Partagez | 
 

 [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Bloody Tee

MessageSujet: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Lun 16 Fév - 16:26
Le risque est une chose que je n'ai toujours pu qu'adorer. Qui ne tenterais pas de laisser sa vie pour parvenir à finaliser la réussite de ses plus grands idéaux? Dès lors qu'un évènement se met en travers de la route vers la victoire, il faut l'éliminer, quitte à y perdre son âme, son corps, son sang, à même sa liberté. C'est ainsi la raison qui me poussa à me perdre aujourd'hui dans cet endroit, à Viennes, ce lieu dont l'occupant impérial avait déjà voulu ma mort fut un temps, un lieu où poser les pieds était peut-être similaire à lui offrir ce petit plaisir sadique. Mais c'était aussi cette personne qui pouvait bien avoir grand à me faire gagner... Oui, il pouvait me permettre de surmonter un obstacle de grande envergure...


Si seulement ce fichu empereur n'avait pas eu l'idée d'installer cette invention du Diable ici, tout aurait été bien plus simple! Une zone de nul, dans la salle à l'intérieur de laquelle il se trouverait certainement, alors même que je pouvais y sentir la présence d'un reflet, d'un miroir... Il fallait que je trouve un autre moyen de pénétrer dans son intimité, chose qui ne se démontrait pas des plus simples lorsque la magie ne pouvait pas intervenir. Il s'agissait de la demeure d'un empereur tout de même, un lieu qui était bien mieux gardé qu'un simple moulin. Enfin, au moins le déplacement dans les reflets du château n'était pas impossible, tant que ce n'était pas à l'intérieur de cette foutue pièce.

Le seul moyen d'entrer était donc un moyen dont j'usais peu: frapper à la porte. J'avais déjà inspecté les lieux, et l'empereur ne semblait donner signe de vie nulle part, seule cette pièce entourée d'une zone de nul m'était interdite, et certainement s'y trouvait-il. Certainement oui, car les domestiques n'ont pas la langue dans leur poche lorsque l'on tend l'oreille... Ils étaient capables de raconter tellement d'histoires que les rumeurs se rependraient bien plus vite s'ils sortaient plus souvent de leurs cuisines! Il était toujours aussi amusant de voir que pour ce qu'ils disaient parfois les têtes à couronnes arriveraient bien vite à les virer de leur poste, mais le temps n'était pas à penser à cela... Le temps était aux retrouvailles!


Une porte d'entrée sur laquelle frapper, il fallait que je la trouve, et une fois trouvée j'étais certains d'avoir bien envie de l'enfoncer de colère. Je ne pouvais me permettre de me balader ainsi avec tout mon verre dans les couloirs, même si je ne portais qu'un veston et une chemise en guise de haut personne n'aurait pu me prendre pour un domestique de cette grande maisonnée, personne à part un aveugle, et encore! Non, il fallait que j'emprunte les portes que je prends le plus souvent, même s'il fallait que j'y frappe.

Une porte-fenêtre digne de ce château, voici ce qu'il me fallait! Le soleil y créait son reflet à l'extérieur, j'avais enfin trouvé la porte. Mon reflet s'y déplaçait, puis mon bras sortais du verre, mes talons claquaient sur le vrai sol du balcon. Je pouvais sentir de l'air pur, répugnant, cette abomination qui avale la magie, elle était trop proche, beaucoup trop proche pour moi. Mes entrailles bouillaient, je savais que toute ma magie allait se chambouler dès lors que je poserais le pied dans cette salle. Je serais à la merci d'un empereur, à la merci de ses bras, qu'elle image palpitante!

Mes muscles se crispaient, mon poignet glissait, mes doigts gantés de noir allaient frapper contre le verre de la porte-fenêtre pour appeler celui qui était censé s'y trouver. Ce que j'aurais aimé pouvoir lui lacérer de mes mains les viscères, si seulement je n'avais pas limé mes serres... Verser le sang d'un empereur de mes propres mains, ça aurait bien été la première fois que je l'aurais fiat moi-même! Cependant on ne pouvait jouer avec les rois comme l'on pouvait le faire avec les pions, leur place sur scène est grandiose, détruite elle désintéresse le public de la pièce, un coup stupide... Mais après tout, les contraintes rendent les jeux plus divertissants!

« Ne soyez pas timide, ouvrez-moi! »

Suite à ce petit marmonnement de ma part, je portais tout de même mon regard vers l'arrière en espérant ne pas croiser celui d'une autre personne. Personne ne se trouvait à la portée de ma vue, mais je ne comptais pas sur la chance pour être avec moi depuis quelques temps... La discrétion n'avait à ce jour jamais vraiment été dans mes cordes de ce que j'avais pu en vivre. J'en hésitais presque à briser le verre pour m'introduire dans la pièce si l'on ne m'ouvrait pas, et mes hésitations étaient toujours de courte durée!
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Mar 17 Fév - 0:30


Friedrich était enfermé dans cette salle, où il passait la plupart de son temps à jouer du piano. Il jouait encore et encore, cette musique, cette lettre à Zahnfee, laissant toute autre « occupation » de côté. Il dirigeait toujours aussi bien son empire, mais aucun bal, aucun opéra, rien que le strict minimum. Bien que loin du sort, dont il était détaché de l'emprise, après avoir vécu ce moment intense en émotion, le ressenti restait encré en lui bien mieux que n'importe quel sort.

Friedrich avait demandé à certains de ses services de renseignements de trouver des informations sur une dénommé Zahnfee. Mais avec un simple prénom, cela était encore insuffisant. Bien qu'il pouvait décrire d'une certaine manière plus précise la femme, cette description là, il la gardait rien que pour lui. Il avait donc donné de simples indications pour le portrait robot : une jolie jeune femme blonde, aux cheveux coupés en carré, et aux traits fins, de taille moyenne, et avec un grain de peau de couleur de lait et de rose.

On lui avait fait comprendre que la description était trop superflue pour une vraie recherche, mais il les avait fait tous sortir d'un geste de la main, jetant par la même occasion un tas de partition sur le sol. L'homme se laissait peut-être trop aller. Il voulait se la sortir de la tête, reprendre le contrôle de son esprit. Mais telle la mort qui planait sur lui, cette présence invisible ne le lâchait pas, il ne pouvait s'en détacher.

D'ailleurs une chose qui ne pouvait tromper son attitude désinvolte envers sa propre personne était cette jeune barbe qui allait d'une rouflaquette à l'autre sur le bas de son visage. L'empereur dormait peu la nuit, et le peu qu'il dormait, il le faisait sur son piano. Piano sur lequel était posé l’escarpin de Lady Hell et le masque du fantôme de l’opéra, le masque posé sur le bout de l’escarpin. Cela ne l'aidait pas, il ne le savait que trop bien. Mais c'était plus fort que lui, à chaque fois qu'il jouait du piano. Il regardait intensément les deux objets jouant, encore et encore.

Une chose vint perturber la douce mélodie mélancolique qui régnait dans la salle. Quelqu'un venait le perturber, lui qui avait ordonné même à Schlange de ne pas le déranger. Personne sauf si grande urgence.

« Ne soyez pas timide, ouvrez-moi! »

Cette voix n’était pas celle d'un de ses serviteurs, surtout venant du balcon. L'empereur prit une arme tout en se dirigeant vers le le balcon, et ouvrit pour apercevoir une personne vêtue de rouge avec un air de folasse. Ce qui fit lever un sourcil à Friedrich. Quand son cerveau se remit temporairement en marche, l'empereur eut pour réflexe de pointer, d'un semi-automatique, son invité surprise.

— Comme on se retrouve, monsieur le perturbateur de Londres !

Puis dans un soupir Friedrich baissa sont arme avant de tourner le dos, avançant jusqu’à son piano.

— Entre ! Ce n'est pas comme si ta magie allait t’être utile ici. nous supposonse que ta venue n'est pas sans une certaine raison. Profite de ce rare moment de bonté que nous t’accordons. En temps normal les gens de ton espèces nous les envoyons directement au labyrinthe. Tu prends de gros risques pour nous faire part de ta demande. Mais sache que nous ne somme pas vraiment d'humeur, et que si ta requête me déplaît, nous ferons de toi un gruyère !


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bloody Tee

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Mar 17 Fév - 13:25
Et bien, en voilà une surprise! Certes l'arme que l'empereur pointait à nouveau sur moi n'avait rien de rassurant et me fit hausser le sourcil, mais plus que cela, son visage, son visage n'était pas des moindres. On aurait pu croire à un homme comme un tout un chacun en le voyant ainsi et cela ne pouvait que m'amuser. Le grand empereur d'Autriche-Hongrie ainsi présenté, voilà qui aurait fait pâlir les adorateurs de celui qui ne croit qu'en la beauté de l'art, je ne pouvais m'empêcher de laisser s'échapper un faible pouffement à la vue de ce qu'il m'offrait.

— Comme on se retrouve, monsieur le perturbateur de Londres !

Après m'avoir ouvert il baissa son arme et en vint même à me tourner le dos comme si je n'étais rien d'autre que l'un de ses simples serviteurs. J'aurais dû être en train de rire face à la confiance volatile qu'il semblait me porter sur le moment ou même par le fait qu'il en était prêt à mourir aussi bêtemment, mais je me trouvais offusqué de me voir ainsi ignoré... J'aurais pu venir le tuer, désirer me venger de celui qui m'avait forcé à me jeter dans les flammes en cette journée paradisiaque de septembre, mais lui ne faisait que me montrer son dos comme si j'allais me contenter de le regarder de loin! Malheureusement, c'était bien ce que j'allais faire, je ne pouvais pas le blesser, et dès lors que ma chair pénétrerait l'enceinte de cette pièce je me trouverais de toute manière bien impuissant. La mort saura le prendre à un moment bien plus propice!

— Entre ! Ce n'est pas comme si ta magie allait t’être utile ici. nous supposonse que ta venue n'est pas sans une certaine raison. Profite de ce rare moment de bonté que nous t’accordons. En temps normal les gens de ton espèces nous les envoyons directement au labyrinthe. Tu prends de gros risques pour nous faire part de ta demande. Mais sache que nous ne somme pas vraiment d'humeur, et que si ta requête me déplaît, nous ferons de toi un gruyère !

Ses mots n'avaient rien d'amusant. J'aurais cru la tâche bien moins facile, mais il semblait que malgré son état l'empereur n'avait pas perdu toute sa tête. Déjà n'étais-je pas entré qu'il me proposais de formuler ma demande, espérait-il pouvoir me congédier aussi facilement qu'il le pouvait avec ses sujets? Ah, qu'il crève, il n'en serait rien!

J'entrais en suivant ses pas, me tenant le ventre en y enfonçant mes doigts afin de ressentir le moins possible toute la douleur que mes tripes m'offraient. Je m'efforçais tout de même de garder mon sourire constant pour ne pas perdre la face avec cette couronne déprimée, mais ce bouffe-magie était des plus désagréables, la sensation était pour une fois uniquement douloureuse et n'avait rien de palpitante... Seul l'aspect de danger que représentait l'absence de ma magie arrivait à me faire garder ainsi le sourire, enfin un défi! Prêt à prendre la parole, je croisais les bras pour lâcher mon ventre, faisant tourner l'une de mes mains dans les airs.

« Vous voilà bien expéditif! J'aurais au moins cru vous intéresser en venant ici, mais vous semblez bien vous foutre complètement de ma -charmante- personne... Toutes les têtes à titre sont les mêmes! Enfin, comme diraient certains, les catins n'ont aucune valeur en tant que personne, seul ce qu'elles ont à donner intéresse le peuple, et les rois... »

Laissant échapper un léger rire, je posais ma main contre ma joue couverte de cicatrices, me chuchotant à moi-même:

« Catin, je commences à aimer ce mot... »

Je le destinais à elle, à cette peste qui me reflète. Mistral avait su trouver l'appellation parfaite, et même s'il ne l'eut pas prononcé j'étais certains que c'était là sa pensée. Tandis que mon regard se portait vers toute les œuvres d'art qui se trouvaient ici et particulièrement ce miroir que je devais me porter garant d'éviter, ma main quitta mon visage et formula un geste qui se voulait dire "bref!".

« Mais vous devriez vous intéresser aux histoires de ce monde, certaines sont des œuvres à même aussi riches que l'art conservé ici! D'ailleurs, vous devriez mettre plus de rouge, cet endroit en manque cruellement... »

Faire durer était l'une de mes passions des plus inévitables, surtout lorsqu'il s'agissait de prendre du temps sur une situation qui pouvait vite tourner au vinaigre, si ce n'était au sang. La personne qui se trouvait face à moi était tout de même un empereur, mais je ne pouvais m'en empêcher, jouer ainsi avait toujours été plus fort que moi! Le plaisir qu'offre la sensation du danger, elle au moins arrivait à surpasser la douleur créée par la zone de nul pour rendre cette rencontre des plus passionnantes.

Tout de même, j'en revenais à mon cher empereur afin de prononcer les quelques mots qui allaient nous lancer dans notre petit jeu, une nouvelle partie.

« Passons, comme vous l'avez si bien deviné, j'ai un marché à vous proposer, un marché qui vous concerne vous et vous seul que jamais vous n'arriverez à retrouver! »

Sourire taquin, yeux reflétant toute une envie de jouer, j'attendais de voir se dessiner sur le visage de Friedrich un air ne serait-ce qu'un minimum intrigué, qu'il puisse enfin quitter le vide qu'il offrait depuis ces quelques dernières secondes. Si ces mots n'avaient pas étés suffisants, les prochains le seraient certainement...
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Jeu 19 Fév - 1:03
Alors que cette homme parlait à Friedrich celui-ci laissait errer son regard perdu sur son piano, la seule chose à ne l'avoir jamais abandonné. Mais maintenant qu'il avait posé ces deux objets sur son fidèle compagnon, il ne voyait plus qu'en lui un rappel de cette nuit. Écoutant à moitié les paroles du fou rouge il entendit un morceau de phrase : « vous semblez bien vous foutre complètement de ma -charmante- personne ». Cela lui arracha presque un fou rire,. En quoi un bouffon rouge excentrique pouvait l’intéresser ? Il n'avait pas l'air stupide au point de venir pour rien, surtout en ces murs.

Friedrich prit place devant son piano, sans toucher une touche de ce dernier. Au contraire il faisait face à cet invité surprise. Plus vite il en finirait, plus vite il ne verrait plus cet individu. Mais un mot tiqua à l’esprit de Friedrich : « Catin ». Il n'aimait vraiment pas ce mot vulgaire. Gourgandine était tellement plus… respectueux. Depuis quelques temps ce mot sonnait comme un vide en lui... Il ne voulait surtout pas voir ce que d'autres personnes suggéraient en utilisant ce mot à tort et à travers devant lui. À ce moment Friedrich était à deux doigts de lui jeter son tabouret, et de plaquer cette grande cruche contre le sol. Mais cela passa doucement. Ce mot ne ressortit plus.

Du rouge. L'art ne se résumait pas à une couleur et, niveau rouge, il en ramenait un peu partout où il allait avec sa propre personne. Mais l'empereur commençait à perdre patience. Ce moulin à paroles commençait à lui faire perdre le peu de sang-froid qui lui restait. Mais alors que l'homme en rouge commençait à dire des chose intéressantes, l'esprit de Friedrich se figea.

« Vous seul que jamais vous n'arriverez à retrouver! » Ces mots résonnaient comme une cacophonie dans sa tête. Friedrich y reconnut tout de suite une chose qu'il ne devait pas manquer. Avait-il enfin une chance de découvrir quelque chose sur « elle », sur cette Zahnfee ?

Au diable le sang froid et les politesses. Il était face à un criminel. Friedrich se leva vigoureusement, ayant pour conséquence de faire partir le siège du piano sous ce dernier.

Friedrich avança rapidement vers Bloddy avec le regard du serpent qui fond sur sa proie, tendant les deux bras pour attraper chaque côté du veston de l'homme qui était en face de lui, et le plaquer contre une bibliothèque.

—Nous n'allons pas prendre de gants avec toi. TU es venu NOUS voir pour quelque chose de précis. Il n'y a qu'une chose que nous cherchons en ce moment.* Friedrich ramena l'homme vers lui, avant de le plaquer à nouveau contre la bibliothèque.* Si tu sais quelque chose sur Zahnfee, ne tourne pas autour du pot !

L'empereur voyait bien qu'il avait perdu son sang froid d'une façon peu habituelle. Il n'avait jamais réagi de la sorte, même face à un Ottoman. Ce sentiment en lui, ou plutôt cette femme qui hantait son âme, avait décidément une influence sur lui... Non pourquoi lui rejeter la faute ? Ce qu'il le rendait ainsi était qu'il était impuissant face à cette énigme, à ce qu'elle représentait à ses yeux.

— Nous t’avions prévenu. Nous ne somme pas d’humeur joueuse. Vas-tu parler maintenant ?

HRP:
 


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bloody Tee

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Jeu 19 Fév - 14:18
Quelle fougue! L'empereur perdait-il le contrôle de lui-même? Être plaqué contre une bibliothèque ainsi par un homme m'était des plus innhabituels, si d'ailleurs même ça ne m'était jamais arrivé... Une toute nouvelle sensation, une montée d'adrénaline, oui, j'aimais ça! Et ce regard, ce regard perçant qu'avait Friedrich, il devenait colère, ses muscles ne répondaient plus qu'à un nom, son esprit ne s'inquiètait même pas des livres qui tombaient à terre sous ses propres gestes. Un bien beau spectacle qui à lui seul m'aurait poussé à venir jusqu'ici.

—Nous n'allons pas prendre de gants avec toi. TU es venu NOUS voir pour quelque chose de précis. Il n'y a qu'une chose que nous cherchons en ce moment.* Friedrich ramena l'homme vers lui, avant de le plaquer à nouveau contre la bibliothèque.* Si tu sais quelque chose sur Zahnfee, ne tourne pas autour du pot !

Zahnfee, Zahnfee ce nom devait bien sortir de ses lèvres, le seul nom qui pouvait nous permettre de mettre en place notre marché. Le seul nom qui semblait pouvoir le toucher. Il n'avait après tout pas demandé le mien, même si cela aurait pu sembler étrange de demander son nom à ce que la société considérait comme un criminel. D'ailleurs, elle était elle-même criminelle d'une certaine manière, non? Mais il connaissait déjà son nom, certainement cela changeait-il la donne...

— Nous t’avions prévenu. Nous ne somme pas d’humeur joueuse. Vas-tu parler maintenant ?

L'on ne peut jouer avec un roi comme avec un pion... Cela m'était bien peu amusant, mais tout jeu se doit bien de demander certains sacrifices, des parties sérieuses qui ne sont pas présentes pour nous divertir mais pour permettre de préparer les prochaines. Lorsque le délire s'en mêle cependant, même la préparation peut devenir passionnante, mais pas cette fois-ci, pas avec cette pièce, pas avec cet empereur.

Pourtant il fallait toujours conserver son sourire, et même, j'imitais celui d'une pauvre femme gênée, presque taquine. J'en prenais à même le ton.

« Je vous dirais tout si vous n'usez pas de votre force ainsi contre moi... Votre puissante majesté impériale. »

J'appuyais mes derniers mots pour marquer que mon territoire était bien la moquerie et non le rabaissement à l'écoute d'un rang supérieur dont je n'avais strictement rien à faire en soit. Je m'attendais bien à des représailles, mais avant même qu'un coup ne puisse m'atteindre je me remis à parler sans me dégager de l'emprise de l'empereur. D'un ton bien plus banal, soit de ma voix cassée, je prononçais mes prochains mots.

« Zahnfee, Zahnfee, j'ai bien entendu dire que vous la recherchiez, oui, les rumeurs se répandent vite vous savez. Ce nom, je l'ai entendu d'une bouche, la sienne, Zahnfee Fatina, elle m'en avait même fait vriller les oreilles... Je ne pouvais que me rappeler de qui il s'agissait en entendant la description que vous en donniez! »

Il voulait des informations, il allait en avoir, mais pas gratuitement. Ce dont je me souvenais sur cette étrange demoiselle m'avait prit du temps à reconstruire, et même les recherches auxiliaires ne furent pas de toute repos pour de plus n'amener presque rien à tout ce que je pouvais savoir. Je savais tout de même où elle se trouvait en ce moment, il y avait en ce monde des reflets que je visitais souvent, mais l'empereur n'en saurait rien, Pitt ne devait pas être mêlé à cela, pas cette fois...

« Je peux vous dire qui elle est, je peux vous dire ce qu'elle a fait, ce qu'elle a provoqué, à qui elle est liée, et je peux le faire aujourd'hui, ici même, et maintenant... Mais pas sans contrepartie. »

Mon sourire s'élargissait. Qui de nous deux ici avait l'avantage? Le roi, ou le fou? Nous le verrions bien vite...

« Vous voulez ces informations, je veux de vous un bien, un bien précieux, un enchantement, une potion, une amulette, n'importe quel grigri ou je ne sais quoi, mais je veux que cette chose soit capable de magie, et avec vos sorciers vous pourrez bien arriver à me trouver quelque chose qui possède la capacité que je vais énoncer, en vue de ce que je vous offre en échange... »

Je penchais la tête en posant à nouveau ma main gantée contre ma joue et poussant légèrement le bras de l'empereur, un sourire enjoué que l'on ne pouvait effacer.

« Je veux un objet, un breuvage capable de faire changer d'apparence une personne, ne serait-ce que pour un jour... Si vous jurez de me donner cela, si vous concluez le marché, nous pourrons alors parler de tout ce que vous souhaitez savoir. »

Mes yeux se faisaient mesquins, un dernier petit jeu, un mot que je voulais l'entendre dire.

« Dîtes Bloody Mary, et je prends notre accord comme scellé... »
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Ven 20 Fév - 12:14
Il ne manquait plus que ça. Cet homme, ou peut-être cette femme, (peu importe il s'en fichait pas mal de savoir ce qu'il était) avait l'air d'aimer être brutalisé. Non, il ne voulait rien savoir. Du moins jusqu'à que ce nom sorte de cette bouche, cette horrible bouche. Mais entendre une personne prononcer ce nom, même venant d'une personne aussi détestable, apaisait son âme. Il n'avait vraiment pas rêvé cette soirée, il avait bien rencontré cette femme. Il avait bien … Non il ne fallait pas que son esprit s’égare avant d'en savoir plus.

Le moment fatidique était arrivé. Il avait prononcé le nom de cette femme : Zahnfee Fatina. Friedrich connaissait enfin son nom en entier. Cela sonnait en lui comme un soulagement. Il n'avait pas la garantie que cette chose excentrique rouge lui disait la vérité. Mais quelque part au fond de lui, son intuition lui criait de croire ce que cet individu lui disait. Du moins pour cela.

« Je peux vous dire qui elle est, je peux vous dire ce qu'elle a fait, ce qu'elle a provoqué, à qui elle est liée, et je peux le faire aujourd'hui, ici même, et maintenant... Mais pas sans contrepartie. »

Friedrich lâcha l'homme, se dirigeant vers son piano pour réfléchir. Qui aurait cru qu'il pourrait avoir quelconque intérêt auprès d'un criminel tel que cette énergumène ? Mais il faudrait rester prudent, il pourrait très bien lui mentir. Friedrich avança doucement. Il était redevenu calme, ou du moins, il s’efforçait de le paraître pour mener à bien les futures négociations. Son corps tout entier tremblait, sûrement du à l’impatience de découvrir de nouvelles informations sur celle qui hantait son âme.

« Je veux un objet, un breuvage capable de faire changer d'apparence une personne, ne serait-ce que pour un jour... Si vous jurez de me donner cela, si vous concluez le marché, nous pourrons alors parler de tout ce que vous souhaitez savoir. Dites Bloody Mary, et je prends notre accord comme scellé... »

En effet, ce genre de choses il pourrait l'avoir, bien qu'elles n’étaient pas souvent demandées. Dans les mains d'un individu pareil, cela n'était pas forcément la meilleur des choses. L'empereur devait-il essayer de lui faire cracher des informations, quitte à employer la torture ? Non, avec cette énergumène cela ne prendrait pas. Friedrich était même sûr qu'il s'en amuserait, ne donnant que de fausses informations. S'il voulait revoir Zahnfee Fatina, il allait devoir jouer cartes sur table.

— En effet nous pouvons avoir cela, bien qu'il faut un temps de préparation... Mais avant de parler d’accord, je voudrais avoir des garanties. Tu as très bien compris que nous possédons très peu d'informations sur cette personne qui nous est chère. Mais rien ne me garantit que ce que tu me diras sera la réalité. Comment peux-tu me convaincre qu'un criminel, qui a mis à feu et à sang Londres, me dira vraiment ce que je veux savoir?

Bien qu’extérieurement il paraissait si sûr de lui, on pourrait presque croire qu'il ne s’était rien passé, qu'il était resté le même qu'avant le bal. Mais son âme lui criait d’arrêter tout ce petit jeu, de juste accepter de lui donner sa potion et d’écouter ce qu'il avait à lui apprendre.

— Si tu arrives à nous convaincre, nous serons prêt à t'offrir ta fameuse potion contre tes informations.

Friedrich jouait à un jeu dangereux. Il s'en mordait déjà les doigts. Il désirait plus que tout ces informations. Mais il devait être certain de ce qu'on lui proposait, avant de se faire avoir. Pour elle, pour lui, pour eux ?


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Dim 1 Mar - 10:00



La magie est fort puissante mais ne protège pas de tout, Bloody devrait le savoir. Durant ses multiples voyages sa route a du croiser celle d'un infecté. Le voilà qui crache son sang sur le parquet de l'empereur et que la fièvre le fait trembler plus que de raison. Il lui faut croiser les doigts pour espérer que son don ne se mette pas à se détraquer. Cela rendrait sa fuite du palais des plus... compliquées.

Le Delirium a planté ses griffes dans le corps de Bloody Tee.



© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bloody Tee

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Dim 1 Mar - 11:29
— En effet nous pouvons avoir cela, bien qu'il faut un temps de préparation... Mais avant de parler d’accord, je voudrais avoir des garanties. Tu as très bien compris que nous possédons très peu d'informations sur cette personne qui nous est chère. Mais rien ne me garantit que ce que tu me diras sera la réalité. Comment peux-tu me convaincre qu'un criminel, qui a mis à feu et à sang Londres, me dira vraiment ce que je veux savoir?

Toujours contre la bibliothèque, observant l'empereur faire sa marche jusqu'à son amour musical, je souriais, de plus en plus. Si Friedrich demandait une quelconque garantie, cela ne pouvait être que le fait qu'il acceptait notre accord une fois celle-ci posée! Je pouvais enfin avoir ce que je voulais pour préparer les prochaines parties, même s'il allait falloir faire preuve de patience. La patience... Je n'avais pu que m'en emparer au fil du temps, à toujours attendre pour les grands jours de ma légende qui vinrent l'année précédente. Jours qui, certainement, se poursuivraient aussi cette année!

— Si tu arrives à nous convaincre, nous serons prêt à t'offrir ta fameuse potion contre tes informations.

Il suffisait de cela! Si convaincre l'empereur il fallait, convaincu l'empereur serait. J'avais en mains toutes les cartes, les mots pour intéresser cet homme, à même des informations qu'il pourrait vérifier auprès des plus hauts gradés, des têtes d'Emerald si cela lui chantait. Je quittais mon dossier de livres, faisant un pas en avant en déployant la main.

« Je ne suis... Hm... Pas le seul, à l'avoir... Hm... »

Je fronçais les sourcils, raclant ma gorge de nombreuses fois jusqu'à en venir à tousser violemment. La toux était telle que je dus m'en tenir le cou et reculer pour m'étaler à nouveau contre l'étagère. Brutalement, elle se termina en un crachat de sang allant se répandre par gouttes éparses sur le sol qui m'entoure, ainsi que certains livres qui furent tombés. Du poison?! Non...

Prononçant quelques injures anglaises, j'amenais mes doigts gantés au morceau de verre qui traversait mon torse. Aucun sang n'en coulait, ce n'était cette fois-ci pas faute de ma magie. Cependant, je pouvais remarquer le tremblement de mes mains, de mes bras, de mon corps. Une zone de nul n'avait jamais eut un tel effet... Était-ce cette foutue fée? Si elle crevait, elle ne devait pas m'emporter dans le tomber avec elle.

Je me frappais le front, serrant la mâchoire autant que je le pouvais dans mes gestes qui me pesaient lourd et manquait incroyablement de précision.

« Vous pourrez, vérifier, à Emerald... Hm... »

La toux s'était calmée, mais le raclement, fort, ne voulait pas s'arrêter. J'avais l'impression de raper l'intérieur de ma gorge pour en faire sortir tout le sang...

Soudainement, mon apparence se brouillait, comme elle l'avait fait en Septembre dernier, à Londres. Des apparitions, faibles, impossibles à identifier, des reflets. La zone de nul lié à "ça" rendait ma magie, ma malédiction, folle, elle qui était déjà des plus instables...

Je tentais de contracter mes muscles pour contrôler mon corps, me stabiliser, mais les tremblements ne voulaient en rien cesser. Dos contre la bibliothèque, je frappais l'arrière de mon crâne contre le bois, tentais de ne pas m'effondrer sous les tremblements de mes jambes.

Je devais me rendre à l'évidence, je le savais. A force de côtoyer la mort, elle se devait un jour de venir me prendre, quelle qu'en soit la manière. Mais il était trop tôt.
J'affichais un sourire qui sonnait faux, tentant de ricaner entre mes raclements. Je devais passer outre ce problème, l'empereur n'était pas censé m'aider sur ce point nouveau. Sur scène, il faut savoir faire face à tout problème, non?

« Elle a... accompli des choses, des chose... Hm... Sur lesquelles il serait stupide de mentir... »

Une puissante toux, encore, plus faible que la précédente cependant. Une dernière fois, mon image se brouillait, laissant apparaître la femme des reflets, cette femme brune aux yeux émeraude...

Puis son image, brève, disparut à son tour, tel un flash. Je pestais.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Lun 2 Mar - 13:16

Friedrich écouta attentivement la personne qui était en face de lui. Les premiers râlements de gorge et toussotements qui se firent entendre, l'empereur les avait pris pour de la comédie. Friedrich avait bien compris que cet individu était du genre théâtral. Il n’accorda pas d'importance au premier filet de sang que Bloody cracha. Il avait même plutôt envie de lui mettre la tête dans le sang qui venait de tacher son sol.

Mais quand son interlocuteur se mit à trembler et re-cracher du sang, l'empereur comprit que l'homme n’était pas du tout en bonne santé. Était-ce pour cela qu'il était venu à lui tel un kamikaze ? Une chose était sûre : Friedrich ne voulait plus l'approcher. Il ne voulait pas attraper quoi que ce soit. Il avait déjà bien fort à faire avec d'autres choses qui le préoccupaient.

—Soit. Tu a l'air de savoir de quoi tu parles. Vu ton état, te garder ici ne nous plaît guère. Bloody Mary, cela doit être la façon dont tu te nommes, du moins nous supposons. Parle maintenant. Notre patience commence à être mise un peu trop à rude épreuve. Dis-nous ce que tu sais sur Zahnfee Fatina ! Et nous ferons faire ta potion dans les plus brefs délais.

Alors que Friedrich était toujours assis sur son siège, sa jambe droite tremblait. D’excitation ? Non de peur ? Peut-être. Il ne savait vraiment pas ce qu'il pouvait découvrir. Comment accuserait-il le coup ?

On avait beau lui avoir dit que des fées avaient agi avec un sort, que cela faisait un mois qu'il devait oublier, son esprit allait à l'encontre de toute cette logique. Il était certain de ce qu'il avait ressenti pour cette femme, Zahnfee Fatina.



♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bloody Tee

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Dim 8 Mar - 11:43
Je devais reprendre le contrôle de moi-même. La fièvre, si c'en était, me faisait tourner la tête, tout m'échappait. Une dernière toux que je forçais afin de reprendre mes esprits, puis je tentais de respirer du mieux que je le pouvais. Cette crise m'avait surprise, je me devais de la surpasser pour continuer mon marché.

Tandis que l'empereur parlait, je me concentrais sur ses paroles tout en passant mes doigts gantés sur la peau de mon visage, près de mes yeux, puis sur mon front. Si je m'étais su ainsi empoisonné, je ne serais peut-être pas monté sur scène aujourd'hui... Se présenter ainsi à ce cher empereur n'était pas des plus agréable, même si la dernière fois qu'il m'avait vu je ne me trouvais pas mieux! J'aurais cru pouvoir rattraper mon image, mais il semblait qu'elle tendait de plus en plus à filer entre mes doigts... Au moins arrivais-je à contrôler mon pouvoir, pour un temps, afin que mon apparence ne se brouille plus.

Dis-nous ce que tu sais sur Zahnfee Fatina ! Et nous ferons faire ta potion dans les plus brefs délais.

L'accord était scellé, il n'était plus temps de jouer mais de parler. En soit, il s'agissait aussi d'un jeu tout autant palpitant que le précèdent, apprendre à Monsieur Friedrich qui est cette chère Zahnfee, le faire s'écrouler, peut-être? Sa réaction, nombreux payeraient cher pour assister à celle qu'il pourrait avoir face à ces mots... Moi, je n'avais eus qu'à payer de ma liberté, et encore allais-je être remboursé!
Quelques raclements servirent à libérer ma voix de l'étreinte de ma gorge, et les lèvres étirées je me mis à parler du sujet qui l'intéressait tant.

« Emerald ne parle que peu de ses échecs, étouffe les affaires sombres, c'est par là que je vais commencer, la mort d'un vieux crouton qui fut assis sur un siège du conseil. »

Mes mains descendaient jusqu'à mes jambes, les frottant comme pour mieux y faire circuler le sang. Mon sang... Quelle nouvelle impureté des plus goûteuses pouvait donc s'y trouver?

« Il était une fois, dans une citée volante peuplée de peureux et de râleurs, une guerre. Une petite guerre... Magie et machine se sont tirés à bout de nez pour démontrer leur puissance face à ceux qui les rejettent, que ce soit de la bonne ou la mauvaise manière, on s'en fiche. Ce qui importe, c'est que dans cette révolte, il y avait une certaine Zahnfee... Fatina. »

Riant faiblement en tentant toujours de me contenir, je marquais un temps de pause avant de reprendre.

« Un Père Fondateur, le vieux crouton, est mort ce même jour, tué par, comme on le dirait là haut, "ces boîtes métalliques et ces saloperies démoniaques emplies de magie"... Mais pour être plus précis, la cause majeure de sa mort, c'est elle, Zahnfee. »

Admirant le visage de l'empereur qui devait en arriver à croire que je me fichais de lui, ou alors qu'il était vraiment dans de beaux draps, je haussais les sourcils? Raconter de telles histoires qui, pour une fois, n'étaient pas ma légende, m'amusait au plus haut point malgré ma situation.

« Elle a enragé et lâché sur lui une bête -je ne saurais dire quoi- en usant de magie, enfin, d'un instrument magique... Même si j'avais voulu marchander avec ce vieil homme, me délecter d'un tel spectacle fut un véritable plaisir! »

Je disais cela, mais les notes stridentes de la flûte m'avaient à l'époque perforé les tympans et arraché les molaires profondes... La magie de cette femme, je ne voulais plus m'en approcher.

Cependant, si elle devenait proche d'un empereur, les choses pouvaient tourner tout autrement, aussi bien pour lui et son empire que pour les autres. Encore, je riais, je ne pouvais m'en empêcher!
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Dim 8 Mar - 19:19

Friedrich écouta le récit qu'on lui racontait. Bien que cet hurluberlu racontait cela comme s'il s'adressait à un enfant, l'empereur lui aurait bien mis son poing dans la figure, si ce qu'il venait d'entendre ne le laissait pas sans voix.

Cette femme, cette Zahnfee, une criminelle... Elle aurait tué un Père Fondateur ? L'empereur ferma brièvement les yeux. Il revit le visage de Lady Hell, le regard d'une femme mise à nue devant lui. Une femme qui... lui avait parlé d'une âme noire.

Ce sentiment de confusion, il ne se sentait même pas trahi. Elle l'avait prévenu ce fameux soir, mais il n'avait pas pensé à ce genre de noirceur. Sa vue se troubla sous le poids de ses émotions confuses. Son cerveau lui disait : « Tu récoltes ce que tu as semé, et ce n'est peut-être pas fini ». Alors que son cœur de son côté lui disait : « Tu l'as prise comme elle était. Assume ce sentiment que tu as fait germer en elle, et en toi.»

L'empereur avait limite oublié son importun d'invité. Il se leva pour s'installer devant son piano et commença à jouer.


L'empereur joua sur son piano sans prêter attention à autre chose qu'au duo d'objets sur l'instrument. Son corps tanguait en accord avec ce qu'il jouait. Il était parti dans son monde, celui de la musique à corde frappée. Lui, son piano et eux deux. Son corps jouait mais son esprit était un vrai champ de bataille, entre sa raison et ses sentiments. Tout ce qu'il venait d'apprendre des faits le bouleversait, tout ce qu'il avait pensé depuis cette nuit.

Après de longues dizaines de minutes à jouer, l'empereur arrêta de jouer, ne se retournant pas pour parler à cette personne qui lui avait dévoilé ses choses.

—C'est tout ce que tu as à m'apprendre ? dit-il d'une voix neutre, démunie de toute émotion.

Au point où il était autant en apprendre le plus possible. Il n’était plus à ça près. Qu'est-ce qui pourrait être pire que le meurtre d'un père fondateur ? Sûrement pas grand chose. Enfin il l’espérait...



♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bloody Tee

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Lun 20 Avr - 12:54

Quel ennui... Ce fameux empereur avait su se montrer amusant en vue de sa tenue et de sa réactivité mais... Une véritable loque lorsqu'il le souhaitait! Une épave! Une trentaine de minutes, si ce n'avait été une éternité, un trentaine de minutes qu'il jouait sur son maudit instrument pendant que j'agonisais! Était-ce là les réunions que s'offraient les grandes têtes, à couper leurs discussions en se mettant à frapper les touches de leur jouet de malheur dans une harmonie horripilante?! Ce n'était en rien comme si je lui contait l'histoire de Zanhfee Fatina, ce n'était pas non plus comme si je venais de cracher mon sang sur le parquet de sa "majesté". Et ils se disent emplis de bonnes manières? Pour le coup, ils avaient un bon sens de l'humour...

N'ayant fait que tenter de calmer ma toux et de me tenir droit tout du long de cette interminable mélodie, j'avais tout de même prit la peine de m'accaparer un long draps traînant non loin -s'il ne s'agissait pas d'une draperie de qualité, je me fichais bien de ça sur le moment- pour cacher le grand et unique miroir présent dans la salle. Cette chose, dans un lieu si dangereux, ne devait certainement pas resté découverte... Il aurait pu en sortir un second moi-même, qui sait! Pas que cela ne me dérange, mais la vedette devait rester à moi, un figurant possédant mes nombreuses qualités ne devait pas me la voler... Et je ne me connaissais que trop bien pour savoir que je tenterais d'en faire ainsi!

Puis, le son du piano se termina sur une dernière note.

—C'est tout ce que tu as à m'apprendre ?

Une note cinglante, mais toujours aussi amusante. Ils ne savaient jamais se satisfaire du peu qu'ils avaient, jouir de ce qu'on leur disait! Le Jeu n'était décidément pas à la portée des couronnés, tout du moins, pas en tant que joueurs. Mais cette phrase puissante qui savait échauffer mon cœur, je savais qu'elle m'en demandait plus, qu'elle voulait une suite à l'histoire; vous en voulez plus, vous en aurez plus!

« Allons, bien sûr que non, cette tendre Zahnfee est une véritable scène à elle toute seule! Réunir les ragots de toutes les catins du continent ne feraient qu'une histoire pitoyable comparée à la sienne, et pourtant, le lit leur en offre! »

Riant faiblement, j'essuyais les restes de sangs d'un de mes récents crachats.

« Complots, réunions, elle est au centre d'un tourbillon de sang qui ne saurait tarder à éclater! Emerald pourrait bientôt lui baiser le pied que ce n'en serait pas étonnant. Vous qui avez vécu dans votre min-able havre de paix et de... Bref, vous ne pouvez pas comprendre ce qu'elle a vécue, et ce qu'elle vivra encore. »

J’exagérais tout, mais cela ne faisait qu'augmenter la palpitation mes veines. J'étais bien déçu de ne pas avoir pu assister à cette réunion familiale lors de la grande fête de Vassilissa, l'ambiance qui s'en dégageait avait l'air des plus charmantes de là où je me trouvais...

Je haussais les sourcils, me moquait ouvertement de l'empereur malgré ma situation. Après tout, je ne pouvais pas m'en empêcher!

« Suis-je bête, dans les moments intimes tout se transmet... Remarquez, mes victimes se dévoilent sans doute bien mieux qu'elle dans l'acte! »

Un ricanement, à nouveau. Si faible, et qui pourtant me fit mal au crâne, m'obligeant à faire un pas involontaire de côté... Ce qui ne m'empêchais pas de continuer à rire. Une si petite douleur n'allait pas m'arrêter dans mon élan! La poigne de l'empereur non plus, et elle, je l'attendais...
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Ven 24 Avr - 20:56

« Complots, réunions, elle est au centre d'un tourbillon de sang qui ne saurait tarder à éclater! Emerald pourrait bientôt lui baiser le pied que ce n'en serait pas étonnant. Vous qui avez vécu dans votre min-able havre de paix et de... Bref, vous ne pouvez pas comprendre ce qu'elle a vécue, et ce qu'elle vivra encore. »

Le noble sang de l'empereur se mit à bouillir dans ses veines. La paix, une vie tranquille... Ce pauvre petit être délirant ne savait rien. Non, il ne savait vraiment rien. L’enfer, il l'avait déjà connu, dans son jeune âge, après avoir tué sa nourrice et ses deux parents. Tués par un poison mortel. Les voir manquer d'air, voir leurs visages se déformer de douleur, leurs peau cloquer quand le poison parcourut leurs veines. Le poison créé par la malédiction de la fée Farah. Être impuissant devant un tel spectacle, pour être ensuite isolé, de peur qu'il tue quelqu'un d'autre. La solitude, la peur de lui-même. Un enfer dans lequel il avait batti une épaisse carapace, dans laquelle rien ne passerait plus pour l’atteindre, du haut de son jeune âge. Alors qu'il ne vienne pas le fatigué avec sa morale au rabais. Il ne s'attaquait pas à la bonne personne.

« Suis-je bête, dans les moments intimes tout se transmet... Remarquez, mes victimes se dévoilent sans doute bien mieux qu'elle dans l'acte! »

— IL SUFFIT MANANT !

Friedrich approcha l'homme, ignorant le verre qu'il le cogna au visage, ignorant la potentielle maladie qui pourrait l'affecter.

— Tu ne sais rien de ma personne. Absolument rien. Ne viens pas m'éclabousser de ta bave de crapeau. Vous, les gens du dessous, vous méprisez les personnes telles que moi, croyant que l'on a tous une cuillère d'agent dans la bouche depuis la naissance. Mais vous ne savez rien, non rien du tout, croyant que l'on est protégé de tout. Friedrich regarda Bloody d'un air plein de mépris, plein de haine. C'est si facile de tenir ce type de paroles, surtout quand ont s'adresse à la mauvaise personne. Je te le redis, tu ne sais RIEN de moi. Ni de ce qui a fait de moi l'homme que je suis. Alors ne prononce plus un mot, si c'est pour proclamer de tels affronts.

Friedrich attrapa le col de Bloody d'une main, et sa longue chevelure rouge de l'autre, le traînant jusqu'au balcon sans un mot, et ne ui laissant pas le choix.

— Je ne veux plus rien apprendre d'un être tel que toi. Mais je n'ai qu'une parole. Reviens à cette fenêtre dans deux jours. Tu auras ta potion, entreposée dans un coffre ici même. Je ne veux plus te voir.

L'empereur s’approcha des fenêtres. Juste avant de les fermer, il donna un ultime conseil à son interlocuteur.

— Voila un dernier conseil. Je te conseille de ne pas faire trop de dégâts en partant, ou en revenant. La garde sera accrue. Tu as beau être puissant, le mal qui te consomme ne te permettra pas de t'en sortir indemne. Maintenant pars très loin, et ne reviens jamais devant moi !

Hrp:
 


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bloody Tee

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Sam 25 Avr - 13:22

— IL SUFFIT MANANT !

J'avais ce que je voulais. Enfin, il me montrait sa colère! Tout aurait été parfait si le son de sa voix avait semblé mélodieux à mes oreilles, comme il l'aurait fait en un temps normal, mais rien ne l'était ici... Et encore moins aujourd'hui. D'abord, cette machine infernale qui brisait ma magie, et cette... Chose qui parcourait mon corps, m'en faisant cracher le sang... Si peu que les deux n'étaient pas liés... Je ne savais vraiment expliquer mon malaise, chose qui ne me plaisait que peu.

La voix de l'empereur était trop forte, trop puissante, chaque parcelle de ma peau en ressentait la pression. Mon crâne, mon pauvre crâne... Le mot "manant" y résonnait sans cesse, ne faisant que créer de la douleur en son sein. Mais même lorsque Friedrich s'approcha, je ne pus me résoudre à tomber, à céder sous la fièvre qui montait et la douleur qui s'accentuait.

S'en suivit un discours auquel je m'attendais, mais dont je ne pus que peu profiter. Un sourire moindre aux lèvres, je tentais tout de même de narguer l'être empli de haine qui me faisant face. Tout cela perdait sa dimension amusante... Au moins, les palpitations restaient présentes, bien plus accentuées qu'elles ne l'auraient dû, douloureuses même.

Et à quel point le furent-elles lorsque l'empereur attrapa ma gorge et ma chevelure... J'aurais dû laisser fuir de nombreux sourires sans pour autant me moquer plus -mourir n'était pas à l'ordre du jour-, mais tout ce qui arriva à apparaître aux coins de mes lèvres furent des rictus de douleur involontaires. Voilà un visage que je détestais montrer, mais... Je ne pouvais pas y penser. Même me rendre compte d'où je fus traîné me fut compliqué... La pièce devenait floue, et mes lunettes tombées sur le sol du balcon n'arrangèrent que peu ma vision. Tout était trop soudain, plus rien ne dépendait de moi.

Je ressentais une sensation... Une sensation étouffante, vieille de plusieurs dizaines d'années...

— Voila un dernier conseil. Je te conseille de ne pas faire trop de dégâts en partant, ou en revenant. La garde sera accrue. Tu as beau être puissant, le mal qui te consomme ne te permettra pas de t'en sortir indemne. Maintenant pars très loin, et ne reviens jamais devant moi !

Puis, alors que je me rendis compte que mes pieds étaient sur le balcon, les portes qui menait à celui-ci se fermèrent face à moi. Je venais d'être expulsé, contre mon gré, et d'une telle manière? C'était un piètre visage que j'avais donné pour un pareil final... Je n'arrivais cependant pas à trouver la force de me révolter, elle s'était envolée.

Deux jours...

Je sentais toujours le poids de cette chose, ce poison, ou cette maladie... Et bien que la désagréable sensation du mangeur de magie se soit quelque peu estompée, celle de la "chose" ne faisait qu'empirer. Hmph, une manière bien trop pitoyable de mettre fin à ma vengeance...

« Pitoyable... »

Deux jours. J'avais intérêt à ne pas tomber, ne serait-ce qu'avant cette scène.


Ne prononçant pas un mot de plus et ne pouvant de toute manière qu'à peine en trouver la force dans un moment de faiblesse, Bloody disparu dans le reflet de la porte vitrée sans pour autant oublier ses précieuses lunettes. Il n'oublierait pas non plus de venir, deux jours plus tard, récolter son dut.

Mais l'instant d'avant la fuite du Reflet, une voix féminine s'était élevée dans la salle au sein de laquelle Friedrich s'était enfermé, brouillée.

« Pitoyab// ... »

L'empereur aurait beau chercher la provenance de la voix, aucun corps, aucun visage ne lui apparaîtrait, et ses demandes resteraient sans réponses. La voix avait disparu aussi subitement qu'elle s'était présentée.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Conteur d'histoires
Narrateur

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Mar 28 Avr - 21:19
La voix demeura une énigme, à jamais irrésolue, dans l'esprit de l'empereur. Au terme des deux jours, une fiole fut déposée, en évidence, sur le rebord du balcon. Personne ne vit Bloody revenir, aussi insaisissable que le vent. Seul témoin de son passage : la disparition de la potion, et un miroir qui se fendilla, quelque part au sein du palais.

RP clos.


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"   Aujourd'hui à 1:02
Revenir en haut Aller en bas
 

[Fin février 05] "Que vous avez un grand coeur!"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat