deux parties n'avaient l'air d'avoir des motivations nobles, mais le côté libéré de l'écrivain ne pouvait s'empêcher qu'Iola avait quand même pris la bonne décision de préférer sa liberté à ses obligations familiales.

Une chose que fort heureusement, il n'eut lui-même jamais à confronter...

Il était pourtant curieux d'en savoir plus, de creuser un peu cette histoire simplement pour satisfaire sa soif mais elle le prit au dépourvu en lui renvoyant la politesse. Pourquoi voyageait-il? Pourquoi avait-il décidé de retourner au bercail? Des questions auxquelles il n'était pas sûr d'avoir toutes les réponses. Son goût pour le dépaysement lui venait de ses racines: quand on est pauvre, soit sont restes dans son village avec une perspective d'avenir limitée mais sûre, soit on s'en va en espérant trouver une meilleure vie. C'est ce que sa chère mère lui avait appris très tôt. Elle avait été néanmoins intransigeante sur le fait qu'il devait avoir une bonne éducation avant de partir, et se saigna sang et os pour qu'il ressorte avec un niveau culturel décent. Après tout ce temps à avoir aiguisé sa maîtrise de la langue et son niveau de formation en France, peut-être avait-il ressenti le besoin de retourner la visiter... Ce n'est pas comme s'il l'avait abandonnée, il revenait la voir de temps en temps, lorsque le besoin de revenir à ses racines se faisait ressentir justement.

Eh bien... il s'agissait maintenant d'expliquer cela.

"C'est tout aussi indiscret que moi, je vous rassure... Non, vous avez raison, quelque part j'avais envie de revoir les miens mais... je ne sais pas si je puis dans cet état. Je crois que je me contenterais de vérifier que tout va bien et lui envoyer quelques courriers pour qu'elle ne s'inquiète pas."

Évidemment. Comment pouvait-il se montrer auprès de ses proches maintenant qu'il était devenu hybride? Autant pouvaient-ils être tolérants, Rouselin n'était pas sûr qu'ils accepteraient tous le fait qu'il soit devenu en quelque sorte ce qu'il a toujours admiré: un être hors du commun. Toute sa lignée était humaine, même le village dans lequel il a grandi ne comptait que des personnes tout à fait normales, sans caractéristiques exceptionnelles, et un peu comme signe de rébellion, on se méfiait de tout ce qui venait de l'extérieur. C'est pourquoi Rouselin avait toujours pris soin d'éviter de trop montrer sa fascination pour la magie et faire passer ses escapades en forêt pour de simples espiègleries. On lui dirait sûrement qu'à force de vivre comme un sauvage, il avait fini par en devenir un...

Comme tout cela était joyeux...

Fort heureusement, cette atmosphère un peu déprimante tomba lorsqu'un étrange visiteur vint interrompre leur conversation. Une odeur et un bruit qui lui avaient semblé familiers, voilà peut-être la raison pour laquelle Rouselin ne l'avait pas vu venir. Un nouvel ami, et plus fort encore, un ami qui leur parlait. Voilà une surprise à laquelle il ne se serait pas attendu. Il se demanda un instant s'il était capable de comprendre ce renard parce qu'il en était un lui-même ou si cette bestiole cachait un petit tour dans son sac. Peu importe, l'écrivain était désormais aussi intrigué que son confrère et ne put s'empêcher de remuer la queue comme signe de curiosité. C'était la première fois qu'il interagissait avec autre que des personnes humanoïdes, voilà qui était excitant!

"Oh, ne vous méprenez pas, nous ne sommes pas ici pour notre plaisir, mais à cause de vils personnages à nos trousses. Mais que cela ne vienne gâter votre repas, je vous prie, restaurez-vous."

Bien sûr, Rouselin parlait au nom des deux et chercha un instant dans le regard d'Iola son approbation. Il ne pensait pas que cela la dérange de partager les locaux avec un renard de plus, mais sait-on jamais. Il eut un petit sourire lorsque son confrère remarqua leur similitude physique. Il était amusant de voir qu'il prenait la question à l'envers et envisageait d'abord qu'il ait pu être animal avant d'avoir été humain. Une question de point de vue, sans doute, mais cela n'aurait pas déplu à l'écrivain.

"Navré de ruiner vos espoirs, mais j'étais humain avant d'être animal. Ces attributs que vous voyez là sont en quelque sorte le fruit d'un petit accident, j'espère que cela ne change rien à votre sympathie."

Il lui fit un autre sourire, laissant ressortir une de ses canines aiguisées.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Jeu 8 Jan - 20:16
La Kelpie n'avait pas bougé, et fixait le plafond en écoutant les propos de Rouselin, un peu soulagée d'avoir limité les questions à sa propre vie privée. Mais au delà de cela, le jeune renardeau l'intriguait, et elle aurait aimé comprendre qui il était, d'où il venait, ce qui pouvait l'animer, le motiver... Oui, elle se sentait sincèrement intriguée. Peut-être un peu à cause de son originalité, certainement parce qu'elle l'avait pris en sympathie.
Lorsqu'il évoqua son état et le frein qu'il représentait pour revoir sa famille, elle tourna la tête vers lui et le fixa un court instant.

- Je ne peux pas prétendre savoir comment réagiront les vôtres, mais je pense que l'affection et les liens du sang passent par dessus nos... particularités.

En tout cas, elle en était convaincue. Pour elle bien sûr, les choses étaient différentes: hybride, elle l'était de naissance, ce qui l'avait ballottée toute sa vie dans une grande incertitude de qui elle pouvait être. Mais Moïra l'avait toujours acceptée et aimée ainsi. Enfin, sans doutes...

Avant que le doute ne puisse prendre place, un nouveau venu fit son entrée dans l'écurie, un nouveau goupil tenant en ses mâchoires un gibier qu'il semblait décidé à savourer.
Et sans être déconcertée de s'adresser à un animal, la kelpie haussa simplement les épaules.

- Mon compère dit vrai, nous n'avions pas beaucoup d'options sur l'instant, mais si vous n'êtes pas incommodé de nos présences, nous serions heureux de partager cet abri pour cette nuit. Quant à l'odeur, soyez sans crainte. Il en faudrait bien plus pour m'indisposer.

Pour une femme qui passait la moitié de sa vie en mer, au milieu d'hommes rustres ayant parfois des largesses avec la notion d'hygiène et des passagers dont les estomacs délicats renvoyaient régulièrement leur contenu, faute de pied marin... L'odeur et la vue d'une charogne fraîche restait dans le registre du tolérable.

Cependant, elle ne s’immisça guère plus dans la conversation entre le renard et l'hybride, dressant l'oreille discrètement, tout en se réinstallant dans la paille. L'histoire de Rouselin l'intéressait, une curiosité saine dépourvue d'arrière-pensée.
Pourtant, l'image d'Orphée vint se rappeler à son souvenir, ainsi que sa requête. Rassembler des êtres exceptionnels, des êtres surnaturels, comme Rouselin, comme elle... Elle frémit et secoua la tête. Oh non, cette histoire ne lui inspirait rien de bon... Autant ne plus y penser.
Son attention se reporta sur les deux interlocuteurs qui discutaient tout près et elle se surprit à envier leur complicité. Le dialogue entre eux avait l'air si facile... L'un comme l'autre semblaient sincère, spontané...
Mais sans doutes valait-il mieux ne pas s'attarder à la surface des choses...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Ven 30 Jan - 21:51
Les mots aussi naïfs que rassurants d'Iola laissèrent une sensation douce-amère chez Rouselin.

Elle semblait convaincue que le fait d'être une sorte d'abomination de la nature n'allait en rien lui porter préjudice aux yeux de ses proches. L'écrivain n'en était vraiment pas sûr. Un jour il était un humain, tout à fait ordinaire, et l'autre jour, il possédait des attributs d'un animal qui ne figurait pas vraiment comme le plus aimé du monde. Peu de gens pouvaient vraiment affirmer avec sincérité aimer les renards tels qu'ils sont, surtout les gens venant d'un milieu rural comme lui. Ces sales bêtes chassaient les poules, se battaient avec les chiens-bergers et en plus volaient dans les réserves des greniers si on ne faisait pas attention. Une petite vermine, parasite qui n'apportait rien de bon. Voilà avec quoi il semblait avoir été fusionné de l'extérieur.

Il ne remettait bien sûr pas en cause l'amour de sa mère, mais... sachant comme les autres le verraient ainsi, elle en sortira forcément blessée. De voir son fils ainsi, mais de devoir aussi vivre avec le regard des autres posés sur elle à cause de ce fils. Elle n'en avait pas besoin. Un jour peut être, il lui avouerait la vérité, mais pas tout de suite. Tout était bien trop frais, bien trop nouveau, et lui-même en était encore tout confus. Rouselin en était encore à se chercher lui-même avec son nouveau corps. C'est une de ses raisons de son retour ici, sa terre natale. Pour le moment, il préférait se recentrer sur ce qu'il devait faire dans le moment, et réaménager sa vie à travers sa nouvelle identité.

"Vous avez sûrement raison..."

Sur ce petit sourire mi-figue, mi-raisin, il reporta son attention sur son congénère carnassier qui ne dit plus rien après l'aveu décevant de l'écrivain.

Comme il l'avait plus ou moins deviné, sa compagne n'était pas assez sensible de nature pour laisser la carcasse d'un animal déchiquetée la dégoûter. Cela se voyait après tout, dans sa prestance, son apparence et ses manières qu'elle avait dû connaître bien pire, et devait sans doute dans certains cas être même plus virile que ce cher Rouselin. Ce dernier en effet, prit quand même le soin de détourner le regard pendant que le renard se restaurait. Autant lui-même n'avait aucun mal à manger de la chair crue et sanglante -surtout depuis sa transformation qui lui facilitait les choses- autant que quelqu'un d'autre le fasse en face de lui, cela ne lui ouvrait pas vraiment l'appétit.

Heureusement, cela ne dura pas très longtemps.

Après s'être restauré, le canidé les salua poliment puis repartit de manière aussi furtive qu'il était apparu. Rouselin lui souhaita une bonne nuit et avait même songé à un moment à lui offrir une place à ses côtés pour dormir, mais songea ensuite qu'aussi courtois qu'il fut, l'animal devait préférer sa propre couche à l'état sauvage. Une fois seuls de nouveau, l'hybride-renard porta son regard de nouveau sur la Kelpie, hésitant sur la conversation à reprendre. Il savait déjà beaucoup de choses sur elle et, en outre, il était déjà une heure avancée de la nuit. Des bâillements involontaires sortirent de sa bouche, laissant apparaître sa magnifique denture pointue,

"Bien, je suppose que nous en aurons pour toute la nuit à rester ici..."

Il s'allongea alors recroqueviller sur lui-même, sa queue l'enroulant comme une ceinture protectrice et lui tenant chaud en même temps. Ses oreilles baissées et ses yeux mi-clos indiquaient très clairement que les nuages du sommeil étaient en train de le porter petit à petit loin du monde conscient. Il se força néanmoins à garder le peu d'intention qui lui restait sur sa compagne, comme s'il avait peur de la perdre. Après tout, il y avait une probabilité pour qu'elle soit partie avant lui le matin sans le réveiller avant. Ce dont il ne lui tiendrait pas vigueur, car comme tout bon marin, elle avait sûrement d'autres obligations qui la forçaient à la lever tôt.

"Je suis agréablement surpris de la manière dont vous nous acceptez..." Confia-t-il d'un ton absent. "J'espère pouvoir profiter un peu plus de votre compagnie à l'avenir..."

Bien sûr, il sous-entendait par le "nous", nous les renards. Cela ne faisait que peu de temps qu'il en était un, mais il se sentait déjà parmi eux depuis très longtemps. Cette femme, sans aucun doute, était quelqu'un de bien à ses yeux.


Spoiler:
 



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Jeu 5 Fév - 17:36
Son compagnon de fuite n'avait pas l'air convaincu au ton de la réponse qu'il lui fit, et intérieurement, Iola le comprenait: d'une manière ou d'une autre, la différence était un poids. Elle pouvait devenir une force, mais au prix d'un travail titanesque... Et le sujet était d'autant plus délicat que la différence de Rouselin, contrairement à la sienne était bien visible...

La présence du renard venu se restaurer ne lui posa pas de difficultés: sur le plan du "peu ragoutant", elle avait vu (et senti) bien pire! Certes, elle ne prenait pas forcément plaisir à voir ainsi englouti un gibier cru, mais cela ne semblait pas l'incommoder réellement.

Et elle avait pour l'animal la même considération qu'elle aurait eut pour une personne: après tout, un cœur et un esprit faisaient une personne. La forme n'était que secondaire. Et elle était bien placée pour savoir qu'il ne manquait pas de subtilités de formes et de personnes en ce bas monde!

L'heure tournait, et les émotions de la soirée commençaient à peser en plus de l'épuisement pour la faire dériver doucement vers la somnolence, et elle écouta distraitement les propos de son compagnon. Elle ne comptait pas tenter sa chance ailleurs pour ce soir de toutes façons...
La dernière phrase de son nouvel ami lui arracha un sourire ensommeillé.

- Je l'espère également...

Pourquoi ne l'aurait-elle pas accepté? Il était amical et lui avait l'air aussi complexe qu'intéressant. Et qu'il ait deux oreilles et une queue de renard n'y changeait pas grand-chose. Ou plutôt si: cela avait éveillé la curiosité d'Iola, et peut-être un peu de la sympathie qu'elle lui accordait.
Mais c'était la personne qu'il était qu'elle appréciait réellement. En tous cas du peu qu'elle avait pu en découvrir...

*
**

Elle s'était réveillée avant l'aube, un rythme ancré profondément en elle et auquel elle avait du mal à se soustraire, même les jours chômés.
Sitôt debout, elle avait quitté l'écurie en quête d'un quelconque petit-déjeuner. Tout serait bon à prendre pour varier de la miche de pain rassis qui l'attendait dans sa besace!
Elle finit par marchander une livre de pommes à un fermier, et satisfaite de sa transaction, retourna à l'écurie.
Si son nouvel ami était toujours là et qu'il dormait encore, elle pourrait toujours lui en laisser un peu...
L'idée était incongrue, mais après tout, ne pouvait-elle pas lui proposer de faire route commune, au moins quelques temps? Il traversait l'Angleterre en vue de rejoindre des proches, elle remontait vers l'Ecosse, peut-être avaient-ils quelques distances communes...
Une vague supposition, plutôt hasardeuse étant donnée la taille du pays, mais après tout, elle n'était pas tout à fait pressée...
Et puis cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus voyagé hors mers avec quelqu'un...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Jeu 26 Fév - 23:09
La nuit fut paisible pour Rouselin.

La paille l'avait tenu dans le confort et la chaleur, et surtout la compagnie d'Iola l'avait grandement rassuré quant à ses éventuels poursuivants si jamais ils le retrouvaient. Bien que matinal, rares furent les fois où il put apprécier un lever de soleil en pleins hivers (en été c'était un peu plus possible), c'est pourquoi il ne se rendit même pas compte le lendemain de la disparition de sa compagne de nuit, encore profondément installé dans les bras de Morphée. Rien ne vint troubler son sommeil, que ce soit les bruits de pas ou la lumière de l'aube qui commençait doucement à peindre l'intérieur de l'écurie de sa lumière vive. Rien si ce n'est un petit grognement et un tremblement de son oreille pointue qui sortait de sa touffe rousse lui servant de cheveux.

Ce ne fut que bien plus tard que ses yeux s'ouvrirent pour apercevoir plusieurs choses.

Déjà rassuré de constater qu'on ne l'avait pas embarqué ailleurs dans son sommeil, il fut surpris de voir qu'Iola ne l'avait pas laissé seul pour son réveil. Surprenant, mais aussi agréable. Cela faisait très longtemps qu'il n'avait pas profité du plaisir de partager le matin avec quelqu'un. En tout bien, tout honneur. Ses lèvres s'étirèrent alors dans un petit sourire timide, implicite de remerciement pour transmettre sa joie. Cependant, à travers les brumes qui l'anesthésiaient, il se demanda vaguement pourquoi était-elle restée alors qu'en tant que marine, elle devait sûrement avoir des obligations tôt dans la journée. Eh bien, il aura le temps de lui demander lorsque sa tête aura retrouvé toutes ses capacités.

"Bien le bonjour, Iola. J'espère que votre sommeil fut aussi agréable que le mien." Déclara-t-il d'une voix si basse qu'imperceptible.

Le renard n'était jamais très suffisant le matin et se faisait généralement petit quand il rencontrait des personnes. Il fallait attendre que son estomac soit plein et son esprit totalement vif pour que sa loquacité habituelle prenne le pas sur la timidité.Et en parlant de cela... Ses narines se dilatèrent pour sentir quelque chose. Il s'agissait des pommes que sa compagne tenait entre ses mains. L'écrivain ignorait d'où elle sortait -sûrement du marché du coin- mais leur simple vue lui ouvrit l'appétit. Il était cependant quelqu'un de civilisé, et il n'allait pas se servir comme un grossier personnage. Surtout pas en compagnie d'une dame, aussi garçonne soit-elle.

"Eh bien, voilà un petit déjeuner envieux. Me permettez-vous de vous racheter une ou deux de ces pommes, je dois avouer ne pas avoir le courage d'aller en quérir jusqu'à votre fournisseur."

Paresse matinale, quand tu nous tiens. Cela lui coûtera cher un jour, il le savait mais tant qu'il n'y aura pas de lourde conséquence, qu'on le laisse se comporter comme un jeune enfant. Son ventre gargouillant acheva de dessiner son portrait, et il ne put s'empêcher de rougir. Lui qui avait si bien formulé sa demande, la voilà conclue de la pire manière qui soit.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Jeu 30 Avr - 18:23
Elle revint à l'écurie pour voir Rouselin se réveiller et instinctivement, lui sourit amicalement. Elle était heureuse de constater qu'il ne s'était pas éclipsé dans l'intervalle. Certes, il était peut-être tôt pour l'envisager comme un ami, mais à ses yeux, ce n'était plus vraiment un étranger, et leurs liens étaient plutôt cordiaux.
Il la salua et elle lui rendit son salut sans cesser de sourire.

- La nuit a été agréable, merci. Heureuse de voir que ce fut également votre cas.


Dormir dans le foin ne la dérangeait nullement, elle s'estimait satisfaite d'avoir seulement trouvé le sommeil. Elle passait tant de temps en mer qu'il lui devenait difficile de dormir à quai, sans le roulis des vagues pour la bercer.
Lorsqu'il proposa de lui racheter quelques pommes, elle leva les yeux au ciel et lui tendit la moitié de son butin.

- Je me sentirai bien malhonnête de vous faire payer quoi que ce soit pour deux malheureuses pommes! C'est offert avec plaisir.

S'asseyant près de lui, elle entreprit de polir la peau d'un des fruits qui lui restait avant de croquer dedans. Une fois sa première bouchée engloutie, elle reprit le fil de ses idées.

- Si ce n'est pas indiscret... Par où comptez-vous poursuivre...? Personnellement je monte vers le nord pour rejoindre l’Écosse, et si par hasard vous cherchiez un compagnon de route...

Elle laissa sa phrase en suspend, le regard perdu dans la contemplation de sa pomme. Iola McAllister, navigatrice de métier, et virago notoire capable de la meilleure assurance face aux pires tempêtes semblait perplexe à l'idée d'inviter un éventuel ami à partager sa route!
La Kelpie avait pourtant des foules d'arguments, comme la meilleure sûreté de ne pas voyager seule -même si elle n'incarnait pas vraiment le canon de la faible femme par définition- ou encore l'intérêt de s'encourager mutuellement, mais toutes ces idées lui semblaient plutôt difficiles à formuler à l'oral, lorsqu'elles ne lui donnaient pas l'impression d'être ridicules.
Comme quoi, il était possible de cumuler le culot d'être un marin femme dans un monde d'hommes et une certaine timidité à l'occasion...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Sam 30 Mai - 23:41
En temps normal, Rouselin aurait quand même refusé l'offrande, en grand gentleman qu'il était.

Cependant, son côté pique-assiette prit le pas sur ses bonnes manières lorsque ola lui tendit ces si délicieuses pommes qui lui semblaient bien juteuses. La voir croquer dedans et s'en délecter acheva de faire franchir sa volonté; ce n'était ni la première dette dont il s'acquittait, et certainement pas la dernière et il lui devait déjà un service de toute façon. Se promettant de lui rendre un jour la pareille, il s'empara à son tour d'un des fruits rouges afin de remplir enfin le trou qu'il sentait à l'intérieur de son ventre. Comme il s'y était attendu, elles étaient très bonnes, sans doute un produit local qui n'avait pas subi la douloureuse épreuve de l'importation par voie maritime, et qui donc avait conservé de toute sa fraîcheur.

Cela lui fit du bien de goûter quelque chose d'authentique, surtout dans ce pays dont il appréciait les produits agricoles, même si leur qualité n'était moindre qu'en France.

"Je vous remercie, encore une fois." Fit-il avec un sourire.

Désormais assis par terre en train de se lécher les babines, il l'écouta lui poser une question tandis qu'ils se restauraient ensemble. Une question assez attendue, pour être franc, mais à laquelle il n'avait pas vraiment réfléchi. Où allait-il? Voilà une question philosophique qu'une vie à elle seule ne suffirait pas pour trouver la réponse. Mais dans un temps plus court, il avait songé continuer sa route pour aller voir sa famille, ou du moins ce qui en restait. Peut-être faire une petite réserve de produits locaux aussi... Il fallait qu'il y pense, étant donné qu'il ne pouvait plus se montrer à découvert comme avant. Quelque part, il avait l'impression que ce retour au bercail sera peut-être le dernier vu sa condition.

Avec une mine un peu nostalgique, le Renard donna sa réponse:

"Eh bien... je monte aussi vers le nord. Je ne cherche pas particulièrement de compagnon de route..."Il prit un temps pour reprendre son souffle sur cette vérité, car il était avant tout quelqu'un d'assez solitaire. "Cependant, je ne serais pas fâché à l'idée de vous accompagner... si toutefois, vous êtes prête à prendre le risque d'être vue en ma compagnie."

Oui, il était solitaire, mais des fois, quand il se sentait triste ou perdu, ou simplement fatigué de cette solitude, il aimait avoir de la compagnie. Et, soyons honnête, il ne pouvait penser à meilleure compagnie qu'une femme marin aussi dégourdie, charmante et en plus altruiste. Qui plus est, rester plus longtemps avec elle lui donnera peut-être l'occasion de rembourser sa dette. Après, le jeune homme se demandait si elle accepterait aussi facilement de l'avoir à ses côtés vu son étrange apparence. Surtout qu'elle ne semblait pas le genre de femme à s'encombrer d'un compagnon de voyage. Enfin, tout cela n'était rien par rapport à la question la plus cruciale que l'écrivain se posait:

Allaient-ils prendre le bateau ou continuer à pied?

Cruciale en effet, car elle changeait beaucoup de choses pour notre renard terrestre



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Ven 5 Juin - 13:03
Voilà une scène bien insolite qui n'aurait pas manqué d'interpeller passant par hasard dans les environs, cette femme aux allures de marin et cet homme aux oreilles et à la queue de renard assis dans le foin dégustant des pommes!

A la vérité, Iola était contente d'avoir quelqu'un avec qui partager un repas. Et Rouselin était... différent. Oh, pas par sa nature hybride, mais parce qu'il changeait agréablement des hommes rudes, et parfois rustres auxquels elle avait fini par s'habituer dans le cadre de son travail. Elle était tellement habituée à devoir faire ses preuves et à se tenir sur la défensive pour prouver qu'elle n'était ni une belle-de-nuit ni une simple oiselle en quête d'aventure qu'entretenir un lien aussi simple était reposant. Elle appréciait les bonnes manières de son compagnon, autant que son naturel.

Elle hocha la tête lorsqu'il la remercia et croqua de nouveau dans sa pomme. Décidément, elle aimait les fruits de Grande Bretagne! Mais plus encore, elle était impatiente de retrouver les saveurs de l’Écosse! Bien que le haggis ne lui ait pas spécialement manqué...

La réponse de Rouselin à sa question lui arracha un léger sourire, mais elle tira une légère moue à la réflexion sur l'apparence de son compagnon.

- Vous savez, si j'avais dû me préoccuper du regard des autres, je n'aurais probablement pas suivi la voie que j'ai choisi en devenant navigatrice, mais j'aurais épousé le charmant parti que ma famille avait choisi pour moi et ne serai pas ici actuellement à partager cet en-cas!

Le ton de sa réplique était malicieux et s'accompagna d'un clin d’œil. "Je n'ai aucune raison de craindre être vue avec vous, soyez tranquille."

Il y avait longtemps qu'Iola se méfiait déjà des réactions des foules, avec ou sans Rouselin, elle n'aurait de toutes façons accordé que peu de confiance en ses pairs. Il lui était même étonnant de constater qu'elle vouait à son nouvel ami plus de foi et de crédit en l'espace de quelques heures qu'à beaucoup de gens autour d'elle en plusieurs semaines.
Il était différent. En cela, elle se sentait proche de lui. Sa différence à elle était bien moins évidente, mais n'en demeurait pas moins une croix à porter, autant qu'une force selon les circonstances.

Quelques questions la taraudait: comment Rouselin avait-il acquis ses caractéristiques de goupil? Depuis combien de temps vivait-il avec cette apparence? Elle s'abstint néanmoins de toute indiscrétion.

- Par quel chemin souhaitez-vous continuer? Voie de terre? Voie de mer?

Son mal de terre s'était dissipé depuis quelques jours et elle commençait à apprécier d'arpenter les routes terrestres, et les voies maritimes auraient sans doutes rallongé leur voyage, ne serait-ce que pour joindre les ports, mais la question méritait d'être posée...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Lun 22 Juin - 1:38
Rouselin se surprit à avoir un sourire, mi amer, mi amusé en entendant la réponse de la Kelpie.

Amer, car il imaginait sans trop les connaître, les pressions familiales que cette charmante femme du subir, en prenant en compte toutes les informations qu'elle lui avait déjà fournies. Pour peu qu'il se remémorait de leur discussion de la veille, il se souvenait simplement que leurs relations étaient houleuses. Pendant un moment, il se demandait si cela venait du fait qu'elle soit éventuellement issue d'une famille de haute société, ou simplement très pointilleuse sur les traditions. Cela expliquerait peut-être pourquoi, malgré sa vie de marin qui n'habituait pas aux bonnes manières, cette demoiselle gardait néanmoins une certaine tenue.

Amusé, le Renard l'était en se rendant compte qu'en effet, elle n'avait pas besoin de lui pour se positionner par rapport au regard des autres. Ce dernier serait sûrement intrigué, voire choqué, en tout cas non indifférent s'ils voyaient cette paire, pas si dépareillée que cela. En y repensant un peu, l'écrivain se rendait compte en effet que lui et Iola avaient en commun plus de choses que les apparences ne le laissaient croire. Leur mobilité incessante. Leur statut décalé de la norme. Leur apparence physique. Peut-être que cela expliquait la complicité qui naissait entre eux sans qu'ils n'aient réellement à se forcer.

Cela lui fit d'ailleurs du bien, de pouvoir agir naturellement sans sentir une obligation sociale.

"Vous avez sûrement raison... Et quel délicieux en-cas!" Plaisanta-t-il en finissant sa troisième pomme -déjà!- . "Eh bien dans ce cas, c'est avec plaisir que je partagerais ce voyage avec vous."

Pour appuyer ses propos, il se leva le premier, déjà rassasié, et prêt à repartir sur les routes, son précieux sac sur la taille.

Il laissa néanmoins le temps à Iola de se préparer à son tour, sachant que cela ne lui prendra pas une éternité. Chose qu'il appréciait, car s'il ne rejetait pas les femmes raffinées et légèrement superficiel, il se sentait rassuré aux côtés d'une demoiselle débrouillarde, voire garçon manqué. Cela venait peut-être du fait que le Renard lui-même avait un côté très sensible et assez féminin qui ne ferait pas de lui un "véritable homme" selon beaucoup de personnes. Le simple fait qu'il écrive des poèmes et rêve dans la nature suffisait à décrédibiliser toute virilité en lui. Il remercierait presque cet accident à Emerald de l'avoir changé en renard, et doté d'attributs un peu plus masculin (qu'on ne vienne pas parler de la queue et des oreilles fluffy!)

Maintenant qu'il était prêt à partir, la question de sa nouvelle compagne de voyage le piqua à vif, et c'est avec un sourire assez crispé qui fit ressortir ses magnifiques dents de carnassier qu'il répondit:

"Eh bien... je ne vous cacherais pas que je suis un peu fâché avec la navigation. Oh, loin de moi l'idée de dénigrer la vie marine, mais j'ai ce que l'on appelle communément le mal de mer..."

En fait, il aurait été plus juste de dire que Rouselin a le mal de tous les modes de transport, quels qu'ils soient. Que ce soit par la voie maritime ou aérienne, il ne supportait pas de ne plus avoir les pieds sur terres. Même les voyages en voiture étaient difficilement supportables. Il n'y avait guère que le train dans lequel il se sentait bien, allez savoir pourquoi. Son expression figée se mua peu à peu en expression désolée, et l'affaissement de ses oreilles animales trahit à ce moment le sentiment de culpabilité qu'il ressentait. Il n'avait pas envie d'imposer un moyen de voyage, mais c'était clairement ce qu'il était en train. De la manière la plus vile et la plus sournoise qui soit en plus.

À savoir avec toute l'innocence puérile et cruelle dont il était capable.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Mer 1 Juil - 14:21
Il se disait heureux de partager son chemin? Si la Kelpie n'avait eut la bouche pleine, elle lui aurait répondu que tout le plaisir était pour elle! Mais elle s'en tint à un plus sobre hochement de tête appréciateur. A l'évidence, elle partageait son avis.

En quelques bouchées, la pomme fut engloutie et Iola s'étira d'aise. Pour parfaire à son bonheur, elle aurait apprécié une cuve d'eau fraîche où se débarbouiller, mais c'était les inconvénients des nuits dehors.
Par ailleurs, son nouvel ami semblait pressé de prendre la route.

Sautant sur ses pieds, l’Écossaise rassembla rapidement ses effets. Une action qui ne lui prit que quelques instants: elle avait emporté avec elle tout ce qu'elle possédait lorsqu'elle avait quitté la taverne la veille, et l'ensemble de ses biens tenait dans un solide et discret sac de toile. Pour Iola, le monde était un foyer potentiel, à quoi bon s'encombrer?


Rouselin émit une réserve à voyager par les flots et elle eut pour lui un sourire compatissant.

- Je comprends très bien. Je crois que ça vient du temps que nous passons sur une surface donnée. Pour tout dire, je passe tellement de temps sur l'eau que c'est le sol qui a tendance à m'incommoder, du moins les premiers jours.

Et son mal de terre se cantonnait à un vague inconfort des quelques nuits blanches, rien qui l'eut réellement perturbée. Avec un nouveau sourire pour son ami, elle reprit.

- Les voies terrestres sont plus courtes de toutes façons, et puis ce n'est pas désagréable de passer à travers bois et sentiers!

Dire que quelques centaines de kilomètres au nord, il y avait le loch qui l'avait vue naître! Iola qui n'était pourtant pas du genre à céder à la nostalgie eut un léger pincement à cette idée. Idée qu'elle chassa promptement.

- Je monte en direction d'Aberdeen, et je me disais que d'ici, le plus court était de passer par Edinburgh par les grands axes... Est-ce que ça vous convient?
Par contre, je vais à pied. Les chevaux et moi nous nous apprécions tant que nous ne devons pas compter les uns sur les autres...


En vérité, Iola avait peur de monter à cheval. Une crainte bien ironique pour une femme issue des Kelpie et dont l'emblème qui ornait ses effets personnels était précisément la figure équine...

Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Jeu 6 Aoû - 23:42
En la voyant se redresser, Rouselin fut peu surpris de la voir voyager léger.

Iola étant une femme de mer, elle ne devait pas s'encombrer de beaucoup de choses, juste le strict minimum pour survivre. Le Renard aussi s'encombrait de peu, mais il s'encombrait de beaucoup de choses inutiles. Il n'avait pas de boussole, mais un sachet de thé était toujours trouvable au fond de sa sacoche en cuir. Aucune arme pour se défendre ne lui sauverait la mise en cas de mauvaise rencontre, mais un petit échantillon de savon pour être propre en toutes circonstances. Les rares personnes ayant constaté cela avaient ri au nez du voyageur précieux qui ne ferait pas long feu s'il ne mettait pas un peu plus d'ordre dans ses priorités, mais l'écrivain était comme cela, et resterait comme cela.

Cependant, il savait que prendre exemple sur sa nouvelle compagne de voyage ne lui ferait pas de mal, vu comment elle était préparée en toutes circonstances.

"J'espère que cela ne vous dérange pas malgré tout!" S'enquit-il en redressant les oreilles. "Si jamais à un moment, vous désirez reprendre le large, je ne vous en voudrais pas."

Le Renard n'imaginait pas comment se sentait un "mal de terre", mais cela ne devait être guère plus agréable qu'un mal de mer. Il répondit à son sourire qui se mue en expression pensante par son propre sourire, timide et charmeur en même temps. Encore une fois, il ne pouvait que constater à quel point ils s'opposaient autant qu'ils se ressemblaient dans certains éléments. Et cela ne le fit que se sentir plus proche d'elle, étrangement. En fait, Rouselin s'en doutait depuis un moment, mais il appréciait les personnes comme Iola avec qui il avait de nombreux points communs sans toutefois tomber dans la copie pour que l'échange devienne enrichissant.

Serait-il en train de se faire une amie?

"Oh je peux vous l'assurer!" S'exclama l'hybride tout d'un coup tout gai. "J'ai de bonnes aptitudes en nature, je pourrais nous dénicher les endroits les plus confortables et les plus pratiques lors de notre voyage!"

Vint enfin la dernière question du moyen de se déplacer. L'affirmation de la Kelpie le rassura énormément car comme elle, il ne pouvait monter à cheval. Outre des questions techniques dues au physique de ses jambes légèrement différent qui l'empêchait de garder les pieds à l'étrier, il s'en sentait incapable. Ce n'était pas une question de malaise ou autres, mais simplement de nature. Depuis qu'il avec cette partie renard en lui, Rouselin avait vu ses relations avec les autres animaux changer également. Et monter à cheval lui paraissait contre nature. Un renard ne chevauchait pas, après tout. Un renard galopait, c'était une question de bon sens!

Mais il se voyait mal l'expliquer à sa camarade.

"Cela me convient parfaitement. Et je ne comptais pas voyager à cheval, donc je vous suis sur mes petites gambettes avec joie. Vous avez bien raison de ne pas compter sur les cheveux. Ce sont des animaux nobles, mais assez curieux si vous voulez mon avis."

En y repensant, Rouselin se demandait pourquoi ils avaient créé un tel lien avec les hommes.
Avec une certaine vivacité, le renard tendit son bras à Iola, dans élan de gentleman, mais qui dans cette situation, était plus comique qu'autre chose.

"Nous sommes partis, Mademoiselle~ "



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Ven 11 Sep - 16:52
Décidément, la Kelpie était à l'aise avec Rouselin, à un point qui l'étonnait elle-même. Bien qu'habituée aux contacts de par son métier, Iola avait tendance à se méfier des autres. Cela lui venait en partie de sa nature profonde et du secret lié à son pouvoir, une épée de Damoclès qu'elle portait comme un fardeau et dont elle cachait l'existence aux autres. A cette idée, ses doigts vérifièrent nerveusement l'emplacement de la fiole à son cou un bref instant.
Puis, chassant ce vieux réflexe, elle remit en place son couvre-chef, et attendit le Renard pour rejoindre la voie principale.

L'idée de passer en pleine ville lui inspira cependant une crainte: que les voyous de la veille ne reviennent incommoder son compagnon. Toutefois, loin d'envisager de laisser Rouselin affronter seul ce genre de situation, l’Écossaise songea à la courte lame cachée dans sa botte, et aux sources d'eau proches.
Elle n'était pas certaine d'avoir envie de recourir à ce genre d'alternatives, mais certaines fins justifiaient les moyens.
Et pour ne pas inquiéter son nouvel ami, elle lui répondit d'un ton léger.

- Oh ne vous en faites pas pour moi, ce n'est rien de méchant. Et puis c'est agréable de passer un peu de temps à terre, cela vaut bien quelques petits inconforts!

Il ne semblait pas très enclin à reprendre la mer, et de son côté, la Kelpie avait envie de retrouver les paysages de son pays adoré. Malgré sa tendance nomade, elle avait toujours aimé ses terres et brûlait de traverser les Highlands pour le seul plaisir d'en fouler le sol.

La déclaration de son étrange compère lui attira un sourire.

- Les chevaux sont des animaux curieux? C'est possible... Je crois qu'ils sont assez méconnus cependant... La plupart des gens ne les considèrent qu'au titre de monture, mais ils peuvent être bien plus que ça...

De par sa nature de Kelpie, Iola avait un lien un peu particulier avec les équidés, même si elle les redoutait légèrement. Sa vision d'eux n'était pas la plus commune.
Elle ne s'attarda cependant pas plus et emboîta le pas à son ami jusqu'à la sortie de la ville. Il leur aurait sans doutes été possible de louer les services d'un véhicule, mais la navigatrice ne tenait pas à voyager en compagnie d'inconnus, et supposait qu'il en était de même pour son partenaire.

Bien que plutôt taciturne à son habitude, l’Écossaise n'avait guère de mal à discuter avec Rouselin, et les premières heures de marche lui semblèrent passer très rapidement. La compagnie du Renard était agréable et reposante, assez rafraîchissante même, au sens où la jeune femme s'autorisait à être elle-même en sa présence.

- Et donc, vous avez beaucoup voyagé?

Les voyages étaient sa partie, et un sujet sur lequel elle aurait pu être intarissable pour peu qu'elle eut été plus bavarde. Rouselin comme elle semblait ne pas tenir en place et cela éveillait sa curiosité.
Un bruit sur le chemin proche rappela son attention et immédiatement, la Kelpie se plaça en attitude défensive.
Il y avait un ruisseau tout proche. Iola entendait le clapotis de l'eau, elle sentait l'eau d'une manière presque intuitive. Et eut bien du mal à canaliser l'envie de l'appeler, alors que son instinct en éveil supputait un possible danger...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Mar 29 Sep - 23:31
Ses sens étaient déjà réveillés.

Rouselin put sentir, le temps d'un souffle de vent, que sa compagne semblait plus inquiète qu'elle ne le paraissait. Comme si elle réfléchissait à des choses beaucoup moins plaisantes que son simple mal de terre ou le fait de ne pouvoir monter à cheval. Le Renard était un peu naïf, mais pas candide. Bien sûr, il savait les risques qu'ils prenaient à voyager ensemble, surtout elle. Rien ne disait que des personnes mal attentionnées puissent leur barrer le chemin. Peut-être pas celles d'hier, mais d'autres énergumènes. Le jeune écrivain était bien placé pour savoir que la méchanceté qui prenait racine dans la peur de l'autre se trouvait n'importe où.

Cependant, il décida de croire en elle.

À l'évocation des chevaux, il eut un petit sourire. Il avait déjà senti avant que le point de vue d'Iola sur beaucoup de choses de ce monde était bien différent de la majorité. Il suffisait de voir la manière dont elle l'avait traité, allant jusqu'à l'aider à se cacher et lui tenir compagnie, plutôt que suivre la masse apeurée des hybrides -qui en soit, n'avait pas foncièrement tort de le craindre en prenant en compte la manière dont ils considéraient les créatures comme lui-. De ce fait, sa petite remarque sur la fonction des chevaux lui fit redresser ses oreilles animales de curiosité.

"Que pensez-vous que les chevaux puissent être alors? Personnellement, je les considère comme des... voisins."

Oui, c'était un terme plutôt juste pour décrire sa pensée. Des êtres qui existent à côté de vous, que vous côtoyez sans jamais vraiment connaître et qui ont sans doute un mode de vie bien différent du vôtre.

Pendant leur discussion, ils avancèrent, doucement mais sûrement, dans leur voyage. Une fois sorti de la ville, l'hybride renard se sentit réellement soulagé d'un poids. Il n'avait plus à craindre d'être démasqué par le moindre passant au hasard. Certes, rien ne leur disait qu'ils ne rencontreront pas quelques étrangers lors de leur périple, , mais ceux-là s'attarderont beaucoup moins sur leur personne. Plus que tout, le petit sauvageon en lui jouissait de retrouver un environnement plus forêtiers. L'odeur des cimes et le chant des oiseaux étaient sans doute ce qu'il appréciait le plus dans ses voyages. Mais quelque chose en plus venait agrémenter son allégresse.

Le plaisir de partager ce moment avec quelqu'un.

Il se retourna avec un sourire bienheureux lorsque son accompagnatrice, qui semblait autant apprécier cette marche que lui, entama une nouvelle conversation.

Une question assez intrigante, peut-être banale, mais qui ouvrait une occasion à cette pipelette de Rouselin d'étaler la moitié de sa vie!

"Oh ça oui! Je pense qu'on ne peut vivre sa jeunesse qu'à travers les voyages, alors j'en profite tant que je peux!" Répondit-il en souriant à pleine dent. "Je retourne de temps en temps ici - parce que voyez-vous, je vis en France, même si je suis né en Écosse-, mais je me suis déjà aventuré en Russie et plus récemment, en Allemagne où je fis la rencontre d'un ingénieur fort hospitalier! Ah, je suis déjà allé à Emerald aussi..."

Son dernier voyage, il faillit l'oublier. Parce qu'il avait envie de l'oublier. Une part au fond de lui se disait que ce fut peut-être le voyage en trop. Le voyage dont il aurait pu se passer. Pendant un petit moment, son visage se ferma, mué peut-être par ce qui pourrait être des regrets, ou de la rancune, ou simplement de la résignation. Cependant, il ne voulut pas gâcher cette agréable escapade par des ressentiments personnels, c'est pourquoi il tenta de les chasser pour reprendre sa bonne humeur.

"Et vous, je suppose que vous avez beaucoup navigué... Hmh? Quelque chose ne va pas?"

En la voyant ainsi en alerte alors que lui restait de marbre, il se demanda un instant s'il n'avait pas un peu trop relâché son instinct de survie.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Jeu 31 Déc - 14:24

Mais le bruit n'amena aucun danger si ce n'est un cavalier solitaire, voyageur habitué aux longs périples qui salua Iola et Rouselin, trop concentré sur son propre périple pour être intrigué par deux individus. Le reste du voyage se fit sans le moindre souci - hormis les intempéries, caprices de la Nature.

RP terminé


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Royaume-Uni-
Sauter vers: