[An 2] Les rois comme le peuple aiment le chocolat !

 :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Dim 18 Jan - 12:06
La besogne était terminée. Rebecca devait avouer qu'elle était très fière de son travail, de son œuvre qu'elle avait peaufiné maintes heures durant. Ôtant enfin son tablier, elle recula et contempla le sujet qu'elle avait mis des jours à monter, à façonner avec du chocolat : un superbe piano à queue, semblable ou presque à celui que l'empereur d'Autriche avait exhibé lors du bal qu'il avait donné plusieurs semaines auparavant.

Le chocolat au lait employé pour reproduire le bois et le corps de l'instrument lui donnait la prestance et la beauté d'un véritable piano en acajou, luisant et brillant, sans aucune imperfection. Le chocolat blanc et le chocolat noir quant à eux se superposaient pour représenter les touches noires et blanches, taillées le plus finement possible. Le battant du dessus du piano était ouvert, laissant entrevoir ainsi le mécanisme de l'instrument. Les ficelles en chocolat blanc étaient extrêmement fines, elles étaient une véritable prouesse pâtissière tant elles étaient délicates, mais en revanche, le moindre choc pouvait les rompre... Le sujet n'en était que plus fragile et, par extension, que plus beau.

Si c'était une prouesse en soi d'avoir réalisé ce chef d’œuvre, il en était une également d'avoir tenu les délais : l'empereur n'aurait pas à attendre deux jours supplémentaires. Il tint aussi du miracle le fait que le sujet arriva totalement indemne au château de Schönbrunn. La crainte de Rebecca avait été qu'une des pièces, voir même tout le piano tombe en morceaux avant d'arriver à destination, mais ce ne fut guère le cas.

Dans la salle de réception, Leanne fit encore mille recommandations aussi bien pour la sécurité de son travail que pour celle des hommes qui maniaient son œuvre. Sa voix était ferme, mais sa gentillesse naturelle la poussait aussi à se préoccuper de ceux qui travaillaient avec elle. Elle les remercia chaudement une fois que le piano fut en place, recouvert d'une pièce de soie opaque pour le dissimuler à la vue de l'empereur.

Sa famille ainsi que sa sœur préoccupés à d'autres affaires, Rebecca se retrouva seule pour présenter la commande à l'empereur Edelstein. Ce n'était en vérité pas plus mal, car la présence d'un de ses aînés aurait mis Rebecca mal à l'aise en plus de l'empêcher d'être elle-même. En digne cadette Schneider, elle était encore souvent traitée comme une petite fille, bien qu'elle ait déjà atteint la vingtaine...

Ses amères pensées avaient atténué le sourire de la petite brune, qui fut surprise par l'annonce de l'arrivée de l'empereur. Quand celui-ci fit son apparition, Leanne exécuta une profonde révérence, sans élever le moindre mot. Elle aurait pourtant voulu saluer l'empereur, mais l'étiquette lui interdisait d'élever la voix sans y avoir été autorisée au préalable.

Fichu protocole, pensait-elle.
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mer 21 Jan - 0:19
En cette chaude journée de juillet l'empereur avait un entretien particulier aujourd'hui, avec la jeune dame Schneider, chocolatière et pianiste de grand talent. Il avait fait la rencontre de cette jeune femme quelques temps plus tôt où il s’était même permis une balade dans les jardins. A la fin de la soirée Friedrich avait demandé à la jeune dame une commande très spéciale.

Friedrich avait demandé une réalisation taille réelle. Elle avait bien sûr accepté. Et le jour de la révélation était venu. On annonça l'empereur qui s’installait sur son trône. Friedrich aperçut la dame Schneider, plus bas, qui le salua d'une révérence.

L'empereur laissa paraître un petit sourire. Cette femme était aussi bien élevée que charmante, et cette dernière connaissait bien les protocoles à suivre. L'empereur salua la chocolatière d'un salut de la tête.

— Bien le bonjours fraü Schneider. Nous somme heureux de vous revoir devant nous. Sommes-nous en droit de croire que sous cette soie se trouve notre commande ?

L'empereur était impatient depuis l’annonce de la venue de la chocolatière. Il espérait même pouvoir discuter piano avec cette dernière, voire jouer avec elle. L'empereur laissa la parole à son invité du jour. Il avait placé beaucoup d'attente, mais il était certain que la jeune dame ne le décevrait pas !


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Jeu 22 Jan - 15:06
Rebecca avait mis à profit les dernières minutes avant la présentation à l'empereur pour s'assurer que le piano entièrement comestible ne présentait aucun défaut. Il n'avait à priori pas souffert du transport, ce qui relevait un peu du miracle. La jeune femme était soulagée. Jamais elle n'avait créé quelque chose d'aussi grand et d'aussi fragile, mais aussi d'aussi majestueux. Elle s'était inspirée du piano présenté lors du dernier bal, une pièce qui avait suscité son émerveillement. Dommage que sa pièce à elle ne pouvait produire un aussi beau son... même si les touches pouvaient être utilisées, mieux valait ne pas les marteler trop fort, au risque de casser les très, très minces fil sucrés qui reproduisaient ceux d'un vrai instrument.

À l'entrée de l'empereur, Leanne s'inclina profondément, et ne se redressa que lorsque le souverain le lui autorisa et se mit à s'adresser à elle. Elle était grave et sérieuse, bien loin de son enthousiasme naturel. Le stress y était bien entendu pour beaucoup, mais également le fait que le rang social avait repris ses droits, contrairement à la dernière fête. Ce n'étaient plus deux pianistes causant musique qui se tenaient là. C'était le roi, assis sur son trône doré, et une de ses sujets, humble artisane, autant dire rien. Quel fossé.

- Vous êtes en effet dans le droit ainsi que dans le juste, votre Altesse. Voici la pièce que vous avez commandé. Cela a été un honneur que de l'imaginer et de la réaliser pour vous.

Attrapant un coin du drap de soie, la jeune femme tira fermement dessus. Dans un glissement à peine perceptible de tissu, le piano en chocolat apparut, brillant d'une parfaite couleur proche de l'acajou. On eut dit un vrai piano de bois noble.

La jeune chocolatière laissa alors le roi examiner la pièce qu'elle avait créé pour lui. Elle espérait qu'il serait satisfait.
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Ven 23 Jan - 2:18
Quand la jeune femme s'adressa à l'empereur ce dernier trouva sa voix différente que lors de leur dernière entrevue. Était-elle si nerveuse ? Friedrich n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir quand la chocolatière révéla une merveille.

Sans dire un mot Friedrich se leva pour observer de plus près. De là où il était, l'empereur aurait cru voir un vrai piano.

Friedrich regarda le piano, en faisant doucement le tour, avec un air très concentré, tout en se tenant le menton. A la fin de son inspection, il releva la tête, regardant Rebecca.

— Avant tout, pouvez-vous m’ôter un doute ? Vous avez pris pour modèle le piano de la salle de bal, du jour où nous nous sommes rencontrés ?

L'empereur laissa répondre la chocolatière avant de reprendre son interrogatoire.

— Vous nous clouez au sol. Cette réalisation est une véritable merveille. On pourrait croire, à une certaine distance, voir un véritable piano. Cela dépasse toutes nos attentes les plus folles. Vous méritez vraiment votre réputation de la plus douée des chocolatières de tout l'empire.Vous avez su utiliser les différents chocolats pour les différentes parties du piano. Ceci est juste remarquable, un chef d’œuvre.

L'empereur pensa qu'il n'oserait même pas le manger. Il ne pourrait pas abîmer une œuvre aussi parfaite, encore moins quand cela représentait un piano.

— Nous venons de penser à quelque chose. Ce travail se présente comme un chef d’œuvre parfait. Que diriez-vous de faire connaître cette perfection au peuple, via le journal de demain matin ? Cela pourrait, en même temps, vous faire une bonne publicité. En plus de faire reconnaître votre talent.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Mar 27 Jan - 21:44
La réaction de l'empereur semblait être excellente. Il ne posa qu'une seule et unique question cependant : le faux piano ici présent était-il une copie de l'autre instrument, réel cependant, que la jeune femme avait eu le bonheur de tester lors de la dernière soirée au Schönbrunn ? Rebecca ne put cette fois-ci dissimuler un véritable sourire.

- On ne peut rien vous cacher, votre Altesse. Sans en être une copie exacte, il est effectivement semblable au piano que vous possédez et qui est une pure merveille.

L'empereur le regarda encore sous toutes les coutures, puis il se redressa et les éloges ne tarirent plus. L'entreprise était donc un parfait succès, et cela faisait vraiment plaisir à Rebecca. N'était-ce pas son credo après tout ? Redonner la joie une fois passée la tristesse, revoir le soleil briller après la froidure de l'hiver, fêter le renouveau et la nouvelle époque, passer des larmes aux rires... satisfaire, plaire, contenter, voir rire et sourire. Voilà ce en quoi croyait la jeune chocolatière, toujours ravie de voir les enfants joyeux avec quelques chocolats dans la main...

Certes non, l'empereur n'était pas un enfant, mais il n'en restait pas moins une personne avec des sentiments, des émotions, des rêves. Et voir que son travail lui plaisait était tout ce qu'il fallait à la jeune femme pour être comblée.

- Je suis ravie que ma création vous plaise. Fit-elle en s'inclinant profondément, ayant repris son sérieux malgré le fait qu'elle pétillait intérieurement de joie.

En se redressant, elle cligna des yeux, puis acquiesça doucement.

- Si cela est à votre gré, je suis d'accord. Moi-même ainsi que ma famille en serions très honorés.

Forcément. Si ce n'était pas forcément une priorité pour elle, elle savait que son père en serait très fier. Et il fallait toujours penser à la famille.
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 29 Jan - 14:52
La jeune chocolatière confirma ses pensées. Cette dame était un génie. Elle avait reproduit, très fidèlement, une des plus belles pièces du palais de l'empereur, et tout ça de mémoire. Une vraie perle dans son empire.

- Je suis ravie que ma création vous plaise
— Nous n'aurons jamais osé rêver d'une création si parfaite fraü Schneider. Nous allons passer dans une autre salle pour être plus à l'aise pour discuter des détails. Mais avant cela avez-vous des recommandations pour le déplacement de l’œuvre ? Nous allons l'exposer à côté du vrai piano.

Après cela l'empereur laissa passer la jeune femme, par galanterie, la guidant jusqu'à arriver dans une pièce éclairée où se trouvaient des tableaux étrangers, des paysages.

— Désirez-vous manger ou boire quelque chose avant de commencer ? Nous avons un très bon cuisinier vous savez ? Après nous pourrons parler de comment vous désirez que l'article soit publié. Si vous voulez apparaître sur la photo qui sera avec l'article, ou si vous préférez montrer uniquement le piano...

Mais la chose que l'empereur ne disait pas, se retenant de l'évoquer, c'est qu'il mourrait d'envie de la voir jouer du piano. Il se souvenait encore de la mélodie qu'elle avait joué au bal. Comment aurait-il pu oublier à quel point la demoiselle jouait si merveilleusement ?


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Dim 1 Fév - 22:01
Le piano plaisait à l'empereur. Au demeurant, Leanne avait accompli sa mission, et elle en était vraiment ravie. Quand Friedrich lui demanda si elle avait des recommandations, elle les énuméra.

- Oui. Il est important d'éviter la moindre secousse, si légère soit-elle. Les cordes pourraient casser au moindre impact. Il vaut mieux aussi le conserver dans un endroit frais et limiter l'exposition au soleil, sans quoi il pourrait perdre de sa couleur et de son éclat.

Après cela, elle suivit le roi dans une pièce annexe, comme il souhaitait lui parler d'un article de journal qui rendrait la famille Schneider encore plus populaire. Mais pour le moment Rebecca n'y pensait plus vraiment, l'attention attirée par de nombreux tableaux accrochés aux murs.

- Vous avez une impressionnante collection...

Elle examina de plus près un paysage de campagne aux couleurs ravissantes, quand le souverain l'interpella de nouveau. Elle sourit doucement.

- C'est très gentil mais je ne souhaite rien. Quant à l'article, hé bien... s'il était possible de mentionner ma famille et non mon nom particulièrement, ce serait parfait. Mais je laisse à votre Altesse le soin de m'expliquer son point de vue sur la question.

Elle s'installa là où l'empereur lui faisait signe et attendit la suite en triturant maladroitement la couture de son gant droit.
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Ven 6 Fév - 13:07

- C'est très gentil mais je ne souhaite rien. Quant à l'article, hé bien... s'il était possible de mentionner ma famille et non mon nom particulièrement, ce serait parfait. Mais je laisse à votre Altesse le soin de m'expliquer son point de vue sur la question.

L'empereur s’attendait à avoir l'avis de la chocolatière, savoir ce qu'elle aurait souhaité.

— Huum. Nous pensons que vous devriez apparaître sur la photo pour faire connaître votre image auprès du peuple, de tout l'empire.

Après avoir bu sa tasse de café l'empereur sentit un malaise. La jeune femme malmenait un de ses gants.

— Miss Schneider ? Quelque chose ne va pas ? Vous avez l'air préoccupé ?

Friedrich ne voulait pas mettre mal à l'aise Rebecca. Celle-ci semblait bien trop préoccupée pour parler de choses sérieuses ? Qu'est-ce qui pouvait mettre autant mal à l'aise la chocolatière.

— Ce lieu ne vous convient-il pas ? N’hésitez pas à nous demander ce que vous voulez. Vous êtes mon invité de marque du jour. Tout ce qui nous est possible vous sera accordé. Après une telle démonstration de talent, cela est la moindre des choses.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Dim 8 Fév - 1:10
Rebecca ne recherchait rien. Ni la gloire, ni les honneurs, ni la popularité, ni la célébrité. Tout ce qui lui importait, c'était de rendre son entourage heureux, de remettre des sourires sur des visages tristes ou contrariés, et de ne pas se laisser miner par des soucis sans importance. La joie résidait dans les choses les plus simples, c'était tout ce qu'il fallait retenir. Tel était le credo de la jeune femme. C'était sans doute une conception assez simpliste et naïve de la vie, mais cela suffisait à la petite chocolatière. Voilà peut-être la raison pour laquelle sa famille s'obstinait à la traiter comme une enfant...

Quoiqu'il en soit, Friedrich pensait qu'il valait mieux que la photo de Leanne figure dans le journal ; la jeune femme n'était pas très à l'aise avec cette idée, mais si c'était ce que voulait l'empereur, alors elle ne pouvait dire non. C'était bien ce que lui avait dit Sofia non ? Toujours approuver les décisions du roi... mais c'était d'un ennui ! N'était-il pas possible de discuter alors ?

- Permettez, votre Altesse. Une photo du piano serait, je pense, amplement suffisante.

Elle tortillait plus et davantage son gant, ne sachant plus que dire et que faire, se perdant dans les conseils de sa famille pour bien se tenir et coller à l'étiquette. Quelle casse-tête ! Pourquoi était-il impossible d'être tout simplement naturelle ? Elle rougit aux questions du souverain.

- Ne... ne vous en faites pas, c'est juste que... hm... je crains de ne pas agir de la bonne manière en votre présence. Je sais que l'étiquette est très importante, si ce n'est capitale, pourtant il me semble avoir oublié tous les principes édictés par ma sœur... aussi suis-je une bien piètre invitée et certainement pas de marque, votre Altesse. Je ne suis qu'une humble artisane qui a eu le grand plaisir de satisfaire son souverain.

Elle redressa un peu la tête, retrouva son sourire.

- Aussi, pardonnez-moi. Je ne puis être quelqu'un d'autre que moi-même, et les manières trop guindées me mettent mal à l'aise. M'accordez-vous l'autorisation de parler et d'agir librement ?

Bien entendu, loin d'elle l'idée ou l'envie d'offusquer par son attitude Friedrich.
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Sam 14 Fév - 1:28
L'empereur écouta et nota la demande de la chocolatière. Elle préférait que le piano apparaisse seul. Soit c’était son œuvre. Bien qu'il était le client, c’était sa pièce à elle. Il ne voulait point la forcer à montrer son visage si elle ne le désirait pas.

La suite lui parut quelque peu farfelue. Friedrich ne s’attendait pas à une telle demande.

— Et bien soit si c'est cela que vous désirez : parlez-nous donc naturellement. Seulement, n'oubliez pas tout de même certaines choses quant à notre position. Cela ne vaut que si nous nous retrouvons comme en cet instant... Nous entendons par là : d’être seul !

Bien qu'il désirait accorder le souhait de la jeune prodige pour montrer sa gratitude, il y avait certaines choses qu'il ne pouvait concéder. Même à une des perles parmi les perles artistiques de son empire.

— D'ailleurs, Fraü Schneider... Dans quelques temps, nous prévoyons d'organiser une exposition universelle. Nous avions pensé, au vu de votre grand talent, vous proposer d’être le stand qui représenterait notre empire. Pourrions-nous compter sur vous ?

Friedrich espérait bien que la jeune et talentueuse femme ne refuserait pas. Cela serait encore une autre occasion de mettre en avant la perle rare qui s’était présentée à lui. Cette femme avait tout pour elle.

Et même si elle était issue de famille bourgeoise, cela n'avait aucun impact direct. Elle était bien plus souriante et honnête que certains serpents de la cour des nobles. Sa joie de vivre et son sourire sincère réchauffait tout cœur d'homme qu'il croisait. Et puis une femme qui fait du chocolat, le chocolat qui apaise toutes les blessures, ne pouvait être qu'une femme d’exception.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Jeu 19 Fév - 22:57
Rebecca agita les mains, souhaitant éclaircir tous les malentendus avec l'empereur.

- Soyez rassuré : je n'ai guère l'intention d'oublier votre rang ou le mien, et encore moins de vous manquer de respect ; j'abhorre cela. Ne m'en voulez pas simplement si... je ne sais pas... si je suis trop extravagante. On me dit parfois que je souris trop. Mais j'entends vos conditions, et je vous remercie.

Elle inclina doucement la tête en souriant, se sentant plus à l'aise et reconnaissante envers son souverain, qui d'une certaine manière, lui permettait tout simplement d'être elle-même.

Friedrich lui parla alors d'une prochaine exposition universelle qui se tiendrait à Vienne. La jeune femme haussa les sourcils, un peu surprise.

- Une exposition universelle ? Je dois dire que j'ai du mal à saisir le concept. Pourriez-vous m'éclairer ?

Une fois que cela fut fait, Rebecca acquiesça et réfléchit. Sans doute que sa famille serait d'accord. Ou, plus certainement, ils lui diraient qu'elle n'avait pas le choix puisque c'était l'empereur qui le demandait ! Pourtant, cela promettait d'être intéressant, et ce fut pour cette raison et non la précédente que la petite chocolatière accepta.

- Ce sera un grand honneur, votre Altesse. Je vous remercie pour votre confiance ; je tâcherais de me montrer à la hauteur et de ne pas vous décevoir.

Elle sourit de nouveau. Elle appréciait cet homme, bien qu'elle le trouva étrange par moment. Cette façon de dire « nous » au lieu de « je », par exemple. Mais c'était une des choses qui le rendait unique.
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Dim 22 Fév - 1:31
Après avoir tout expliqué en détail à la chocolatière, l'empereur but un peu de café. Si miss Scheinder était la personne qui le représentait, cette exposition devrait être une réussite totale.

Des domestiques vinrent annoncer à Friedrich que le piano était installé correctement, sans aucune casse occasionnelle. Cela était une superbe journée.

— Comme convenu nous vous rémunérons pour votre magnifique travail.

Tous les détails étaient réglés. Le piano de chocolat était une merveille, dans une pièce le mettant en valeur. La jeune femme avait sûrement à faire. Une autre commande peut-être, ou des choses qui ne regardaient pas du tout l'empereur. Mais Friedrich avait une dernière requête à demander à la magnifique et talentueuse femme.


— Nous nous doutons que vous devez sûrement avoir des choses à faire. Une femme telle que vous doit être fort occupée. Mais si cela ne vous gêne pas, nous aurions une dernière demande à vous faire parvenir. L'autre fois au bal nous avons pu avoir un aperçu de votre talent au piano. Est-ce-que vous pourriez nous faire part, une nouvelle fois, du son si unique que vous pouvez faire émettre de cet instrument ?


Citation :
J’espère que ça te conviendra.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Mar 24 Fév - 21:18
L'empereur avait fait part de ses idées à la chocolatière et cette dernière les avait trouvées très intéressantes. Cette exposition serait un événement sans commune mesure et il aurait été dommage de ne pouvoir y participer. Puis quelques majordomes vinrent les interrompre pour confirmer la bonne mise en place du piano, sans que rien ne soit cassé, ce qui fit grandement sourire la jeune femme. Savoir que son œuvre était intact la satisfaisait amplement.

Néanmoins, le roi avait une dernière demande à formuler à la jeune femme. Si Rebecca ne s'était pas attendue à cela, elle n'en était pas moins ravie de pouvoir de nouveau jouer de ce superbe piano.

- C'est avec un très grand plaisir que j'accepte, Votre Altesse.

Et alors qu'il lui montrait le banc devant l'instrument, la jeune femme s'y installa, contemplant une nouvelle fois les touches noires et blanches, si brillantes, l'invitant à jouer sans tarder. Ce qu'elle fit.

Musique

D'abord douce, la mélodie s'accéléra, et Rebecca jouait frénétiquement, le sourire toujours plus large sur son visage qui démontrait à quel point elle était comblée de jouer. Pourtant longue, elle trouva que la musique était trop courte. Si elle avait pu jouer à l'infini sur ce piano !
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 26 Fév - 16:15
Alors que la jeune chocolatière commençait à jouer, Friedrich prit place à côté de la table buvant un café, puis fermant les yeux pour apprécier chaque note que la jeune femme jouait.

Elle jouait vraiment de façon remarquable. L'empereur ne se lasserait pas d’écouter la jeune femme jouer.

L'empereur se leva pour s'approcher de la pianiste, remplissant une tasse de chocolat viennois. Il alla le proposer à la jeune femme qui venait de finir son interprétation.

—Vous jouez toujours aussi divinement bien. Nous ne nous lasserons pas de vous écouter. Un chocolat ?.

L'empereur laissa la jeune femme boire, ou pas, son chocolat, avant de retourner s’asseoir.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca L. Schneider
Invité
avatar
Rebecca L. Schneider
Mar 5 Mai - 20:00
Assenant les dernières notes sur le piano, Rebecca inspira profondément. Quelle joie de laisser la musique entraîner son âme dans des mondes lointains ! Elle en avait presque oublié l'endroit où elle se trouvait, et il fallut que l'empereur hausse la voix pour qu'elle reprenne conscience de sa situation. Se redressant et se tournant face au souverain, et inclina la tête en signe de remerciement.

- Je suis enchantée que cela vous ait plu. Oh, merci.

Trempant ses lèvres dans le chocolat chaud, Rebecca dirigea ses yeux vers la porte d'entrée qui venait de s'ouvrir sur Ronove, le conseiller de l'empereur. Ce dernier s'inclina.

- Pardonnez-moi de vous déranger, votre Altesse, mais votre prochain rendez-vous vient de se présenter.

Manière polie s'il en était de congédier la jeune femme qui de toute manière avait fait son travail. Cette dernière le comprit bien, et, reposant sa tasse sur la table, se leva et effectua une révérence devant Friedrich.

- Je vais donc vous laisser. Je vous remercie une nouvelle fois pour votre demande et suis honorée qu'elle vous ait satisfaite. J'ose croire à une prochaine rencontre, votre Altesse.

Avec un sourire, elle inclina de nouveau la tête à l'encontre de Friedrich et suivit Ronove qui la raccompagna sur le perron du Schönbrunn.
Rebecca L. Schneider
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn-
Sauter vers: