Mars 05. Où est Oswald ?

 :: L'Europe :: Roumanie :: Village magique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Mar 7 Avr - 16:31

Rumeur a écrit:
Depuis la venue d'un curieux individu, le village magique en Roumanie est encore plus agité qu'à son habitude. Des lumières et bruits résonnent, jour et nuit, mettant les Roumains sur les dents. Certains sont persuadés qu'un individu mène des expériences dans ce lieu. Personne n'ose approcher, craignant de réveiller le courroux de l'inconnu. Cet homme serait-il le fameux chercheur ?

Le remède au Delirium se faisait désirer. La pandémie ne cessait de se répandre et de croître en gravité. Si personne ne prenait les devants, la maladie finirait par décimer une bonne partie de la population mondiale. Et la France n'échapperait pas à ce cruel processus. Ronce en était consciente. Elle n'avait aucune connaissance médicale, aucun individu pouvant se targuer de découvrir un vaccin, mais elle avait des oreilles. Elle était réceptive aux rumeurs, et s'y accrochait avec la même énergie désespérée dont fait preuve un noyé en se saisissant d'une bouée.

Chaque matin, Ronce scrutait chaque article du journal, cherchant une miette d'espoir à se mettre sous la dent. Ses efforts finirent par payer. Au sein de la Roumanie, cette contrée connaissait des événements surprenants. Des événements magiques, occasionnés par un curieux individu, dont le portrait-robot correspondrait au fameux chercheur Oswald Hawkins.

Cette troublante ressemblance n'était-elle qu'une coïncidence, ou devait-on voir les deux hommes n'en former qu'un ? Un seul moyen d'en être certain : se rendre sur place.

Ronce se rendit en Roumanie par le premier navire volant venu. La reine prit le singulier risque de ne pas masquer son visage, de ne pas dissimuler son identité. Ses relations avec la Roumanie étaient, pour ainsi dire, inexistants. Tant qu'elle ne s'en prenait pas à la tête couronnée, ou à ses sacro-saintes Androïdes, elle ne risquait aucun incident diplomatique.

Secondé d'un garde, la reine se rendit au fameux village magique. Elle en flaira la présence avant même d'être arrivée au bout du chemin. Une curieuse odeur flottait dans les airs, accompagnée d'une fumée colorée. Le ciel, au-dessus du village, se teintait de rose, de violet, voire de pourpre. Comme si des sorcières faisaient mijoter, dans un immense chaudron, divers ingrédients pour en tester les effets.

Ce fut à petits pas précautionneux que Ronce entra dans le village, curieusement silencieux. Le garde, à ses côtés, conservait sa main sur son revolver, prêt à tirer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Ven 17 Avr - 0:52
Sigmund était parti pour la Russie. L’aîné d'Alexender s’était mis en tête de trouver de quoi soigner son frère, bien que Alexender lui disait que son don finirait par le soigner. Mais pour une fois que son frère faisait preuve de fermeté, Alexender le laissa partir faire ce qu'il voulait.

Alexender devait garder la boutique et essayer d’éviter de cracher du sang en face des clients. C’était d'un ennui mortel. Un client arriva au comptoirs du Lotus Bleu. Dans un soupir non dissimulé Alexender s'adressa à ce dernier.

— Bien le bonjour, jeune bipède. Qu'est-ce qui t'amène dans le Lotus bleu ?

Qu'est-ce qui l'amenait ? Une dose d’opium évidemment. Alexender l'envoya dans un coin où il lui amènerait sa préparation. Chose qui ne tarda pas. Sigmund avait laissé des indications précises. L’Androïde alla porter la commande au client dans une flemme flagrante. Mais des parole vinrent titiller sa curiosité. Les mots « Oswald » «  remède » « Delirium » suffirent à faire monter le sang à la tête de Alexender, qui sauta sur le client, l'agrippant part le col pour lui soutirer toutes les informations qu'il pouvait.

Une fois cela fait Alexender sortit l'homme, et la femme qui l’accompagnait, à grands coups de pieds au cul, sur le palier de la boutique avec un très grosse dose d’opium

— Voila pour les informations. On ferme.

Alexender claqua la porte et partit se préparer. Il ne pensait pas forcement être atteint du Delirium,. Mais, s'il trouvait ce que son frère cherchait avant lui, Alexender pourrait rendre son frère fou de rage et de dégoût.

Alexender arriva au village magique de Roumanie. Ce pays lui donnait envie de vomir. Mais il prenait sur lui. Il devait prendre cela comme un jeu, une course contre la montre, contre Gretchen.





L’androïde aperçut une femme blonde au loin. Elle n'était pas habillée comme ces femmes de petite vertu. Non la petit dame était de la haute. Il était presque certain qu'il s'agissait de la reine de France. La reine des Vierges, il parait. Alexender laissa apparaître un grand sourire. La reine de France et lui seul, ou presque. Pour être seul avec elle il suffisait de supprimer le garde. Voilà qui pimentait encore un peu plus les choses. Alexender s'approcha d'eux.

— Oh mais ne serait-ce pas la grande reine de France qui se trouve là ? Ou me tromperais-je ? Que ferait une femme de la haute, française, dans ce village de Roumanie.

Voila, le premier contact était fait. Révérence, baise main, foutaise de tout ça, ce n’était pas pour lui. Il ne s'en préoccupait pas. Il était un homme, et elle, une simple femme. Il ne cherchait pas plus loin.


☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Sam 18 Avr - 23:48
Depuis la venue d'un curieux individu, le village magique en Roumanie est encore plus agité qu'à son habitude. Des lumières et bruits résonnent, jour et nuit, mettant les Roumains sur les dents. Certains sont persuadés qu'un individu mène des expériences dans ce lieu. Personne n'ose approcher, craignant de réveiller le courroux de l'inconnu. Cet homme serait-il le fameux chercheur ?

Percevant une voix inconnue le garde, en homme discipliné, brandit le canon de son revolver, sur l'inconnu. Ronce leva la main, indiquant à l'homme, qui était à son service, de ne tirer que sur son ordre. L'inconnu l'intriguait, tant par son physique peu commun que par ses paroles. L'homme suintait l'assurance, la gouaillerie... et l'alcool bon marché.

Ronce fronça le nez, incommodé par la fragrance. Elle crut déceler, dans les paroles prononcées en espagnol, un accent typiquement germanique. Voilà un individu qui était aux antipodes du seul germanique qu'elle connaissait bien : l'empereur d'Autriche-Hongrie. Hormis l'assurance, ils n'avaient, absolument, rien en commun.

« Certes. Je suis effectivemment sa Majesté Reine Ronce de France. La politesse vous étouffe tant que vous ne preniez pas même la peine de vous présenter, en bonne et due forme ? »

Elle n'allait pas exiger de lui un baise-main. Même gantée, elle ne supporterait pas que cet homme l'effleure.

Ronce croisa les bras, posant un regard dédaigneux sur l'albinos.

« Je pourrais moi-même demander ce que fait un germanique en ce p-... »

Une explosion retentit, au même instant, juste derrière la reine. Le toit d'une maison venait de, littéralement, sauter en l'air et de retomber, tel le couvercle d'une cocotte-minute n'ayant pas résisté à la pression. Le souffle décoiffa Ronce, la noyant sous une atmosphère brûlante. La reine recula, poussée par le garde qui se mit entre elle et la demeure. Une fumée violette s'échappait de chaque ouverture possible, se répandant dans la rue.

Cela sentait l'amande grillée.

« Qu'est-ce donc que cette sorcellerie ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Lun 20 Avr - 21:09
« Certes. Je suis effectivemment sa Majesté Reine Ronce de France. La politesse vous étouffe tant que vous ne preniez pas même la peine de vous présenter, en bonne et due forme ? »

Contrairement à ce qu'on disait de la petite reine de France, elle n'avait pas l'air d’avoir sa langue dans sa poche.

— Oh mais bien sur. Veuillez excusez notre pauvre petite personne, oh Madame, la grande et magnifique reine de France, sa majesté royale Ronce de France. Je ne suis que Alexender Rammsteiner. Simple petit citoyen allemand, qui voue à ce pays, et en leur chapelier fou Vasile Duca, une haine sans limite.

Alexender s’approcha. Il vit bien que la reine n'était pas à son aise. Il allait, bien entendu, empirer les choses. L’androïde attrapa la main gantée de la femme, qu'il avait en face de lui, pour ne pas faire un baise-main traditionnel. Non cela ne serait pas drôle. Alexender avança de force la main de la reine où il posa, non pas délicatement au point d'effleurer le tissu du gant. Non, il posa bien ses lèvres contre le tissu pour que la chair de la reine sente bien cette sensation.

Mais tout cela fut interrompu par une explosion, étouffant les paroles de la femme bien en chaire qui lui faisait face. Alexender leva un sourcil. Qui venait le déranger dans sa discussion avec la vierge royale, la plus vielle de tous les temps ?

— Je ne pense pas que ce soit de la sorcellerie. Mais plutôt à une simple explosion dûe à des réactions chimiques. Cette odeur en est la preuve. Mais, oh ma grande reine de France, tu devrais peut être envoyer ton toutou de salon pour voir si personne n'est blessé. Je veillerais à ce que personne ne touche ton royal corps en l'absence de ton garde.

Alexender ne connaissait pas l’alchimie à proprement parler. Mais il avait déjà vu Gretchen faire des mélanges d’opium qui avaient eu le même genre de réaction, mais moins excessive. La question qui venait à l'esprit de l’androïde était : qu'allait faire la petite reine à qui il tenait toujours la main ?


☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Sam 25 Avr - 21:11
Ronce crut s'étrangler lorsque l'homme posa sa bouche sur sa main. Malgré le gant, elle sentit la chaleur qui émanait de la bouche. Une chaleur ignoble, détestable. Dès que sa main fut libérée, la reine l'essuya dans ses jupes, tâchant d'ôter toute souillure. Les dernières paroles prononcées par l'homme furent de trop. La gifle parti toute seule, claquant sèchement sur la peau de l'homme.

« Comment osez-vous tenir de tels propos, paltoquet ! »

En quelques pas, Ronce se rapprocha du garde. Si ce dernier la laissait seule, elle en était certaine, l'inconnu abuserait d'elle. La reine tourna à demi la tête, observant la demeure d'où la fumée continuait de s'échapper. Il lui fallait enquêter, en savoir plus. Mais la demeure devait être dangereuse. Rien n'empêchait qu'une seconde explosion se produise.

Ronce tendit sa main au garde.

« Garde. Donnez moi votre arme, et allez inspecter la maison. »

Les doigts de Ronce se refermèrent sur la crosse du pistolet, laissant l'arme reposer contre ses jupes. Le garde s'enfonça dans la maison, sans un mot, n'émettant qu'un toussotement, irrité par la fumée. Ronce ne quittait pas l'Allemand des yeux, demeurant sur ses gardes.

« Tentez un seul geste inconvenant, et je tire. Je sais comment utiliser cette arme. »

Ce qui n'était pas un mensonge.

Un vacarme retentit, provenant de l'intérieure de la demeure. Un méli-mélo de sons : verre brisée, lutte, cris étouffés, choc contre des meubles. Le garde ressortit de la maison, tenant par le col un jeune homme, portant une blouse maculée de tâches et de traces de brûlure. Le garde jeta l'homme aux pieds de Ronce.

« Majesté, cet homme menait de curieux sortilèges à l'intérieur. »
« Point de sortilèges, des expériences de techno-magie ! » s'offusqua l'homme.

Ce dernier se remit debout, releva son col, tira sur ses manches, reprenant un meilleur visage. L'homme s'inclina, saluant la foule.

« Dragomir Turcus, pour vous servir. Je suis heureux de vous voir, votre Majesté la reine. J'ai déjà vu votre portrait dans nombre de journaux. Quant à vous, monsieur... » Le regard de Dragomir perdit de sa superbe, cherchant quelque chose à dire. « Je ne vous connais pas non. Vous n'êtes pas roumain, au moins ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Dim 26 Avr - 21:43
Une gifle. Il ne l'avait pas volé celle là. Mais cela n’était rien à côté de voir la gêne que la grande reine de France éprouvait face à son geste. Il trouvait même cela plutôt agréable, comme avoir croquer dans un piment.

Sans comprendre vraiment comment, elle était venue pointer une arme sur lui. Alexender soupira. Encore une femme qui croit qu'elle peut tout faire si elle a une arme entre les doigts... Pathétique.

— Oh mais je vous en prie, Mademoiselle la reine de France. Tirez donc. Mais attention. Quand on veut blesser quelqu'un, il faut être prêt à être blessé à son tour.

Alexender avait un seul doute. Oserait-elle se salir les mains en visant la tête ? Si cela n’était pas à la tête il ne craignait pas forcément les conséquences. Il souffrirait juste pendant un moment, mais il pourrait se défendre. Bien que ce soit une femme qu'il avait en face de lui, elle restait une reine, avec l’éducation qui allait avec. Elle devait être douée en maniement de l’épée, et donc le couper plus facilement qu'il n'essayait de s'imaginer.

Le garde revint en courant, beuglant des propos qu'Alexender écoutait à peine. L'albinos était juste déçu que le garde soit déjà revenu. Il était moins facile de se divertir aux dépens d'une reine quand sa garde était à ses côtés.

« Dragomir Turcus, pour vous servir. Je suis heureux de vous voir, votre Majesté la reine. J'ai déjà vu votre portrait dans nombre de journaux. Quant à vous, monsieur... Je ne vous connais pas non. Vous n'êtes pas roumain, au moins ? »

Alexender dévisagea le Dragomir. Il était à deux doigts de lui sauter à la gorge, et lui faire payer cet affront.

— Un Roumain. Est-ce que j'ai la tête d'un de ces fous qui ouvrent le corps des gens pour les modifier ?

Alexender se mit à avancer, le pas pressé, levant le poing en direction du dit Dragomir. Non mais lui un Roumain. Il ne pouvait pas laisser cette insulte impunie.


☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Mar 28 Avr - 21:50
Le garde n'était pas né de la dernière pluie. Il vit le geste opéré par l'Androïde et réagit en un quart de tour. L'homme saisit le bras dressé d'Alexender, et le retourna dans le dos du jeune homme. Le garde ceintura l'individu, l'empêchant de bouger. Une poigne ferme, démontrant des années d'entrainement et d'expérience. Dragomir avait sursauté – aussi bien surpris par la réaction de son interlocuteur, que par le geste du garde. Il serra même les dents en entendant le craquement des os malmenés. Il n'aurait pas aimé être à la place de l'albinos.

« Veuillez m'excuser de cette méprise. Il est vrai que vous avez un accent germanique tout à fait charmant... »

Dragomir tentait de se rattraper aux branches du mieux qu'il pouvait. Le jeune homme sortit un mouchoir de la poche de son veston, essuyant la sueur qui coulait sur son front.

« Comme je précisais à Monsieur... » Regard en coin vers le garde. « Je ne mène aucun charme magique au sein de ces locaux. Je cherche simplement à immuniser des souches du Delirium. Malheureusement, sans succès. Nous ne trouvons pas ce qui peut causer cette immunisation... »

Les yeux de Dragomir s'écarquillèrent, surpris par les derniers mots qu'il avait laissé échapper. Le jeune homme tenta de se reprendre, s'agitant dans sa blouse.

« Par nous, j'entendais moi et... mon génie. Évidemment. Ah ah. »

Dragomir forçait son rire, accentuant son sourire pour cacher son malaise.


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Mer 6 Mai - 16:17
Ronce eut un léger hochement de tête, face à la réaction de son garde, moyen à elle d'approuver sa réactivité toute militaire. D'un geste, elle lui indiqua de lâcher l'albinos – ce que le garde fit, envoyant son « prisonnier » rebondir contre le sol. Sans se départir d'une expression ferme, royale, Ronce se rapprocha de Dragomir.

« Je me doute que les chercheurs peuvent être imbus de leur personne, et parler d'eux à la troisième personne, mais je suis certaine que ce n'est pas votre cas. Je connais un homme qui parle ainsi, et vous n'avez nullement son ego. Soyez un ange, et formulez donc ce que votre langue a voulu exprimer par elle-même, en désaccord avec votre raison. »

Ronce se permit d'ajouter une sentence, misant beaucoup sur la jeunesse de l'homme, espérant qu'il serait facilement impressionnable.

« Vous ne voudriez pas provoquer la colère d'une reine, n'est-ce pas ? »

Dragomir ouvrit la bouche mais ne pipa mot. Il était aisé que le jeune homme pesait le pour et le contre, réfléchissait à cette alternative imprévue qui s'imposait à lui. A nouveau le chercheur s'essuya le front, se laissant, le temps de ce geste, réfléchir à sa réponse.

« Je suis sous contrat. Je ne suis pas libre de mes mouvements et de mes paroles. Je... travaille effectivement avec quelqu'un. Ou plutôt sous l'égide de quelqu'un. Je ne suis qu'un assistant, une seconde main. »

Dragomir semblait presque soulagé de formuler cet aveu. Un soupir lui échappa. L'homme rejeta les épaules en arrière, reprenant la situation en main.

« Je puis vous amener auprès du lui pour que vous lui posiez vos questions. Mais je me dois de vous prévenir. Les sorcières et fées qui habitent ce village ont disposés des pièges, un peu partout. Des maléfices déroutants, surprenants, dont les effets les amusent. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Ven 8 Mai - 23:29


Alexender ne vit pas arriver le garde du corps de la reine de France. Le maîtrisant plutôt facilement, l'orgueil de l’androïde fut vraiment malmené sur le moment. Alexender tenta bien de se débattre mais rien à faire. L'homme avait clairement le dessus. Une fois que Alexender ne bougeait plus l'homme le relâcha, direction le sol. L’albinos se rattrapa avec une main pour éviter de se retrouver face contre terre. Cet homme allait lui payer ce geste, tôt ou tard.

La reine eut quelque échange avec le scientifique. Alexender écoutait à moitié. Mais qui serait assez bizarre pour parler de lui même à la troisième personne ? Puis, quand bien même, une personne avec un tel ego existait-elle, elle ne se justifierait pas comme il venait de le faire. La vierge royale finit par obtenir plus ou moins ce qu'elle voulait savoir sous la menace de se fâcher... Tous les mêmes, ces têtes couronnées.

— Les fées et les sorcières... Suffit de les abattre elles n’embêteront plus personne.

Mais Alexender fut pris de violentes contractions dans sa cage thoracique. Posant sa main contre sa gorge, il toussa de façon violente, et pesante, jusqu'à ce qu'il se mette à cracher à plusieurs reprises du sang, qui alla éclabousser le sol en trois taches distinctes. Alexender repensa à son frère. Si certains apprenaient qu'il crachait du sang avec le delirium qui arpente les rues... Ce n’était pas bon. Il devait trouver quelque chose pour qu'on ne le pense pas atteint.

— Scheisse, regardez. A brutaliser les gens n'importe comment on finit par leur faire cracher du sang.


☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Lun 11 Mai - 18:51
Ronce et son garde observèrent l'albinos se plaindre du traitement qu'il lui avait été infligé. Loin de se poser la moindre question, ils crurent en son histoire. On avait probablement appris au garde à davantage frapper qu'à réfléchir. Quant à la reine, il fallait croire qu'elle était victime d'une absence, incapable de se méfier crachant du sang, de discerner un infecté quand elle en avait un sous les yeux.

Ce qui ne fut pas le cas de Dragomir. Le jeune homme avait étudié la maladie, sous la houlette d'un maître en la matière. La vérité lui sauta aux yeux.

« Mais vous êtes atteint du Delirium ! »

Le ton n'exprimait aucunement la peur, ni même le dégoût. Dragomir venait de laisser éclater sa... joie de trouver un infecté. Fouillant dans ses poches, l'homme en sortit des masques de papier qu'il donna de force à la reine et à son garde. Lui-même s'en mit un, tout en enfilant des gants.

« C'est fantastique. » Le masque étouffait, à demi, sa voix. « C'est la première fois que je vois un infecté. Vivant, surtout. Il me faudrait prélever de votre sang, un peu de chair, quelques cellules. Depuis combien de temps avez-vous ces remontées d'hémoglobine ? »

Dragomir bourdonnait autour d'Alexender, telle une mouche voletant autour d'un fromage. Le jeune homme finit par claquer ses mains l'une contre l'autre, faisant sursauter tout le monde.

« Je me dois de vous amener à lui. Il sera si heureux. »

Tournant les talons, le jeune homme commença à s'engager sur la route, sautillant presque tant il était empli de bonheur. Ronce, elle, avait suivi la scène sans oser bouger. Son regard se posa sur Alexender. La jeune femme s'écarta de l'individu, ne cachant pas le frisson qui avait parcouru son corps. Un infecté. Juste à ses côtés. Qui avait osé la toucher.

« Passez devant, monsieur. » lança-t-elle d'une voix cinglante, glaciale.

Hors de question que cet homme soit derrière elle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Lun 11 Mai - 23:37



Les acclamations du scientifique n'aidaient en rien Alexender, qui avait pourtant réussi à faire croire ce qu'il voulait à la reine et son garde. Mais le scientifique avait l’œil. Alexender disait toujours qu'il n'avait pas le delirium. Même s'il espérait que ce n’était qu'un dysfonctionnement de son pouvoir, il avait gardé l'hypothèse de son frère das un coin de sa tête.

Le scientifique tournait autour de l’androïde, le touchant, mais Alexender n'appréciait pas du tout cela. D'un grand geste du bras il le repoussa.

— Ne me touches pas. Tu n'auras rien. Si un seul de tes outils me touche, je te fais un deuxième trou là où le soleil ne brille jamais. Savant fou de malheur. Plus jamais je ne servirais de cobaye contre mon grès ! Et pour information cela m’étonnerait. De ce qui se dit un infecté ne survit pas plus de deux mois. Hors cela fait trois mois que cela me prend de façon aléatoire, et sans évolution. Donc votre delirium je n'y crois pas trop !

Alexender recracha du sang qui atterrit directement sur les chaussures du scientifique. Mais l'homme était trop content de sa trouvaille, ce qui n'enchantait vraiment pas l’albinos. Alexender avait envie de partir mais le scientifique insista pour lui faire rencontrer un autre homme. Qui sait peut être que ce dernier dissiperait tout malentendu.

La reine de France et son chat de salon firent passer Alexender devant. Cela le fit rire de toute ses cordes vocales.

— La grande reine de France qui passe derrière une simple personne du peuple. Sa majesté aurait-elle peur et, par la même occasion, aurait-elle un manque de confiance envers son garde ?

Ne laissant pas le temps à la reine de répondre et, si c’était le cas, il l'ignora volontairement pour emboîter le pas au scientifique.

— Dis-moi le savant fou. C'est loin d'ici l'endroit où tu veux nous emmener ? D'ailleurs j'aimerais bien savoir qui je vais rencontrer. Si tu ne répond pas je pourrais bien faire demi-tour. Après tout tu a l'air d'avoir plus besoin de moi que moi de toi, mon gars.

Alexender continua d'avancer mais en ralentissant le pas. Alexender ne voulait pas croire que le delirium était en lui. Si c’était le cas, vu que rien n'avait empiré, cela ne pouvait signifier qu'une chose. Et si cela était juste, il mettrait en pratique la loi universelle de ce monde.

Rien n'est gratuit, rien ne se donne sans rien en échange.


☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Dim 17 Mai - 14:10
La reine voulut répondre aux remarques acerbes de l'Allemand, mais ce dernier ne lui en laissa nul le temps. Qu'il meurt donc, étouffé par son propre sang ! Ronce accéléra le pas pour se retrouver au plus près du duo. Autour d'eux le village bruissait, empli d'animation. Des visages apparaissaient derrière les fenêtres, le nez collé aux vitres, épiant ce qui se déroulait dans la rue. Il fallait espérer que nulle fée ou sorcière ne se mettrait en travers de leur route.

Dragomir parlait à haute voix, ses bras bougeant en tout sens, tel un Italien.

« C'est fantastique, époustouflant ! Trois mois, et toujours en vie. Vous êtes probablement un immunisé. L'absence d'évolution doit être dû au fait que votre organisme a réussi à stopper le processus, à le geler. Il doit vraiment vous voir. »

Les paroles de Dragomir intriguaient Ronce. La jeune femme réussit à se positionner à la droite du scientifique, mettant ainsi l'homme entre elle et Alexender.

« Êtes-vous certain de vos dires ? Est-il possible qu'un individu puisse être... insensible au Delirium ? »

Dragomir leva l'index, le pointant sur la reine.

« Tout est possible avec la science, votre Majesté. Surtout l'impossible. Mais je ne puis rien affirmer tant que je n'aurais pas amené cet homme à mon supérieur. Il nous faudra étudier un échantillon de son sang. Si vous le souhaitez, monsieur, nous pourrons vous proposer un dédommagement. Malheureusement, rares sont ceux qui veulent offrir charitablement leur corps à la science. »
« Nous ne savons d'ailleurs toujours rien sur cet homme que vous présentez comme votre supérieur. Il serait de bon ton de nous informer... »

Une explosion retentit en bas de la rue. Allons bon, était-ce une coutume du pays que de provoquer tapage et pétarade ? Ronce avança, dépassant les deux hommes, curieuse de voir ce qui était advenu. Une fumée épaisse sortait de la cheminée de la demeure et de ses fenêtres. Un homme en sortit vêtu, comme Dragomir, d'une blouse de scientifique.

Ronce se figea à la vue de l'homme. Elle connaissait son visage, imprimé dans nombre de journaux, exposé comme le serait le faciès d'un criminel recherché. Pas de doute, l'homme qui se tenait à quelques mètres d'elle n'était autre que...

« Monsieur Oswald Hawkins ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mar 19 Mai - 0:03

L’androïde avait bien vu que sa réflexion avait fait mouche. La reine accéléra le pas, dépassant Alexender d'un pas rapide, rejoignant le scientifique qui marmonnait tout seul depuis tout à l'heure. On aurait presque dit que ce fou avait trouvé le saint Graal.

— Ah les femmes, toutes les mêmes. Reine ou paysanne, elles réagissent toute de façon si prévisible.

A peine l'albinos avait-il finit sa phrase qu'il reçu un coup de poing dans les côtes, plutôt faible mais précis. Le garde de la reine qui avait du tout entendre. Il n'avait sûrement pas apprécié la façon dont il avait parlé de la reine. Mais peu importe. Alexender se vengerait. Il lui ferait payer ce coup de poing, comme l’humiliation qu'il avait subit plus tôt.

En regardant les maisons sur le chemin Alexender voyait bien tous ces regards dans leur direction, comme des bêtes curieuses qui ne devraient pas être dans ce village. L'homme posa une de ses mains sur son pistolet. Il était prêt à tirer sur n'importe quel visage qui le dévisageait. Mais le scientifique prit la parole et sortit Alexender de ses pensées.

« Tout est possible avec la science, votre Majesté. Surtout l'impossible. Mais je ne puis rien affirmer tant que je n'aurais pas amené cet homme à mon supérieur. Il nous faudra étudier un échantillon de son sang. Si vous le souhaitez, monsieur, nous pourrons vous proposer un dédommagement. Malheureusement, rares sont ceux qui veulent offrir charitablement leur corps à la science. »

Alexender n'eut même pas le temps de répondre qu'il était normal de demander rétribution, tout le monde n'avait pas les richesses d'un pays pour lui seul, que la reine prit la parole.

« Nous ne savons d'ailleurs toujours rien sur cet homme que vous présentez comme votre supérieur. Il serait de bon ton de nous informer... Monsieur Oswald Hawkins ? »

Oswald … Oswald. Il avait déjà entendu ce nom quelque part. Mais où ?

— Ah ! Mais c'est lui le type qui recherche un remède au Delirium !

Alexender avança vers l'homme à la blouse blanche. Il lui tapa sur l’épaule alors qu'il était encore en train de tousser, à cause de toute cette fumée sûrement.

— Ah bien c'est Gretchen qui va être surpris. Lui qui est parti en Russie pour trouver un quelconque remède sur le Delirium, c'est moi qui me retrouve face à Oswald Hawkins.



☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Dim 24 Mai - 21:34
Tout occupé à recracher les particules qui obstruaient sa gorge, le chercheur d'Emerald ne put appréhender l'arrivée d'invités imprévus. L'homme tressaillit quand l'Allemand le toucha. Oswald retira les épaisses lunettes qui masquaient ses yeux, semblables à ceux des aviateurs – probablement utilisés pour se protéger les yeux de toute explosion, ou éclaboussure de produit dangereux. Chose notable à relever : malgré la suie qui maculait sa blouse et ses cheveux, sa moustache demeurait impeccable.

Moustache qu'il lissa du bout des doigts, tout en battant des paupières, intrigué aussi bien par le comportement d'Alexender que par son physique pour le moins... original.

« Je vous prie de me pardonner jeune homme, mais... Nous connaissons nous ? »

Oswald avait beau réfléchir intensément, aucun souvenir mettant en scène l'individu ne lui venait à l'esprit. Dragomir vint à son secours, agitant toujours ses bras avec une vivacité effarante. On aurait dit un épouvantail tentant de repousser vaillamment les corbeaux qui le menaçaient.

« Maître Hawkins, maître Hawkins ! Cet homme est potentiellement un immunisé ! »

Si la moustache d'Oswald avait pu tomber pour souligner la stupeur de son propriétaire, elle l'aurait fait.

« Nom de Zeus ! Êtes-vous certain de ce que vous avancez, monsieur Dragomir ? »
« Tout à fait, professeur ! »
« C'est épatant ! Par tous les pépins de la pomme de Newton, un miracle va peut-être se produire ! »

Ronce avait suivi l'échange sans comprendre, ou du moins pas totalement. Les principes scientifiques lui avaient toujours échappé. Et ce discours alambiqué entre comparses lui paraissait aussi obscur que la théorie de l'évolution. La jeune femme se permit un léger raclement de gorge pour rappeler sa présence aux deux individus qui avaient déjà sortis, chacun, une seringue de leurs poches, et autres outils qui n'auraient pas dépareiller dans une salle des tortures.

« Excusez-moi de vous déranger, messieurs, mais... Monsieur Hawkins, le monde entier vous recherche. Le Delirium sévit, et nous avons tous grand besoin de... »

Un scalpel manqua de couper le bout du nez de Ronce. Le garde, à ses côtés, rentra la tête dans les épaules, prêt à foncer. Oswald avait laissé tomber sa bonhomie habituelle. L'homme avait pris de l'assurance, rejetant les épaules en arrière.

« Votre Majesté, vous êtes probablement venue avec des intentions louables mais, sachez une chose. Une chose que vous pourrez propager au monde entier. Mes services ne sont pas à vendre. Je n'ai aucun remède. Mon projet nécessite les gênes d'un individu immunisé au Delirium, quelqu'un qui ait survécu à cette maladie, dont l'organisme a secrété des anticorps. »

Avec la prestance d'un sénateur romain, drapé dans sa toge, Oswald se rapprocha d'Alexender. Le scalpel avait retrouvé sa place au sein d'une de ses poches.

« Monsieur, j'ai toute confiance en mon assistant. S'il m'assure que vous êtes immunisé, je le crois. Bien entendu, nous ne pouvons pas vous obliger. Votre prix sera le mien. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mar 26 Mai - 11:27

La différence de personnalité et de formalité, entre le début de leur rencontre et après les paroles du dit Dragomir, surprenait Alexender. Sans parler de la façon dont il agité son scalpel. Il avait failli couper un morceau de reine. Alexender n'aimait vraiment pas cet instrument qui avait trop bien souvent tranché sa chair.

Alexender n’était pas du genre défenseur des femmes. Mais il n'aimait vraiment pas le ton du dénommé Oswald. Surtout que, pour une fois qu'Alexender voyait une tête couronnée bouger son auguste fessier, l’androïde comptait bien le faire comprendre.

— Avant tout monsieur docteur Maboul, sache que sans cette bonne femme que tu viens de jeter comme un mal propre, tu ne m'aurais pas en face de toi. Donc, si elle a une requête, tu ferais bien de l’écouter. De plus j'aime pas les hommes qui te regardent de haut, puis d'un seul coup, te brossent dans le sens du poil, car ils ont quelque chose à demander. Je ne sais pas ce que tu veux exactement pour ton soit-disant vaccin, mais dans la vie, on n'a rien sans rien, Albert.

Alexender voulait se fumer une cigarette. Cet homme avait réussi à lui mettre les nerf à vifs, encore plus que la brute de garde du corps de la reine. Mais bon, apparemment, Alexender était en position de force. Il ne comprenait pas en quoi il était spécial. Peut être sont pouvoir avait influencé le delirium s'il l'avait vraiment attrapé.

Alexender jeta un œil à la reine de France. Ce à quoi il songeait pourrait être intéressant, et augurer un bon moment. Mais il doutait que, même pour les exigences du scientifique, elle accepterait la demande qu'il avait en tête.

— Avant tout tu vas me ranger tes scalpels et tes seringues. Je déteste ces outils du diable. Déjà on va mettre une chose au claire. Les personnes ici présentes sont celles qui doivent avoir en premier les vaccins. Ce sont grâce à elles que tu pourras jouer au Frankenstein. Après, vu que je compte pas rester ici pour tes expériences, je veux un moyen pour que tu me contactes pour quand ton vaccin seras fini. Et j'aimerais un laisser passer pour entrer quand bon me semble dans votre cité volante. Ton argent ne m'intéresse pas. Mais, par contre, j'insiste sur le fait d'avoir la première fiole d'antidote pour moi.

Les conditions étaient posées même s'il restait une question à régler, en prenant en compte que les demandes de l'albinos soient acceptées. Qu'est-ce qu'Alexender devrait donner en contre-partie ?



☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Jeu 28 Mai - 20:08
Un lourd silence plana sur l'assemblée. Les paroles d'Alexender avaient surpris chacun des individus, et mis certains dans l'embarras. Oswald s'en tordait les mains, osant à peine glisser un regard vers la reine de France. Honteux, probablement, d'avoir manqué de la plus élémentaire des politesses. L'homme finit, tout de même, par proférer quelques excuses.

« Veuillez me pardonner, votre Majesté. Mais comprenez... Le fruit de mes recherches se présente, peut-être, probablement même, en face de moi. Je me montre imprudent, mais je veux croire en cette félicité ! »

Oswald avait, promptement, retrouvé toute sa bonhomie et son optimisme. Néanmoins, c'est avec un visage grave qu'il s'adressa à Alexender.

« Je ne vois aucune raison de vous refuser que vous, et sa Majesté ici présente, receviez en premier les soins. Pour le sauf-conduit, malheureusement, je ne puis me prononcer. Seuls les Pères Fondateurs sont habilités à délivrer de tels papiers. Il me faudrait les contacter. Mais je tâcherais de leur en toucher deux mots. »

Obéissant à un signe de tête du chercheur, Dragomir fouilla dans ses poches et en sortit un miroir de poche, qu'il tendit à Alexender.

« Vous devez déjà connaître cet objet. Ce miroir est directement connecté à celui du professeur. »
« Malheureusement il est doté d'une imperfection, et seul moi peut vous contacter. Vous aurez beau faire, ni votre voix, ni votre image ne me parviendront tant que je n'aurais pas moi-même établi le contact. »
« Ce sont là les aléas de la magie... »

Ne voulant pas demeurer davantage en retrait de toute cette affaire, Ronce s'avança, sa silhouette se campant entre le chercheur d'Emerald et l'androïde. Probablement à la grande surprise de ce dernier, elle inclina légèrement la tête, comme pour le saluer.

« Je vous suis gré de votre intervention. Monsieur Hawkins, pour ma part, je pense que vous savez comment me tenir au courant du succès de votre opération. Vous n'avez que ma parole comme gage, mais je puis vous assurer que le résultat de vos recherches sera utilisé dans l'unique but de soigner les malades. J'ai une proche touchée par ce mal, et je souhaiterais l'en délaisser au plus vite. Sans compter tout mon peuple qui saigne au moment où je vous parle... »

Ronce laissa planer quelques secondes de silence, afin que le discours prenne toute son ampleur.

« Bien. » La voix ferme trancha les derniers lambeaux d'émotion laissés par le discours précédent. « Monsieur Hawkins, que vous faut-il au juste pour obtenir ce vaccin ? »
« Oh rien qui ne puisse laisser le moindre dommage à cet homme. Un peu de sang suffirait amplement, de quoi remplir... ce récipient. »

Tel un prestidigitateur, Oswald sortit des multiples poches, apparentes et cachées, de sa blouse, un Bécher.

« L'important est de pouvoir analyser le fonctionnement des cellules. Et je ne vais nullement trancher un membre. Vous n'apprécierez guère l'expérience, jeune homme, et je ne suis pas boucher. »

Ronce plissa la bouche de dégoût, rien qu'en imaginant la scène.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du Cheshire//Friedrich Franz Edelstein//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 28 Mai - 23:14

Et c’était tout ? Tout était si simple ? Avoir quelque chose que le monde entier convoite facilite autant les choses ? Alexender aurait du demandé bien plus. Cela lui apprendra si une occasion pareille se représente.

Alexender prit le miroir magique. Le tout ne serais de pas le confondre avec celui de Gretchen. Quant au fait qu'il fonctionnait que dans un sens, au moins personne ne tomberait dessus maladroitement et appellerait le dit Oswald. Tout était réglé ?

« Bien. Monsieur Hawkins, que vous faut-il au juste pour obtenir ce vaccin ? »
« Oh rien qui ne puisse laisser le moindre dommage à cet homme. Un peu de sang suffirait amplement, de quoi remplir... ce récipient. L'important est de pouvoir analyser le fonctionnement des cellules. Et je ne vais nullement trancher un membre. Vous n'apprécierez guère l'expérience, jeune homme, et je ne suis pas boucher. »

— Si ce n'est que ça, ce n'est pas un problème. Par contre je t'interdis de me toucher avec tes seringues. Je ne supporte pas ces outils du diable. Je ferais ça à ma manière !

Perdre un membre ce n'est pas comme si c'était la première fois, après tout. Il lui était arrivé de perdre son bras gauche juste pour arriver à son objectif. Donc une main devrait suffire.

Alexender regarda autour de lui et aperçut une hache pour couper du bois. Très bien. Cela ferait l'affaire.

— Bon suivez-moi. Toi le larbin, prends de quoi faire un bandage. Et vous maaadame la reine essayez de rester digne et de ne pas crier, quoi qu'il arrive.

Alexender prit la hache de la main droite, et posa sa main gauche sur la souche. Less quatre autres personnes le regardeaient d'un air bizarre. L’androïde tourna la tête et leur afficha un grand sourire.

— Tu voulais une main, en voilà une !

Alexender abattit de toutes ses force la hache sur son poignet qui fut tranché net, mais dans un fracas de bruit d'os et du sang qui giclait. Alexender souffrait le martyr mais ne laissa aucun crie, ou hurlement, filtrer. La douleur était atroce. Mais comparée à la douleur des os cassés qui repoussent, cette douleur paraissait moins horrible. Mais l’androïde hurla mentalement.

— Tiens voilà ta main. Je peux me régénérer, tel est mon don. Par contre le larbin, tu pourrais arrêter l'hémorragie ? Je ne vais pas mourir. Mais tomber dans les vapes ça me tente pas trop. Quant à toi Oswald j’espère que tu oublieras pas notre accord, sinon je te retrouverais.

L’androïde parlait tout naturellement et calmement, levant le bras manchot d’où s’écoulait le sang.


☠ Walking dead ☠

défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Sam 30 Mai - 21:36
Le sang de Ronce s'était figé dans ses veines. Yeux écarquillés, la reine observait le spectacle ne sachant comment réagir face à tant... d'incongruités. Son corps finit par parler pour elle. Ronce se hâta de s'éloigner de la scène pour se retirer au sein des coulisses, se pencher derrière un arbuste pour y déverser le contenu de son estomac. Avec obligeance, son garde lui tapa doucement le dos. La reine leva la main pour lui faire comprendre qu'il était inutile d'insister.

Quand elle revint auprès des autres hommes, Dragomir s'occupait à contenir l'hémorragie, serrant fortement le moignon de l'Androïde avec un lacet de cuir. Oswald avait ramassé la main coupée, l'enfermant dans un tissu propre. Son teint était aussi blanc que celui de son assistant. Aucun d'eux ne s'était attendu à un tel imprévu.

« C'est ce qui s'appelle offrir son corps à la science... »

Ronce hocha mollement la tête, déglutissant la bile qui remontait dans sa gorge. Elle avait déjà assisté à des mises à mort – le couperet national était toujours en fonctions. Mais c'était un spectacle tout à fait différent que leur avait présenté l'Allemand. Une action de pure folie, bien loin de l'implacable couperet de la justice, rudement organisé.

C'est d'une voix blanche que Ronce s'adressa au chercheur.

« Ce... Cela vous suffira pour... »
« Mener à bien mes recherches, trouver un vaccin, soigner le monde, purger le mal ? Il faut l'espérer, madame. Mais il me faut du temps. Beaucoup de temps. »

Déjà le regard d'Oswald observait un autre ailleurs, perdu qu'il était dans le lointain. Il avait déjà oublié la reine et l'Androïde, concentré sur sa nouvelle tâche. Le chercheur battit des cils, revenant quelques instants au sein de la réalité.

« Il est inutile que vous demeuriez davantage ici. Je vous appellerais en temps voulu. Il me faut du temps. Du temps pour réfléchir, pour expérimenter... »

Le reste de la phrase se perdit, formant un imbroglio incompréhensible. Après un vague salut, le chercheur regagna sa demeure temporaire, fermant la porte derrière lui. Dragomir releva la tête de son ouvrage. Le lacet comprimait les veines, un bandage masquait le bout tranché, encore sanguinolent. Il essuya, du revers de la manche, la sueur qui maculait son front.

« Je ne suis pas médecin, en ce cas... Allez en voir un au plus vite. » Dragomir se remit debout, essuyant ses mains moites dans une serviette tâchée. « Je vous remercie tous deux pour votre... aide qui, j'espère, se révélera précieuse pour le professeur. Je vous conseille de prendre de chemin... » Dragomir indiqua un sentier. « … pour sortir du village. Les fées et sorcières ne vous verront pas ainsi. »

Ronce remercia l'homme du bout des lèvres. Elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un goût amer en bouche. Comme un relent de défaite. Elle aurait pu emmener, même de force, le chercheur jusqu'en France afin d'être certaine qu'il lui offre l'antidote tant désirée. Mais, non, elle le laissait mener ses expérimentations dans son coin. Le chercheur allait peut-être quitter les lieux dès qu'elle aurait le dos tourné, offrant ses services au plus offrant.

Un singulier coup de poker, que Ronce joua.

La reine entreprit d'arpenter le sentier salvateur. Son garde la suivit, se mettant entre elle et l'Androïde qui leur avait emboîté le pas. L'action de l'homme, aussi éclatante soit-elle, avait provoqué un malaise dans le cœur de Ronce. Certes, le geste était louable, mais horriblement dangereux. Ce fut avec soulagement que la reine vit l'Allemand prendre un autre chemin que le sien lorsqu'ils débouchèrent hors du village. Avec hâte, Ronce se rendit auprès de son point de chute, regagnant la France au sein d'un navire volant.

Pendant des jours, des explosions continuèrent de ponctuer la vie, pas si monotone que cela, du village magique. La vie reprit son calme le soir où, une silhouette en blouse blanche, quitta les lieux en riant sourdement.

RP clos.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Roumanie :: Village magique-
Sauter vers: