[04] La force de Troie

 :: L'Amérique :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Magdalena Korzha
Invité
avatar
Magdalena Korzha
Sam 7 Fév - 22:05
Viorica était une petite fille très rapide, beaucoup trop pour sa mère qui s’épuisait à vue d’œil. L’enfant sautillait, cachée avec les deux adultes à bord du Souffle Gris. Il était possible qu’elle ait apprécié plus que de raison leur petit voyage avec les pirates. Ils étaient forts et savaient plein de choses, elle les trouvait affectueux et amusants. De plus, elle apprenait beaucoup plus en une journée passée avec eux qu’une semaine entière à l’école ! Avec des parents scientifiques, pas étonnant qu’elle soit plus avancée que les autres fillettes !

Magdalena se laissa tomber de manière sécuritaire –ou presque- sur le lit de la cabine déserte. Elle appuya sa tête contre l’un des montants et ferma les yeux. Le calme, enfin ! Ou presque. La roumaine sentait un poids immense se retirer de ses épaules et à peine put-elle souffler que le fil de ses pensées l’amena à son laboratoire détruit et à la perte de son poste sur Emerald. Ses yeux se rouvrirent en toisant sévèrement le Chapelier.

« Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, la porte est juste là ! Vous êtes encore libre de partir ! » Tonna-t-elle contre lui.

N’était-ce pas un peu –énormément- de sa faute toute cette agitation ? Ne possédait-elle pas une vie parfaite avant qu’il décide de s’évader de prison ? Dans la panique et les bousculades pour rattraper Viorica sur le quai menant au Souffle Gris, sa plaie s’était rouverte. Heureusement, le bandage qui la recouvrait était suffisamment épais pour ne pas laisser paraitre de trace de sang au travers de sa chemise.

La petite fille faisait les cents pas dans la cabine. On lui interdisait de sortir, même si elle en avait très envie ! À peine cette pensée traversa-t-elle son esprit qu’elle avait déjà disparu. Magdalena n’eut pas la force de lui hurler de revenir, ou de la rattraper, à quoi bon ? Lors de leur premier voyage, l’enfant n’était-elle pas l’être le plus protégé de tout le navire ? Elle courut dans les couloirs, s’arrêtant et se cachant contre le mur lorsque des pirates passaient près. Ils lui avaient apprise à être discrète –ils n’auraient jamais du- et ainsi se faufila-t-elle jusque dans les cuisines. Accroupie, passant entre les caisses de rhum et les sacs de patates, elle contourna un comptoir et bondit sur l’homme qui se tenait devant.

« Bouh ! »

Elle étira un large sourire, montrant toutes ses dents blanches. Si seulement était aussi candide et remplie de joie de vivre :

« Dites-moi, Monsieur Duca, éprouvez-vous du ressentiment à mon égard ? Que vous ai-je fait pour que vous ruiniez ma réputation et fassiez détruire mes laboratoires ? »

De plus en plus appuyée contre la structure du lit, les yeux lourds et la posture fatiguée, elle trouva la force de lever un doigt et de le pointer avec courroux vers Vasile.

« Si j’étais dans un meilleur état, je vous laisserais tout seul ! »
Magdalena Korzha
Revenir en haut Aller en bas
Vasile Duca
Invité
avatar
Vasile Duca
Ven 13 Fév - 1:07
Trop concentré sur l'analyse de leur situation actuelle, Vasile n'avait pas vu venir le coup d'éclat de Magdalena. Il en trébucha même pour s'aplatir contre le mur ! Courroucé, il lui lança un regard noir.

" Ma faute ? Allons. Votre faute pour avoir cru que cette ville de pacotille vous apporterais quelques biens. "

Sa faute pour l'avoir abandonné, tiens ! Levant ses deux mains, il rajusta son chapeau sur ses mèches désordonnées. Son merveilleux chapeau. Heureusement qu'il avait pu le récupérer.

Du coin de l’œil, il avait vu Viorica détaler et ne s'en inquiétait pas outre mesure. Ils n'allaient, de toutes façons, pas pouvoir rester enfermés dans cette cabine bien longtemps... n'est ce pas ? Parlant de celle-ci, il pivota pour en faire le tour. Les craquements et roulis réguliers du bateau volant s'adaptaient curieusement à sa démarche, une bête goutte d'eau dans le vase que représentait sa malédiction. Au moins quelque chose dont il pouvait se féliciter : il allait peut-être être épargné par le mal de l'air ! Maintenant qu'il était accoutumé au mal du Chapelier...

Alors que Magdalena se laissait aller à ses diatribes, Vasile n'avait pour obsession qu'une chose unique... Le thé. Depuis combien de temps n'avait-il eut une tasse de thé correcte entre les mains ?

Du thé, du bon thé. Ou diable pouvaient-ils cacher leur réserves sur ce rafiot !?

C'est avec réticence qu'il dû quitter ses rêveries. Magdalena en était arrivée aux accusations. Voilà en général le stade qui précédait taloches et autres sévices corporels qu'elle pouvait tenter de lui infliger lorsqu'elle s'énervait vraiment.

" Ce que vous m'avez fait ? Doit-on encore reparler de votre abandon alors que j'étais malade ? Pire que faible ? Sur qui pouvais-je compter pour mes travaux, ma guérison si vous n'étiez pas là ? " Il inspira en fermant les yeux. Vraiment, le manque de thé emplissait la moindre parcelle de son cerveau à présent. À en devenir fou, vraiment. " J'ai oublié ce malheureux événement, je n'ai plus de ressentiment. (Après tout, il y avait bel et bien eu outrage, n'est-ce pas ?) De plus, je pensais chaque chose que je vous ai dit. Emerald aurait fini par être votre perte, une gangrène pour votre esprit, un carcan à votre génie. "

Il aurait été dommage de perdre le deuxième plus grand cerveau de Roumanie, n'est ce pas ? Mains croisées dans son dos, à une distance respectable de Magdalena - afin d'éviter toute attaque physique - il contempla le profil fatigué de sa comparse.

" Reposez-vous, plutôt que de me menacer ! Vous n'êtes effectivement pas en état de partir dans de telles élucubrations. Pensez plutôt à la suite ! Vous me parliez du Canada... C'est donc au Canada que nous irons. J'ai moi-même besoin de... Distance, de la Roumanie. "

De la Roumanie, de l'Europe, d'Emerald... Ho, le Chapelier n'avait pas dit son dernier mot, loin de là... Mais un retours en grandes pompes, cela se préparait. À commencer par ré apprivoiser ses chers instruments de chirurgie, sa mécanique et sa technique. C'est à peine s'il avait conçu un plan ces derniers mois ! Soupirant, dramatique, il se tourna vers la porte qu'il ouvrit... Nettement moins discrètement que la jeune Korzha. Que pouvaient-ils craindre ? Ils étaient en plein air désormais.

" Sottises de tenir de telles conversations sans thé. Je suis certain qu'il en existe dans cette... Boîte volante. "

Ho, si seulement ils avaient été seuls ! Mais le Souffle Gris fourmillait, hélas, de bien des âmes... Dont certaines bien connues de l'inventeur !

HRP:
 
Vasile Duca
Revenir en haut Aller en bas
Solal Yarhi
Invité
avatar
Solal Yarhi
Dim 15 Fév - 20:06
"- Bouh!"
Le grand colosse qui occupait les cuisines détourna la tête de son travail en entendant la voix fluette d'une certaine gamine. Jam haussa un sourcil de surprise et se nettoya les mains dans son tablier en lui faisant signe d'entrer.

"- Qu'est-ce tu fiches ici Viorica ?! T'es toute seule ?... "


Bah de toute façon, Viorica faisait bien ce qu'elle voulait, dans une certaine mesure. Le pirate l'avait engueulé un sacré nombre de fois pour ses tentatives de vol dans ses réserves. Un cuistot peut s'avérer un adversaire redoutable, terrifiant dans ces circonstances !
Mais là, Jam était plutôt amusé et étonné de la trouver dans ses pattes.

Si elle était là, sans que sa mère le sache... Vive le carnage. D'autant qu'ils étaient déjà en train d'appareiller, les rouages des moteurs commençaient déjà à se faire entendre. Vivement, pour sa corpulence, la main du coq s'abattit sur le fruit que la gamine essayait de subtiliser et il lui fit un signe négative de la tête, en souriant d'un air carnassier. Ce n'est pas aujourd'hui que Viorica lui jouerait un de ses tours de passe-passe.
Et plus important, que se passait-il ?

~

Un peu plus loin, deux voix s'élevaient dans les couloirs menant à la cuisine et à la salle des moteurs.
"- On file quand même ?
- Ouais... Trappen a dit qu'on avait suffisamment attendu et Yarhi devrait pas tarder. Enfin, j'espère pour lui ! ... j'ai hâte qu'on quitte cette île pourrie. Y'a rien, à part des pètes-secs et des moines ! "

Ils se marraient en y pensant, mais sur que le Capt'ain ne serait pas du même avis, contrarié - fortement contrarié de ne pas voir son Second revenir. Et s'il tardait, c'est que Solal avait eu des ennuis... A croire qu'il les attirait comme des mouches.

Les deux pirates en étaient à décrire les regards condescendants et les saintes nitouches d'Emerald quand ils croisèrent un inconnu, parfaitement à l'aise ou presque, en train de fureter comme un brave.
" - Hé, t'es qui TOI ? Qu'est-ce que tu fous ici mon brave !? "

Le ton badin avait disparu, remplacé par un ton bien moins amical, souffle dangereux et main posée sur l'épaule de l'imbécile qui avait osé se montrer. L'éclat des lames n'était jamais bien loin... Mais avant que celui-ci ait pu répondre quoi que ce soit, le second pirate, un peu plus en retrait étouffa une insulte, les yeux fixés sur la silhouette roumaine.
"- Oh, bordel , non ! Lev' ... C'est... Et merde ! Gardes-le ici, je reviens..."
Le bras de Till semblait le bruler à la vue de ce... chapeau, cette expression toujours un peu perdue, même si leur propriétaire était tout autre que cela.
Au départ, il n'en avait pas été certain, mais oui. C'était lui. A sa vue, il lui semblait sentir encore plus les os et les tendons de son coude douloureusement , jusqu’à son épaule. Ce maudit roumain, ce scientifique complètement fou !
La face de Vasile Duca ne pourrait s'effacer de ces mémoires qu'il avait traumatisé.
Mais ça ne voulait pas dire qu'il était intouchable, loin de là ! Les prunelles émeraude du pirate brulaient de rage et d'un soupçon de peur viscérale cachée, tandis qu'il marchait à grandes enjambées.

En quelques instants, un brouhaha infernal se fit entendre tandis que les pirates, dont pas mal d'androïdes se préparaient à passer le savant au fil de leur sabre.

En face de ce maigrichon, Lev', lui, n'avait pas franchement compris l'empressement de Till, mais il lui faisait suffisamment confiance pour savoir quoi faire. Pointé sur le nez de Vasile, il tenait un de ses pistolets et lui avait promit d'en faire de la charpie au moindre mouvement de doigts de pieds.

"- Alors, qu'est-ce vous foutez ic..."

Sa question ne trouverait pas de réponse tout de suite.
Un branlebas de combat résonna dans le couloir.


A l'autre bout du navire volant, Solal avait sauté de justesse pour monter à bord, essoufflé, crasseux et courant comme si une armée de diables était à ses trousses. Après ce qu'il s'était passé, le Second du Souffle Gris avait quand même fait un tour rapide dans les salles, piochant son dû aussi discrètement que possible. Tout en essayant de rester entier.
Il ne savait plus si le sable qui imprégnait ses vêtements était un résidu de... ce truc. ou si c'était ses vêtements.
Mais mieux donner le signal aux guetteurs et filer vite fait !
Solal savait que son Capitaine serait loin d'être ravi du résultat de la mission, mais il se doutait encore moins de l'état dans lequel serait Trappen, avec quelques données inconnues sur le Souffle Gris...
Les mains sur les genoux, il reprenait son souffle à grandes goulées d'air, et constata avec rage et amertume qu'il n'avait jamais récupérer ses foulards, restés dans les mains de cette saleté de brunette.
Quel foutoir ça avait été ! Et il avait perdu ses turbans...

Ses cheveux courraient sur ses épaules, mais il n'en avait rien à faire, soudainement alerté par les cris dans le couloir. Un soupir exaspéré s'échappa de ses lèvres, avant qu'il n'arrive au pas de course.
Il attrapa un des pirates et l'apostropha tout en passant devant lui.
"- S'passe quoi ? "
"- Y'a un imbécile qui a cru qu'on était un navire de croisière... et les gars disent que c'est un démon !"

Un démon ?

Qu'est-ce que ces foutus idiots avaient encore inventé ? Qu'est-ce que c'était que cette histoire encore... Les sourcils froncés, Solal avisa le comportement étrange des quelques pirates. Ils avaient acculé une ombre maigrelette contre le mur, mais elle était toujours vivante - fait très étrange... - comme s'ils s'attendaient à une menace.

"- Tu vas payer pour ce que tu nous as fait Duca... et dix fois pire ! "
Si certains étaient un peu pâles, d'autres avaient la ferme intention de le clouer aux poutres de bois derrière.
Le pirate le plus proche, une mimique haine au bord des lèvres avait saisi Vasile par le col, le décollant du sol comme une vulgaire poupée de chiffon. Le poing atteignit l'œil du soi-disant génie sans l'ombre d'une hésitation. Il voulait que ce scientifique, ce fou, ait mal. Qu'il se torde de douleur.
Encore et encore.

Le chapeauté aurait perdu ses dents si Solal n'avait pas brusquement saisi le bras de Till, et l'allemand lui lança un regard furieux.
Une seconde assassine passa entre les deux hommes, mais le pirate se dégagea dans un mouvement rageur.

"- Solal ! il mérite de crever! "

"- C'est vraiment Duca ?" Un sourcil haussé, Solal toisait l'haricot qu'il avait en face de lui, entouré des pirates. D'une poignée de main, il le prit par son veston et le remit sur ses pieds.
" -C'est vous, Vasile Duca ? " Dans sa voix trainait une note de doute... et de dégout alors que le pirate détaillait le roumain des pieds à la tête, un air dédaigneux sur le visage.

" - C'est à ça qu'il fallait que je ressemble... ? "



Solal Yarhi
Revenir en haut Aller en bas
Vasile Duca
Invité
avatar
Vasile Duca
Lun 23 Fév - 2:00
Promettez-moi rien que cela : une année calme et sans discorde.

Les mots prononcés plus tôt par Magdalena résonnèrent un instant dans l'esprit du Chapelier... Au rythme des coups infligés par un petit groupe de pirates bien connu.

Qui l'eût cru ? Lui qui avait longtemps fait rechercher ses fugueurs, ils avaient tout bonnement décidé d'emprunter la voie des airs !

Le pauvre Chapelier n'avait eu que le temps de fouiller une cabine avant d'être découvert. Traîné dans le couloir, le voilà qui subissait une correction en bonne et due forme ! Il n’émit pas un son, cependant, tandis qu'un poing nauséabond s'acharnait à esquinter ses pommettes. Comme s'il allait leur offrir ce plaisir ! Que les androïdes continuent de le prendre pour un démon ! Vasile n'était pas leur égal... Et cela, il comptait le leur rappeler bien souvent.

Écrasé contre le mur et tenu par une poing de fer, Vasile parvint à saisir la main du forcené et la serrer de ses doigts androïdes. S'il ne parvenait pas à arrêter ses coups, au moins lui rappelait-il que le Chapelier ne cédait JAMAIS.

" ... Pirate ! Belle reconversion pour un moins que rien. Incapable de servir la Roumanie... indigne de ton Créateur... "

Une réplique qui aurait fort bien pu lui coûter la vie sans un autre coup de pouce inespéré ! Qu'on se le dise, le Chapelier ne devait sa survie qu'à la pure chance. Les humeurs de la Reine Rouge, le Jabberwocky et les foudres d'Alice n'avaient eu raison de lui... Il n'allait pas non plus succomber à un groupe de fugueurs reconvertis !

" Ça... Quoi ? "

Se gardant bien de grimacer - cela leur ferait bien trop plaisir ! - il se laissa remettre sur pied par un autre brigand, familier. Plus curieux qu'offensé, et un œil à demi fermé, Vasile scruta son "sauveur... Et se mit bientôt à arborer un grand sourire amusé.

" Mais oui, bien sûr...! Mon fameux... sosie. " Détaillant Solal des pieds à la tête, il prit le temps de rajuster son chapeau sur le sommet de son crâne avant de continuer. " J'ose espérer qu'ils ne vous ont pas laissé parler en mon nom... Un voleur volant est bien loin d'avoir la verbe d'un si grand scientifique. Vous auriez été grillé ! "

Dans un soupir, il épousseta sa pauvre veste et couvrit le reste du bateau d'un regard pensif. Défait de l'emprise de l'équipage, il se décala d'un pas et fit jouer sa mâchoire douloureuse quelques instants. Très vite, il focalisa son attention sur Solal à nouveau, n'échangeant plus aucun regard avec cette disgrâce que représentait Till.

" Très bien. N'ayant, visiblement, nul besoin de me présenter... Alors permettez-moi d'aller droit au but. " Après tout, des choses plus importantes que des identités empruntées étaient en jeu désormais. Une fuite, une scientifique blessée, une destination à discuter... " ... Où diable stockez-vous votre thé sur ce bateau ? "

... Et le thé, bien évidemment.
Vasile Duca
Revenir en haut Aller en bas
Magdalena Korzha
Invité
avatar
Magdalena Korzha
Lun 23 Fév - 22:59
Viorica accourut jusqu’au cuisinier et se cala contre lui. Elle vint passer un de ses petits bras autour de lui et baissa les yeux pour voir ce qu’il était en train de cuisiner. Ah, Jam, aussi fidèle à lui-même ! Affamée, elle ne répondit pas tout de suite à son questionnement et attrapa un fruit qui roulait par là. Aussitôt, l’enfant fut prise par un élan de passion, elle s’élança dans des gestes théâtraux et, de sa petite voix cristalline, débuta son récit :

« Mais Jam ! J’ai si faim ! Aujourd’hui j’ai rencontré des fées et des personnes extraordinaires qui, après, ont commencé à se battre avec d’autres personnes. Ensuite, un garde d’Emerald m’a amenée avec lui loin pour me ramener à la maison. Il m’a pris par surprise et j’ai eu peur, alors je me suis cachée jusqu’à ce que mère revienne. Elle dit qu’il ne faut pas parler aux inconnus. Et quand elle est revenue… » Elle reprit son souffle, sa moue s’attrista un peu. « Quand elle est revenue, elle était couverte de sang, tout partout ici. » Elle désigna son buste. « Mère a trop de fierté pour dire qu’elle a mal mais Monsieur Duca a dit que les gens ici allaient être méchants avec moi et… ! » Son discours, qui devenait maladroit et décousu, dont les mots espagnols étaient parfois oubliés au profil de mots roumains, s’arrêta là. Un brouhaha dans les couloirs du vaisseau interrompit Viorica qui se retourna.

La cadette Korzha regarda le cuisinier avec ses grands yeux bleus. Bleus et suppliants.

« S’il-te-plait Jam, aide-nous ! »

***

Magdalena laissait ses paupières lentement se refermer. Appuyée contre la structure du lit, elle se dit qu’une petite sieste rapide de cinq ou dix minutes pourrait lui être profitable. Malheureusement, comme si le sort ne s’était pas déjà suffisamment acharné sur elle, de l’agitation se fit entendre dans le couloir, la faisant sursauter. Vasile. C’était forcément à cause de Vasile Duca. Que les pirates soient androïdes ou pas, la scientifique les traitait de la même façon. Comme des imbéciles d’hommes. Magdalena eut un froncement de sourcils remplit de désespoir, un long soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’elle se leva tant bien que mal, s’accrochant à tout ce qu’elle pouvait.

Elle se tira, faiblement portée par ses jambes, jusqu’en dehors de la cabine. Elle suivit les cris enragés des pirates pour retrouver un groupe autour de leur victime. Vasile ne savait pas se taire. Vasile était un idiot protégé par elle ignorait quel Saint. Dieu devait trouver distrayant qu’un homme tel que lui vive. Utilisant son épaule valide, glissant lourdement contre les murs, elle se rapprocha de la petite foule. Elle inspira, profitant du fait qu’ils étaient trop obnubilés par le Chapelier pour la remarquer tout de suite. Elle réfléchit, pensa très rapidement. Magdalena connaissait ces pirates, s’entendaient avec eux. Parfois. Ils avaient une dynamique particulière, vulgaire et violente. Loin de ce que l’on retrouvait à Emerald. Sur l’île, elle s’indignerait comme la bonne femme qu’elle était. Ici, cela ne servirait à rien.

Les dernières paroles du Chapelier se rendirent jusqu’aux oreilles du scientifique. Un instant, elle se dit qu’un homme avec un tel instinct de survie ne méritait sans doute pas de vivre mais, philanthrope dans le fin fond de son âme, Magdalena chassa cette pensée. Elle se redressa contre le mur, sous sa jupe ses jambes tremblaient. Une grande inspiration et la voix portante de la roumaine se fit entendre dans le couloir :

« La vraie question est : Où Diable se trouve le rhum ?! » Son teint était blême comme la mort, ou presque. « Ne gaspillez pas votre attention sur Vasile Duca, gentlemen. J’ai beaucoup pensé à vous, ces derniers mois et… » Une dernière inspiration, douloureuse. Et le sang venait de perler sa chemise à nouveau. « …Mes moteurs peuvent être largement améliorés et… » Piquant du nez, elle remarqua la tache sur le tissu qu’elle portait. Elle parut largement contrariée, utilisant ses doigts encore valides pour écarte la chemise de sa peau, comme si elle pouvait encore la sauver.

Et, un dernier regard vers les pirates, elle lança :

« Oh, Till, je compte sur toi pour me rattraper si je tombe, je te prie. » Elle esquissa un faible sourire, un clin d’oeil et brandit mollement son pouce. Il était vaillant, Till. Il avait rapidement appris à lire, Magdalena avait confiance qu’il ne la laissera pas s’écraser au sol comme une loque.
Magdalena Korzha
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Lun 28 Sep - 15:29

Mais la vaillance eut beau faire, la fatigue l'emporte. Le fidèle Till rattrapa l'inventrice alors qu'elle se laissait tomber dans les pommes.

Magdalena quitte le RP.



© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sam 12 Déc - 15:41

Tandis qu'Emerald explosait, qu'on ramassait les débris occasionnés par l'attaque terroriste, deux génies scientifiques filaient, à l'abri du Souffle Gris. Sous la houlette d'un fringant pirate qui devait déjà se repentir d'avoir accepté tel équipage sur le navire.

RP clos


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Amérique :: Autres lieux-
Sauter vers: