A tombeau ouvert... [Ronce/Fried/Esel]

 :: L'Europe :: Autriche-Hongrie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Dim 4 Jan - 12:52
« Que diriez vous d’aller boire un thé ? »

Pour l'empereur cela en était trop. Cette duchesse n'avait de noblesse que le titre. Ce comportement de gamine capricieuse... Même enfant sa fille Maria n'avait jamais eu de crise si puérile ! Et puis oser agir de la sorte alors que la reine Ronce était à ses côtés. Sa reine ! La souveraine de son duché ! Comment osait-t-elle faire preuve d'autant d'irrespect ? Si elle avait était Austro-hongroise l'empereur l'aurait fait enfermer pour hystérie immédiatement. Mais pour le moment il n'irait pas jusque là, par respect pour la reine Ronce. Mais il fallait remettre cette « enfant » dans le droit chemin et à la manière Friedrich !

— Un thé ? … Duchesse, vous sentez vous bien ? Êtes-vous parmi nous ?

« Votre Majesté impériale, votre Majesté royale, mesdames et messieurs. Pardonnez-moi de vous importuner, mais j'ai une nouvelle à transmettre à sa Majesté royale Ronce.  Votre conseiller... Merlin Sylestri... a été amené chez nous... Il... a succombé il y a peu, malgré nos soins. Je suis navré... »

L'empereur n'avait pas beaucoup connu le conseiller, bien que la reine lui en avait déjà parler quelques fois. Friedrich regarda la reine de France d'un air compatissant.

— Toutes mes condoléance votre Majesté Royale, et je vous prie aussi de nous excuser pour ce qui va suivre.

L'empereur se plaça face à Aelis la regardant d'un air hautain et méprisant.

— Il suffit femme ! Êtes-vous sûre d’être une duchesse, une personne digne de la cour du royaume de France ? Vos actions et vos réactions sont indignes de votre rang, vous ressemblez plutôt à une enfant capricieuse qui veut être le centre de l'attention.

Nous ne disions rien jusqu’à présent, mais restez à votre place et appelez-nous par notre rang de Majesté Impérial. Prenez plus exemple sur votre magnifique et grande reine qui, malgré cette nouvelle, reste digne et belle, alors que la mort de son conseiller doit la peiner fortement. Et vous jouez presque la veuve éplorée alors qu'on vous a annoncé que votre mari était tiré d'affaire.

Et si cela était tout !Vous ignorez les gens qui vous tendent la main. Mais par dessus tout vous osez... Non mais, vous vous rendez compte, vous OSEZ nous ignorer quand nous vous posons une question. Nous l'empereur de l'empire où vous vous trouvez actuellement, l'empereur Austro-hongrois !

Êtes-vous seulement consciente que cela pourrait déclarer un incident diplomatique ? Pensez-vous à votre pays avant d'agir ou parler ? Nous en doutons fortement. Bien que vous soyez enceinte, cela ne vous permet en aucun cas d’être si puérile. A moins qu'au final vous n'êtes en réalité qu'un imposteur et n'êtes pas du tout duchesse ? Du moins avec votre comportement en présence de hauts dignitaires c'est ce que nous sommes en droit de penser.
Et avec tout cela vous nous proposer de prendre un thé comme si de rien n’était ? BLASPHÈME !


L'empereur avait les nerfs à vif. Cette « gamine » était indigne d’être une personne de rang du royaume de France. Mais malgré cela Friedrich arrivait encore à garder son calme. Il n'avait pas perdu le contrôle au point où son haleine empoisonné se manifestait contre sa volonté. Mais pour combien de temps ?



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Mary Poppins
Invité
avatar
Mary Poppins
Dim 4 Jan - 17:09
Mary Poppins était coincée entre deux chaises.

L'attitude de la duchesse avait de quoi déconcerter. Et l'annonce de la mort du conseiller de la reine de France avait jeté un froid. Comme si la situation n'était déjà pas assez tendue, l'empereur laissa éclater sa hargne. Mary ne chercha pas même à s'interposer. Il était empereur, seigneur sur ses terres, elle n'avait aucunement voix au chapitre. La seule personne qui aurait pu intervenir et tenter d'apaiser son courroux était sa femme.

Mais elle était enterrée, six pieds sous terre, à jamais éloignée des préoccupations des vivants.

Mieux valait, à défaut de calmer le fiel du serpent, éloigner les innocents qui pourraient être des victimes collatérales. Mary marcha sur la pointe des pieds, se rapprochant d'Esel et de la reine Ronce. Même si le garçon lui avait laissé une cuisante blessure à l'orgueil, il savait se tenir. Pas comme cette duchesse qui manquait clairement d'éducation.

« A défaut de saisir toute votre peine, votre majesté royale, sachez que j'en suis profondément meurtrie. Au vu de la tournure des évènements, peut-être serait-il plus avisé que... vous preniez l'air ? Une petite promenade dans les jardins dans un coin plus... calme ne serait pas une mauvaise idée. »

Du regard Mary quêta l'approbation d'Esel.
Mary Poppins
Revenir en haut Aller en bas
Duchesse Aelis
Invité
avatar
Duchesse Aelis
Lun 12 Jan - 7:08
Aelis ne savait pas quoi répondre à l’empereur. Et ses propos la touchèrent. L’empereur avait touché un point faible. Elle savait pertinemment que l’étiquette de la cour était abstraite pour elle. Elle avait élevée jusqu’à l’âge de 9 puis avait été arrachée à sa famille. Et puis elle avait toujours été maladroite dans ses propos. Edern ne lui en tenait pas rigueur car il en avait l’habitude mais elle se tenait devant des personnes autrement plus importantes désormais. Et elle venait de faire une bêtise.

En premier lieu, la duchesse trouva sage de s’excuser avec respect. Elle nomma l’empereur avec le titre qui lui était dû. Et ensuite ? Elle se voyait mal lui expliquer son histoire si particulière et mentir semblait risquer. Alors elle demanda pardon à nouveau. Puis elle essaya de mettre son esprit au clair. Merlin était mort. Elle voulut s’en excuser à Ronce mais l’empereur lui criait dessus et la reine était partie avec la gouvernante et le jeune homme. Le conseiller français semblait si gentil. Elle avait de la peine à y croire, mais elle l’avait perdu de vue et ne l’avait jamais revu. Elle était attristée pour sa reine malgré leurs différents. Aelis refit face à l’empereur et inspira une grande bouffée d’air.

« Quant à votre interpellation, avec tout le respect que je vous dois, il y a certaines questions auxquelles je ne peux répondre. Sur ce votre Majesté Impérial, je vous prie de m’excuser mais je veux présenter mes condoléances à la reine.»

Elle fit une révérence de peur que l’empereur reparte dans une colère noire. Il fallait impérativement qu’elle se fasse petite désormais. Mais elle sentit comme une atmosphère étrange en s’approchant du petit groupe. Elle n’était pas la bienvenue. Ils semblaient être partis à cause de la bretonne et de ses propos « blasphématoires » envers l’empereur. Elle présenta ses condoléances à sa cousine puis se retira en retournant aux côtés de l’empereur. Elle se sentait incroyablement idiote et petite face à l’homme qui gouvernait ce pays. Mais tant pis. Elle voulut débattre d’un sujet mais elle se ravisa, trouvant cela très inapproprié.

« Excusez moi à nouveau pour mon comportement irrespectueux, je suis bouleversée par toute cette situation. »

Duchesse Aelis
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Lun 12 Jan - 23:40
Citation :
Note pour Aelis : Le post avec Mary t'a peut-être induit en erreur mais Ronce, Esel et Mary n'ont pas bougé d'un iota. Mary a simplement proposé de bouger. Merci donc de faire attention à ne pas PNJiser (jouer) nos personnages sans notre accord. C'est comme si je disais dans mon post qu'Aelis part, alors qu'il n'en ait rien.

De même si tu édites ton post, il est bon de prévenir ton partenaire de jeu. J'étais en train de rédiger ma réponse, et c'est en relisant ton post que j'ai vu qu'il a été modifié. Ce serait cordial (et poli) de prévenir la prochaine fois. Merci.

Ronce posa sa main sur celle d'Esel. Du soutien elle en avait bien besoin en ces temps troublés qui s'annonçaient.

Non sans avoir présenté ses sincères condoléances, l'empereur alla jouer son rôle de dirigeant auprès de la duchesse. La dénommée Mary Poppins proposa d'éloigner Ronce de ce spectacle guère plaisant, mais la reine refusa poliment l'offre. Une reine ne fuit pas comme une faible femme. Ronce était curieuse de voir quelle tactique allait adopter la duchesse de Bretagne. Jouer cartes sur tables, ou tenter un pieux mensonge ?

Ni l'un, ni l'autre. Ronce ouvrit de grands yeux face aux paroles de la duchesse, et retint même son souffle. Des gens avaient été bannis pour moins que ça. Ronce accepta, d'un signe de tête, les condoléances de la duchesse. Mais son comportement demeurait difficile à saisir, perturbant... Illogique.

Toutes les femmes enceintes se conduisaient-elles ainsi ? Ronce en eut des sueurs froides. Elle espérait ne jamais finir ainsi.

L'air était saturé de tensions, venant aussi bien d'Esel que de l'empereur. Les deux hommes regardaient la duchesse non sans animosité. Il fallait briser tout cela.

« Duchesse Aelis, vous devriez aller vous reposer. Pourquoi ne pas rendre visite à votre mari ? Il se porte probablement mieux depuis, et doit attendre votre visite ».

Ronce le sentait, si la duchesse demeurait plus longtemps, un des hommes allait la dévorer. Et les nerfs de Ronce, déjà mis à mal, n'allaient pas tarder, eux non plus, à craquer.


Revenir en haut Aller en bas
Ashes Dice
Invité
avatar
Ashes Dice
Mar 13 Jan - 8:08
La Poppins ne lui avait, certes, pas fait bonne impression, mais il ne pouvait réfuter le bon sens de ses conclusions. Les colères de l'Empereur étaient réputées pour leur violence. Il ne savait pas exactement dans quelles mesures, mais désormais il pouvait en gouter un échantillon. Et il n'était guère rassuré.
Il faut dire que la petite Duchesse était abominablement discourtoise. Cet incroyable manquement à l'étiquette se doublait d'une hystérie profonde qui la faisait paraitre au yeux d'Esel aussi incohérente qu'une poule à qui on aurait coupé la tête et dont le corps continuerait à courir tout seul. Le cerveau ne semblait avoir aucune connexion avec le reste.

Il allait répondre à la gouvernante à l'affirmative quand la Reine refusa poliment la proposition de s'éloigner. Quelle femme incroyablement courageuse. Endeuillée et amoindrie, elle essayait tant bien que mal d'apaiser la situation et de sortir sa stupide cousine de l'embarras. Il ne put s'empêcher de vouloir relayer son entreprise diplomatique.

- Faites donc cela, Madame. Il est évident que vos sens sont en émois et que vos émotions vous submergent au point de vous oublier,
dit-il avec une exquise politesse que démentait le gris polaire de ses yeux.

Il héla une infirmière qui passait dans une allée adjacente.

- Excusez-moi, Dame la Duchesse de Bretagne ne se sent pas bien, elle a grand besoin de voir comment se porte son époux. Pourriez-vous avoir l'amabilité de l'y conduire ?

L’infirmière s’exécuta et proposa son bras à la rouquine. Esel laissait ainsi à Aelis peu de voix au chapitre. Il prit une inspiration pour se donner un peu de vaillance et se tourna en direction de Friedrich.

- Votre Altesse Impériale ? Sa majesté de France aimerait beaucoup que vous lui fassiez visiter les jardins de votre complexe hospitalier. Une fois encore l'Autriche prouve qu'elle sait mêler efficacité scientifique et sens de l'esthétique. Je serais pour ma part honoré que vous m'en fassiez l'article, déclara le comptable avec beaucoup de doigté.

L'incident avait eut au moins pour vertu de faire redescendre les vapeurs de ses émotions et rendre son esprit clair. Esel était à nouveau maitre de sa retenu.


Ashes Dice
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mer 14 Jan - 0:47
« Quant à votre interpellation, avec tout le respect que je vous dois, il y a certaines questions auxquelles je ne peux répondre. Sur ce votre Majesté Impérial, je vous prie de m’excuser mais je veux présenter mes condoléances à la reine.»

Quoi il avait bien entendu ? Son interpellation ? Non mais cette hystérique voulait finir sa scène de pleurs dans le labyrinthe. La patience qui était déjà, jusque là, malmené était maintenant à son point culminant. Sa rage, envers le manque de respect dont on lui faisait preuve, commençait à se manifester par un nuage de fumée verte qui se formait autour de son visage. L'empereur tentait, malgré tout, de se contrôler cette maudite et faible femme. Elle restait une cousine de la reine de France. A se demander d'ailleurs si cette femme était réellement une duchesse. Et si cela était le cas comment pouvait-elle être respecté par les habitants du duché. Ou alors tout cela était de la faute de son mari ? Un incapable qui garde une folle pour épouse.

La jeune femme folle était revenue lui parler mais il ne l'entendait plus. L'empereur avait juste envie de lui arracher la tête. Mais de sages paroles vinrent apaiser l’esprit de Friedrich.

« Duchesse Aelis, vous devriez aller vous reposer. Pourquoi ne pas rendre visite à votre mari ? Il se porte probablement mieux depuis, et doit attendre votre visite». 

- Excusez-moi, Dame la Duchesse de Bretagne ne se sent pas bien, elle a grand besoin de voir comment se porte son époux. Pourriez-vous avoir l'amabilité de l'y conduire ?

L'empereur reprenait la maîtrise de son esprit. Il avait avec lui d'autres personnes qui avaient toute leur tête. Il était content que la belle et digne reine de France soit de son côté. Le jeune Emeraldien était aussi une personne à l’esprit clair. Ils pourraient mener ces accords entre Emerald et l'empire Austro-hongrois à merveille si c’était avec ce jeune homme. L'empereur ne préférait plus regarder et snober la duchesse. Il préférait éviter qu'on ne maltraite encore plus ses nerfs.

- Votre Altesse Impériale ? Sa majesté de France aimerait beaucoup que vous lui fassiez visiter les jardins de votre complexe hospitalier. Une fois encore l'Autriche prouve qu'elle sait mêler efficacité scientifique et sens de l'esthétique. Je serais pour ma part honoré que vous m'en fassiez l'article.

— Fort bien jeune homme. Cette idée nous plaît fortement et cela nous changera les idées. Allons-y de ce pas. Nous pourrons même finir la visite dans le pavillon privé si vous le voulez. D'ailleurs Fraü Poppins joindrez-vous votre présence à notre petite escapade ?

Lui n'avait plus envie de devoir supporter la présence d'une folle avec lui. Mais si la reine avait la « grandeur d’âme »  de lui proposer de les suivre malgré tout qu'il en soit ainsi. Il ne s’opposerait pas à son choix.



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
Mary Poppins
Invité
avatar
Mary Poppins
Mer 14 Jan - 16:04
Mary s'inclina face à l'invitation de l'empereur. Aussi touchée était-elle par la proposition, elle se devait de refuser. Elle ne voulait pas s'éterniser davantage au sein de l'hopital, alors que les médecins avaient des cas bien plus graves à s'occuper. Et les interventions de la duchesse avaient épuisés sa propre patience. Dire qu'elle avait aidé cette femme et que cette dernière avait dédaigné la remercier.

L'absence de politesse était une faute que Mary Poppins avait du mal à supporter.

« Je suis touchée par votre invitation, votre Majesté Impériale. Mais je me dois, à mon grand regret, décliner votre offre. J'ai de nombreuses affaires à mener qui ne peuvent pas être repoussées davantage. J'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur. »

La gouvernante salua de même sa Majesté Ronce, et Esel, s'excusant de les laisser. Mais elle se devait de repartir au plus vite chez ses anciens patrons. Afin de récupérer ses affaires avant que ses employeurs, sous le coup de la colère, ne les laissent sur le perron.

Après une ultime révérence, la gouvernante s'éclipsa parmi les bosquets. Repartant au plus vite récupérer ses affaires, et ce qui lui restait de dignité après cette rude journée.

Citation :
Mary Poppins quitte donc le sujet. J'ai vraiment du mal à jouer deux personnages dans un même topic, et Mary n'apportait pas grand-chose.
Mary Poppins
Revenir en haut Aller en bas
Duchesse Aelis
Invité
avatar
Duchesse Aelis
Mer 14 Jan - 17:33
Aelis suivit l’infirmière dans le dédale des couloirs. Elle avait hâte de retrouver son époux. Un médecin se présenta et annonça à la duchesse que son mari était encore fragile et qu’il fallait le ménager un peu. Elle entra dans la pièce tamisée et découvrit Edern étendu sur son lit, le regard vers le lointain.

« Mon amour, c’est moi. Je suis là. »

Elle lui prit la main et l’embrassa sur le front.

« Aelis… »

« Chut, reposes toi. »

Elle serra sa main. Leur aventure en terre autrichienne était finie et il était temps de regagner le duché.

Citation :
C'était ma dernière intervention dans ce RP. Il y eu quelques soucis et je suis vraiment désolé. Etant un novice dans le monde des RPs et comme je vois que j'ai un peu gêné le fil du RP, je préfère ne pas trop vous déranger et me retirer. Sur ce, bonne suite de RP à vous :hello:
Duchesse Aelis
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Mer 14 Jan - 23:47
L'empereur ayant accepté la proposition d'Esel, le trio continua sa balade au sein des jardins du complexe. Le départ de la duchesse avait amené avec lui la paix. Les tensions étaient retombées, au grand soulagement de Ronce. La reine veilla à ne pas trop s'appesantir sur l'incident. Elle devait se reposer.

Reposant sa nuque contre le dossier de la chaise roulante, Ronce laissa son regard errer sur les jardins. Faisant signe à Esel de stopper sa chaise, la reine se pencha vers un parterre. Des primevères fleurissaient, formant une mosaïque de couleurs douces. La reine en renifla le parfum, laissant son visage s'apaiser.

La reine laissait place à la demoiselle cachée derrière le titre.

« Elles sont superbes. Votre Majesté, vos jardiniers font un excellent travail. »

Du bout des doigts, Ronce caressa une corolle.

« Monsieur Vermögen, avez-vous des jardins aussi sur Emerald ? C'est que, c'est assez troublant d'imaginer des plantes dans une terre qui est... suspendue. Des jardins suspendus... Comme ceux de la défunte Babylone... Comme un mythe qui ressusciterait. »

L'image avait un charme romantique qui laissait Ronce rêveuse.


Revenir en haut Aller en bas
Ashes Dice
Invité
avatar
Ashes Dice
Mer 28 Jan - 0:08
Marcher en silence leur firent grand bien à tous les trois. Le jardin était paisible, bien entretenu, avec de grandes allées dégagées mais suffisamment de recoins dissimulés au détour d'un bosquet, pour s'y sentir en toute intimité. Fleur parmi les fleurs, la reine de France, était plus belle que jamais, malgré la fatigue et les aléas familiaux. Esel, poussant son carrosse d'infortune, pouvait contempler à loisir ses magnifiques cheveux blonds refléter le soleil d'hiver.

Ils firent halte auprès d'un parterre de primevères. Esel nota mentalement que la plante était du gout de la dame.

- Monsieur Vermögen, avez-vous des jardins aussi sur Emerald ? C'est que, c'est assez troublant d'imaginer des plantes dans une terre qui est... suspendue. Des jardins suspendus... Comme ceux de la défunte Babylone... Comme un mythe qui ressusciterait.

- C’est effectivement ce mythe qui a inspiré nos paysagistes. Emerald a été conçue pour être un paradis, un écrin de perfection, de paix et d'harmonie pour les âmes créatives. Il nous a fallu un certain temps pour mettre au point un système d'irrigation viable pour alimenter nos espaces artificiels. Nous avons acheminé de la bonne terre de la surface et conçu des engrais adaptés pour que chaque plante puisse jouir d'un environnement adéquate à son épanouissement. Il a fallu également penser aux phases d’ensoleillement et aux variations de température en altitude....

Le comptable s'interrompit, rosissant légèrement, se rendant compte qu'il était sur le point de perdre son auditoire.

- Les éméraldiens ont à cœur les belles choses et les choses bien faites
, conclut-il avec une pointe d'humilité. J'ose espérer que vous nous ferez la grâce de votre visite , un jour, votre Majesté.

Le comptable sourit également en se tournant, de manière plus intéressée vers Friedrich.

- Notre future partenariat vous fait d'ores et déjà futur citoyen d'honneur de notre belle Emerald. Venez donc la visiter afin que vous jugiez de vos propres yeux d’esthète ô combien il fait bon y vivre pour un esprit élevé.
Ashes Dice
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 29 Jan - 14:36
L'empereur fit signe de tête à la reine pour la remercier de son compliment pour ses jardins. L'empereur continua à marcher aux côtés de la reine et du jeune Emeraldien, appréciant enfin le calme, et les personnes saines d'esprit qui lui tenaient compagnie.

La question que la reine de France venait de poser à Esel était loin d’être inintéressante. La ville volante avait une réputation plus ou moins similaire à son empire. Friedrich n'avait jamais pu voir, de ses propres yeux, l'art de cette ville, ni même entendre l'avis d'une personne qui y vivait.

L'empereur écoutait attentivement, le discours était très intéressant. Mais la fin du discours concernait l'empereur, et son empire. Une alliance avec la cité volante serait une chose merveilleuse.

— Vous nous en verrez ravis de venir visiter votre ville. Nous espérons que vous nous ferez visiter. Si vous le désirez nous pouvons parler de tout cela dans le pavillon privé à quelques pas d'ici. Cela permettra à la reine de se reposer et de manger quelque chose, qu'en pensez vous ? Si bien sûr cela ne vous dérange point que nous discutions de tout cela ?

La reine n’était pas directement concernée. Peut-être ne voulait-elle pas assister à tout cela, et désirait se reposer.



Avatar dessiné par Aadorah
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Ven 30 Jan - 23:35
Ronce s'était relevée pour boire les paroles du comptable, veillant à ne pas l'interrompre. Même si, elle devait se l'avouer, elle avait craint de devoir supporter un monologue ennuyant sur la botanique. Les chiffres lui donnaient de l'urticaire.

« Le goût des choses bien faites, dites-vous ? En ce cas les habitants d'Emerald doivent être tous de beaux éphèbes et d'exquises nymphes comme en voit que dans les peintures. Un véritable paradis pour les esthètes. »

La reine posa un regard amusé sur les deux hommes, riant intérieurement de son trait d'esprit.

A la proposition de l'empereur, la reine agita la main en l'air.

« Je suis seulement blessée à l'épaule, non impotente. Je sais que contrairement à vous, jeunes éphèbes que vous êtes vous deux, je suis âgée de plus de cent ans, mais tout de même ! Je suis encore dans la fraicheur de mes vingt ans. Je puis suivre une conversation d'alliance. Une présence féminine ne sera pas de trop pour apaiser vos ardeurs masculines. Allons donc dans ce pavillon. Allons, pressons ! »

Ronce fit un signe de la main pour qu'on pousse son fauteuil. Elle aurait bien marché elle-même mais elle se doutait que, si elle se levait, les deux hommes s'empresseraient de la rasseoir de force. Autant leur éviter cette tâche.

Le pavillon dégageait une ambiance chaleureuse, propice aux discussions intimes. Il était difficile d'imaginer qu'ils se trouvaient toujours au sein d'un hôpital. Des boissons chaudes avaient été apprêtées : café pour les hommes, thé pour la reine.

Par réflexe, Ronce voulut saisir la tasse avec sa main droite. Mais la rigidité de son bras, conjuguée à la douleur, lui rappelèrent qu'elle demeurait actuellement manchote. Il allait falloir jongler avec la main gauche. Les doigts saisirent l'anse avec fermeté, tandis que Ronce babillait afin d'éviter que les deux hommes ne soient focalisés sur son geste.

Elle avait passé l'âge de recevoir la becquée !

« Alors, parlons de cette future alliance, entre ces deux contrées misant sur l'art et le raffinement. Voilà de quoi rapprocher l'ancien et le nouveau continent ! Votre Majesté impériale, vous pourriez envoyer quelques-uns de vos éminents artistes mener congrès et visites au sein d'Emerald ? Et de même, des Emeraldiens pourraient venir étudier en Autriche, au sein d'un foyer artistique foisonnant. Enfin, ce ne sont là qu'idées lancées par une femme qui n'est pas même l'épouse de l'empereur. J'aurais plutôt l'âge d'être sa mère-grand. »

Tout le long de son discours, Ronce avait levé la tasse, centimètre par centimètre, jusqu'à sa bouche. La reine réussit à boire une gorgée, non sans répandre du thé sur sa robe. Ce n'était pas encore aujourd'hui qu'elle serait ambidextre.


Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Mar 24 Fév - 19:41
La discussion s'étira dans le temps, animée par les convictions de chacun des participants. L'Emeraladien put repartir avec la conviction d'un prochain partenariat avec l'empire austro-hongrois. Preuve que, même au sein des pires situations, le comptable pouvait tirer un profit. Après tout les chiffres et les profits étaient son domaine de prédilection. Reine et empereur, quant à eux, regagnèrent chacun leurs contrées respectives non sans une pointe d'amertume. Chacun avait connu des pertes de son côté, et les plaies mettraient longtemps à se panser.

Aucun d'eux ne projetait encore ce que l'avenir leur réservait.

RP clos.


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autriche-Hongrie-
Sauter vers: