Partagez | 
 

 Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Ursula

MessageSujet: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Dim 28 Sep - 17:44
Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas


Elias.

A ces mots, un long ruban rose sinua entre les dalles de pierre du palais. Et un magnifique sourire illumina mon visage. Le don de Sophia, la petite fée capricieuse et collante, avait peut être du bon finalement. Je tenais ma revanche du bout des doigts.

Il y avait un problème à résoudre avant de repartir pour l’Europe. Je ne pouvais pas traverser l’Océan à la nage. En effet, je me trouvais au Brésil, le royaume de l’or. Il me fallait trouver un moyen de transport sûr et protégé.

Pour le bateau, j’en trouverais un facilement. Bien qu’ayant perdu mon Charme, ma beauté naturelle et mon sourire faisaient flancher tout le monde. Le ruban brillait presque sous la pleine lune.

Elias.

Depuis le temps que j’attendais ce moment. Ma vengeance allait être terrible. La haine que j’éprouvais depuis mon exil était restée toujours aussi forte. Je rêvais chaque nuit de pouvoir le tuer, lui et sa misérable petite famille.

Déjà, mes yeux s’étaient éclairés d’animosité. Je l’aurai enfin.

***

La France. Je n’y avais plus remis les pieds depuis un moment. Mon ruban disparaissait chaque nuit à minuit mais la simple évocation du nom de l’empereur scandinave suffisait pour qu’il réapparaisse le matin suivant. Mon voyage avait duré une semaine et ma détermination grandissait de jour en jour. Je riais seule dans ma cabine à la simple idée de voir la tête de ce crétin d’empereur quand il me reverrait.

« Allez, ma petite dame, on descend. »

Le capitaine était un peu simplet mais il était courtois. Il m’aida à descendre.

« Merci. Je reviendrai dans quelques semaines pour repartir au Brésil. Soyez là à mon retour. »

Il inclina la tête et murmura un oui presque muet. Le ruban traversait des rues et des vallées. Mon but était encore loin. Mais quand j’arrivai devant une immense forêt perdue au milieu d’un vallon tout aussi grand, je compris que mon périple n’allait pas être dénué de danger. On racontait autrefois que des fées habitaient ces lieux. Elles tendaient un piège aux voyageurs en leur offrant un don, mais la situation tournait très souvent au vinaigre. Mais j’étais une sorcière et je n’avais pas peur des êtres magiques avec des petites ailes bleues et des baguettes qui envoyaient des cupcakes dans les airs.

Alors que je m’apprêtais à entrer dans l’incroyable forêt, un cri me parvint. Un cri humain. N’attendant pas une seule seconde, je m’élançai dans la forêt pour aller à la rechercher de ce hurlement. Peut être la personne en détresse aurait besoin d’une potion, qui sait ?


Dernière édition par Ursula le Ven 28 Nov - 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Sam 4 Oct - 11:45
Revenue des États-Unis après bien des tribulations, Willow n'avait envie que d'une seule chose : se reposer, retourner dans la forêt et y rester tranquillement cachée. Elle avait repris ses (bonnes) vieilles habitudes de tourmenter les pauvres âmes, adultes ou enfants, perdus en forêt, leur envoyant ses feux-follets pour les diriger au plus profond du vallon, au cœur du marais ou des les profondeurs des sous-bois.

Aujourd'hui, la victime de la fée rousse était une petite fille extrêmement sensible. À peine avait-elle effleuré par inadvertance les branches d'un saule pleureur qu'elle se mit à hurler de terreur, puis à courir en ligne droite en direction du vallon. Willow suivait la scène, assise sur les plus hautes branches d'un chêne.

    - Hé bien hé bien, petite créature... quelle folie t'a amenée dans les bois alors que tu as si peur du noir ?


Les feux-follets qu'elle lui avait envoyés, et cette fois pour la guider à la lisière de la forêt, ne faisaient que l'effrayer davantage. La rousse leva les yeux au ciel ; ce qu'on était bête quand on était si jeune !

Mais ça allait devenir rapidement plus intéressant... Willow venait de percevoir une seconde âme entrer dans la forêt, et qui se dirigeait vers la fillette qui venait de nouveau de pousser un cri...

    - Voyons, voyons... que vas-tu faire, jolie étrangère ? Suivras-tu mes feux-follets...


Les petites lumières bleues dansaient à travers le sous-bois, tremblantes, mais l'invitant irrésistiblement à la suivre...


Dernière édition par Willow le Lun 6 Oct - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Dim 5 Oct - 21:30
Les cris se faisaient plus intenses. Je m’étais promis de ne plus venir en aide aux personnes en détresse. J’avais assez payé mes erreurs passées et mon voyage au Brésil m’avait assagi. Mais la situation venait de changer. Je revenais en Europe pour me venger et si je pouvais avoir des gens pour m’aider, que ce soit par dettes ou par allégeance, je ne le refuserai pas le moins du monde.

Plus je me rapprochais, plus je sentais que le danger n’était pas loin. Des lumières bleutées trahissaient la présence d’une fée dans les parages. Et étant de nature méfiante, je prenais garde aux éléments alentours. Peut être que les arbres allaient prendre vie et m’emprisonneraient entre leurs branches sinueuses. Ou encore que les racines m’attraperaient les pieds pendant que je prendrais la fuite. Toutes ces pensées ne me rassuraient pas.

Je ne regardais pas les lumières bleues au sol, préférant me fier à mon instinct. Suivre la voix s’avéra bien plus facile que je ne le pensais. Elle courrait comme une idiote entre les arbres et semblait suivre les feux magiques.

« Arrête de courir, pauvre idiote. Ce sont juste des arbres. »

Mais apparemment rien ne pouvait arrêter cette boule d’énergie.

« Tu vas te taire ! Et te calmer ! Je n’ai pas de patience et encore moins du temps pour m’occuper d’une gosse dans ton genre. Je te propose un marché. Tu m’aides à sortir d’ici et je te donne tout ce que tu as toujours voulu. »

Je n’aurais pas de mort sur la conscience cette fois-ci. Mais la petite fille semblait perturbée par les feux follets au sol. Pire, elle semblait terrifiée.

« Les feux… la fée… je ne peux pas sortir d’ici. »

Et de son doigt, elle me désigna un chêne majestueux où trônait une étrange femme rousse.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Ven 10 Oct - 17:18
Willow regardait la scène du haut de son chêne, amusée et intriguée par le cours que prenait les choses. L'imprévu, c'était si intéressant ! La jeune femme brune qui venait de pénétrer dans la forêt se refusa à suivre les lumières envoyées par la fée, tentant plutôt de mémoriser son chemin à travers les sous-bois en étudiant les branches et les troncs. Qu'elle était drôle cette femme ! Se fier aux arbres pour retrouver son chemin... elle avait tout faux, ce qui fit sourire la rouquine.

Tant pis pour les feux-follets. Elle se contenta de la suivre du regard, jusqu'à ce qu'elle tombe sur la fillette qui avait couru dans tous les sens, jusqu'à arriver au pied de l'arbre où était perchée Willow. Contre toute attente, la brune gronda la fillette, ce qui fit hausser les sourcils de la fée et agrandit son sourire. Vraiment bizarre celle-là ! D'autres qu'elle se seraient contentés de rassurer et de consoler la petite fille... ça changeait ! Elle proposa même un marché à la fillette... laquelle révéla la présence de la rouquine.

    - Petite effrontée. Tes parents t'ont bien mal élevée ! Ils ne t'ont pas appris à ne pas pointer les gens du doigt ?


Irritée tout autant qu'amusée, Willow sauta à bas de l'arbre, ses cheveux la suivant comme une rivière de feu.

    - Quant à toi, fit-elle en s'adressant à la brune, quelle audace de promettre à une aussi petite fille tout ce qu'elle veut en échange d'une simple aide... d'autant qu'elle en serait totalement incapable.


La fée invoqua un nouveau chemin de feux-follet.

    - File d'ici, intima-t-elle à la gamine. Ils te conduiront à la lisière de la forêt. Tes cris m'ont exaspérée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Sam 11 Oct - 0:04
La femme rousse sauta de l’arbre avec dextérité. Elle ne semblait pas se douter de mon identité. Les choses avaient bien changés depuis mon dernier séjour en France apparemment. Je ne plaignais pas le moins du monde, je préférais que mon nom soit tombé dans l’oubli. Cela faciliterait les choses. Après tout, mieux fallait passer pour une étrangère que pour une meurtrière.

« Je ne vois pas en quoi cela vous regarde. Qui êtes vous pour laisser cette petite fille terrifiée au cœur d’une forêt ? »

C’était une fée. Je le savais, car je sentais la magie environnante. Elle semblait s’amuser de la peur de la petite fille. Et moi je profitais de son malheur.

L’enfant partie, je dévisageais la fée de haut en bas. Ce torrent de cheveux roux me faisait naturellement penser à un brasier au clair de lune. Son sourire malicieux laissait penser qu’elle adorait jouer avec les humains avec l’aide de ses petit feux-follets.

« Je ne sais pas ce que vous faites ici et je ne veux pas le savoir. Je cherche juste la sortie de cette forêt pour pouvoir continuer ma route. Pouvez-vous m’aider ? »

Il était naturel qu’avec une demande pareil, la conclusion ne serait pas si prévisible que ça. Et fée et sorcière s’entendaient sur ce point.




Dernière édition par Ursula le Ven 28 Nov - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Mar 21 Oct - 18:16
Non, Willow ne savait rien de cette femme brune qui lui semblait plutôt antipathique. Comment ne l'avait-elle pas perdue dans les bois, celle-là, quand elle était gamine ! La rouquine la toisait donc avec une mine taquine, presque moqueuse.

    - J'aime particulièrement me mêler de ce qui ne me regarde pas !


Si elle y trouvait un intérêt bien sûr ! Tirant une pomme de son sac, elle croqua à pleines dents dedans, mâchonnant tandis que l'inconnue lui demandait qui elle était et pourquoi elle avait agi ainsi avec la petite fille si impolie qu'elle tourmentait il n'y a pas dix minutes.

    - La forêt est ma demeure ainsi que mon alliée pour punir les enfants désobéissants !


Le ton était cinglant et moqueur, n'admettant aucune réplique. Continuant de déguster sa pomme tranquillement, elle considéra la femme, dont la seule requête était de sortir de la forêt.

    - Il te suffirait de revenir sur tes pas... si je n'ai pas ensorcelé le chemin entre-temps. C'est dommage, j'ai totalement oublié si je l'ai fait ou pas...


Elle sourit, puis jeta son trognon avant de venir se planter devant l'inconnue.

    - T'aider... pourquoi pas. Mais que proposes-tu en échange ? Je n'aide pas n'importe qui tu sais...


Secouant sa chevelure flamboyante, elle toisa encore la jeune femme.

    - Je pourrais, après tout, te laisser plantée là pour ton impolitesse. Tu ne m'as même pas dit ton nom !


Non, Willow ne manquait jamais d'air !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Mer 22 Oct - 0:45
Il était plus qu’évident qu’en temps que fée, l’inconnue demanderait une contre partie. Et j’étais pareille. Je n’aimais pas beaucoup cet air plein de liberté et de défi que la fée me lançait.

« Ecoute moi bien, tu vas m’aider à retrouver ma route. Cette forêt ne m’amuse pas le moins du monde. Fais moi sortir d'ici. »

J’y étais allé avec force et conviction et peut être avec une pointe de colère. Mais qu’importe du moment qu’elle puisse suivre mes ordres.

Je venais soudainement de me rendre compte que je pouvais plus obliger les gens à m’obéir. Ce don m’avait été ôté par cette petite sotte de Sophia. Et je me retrouvais avec un vulgaire ruban de soie à la place. Qu’est-ce qui pouvait me certifier qu’Elias se trouvait bien au bout du fil ? Rien et c’est cela qui m’embêtait. Je n’avais pas confiance en ce nouveau don. Mais en même temps, je ne pouvais pas avoir traversé l’océan Atlantique juste pour voir un pauvre petite rousse manger une pomme. Il fallait que je sois sûr.

« Mon nom ne te regarde pas. »

Mes méninges travaillèrent avec force. Si la rouquine qui se tenait devant moi était réellement une fée, peut être que…

Non, c’était impossible. Mais qui ne tente rien n’a rien.

« Saurais-tu comment changer un don ? »


Dernière édition par Ursula le Ven 28 Nov - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Dim 26 Oct - 19:26
Willow fronça les sourcils, mécontente du ton hautain avec lequel parlait l'inconnue. C'est qu'elle lui donnait carrément des ordres, cette harpie venue d'on ne sait où ! Glissant sa main dans l'escarcelle qui pendait à sa ceinture, elle sortit un livre dont elle tourna les pages jusqu'à la représentation de racines robustes s'enroulant autour de poignets. Elle invoqua cette image ; la jeune femme se retrouva bientôt entravée, ne pouvant bouger, mains étant emprisonnées dans le bois magique.

    - Stupide créature que tu es...


La rouquine la toisa avec tout son mépris. Elle allait, cependant, bien s'amuser avec elle. Qui qu'elle soit, elle allait très vite comprendre l'erreur fatale qu'elle avait fait en contrariant le Feu-Follet.

    - À qui crois-tu t'adresser, pauvre sotte ? Tu es sur mon territoire ; n'espère pas sortir d'ici saine et sauve ! Plutôt que de changer ton don, je t'en octroie un second : il te sera impossible de sortir de cette forêt avant que tu n'aies sincèrement imploré mon pardon et que tu n'aies discipliné ton esprit belliqueux !


La magie de Willow frappa la femme de plein fouet. Il lui serait désormais impossible d'atteindre la lisière de la forêt ; elle se perdrait sur les sentiers et dans les fourrés, ne pourrait se fier à aucun point de repère, fut-ce la trajectoire du soleil.

La jolie fée de feu étira un cruel sourire face à la brunette.

    - Sois raisonnable, et essaie de te rendre compte de ton erreur avant que la folie ne te gagne. Et il te sera inutile de mentir ; j'y suis habituée, tous les enfants mentent. Tâche de ne pas te conduire comme la gamine que tu as été jusqu'à présent !


Croquant de nouveau dans sa pomme, elle planta là l'inconnue, retournant vaquer à ses occupations plus loin dans la forêt, libérant peu après la femme de ses entraves. Combien de temps allait-elle tenir, celle-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Dim 26 Oct - 20:50
Emprisonnée ainsi dans les racines d’un arbre voisin, je pestais contre la fée rousse. J’avais une sainte horreur des personnes qui me donnaient des ordres, or cette petite peste de fée voulait que je présente mes excuses. Je ne pouvais céder comme un vulgaire humain.

« Si tu crois que je vais m’incliner devant une enfant comme toi, tu te mets le doigt dans l’œil. »

Et elle me frappa de sa magie. Je sentais que son sort allait m’emprisonner d’une manière ou d’une autre dans cette fiche forêt si je n’essayais rien pour contrecarrer la malédiction. Mais je savais aussi que si je ne faisais pas le strict minimum pour sortir de cette situation délicate, je ne pourrais ni tuer Elias ni récupérer mon Charme. J’allais devoir user de ma mauvaise foi.

« Attends, petit fée, j’ai à te parler. »

Les feuilles mortes volèrent et formèrent un tourbillon orangé dans l’air environnant. L’automne avait posé sa patte légère sur la nature. Je repensais alors à ma vie de l'’autre côté du monde parmi les lianes et l’or du Brésil.

« Je suis prête à m’excuser. »

J’espérais juste que la rouquine accepterait mes excuses et qu’elle me redonnerait mon don de Charme. Utiliser les gens me manquait, bien que mon aventure brésilienne m’avait assagi.

On ne peut pas changer quelque chose de corrompu. La noirceur reste et persiste pour toujours.


Dernière édition par Ursula le Ven 28 Nov - 19:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Jeu 6 Nov - 0:24
Et patati et patata. Cette femme la gonflait. Willow la regarda de haut, tandis qu'elle l'avait emprisonnée entre de puissantes racines. Mettre une fée en colère n'augurait rien de bon, mais mettre Willow en colère, c'était pire ! Elle eut un sourire de lionne face au propos de la femme.

    - Si tu ne veux pas t'incliner de ton plein gré, je peux t'y forcer !


D'un geste et d'un ordre magique, une des racines se mobilisa pour sinuer dans le dos de la femme et lui faire faire une révérence forcée. Le courroux qui se lut alors sur ses traits enchanta le Feu-Follet, lequel partit d'un grand rire moqueur.

    - Traite-moi encore une fois d'enfant et j'ordonne à mes racines de pousser davantage dans ton dos en te tenant fermement les bras. Je te conseille d'y réfléchir... il serait dommage qu'à cause d'un mot de trop, tu te retrouves avec les deux bras cassés !


La cruauté de Willow pouvait être sans limite. Mais c'était la nature de la fée : une fois qu'on l'avait énervée, on s'en sortait difficilement... voire pas du tout. Aussi, quand le brune susurra qu'elle voulait lui parler et qu'elle était prête à demander pardon, Willow secoua la tête.

    - Penses-tu que je ne décèlerais pas le venin dans ta voix ? Toute créature magique que tu es, tu as besoin d'une bonne leçon ! À plus tard, vilaine fille !


Et dans un rire magique, Willow disparut entre les arbres, bien décidée à faire mijoter la jeune femme le temps qu'elle apprenne la leçon ! Quand elle disparut dans la forêt, les racines qui retenaient la femme prisonnière se délièrent. Mais la malédiction de Willow ne pourrait être défaite sans que la fée ne s'en mêle à nouveau : aussi la brune était-elle condamnée à perdre son chemin dans la forêt, sans jamais retrouver la sortie, jusqu'à ce que son cœur se fasse plus sincère et plus humble.

Ce n'était pas demain la veille!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Sam 15 Nov - 1:03
Je me retrouvais seule dans l’immense forêt. Mes poignets souffraient à cause de ses maudites racines. Décidément je n’aimais pas les fées. Toujours aussi mesquines et sournoises. Je savais bien que demander de changer mon don ne passerait pas comme une lettre à la poste. Mais je n’arriverais pas à lui faire changer d’avis. Je devrais me contenter de mon nouveau don et de toute ma rancœur envers l’empereur de Scandinavie.

Les racines au sol étaient gigantesques. Des feuilles orangées maculaient le sol comme un immense manteau d’or. L’automne me paraissait lointain désormais. Perdue dans ma jungle tropicale, l’été ne semblait jamais prendre fin. Les doux rayons du jour traversèrent les branches. La forêt paraissait immense et sans fin. La fée avait sous-estimé mes capacités. Je possédais un nouveau don désormais. La sortie n’allait pas m’échapper.

Pleine de rage et de haine, je fermai les yeux.

Elias.

Les feuilles tourbillonnèrent et le vent souffla plus fort.

Elias.

Les oiseaux s’envolèrent dans le ciel en chantant.

Elias.

Un silence de mort s’installa. Quand je rouvris mes yeux, le ruban rose s’étalait à mes pieds. J’allais sans peine retrouver mon chemin. Heureuse d’avoir déjoué les pièges tendus par la peste rousse, je m’avançais gaiement. Au bout de ma route commença à briller la lumière de l’extérieur. Je me précipitai pour sortir de cet enfer quand sans crier gare je revins à mon point de départ. Je pestai intérieurement. Elle m’avait dupé.

Fatiguée et frustrée, je m’assis contre un arbre et je repensai à ma vie. Des tragédies au destin héroïque, de la tristesse et du désespoir à la joie et la sérénité. J’avais tout vaincu. Avec plus ou moins de succès. Une fois j’avais eu un mari, puis un autre jour il disparut. Un enfant avait pris place dans mon ventre puis du jour au lendemain, il avait fini ses jours dans mon estomac. Mais malgré tout cela, j'avais désormais trouvé une vie agréable au Brésil

Cependant, ma part sombre et vengeresse prenait une part très grande dans ma vie. Elle avait été entièrement guidée par la haine. Mon cœur pouvait plus haïr qu’aimer. C’était dans mes gènes d’haïr.

Me regardant, perdue dans mes pensées, un renard à l’oreille gauche arraché me fixait la tête penché. Sûrement une autre ruse de cette fée.


Dernière édition par Ursula le Ven 28 Nov - 19:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Lun 24 Nov - 14:29
Goupil, Goupil, mon ami,
Veille sur cette méchante fille,
Il faut qu'avant la prochaine décennie,
Elle soit devenue un peu plus gentille !

Non certes, Willow n'avait pas prévu de laisser la femme coincée dans la forêt pendant 10 ans. Quoique. Ça pourrait lui faire les pieds.

Le renard, de son côté, se contenta tout simplement de regarder la brunette, ne s'approchant jamais trop d'elle – qui savait ce dont elle était capable – mais restant à tournicoter autour d'elle, comme un espion, avec un air moqueur. Oh que non il ne l'aiderait pas !

La rouquine, de son côté, laissa passer plusieurs jours, au bout desquels elle vint retrouver l'impudente magicienne qu'elle espérait retrouver un peu plus soumise et coopérante. C'est donc armée d'un sourire goguenard que la jolie rousse réapparut au pied d'un pommier au bout du 5è jour, croquant avec gourmandise dans une pomme bien mûre.

    - Hé bien hé bien, méchante fille, es-tu un peu plus sage aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Jeu 27 Nov - 20:37
Le renard me suivit pendant cinq jours. Je me débrouillai pour trouver un endroit où dormir ainsi que de quoi manger. J’avais abandonné mon envie de quitter la forêt car je savais que même avec la plus puissante des magies, je n’y serait pas arriver. A cause de cette satanée fée, j’étais prisonnière comme un rat.

Le renard ne semblait pas vouloir me lâcher d’une semelle. Il fouinait la terre alors que je me reposais contre un chêne. Il chassait les oiseaux pendant que mes pas me menaient nulle part. Cette monotonie m’énervait. J’allais devoir me montrer conciliante et coopérative pour pouvoir un jour sortir d’ici.

« Vas ! Ta maîtresse a sûrement assez attendu. »

Le renard me regarda avec un air hagard. Il pencha sa tête et s’enfuit parmi les broussailles.

« Bon débarras. »

Je soupirai quand un bruit retentit dans la forêt toute entière. Des dents mordant la chair juteuse d’une pomme mûre. La fée était de retour.

« Hé bien hé bien, méchante fille, es-tu un peu plus sage aujourd'hui ? »

Les feuilles au sol volaient et le soleil était à son zénith. Je savais ce qu’il me restait à faire.

« J’ai beaucoup appris durant ces cinq jours. J’ai été idiote de vous tenir tête. Je ne suis qu’une pauvre mortelle après tout. »

Je pris un air désolé et terrifiée. Plus vrai que nature, sans aucune fausse note. Elle ne se douterait de rien. Malheureusement pour moi, les paroles que j’avais prononcées étaient vraies. Mon séjour en "prison" m’avait prendre conscience que si j’étais remplie de haine, l’amour ne suivrait pas son chemin. J’avais perdu l’amour de ma vie à l’apogée de mon bonheur et je ne comptais pas laisser quelqu’un d’autre le briser à nouveau. Mais accepter que je devais laisser ma rancœur de côté et admettre que le Destin ait daigné écrire "Ursula vivra heureuse et aura beaucoup d’enfants" allait prendre énormément de temps.

« Croyez moi ou pas, mais je suis prête à m’excuser. »

C’était l’heure de vérité. Soit je restais ici pour toujours, soit les terres de l’autre côté de la mer se dévoileraient à nouveau à l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Dim 30 Nov - 14:28
Mordant avec gourmandise dans son fruit, Willow mâcha la chair juteuse tout en écoutant la réflexion de la femme, qui lui avait pris cinq jours entiers. Comme quoi, il fallait parfois laisser le temps faire les choses comme il faut. Willow haussa les sourcils cependant, et partit d'un petit rire moqueur.

    - Ah... une mortelle, vraiment ? Tu mens encore.


Jetant le trognon de pomme à terre, elle s'approcha de la fille, son livre de dessins à la main. Qu'elle tente quoique ce soit et de nouvelles racines s'accrocheraient à ses poignets pour la maintenir en place.

    - Je sais quand j'ai affaire à une créature de mon espèce. Enfin, presque. Nous ne sommes pas du même bord... sorcière. J'en ai déjà rencontrée une comme toi. Beaucoup plus sympathique, cependant.


Elle tournait en rond devant elle, ses pas faisant danser les feuilles mortes qui s'entremêlaient aux pans de sa robe verte comme le bois nouveau. La rouquine regarda de nouveau sa prisonnière.

    - Mais passons. Voyons de quoi tu es capable. Excuse-toi, puis j'écouterais ta demande et je déciderais ensuite de ton sort.


Sa voix était douce, presque mielleuse. Petit flammèche d'une bougie verte, à priori naïve et sans danger. Mais il était facile d'oublier qu'il suffisait d'une étincelle pour créer un brasier d'envergure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Jeu 18 Déc - 13:48
C’était le moment. Me rendre faible pour avoir ce que je voulais. Je n’avais pas le choix et je priais pour que cet incident ne nuirait pas à ma réputation. Je pris une grande bouffé d’air et me lançai.

« Moi, Ursula, sorcière des mers, je m’excuse d’avoir été insolente envers vous. Je voulais sauver ma peau et n’ai pas fait attention aux conséquences de mes actes. J’espère que mes paroles seront trouvés grâce à vos yeux. »

Ayant perdu mon charme, je me devais d’être subtile pour trouver mes mots. Ils se devaient d’être percutants. J’attendais la réaction de la fée. Le renard me dévisageait de nouveau puis après plusieurs minutes il vint me renifler. Pour finir il frotta sa tête contre ma jambe. Je crois qu’il m’aimait bien.

« Je crois qu’elle a raison, Willow. Elle a eu le temps de purger sa peine. Je l’ai bien observé ces cinq derniers jours. »

Abasourdie mais néanmoins attentive à ses propos, je guettais la réaction de la fée. Un animal parlant était, après tout, assez normal pour des filles nées de la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Willow

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Jeu 18 Déc - 20:15
Willow écouta donc les excuses de la dénommée Ursula, sorcière des mers. Rien que ça. Malgré son air soumis, la rouquine sentait que ses propres propos écorchaient la langue de la magicienne brune. Elle riait sous cape, le Feu-Follet, ravie d'humilier de la sorte cette trop orgueilleuse créature. Elle souleva un sourcil à l'intervention du renard.

    - Je te remercie, Goupil. Tu peux disposer, ma décision est prise.


Quand le pelage roux du renard eut disparu derrière les fourrées, le sourire de la fée s'élargit. Elle savait exactement ce qu'elle allait faire à présent. En plus, elle allait même accéder au souhait que la sorcière avait prononcé quelques jours auparavant. Quelle petite chanceuse !

    - Très bien. Je vais donc croire mon ami et penser volontiers que tu t'es bien conduite durant ces derniers jours. Je crois même que tu voulais changer ton don, n'est-ce pas ? C'est bien ce que tu m'as demandée ?


Elle sourit plus largement encore quand Ursula acquiesça, le visage levé vers le sien. Elle était jolie. Belle femme venue des plus profondes abysses de la mer, noires, comme l'était véritablement son cœur.
Car Willow n'était pas dupe. On ne transformait pas le cœur d'une personne en cinq jours. Cela prendrait plus de temps.

    - Bien ! Voilà ton nouveau don : à chaque fois qu'un mot méchant ou cruel sortira de ta bouche, ta peau se creusera d'une nouvelle cicatrice ou s'ornera d'une verrue ! Je ne doute pas que tu offriras bientôt l'image d'une vraie sorcière qui fait peur aux enfants !


Willow éclata d'un rire cristallin. Ce qu'elle n'avait pas précisé à Ursula, était cela : si elle disait des mots gentils et sincères, les cicatrices et imperfections disparaîtraient peu à peu. Mais cela, c'était à elle de le découvrir !

    - Quitte cette forêt à présent ! Rien de plus ne t'attend ici !


Et c'est dans un dernier rire que la jolie rouquine disparut dans le feuillage vert et riche des arbres. Elle ne devait jamais réapparaître aux yeux de la sorcière !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ursula

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   Jeu 18 Déc - 20:30
Willow s’en alla et sa sentence se grava peu à peu dans mon cœur. J’avais été idiote de croire que j’arriverais à récupérer mon don aussi facilement. Ce que Willow ne savait pas en revanche c’est que toutes les paroles affreuses, fourbes et cruelles restaient à l’intérieur. Je ressortais rarement des atrocités sans que l’on m’ait provoqué.

N’ayant plus aucun don utile, il allait m’être difficile de sortir d’ici. Mais j’allais y arriver. J’avais survécu à bien pire. Les arbres me semblaient plus morts que d’habitude comme si le temps avait passé à une vitesse vertigineuse. Les feuilles plus brunes qu’oranges ne volaient plus dans l’air. Quelque chose avait changé. Je trouvai mon chemin avec plus de facilité que je l’aurai cru.

Le bout de la route se dessinait à l’horizon. Je comptai bien rester en Europe pour régler mes comptes. Il fallait que je fasse attention à mes propos aussi.

« Allons-y, il est temps de régler mes problèmes. »

Le vent se leva, le tonnerre gronda, la pluie tomba. La nature se déchaînait. Ran acquiesçait à mes propos. La déesse ne rêvait que d’une chose. Que ma malédiction faite il y a quatre ans se réalise enfin et qu’Elias tombe de son trône pour ce qu’il m’avait fait subir.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)   
Revenir en haut Aller en bas
 

Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: France-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat