Partagez | 
 

 [Début juin 05] Stroh et Absinthe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 29 Avr - 0:41
Le mois d'observation avait commencé. Friedrich avait pu parler un peu plus amplement avec Zahnfee. L'empereur avait donc appris que le dit oncle Pitt avait amené Zahnfee, et qu'il devrait sûrement la chercher, étant donné que Zahnfee n'avait pas forcement prévu de rester au sein du palais.

L'empereur, sous la description de Zahnfee, avait fait communiqué le signalement du Zeppelin. L'ordre était simple et claire. Si le vaisseau signalé était sous le ciel Austro-hongrois, il devait être amarré au port impérial sans délai. Et le dirigeant du March, l'oncle Pitt devait être conduit auprès de l'empereur au plus vite, lui et lui seul. Toute autre personne à bord du navire devait y rester.


Ce fut un jour de début juin que le signalement correspondant au March fut aperçu et transmis à Friedrich. L'empereur fit préparer une salle de réception improvisée. Zahnfee n'avait pas trop détaillé le comportement de cet oncle. La découverte allait être quasiment totale. Friedrich espérait tomber sur une personne mature et responsable. Il était dirigeant d'un commerce de fleurs. Drôle de métier pour un homme. Mais pourquoi pas...

On rapporta à Friedrich que l'homme venait de poser le pied en sol Austro-hongrois. Friedrich était debout, face à une fenêtre. Il voyait au loin le March, un navire quelconque vu d'ici. Quelqu'un toqua à la porte et annonça Monsieur Pitt.

Friedrich se retourna pour accueillir son invité.

— Soyez le bienven...

Il ne s'attendait pas à ce que l'homme soit de la sorte. Bien que Zahnfee lui avait fait comprendre qu'ils venaient de deux mondes différents, il voyait en Zahnfee une personne éduquée, toujours bien habillée et propre sur elle. Mais cet « oncle » était bien... différent, si on pouvait dire cela ainsi.

— Soyez le bienvenu. Monsieur Pitt nous présumons ? Prenez place Nous sommes l'empereur Friedrich Franz Edelstein, souverain de l'empire Austro-hongrois. Nous vous avons fait accoster car nous avons une connaissance commune : Mademoiselle Zahnfee Fatina.

L'empereur prit place en bout de table, dans son siège massif en bois, orné en son sommet par un aigle à deux têtes.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 29 Avr - 8:17
La femme qui faisait ses dents en sucre avait disparue depuis un moment, ce n'était pas comme si elle n'était pas libre de ses choix et de ses voyages, cependant, Dahlia avait demandé à ce que le Lièvre vérifie au moins qu'elle soit encore vivante.
 
Une fois que le March, ce cher Zeppelin industriel qui faisait tellement tâche à côté des bateaux-volant raffinés, soit arrivé sur le territoire d'Autriche-Hongrie on le fit accoster. Plus d'un levèrent les yeux au ciel, mais personne n'avait réellement le choix de se plier ou non. Le proxénète exécuta ce qu'on lui avait fait parvenir comme message, d'un pas nonchalant, paresseux, mains dans les poches. Ce fut au palais impérial qu'il finit sa marche, on l'escortait, pour éviter qu'il n'aille explorer les recoins des lieux ou que son esprit ne soit  détourné par autre chose.
 
Puis on le fit entrer dans une pièce, Pitt avait dévisagé l'homme qui l'avait annoncé avant d'ouvrir la porte. Aux mots de la personne présente dans la pièce, le fou jaune tourna sèchement la tête dans sa direction. Puis ses iris d'absinthe scrutèrent la salle, son sourire s'élargit. Ce devait être l'Empereur, c'était bien l'Empereur, il venait de le dire. Il avait aussi dit qu'il connaissait Zahnfee, voilà qui facilitait les choses.
 
Le Lièvre répondit tout en prenant place face à Friedrich Franz Edelstein, il s'était bien enfoncé dans le fauteuil, cette marche en long et en travers des couloirs l'avait exténué.
 
- Ouais, je suis Pitt, c'est juste.
 
Un rire amusé.
 
- Et donc, Zahnfee est vivante ? Ha ha, voilà qui est parfait. Je n'aurai pas à chercher dans chaque ville de ce pays. Comment elle a fait pour trouver directement l'Empereur d'ailleurs ?
 
Le proxénète avait un énorme sourire tout en tortillant sa petite tressette qui pendait à la droite de son visage. Ce qui lui donnait cet air satisfait, c'était qu'il avait trouvé la réponse au jeu "Où est passée Zahnfee?", il pouvait trouver un autre jeu maintenant. Bien qu'honnêtement, il ne s'était pas fait de souci concernant cette femme, elle avait l'air de mieux s'en sortir que certaine de ses catins.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 29 Avr - 16:00

L'homme affirma être la personne qu'il cherchait. Mais qu'est-ce-que c’était que cela ? Friedrich leva un sourcil. Cet homme, cette façon de parler, cet accoutrement... Était-il vraiment lié à Zahnfee par le lien du sang ? Cela semblait si improbable.

— Pourquoi ne serait-elle pas vivante ? Elle jouit de tout le confort qui lui est du. Quant aux raisons même de sa présence ici, nous dirons simplement que cela ne vous regarde point.

Mais les paroles de l'homme n’étaient pas la seule chose qui dérangeait Friedrich. Encore une comparaison avec Zahnfee : le respect de l’étiquette. Et aussi, cette silhouette lui évoquait quelque chose, mais sûrement une mauvaise intuition.

— Nous vous serons gré de vous adresser à nous avec le protocole d'usage quand vous nous adressez la parole. Votre lien avec Zahnfee Fatina ne vous permet pas toutes les folies qui ont l'air de vous traverser l'esprit. Prenez exemple sur votre nièce.

L'empereur fit signe à un domestique de leur servir à boire. Friedrich avait peu d’informations. Mais ce marchand de fleurs appréciait les alcools forts, paraît il. Il en goûterait un fabriqué ici, en Autriche-Hongrie. Il avait des questions à lui poser.

— Nous vous avons fait venir, car Mademoiselle Fatina ne voulait pas que vous perdiez votre temps à la chercher. Elle et moi même avons un accord personnel, qui fait d'elle notre invitée un mois durant, minimum. Mais nous allons profiter de votre présence pour discuter. Votre commerce de fleurs doit bien pouvoir attendre quelques heures ?

Friedrich observa les yeux d'un vert clair presque pur, mais une pureté malsaine,comme une folie dans le regard du marchand de fleurs. Il devait l'avouer, l'homme avait un regard envoûtant, donnant presque envie de se joindre à sa folie. Mais il était jeune, bien trop jeune pour pouvoir espérer avoir le dessus sur le grand empereur Austro-hongrois, avec un simple regard.




♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 29 Avr - 18:57
Le sourire indélébile, le Lièvre écoutait avec attention ce que l'Empereur lui disait. Il lui parlait de protocole, à ces mots il fronça les sourcils. Il tenta d'imaginer la politesse, enfin, le protocole nécessaire pour s'adresser à un homme qui se désigne par "nous".
Poursuivant son entortillement de tressette, Pitt écoutait encore. Il restait concentré, enfin... la moustache dérangeait mais... quelque chose lui rappelait Londres. Le fou jaune semblait pensif.
 
Puis, on lui servit à lui au maître des lieux, de l'alcool. Intéressant, Londres attendra. En plus, on posait une question. Le proxénète détacha ses yeux du verre qu'on lui servait pour se tourner sur l'homme qui possédait un pays.
 
- Hmm, mes bases de politesse se résume au vouvoiement, qui n'existe même pas en anglais. Je tente au moins de faire attention à ce mot de politesse, car je n'ai absolument aucune idée de la manière dont je dois m'adresser à votre personne... impériale.
 
Un long soupir, comme s'il venait de retenir son souffle. C'était que pour le pauvre esprit du Lièvre de Mars, c'était bien épuisant.
 
- Le concept des empereurs et rois ne m'a jamais été enseigné. Je sais plus m'adresser à des esclaves ou bien à d'autres personnes comme des riches, des pauvres ou des autres cowboys.
 
"Autres", son esprit vagabond sembla méditer sur ce terme. C'était vrai que la petite ville d'où il venait avait sans doute plein de cowboys et il devait sans doute avoir aidé la famille du ranch non-loin de son ancienne maison. C'était très flou et imprécis, mais qu'importait ? C'était en Février, et pour le moment, il devait s'occuper d'une audience avec un Empereur. Le sourire revint, large, montrant des dents étonnement impeccables.
 
- Bref, elle est bien aimable de se soucier de ça, Zahnfee. Et si en plus elle a tout le confort, et bien qu'elle profite.
 
Il planta ses iris dans la silhouette de Friedrich Franz Edelstein, décidément, il lui rappelait quelque chose. Il cessa de jouer avec sa tresse pour porter sa main à ses lunettes d'aviateur pour finir par la laisser s'affaler sur l'accoudoir du siège.
 
- Mes Fleurs du Pays des Merveilles peuvent en effet attendre quelques heures. J'ai assez d'hommes pour prendre le relais, et j'ai déjà fini ma tournée en plus de ça.
 
Un gloussement qu'il s'empressa de ne pas transformer en hilarité.
 
- Qu'est-ce qu'un fou d'absinthe peut bien apporter d'intéressant à l'Empereur d'Autriche-Hongrie ?
 
Large sourire, les mains écartées, presque théâtral. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas pu parler du Jeu avec son cher Rubis. Il avait été malade, ce ne fut pas amusant mais voilà déjà deux mois qu'il pouvait gambader comme il lui plaisait. Un air soucieux passa brièvement sur son regard qui fut si pétillant quelques secondes auparavant. Et soudain, ses yeux se firent grands en se souvenant d'une chose, Pitt s'en redressa du dossier du fauteuil.
 
- Nièce...?
 
Un regard sur le côté, son esprit cherchait à comprendre, et enfin, il crut comprendre.
 
- Aaahaa... I see...
 
Il était encore embrumé, sa logique fit des calcules qui arrivèrent à la conclusion qu'il devait avoir une sœur très âgée pour avoir enfanté une demoiselle d'à peu près le même âge que le pilleur de tombes. Ensuite, à cela s'enchaîna le schéma qu'Alice avait mentionné. Rien que des liens sans génétique, sans doute des liens plus importants que ceux de sang d'ailleurs. Ces pensées étaient ennuyeuses, le fou jaune se concentra à nouveau sur son interlocuteur de marque. Son sourire se fit plus large.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Jeu 30 Avr - 10:47

Un sot. Friedrich avait l'impression d’être face à un total ignorant. Devait-il y voir la chance de pouvoir modeler, à son gré, une personne ? Ou plutôt un désespoir de voir à quel point les bonnes manières n’étaient plus transmises aux nouvelles générations.

— Dans ce cas adressez-vous à ma personne avec des « Majesté impériale », au moins. Sachez, pour votre culture, que toute personne doit me vouvoyer et m'appeler « Votre Majesté Impériale ». Et si l'anglais ne convient pas, peut-être pourrions nous converser en espagnol. Car nous doutons fort que vous soyez à votre aise avec l'allemand.

Friedrich observait l'attitude du dénommé Pitt. Nonchalant, désinvolte, et surtout vêtu comme un pouilleux, si miséreux et miteux. Cela allait sûrement lui demander beaucoup, beaucoup de patience.

Friedrich écouta la remarque de l'homme, qui souriait de plus en plus. Ce sourire ne lui plaisait pas,. Il ne le laisserait pas imposer son rythme. L'empereur regarda Pitt et bu, cul sec, le verre de Stroh. Friedrich avait découvert cet alcool pendant les quelques mois où il s’était isolé. Un alcool à 80°. Cela lui arracha la trachée, mais il défia l'homme du regard.

— Nous aimerions que vous nous parliez de votre lien avec Mademoiselle Fatina. Vous êtes parents éloignés il nous semble. Selon nos renseignements, elle vivait avec vous seule, de ce que nous savions. Pour des parents vous ne vous ressemblez pas du tout. Bien que physiquement cela peut s'expliquer, nous trouvons que vous manquez cruellement de bonnes manières et d’éducation. Contrairement à notre connaissance commune. Rien que vos atours sont d'un état déplorable. Rien de comparable avec la demoiselle en question !

Friedrich se leva de son siège, regardant de haut le marchand de fleurs.

— Nous avons fait venir cette bouteille pour le jour où vous seriez en face de notre personne. Du peu que nous savons de vous l’alcool fort est un de vos péchés mignons. Profitez donc. La discussion pourrait bien durer.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Ven 1 Mai - 13:15
Grand, énorme sourire. L'Empereur daignait accorder une sorte d'éducation au Lièvre. Voilà qu'il devait s'adresser à lui d'une manière particulière, quel jeu l'Europe affectionnait tant pour avoir mis en place des règles ne visant qu'à rendre un méprisant encore plus méprisant ? Une pensée dirigée sur le monde méprisant, une pensée que le fou jaune s'empressa d'oublier. Ce n'était pas si intéressant que ça, au fond, il s'en fichait pas mal. C'était justement drôle de voir à quel point ces gens au sang bleu -était-il réellement bleu ?- s'accrochait à des mots.
Le sourire était amusé, doublé de gloussement pendant que l'esprit était perdu dans ces réflexions.
 
Puis il revint enfin sur le présent. L'Empereur avait expliqué ce qu'il souhaitait savoir. Il voulait connaître le lien avec Zahnfee. Le Lièvre gardait les lèvres étirées, mais ses iris partaient chercher comment donner une réponse. Mais d'un geste sec, les yeux d'absinthe revinrent sur le dirigeant du pays qui s'était levé. Un rire, le pilleur de tombes apprécia l'idée que la bouteille soit pour l'occasion. Une forme d'attention. Le Lièvre de pouvait pas ignorer ça, une forme de donnant-donnant s'imposait.
 
Pitt prit bien évidemment son verre.
 
- Peut-être un peu trop peu vert.
 
D'une seul gorgée, il but le contenu. Son sourire se fit plus large, presque à s'en déchirer les joues.
 
- Haha ! Très bon choix ! Hé ! Votre... hem... votre Majesté Impériale pourrait dire à ses hommes de m'en redonner ?
 
Large sourire encore et encore, mais une lueur refit son apparition dans les prunelles vertes. Il venait de se souvenir.
 
- Raah, Votre Majesté Impériale doit m'excuser. Je ne parviens pas à penser dans le bonne ordre. Donc, Zahnfee.
 
La tête appuyé profondément dans le dossier du siège, il s'adressait à Friedrich Franz Edelstein. Il avait quelque chose d'amusant, quelque chose rappelant les flammes de Londres. Les cheveux peut-être ?
 
- Alors alors, cette chère Zahnfee est en effet bien mieux élevée que moi. Je ne pourrai jamais le nier, et je dirais que c'est sûrement dû au fait qu'elle n'ait pas vécu avec moi durant son enfance. C'est là qu'on éduque les enfants, non ? Et elle travaille pas dans les bas-fonds, ça aide aussi.
 
Pitt observa l'Empereur de bas en haut puis de haut en bas avant de revenir planter ses yeux dans ceux de l'homme politique et impérial. Un air sérieux se dessina sur son faciès.
 
- Elle est plutôt de votre trempe en effet. Mais je ne vois pas en quoi cela serait une intrigue, que je sache m'occuper d'un ranch et qu'elle sache bien se tenir face à des gens avec une couronne soudée à même leur sang. On a pas vécu ensemble, c'était juste ces derniers mois. Et croyez-moi, elle a même exigé de faire le ménage dans ma chambre. C'est une vraie maniaque.
 
Soudain, quelque seconde après ses derniers mots, le Lièvre resté en Mars reprit son large sourire presque exagéré avec un gloussement.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Sam 2 Mai - 13:59

Friedrich fit signe de servir à nouveau l'homme.

— Cela se nomme du Stroh. Un alcool produit ici même.

Debout l'empereur écouta le marchand de fleurs. Quelque chose le gênait dans le récit qu'on lui contait, dans les dernières paroles du petit blond. Car Friedrich, du haut de ses presque quarante ans, voyait en cet homme un enfant à redresser. Il ne pouvait le voir autrement que comme un petit blond capricieux.

— Je vais poser cartes sur table. Notre personne compte prendre la main de mademoiselle Zahnfee Fatina. Sa famille deviendra la notre. Il est, de mon devoir d'empereur Austro-hongrois, de savoir certaines choses. Nous savons qu'elle a un lourd passé, bien qu'elle refuse de nous dire certaines choses avant d'avoir pris sa décision.

Friedrich but un second verre de cet alcool puissant. Mais au vu de ce que l’attitude de son interlocuteur venait de remémorer, cela ne serait pas de trop.

— Nous rencontrerons sûrement ses sœurs, dont nous ignorons tout aussi. Nous pourrions vous demander des détails, pour pouvoir en apprendre un peu plus sur Mademoiselle Fatina. Mais nous lui faisons confiance... Surtout que nous nous demandons si nous pouvons VOUS faire confiance. Faire confiance à une personne qui a voulu mettre Londres à feu et à sang. Nous nous souvenons de vous, Monsieur Pitt le marchant de fleurs, qui accompagnait l'énergumène rouge qui nous a donné des informations sur vous, et mademoiselle Fatina. Il y a quelque temps de cela, monsieur Pitt le marchand de FLEURS.

Friedrich ne voulait pas prononcer le nom de Bloddy Mary. Avoir scellé un accord en prononçant un nom était étrange. Et il était loin d’être arriéré, au point de ne pas penser que cela cachait quelque chose, et que donc la prudence était maître. Bien sur Friedrich n'avait aucune information sur Pitt. Quant à celles concernant Zahnfee, l'empereur prenait ce qu'on lui avait raconté plutôt comme des rumeurs.

Mais bien qu'il voulait accepter Zahnfee telle qu'elle était, c’était son choix à lui. Et non un choix dirigé par une cour, ou par des conseillers qui voulaient tout diriger comme avec sa première femme, à cause de son jeune âge. Friedrich attendait patiemment la réaction de son invité.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mar 5 Mai - 8:39
Le Lièvre avala une bonne gorgée de l'alcool, la Stroh d'après les dires de la tête couronnée qui errait non loin. Il aimait bien cette boisson forte.
Large sourire. Il le pensait vraiment, mais son esprit restait attaché à la Fée Verte. Rien de particulièrement important, juste un goût plus prononcé pour l'alcool vert.
 
Pitt suivait du regard l'homme de pouvoir, ce dernier avait apparemment décidé de rester debout, eh bien... le fou jaune décidait de rester assis. Un caprice sans doute, ou bien son esprit s'égarait dans des introspections inutiles et sans aucun intérêts réel. Le proxénète revint à lui en tombant sur les mots de Friedrich Franz Edelstein.
 
- Ooooh~ C'est donc ça. L'Empereur les aime ainsi apparemment.
 
Large sourire, les épaules étaient légèrement secouées par les gloussements qui se calmèrent afin d'écouter la suite.
 
Eh bien, le pilleur de tombes fut surpris. Il en eut un rire, qu'il tentait de garder enfuit en serrant les dents.
 
- C'était donc ça...
 
Il se calma, le sourire encore plus grand. Il porta sa main gantée à sa gorge, cette fois il avait pris la peine d'écouter Charly et de mettre ces "accessoires". Au moins il ne se brûlerait pas par mégarde en touchant un tissu rouge du bout des doigts. Il planta son regard d'absinthe sur la silhouette de l'Empereur, un petit moment passa puis il sembla avoir une illumination.
 
- ... c'était pas sympathique de me tirer dessus. Surtout que j'étais un otage, il m'avait même bien brûlé la gorge. Heureusement que j'ai bien cicatrisé.
 
Une gorgée d'alcool, puis un rire. Les brûlures faites par les tissus rouges ne durent qu'une semaine ou quelque jours avant de totalement disparaître. Mais celle que le Rubis lui avait infligée inconsciemment avait durée quelques mois. Bien qu'à ce jour, la marque n'était déjà plus visible.
 
- T'as, enfin, Votre Majesté Impérial a pour habitude de tirer sur les membres de la famille de son amante et possible épouse ?
 
Un rire. Cela l'amusait, mais au fond, il n'avait pas révélé le Jeu. Puis un fou rire le prit, il posa fortement le verre en laissant quelques gouttes de Stroh valser par delà le récipient. Les bras sur les côtes, il reprit doucement son calme. Un air agacé sur le visage apparut.
 
- Raah... je peux même pas me contrôler.
 
Le sourire revint en s'adressant au dirigeant.
 
- Marchand de Fleurs, c'est si joli, que de poésie.
 
Il se tut un instant avant de reprendre tout en nichant à nouveau le verre entre ses doigts.
 
- Je sens que la famille de l'Empereur sera des plus plaisantes, Votre Majesté Impérial appréciera les sœurs, sans doute.
 
Il finit le verre avant de se laisser fondre contre le dossier du siège, les iris fixées sur Friedrich Franz Edelstein.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 6 Mai - 23:59

— Un otage. De ce que nous avions vu à l’époque vous n'aviez pas vraiment l'air d’être un otage. Cela nous a plus ou moins été confirmé par cet homme en rouge qui a l'air de bien vous connaître, vous et Zahnfee.

L'empereur jouait une belle partis de poker à laquelle il était en train de tenter une main de bluff. Il devait avouer que cela l'amusait particulièrement. Aussi étrange que soit son partenaire, cela était intéressant. Cet homme ferait un bon cas d’étude dans un asile. C'était la pensée du moment de l'empereur. Mais ce serait sûrement mal vu par sa future épouse d'envoyer son oncle dans un asile. Friedrich oublia cette pensée, pour revenir face à Pitt.

— De plus, si notre mémoire est bonne, et nous ne remettrons pas cela en cause, vous nous aviez complètement ignoré, courant vous amuser à regarder la Tamise. Nous n'aimons pas qu'on nous manque de respect à ce point. Nous avions tiré à côté de votre pied.

Friedrich fit resservir une double dose de stroh aux deux hommes. Friedrich but d'une gorgée, le petit doigt levé. Avant de poser délicatement le verre à côté de la bouteille qui n’était même pas vidée à moitié.

- Je sens que la famille de l'Empereur sera des plus plaisantes, Votre Majesté Impérial appréciera les sœurs, sans doute.

— Comment cela ? Avez-vous des choses à nous dire sur le sujet, qui serait susceptible de nous intéresser ? Peut être cela m’éviterait de penser que l'oncle de ma promise aime brûler Londres !

L'empereur essayait de rester un homme digne. Mais cet homme aimait jouer avec les nerfs. L'empereur l'avait bien compris. Il lui cachait des choses, il en était certain. Friedrich reprit place dans son siège, avec l'aigle à deux têtes.

— Sachez que nous aimons vraiment Zahnfee. Nous aimerions l'avoir pour épouse. En ce sens, avant cela, l’anoblir. N'ayant pas respecté le protocole de rencontre, et ne pouvant le faire, étant donnée que la personne concernée est enceinte, nous manquons de temps. Nous aimons Zahnfee, la personne qu'elle est, avant même d’aimer la personne que tout le monde connaît. Est-ce-que cela vous pose un problème quelconque en tant que membre de sa famille ?


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Sam 6 Juin - 17:35
Le sourire exagérément étiré, car exagérément amusé, Pitt écoutait. Il demeurait concentré sur les paroles de l'empereur. Et puis... cet homme de grande importance lui donnait des informations, des cartes de jeu infiniment intéressantes. Quel fou ignorerait de tels dires ? Sûrement pas le Lièvre de Mars, du moins le joueur.
Il eut tout de même un sursaut de gloussements lorsque les mots de Londres lui vinrent aux tympans.
 
- Mon humble personne n'a pas spécialement d'éléments à vous signaler sur vos... futures belles-sœurs. Je suis sincère, elles sont amusantes. Et uniques.
 
Pitt se leva subitement de son siège, allant se promener dans la salle, enfin... en restant tout de même à portée de discussion. Le Lièvre n'avait pas vraiment passé du temps dans ces bâtiments spécifiques aux gens avec des couronnes ancrées à leur crâne. Il s'arrêta devant des meubles et des peintures. Mais sans oublier le maître des lieux qui lui faisait l'honneur de lui adresser la parole, car le proxénète restait un être bien bas dans la hiérarchie des sang-bleu puisqu'il n'en faisait pas partie.
Il se tourna à nouveau vers Friedrich, large sourire et gloussements de sortie.
 
- Vous avez déjà une image très... fumée de ma personne. Mais... honnêtement, je n'ai pas de problème concernant le fait que cette chère Zahnfee vous épouse. C'est elle qui se trouvera dans cet endroit. Pas moi.
 
Le fou d'absinthe était certes intrigué par les lieux, par le jeu des couronnés. Un jeu qui se traduisait par "mon château est plus gros que le tiens", enfin, ça c'était dans son esprit qui n'y connaissait pas grand chose. Cependant, il y voyait une cage ou une chaîne, ou encore un boulet. Un autre monde, un monde à part. Un air lassé apparut soudainement sur les traits tatoués d'un 4 sous l'œil gauche. Son idéal, New-Wonderland était un peu comme ces cages dorées. Une attache, un boulet énorme que l'on chérit, mais... sans les multiples mailles des divers codes à respecter impérativement afin de faire bonne figure. Un jeu qui dévorait la liberté, selon le proxénète, ce dernier étant mal placé pour parler de ce dont il privait ses fleurs.
 
C'était le soucis de Zahnfee, ces histoires de codes, mais ça ne devrait pas être un gros problème pour elle. Enfin, peu importait, ce serait elle qui allait gérer.
 
- Moi j'aime bien ces lieux.
 
Il ne mentait pas, trop éparpillé pour se faire une grande pensée. Et puis... ça serait intéressant.
 
- Je n'imaginais pas du tout Zahnfee capable de procréer en dehors des liens sacrés du mariage, il faut croire que mon imaginaire doit encore se tordre un peu.
 
Il eut un rire qu'il tenta de ravaler, ce qui le transforma en gloussements.
 
- Pardonnez-moi, je ne peux retenir les tics de mon esprit.
 
Large sourire, il parlait de ses rires. Pourquoi éclataient-ils toujours sans l'approbation du Lièvre ? Parfois, les propres pensées ou les mécanismes de ses manières prenaient sources dans un fleuve du passé, le passé du fou jaune perdu dans les brumes de février. D'ailleurs, en se faisant cette réflexion, le sourire avait disparu et les iris d'émeraude s'étaient tournées dans le vide.
 
Un bref éclat de rire tout en haussant les épaules traversa le proxénète qui revenait vers son siège. Il se tint derrière le fauteuil, appuyé sur le dossier.
 
- Faites comme bon vous semble, votre majesté impérial, avec cette fée des dents. Elle peut avoir des idées de jeux fort amusants.
 
Le regard amusé du Lièvre de Mars avait quelque chose de changé dans ces paroles. Il repensait à la fois où il avait eu connaissance de l'accessoire que sont les toothcandies, dans la cave d'une maison de New-Wonderland. Un sourire un peu désaccordé.
 
- Et vous vous amuserez plus en tirant les cartes vous-même, mais ne vous inquiétez pas. Je ne serai pas de ceux qui s'opposeront au mariage, il faudrait être fou pour se mettre sur le chemin qu'un empereur.
 
Une pause, il sembla réfléchir.
 
- Juste une chose.
 
Il tourna ses prunelles d'absinthe vers les fenêtres, observant les alentours.
 
- Laissez-la respirer, je veux dire, laissez-la aller dans quelques lieux où elle aura besoin de ne pas être encombrée de gens la servant nuit et jour.
 
Il pensait à New-Wonderland, ainsi qu'au lieu qu'Alice voulait créer pour les Androïdes. Des lieux où le Lièvre n'imaginait pas de place pour les carrosses impériaux. D'ailleurs, la petite Androïde a-t-elle fini par le trouver ? Ce lieu tranquille ?

Pitt redressa son regard pour le poser sur le maîtres des lieux et du pays même où ils se trouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Sam 13 Juin - 15:32

Friedrich avait l’impression qu'un certain mystère, totalement voulu, entourait les dites belles-sœurs. Mais bon ce n’était pas le plus important pour le moment.

Friedrich écoutait le marchand de fleurs. Il ne pensait pas que Zahnfee ferait cela en dehors d'un mariage. Mais cela n'avait pas l'air de l’étonner avec qui elle avait fait ça, et qui lui avait fait ça. L'empereur pensa un court instant qu'il devait, peut-être, auprès de certains, avoir une réputation de coureur de jupons. C'était désobligeant, quand on savait que l'homme n'avait pas touché une femme depuis fort longtemps.

Mais il ne pouvait diriger les pensées de tous les gens du peuple non plus. Qu'ils pensent ce que bon leur semble. La vérité était que Zahnfee avait percé une fine brèche dans la coquille solitaire que l'homme s’était forgé.

Mais plusieurs mots tiquèrent à l'oreille de l'empereur. Est-ce que l'homme donnait des informations que Zahnfee ne lui avait encore point fourni ? Ou était-ce juste une formulation ambiguë ?

— Malgré votre allure désinvolte, je vois que vous n'êtes pas assez fou pour vous opposer à moi dans ce projet. Bien que, venant de quelqu'un qui a mis Londres sans dessus dessous, nous serions en droit de douter. Quant au fait de lui laisser de la liberté, je vous prierais de mesurer vos paroles. Ici les femmes peuvent être reconnues et avoir des droits, contrairement à d'autres empires. Bien que, si elle devient ma femme, Zahnfee aura, certes, certaines obligations. Mais elle n'en demeure pas moins libre de ses actions, et de ses activités. Du moment que nous savons un minimum quand elle part et revient au château, et assume le rôle d’impératrice.

Il n'avait pu s’empêcher de hausser légèrement le ton. Il n’était pas non plus un homme qui ne donnait aucun droit aux femmes. Certes les femmes avaient des devoirs envers leur hommes dans son empire. Mais plus d'une femme avait su se hisser au-dessus des hommes dans son empire, en ayant réussi à prouver leurs valeurs dans leurs domaines.

Friedrich respira un grand coup et but une nouvelle gorgée du breuvage, tout en levant le petit doigt, avant de relever un point qui l'avait, comment dire, intrigué dans les paroles du fleuriste.

— Par contre nous aimerions savoir ce que vous vouliez dire par « fée des dents » ? Cela concerne-t-il Zahnfee comme nous le pensons ? Nous aimerions en savoir plus sur le sujet, monsieur Pitt.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Dim 28 Juin - 11:01
Le sourire ne quittait jamais le Lièvre de Mars.
 
- Voyons, je ne remets pas en cause la liberté des femmes dans cet empire. Je voulais juste m'assurer qu'elle n'ait pas à endurer la présence permanente de garde sur ses talons, qu'ils la quitteront si elle en leur donne l'ordre. Mais ça, comment elle s'en occupera ne me concerne pas vraiment.
 
Sa main droite vint jouer avec la tresse fine sur le côté de son visage. Ca l'inquiétait un peu que les pièces de jeu "Toothcandies" soient éliminées parce que la créatrice ne pourrait plus en faire. Et décidément, l'idée que des gardes de l'Empire Austro-hongrois se baladent dans New-Wonderland titillait l'esprit volatile du pilleur de tombes. Peut-être qu'il se faisait des films.
 
Pitt se contenta de penser à autre chose, de penser à ce que l'Empereur venait d'ajouter. Il ne savait pas pour la nature de sa chère et tendre. Le proxénète eut un sourire moins exagéré, il ne connaissait pas l'histoire du dirigeant, mais il savait simplement que les djinns étaient plutôt mal accueillis en ces contrées. Ce qui était légitime en prenant en compte les relations tendues.
 
L'Américain s'en fichait pas mal, sauf si cela pourrait piétiner ses jardins de fleurs. Une guerre n'était pas ce qu'il souhaitait. Il devrait penser à déplacer ses pièces avant que la boucherie n'éclate.
 
- Fée des dents. Vous savez, la jolie petite légende qu'on raconte aux enfants. Celle qui dit qu'il faut mettre une dent de lait sous l'oreiller.
 
Un rire.
 
- Elle est pointilleuse sur l'hygiène dentaire.
 
Il pointa même ses dents pour appuyer ses dires avec un grand sourire. Il sembla vaguement réfléchir avant d'ajouter, ou de corriger.
 
- Sur l'hygiène en général, je crois.
 
Les yeux dans le vague puis il revint sur son interlocuteur de marque.
 
- Je trouve ça amusant de l'appeler ainsi. Des fois, les surnoms qu'on donne sont de grands révélateurs sur les personnes désignées. Il suffit de creuser.
 
Un rire, encore et toujours. Poser des devinettes, ajouter des pistes qui peuvent ne rien révéler au final. Jouer avec la curiosité est un art amusant. Ne sommes-nous pas dans le pays des arts ?

Au final, Pitt pensa pouvoir se dire que Zahnfee saurait gérer l'énorme rôle qu'elle allait devoir manier en plus de son autre rôle sur les plateaux de jeu. 
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Dim 28 Juin - 15:17

Friedrich ne crut qu'à moitié l'homme en face de lui. Quelque chose lui soufflait qu'il ne lui disait pas tout. Que, derrière ce sourire, se cachait autre chose, une chose qu'il avait failli dire. L'empereur aurait du attendre avant de poser sa question. Peut être aurait il obtenu l'information manquante.

De toute façon, dans le pire des cas, il suffisait de demander à la personne concernée : la ravissante Lady Hell. Le début de relation qu'ils tissaient n’était-il pas basé sur la confiance après tout ?

— Si nous croyons en vos paroles... Chose pour laquelle, actuellement, nous portons un minimum de crédibilité. Vous me dites que notre chère Zahnfee Fatina serait une fée, une fée liée aux dents? Cela nous semble quelque peu particulier. Mais ce ne serait pas la chose la plus étrange que nous aillons vu, ou entendu. Je discuterais de ce sujet directement avec elle.

L'empereur mit fin à ce sujet qui l'avait légèrement irrité. Non pas parce qu'elle était potentiellement une fée. Bien que cela l’étonna, et lui fit se remémorer certaines paroles de la seule fée dont il avait accepté les conseils. « Les Djinns ont leur propre loi. Vous ne devriez pas faire d'un simple élément, une généralité. » . Mais plutôt car il n’était pas au courant de ce fait.

Sa réputation contre les Ottomans et les Djinns aurait-il pu effrayer Zahnfee, l’empêchant d'avouer sa nature de fée ? L'empereur passa son pouce et son index le long de sa moustache, réfléchissant à la chose. Si elle était bien une fée, il devrait bien reconnaître que les Djinns et les autre fées ne sont pas à mettre dans le même panier. Mais cela il devrait en discuter avec sa promise. Il n'aimait pas l'idée qu'elle lui cache des choses alors que lui, lui avait tout simplement ouvert sa personne en la laissant l'observer.

— Nous avons l'intime conviction que vous nous cachez bien des choses encore. Des choses que nous aimerions savoir. Nous savons comment nous pourrions les obtenir. Il nous suffirait de claquer des doigts pour que le chef de notre garde rapprochée vous embarque pour vous faire subir des choses déplaisantes que vous n’avez jamais vu, ou vécu.

Friedrich plongea son regard froid et dénué de sentiment dans le regard joyeux et plaisantin du marchand de fleurs.

— Et nous vous prions de nous croire que nous sommes, on ne peu plus, sérieux. Il a fait parler plus d'un Ottoman, et connaît chaque partie du corps humain. Comment faire parler quelqu'un à coup sur, et sous une très... très longue agonie. Vous n'aimerez vraiment pas tomber entre ses mains. Nous vous l'assurons.

Friedrich s'installa bien au fond de son fauteuil, avec un air supérieur et hautain. Il avait compris que le jeune blond était de nature très joueur. Mais pour lui il ne restait qu'un gamin capricieux. Et ici ses petits jeux d'enfants n’étaient pas du niveau des intrigues auquel l'empereur avait déjà du faire face. Celui qui menait le jeu ici n’était pas cet enfant, mais bien l'adulte qui se dressait devant lui. Même s'il savait des choses que l'empereur ignorait, il pouvait lui faire cracher tout ce qu'il voulait, et quand il le désirait. Tel un serpent tournant autour de sa proie, avant de se dresser devant cette dernière pour fondre dessus et la dévorer.

— Mais par respect pour ma promise, je ne ferais rien de cela pour le moment. Tout comme par respect pour elle, je ne vous dénoncerais pas à la cour anglaise, avec qui vous avez des comptes à rendre ! Vous avez de la chance qu'elle vous apprécie autant, croyez moi.

L'empereur prit la bouteille et la tendit à Pitt. Il était prêt à lui resservir lui-même un verre si l'envie de boire encore était là.

Hrp:
 


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Dim 28 Juin - 15:55
Les dires de l'Empereur n'étaient pas à négliger, le Joueur prit place sur le Participant pour écouter les phrases du noble. Le regard se fit différent, certes, il avait de la chance. Il a toujours eu de la chance, un peu comme une sorte de contrôle sur ses jeux. L'attitude enfantine, trop amusée agaçait un peu l'être des plus adultes en face.
 
Pitt n'était-il pas menacé de torture, de conséquences. Le Lièvre court vite. Peut-être est-ce plutôt l'agilité d'éviter ou de s'approprier les moyens pour régler les problèmes.
 
- Je ne fais que parler par image. Juste de la poésie.
 
Sourire, moins large, plus... normal. Bien que l'air hautain piqua l'esprit du fou jaune, un dirigeant méprisant. Comme tous. Bien, bien, sans aveux, l'Empereur l'avait déjà pris pour responsable du carnage de Londres. Ça ne servait à rien de le faire remarquer, ni même de nier. C'était vrai mais, il ne l'avait pas avoué, c'était vrai, mais il ne jouerait pas à celui qui veut sauvez sa peau. En se débattant, on s'enfonce encore plus dans les sables mouvants. Et puis, cela donnait une nouvelle facette, il faudrait faire en sorte à ce que Zahnfee ne quitte pas Friedrich Franz Edelstein.
 
Bien, bien, bien, bien. Ca tombait bien, le proxénète faisait en sorte à ce que ses fleurs demeurent au réseau de March. Il savait comme manier ça, enfin, là il fallait inévitablement avouer que c'était différent. Zahnfee n'était pas conditionnée, ni tenue par des drogues ou des menaces. Ni même des chaînes, dorées ou non, l'Empereur l'avait dit avant. Non ?
 
- Votre Majesté Impérial n'a pas de souci à se faire concernant votre promise.
 
Large sourire, cachant peut-être l'agacement qu'on le regarde de haut. Mais sur ces terres, il dépendait de Zahnfee, il devait se le faire entrer dans le crâne. Il avait toujours eu besoin de personnes qui l'entouraient, qui sauvegardait son monde. Alors, il finirait par en avoir l'habitude.
 
Il tendit son verre face à la proposition du dirigeant. Se faire servir par l'Empereur, n'était-ce pas une image consolatrice ?
 
- Thank you.
 
Les jeux prenaient des airs intéressants, son interlocuteur était tout de même capable de passer outre les actes terroristes d'un homme pour la femme qu'il aimait. L'amour faisait faire des choses étranges, folles, écervelées, rassurantes. Combien de clients avait-il fallu corriger à cause de l'amour ? Les Empereurs demeuraient hommes après tout, mais personne ne pouvait vraiment les corriger. Selon l'esprit du Lièvre de Mars.
 
- Quel bel amour votre Majesté Impérial montre là.
 
Il désignait la bonté dont l'être au sang bleu faisait preuve comme il l'avait souligné en parlant de ce qu'il pourrait faire pour faire cracher tout ce qu'il voulait du fou jaune.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 1 Juil - 15:38


Friedrich servit le marchand de fleurs, et se servit à nouveau pour boire son verre, levant le petit doigt, avant de poser son verre, fermement sur la table. L’alcool commençait à agir. Ce n’était pas un alcool à 80° pour rien. Le visage de l'empereur devait commencer a virer au rouge. Mais il ne perdait rien de sa prestance pour autant.

- Quel bel amour votre Majesté Impérial montre là.

De l'amour, ça il n'en doutait pas. Même si rien n’était encore joué, il y avait cette fameuse période d'observation. Il avait donné sa parole de ne pas revenir dessus, quel qu'en soit le résultat. Il était sur de lui. Ou plutôt il voulait garder cette sérénité sur la situation, se persuadant que tout finirait pour le mieux. Il espérait que ce serait réciproque avec Zahnfee.

A moins qu'il parlait du fait qu'il épargnait Pitt de la séance en tête à tête avec Schlange. Selon l'empereur c'était presque une erreur de le laisser s'en tirer.

— Si vous faites allusion à mes précédentes paroles à votre encontre, sachez bien une chose. Pour la famille de celle que nous aimerions avoir comme épouse, nous sommes prêt à passer sur cela. Mais sachez que nous n'oublions rien.

Pourquoi il ne le livrait pas ? Cela l’étonna lui même. Il pourrait le faire tuer ici même et faire disparaître le corps. Zahnfee n'en saurait rien. Il pourrait très bien avoir disparu dans un accident, avec la chute de son zeppelin. Ce serait si facile d'agir de la sorte, si radical.

Mais non. Après avoir pensé à Zahnfee Fatina, il avait insisté sur l'importance de la confiance. Faire disparaître de façon définitive son oncle américain n’était pas la meilleur preuve de confiance à lui apporter. Elle avait crée dans la carapace de l'empereur une faille, une faille qui était déjà exploitée par d'autres, même involontairement.

— Mais laissez-moi vous avertir. Vous êtes son oncle. Si nous nous marions vous serez dans la famille. Nous vous prions donc, pour le bien du bonheur de notre chère Zahnfee, de ne pas entacher sa future réputation à la cour par vos actions. Surtout si cela touche un royaume ou empire allié au notre.

Friedrich appela une domestique, demandant à ce qu'on lui apporte un café bien noir. Et qu'on ramène du sachertorte.

— Avez-vous autre chose à nous apprendre, ou à nous demander ?

S'ils n'avaient plus rien à se dire il était inutile de rester à juste boire. Zahnfee n'avait pas débarqué dans la salle de réception. Elle devait sûrement chercher Friedrich, comme souvent ces derniers temps.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Zahnfee V. Edelstein
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Lun 6 Juil - 10:31
- Oh ben ça alors !
- Oui c'est curieux.
- C’est un américain, je crois. Mais tout de même il avait une drôle d'allure.
- Moi je le trouve plutôt mignon. Il a de ces yeux ! On dirait un aventurier...
- Huhuhu ! Que c'est excitant !
- Il me parait un peu jeune pour être son oncle quand même...
- Bah ils sont blonds tous les deux.
- Il a plus sympathique que sa mégère de nièce en tous les c...

- Vous cancanez quoi encore les bonnes à rien ?


Les femmes de chambre sursautent et se tournent vers la source de la voix qui vient de parasiter leurs glousseries . Moi, donc.

- Madame, je..
- Mademoiselle. Sainte Molaire, Denise ! Je vous l'ai déjà dis mille fois, c'est "MA-DE-MOI-SELLE".
- Mademoiselle,
corrige-t-elle en baissant la tête piteusement.

Je me tourne vers la seconde soubrette.

- Alors, Julia, on commère ? J'imagine que vous n'avez que ça à faire ?

Les deux piquent un fard qui réconforte mon âme malmenée par l'ennui. Et la rétention d'eau. Diable, je me sens comme un ballon qui gonfle sans cesse, et cette chaleur...

- C’est que.. mademoiselle n’est pas au courant ?
- Au courant de quoi ?
- Votre oncle.
- Mon oncle ?
- Il est ici.
- Quel oncle ?


Incompréhension.

- Votre oncle d'Amérique, le fleuriste.
- Le fleu...

Un vent brutal de panique balaie mes neurones.

- Scheiße!

J'abandonne les deux résidus de prolétariat analphabète sur le carreau pour me précipiter vers la salle où l'empereur reçoit ses invités de marque. Les gardes tentent de m'en empêcher mais ils sont soudain pris d'un violent mal de dent collectif qui les sonnent de douleur. Un hasard. Leurs injonctions meurent dans le bouillon de leurs gargarismes confus. J'ouvre les portes en grand sur ma silhouette drapée dans une robe au plissé ample qui dissimule les rondeurs d'un cinquième mois bien avancé.

Robe:
 

J'observe la tête enfarinée de Pitt en voie d'être barbouillée de chocolat et de Friedrich et sa traitresse moustache.

- Qu'est-ce à dire, votre altesse impériale ? On invite mon "oncle" sans m'en informer ?

Si j'ai l'air furibonde ce n’est pas pour la forme.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mar 7 Juil - 8:06
Il n'oubliait rien, cet empereur. Très bien, cependant, il n'y avait pas de preuve que le Lièvre était bel et bien l'un des joueurs de l'incendie et de l'explosion. On pouvait toujours le livrer, mais sans aveux ni preuves flagrantes. Il n'avait été que spectateur ce jour-là, plus complice que responsable direct. Mais qu'importait ? Le proxénète ne se souciait pas de ces inquiétudes qui auraient pu naître, ou qui avaient naquis dans son fort intérieur. Il n'y avait pas suffisamment porté attention. Le plus amusant restait les suspicions du dirigeant.
 
Large sourire. Puis, ne pas entacher la future réputation. Rapidement, une lueur agacé traversa le fond des yeux du fou jaune. Comme si un mariage allait changer les règles mises en place par la sphère du pilleur, Pitt ne laisserait pas ça écraser ses jeux. Et puis... il était plutôt bien parti, Friedrich Franz Edelstein le croyait fleuriste de végétaux, et non de chair.
 
Le Lièvre resté en Mars ricana.
 
- Vous n'oubliez rien, j'entacherai pas la réputation. Ne vous faites pas de souci pour ça.
 
Rires.
 
Puis le gâteau, l'homme aux cheveux dorés en batailles se concentra sur la pâtisserie. Ca serait parfait pour aider au léger mal de crâne qui se présentait suite à l'alcool. Mais alors qu'il comptait manger encore d'autres morceaux du dessert, une furie débarqua dans le salon.
Le Lièvre se retourna.
Larges sourire après avoir avalé les miettes restées dans sa bouche.
 
- Voilà donc la femme à marier qu'il ne faut pas entacher.
 
Puis un rire, encore, un regard vers l'empereur d'Autriche-Hongrie. Les yeux d'absinthe tombèrent à nouveau dans le gâteau. Tandis que Pitt jouait avec les dents de la fourchette à dessert sur la porcelaine, il poursuivit d'un ton amusé. Des paroles sorties de son esprit.
 
- Oncle, cousin, du pareil au même.
 
Le proxénète porta un autre morceau à sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mar 7 Juil - 12:33

Alors que la discussion avec le dénommé Pitt semblait toucher à sa fin, dans un fracas de tous les djinns, arriva la personne qui était au centre de leur discussion.

Friedrich la vit arriver en nage. La remarque de Pitt… Il l'aurait bien étranglé pour avoir dit ça. L'empereur se leva pour se diriger vers sa promise. Il ne serait nullement sage de mentir ou d'inventer.

— Comment vous portez-vous ? Nous n'avons pas invité Monsieur votre oncle, Pitt. Il vous cherchait et nous l'avons accueilli. Nous comptions bien vous prévenir que vous puissiez le voir, bien entendu.

Mais une phrase que le marchand de fleur venait de souligner tapa à l'oreille de Friedrich.

— Votre cousin ? Est-il votre cousin ou votre oncle, ma très chère Zahnfee ? Nous ne comprenons pas. Quoi qu'il en soit vous êtes en nage. Prenez donc un verre... d'eau. Cela vous fera le plus grand bien.

Voila une chose qui reviendrait sur le tapis s'il n'avait pas de réponse à sa question. Mais pour le moment, la santé de Zahnfee était prioritaire à ses yeux.

— De plus un membre de la cour nous a amené des sucreries qui, selon ses propres mots, ont un effet « foudroyant ». Des Toothcandies. En voulez-vous un ? La question s'adressait aussi bien à Zahnfee, qu'à Pitt. Nous nous apprêtions à en goûter un après le gâteau, justement.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Zahnfee V. Edelstein
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 2 Sep - 17:21
Mon regard gris d'orage va de l'un à l'autre. Si mes yeux pouvaient lancer des éclairs ils le feraient. Je lève une main agacée en guise de bouclier lorsque L'empereur se jette sur moins plein de sirupeuses attentions.

-Comment vous portez-vous ? Nous n'avons pas invité Monsieur votre oncle, Pitt. Il vous cherchait et nous l'avons accueilli. Nous comptions bien vous prévenir que vous puissiez le voir, bien entendu.


J’ai un claquement de langue réprobateur comme seule réponse. A d'autre, Fantôme ! Je suis fille de menteurs, filleule de langue fourchue. Je sens quand on me dissimule la vérité. Tu enquête sur moi, vilain diable que tu es !

- Oncle, cousin, du pareil au même.
- Votre cousin ? Est-il votre cousin ou votre oncle, ma très chère Zahnfee ? Nous ne comprenons pas. Quoi qu'il en soit vous êtes en nage. Prenez donc un verre... d'eau. Cela vous fera le plus grand bien.

Je lève les yeux au ciel.

- Cessez de me traiter comme une handicapée, je vais parfaitement bien !

Certes mes jambes commencent à s'alourdir et mon ventre à me peser, mais que neni ! Je ne suis pas fatiguée! Je me dirige vers Pitt et sa trombine tartinée de chocolat. Ce crétin fait crisser les dents de la fourchette sur le petit service aux lilas. Mon préféré. En me penchant vers lui, je trahis quelques peu les rondeurs sous ma robe. Je pince le dos de sa main comme on le ferait avec un gosse mal élevé et l'écarte de la porcelaine. J'empoigne alors son menton d'une main, une serviette de l'autre, et je m'emploie à le débarbouiller.

- Tu t'es lavé les mains avant de manger au moins ?
lui dis-je d'un air sévère.

On ne mégote pas avec la propreté, foi de Zahnfee !

- De plus un membre de la cour nous a amené des sucreries qui, selon ses propres mots, ont un effet « foudroyant ». Des Toothcandies.

Je blêmis, abandonnant mon œuvre d'assainissement facial.
Un échange de regard avec Pitt me fait hésiter sur la conduite à suivre.

- En voulez-vous un ? Nous nous apprêtions à en goûter un après le gâteau, justement.
- N.. Non, merci. Je préfère le verre d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 9 Sep - 21:10
Un peu perdu, voilà que l'esprit du Lièvre était embrouillé. Décidément, pourquoi ils ne pouvaient pas faire une chose à la fois ?
Sans doute la situation n'avait rien de compliqué à suivre, mais le proxénète avait une attention étroite et capricieuse. Et elle avait décidé que c'était difficile.

L'Empereur semblait bien se soucier de sa future épouse déjà consommée, c'était vrai que c'était mieux de s'intéresser un minimum à la femme que l'on choisie de s'enchaîner. C'est sans doute plus simple avec ces chères fleurs presque maternelles.
D'ailleurs, Zahnfee s'approchait et elle était sérieusement enceinte jusqu'au cou. Le fou jaune avait tendance à les voir moins enceintes. Mais il mentirait en niant en avoir déjà vu bien plus d'une.
La seule différence et ce qui arrive au nouveau né. À la graine de Méprisant, que l'on pourrait peut-être encore façonner en unique. Toute une science peut-être...

L'esprit du pilleur de tombes se nichait dans des réflexions multiples en quelques secondes. Il n'en retiendrait probablement rien. C'est la fée qui le ramène par ses gestes.
Sans broncher, surtout sans réaliser, Pitt se laisse corriger par cette... furie du propre. Il ne put retenir un roulement des yeux inconscient tandis qu'elle se prenait pour une mère ayant déjà mis bas.

- ... c'est comme pour les... veaux.

Léger rire, l'Américain avait eu un petit flash venant de Février. Un flash qui renfermait le souvenir des animaux du petit ranch pas trop loin de la ville actuelle de New-Wonderland.
Un moment d'absence bien vite écrasé par la suite.

L'Empereur proposait des... Toothcandies ? Vraiment ?
Le Lièvre de Mars cligna des yeux, avant d'observer Zahnfee qui répondit finalement qu'elle n'en voulait pas.

Elle n'allait pas empêcher Friedrich de manger une de ces créations ? Celles nées des essais dont un qui avait délicieusement rassasié l'amateur de sucre ?

- J'ai déjà mangé du gâteau, et j'ai déjà descendu quelques verres d'absinthe avant. Et étonnement, je n'ai jamais été un grand amateur de bonbons.

Léger sourire, pour la forme, mais il n'en avait pas envie, de sourire. Un regard interrogateur à Zahnfee, elle allait le laisser faire ? Vraiment ?

L'esprit tournait en rond, et le Joueur jubilait de connaître où s'arrêtait l'amour de la fée des Toothcandies. Mais le premier état de Pitt était l'interrogation simple.

- Donc, non merci.


Un temps, puis il se saisit de la serviette que la dame enceinte avait utilisé et finit d'enlever le petit reste de chocolat.

- ... mais dites, vous savez d'où ça vient ? Parce qu'il paraît qu'ils sont bien chers ces trucs.

Intrigué de savoir si l'Empereur en avait connaissance, mais aussi intrigué de voir les réactions soit du bonbon mangé, soit de la peut-être future Impératrice.
Pitt n'avait aucune idée sur quoi parier. Zahnfee empêcherait le dirigeant de manger la Toothcandy ?

Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Lun 14 Sep - 12:59

Zahnfee n'avait pas l'air d'apprécier la situation. Il aurait peut être du la faire prévenir à peine ce fameux cousin sur son sol. Mais ce qui était fait était fait. Cela ne servait à rien de revenir sur le sujet.

Mais même les petites attentions lui étaient renvoyées en plein visage. L'empereur lâcha un léger soupir. Mais à voir Lady Hell s'occuper de cet « oncle » le fit sourire. L'empereur venait d’imaginer sa future femme avec leur enfant. Enfin il espérait que leur enfant ne ressemblerait pas à cet homme là.

Zahnfee ne voulait pas du bonbon. Soit. Elle était, il est vrai, assez critique sur les sucreries. Peut être ne les trouvait-elle pas à la hauteur de son talent pour les sucreries. Mais cet oncle il ne pouvait pas maintenir ce discours. Le sucre de l’absinthe était déjà une preuve d’aimer le sucre. Mais les yeux que l'homme avait fait à la vue du gâteau, un peu plus tôt, c’était des yeux d'un grand mangeur de sucre.

— Pas grand amateur de bonbon ? Mais grand amateur de sucre de ce que nous avons pu voir. Êtes-vous sur de refuser ce mets sucré ? Pour ce qui est de leur provenance, nous savons que c'est une gâterie sucrée qui a un fort succès dans la noblesse, et surtout chez les bourgeois. Hormis ce que nous avons pu lire dans la Gazette, nous en savons peu. Nous ne connaissons pas le prix. Mais vous avez l'air de bien connaître la chose.

L'empereur jouait avec le bonbon entre ses longs doigts hésitant à manger le bonbon ou non. Était-il le seul à être curieux de découvrir cette chose qui faisait tant parler de lui ?

— Mais soit nous serons le seul à goûter ce bonbon.

L'empereur amena doucement le bonbon jusqu'à sa moustache, ouvrant la bouche, prêt à mettre la sucrerie dans la bouche face à sa future femme et son oncle.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Zahnfee V. Edelstein
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Sam 10 Oct - 12:13
Pétrifiée.
Je suis pétrifiée, engluer dans un immobilisme qui m'a fait défaut souvent dans ma vie : réfléchir trop, peiner à être réactif.

- On peut cuisiner le sucre sans l’apprécier...

Est tout ce que je parviens à murmurer, presque par réflexe conditionné.

- Mais soit nous serons le seul à goûter ce bonbon.

Je déglutis.
C’est comme de regarder un train à vapeur lancé à grande vitesse contre un mur. J'en ai vu beaucoup des locomotives dans le nouveau monde. Friedrich est plus rutilant et plus rapide que n'importe laquelle d'entre elles.
Inarrêtable.
Ma petite quenotte acidulée franchit la barrière de sa moustache impériale. Je sens la confiserie rouler le long de sa gorge, faire tressauter sa glotte. Voilà.. La magie se diffuse. Je la sens presque à l'effleurer du bout des doigts.
J'étouffe un petit couinement d’effroi.
Les yeux écarquillés, je fais un pas vers lui. L'inquiétude doit se lire sur mon visage. Regrets trop tardifs évidemment.

- Friedrich... Est-ce que.. est-ce que...

Tu as l'air ridicule, ma fille. Pour lui, ce n’est qu'un ridicule petit bonbon, un mouvement de mode. Mais moi, je sais. Moi je frémis. Et je dois lui paraitre bien affolée pour une telle bagatelle.

-... C'était bon ? dis-je d'une petite trop aigüe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Pitt
avatar

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 14 Oct - 18:53
Le Lièvre aurait pu avoir les oreilles dressées s’il en avait eu des pareilles à ces rongeurs. Cependant, seuls les yeux se firent bien ronds. D’un côté, c’était hilarant, il aurait pu mourir les poumons percés par les côtes dérangées de par les rires.
Mais aucun son, pas un rire. À part un exemplaire discret, afin d’éviter d’exploser peut-être. Les iris allèrent sur Zahnfee, puis l’Empereur. Ainsi de suite à quatre reprises. Il adressa une moue un peu boudeuse avant de finir par s'exprimer d'une voix presqu'absente.

- Les bonbons ont un goût de sucre que je n’aime pas vraiment. Je n’y ai jamais été habitué.

Le ton était ailleurs, comme concentré sur deux choses à la fois. Le pire, c’était que les dires du proxénète étaient vrais. Les bonbons ne sont pas pareils aux pâtisseries et autres éléments sucrés. Il y avait ce goût de… bonbon, qui dérangeait.

Que penser ?
Que faire ?
Comment faire pour ne pas s’attirer de foudre ? Certes le Lièvre de Mars était fou, mais pas suicidaire, parfois. Il ne pouvait en aucun cas sauter sur le concentré de sucre, il aurait plus l’air d’un terroriste ou d’un suspect que d’un héro.

Pitt attendait une réaction de Zahnfee, mais uniquement celle qui venait après la dégustation de la Toothcandy vint.
Il observa à nouveau Friedrich puis sa « nièce » ou sa « cousine », il ne savait plus où il en était, réagir. Il osait espérer qu’il s’agisse d’une vulgaire copie. Bien que ce soit peu probable au vu de la toute fraîche invention qu’était le bonbon.

Alors, le Lièvre décida de feindre l’ignorance des effets possible et retourna déguster le gâteau que la femme enceinte lui avait retiré.

Grignoter avait toujours été un bon moyen pour concentrer l’esprit à autre chose. Il gardait cependant le regard sur le couple, la femme inquiète et l’homme qui ne tarderait peut-être pas à réagir à la magie contenue dans ce jouet mangeable.
Le Lièvre aurait tant voulu pouvoir rire, car c’était si amusant. Mais il se retiendra, il rira plus tard. Seul le gâteau comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Regard pétrifiant
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   Mer 13 Jan - 17:38

On peut cuisiner sans apprécier. Mais, du point de vue de l'empereur, il était bien de goûter les mets des autres pour savoir si on était au dessus, au top niveau. Mais c’était là la vision d'une personne qui plaçait la barre haute. Pas pour les autres, du moins pas toujours, mais pour lui-même. Une pensée qui était là pour essayer d’écraser les rivaux qui osaient s'attaquer à ses domaines de prédilection. Comme avec la tsarine Svetlana quand ils se défiaient aux échecs. Il devait toujours placer la barre au-dessus d'une simple victoire. Il devait montrer qu'il était un stratège d'un rang supérieur.

Friedrich mis le bonbon dans sa bouche. Il jouait avec sa langue et le bonbon blanc pour essayer d'en percevoir toutes les subtilités. Tantôt un visage grimaçant, tantôt un visage en pleine réflexion.
Lady Hell approcha brusquement de l'empereur, ce qui eut pour effet de l’étonner et de lui faire avaler directement le bonbon de travers. Friedrich plaça une main à sa gorge et prit brusquement un verre d'eau qu'il avala d'une traite.

— Vous m'avez surpris très chère.

Friedrich essuya sa moustache rousse avec une serviette de table.

— Mais pour répondre à votre question, nous sommes quelque peu déçus. Un bonbon à la vanille... Bien que les dosages nous paraissent parfaitement maîtrisés, ce n'est pas ce que nous attendions de la réputation de ce bonbon. Mais pourquoi avez-vous une mine si inquiète ? Nous avons quelque chose sur la moustache ?

Bien que cet élan de promiscuité lui plût, il ne comprenait pas la réaction qu'il pensa un peu excessive. Peut-être était-ce son imagination, peut-être la fatigue, ou non. Peut-être Zahnfee, malgré le mois d'observation, avait déjà pris sa décision et c'était là une façon de lui dire. Tout se bousculait dans sa tête pour cette « simple » attention.

HRP :
Spoiler:
 


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Début juin 05] Stroh et Absinthe   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Début juin 05] Stroh et Absinthe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat