Partagez | 
 

 Bal masqué et mascarades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité
Magdalena Korzha
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Jeu 29 Jan - 10:30
Maria Korzha se détacha de son partenaire à la fin de la danse et se recula dans la foule pour s’y dissimuler. Elle tourna la tête dans un sens et puis dans l’autre, cherchant une imposante mâchoire de métal, celle qui avait attiré son attention plus tôt. Elle venait enfin de trouver de quoi se distraire pour cette soirée ! Oh, de manière tout à fait respectable, évidemment. Elle avait envie de le retrouver, cet homme défiguré. Ses traits chaotiques avaient quelque chose… d’intriguant. Et s’il avait fallu qu’une Korzha laisse tomber un objet de curiosité…

Et il était là. Il se démarquait, elle ne pouvait pas le rater –ou le voyait-elle plus facilement que tous les autres ?- et, toujours fièrement droite, traversa la foule en jouant des épaules pour se frayer un chemin. Elle refusa la boisson que lui offrit un serveur, considérant ne pas avoir de temps à perdre à s’enivrer d’alcool. De loin, l’homme avait un grand nez. De près aussi. Il était même plus grand ! Maria n’étudiait pas les œuvres littéraires françaises, dans sa pension.
Les Sœurs roumaines qui lui enseignaient préféraient se concentrer sur des choses… roumaines. Hélas, elle ne put donc pas reconnaitre le déguisement, mais elle se promit de le savoir très bientôt.

La jeune femme s’arrêta aussitôt qu’elle fut près de la mâchoire d’acier. Elle lui tendit sa main gantée pour qu’il l’embrasse poliment, ou du moins qu’il en esquisse le geste. Maria avait une locution très prenante auprès des autres filles de sa pension. Elles étaient pendues à ses lèvres, se mettaient à croire tout ce qu’elle pouvait bien dire et se laissaient aisément menées par cette enfant de scientifiques. Pourtant, elle ignorait quoi lui dire, à lui. Elle désirait l’impressionner, mais sans l’écraser. Les mots, en une langue étrangère, ne sortirent pas. Ainsi, d’un ton neutre –car mal à l’aise, se contenta-t-elle de dire, dans sa langue maternelle:

« Je ne parle pas français. »

Et lui, probablement pas roumain. Malgré que ces deux langues partageaient les mêmes racines, l’une ne pouvait déchiffrer l’autre. Une agitation eut lieu sur la piste de danse. Un incident de rien du tout, rien qu’un pas de travers. Hautaine, Maria se dit que ceux qui ne savaient pas danser ne devraient pas tenter leur chance. Instinctivement, ou suivant un subtil et malicieux plan, l’ainée Korzha avait glissé son bras autour de celui de l’homme, se faisant ainsi sa compagne. Elle s’était pourtant promise de ne jamais s’approcher de l’un de ces horribles androïdes. Ah ! N’étaient-ils pas des erreurs de la nature ? Une dualité se faisait dans son esprit, et son raisonnement tomba en faveur de cet inconnu au long nez. C’était dans ses erreurs que la nature était la plus belle. Il valait mieux en peindre les défauts, l’idéal était si terne et… ordinaire.

Sa main se serra autour du bras de l’homme quand elle vit la petite neige tomber. Elle plissa le nez, contrariée. Dieu qu’elle n’aimait pas la neige ! Quand on flocons tomba sur son épaule, elle frissonna… même si celui-ci n’était pas froid. Ce n’était pas aussi pire que cela, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Damian Morariu
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Jeu 29 Jan - 22:49

- En effet, et j'imagine que vous n'êtes autre que Sherlock Holmes.

Le blondinet à l’allure familière lui répondit en souriant, et Damian se surprit à faire de même. Le mimétisme, pourtant, était un mécanisme futile dont abusaient ceux dont le coeur battait. Le détective souffla dans sa pipe, vaguement perplexe : se pourrait-il que l’ambiance de Versailles le rende sentimental ? L’idée était vomitive, parfaitement vomitive en théorie. Mais voilà, ce soir, il ne s’en trouvait pas aussi dérangé qu’il ne l’aurait dû.

Damian profita d’un bref instant d’inattention pour observer son interlocuteur plus intensément. S’il peinait à en comprendre les raisons, il ne pouvait qu’identifier le sentiment qui s’était emparé de lui : une fascination indécente, un peu trop prononcée pour qu’il ne s’agisse que de simple curiosité. Une attirance... impossible. Illogique. Qu’il fallait disséquer, analyser, annihiler.

Tout cela, il voulut le faire. Vraiment. Mais son regard se retrouva happé par celui de l’inconnu. Il avait des yeux... d’un vert incroyable. Inconcevable. Un vert qui avait brutalement stoppé le flot de ses pensées, le laissant hésitant comme s’il était redevenu un jeune adolescent. Il voulut dire quelque chose, mais le bordel magnifique qui s’était emparé de son crâne l’en empêchait. Quelle sensation... étrange. Ça le chatouillait même un peu, entre les poumons, vers la gauche.

Toujours ridiculement muet comme une carpe, il vit Casanova s’emparer d’une pâtisserie qu’il lui tendit.

- Voulez-vous une de ces douceurs ?

Refuser n’était pas une option. Gardant sa pipe à bulles dans sa main, le détective vint de l’autre s’emparer de la pâtisserie dans laquelle il croqua, incapable de détacher son regard de son interlocuteur. C’était ridicule, tout bonnement ridicule. Et écoeurant, tout comme le sucre qui emplissait son palais. Entre deux bouchées, une pensée : heureusement qu’il portait des gants. Si le frôlement des regards avait un tel effet, Damian n’osait imaginer... celui des épidermes.

Il déglutit, termina son met. C’était ridicule que ce soit à son interlocuteur de mener ainsi la conversation. Son sourire se fit moins froid : il était temps de chasser la timidité bizarre qui l’avait jusque là rendu muet comme une carpe.

- Merci beaucoup.

Ridicule, cette emphase. Mais il ne pouvait s’en empêcher, il n’arrivait même plus à s’en offusquer.

- Votre déguisement est de toute beauté.

La flatterie, voilà qui ne lui ressemblait guère non plus. Ce n’en était pas, pourtant : juste la vérité. Et il se voyait satisfait, étrangement satisfait d’avoir bien fait ses devoirs, d’avoir reconnu le déguisement. Il n’aurait pas voulu passer pour un inculte devant cet inconnu dont l’avis était devenu important.

- Ma pipe vous plaît-elle ?

Il restait observateur et avait cru comprendre que l’idée plaisait à son interlocuteur. Il souffla donc quelques bulles, les laissant éclater dans l’atmosphère. Depuis quand faisait-il des efforts, aimait-il être ainsi agréable aux autres ? C’était nouveau. Mais peu important. Damian voulait être méfiant. Mais pour une fois, il voulait aussi se sentir le coeur léger. Revenir à un temps où tout était plus simple. Il ignora donc les plus lucides de ses réflexions.

De la neige se mit à virevolter du plafond. Neige et bulles, c'était... mignon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Eöl
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Ven 30 Jan - 12:22

Les âmes se mêlent, les âmes s’emmêlent, et se confrontent, sans même oser se reconnaître. Sans plus se jauger, elles se fondent, se dispersent, ne deviennent qu’une, à l’écho d’un battement.

Celui manqué, douloureux par l’absence, que seul l’autre pourra ranimer d’une pulsation, d’une renaissance.

L’univers n’était plus qu’un chaos, ces gens, un milliers d’étoiles prêtes à en former un nouveau. Leur Univers, dissocié des autres, cohabitant pourtant. Ils ne pouvaient plus que tourner en duo, la révolution des cœurs et pour certains ; des pas, n’avaient fait qu’entamer sa danse, que déjà, le prince Kåre en avait le tournis.
Sentant confusément, et les mouvements de foule, et la magie, qui meurtrissait son aile, autant que la caresse d’un Ange – Un vrai – sur ses plumes – les vraies – comme si chaque millimètre carré de son épiderme se réveillait d’un lointain sommeil (Cent ans ! N’était-ce pas cent ans que les Français avaient dormi ? Il avait l’impression que lui-même –comme eux– n’avait fait parti que d’un rêve, que c’était aujourd’hui qu’il ouvrait vraiment les yeux). C’est une torture, une torture insoutenable qui le rend coi et demandeur. Oui. S’il te plait. Ne t’arrête pas.

Eöl, habituellement, découvrait les âmes, il s’amusait aussi de leur tourment, de leurs découvertes, de la moindre facette. Jamais vraiment, ne prenait-il part à leurs lentes rotations. Lui, se contentait de fuser dans leurs cieux, le temps d’une éclipse, ou d’une étincelle. Pour repartir, mais peut-être aussi revenir dans un cycle qu’il ignorait lui-même.

Il venait pourtant de percuter son étoile. Ou peut-être, était-ce elle, qui s’était mise droit sur sa trajectoire, pour l’obliger… à se fondre en elle. Ne pas être qu’une lointaine observation. Plus qu’une expérience. Une révélation, un bouleversement. L’extinction du monde connu, l’explosion d’une renaissance.

Des effluves d’Orient derrière un masque félin, son inconnue brillait d’une blonde évanescence que le blanc et l’or, auréolait. Elle avait un goût d’épices et de parfums sucrés ; se dit-il. Oui. Il avait envie de le vérifier. Mais aussi, l’impatience de voir plus que le cuir d’un masque, que le bleu pâle de ces yeux transperçait.

« C'est très bien fait, on dirait des vraies, même au toucher ! »

Eöl ne laissait personne s’attarder ainsi sur son membre. Jamais impunément. Pourtant, il ne l’arrêta pas. C’était curieux, cette voix lui paraissait tellement familière, légèrement grave pour sa silhouette, mais si singulière. Un temps, elle lui évoqua sa sœur. Accélérant, ses battements. Il chassa son souvenir, comme il aurait voulu le faire de ce masque.

« C’est qu’elles le sont tout autant que le reste. » - Répliqua-t-il en français, dans l’esquisse d’un sourire.

Et sans vraiment s’interroger sur la hardiesse ou la légitimité de son geste ; il tend sa main unique pour l’effleurer à son tour. Quelques mèches de cheveux.

« Et toi, de quel Eden t’es-tu échappée ? »

D'en haut, scintillent des milliers de flocons qui lentement, aussi légèrement qu'une plume, se mettent à virevolter.



PS:
 


Dernière édition par Eöl le Sam 31 Jan - 0:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Melody McFlame
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Ven 30 Jan - 16:26
Idiote? IDIOTE? Au naturel, Melody lui aurait répondu par une réplique des plus cinglantes, mais ce soir elle était Skadi. Et Skadi et Melody, bien qu'elles partagent le même corps, sont bien différentes l'une de l'autre. Ne pas parler anglais? It's a sad story. Such sad story. Skadi fit une légère moue, puis repris dans un autre discours pas moins long que le dernier:

- Idiote? Peut être, ce n'est pas impossible. À moins que ce soit plutôt tout le monde qui est idiot mise à part moi, mais dans ce cas ce serait bizarre. respiration Vous disiez ne pas parler anglais, mais moi je suis aux regrets de vous dire que je ne parle pas l'allemand, malgré le fait que j'ai compris ce que signifiait Fraülein. Enfin je crois avoir compris en tous cas. respiration Mais respirer entre chaques phrases me fait perdre un temps fou. Oui, du temps! On ne cesse donc jamais de perdre du temps. Elle respire et prend un chocolat Ces chocolats sont vraiment DÉLICIEUX. Vous n'en voulez pas?

Oh yes delicious!
Skadi croqua dans un chocolat et laissa sa saveur ravir ses papilles gustatives. Pour elle, Fraülein était soit "Mademoiselle" soit un insulte. Dans le second cas, Skadi serait fâchée, et vexée. Derrière son masque qui semblait sourire, l'arlequin devait cacher une humeur abominablement méchante et sarcastique. Mais si c'est le premier cas, L'Arlequin n'est peut être qu'un chieur comme les autres. Un chieur comme Melody. Et dans ce cas là, ça pourrait être drôle. Ils pourraient jouer à un jeu, "qui fait le plus chier le monde?" ou alors "Qui va saoûler le plus de monde?". Quand à Skadi, elle en aurait certainement fait de même. Mais Skadi aimait bien cet arlequin, qui semblait s'amuser à embêter Skadi. Melody n'aurait pas hésité à prendre sa revanche par une blague "à la canadienne" mais Skadi n'avait pas l'air d'avoir envie d'embêter ce jeune homme. Ou alors, elle le ferait s'il l'embêtait beaucoup. Quand elle pense beaucoup, elle pense à une telle humiliation qu'elle ne pourrait plus jamais remettre ce masque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tyill Ulnspegel
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Sam 31 Jan - 0:54
Oh, insolente petite, qui répond et se moque de lui ! Cette Dame Blanche lui plaisait vraiment. Elle avait ce visage angélique - du moins, d'après ce que Tyill pouvait voir - et un esprit un peu retord. Il ne manquerait plus qu'elle soit acrobate, et le clown aurait eut devant lui son double féminin. Cependant, le fait qu'elle prenne un chocolat lui donna des sueurs froides. Inexplicablement. Il était sûr de vouloir l'embêter, mais voulait lui épargner certains désagréments... Étrange sentiment qui l'envahissait. Enfin, il le saurait bien assez tôt, si la demoiselle avait mangé un des chocolats de Jens...

« Haha, je préfère le chocolat suisse, il me rappelle mon enfance. Et je pense que vous n'êtes pas assez idiote pour ne pas avoir compris, Fraülein ~ »

Bon, c'était pas tout, mais si Herr Ludwig venait à rejoindre le buffet, la fête serait finie. Et il ne fallait pas oublier qu'il y avait de quoi faire du spectacle tout autour de lui. Déjà, il y avait ces deux-là... Sherlock et Casanova... Si proche, qu'on eut facilement envie de... Oh, vous savez. J'en suis sûr. Tout cela était cependant irréaliste. Tout était irréaliste. Même la neige à température convenable tombant su plafond était irréa... ... Attendez. De la NEIGE ?

Tyill ne put cette fois pas s'empêcher de rire. Toute cette bizarrerie était bien trop drôle pour pouvoir s'en empêcher. C'était presque un rêve.. Et dans un rêve, on ne se loupe jamais n'est-ce pas ? Il fallait bien tenter... Prenant gentiment le bras de la Dame Blanche, il proposa :

« Il serait triste de rester ici, Fraülein... M'accorderez vous cette danse ? »

Et avant même d'attendre sa réponse, il commença à la guider loin des chocolats, vers le détective privé. Arrivé au niveau du dos de celui-ci, le clown poussa fortement de l'épaule Sherlock sur le dragueur. Un geste parfaitement volontaire, mais..

« Ach ! Que je suis maladroit ! Entschuldigen Sie mich, bitte !» dit Tyill à toute vitesse avant d'emmener rapidement sa petite Demoiselle Blanche hors de portée de vengeance de la part de l'un des deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Sam 31 Jan - 17:27
 
Face au compliment, le proxénète eut un sourire. Mais ces sourires là étaient moins exagérés et sincères pour le moment. Il apprécia mais n'eut pas le temps de répondre que Sherlock posa une question qui lui arracha un rire amusé. Il le va légèrement la tête afin de voir les bulles s'envoler parmi les flocons de neige. Toujours souriant, la présence de cette matière sans nulle doute née de magie entre ces murs l'amusa autant que les sphères fragiles.
Pitt rattacha son attention à cette personne qui l'attirait et le fascinait, sans aucune explication. Il s'approcha un peu plus du détective, de manière presque inconsciente. Son esprit se tordait pour essayer d'échapper à cet situation impossible, mais il demeurait accroché à ce nouvel intérêt. Le corps ne faisait que suivre les chaîne tracées par une chose inconnue.
 
Ses iris émeraude quittèrent le regard de l'homme pour se poser sur l'accessoire certes amusant. Toujours le sourire normal, trop normal pour le pilleur de tombes, se montrait. Ne fallait-il pas sourire pour ceux que l'on apprécie ? Dans ce cas... qu'il appréciait trop.
 
- Bien sûr, c'est original. Elle me plaît bien.
 
Un air chantant. Il s'étonna de ne pas avoir dit "unique". Il jouait à éviter tout ce que l'on pourrait relier à sa personne ? Peut-être pas, ce n'est pas comme si le monde entier était au courant avait connaissance de sa folie. Le monde est fou, pas lui. Même dans son état, il pouvait encore le penser.
 
Au moment où il tourna ses yeux dans ceux de son interlocuteur qui le troublait tant, un imbécile bouscula Sherlock Holmes. Ils n'eurent pas le temps de réagir. L'idiot était loin. Et la réaction en chaîne de la gravité se fit. Pitt aurait pu rire en comparant la scène à celle que la mort de son personnage. Mais non. La statut était son précieux centre d'intérêt et lui-même se retrouva comme Casanova. La mort en moins. Une chute en arrière, et comme réflexe idiot, il avait voulu s'accrocher à l'inconnu qui lui tombait dessus. Il ne fit qu'aider la graviter à faire son œuvre. Se retrouvant dans une position inconfortable, pour l'honneur et le corps.


Une main sur la nuque et l'autre refermée sur le tissu de la veste de son compagnon de discussion, il réussit à ne pas se retrouver trop sonné lorsque son crâne rencontra la fermeté du sol. Mais ce ne fut pas la douleur qui le perturba... il s'agissait plutôt de la sensation qu'il connaissait plutôt bien. Un baiser, forcé par une suite d'événements. Cependant, en bon proxénète, il ne jugea pas qu'il s'agissait vraiment d'un baiser. Cela restait tout de même des plus dérangeants pour le Lièvre, encore plus lorsqu'il se rendit compte que la situation ne lui déplu pas.
 
L'esprit ne comprenait plus rien, un homme, un homme, impossible, impensable. Pourtant, le sentiment semblait avoir pris le contrôle de Pitt, laissant enfermée la liberté et la véritable personne du pilleur dans un coin. Pourquoi diable serrait-il plus sa prise sur la veste ? Et surtout, pourquoi n'avait-il pas réagit mieux que ça ? L'impression d'être un pantin lui était désagréable, mais les sensations se contredisaient sans arrêt... c'était à en devenir fou.
 
De plus, que ces déguisements étaient inconfortables, il avait l'impression d'étouffer. Mais au moins, il ressentit une petite satisfaction, celle de goûter son nouvel intérêt. Enfin, il jugea tout de même que ce n'était pas assez pour vraiment parler de goût et de baiser. Il ne pouvait pas faire grand chose, bloqué entre le sol et le détective.

Et pourquoi avait-il encore envie de sourire ?!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ange
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 1 Fév - 13:36
C'était un sentiment bien étrange à éprouver face à un inconnu, ce petit chatoiement entre les côtes. Comme si Ange connaissait le jeune homme face à lui depuis longtemps, ou du moins assez pour ressentir envers une belle affection envers celui-ci. Comme un sirop tiède qui coulerait dans ses entrailles.

— Et toi, de quel Eden t’es-tu échappée ? lui demanda le blond masqué en lui effleurant les cheveux du bout des doigts.

Le petit marquis ne put s'empêcher de rire doucement, surtout lorsque, tel l'orchestre qui accompagne le chanteur, il se mit à neiger tout autour d'eux ; les saupoudrant d'éclats blancs. Une petite touche supplémentaire de magie dans ce bal.
Avant que le mystérieux invité ne puis ramener sa main à lui, le français la saisit dans la sienne qui ne tenait pas le masque et glissa ses doigts entre ceux du jeune homme.

— C'est plutôt à vous que je devrais poser cette question, mon ange, répondit-il finalement en se disant que ce costume était par ailleurs presque une ironie du sort.

Ange riait mais ne se moquait pas. Ce n'était pas de la gêne non plus – il n'était plus un adolescent après tout – mais il trouvait simplement son interlocuteur terriblement mignon dans sa façon de l'aborder. Et puis qu'il le tutoie ainsi au premier abord, c'était très intime de sa part.
En fait, cela lui faisait profondément plaisir qu'il s'intéresse à lui. Pas de la même façon que s'il était simplement content de plaire, mais plutôt comme si un rejet l'aurait véritablement blessé. Étrange. Il n'était d'habitude pas aussi émotif sur les débuts de rencontres.
Il allait mettre ça sur le compte de l'état dans lequel l'avaient mis les sucreries, même s'il avait l'impression que son attirance n'était pas que physique.
Reculant en attirant l'inconnu avec lui, le marquis déplaça légèrement son masque pour lui donner un aperçu du voile qui recouvrait sa bouche et de ses yeux clairs outrageusement maquillés à l'égyptienne.

— Vous pensez arriver à danser avec quelque chose d'aussi gros ? dit-il en désignant d'un regard innocent les majestueuses ailes blanches de son cavalier. Parce que oui, il avait décidé qu'il serait définitivement son cavalier et une danse lui donnerait l'occasion de se rapprocher.
À sa propre surprise, Ange n'avait plus aucune attention pour les autres invités.

Si peu d'ailleurs, qu'il trébucha sur l'ourlet de sa robe (il n'avait pas l'habitude de porter ce genre de choses) et lâcha la main de l'invité ailé dans la foulée.
Se refusant l'humiliation de tomber les quatre fers en l'air, Ange se rattrapa comme il put – où il put.

Dans sa chute il avait percuté un autre convive dont il n'aperçut que l'éclat d'un masque d'argent et d'une cape bordeaux et il parvint de justesse à agripper son poignet pour ne pas finir par terre sur les fesses.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sofia de Belmonte
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 1 Fév - 14:04

Sofia retrouve difficilement son souffle, faisant passer sa toux en buvant un nouveau verre de vin, plus lentement cette fois. Le défi fut de réussir à s'étouffer de manière élégante et boire avec dignité, sans faire tomber sa haute perruque. Trop facile pour Sofia de Belmonte, pensa-t-elle, non sans ironie.

Ce qui ne l'empêche pas, une fois qu'elle a trouvé une place assise non loin de là, de réajuster aussi discrètement que possible sa coiffe poudrée.

Ah ! Qu'il est difficile de se comporter de nouveau en femme en public ! Cambre le dos, ne soit pas droite comme un capitaine. Fais glisser ton regard de chiot esseulé sous la pluie sur la foule, ne fixe pas les hommes droit dans les yeux comme si tu les jaugeais avant un défi. Souris, bon sang. Souris ! Et ce n'est pas son exclamation intérieure qui la fait sursauter, mais le tremblement de sa table alors que quelqu'un s'y appuie. Souris, sois surprise... Ne. Le. Fusille. Pas. Du. Regard. Sofia joue le jeu de sa voix intérieure, porte la main contre sa poitrine - l'autre main, celle qui ne tient pas le verre, ce serait plus confortable - et...

Non, ne rougis pas.
...
Tu n'es pas sérieuse, là, Sofia.
...

- Non ?

Raclement de gorge. Cette voix était trop aiguë.

- Non. Tout va bien.

Et pour masquer sa gêne - Sofia se serait bien fichu une ou deux paires de baffes pour se remettre les idées en place ET pour que la voix de sa conscience se voie boulée au fin fond de sa tête - elle regarda de nouveau les convives, les couples se formant petit à petit... Il y avait une tension intime dans l'air, aussi tenace que cette tension dans sa propre poitrine.

Aaaah, le désir...
... Je t'emmerde, foutue voix imaginaire.


La musique envahissait la pièce de sa douceur, et Sofia finit son verre d'un trait avant de se lever, puis, sans un regard pour le d'Artagnan à ses côtés, elle lui tendit la main, presque désinvolte.

- Dansons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Melody McFlame
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 1 Fév - 14:44
De la neige. NON PAS DE LA NEIIIIGE.
Skadi s'en contreficherais, ou même s'en réjouirait. Mais parfois, Melody reprends le dessus. De la neige. C'est froid. Ca mouille. Skadi laissa tomber les petits flocons sur ses vêtements, sur sa peau , sur ses cheveux et avecune grande surprise, remarqua que la neige était... chaude. La neige était CHAUDE. L'Arlequin éclata de rire. C'était vraiment trop bizarre. Skadi leva la tête, pour regarder les flocons tomber directement du plafond. It's... pretty. Oui, la neige c'est joli. Quand elle est chaude. Soudainement, mais avec douceur à la fois, le bouffon l'Arlequin pris le bras de Skadi lui demandant de lui accorder une danse. Avant même que Skadi ai pu lancer une tirade sur le dilemme que représentait cette décision, l'Arlequin entraîna Skadi loin des chocolats en bousculant un couple au passage avec des fake white lies. En gros il faisait de fausses excuses juste pour se foutre de la gueule de Sherlock Holmes. Skadi ne put s'empêcher de pouffer de rire intérieurement. Un chieur, ce mec était un chieur. Alors qu'ils s'éloignaient du couple, Skadi ne put s'empêcher de murmurer:

- Bien visé. La prochaine fois, essayez de le pousser sur le buffet à dessert ou encore sur son partenaire PUIS ENSUITE sur le buffet, comme des dominos...

Skadi s'imaginait tout un scénario: Le premier qui pousse le deuxième, qui pousse untroisième, qui pousse un quatrième... en effet de domino oui. Et tous affalés sur le buffet, un chocolat sur la tête. D'ailleurs ces chocolats étaient bien étrang, laissant une drôle de sensation sur Skadi. Une drôle d'envie.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Jacob de Bénac
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 1 Fév - 19:52
La soirée était proprement féerique, en tous cas, Jacob n'y voyait pas d'autre qualificatif. Il aurait même apprécié d'en arrêter le temps pour en profiter indéfiniment... D'autant qu'il était en si charmante compagnie!
La déesse -à tous les sens du terme- face à lui était exquise, et le moins que l'on puisse en dire, c'est qu'elle n'était pas timide!
Mais ce n'était pas pour déplaire au séducteur qu'il était.

Lui adressant un regard de velours, il se tenait prêt à se plier à sa moindre volonté. Il fallait bien cela pour conquérir ce genre de princesse!
Et comble de la magie, une neige douce et fine commença à tomber dans la salle.

- Mon ami si tu doutais encore qu'il y ait de la magie dans l'air...


Un "la ferme" mental morigéna l'encombrante hallucination qui avait prit place au coin de son regard près de la table et qui semblait d'humeur bavarde... Toujours au bon moment n'est-ce pas...

- Non Jacob, je parle de vraie magie, ce n'est pas une métaphore! Depuis quand est-ce que la première frimousse venue te prend dans ses filets en un regard?

Le capitaine marqua mentalement une vague surprise en réalisant que son compagnon imaginaire n'avait peut-être pas complètement tort pour une fois... Pourtant, il ne parvenait pas à défaire son attention de la belle Aphrodite... En avait-il seulement envie? Pas su...

Il eut la surprise de voir tomber un autre convive. Un convive qui ne se contenta pas de tomber tranquillement dans son coin, un convive qui avait cru bon de s'agripper à lui! Réflexe d'auto-préservation tout à fait louable, mais dans le mouvement, ce fut sa main gauche qu'il cramponna...
Un appui bien dérisoire.

La prothèse se détacha sans autre forme de procès, révélant la mutilation d'un Jacob qui avait faiblement espéré ne pas trop attirer l'attention pourtant ce soir...
Dans un autre contexte, il aurait pu soit tancer l'être qui venait de lui ravir la perspective d'une bonne soirée, soit jouer le fair-play en l'aidant à se relever.
Sur l'instant, il ne put que récupérer hâtivement sa prothèse en l'arrachant à la prise du trouble-fête, tout en lui adressant un regard lourd de reproche...
Il avait intérêt à mentir avec aplomb sur l'explication qu'on risquait de lui demander...


HRP:
 


Dernière édition par Jacob de Bénac le Dim 1 Fév - 20:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Conteur d'histoires
Narrateur
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 1 Fév - 19:52
Le membre 'Jacob de Bénac' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Chance' : 3


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Rebecca L. Schneider
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 1 Fév - 20:52
Rebecca, seule, sous un masque, se découvrait une audace qu'elle n'aurait jamais soupçonnée. L'avantage d'être déguisée, c'est que l'on pouvait être qui on voulait. Artémis chasseresse, comment aurait-elle pu croire qu'elle tomberait si aisément dans les filets d'une belle Égyptienne ?

Ne réfléchissant plus vraiment, la jeune grecque avait entraînée sa belle dans une valse, gardant son rôle de femme et laissant à Cléopâtre le soin d'exécuter le pas des hommes.
Mal lui en prit.

Leur danse, bien que les rapprochant davantage que ne l'autorisait la bienséance, devenait peu à peu chaotique. Elles bousculaient les autres danseurs, se marchaient un peu sur les pieds, et à chaque maladresse, l'une et l'autre se rapprochaient, tant et si bien que leurs bustes finirent complètement collés. Sous son masque bleu, Rebecca rougissait tellement que son visage n'était plus rien d'autre qu'une braise. Mais cette sensation était si délicieuse, jamais la petite chocolatière ne s'était sentie si bien !

Puis tout s'enchaîna très vite. Nouvelle bousculade, un sein sauvage apparut, suivi de bafouillements d'excuses de la part de la belle Égyptienne pour le couple qui avait été ainsi bousculé. Rebecca avait levé une main sur sa bouche pour taire un cri de surprise, choquée de cette vision inattendue. Puis un doux contact sur sa peau lui fit lever les yeux, et elle s'émerveilla devant une légère chute de neige magique – car elle n'était pas froide.

Mais Cléopâtre ne supportait peut-être pas que l'attention d'Artémis soit attirée par le plafond plutôt que par elle. Les deux femmes du monde antique s'éclipsèrent, l'une entraînée par l'autre, et ne finirent leur course que dans une alcôve donnant sur les jardins. Leanne secoua doucement la tête.

- Ce n'est pas grave voyons...

Elle haussa les sourcils ensuite aux propos de sa partenaire de danse, des propos qui suivirent une réflexion dont Rebecca aurait aimé connaître la teneur. A son tour d'imaginer de drôles de choses ! Les mains gantées de la déesse chassèrent quant à elles quelques flocons au dessus de l'opulente chevelure de la reine d'Égypte, puis eut un sourire et des paroles qui sortirent avant même qu'elle n'ait pu y réfléchir.

- Et donc... ne souhaitez-vous pas me l'ôter ?

Souriant délicatement, la déesse attrapa cette fois la main de la reine et l'entraîna avec elle dans les jardins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dante Z. Lucertola
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 1 Fév - 23:17
On aurait aisément pu croire que Dante était présent pour la seule volonté de s’amuser, de danser et de se sociabiliser, mais sans dire que l’on se serait entièrement trompé, on aurait tout de même été bien loin de la vérité. En effet, le jeune artiste était surtout présent parce qu’il avait entendu dire que ce serait aussi le cas de l’Empereur d’Autriche Hongrie, et que suivre l’objet de ses vengeances était non négligeable s’il tenait à savoir tout ce qui pouvait avoir de l’importance pour l’homme, de près ou de loin. Le fait que le Bal se déroule en France, dans la belle Versailles n’avait rien pour gâcher l’envie de l’italien d’aller y faire un tour. Sa décision avait donc rapidement été prise d’aller participer à ce Bal Masqué.

Le choix de son costume se fit naturellement et puisque son élément était aussi enflammé que son tempérament pouvait l’être, pourquoi ne pas choisir cet oiseau de feu, qui pouvait renaitre de ses cendres comme lui-même l’avait fait à la mort de ses parents grâce à l’adoption de Lady Lucertola ? Une bien jolie métaphore, vous l’avouerez. Ne dirait-on pas que l’artiste avait l’âme fleur bleue et d’un possible poète finalement ?
Outre son esprit qui déversait son cynisme à l’intérieur de sa tête sur sa propre personne puisqu’il n’avait nul individu à prendre pour cible à l’intérieur du fiacre, Dante observait les rues défiler par la petite fenêtre. Il était très en retard, mais il n’en avait cure. S’il avait vraiment tenu à passer inaperçu, il aurait choisi un autre costume. En effet, il avait lui-même dessiné ledit costume et avait supervisé sa confection du début à la fin grâce au fait que la couturière était une amie de sa mère. Bénie soit la noblesse blanche qui se faisait de tout le monde des « amis » pour avoir la possibilité de demander des privilèges de temps à autres.

Lorsque les chevaux s’arrêtent, il descendit avec précaution, paya le conducteur et le salua d’un mouvement de tête. Il fixa Versailles, s’élevant ainsi dans toute sa splendeur, illuminée par un nombre non négligeables de lumières sur des tas de supports différents. Il pouvait entendre les rires, le brouhaha indistinct des conversations diverses et un très léger filet de musique qui parvenait à arriver jusqu’à ses oreilles. Avec un sourire que son masque ne dissimulait pas, le jeune homme s’avança d’un pas serein vers l’entrée, attirant inévitablement l’attention. Oh, non pas que sa beauté faisait invariablement tourner les têtes, même si une partie de son égo aimait cet état de fait, mais il fallait avouer que l’ampleur de ses ailes de plumes rouges, orangées et dorées, reliées à ses coudes et attachées en leur bout à ses poignets tendaient à faire converger les regards vers lui. Ne serait-ce que pour lui céder plus de place et éviter ainsi une gifle à la douceur plumée.

Il adressa un sourire aux quelques un dont les regards s’attardaient puis entra alors que des flocons tombaient du plafond par une quelconque magie. Il se raidit, la mâchoire serrée, s’attendant à ressentir la brûlure glacée des flocons traverser sa peau et l’atteindre en plein cœur de son être, mais rien ne vint. Doux, et tièdes, les flocons qui semblaient pourtant si réels semblaient être de fait de coton et de soie, et non pas de neige et de glace. Un soupir de soulagement lui échappa malgré lui, et il s’avança vers un buffet alors que du grabuge avait lieu au milieu de la piste. Il ne saisit pas tout ce qu’il venait de se passer, mais un couple de... danseuses ? Etait-ce bien convenable ? Bref, ce couple s’excusa, un autre fila au dehors direction les jardins, et il entendit quelques mots murmurés d’un ton choqué. « Sein » « Découvert » « Indécence ». Allons bon, qu’est-ce qu’il ne fallait parfois pas entendre…
Néanmoins, Dante oublia rapidement ces événements, ravi qu’il était que les regards qui se portent ce soir sur lui n’aient aucun rapport avec la couleur de sa peau mais tout avoir avec son costume. En effet, ladite couleur un peu trop foncée pour le bien être de la plupart des européens était camouflée sous une poudre dorée qui recouvrait chaque partie de sa peau visible. Ses mains, son cou et son visage donc. Par-dessus, il portait une chemise d’un rouge vif, avec un veston couleur d’ambre aux broderies dorées, pour rester dans le ton de son personnage. Son pantalon brun s’enfonçait dans des cuissardes d’un rouge aussi soutenu et flamboyant que sa chemise. Pour parfaire tout cela, il portait un masque qu’il avait aussi dessiné, de bronze, pourpre, ambre et doré, au nez aquilin.

Spoiler:
 

Observant les danseurs et les personnes présentes, admirant ou se moquant des costumes qu’il pouvait y voir, il cherchait en réalité quelqu’un de bien précis, l’homme pour qui il était venu. Ceci dit, malgré sa mission, il avait encore un peu de temps et pouvait donc profiter des réjouissances proposées par la soirée, notamment quelques une de ces délicieuses pâtisseries ainsi que des chocolats qui lui semblaient absolument ravissants. Tant et si bien qu’il ne tarda pas à piocher dedans avec un délice non dissimulé, ses yeux verts scrutant la foule.
Un clown suivit d’une étrange demoiselle blanche vinrent cependant interrompre sa contemplation. En effet, lancés dans une manifeste fuite après une plaisanterie qui le fit sourire après un coup d’œil aux deux victimes, ils ne l’avaient tout simplement pas vu sur leur chemin. Et c’est le clown, dont le regard était tourné vers l’arrière, vers la demoiselle, qui le bouscula en premier. Il rattrapa de justesse le jeune homme afin d’éviter une rencontre passionnée entre le clown et le buffet, assurant par là même son propre équilibre. Un sourcil arqué, il le lâcha puis esquissa un sourire amusé, saluant la jeune femme de la tête, puis son cavalier.

Buonasera Signora, Signore.

Bien qu’il habitat en Autriche Hongrie depuis bientôt cinq années maintenant, la première langue qui lui venait lorsqu’il saluait quelqu’un était irrémédiablement l’italien. Cependant, à la réponse germanique du clown, il eut un sourire et passa sans effort à l’Allemand.

Les dominos de la demoiselle sont une bonne idée…

Il leva les yeux vers les autres groupes et couples présents, et l’idée de suivre l’exemple des deux jeunes gens face à lui le titilla. Il avait toujours trouvé cela relativement amusant de perturber le bon sens et les convenances des nobliaux blancs qui peuplaient ce genre de bal…

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Shin
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Lun 2 Fév - 15:18
Tenue de Shin!:
 
L’homme s’arrêta devant l’immense demeure devant lui, contemplant les dorures de ce château, toujours resté si attirant et mystérieux aux yeux du Voleur. Combien de fois avait-il songé à s’y introduire pour y dérober ses trésors insoupçonnés ? Et là le sort, lui offrait une Chance d’y entrer en toute impunité ? Si ce n’était pas un incroyable coup du destin ? Pourtant L’hybride n’était pas venu pour voler le trésor de ces lieux, mais bien pour prendre le cœur d’une séduisante créature. Cela faisait bien des mois qu’il n’avait plus usé de ses charmes pour ce jeu si dangereux et addictif qu’était la séduction. L’annonce d’un bal masqué remplie de jeunes nobles manipulables sonnait comme une invitation pour Shin qui avait fouillé la ville à la recherche d’une tenue digne de l’occasion.

-Amusons nous…

Il repartit vers la fête en réajustant son masque, un large sourire sur le visage. Pour l’occasion il avait enfilé un costume des plus sobre, Sous son long manteau noir se cachait une Chemise noir épousant la forme de son torse alors que son col blanc de prêtre montait jusqu’à cacher la trace de son ancien collier remplacé pour l’occasion par une croix d’argent en pendentif, Son pantalon en toile fine partageait sa couleur avec le reste de sa tenue, s’arrêtant juste dessus des chaussures brillantes dont Le Singe questionnait la praticité. Il avait dû se battre contre sa queue pour réussir à la coincer le long de sa jambe et priait pour qu’elle n’en fasse pas qu’à sa tête durant la soirée, avoir totalement accepté son côté animal n’avait pas toujours que du bon…Tout son accoutrement sombre contrastait avec l’ambiance que Shin pouvait voir régner à travers les fenêtres, seul son masque blanc cerclé du même rouge que ces yeux cassait l’ombre qu’il représentait.

Il poussa la porte du bal. En retard. Les fêtes étaient toujours plus animées lorsqu’elles battaient leurs plein, alors pourquoi s’embêter à arriver le premier. Comme pour confirmer ses dires deux jeunes femmes aux airs divins profitèrent de son ouverture pour se glisser dehors courant dans les jardins, main dans la main, laissant au Faux prêtre, un sourcil arqué et un sourire amusé comme seules réactions. Que dieu bénisse son serviteur, car il semblerait que le pêché règne dans ce bal, pour son plus grand plaisir ! Il se débarrassa de son manteau passant une mèche derrière son oreille en offrant un sourire qui se voulait chaste aux personnes qui le regardait.

Les conquises semblaient tous animé par l’ambiance de velours de la soirée, nombres duos s’étaient formés tous plus insolites les uns que les autres. Les pauvres, s’imaginant tous cachés derrière leurs fanfreluches et leurs masques à plumes, ils croyaient peut-être ne jamais être reconnu et donc tout permis ? C’était sans compter sur les yeux perçant du Singe. Naviguant avec élégance parmi les convives, il regardait le petit feu brûler à côté de chaque convive, leurs âmes dénudées pour son bon plaisir, révélaient leur nature et leurs secrets. Chaque personne possédait une âme unique, S’il croisait quelqu’un avec une âme connue, il pourrait deviner qui se cachait sous le masque. Et Le Fervent d’un soir espérait grandement que cela arrive.

Arrivé devant le buffet de mets tous plus succulents les uns que les autres, il attrapa un raisin qu’il avala alors que son regard admirait cette neige étrange qui tombait sur les convives, curieux de savoir qui était l’auteur. Ce fût un bruit de chute qui le sortit de ses réflexions. Deux hommes venaient de s’effondrer l’un sur l’autre. Shin se mit à rire en voyant l’auteur du geste continuer son chemin sans sourciller. Un trouble-fête ! Cette soirée ne peut que bien finir ! Il attrapa un verre de vin sur la table avec ses gants et se figea en reconnaissant l’âme du blond couché sur le sol...Un Jaune tourbillonnant, empli de folie, c’était le blondinet, Pitt qui se vouait à des contacts très rapprochés avec cet autre homme aux cheveux aussi noir que les siens. Un deuxième fou rire éclata pour le Singe, qui avait une furieuse envie de venir saluer son cher ami. Et surtout pour le féliciter d’assumer ainsi son goût pour les hommes. Mais, après un petit moment de réflexion il décida finalement de garder cette pensée pour le moment opportun… Béni soit celui qui a provoqué ça !

Alors que le Singe suivait du regard celui qui provoquait le chaos ou il allait…Son regard se stoppa sur deux Grandes ailes aussi brûlantes que ses yeux…L’homme aux ailes rouges sauva de la chute le jeune en fuite et sa camarade d’un baiser douloureux avec la table du buffet, attirant le regard du Voleur vers lui. Il avait la peau couverte de la poudre semblable à l’or qu’il chérissait tant. Ses yeux verts attiraient le regard de Shin, ils étaient empreints d’une certaine profondeur qui les rendait presque…envoûtant, c’était le mot, car L’hybride n’avait détaché son regard de lui. Cet homme mystérieux, Shin devait l’avouer, n’était pas le plus déplaisant à regarder. Mais ce qui perturbait le plus L’Hybride était cette âme au-dessus de sa tête, une véritable flamme trônait sur la tête de l’oiseau en feu, comme une image divine pour le prêtre qu’il était. Sans se rendre compte, il avançait vers cet homme, comme attiré par lui et son âme chaude. Shin savait ce qu’il se passait dans sa tête, tout se résumant à la vision devant lui. Il secoua la tête, s’arrêtant à moins d’une dizaine de pas de cet homme, dont l’âme et le regard tourmentaient Shin, qui vida son Verre de vin d’une traite en le posant sur la table. Il attrapa un autre verre et s’approchant Du Chaleureux phoenix à côté, tentant de ne pas avoir l’air étrange, croqua dans un chocolat à pleine dents, ceux-ci semblaient avoir tellement de succès…

-me demande s'ils sont bons...

Que le seigneur le garde de ce qu’il se passait en lui…Car il avait bien peur que ce soir, il allait pêcher malgré lui!

résultat du dés!:
 
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Caitrìona Lawrence
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Lun 2 Fév - 20:27
Caitrìona se maudissait intérieurement *pourquoi tu es allée le voir idiote?* Tandis qu'elle se maudissait, il lui répondit. Elle mit un certain temps avant de comprendre qu'il lui parlait…En français…La jeune fille ne comprit pas avant de se rendre que non seulement elle était en France, mais qu'en plus elle lui avait parlé en français. Donc, c'était normal qu'il lui réponde en français.(Blondeur quand tu nous tient~).
La jeune fille sentit quelque chose dans ses cheveux et vit que la neige s'était mise à tombée. A l'intérieur?*Décidément, cette soirée est pleine de surprises*L'ambiance autour d'elle était bonne enfant, elle appréciait beaucoup, elle se rappella soudain qu'elle ne lui avait pas répondu.
La jeune fille souria:

"Eh bien, oui, je veux bien danser avec vous cher Ulysse…"

La voleuse allait prendre la main qu'il lui tendait quand un convive qui tombait le fit à sa place…Et la main se détacha, Caitrìona ne pût réprimer un cri*Vas-y attire encore plus l'attention* et regarda, choquée, son cavalier…Certes elle avait vu de nombreuses choses choquantes mais une main qui se détachait ainsi, juste comme ça, elle ne l'avait jamais vu. Elle vit Ulysse s'emparer de sa main, la demoiselle ne pût que dire:

"Vo…Votre mai…Mais...Qu'est-ce que…?"

*Parle correctement idiote…Une manipulatrice incapable de sortir une phrase correcte, on aura tout vu* La jeune fille était figée, en temps normal, elle serait sûrement partie mais là, non seulement elle se sentait toujours attirée par cette Ulysse mais en plus elle ne pouvait quitter du regard l'endroit où aurait dû être la main…La jeune fille n'avait qu'une envie…S'enfuir. Mais elle était prise au piège. Elle fit aller son regard d'Ulysse, au poignet de celui-ci.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Eöl
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Mar 3 Fév - 9:34
Le contact de ses doigts contre les siens l’électrise, son rire… sa voix, le bouleverse, il sent son cœur s’emballer plus encore. Le demi-ailé se dit qu’il n’a jamais effleuré plus doux, plus beau, et qu’il aurait bien du mal à lâcher cette main, même pour replacer son bras dans le mécanisme de son aile factice. Oui.

Peut-être ne réussira-t-il jamais à desserrer son étreinte. Il voudrait l’attirer à lui, réduire encore ce qui les éloigne, et elle exauce sa silencieuse prière. Il voudrait l’enlacer, sentir son parfum de plus près, caresser sa nuque, éprouver son corps, contre le sien. Le monde pourrait bien s’effondrer, Eöl ne se rendrait compte de rien. Son univers ; se bornait à ce que ce masque lui révélait peu à peu; deux yeux bleus rieurs, ourlés d’un khôl ostentatoire, des traits délicats qu’il devinait sous le mouvement d’un voile finement ouvragé.
Ses battements s’accélèrent de nouveau, quand son regard s’attarde sur ces lèvres évoquées.
Par tous les dieux d’Asgard ! Il se sent sur le point d’exploser.

— Vous pensez arriver à danser avec quelque chose d'aussi gros ?

A la question posée, le norvégien est désarçonné, il n’ose comprendre. Est-ce qu’elle aurait deviné ? Est-ce qu’il se serait trahit ? Une légère rougeur colore le haut de ses joues, heureusement toujours couverte par son loup d’albâtre.
Ses ailes ! Ce sont ses ailes qu’elle désigne ! Eöl reprend son souffle qu’il avait suspendu, lorsque la magie se brise soudainement.

Elle lui échappe. Et ce qui défile devant lui, l’horrifie. Il veut la retenir, l’emprisonner, la protéger de tout ce qui n’est pas… lui. Mais c’est avec effroi, qu’il la voit se rattraper à une autre main que la sienne, une autre peau, un autre mâle épiderme, celui qui lui fait défaut, et étonnement se déchausse, laissant apparaître un affreux moignon. Et le rictus dédaigneux de celui qui la salie.

S’en est déjà trop. Et Kåre vrombit sans plus réfléchir, élançant la majesté de son aile, brusquement sur son assaillant qu’il bouscule effrontément, la rabattant ensuite tout aussi prestement à mesure qu’il s’agenouille vers l’astre de ses tourments. Tel un bouclier ouaté de chaleur et de tendresse, il l’enveloppe et la protège des regards inopportuns. Il l’étreint ensuite de son bras unique pour l’aider à se relever, sans plus laisser aucune distance les séparer. L’aile mécanique elle, n’aura fait que suivre les mouvements désordonnés de son corps, battant les alentours, sans qu’il n’y accorde le moindre intérêt.

Tout contre lui, sa blonde orientale pourra ressentir la course effrénée de son cœur, alors que la neige autour d’eux, continue de les couvrir d’un éclat duveteux.


PS HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tyill Ulnspegel
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Mar 3 Fév - 12:59
Tyill se tourna vers la Demoiselle Blanche. Bien sûr ! Il aurait dû bien mieux viser, et provoquer une avalanche ! Quel imbécile ! Bon, au moins, il y avait eu deux victimes, et ça, déjà, c'était assez pour satisfaire l'envie de chaos passagère... Sur le moment. La cavalière de Tyill venait de lui donner envie de pire, maintenant... Mais bon. Elle avait eu raison, et droit à un bon point, non ? S'arrêtant un instant de fuir, il se tourna vers elle, lui posa un léger baiser

( sur les lèvres )

au coin de la bouche, et murmura :

« Tu es géniale, Dame Blanche ~ »

Mais en réajustant son masque et en se retournant pour reprendre sa petite fuite, il se cogna fortement contre le torse viril d'un ange de feu. Tyill se voyait déjà à terre, sur sa nouvelle amie, dans la même situation gênante que Sherlock et Casanova, mais l'homme, italien, le rattrapa de justesse.

« Danke schön, Oiseau de feu ! »

Tout en couleur, son sauveur changea sa langue, passant de l'italien à l'allemand, ce qui ne manqua pas de surprendre le clown. Un autre Suisse, ici ? Peut-être, peut-être pas. Mais il avait entendu l'idée des dominos, et cela semblait lui plaire. Encore un fauteur de troubles à la fête ? Cela n'en était que plus amusant, n'est-ce pas ?

« Ach... Je pense qu'il est trop tard pour des dominos, mais... Avec vos magnifiques ailes, danser pourrait être fort amusant, n'est-ce pas ? »

Il se tourna vers sa cavalière, lui prenant les deux mains.

« Si j'arrive à avoir ces ailes, m'accorderez-vous une dan... »

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un impudent Pantalon(1) sépara le couple en tombant. Ce qui mit Tyill dans une grande rage. Non seulement on osait le couper en pleine phrase MAIS EN PLUS ! On l'avait séparé de son Ange Blanc... Et en voyant qui était l'auteur de la bousculade, il vit que la personne avait des AILES. C'était SON idée, nom de Dieu !

N'en pouvant plus, il ramassa de la neige qu'il tassa dans sa main, et complètement inconscient de ce que cela risquait de provoquer, il l'envoya sur l'aile de cet énergumène voleur d'idée et briseur de couple. Non mais !

Spoiler:
 


Dernière édition par Tyill Ulnspegel le Sam 7 Fév - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ange
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Mar 3 Fév - 14:01
C'est à peine si Ange a le temps d'assimiler ce qui vient de se passer avant que l'homme au masque d'argent ne lui arrache sa main...des mains. Le jeune travesti est tétanisé. Le rouge aux joues, il ne parvient même plus à déglutir, il a incroyablement honte de la situation et de sa propre maladresse. Et si son blond cavalier ne voulait plus de lui après ça ?
Ç’aurait été légitime, personne ne voudrait s'embarrasser de quelqu'un manquant à ce point d'élégance.

Pourtant, à peine quelques secondes après le malheureux incident, la vision du petit marquis se retrouve emplie d'un éclat blanc et duveteux qui vient frapper l'homme derrière lui. Un nouveau battement de paupières et son archange est agenouillé devant lui, le protégeant contre le monde de son humiliation, dans l'intimité immaculée de l'une de ses ailes. Comment fait-il ça ?
C’est qu’elles le sont tout autant que le reste.
Ange en a la gorge nouée, il remet son questionnement à plus tard. Il veut embrasser ces lèvres ourlée et goûter cette peau pâle. Pâle de naissance mais qui avait ce léger miel des gens qui passent beaucoup de temps à l'extérieur.
À présent, il ne sait plus trop quelles sont les pensées qui viennent du chocolat et celles de son propre esprit. La chose certaines, c'est que toutes lui appartiennent.

Chevaleresque et attentionné, le jeune homme relève le français pour l'enlacer tout près de lui. Le marquis frissonne et sa nuque se couvre de chair de poule alors qu'il sent la chaleur de son cavalier contre son corps et son pouls contre le sien. Il a envie de passer ses bras autour de son cou et s'enivrer de son odeur mais se retient de justesse.
Ce n'est pas le moment, il a d'abord un détail à régler.

— Une seconde...

Son ton est un peu voilé presque essouflés, mais il parvient à rassembler assez de volonté pour se détacher de l'éreinte de son sauveur quelques instants.
La main sur le coeur, il va s'incliner et s'excuser face à l'homme qui a été doublement bousculé :

— Je vous prie de pardonner ma maladresse, Monsieur, et la réaction quelque peu vive de mon compagnon.

Ange doit cependant se retenir de sourire, voir de rire. L'intervention de son inconnu ailé l'a laissé euphorique et il n'éprouve que l'envie de retourner dans ses bras.
Enfin, son bras. Il se dit que l'autre doit être caché dans l'aile.

Une fois de retour près de l'ange, le français lui dit d'une voix qui se veut un peu sévère mais qui trahit surtout son amusement et le plaisir de l'avoir vu accourir ainsi à son secours :

— Tu n'aurais pas du le frapper, il n'a rien fait de mal, se rendant compte que son masque pend inerte au bout de son bras, le marquis le replace devant ses yeux bleus puis rapproche son visage de celui de son cavalier avant de lui souffler ; Pourquoi tu as fais ça ?

Il insiste et il s'en fiche, il veut entendre sa réponse, il veut être sûr que la même envie rugit dans leurs veines.
Et puis Ange a un peu peur. Il sent l'alchimie entre eux, mais qu'adviendra-t-il quand son cavalier aura découvert qu'il n'est nullement la femme qu'il le croit être ? Il va devoir lui dire, d'ici peu, il ne peut pas garder le secret beaucoup plus longtemps. Se serait profondément injuste pour le jeune homme face à lui.
Le français espère néanmoins et prie de tout son coeur qu'il ne lui en tienne pas rigueur.

Levant sa main libre, le patriarche de la famille - qui en cet instant n'a rien de cela – vient poser délicatement celle-ci sur la clavicule de son archange en attendant sa réponse.

Et là-

Un gros projectile de neige vient s'écraser sur l'aile droite du jeune homme et les asperge tous les deux de minuscules éclats de glace.

Ange recule instinctivement en se protégeant le visage d'un bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Damian Morariu
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Mar 3 Fév - 19:22

Le bal était animé, peuplé. Trop concentré sur son interlocuteur, trop absorbé, Damian avait bien failli l’oublier. Mais voilà, la présence d’autres invités se rappela à lui lorsqu’un de ces autres-là le bouscula. Le détective voulut se retourner pour invectiver le rustre, mais ni les lois de la physique les plus élémentaires ni la sensation de se retrouver contre l’homme qui le fascinait sans qu’il ne puisse en comprendre la raison ne lui en laissèrent l’occasion. Électrisées par le contact soudain qu’il avait - pour des raisons logiques - tenté d’éviter, ses pensées semblèrent se dissoudre en un brouillard confus de sensations toutes plus perturbantes les unes que les autres. Et au milieu de ses pensées, une remarque. Un détail qui avait toute son importance.

Alors qu’ils se retrouvaient au sol, l’androïde avait pris soin de ne pas blesser l’homme qui accaparait son attention.

Signe d’attention, signe de compassion, brouillé par l’afflux... d’informations. Le corps fut plus fort que l’esprit, que la contradiction, que la raison : à demi-conscient, guidé par ses pulsions, le détective accorda à la chute son mouvement. Ses lèvres se retrouvèrent contre celles de son interlocuteur, et il se mit à l’embrasser avec une passion incongrue, dégénérée. À embrasser un autre homme, certes mais lui-même n’était qu’un mâle et réagissait en conséquence, aggravant les circonstances déjà graveleuses de leur bousculade. Et il pouvait bien sentir, percevoir que l’électricité était partagée.

Ça aussi, c’était nouveau. Depuis quand était-il si attentif aux réactions de sa... son partenaire ? Il y avait quelque chose d’étrange, dans ses gestes, dans ses pensées... dans ses sentiments. Quelque chose de trafiqué. Quelque chose qui battait entre ses poumons, ravivé par la magie. Boum boum boum petit coeur. Profite bien de la soirée.

La sensation, trop inédite pour être ignorée, se fraya un chemin au milieu du chaos qui avait pris ses aises sous son crâne. Stupéfait, Damian détacha son visage de celui de son interlocuteur : son cerveau luttait, luttait pour comprendre ce qui se jouait de lui et s’amusait ainsi à brouiller ses appétits. Un bref regard aux autres couples qui se formaient et l’intuition fut confirmée : il n’était pas le seul ici à se retrouver ainsi... manipulé. Une envie de fuir ce bal maudit s’empara de lui, mais la pensée de quitter ainsi l’objet de son attention - sur lequel il se trouvait toujours, au demeurant - lui parut particulièrement déplaisante.

Une inspiration. L’enquêteur se releva, libérant totalement Casanova de son poids. La cessation du contact clarifia quelque peu ses pensées, laissant la logique qui le caractérisait tenter de remettre de l’ordre dans sa tête. Rester ? S’en aller ?

Machinalement, il tendit la main à son interlocuteur pour l’aider à se relever.

- Désolé.

Décidément, il ne se reconnaissait plus.

- ... je crois que j’ai besoin d’un peu d’air.

Damian fronça les sourcils, surpris que ses mots dépassent sa pensée.

- Tu veux m’accompagner ?

Très bien, son cerveau semblait s’être mis en pilote automatique. Ceci dit, l’idée qu’ils s’isolent n’était pas si mauvaise, après tout... lui avait besoin de calme pour réfléchir.

Et puis, les chances de bousculades risquaient d’être moindres dans les jardin.

Du moins il l’espérait ?
Moi en train d'écrire ce truc:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Jacob de Bénac
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Jeu 5 Fév - 14:57
En un éclair, tout bascula pour Jacob: on lui avait prit la main, voilà qu'on lui volait sa soirée!
Sa belle cavalière le regardait à présent d'un air horrifié, détail qui en temps normal l'aurait fait rire ou laissé froid, mais qui le contrariait beaucoup ce soir-là...

- Très chère, laissez-moi un instant pour vous expliquer...

... Et d'un autre côté, il y avait cette déesse orientale tombée au sol, qu'il discernait mieux à présent qu'il venait de récupérer son bien.
Et comme il se trouvait à la cour de France, la courtoisie avant tout.

- Veuillez m'excuser pour ma réaction, j'ai été surpris, je...


Et alors qu'il s'apprêtait à tendre la main droite à la malheureuse victime de cette bousculade, il vit son cavalier se ruer sur lui toute griffes aile dehors, le projetant dans la direction de sa belle cavalière de la soirée.
Dans sa tête, le Diable se tordait de rire.

- Mon cher ami, je crois qu'il est possible que tu ne sois même pas l'être le plus fou de cette maudite soirée!

Un instant de confusion. Il avait chut, entraînant sa belle Aphrodite dans son élan, et il resta quelques secondes stupéfait. Cette proximité n'était pas pour lui déplaire, cette femme était terriblement désirable... Sa beauté, son charme, la douceur de sa peau... Il brûlait de lui ôter son masque pour mieux la contempler...

Mais il réalisa bien vite qu'être vautré sur elle n'était peut-être pas sa meilleure arme de séduction après lui avoir déjà montré qu'il était manchot!

Prestement, il se redressa, lui offrant sa main droite pour l'aider à faire de même.

- Toutes mes excuses ma Dame... Vous n'avez rien?

Son regard se porta ensuite vers le couple dont le cavalier l'avait bousculé, et qui à présent couvait la déesse égyptienne d'une jalouse convoitise. Oh, Jacob ne comptait pas la lui prendre, mais il était reconnaissant de l'intervention de cette dernière pour juguler les réactions de son partenaire. Le capitaine ne tenait pas à s'illustrer dans un quelconque affrontement ce soir...
Aussi opta t-il pour la diplomatie -ou en tout cas s'y essaya t-il-

- Mes excuses. fit-il en s'inclinant face au couple.

Le commentaire s'adressait indifféremment aux deux partenaires dont il se désintéressa très vite, ne tenant pas à se reprendre des coups... Il avait beau être d'un naturel calme, froid et patient, il n'était pas dit qu'il garde indéfiniment son sang froid si on le provoquait un peu trop. Même à la cour de France.
Et autant, il se sentait réellement ennuyé pour cette jeune femme qui avait chut en lui emportant la main -on est gentleman ou on ne l'est pas!- et qui à présent prenait sa défense, autant l'aspect vindicatif de son partenaire ne lui plaisait pas beaucoup...

L'instant d'après, une boule de neige heurta l'aile de l'énergumène qui l'avait frappé...
... Hum, cette histoire allait dégénérer, et il ne tenait pas à négliger sa belle cavalière, autant faire d'une pierre deux coups en amorçant une retraite stratégique...

Se tournant vers Aphrodite, Jacob lui murmura sur le ton de la confidence tout en replaçant sa prothèse aussi discrètement que possible.

- Que diriez-vous de nous approcher du buffet pour nous remettre de ces émotions...? Enfin, si la compagnie d'un ancien soldat marqué au combat ne vous rebute pas... ?

Une fille dans chaque port, et une explication pour chaque fille, telle était sa devise. Ce soir, donc, il serait un vétéran...


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Robin Hood
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Sam 7 Fév - 15:46
Bon et bien ça c'est mieux passé que prévu (ce qui est paradoxal puisque ça doit bien faire un moment que plus rien ne se passe comme prévu sauf si bien évidemment on ne considère pas "on fouille et inspecte la zone" comme quelque chose de prévu mais après tout dépend du point de vue hein, je veux dire c'est pas comme si quelqu'un dispose de la science infuse, tu sais ce truc dont un tas de gens se croient possesseur. Oui, oui c'est à toi que je m'adresse personne pointé du doigt au hasard hors de mon champ de vision parce que je suis un personnage coincé dans un texte écrit qui doit se contenter de jouer son rôle et je...hein? Pardon excusez-moi on me dit que ma parenthèse est bien trop longue. Et que je dois éviter de briser le quatrième mur. Et que mon auteur doit finir son po- d'accord, d'accord j'ai compris.) même si, avouons-le, elle a l'air assez étrange quand même. Tu en vois beaucoup des ladies avec ce genre de comportements toi? Elle a l'air coincée et d'être une coincée en même temps. Si, si la phrase a du sens. Maintenant elle me dit que tout va bien. Tant mieux, maintenant je vais reprendre mon chemin. Je vais retourner à mes occupations et les moutons seront bien gardés.

Si vous m'excusez j-

Ah nan! Ah non, non, non. Vous pouviez me dire n'importe quoi mais pas de danser! J'insiste? J'insiste pas. J'insiste? J'insiste pas? Dieu, je crois pas en toi mais donne-moi un signe! ...ok. Non ça va. Ca va fort bien. J'en suis même étonné que le grand bonhomme vienne d'accéder à ma requête. C'est tout à fait aimable de ta part tout-puissant mais comment tu veux que j'interprète de la neige en intérieur?! Non c'est juste moi qui cogite trop dans ma tête. Je me remets droit, je me débarrasse du plus de neige possible et je reprends un minimum d'allure. C'est pas parce que je veux me barrer que je vais me montrer vache. Elle a guère l'air plus à l'aise que moi en plus. Autant couper court à tout ça le plus vite possible non? Allez, je refuse poliment son offre et je repars, fin de l'histoire. Allez tchao, hasta la vista, auf wiedersehen, au revoir, good-bye, ect...

Et bien ma foi, certainement.

...Je...je suis...rah, comment le dis-t-on en français? Que je me souvienne bien c'est tout simple en plus. Con, oui voilà c'est ça! Je suis complétement con. Je prends cette main qu'est la sienne et aussitôt j'ai l'impression que chaque tissu musculaire de ma main va exploser alors que je dois sûrement avoir un air plus "serein" que ce que je crains. On est à quelques secondes de là où tout le monde danse. Est-ce qu'elle me regarde? Non, non, faut pas que je la regarde sinon elle va croire que je la regarde et à son tour elle va me regarder et on risque de se croiser du regard et-

Je suis un piètre danseur mais j'ose espérer être à la hauteur.

Bon sang mais qui écris mes dialogues à ma place?! Et qui a dis que je voulais nous insérer en plein cœur de la dance comme ça d'un coup? Surtout qu'on doit avoir l'air beau à ne pas se regarder tiens. Tu la sens la contradiction? C'est stupide n'est-ce pas? De ne pas vouloir regarder la partenaire de danse, pas même du visage. Un vrai gentlemen le ferait. Pourquoi je le fais pas alors? Err..euh c'est à dire que je...Et bien en fait c'est très simple...Non pas du tout. J'ignore pourquoi mais j'ai comme l'impression d'être redevenu un gamin qui accoste une lady pour la première fois. Toujours entrain de faire attention au moindre pas de danse, à appréhender le moindre geste de l'autre et à opter pour la plus grande prudence à son environnement. Le paradoxe? Ca rends tellement inattentif que tu fais exactement l'inverse de ce que tu souhaites. Et plus ça va et plus tu te dis que la lady te prends pour le dernier des imbéciles. En dansant, j'observe un peu tout le monde. En temps normal, j'aurais été surpris de voir un homme qui se serait pris le luxe de se faire placer des ailes pour une simple soirée. Tiens, deux hommes ensemble. Il y a même à nouveau l’Ulysse manchot non loin. Tant de de choses vues en si peu de secondes avant que tout ne se perde de vue…J’ai comme la terrible impression d’avoir oublié quelques détails importants. Le genre d'informations intriguant. Ah ! Mais si bien sûr! Depuis tout à l’heure j’arrête pas de m’emmêler les pattes et de marcher sur les pieds de ma partenaire de danse. De charybde en scylla Robin. Qu’il a de l’allure notre D’Artagnan.

Mille excuses ! Autant pour moi.

Dieu merci j’ai toujours mon masque. Je n’ose pas imaginer à quel point ma tête doit être rouge en retournant le plus vite mon regard vers elle. Non, évite son regard. Si, cherche-le. Mais non ! Rattrape-toi plutôt. Comment fais Robin Hood dans ce genre de situation ? Allez, je dois vite trouver quelque chose. Ne te laisse pas déconcentrer par les autres. La complimenter, parler d'un sujet qui pourrait l'intéresser tiens. Allez vite, rattrape-toi, trouve une bonne chose à dire. Et surtout, reste le plus élégant possible.

Hum…err...pas trop serré là-dedans ? 'Fin j’veux dire... Ca tient bien ces perruques? ...Tout ça?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Caitrìona Lawrence
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Sam 7 Fév - 19:08
Caitrìona regarda son cavalier, la situation était plutôt gênante. Elle se releva avec l'aide de la main qu'il lui tendait, elle sentit qu'elle se mettait à rougir. Elle se trouvait ridicule.
En se relevant elle ne pût s'empêcher de jeter un regard noir aux deux qui les avaient bousculés*Nan mais pour qui ils se prennent?!* La jeune fille regarda son cavalier, elle sentit qu'il mentait mais tout en elle l'empêchait de lui en vouloir, de le laisser tomber. Elle souria:

"Oui, nous devrions faire honneur au banquet, les chocolats m'ont l'air délicieux…Ces bals deviennent vraiment de plus en plus mal famés…"

Bien entendu, elle l'avait dit assez fort pour que celui qui avait donné un coup d'aile à son cavalier l'entende.
Caitrìona souria et se tourna vers Ulysse:

"On peut y aller…Je vous suis mon cher, montrez moi la voie"

La jeune fille s'approcha du buffet et regarda les mets ayant l'air plus délicieux les uns que les autres. Elle hésita avant de prendre un des chocolats qu'elle dégusta avant d'en prendre un deuxième,puis un troisième…Elle croisa le regard de son cavalier et rougit:

"Je suis désolée…Je dois vous paraître bien gourmande…Mais dites-moi, comment est-ce arrivé pour votre main?"

La meurtrière souria, peut-être qu'après tout il disait la vérité même si elle en doutait réellement mais s'il mentait, il devait sûrement avoir ses raisons…*Oh,reprends toi, c'est toi la manipulatrice ici!* Caitriona se demandait ce qu'il lui arrivait, en temps normal elle ne serait pas comme ça…Oh et puis, elle était là pour s'amuser, elle n'allait pas s'attarder sur des détails sans importance.

La jeune fille vit alors qu'une boule de neige avait atterri sur l'un des malotrus et elle rigola intérieurement. En voyant la neige à ses pieds, elle souria*Une de plus ou une de moins…*La voleuse ramassa un gros paquet de neige auquel elle donna une forme de boule qu'elle envoya sur le couple qui l'avait dérangé.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dante Z. Lucertola
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Dim 8 Fév - 17:32
Si Dante s’attendait à ce que le clown face à lui rebondisse sur son idée de dominos, il ne s’attendait certainement pas à ce que cela prenne la forme d’une bataille de boule de neige, dont la première attaque alla directement s’écraser sur l’aile d’un homme à la carrure plutôt impressionnante et qui avait déjà l’air clairement agacé. L’italien haussa un sourcil puis laissa échapper un petit rire à l’audace du jeune allemand qui venait de lancer les hostilités.

Joli lancé mon cher ! Vous venez de déclencher un cataclysme…

Cela sembla d’ailleurs donner des idées à d’autres convives, témoins de la scène et manifestement en désaccord total avec l’ange et la déesse chat qui lui tenait lieu de cavalière, car une Aphrodite s’écarta avec son compagnon avant de lancer à son tour une boule de neige qui rata sa cible pour finir dans la tête d’une autre personne alentour qui n’était pourtant absolument pas concernée.

Tout le monde ne vise pas aussi bien que vous …

L’artiste eut un nouveau rire et baissa les yeux sur la neige qui recouvrait la table près de lui. Tout son corps hurlait contre l’idée même de toucher de la glace à main nue, alors même qu’il se rappelait de la sensation douce et tiède de ses curieux flocons lorsqu’ils tombaient du plafond. Fronçant les sourcils comme s’il s’apprêtait à faire quelque chose d’horriblement dangereux, Dante posa ses mains sur la neige qui n’était absolument pas froide, et se détendit donc en formant à son tour une boule cotonneuse et blanche pour la lancer dans les invités, non loin du groupe. Son but ? Viser un certain d’Artagnan, qui dansait près d’ici. Il était bien plus drôle d’amener d’autres personnes dans cette bataille que de se cantonner aux seuls concernés.
Son projectile atteignit sa cible et éclata contre le visage de l’homme, éclaboussant sa cavalière de quelques flocons, et le déconcentrant assez pour qu’il loupe quelques pas. Riant à nouveau, Dante se retourna vers le buffet, l’air de rien, se servant d’un chou à la vanille alors qu’il entendait d’autres boules de neige fuser dans la salle. Ils venaient assurément de lancer une nouvelle occupation !

Emporté par le jeu, l’italien façonna une nouvelle boule de neige qu’il lança en direction d’un couple de danseur qui virevolta au dernier moment, le projectile de flocon finissant ainsi sa course sur le corset d’une jeune femme dont il pensait reconnaitre le costume en tant que Perséphone, la déesse grecque des souterrains. Femme d’Hadès.
Oh. Oups. Si le costume indiquait l’état d’esprit et le caractère de sa porteuse, il avait tôt fait de tourner le dos et de s’éclipser rapidement. Il hocha la tête à l’adresse de Tyill et lui adressa un grand sourire.

Amuse-vous bien mein Freund, je vais prendre l’air quelques minutes afin d’échapper à de possibles représailles !

Peu discret en raison de ses grandes ailes rouges, orange et dorées, ainsi que sa peau recouverte de poudre de la même teinte brillante, il parvint tout de même à se faufiler vers l’extérieur, respirant l’air frais du soir avec un certain délice.
Un domestique vint alors le trouver et lui donna une note avant de filer sans un mot, allumant la curiosité du jeune artiste qui l’ouvrit aussitôt pour la lire. C’était l’un de ses contact, qui avait réussi il ne savait comment à lui faire parvenir une information.

« Le Serpent est ailleurs. Ceci n’est qu’un leurre. »


Dante claqua de la langue agacé. Il avait loupé l’Empereur, ses informations précédentes étaient fausses ! En colère, le jeune homme dévala les escaliers et héla une voiture pour y monter, sans même accorder de l’intérêt aux chevaux qui la tirait, chose rare. Il donna l’adresse de l’auberge où il dormait ce soir-là, et quitta ainsi le Bal masqué de la Reine de France, sans un regret.
Les bals, il y en aurait d’autre. L’Empereur, il n’y en avait qu’un seul.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Zahnfee V. Edelstein
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Lun 9 Fév - 23:02
Alors que nous laissons les deux harpies lubriques à leurs aigreurs saphiques, j'éprouve un drôle de pincement au coeur. Non pas que je les regrette -elles n'ont aucun rôle dans mon émois- mais je réalise soudain que le retour à la salle de bal, signifie briser l'intimité qui règne entre moi et mon Fantôme. Plus nos pas nous en rapproche, plus mon esprit m'incite à fuir.
Par une des vastes porte-fenêtre, j’aperçois deux silhouettes masculines qui s'éloignent vers les fontaines. Je crois reconnaitre Pitt dans son costume de Casanova. Je manque de le héler mais déjà les ténèbres des jardins le happe, lui et son compagnon.
N'était-ce-pas le fumeur de pipe ?
Cette diversion soustraite à mon attention, me voilà sur le pas de l'arche principale, donnant accès à la salle de bal. Tout n'y est que chaos neigeux et cacophonies. J'attrape instinctivement la manche de chemise de Friedrich. Mon ancre dans la tempête. Pourtant, au milieu de tout cela, quelque chose me chiffonne. Une variation de composition, une question de détail. Un sourire de Joconde. Mon instinct tente de me révéler quelque chose. Non. C'ets mon âme, mon héritage qui essaie de secouer mes neurones endormis par les toxines de la copulation.

Je plisse les yeux en observant la foule. Les convives glissent deux par deux sur la neige molle. Des paires, des duos, des couples qui s'agitent, se vautrent, s'embrassent, bâffrent, s'échauffent.
Deux par deux.
Sauf trois femmes.
Trois femmes costumées en fées.

Je frissonne.
La réalité me frappe soudain. L'évidence me douche. J'en suis glacée.

- Fr...

"Souviens toi que connaitre le vrai nom d'une personne, c'est le posséder"

- Fantôme, dis-je d'une voix blanche, j'ai peur ! Et si tout ceci n'était qu'un charme, un mauvais sort, demain je redeviendrais une petite souris et vous... une citrouille.

Tétanisée, je le regarde.
Je sens la magie à l’œuvre par tous les pores de ma peau sans être sure de mon fait. J'y suis éveillée à présent à ce monde de folie. La magie est tout sauf cartésienne, tout sauf logique. Aucun protocole ne la prouve : elle n’est qu'impressions, empruntes, sensations. Neige fondante et bulles de savon. Alice m'a dit de ne pas en avoir peur, de ne pas m'en effrayer. Mais je ne suis pas encore prête pour ce monde là. Je ne suis pas prête non plus à admettre que l'homme à qui j'ai offert brutalement ma virginité, sur un coup de sang, n'éprouve rien pour moi. Je me cabre devant la possibilité que ses larmes, son regard fiévreux, son cœur battant, n'ait été que le jeu d'une poignée de facétieuses enchanteresses. Pourquoi les hommes de ma vie sont ils avant tout les amants de cette catin de Magie ?
Je ne veux pas.
Cela ne saurait être.

Mon déni à l’œuvre je n'ai alors qu'une échappatoire : reculer. Mes pieds font volte-face, je cours à perdre haleine en direction des fontaines, abandonnant là, mon prince. Dans l'entreprise je perds un escarpin derrière moi mais je n'en ai cure. Une seule idée en tête : retrouver Pitt.

Retrouver Pitt !
Et partir...


Revenir en haut Aller en bas
Conteur d'histoires
Narrateur
avatar

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   Mar 10 Fév - 15:20
Les fées gloussaient, cachées derrière leurs éventails. Elles saluèrent le retour d'un de leurs proches amis, qui revenait des jardins.

« La soirée vous plaît, Marquis de Sade ? »
« Fort bien, fort bien, mes dames. La promenade dans les jardins fut fort... distrayante. Je pense avoir trouvé matière pour mon prochain livre. »

Le Marquis louvoya parmi les boules de neige, aussi à l'aise qu'un poisson dans l'eau.

La puinée des fées poussa un cri de surprise. Une boule de neige vint la heurter au visage, manquant de faire tomber son masque. Suivie d'une seconde sur le haut de son décolleté, lui arrachant un frisson glacé. Le jeu l'avait amusé, au début, mais là c'en était trop. Sur son ordre la cadette mit fin au sort. La neige cessa de tomber, ne laissant que quelques monticules épars, de par la salle.

« Voyez mes sœurs, je vais trouver un moyen de nous amuser davantage. » glissa la puinée à l'oreille de ses sœurs.

Les trois fées se mirent à léviter, se retrouvant à flotter au-dessus de la tête des convives. Le sort se propagea, touchant tous les occupants de la salle. Tous les êtres vivant se mirent à flotter dans les airs, comme si le champ de gravité avait été déréglé. Le sort se répandit jusqu'aux jardins proches. Il aurait été dommage d'en priver ceux qui avaient décidé de prendre l'air.

Citation :
Vu l'absence de réponse de Stoïck, considérez que son personnage a quitté la salle en même temps que Dante. Du coup, petit rappel des couples actuels histoire de ne pas se perdre dans tous ces départs.

Damian Morariu – Pitt
Ange – Eöl
Sofia De Belmonte – Robin Hood
Jacob de Bénac – Caitrìona Lawrence
Maria Korzha – Shin
Zahnfee Fatina – Friedrich Franz Edelstein
Rebecca L. Schneider – Reine Ronce
Tyill Ulnspegel – Melody McFlame

Le sort de neige n'est plus effective. Il reste bien de la neige au sol (quelques monticules dispersés), mais plus rien ne tombe. Mais, à contrario, désormais, tous les êtres vivants présents dans la salle du bal lévitent. Vous voguez dans les airs ! Le sort s'étend aux jardins, mais dans un rayon proche. Libre à ceux présents à l'extérieur d'être touchés par le sort ou non.

Bon jeu !


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bal masqué et mascarades   
Revenir en haut Aller en bas
 

Bal masqué et mascarades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: France :: Château de Versailles-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat