Le chasseur et les truandes

 :: L'Amérique :: États-Unis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Mar 5 Mai - 20:51

Le Colorado. Un état parmi d'autres, empli de pionniers désertant les villes pour mieux suivre la route de la ruée vers l'or. Un état vivant au gré des exactions des brigands des grands chemins. Un profil se détachait parmi cette masse. Hunter, voleur s'attaquant aux banques et diligences. L'homme agissait seul, se démarquant des bandes organisées. Son identité réelle demeurait inconnu, ne laissant que ce nom de code, et une noire réputation derrière lui. Les rares survivants qui avaient croisés sa route décrivaient un homme doté d'une rare violence, plus animal qu'humain, se riant de la douleur provoquée chez ses victimes.

Son portrait avait, rapidement, été placardé sur tous les murs : le faciès d'un homme borgne, au visage couturé de cicatrices, dur et sec comme une lame de couteau. Le prix de sa capture était loin d'être anodine : 10 000 dollars, mort ou vif. De quoi appâter de potentiels chasseurs de prime.

Vous avez remarqué une de ses affiches de recherche. Le prix vous a alléché et vous avez décidé de retrouver l'homme. Les derniers témoignages des victimes vous ont conduit jusqu'à une ville fantôme, comme il y en a tant au sein des États-Unis. Hunter se trouverait à l'intérieur, en aurait fait sa planque. A vous de le dénicher, et de toucher la récompense.

Citation :
Amusez-vous, défoulez-vous. Si vous avez besoin de la moindre information, que vous voulez savoir si vous devez lancer un dé pour certaines actions, envoyez un MP à Ronce. :write: Je posterais parfois avec le Narrateur selon votre avancée, pour ajouter des surprises.


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Mai - 22:35
Dix mille dollars. Une somme bien rondelette. Plus que gagnait l'oncle avec sa ferme en une année. Dorothy arracha l'avis de recherche et le relu attentivement, les yeux tout brillants et avides. Elle en ferait des choses avec autant d'argent ! Un sourire carnassier étira lentement ses lèvres. Oh ce Hunter ne se laisserait pas attraper facilement et Dotty y comptait bien. Il n'y avait rien d'amusant quand la proie abandonnait trop vite.

« Leon, la chasse à l'affreux est ouverte ! », s'exclama-t-elle en serrant l'affiche dans son poing, puis se retournant, « Leon ? Mais qu'est-ce que vous faites ?! »

« Mon..mon éperon s'est coincé dans l'étrier, je...je n'arrive pas à descendre... », répondit le lion d'un ton plaintif. Dorothy le regarda un instant bouche bée, épouvantée par autant d'inaptitude dans un seul corps, avant d'implorer des yeux le ciel. Qu'avait-elle fait au bon dieu pour mériter un empoté pareil ?

« Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de vous.... », lâcha la jeune fée en soupirant. Le lion secoua vigoureusement sa jambe pour tenter de se libérer et ne fit qu'aggraver son cas, ses gesticulations ne faisant qu'exciter sa monture déjà bien énervée. La bête se cabra et le chasseur de prime dégringola dans un couinement très viril.

« Hé ben voilà, vous êtes enfin libre ! »

Dorothy enjamba l'hybride toujours à terre et entra dans le saloon. A son entrée, tous les regards se tournèrent vers elle. La demoiselle leva le menton et les ignora, habituée aux regards inappropriés et aux commentaire salaces de certains sales types qui n'avaient aucun scrupule. Dotty n'avait pas peur, ces crétins étaient déjà trop imbibés de tequila ou de whisky. Ils auraient déjà reçu une balle dans l'entre-jambe avant qu'ils aient pu la toucher avec leurs mains pleines de doigts dégoûtants. La jeune fée s'approcha du comptoir, Toto sur les talons.

« B'jour ma p'tite demoiselle, qu'est-ce que j'peux faire pour vous ? Vous êtes perdue ? », lui demanda le patron d'un ton affable et légèrement condescendant. La fée se renfrogna. Pourquoi lui posait-on toujours cette question ? Avait-elle l'air d'une enfant paumée avec son colt bien en évidence ? Et elle n'était pas petite, nom de dieu !

« De un, je sais où je suis, merci bien, et de deux j'aimerai bien qu'on me dise la route la plus courte pour aller à Southern Peak. »

L'homme éclata de rire, pas insulté pour un sou par l'attitude de la petite bonne femme.

« C'est qu'on a du caractère ! Et qu'est-ce vous iriez faire là-bas, y'a plus rien, tout le monde est parti depuis longtemps. »

« Pas tout le monde visiblement, puisque la rumeur veut qu'Hunter s'y trouve ! »

Aussitôt avait-elle prononcé le nom du truand que le saloon se fit soudainement silencieux. Quelle bande de sans-couilles... Le patron laissa échapper un sifflement impressionné.

« Oh ma p'tite dame, vous vous attaquez à gros tout d'même...vous allez vous faire tuer pour sûr ! Ou pire. »

Dorothy se frappa une fois la poitrine.

« Même pas peur ! Et de toute manière ça me regarde. J'ai peut-être des envies suicidaires, qu'est-ce que ça peut vous foutre ! »

Le vieux bonhomme leva les mains en signe de capitulation. Visiblement la petite jeune fille n'était pas une rigolote...

« Du calme du calme. Pour aller à Southern Peak faut prendre par la rue qui passe devant l'hôtel, suivez la route qui longe le chemin de fer pendant une quinzaine de kilomètres et puis vous arriverez à un croisement avec un rocher qui ressemble à un cactus, faudra prendre à gauche et après c'est tout droit. »

La fée changea totalement de comportement et sourit à pleines dents au patron, avant de lui lâcher un rapide merci, et fila rejoindre Leon qui...qui avait disparu. Où était-il encore passé celui là ? Dorothy s'approcha de leurs chevaux, croisa les bras et regarda autour d'elle en tapant du pied. Cinq minutes plus tard, Leon surgit de l'épicerie les bras chargés de provisions. La demoiselle s'adoucit.

« Bien bien, pour une fois que vous prenez une bonne initiative ! »

Pas vraiment un compliment mais l'hybride bomba le torse, fier comme un pou. Quelques minutes plus tard, le temps de ranger leurs provisions, et les trois compères reprenaient la route.

« Où va-t-on au fait ? »

« Southern Peak. »

« South...c'est...mais mais mais..j'ai entendu dire que Hunter se terrait là bas ! », s'écria le lion en lâchement un couinement, horrifié par l'idée de respirer le même air qu'un dangereux criminel. Dorothy lui adressa un sourire qui n'annonçait rien de bon. C'était le sourire qui voulait dire danger, avec un grand D. Ou risque de mort imminente. Au choix.

« Sans blague. »

Toto jappa joyeusement, visiblement très enthousiaste à l'idée de croquer du mollet de hors-la-loi.

● ● ●


L'après-midi touchait bientôt à sa fin lorsqu'ils approchèrent des environs de Southern Peak. Le ciel se teintait d'orange et l'air se faisait enfin plus frais. La silhouette lugubre de la ville fantôme en vue, Leon se lança de nouveau dans une longue complainte, essayant désespérément de convaincre sa jeune compagne que tout ça n'était qu'une très mauvaise idée.

« Je vais finir accroché à un mur ! Ou pire ! En carpette ! Et tous les jours il essuiera ses bottes sales sur ma belle fourrure ! »

« De toute façon si vous êtes mort, ça vous sera égal Leon... », répondit Dorothy d'un ton désintéressé, habituée qu'elle était au manège du lion.

« Merci, merci Miss Gale, vous savez toujours trouver les mots justes pour me rassurer. »

« De nada. C'est pour ça que vous m'aimez. », répliqua-t-elle en riant. Leon renifla dédaigneusement, n'honorant pas d'une réponse les propos de sa compagne. Et tandis que la jeune fée continuait à se moquer gentiment du chasseur de prime, Toto se figea soudainement, les oreilles dressées sur sa tête frisée, et commença à grogner. Dorothy se raidit et posa la main sur son colt.

« Qui est là ?! »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Chester du Cheshire
Le chat du Cheshire
avatar
✦ Libre pour RP ? : Dispo

✦ Double-compte : Friedrich Franz Edelstein // Alexender Rammsteiner// Nikolas Klaus //Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Mer 6 Mai - 23:53

Chester avait rencontré une drôle de « femme » et une drôle de fée quelques temps. Cette même femme avait troublé Chester. Elle sentait comme un mâle alpha, mais elle était une femelle. La fée avait donné un miroir à Chester, et rendu le papier qu'elle avait volé, juste avant, à un homme.

L’hybride n'avait pas tout compris. Mais elle avait repris la route de l’aventure et des découvertes, tout en repassant préalablement par New-Wonderland pour y revoir ses sœurs, ramenant quelque corps de gêneurs qui tournaient autour de la ville. Chester demande à Zahnfee si elle pouvait s'amuser avec, mais cette dernière demanda à Chester de lui laisser ces troubles-fêtes.

Chester, un peu déçue, sortit de la ville à nouveau, allant de ville en ville. Beaucoup de personnes parlaient d'une rumeur : un homme qui faisait des ravages, partout où il passait. Chester approcha du groupe de personnes, qui fuirent à la vue de l'hybride. Ils ne devaient pas trop aimer les chats dans le coin, pensa Chester.

A la vue de l'affiche l’instinct de Chester prit place. Un grognement sourd commença à se faire entendre. Ses pupilles étaient totalement dilatées. Chester n'aimait pas la tête de cet homme, un mâle alpha, un vrai. Chester avait juste compris que, si elle trouvait cet homme, on lui donnerait quelque chose. Mais cela était secondaire. Elle n'aimait pas cette tête et allait l'arracher de ses propres griffes.

Avant de partir Chester planta ses griffes dans le mur de bois, où l'affiche était placardée, pour arracher, de ses griffes aiguisées, l'affiche dans toute sa diagonale !



Chester n'avait pas eu de mal à trouver ou était la cachette de celui qui s'appelait Hunter. Être invisible aux yeux du commun des mortels était une façon facile de recueillir des informations.
La ville avait l'air vraiment déserte. Pas une âme qui vive, à croire la boule de foin qui venait de passer devant l'hybride.

Chester ferma les yeux, puis mit la truffe en hauteur. Elle percevait une infime odeur de feu éteiny. Chester essaya d'avancer vers cette odeur. Mais c'était trop vague, surtout que d'autres odeurs étaient présentes. Dont deux, vraiment déplaisantes, commençaient à se mélanger aux autres. Chester arriva au coin d'une maison, et fut sortit de sa concentration.

« Qui est là ?! »

Chester fit disparaître son corps, ne laissant de visible que ses yeux et son sourire. Enfin le sourire se transformait plutôt en grognement, montrant les crocs de l'hybride à la vue du canidé, dans les bras de la jeune fille qui venait de lui poser une question.

— Chester n'aime pas les canidés ! Chester n'aime pas les faux mâle alpha qui sont des poltrons. Mais Chester aime bien les petites filles polies. Peut être que si la petite fille cache cette horrible canidé et dit à Chester comment s’appelle la petite fille, Chester redeviendra visible pour chasser l'homme balafré que Chester veut tuer !

Chester regarda dans les yeux la jeune fille, sans un seul clignement de paupière, se tenant sur ses gardes.

— Chester sait que la mocheté Hunter est passée par ici. Chester a senti un feu.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 7 Mai - 11:41
Mais qu'elle était donc cette étrange créature ? Qui semblait n'avoir que des yeux et une bouche pleine de crocs. Et quelle drôle de manière de s'exprimer ! C'était bien la première fois que Dorothy rencontrait quelqu'un ou quelque chose qui parlait d'eux-même à la troisième personne. Ne sentant pas de menace iminente, la jeune fée calma Toto en lui caressant la tête et le cacha à la vue de la créature avec ses jupons. Leon quant à lui poussa un cri scandalisé, "faux mâle alpha" ?!, son égo venait d'en prendre un coup.

« Mon chien ne te fera de mal que si tu m'attaques. En attendant, je te promets que Toto ne t'embêtera pas. », répondit Dorothy d'une voix calme. Pas la peine de se faire l'ennemi d'une créature qui semblait pouvoir disparaître à volonté et donc les attaquer par surprise à tout moment.

« Je m'appelle Dorothy. Dorothy Gale. Et mon compagnon s'appelle Leon. »

Leon refusa d'adresser le moindre regard à la dénommée Chester, toujours vexé. Dotty, exaspérée, lui donna un coup de poing dans le bras.

« Aouh ! Mais pourquoi me frappez-vous donc ? », protesta-t-il en frottant la zone douloureuse. C'est qu'elle avait de la force ! Sa compagne lui fit des gros yeux, communiquant silencieusement qu'il avait intérêt à se montrer gentil. Le chasseur de prime grommela quelque chose comme « je vois pas pourquoi je serai poli avec quelqu'un qui ne l'est pas » et Dorothy le frappa de nouveau.

« Mais aille ! C'est bon ! C'est bon ! », s'écria le lion avant de saluer Chester en inclinant son chapeau, tel un cowboy.

« Bien, maintenant que les présentations sont faites, j'ai cru comprendre que tu étais venue chasser Hunter ? Quel heureux hasard, nous aussi. »

Dorothy descendit de sa monture, posa Toto à terre et lui signala de rester tranquille. La fée montra ses mains vides, en signe d'apaisement et s'approcha de quelques pas de la nouvelle venue. Dotty était aussi menaçante qu'une fille de seize ans pouvait l'être. C'est à dire pas du tout. Elle n'était pas spécialement grande, et sa carrure était loin d'être impressionnante. De plus, avec sa robe bleue à carreau, elle avait tout l'air d'une jeune fille de la campagne et loin de l'image qu'on pourrait se faire d'un chasseur de prime. Seul le colt attaché à sa ceinture trahissait son image de demoiselle innocente.

« D'ordinaire je ne proposerai pas de partager une cible, mais ce Hunter est apparemment un type très dangereux...Ca te dit de chasser ensemble ? »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Chester du Cheshire
Le chat du Cheshire
avatar
✦ Libre pour RP ? : Dispo

✦ Double-compte : Friedrich Franz Edelstein // Alexender Rammsteiner// Nikolas Klaus //Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Ven 8 Mai - 23:37

Chester sourit face à la réaction du gros félin. Pour un mâle si grand elle trouvait qu'il ne dégageait aucune hormone dominante. Il ressemblait plus à un pauvre chaton qui était apeuré par la moindre découverte.

La fille qui se designait comme étant Dorothy calma le sale canidé. Les yeux dilatés de Chester reprirent, peu à peu, une forme normale. Mais même si l'envie prenait Chester d'attaquer la fille, que ferait ce pauvre chien contre l'hybride qu'elle était ? Elle en ferait sûrement du rôti de Toto.

« D'ordinaire je ne proposerai pas de partager une cible, mais ce Hunter est apparemment un type très dangereux...Ca te dit de chasser ensemble ? »

Chester se gratta la tempe, les yeux vers le ciel.

— Chester ne sait pas. Est-ce-que tu ne vas pas gêner Chester ? Chester sait que l'homme borgne est dans le coin, et elle n'a pas peur de lui. Chester peut le tuer facilement si elle le trouve !

Chester avança vers l'hybride, le regardant de la tête aux pieds. Non décidément il n'avait pas l'allure d'un mâle dominant. Il n'arrivait pas à la cheville de Raminagrobis. Non pas parce que l'homme en question ressemblait, dans son comportement, à un gros chat de salon. Mais surtout parce qu'il dégageait une aura qui faisait frissonner Chester. Alors que le félin en face d'elle ne dégageait rien. Chester était presque certaine que, si elle lui sautait dessus et qu'elle le giflait même sans une griffe de sortie, qu'il ne riposterait même pas. Il demanderait de l'aide à Dorothy.

— Chester veut bien faire équipe avec toi. Mais à deux conditions. Que Chester puisse arracher avec ses dents le deuxième œil de Hunter. Et aussi que le faux mâle alpha ne gêne pas Chester et Dorothy quand le moment d'attaquer sera venu ! Est-ce-que cela convient à Dorothy ? Chester se fiche des dix mille dollars, ça n’intéresse pas Chester. Chester n'aime juste pas la tête de Hunter.

Chester avait quelques idées sur la direction de la fumée. Si la fille acceptait ses conditions, Chester partagerait avec elle cette information. Qu'est-ce que la jeune femme choisirait ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 12 Mai - 11:31
Tandis que Chester le dévisageait de la tête aux pieds, Leon se raidit et fronça le nez, n'aimant pas franchement le regard de sa cousine féline. Car il s'agissait effectivement d'une hybride remarqua Dorothy. Ce fut au tour de la jeune fille de détailler leur nouvelle camarade, Chester était après tout seulement la seconde hybride qu'elle ait rencontré jusque là. Elle portait vraiment de drôles de vêtements et la fée supposa que la chatte ne venait probablement pas du coin. Dorothy n'avait jamais mit les pieds hors des Etats-Unis et ignorait tout donc de ce qui pouvait bien se passer outre-mer.

« D'accord ça me va ! Enfin...euh..tu m'en voudras pas si je ne regarde pas quand tu lui arracheras l'oeil hein... », répondit-elle en grimaçant, maudissant son imagination qui lui offrait une vision parfaitement claire de la scène. Dorothy était cependant très contente d'entendre que Chester n'était pas là pour la prime, même si elle avait bien du mal à comprendre pourquoi l'hybride voulait se donner autant de mal et ne rien obtenir en échange. Peut-être tuait-elle par plaisir ? Oh et puis après tout cela ne la regardait pas, l'important était qu'ils n'auraient pas besoin de partager la récompense.

« Te fais pas trop de soucis pour Leon, il est plus utile qu'il en a l'air. C'est même un excellent tireur. Pas vrai monsieur le Lion ? », ajouta-t-elle par la suite en donnant une tape sur l'épaule du chasseur de prime.

« Oh oui tout à fait Miss Dorothy ! Et je suis bien content de vous l'entendre dire ! », répliqua aussitôt le lion en bombant le torse. Rien de tel qu'un petit compliment pour le remettre d'aplomb et lui faire oublier sa peur. La jeune fée attacha les rennes de leurs montures à un poteau, tira un peu dessus pour vérifier la qualité de son nœud puis ordonna à Toto de garder les chevaux.

« C'est trop dangereux pour toi Toto, je veux que tu restes caché. »

Le cairn terrier ne semblait pas franchement approuver cette décision, mais secoua tout de même sa queue frisée lorsque Dorothy s'accroupit pour lui offrir une grattouille derrière l'oreille. Le petit chien partit ensuite se cacher derrière un tonneau et ne bougea plus.

« Bon, on peut partir. Tu disais tout à l'heure que tu avais sentit un feu ? Tu saurai suivre l'odeur ? », s'enquit-elle en se tournant vers Chester. Pour sa part, Dorothy ne sentait rien du tout, à part la poussière et le bois vieillissant. Mais après tout, ce n'était pas elle qui avait l'odorat sur-développé.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Chester du Cheshire
Le chat du Cheshire
avatar
✦ Libre pour RP ? : Dispo

✦ Double-compte : Friedrich Franz Edelstein // Alexender Rammsteiner// Nikolas Klaus //Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 14 Mai - 14:26
Spoiler:
 


Chester ignora volontairement la demande de Dorothy. Du moment qu'elle la gênait pas et qu'elle la laissait s'amuser, Chester s'en fichait royalement. D'ailleurs l'hybride apprécia quand Dorothy laissa le sale chien loin de Chester.

« Bon, on peut partir. Tu disais tout à l'heure que tu avais sentit un feu ? Tu saurai suivre l'odeur ? »

Chester lui sourit, d'un de ces sourires déformés qu'elle aimait tant arborer.

— Chester a senti l'odeur d'un feu éteint. Mais le gros faux mal alpha devrait le sentir aussi non ? Les félins ont un odorat bien développé, surtout avec une grosse truffe pareille !

Chester se moquait ouvertement. Ce mâle était censé pouvoir être utile mais il ne se servait même pas de ses atouts animaux ! Quel piètre hybride félin faisait-il aux yeux de la chatte. Mais Chester leva la truffe vers le ciel, reniflant plusieurs endroits pour finir par regarder Dorothy dans les yeux.

— Chester sait même exactement où se trouve l'odeur ! Suis Chester elle va te montrer le chemin !

Chester se mit à courir à quatre pattes, bondissant au dessus de chaque obstacle qui se présentait sur son chemin, pour arriver devant un saloon d’où Chester était certaine que l'odeur provenait.

— Chester affirme qu'il y a eu un feu dans ce lieu. Peut être que c'est celui du borgne !


Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Jeu 14 Mai - 17:45
Le saloon avait l'air abandonné. La poussière maculait le comptoir et les quelques chaises demeurées sur place. Un piano trônait dans un coin, mais il était totalement désaccordé. Une fille de saloon avait du se tenir dessus, à une époque, pour charmer les clients attablés. Les réserves du barman sont encore pleines derrière le comptoir – de multiples bouteilles jalonnent les étagères, toutes emplies d'alcool fort.

L'escalier menant à l'étage est encore en bon état, mais grince désagréablement. L'odeur de fumée et de cendres encore chaudes semblent provenir d'une des chambres au premier étage.
Précisions a écrit:
Si vous voulez une description plus précise du saloon, savoir si vous pouvez effectuer certaines actions, envoyez un MP à Ronce.


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Mai - 14:31
« Hey pas si vite ! », s'écria Dorothy alors que l'hybride bondissait telle une gazelle, sans les attendre. Maintenant d'une main son chapeau, elle poursuivit Chester du mieux qu'elle pouvait avec ses courtes jambes, pour finalement arriver devant le saloon de Southern Peak, à bout de souffle, Leon non loin derrière. Pour l'effet de suprise on repasserait...si Hunter était vraiment là, il les avait probablement entendu arriver.

Elle posa ses mains sur ses genoux pour retrouver une respiration plus calme avant de porter son attention sur l'état du saloon. La devanture était percée d'impacts de balle. Etrange. Dorothy fronça les sourcils. D'autres étaient-ils venus capturer Hunter avant eux ? La jeune fée dégaina son colt, Leon en fit de même avec son fusil, l'air grave et concentré.

« Chester affirme qu'il y a eu un feu dans ce lieu. Peut être que c'est celui du borgne ! »

« S'il est là on devrait peut-être parler un peu moins fort, Chester... », répliqua Dorothy en chuchotant. La jeune fille gravit ensuite les quelques marches de bois et poussa lentement la porte du saloon. Son regard balaya l'ensemble de la pièce. Quelque chose la chiffonnait. La fée remarqua l'étagère pleine de bouteilles d'alcool, les verres encore présents sur les tables, une chaise renversée. Tout était recouvert de poussière mais la disposition de la pièce donnait l'impression que les clients venaient de quitter les lieux.

« C'est vraiment bizarre...c'est comme si quelque chose les avaient fait fuir précipitament.. », marmonna Dorothy. La jeune fée était pourtant sûre d'avoir entendu que Southern Peak avait été abandonnée à cause de la ruée vers l'or. Avait-elle subit une attaque durant ses derniers jours ?

« Miss Gale, je n'aime pas du tout cet endroit... », susura le lion d'une voix tremblotante.

« Hm... », Dorothy huma l'air, se rendant compte qu'elle pouvait elle aussi sentir l'odeur de fumée maintenant. « Allons voir à l'étage. », annonça-t-elle d'une voix décidée. Elle ne laisserait pas l'ambiance lugubre du saloon lui saper son moral. La jeune fille en avait vu d'autre ! Ses bottines laissèrent des traces dans la poussière lorsque elle traversa la pièce pour gravir l'escalier. Elle hésita cependant à poser le pied sur la première marche et se tourna finalement vers ses compagnons.

« Vous avez de meilleures oreilles que moi, vous entendez quelque chose là haut ? »

Leon ferma les yeux et tendit l'oreille puis secoua négativement la tête.

« C'est très silencieux Miss Gale...Trop. »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Chester du Cheshire
Le chat du Cheshire
avatar
✦ Libre pour RP ? : Dispo

✦ Double-compte : Friedrich Franz Edelstein // Alexender Rammsteiner// Nikolas Klaus //Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Dim 17 Mai - 19:29

Chester regardait le le faux mâle alpha monter. Il reprochait à Chester de parler fort mais les deux étaient comme des pies à parler non stop. L'hybride soupira quand le peureux disait ne rien entendre. L'homme était dans le coin, Chester en était certaine. De plus l'odeur du feu était récente.

— Chester passe devant !

Chester ne demanda pas l'avis ni l'autorisation. Elle était déjà en train de devenir invisible avant même que la petite fille lui réponde.

L'hybride commença à monter l'escalier doucement, avec toute l'agilité d'une chatte. Aucun bruit sur les premières marches. Par contre au fur et à mesure qu'elle avançait un nuage de poussière se forma autour d'elle, jusqu'à ce que la poussière arrive à sa truffe.

Chester fit un boucan de tous les diables, éternuant en continu, et ne prenant plus la peine de faire attention à sa façon d'avancer. L'escalier grinçait à alerter toute la bâtisse de sa présence.

Chester continua à monter tout en étant invisible. La seule chose que l'on pouvait voir était un nuage de poussière qui se déplaçait autour d'elle. Mais Chester continua de monter pour arriver à l’étage, pestant sur la situation.

— Chester déteste la poussière. Chester a la truffe trop sensible et ça fait mal à Chester.

Chester oublia que, à l’étage où elle se trouvait, se cachait un potentiel criminel de grande renommée. Ce moment d'inattention pourrait lui coûter cher.


Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Sam 23 Mai - 17:57
Chester avait annoncé son arrivée à des mètres à la ronde. A l'étage, le plancher se mit à craquer. Quelqu'un marchait lentement, pesamment, se moquant d'être entendu. Une sphère roula sur le plancher, suivie d'une autre. La première tapa contre les pattes de Chester, la seconde descendit les marches en rebondissant. Les sphères, qui se révélèrent être des bombes, explosèrent en projetant une vive lumière aveuglante. Chester, Dorothy et son compère furent instantanément éblouis.

Une silhouette, se détachant en ombre chinoise, se faufila avec une souplesse démontrant des années d’entraînement. Quand la lueur disparut, le groupe put voir de la poussière en suspens dans l'escalier, et quelques traces de pieds sur les marches. Rien de surprenant comparé à l'homme qui s'était coulé dans le dos de l'hybride-lion. Le canon d'un colt était posé sur la tempe de l'animal, l'index posé la gâchette prêt à déclencher le tir.

L'homme mesurait près de deux mètres de haut, et sa carrure n'était pas en reste. Large d'épaules, ses vêtements dissimulaient, en partie, un corps massif que la vie en grand air, ponctué de combats, avait endurci. Une cicatrice s'étirait sur la partie gauche du visage, probablement le relief d'un duel ayant mal tourné. La ressemblance avec l'avis de recherche était parfaite. Hunter se tenait devant eux.


L'homme n'affichait nulle sourire. Son visage était aussi grave et impénétrable que celui d'une statue. L'homme cracha une chique qui s'écrasa au sol avec un bruit mou.

« Bon, les pisseuses. J'vais être gentil parce qu'vous êtes des donzelles. Z'allez rentrer fissa carrer vos fesses dans vos petits fauteuils capitonnés, retournez coudre des 'tits rubans sur vos 'tites robes, et on en reste là. Je vous libère même vot' animal. Vous voudriez pas qu'vos parents pleurent vot'mort, c'serait pas gentil. »

Hunter parlait d'un ton plein de mépris. Sûr de lui, il ne voyait pas en quoi deux gamines pouvaient lui poser le moindre problème.

Citation :
Désolé pour le temps mis à poster l'intervention. Comme toujours, au moindre doute, envoyez un MP à Ronce.


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 23 Mai - 19:01
La stupidité devait être un trait inhérent à la race féline. Dorothy ne voyait pas d'autre d'explication. Tandis que Chester ruinait toute chance de surprendre Hunter, la jeune fée n'avait qu'une envie : se frapper la tête contre un mur. Leon quant à lui s'était caché les yeux, trop horrifié par la situation. Comme si jouer l'autruche allait les aider... Saisissant son colt, Dorothy allait gravir les marches pour rejoindre l'hybride invisible qui était encore en train d'éternuer quand elle vit avec horreur une sphère rebondir dans les escaliers.

A peine avait-elle hurler « A couvert ! » que les bombes explosèrent et éblouirent les trois compères. Dorothy se frotta les yeux pour chasser les petites lumières qui dansaient encore devant elle. Une fois la vue retrouvée, elle remarqua d'abord les traces de bottes qui n'étaient sûrement pas celle de Chester, puis fit volte-face en entendant le bruit du mécanisme d'une sécurité.

Loin d'être impressionnée par la stature du bonhomme, Dorothy pointa son colt sur Hunter, l'air féroce, le bras stable. Il n'était pas encore né celui qui menaçait son ami sans en subir les conséquences. Leon tremblait comme une feuille, évidemment, mais il tenait fermement son fusil.

« Si j'étais vous j'éviterai de menacer une fée. Croyez-moi, notre réputation de garces n'est pas infondée. », déclara-t-elle avec tout le venin dont elle était capable. Dorothy n'avait jamais encore maudit quelqu'un mais elle se ferait un plaisir de faire d'Hunter sa première victime. La jeune fée jeta un regard à Leon qui sembla comprendre le message.

Le chasseur de prime tenta de se libérer en donnant un coup de coude au truand mais l'homme, massif, ne broncha qu'à peine. Dorothy en profita cependant pour tirer et la balle vint se loger dans son épaule. Elle espérait que Chester serait assez maline pour rester invisible et ainsi se faufiler discrètement derrière Hunter.

« Lâchez-le tout de suite ou la prochaine ira dans votre tête. Mort ou vif, ça ne fait aucune différence, la prime sera la même ! », annonça la jeune fée avec aplomb.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Chester du Cheshire
Le chat du Cheshire
avatar
✦ Libre pour RP ? : Dispo

✦ Double-compte : Friedrich Franz Edelstein // Alexender Rammsteiner// Nikolas Klaus //Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Dim 24 Mai - 2:14
dés:
 

Chester se frotta la truffe, les yeux dilatés au maximum. Elle avait les yeux grand ouvert au moment où la bombe avait explosé. Chester ne contrôlait plus rien. Son invisibilité n'était plus. Tout le monde pouvait revoir l'hybride.

Les minutes passèrent. Chester commença à retrouver la vue. Ses oreilles bougèrent en direction de l'escalier. Un coup de feu venait de retentir. L'hybride ne voyait toujours pas clairement. Elle avança un peu à l'aveuglette, quand sa truffe alla s'écraser doucement contre l'encadrement de la porte. Chester était de mauvaise humeur. Elle voulait passer ses nerfs. Pour être plus exact, elle voulait faire ses griffes sur Hunter.

L'hybride avança, posant la patte sur le contour de la porte et sortant les griffes. Chester voyait rouge. Elle voulait juste ouvrir le ventre de l'homme qui avait osé l'attaquer et la rendre aveugle, même un court instant.

Chester monta sur la rampe d'escalier, les yeux rouge de haine, les poils de son corps tout hérissés. Chester avait les quatre pattes posés sur la rampe, le cul en l'air, les yeux rivés sur sa cible blessée à l’épaule. Le Lion qu'il tenait en joue ? Chester ne le voyait même plus. Ce faux mâle alpha pouvait mourir. Cela ne serait pas une grande perte selon elle.

L'hybride hurla, tout en sautant en direction de Hunter, se plaçant dans son dos, prête à lui lacérer le dos en entier.

— Tu vas regretter d'avoir mis Chester en colère, vieux borgne !


Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Lun 25 Mai - 21:30
La réplique de Dorothy amusa davantage Hunter qu'elle ne l'inquiéta. Même avec une arme entre ses mains, une morveuse demeurait une morveuse. L'homme fit la grave erreur de relâcher son attention, se fendant même d'un sourire.

« Et tu vas m'faire quoi, mh ? M'filer un don qui m'fera cracher des bulles de savon ? Ah ! La bonne affaire ! »

Le tir le surprit, tout autant que la douleur qui naquit dans son épaule. Hunter gronda sourdement, tel un ours mal léché. Le canon de son arme quitta la tempe de Leon, pointant Dorothy.

« T'aurais pas du faire ça, 'tite garce. »

Mais Hunter n'eut nullement le temps d'appuyer sur la détente. Une masse lui tomba sur les épaules, s'agrippant à son dos avec des griffes d'acier. Hunter eut la sensation d'être une pièce de viande, pendue à un crochet de boucher. La douleur, fulgurante, le poussa à relâcher Leon. La voix de Chester lui frappa les tympans. Ivre de rage et de souffrance, l'homme se jeta dos contre le mur espérant faire lâcher prise à l'hybride. Mais cette dernière tenait bon – les coups ne faisaient que renforcer la douleur, accentuer la pression de Chester sur le dos de l'homme.

Hunter courait en rond, tel un animal en cage. D'une main, il saisit la gorge de Chester, tentant de l'étrangler. De l'autre, il pointa Dorothy et son compagnon.

« C'est pas des bouseux comme vous, qui allez avoir ma peau ! »

La première balle frappa, net, la main de Dorothy, lui faisant lâcher son arme. Se précipitant pour l'attraper, Hunter eut de la peine à se concentrer sur sa seconde cible. La balle frôla à peine les moustaches de Leon.


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 10 Juil - 11:29
Il fallait se douter que le truand ne se laisserait pas impressionner par les menaces d'une gamine. De toute manière personne ne la prenait au sérieux, c'était sa grande frustration. Ils verraient un jour, tous !

Dorothy fut distraite pour l'attaque spectaculaire de Chester qui lacérait le dos d'Hunter, telle une furie. Ça en devenait comique, l'homme courrait comme un idiot en rond en espérant déloger la chatte qui s'accrochait comme une moule à son rocher. Dothy avait envie de rire mais le moment était franchement mal choisit. Leon tenta à son tour de tirer sur le truand, mais ses nerfs le trahirent. Sa main fut prise de tremblement, ce qui l'empêcha de viser correctement et Hunter bougeait beaucoup trop.

Hunter eut tôt fait de retourner la situation à son avantage, étrangla la pauvre Chester en la plaquant contre le mur et dans un même mouvement tira sur Dothy qui ne s'y attendait pas. Une vive douleur explosa tout le long de son bras. La jeune fée lâcha son arme tendit qu'elle hurlait de douleur, tenant sa main blessée contre elle.

« Doux Jésus ! », s'écria Leon qui venait de voir une balle passer de près. « Tout mais pas mes moustaches ! Rustre personnage ! ». Chacun ses priorités...mais cela eut l'effet de mettre le lion hors de lui. Leon laissa tomber son fusil et se rua sur Hunter pour tenter de le plaquer au sol.

La texane ignora Leon et ravala ses larmes. Elle ne pleurerait pas ! Ca non ! La douleur c'était mental et pleurer c'était pour les faibles. Par chance, la balle avait traversé sa main de part en part, laissant une blessure nette. Dorothy se fit un bandage de fortune avec son mouchoir, brodé par sa Tante Em. Il était temps de passer aux choses sérieuses !

La jeune fée se précipita en premier vers une table et lui donna vie, puis aux chaises, puis à divers objets et mobiliers, tentant de semer le chaos. Elle ferait s'écrouler tout le saloon sur la tête d'Hunter s'il fallait en arriver là. Le charme ne tiendrait pas longtemps, comme toujours, mais cela suffirait.

« Ça l'apprendra à ne pas se méfier des fées. », marmonna-t-elle en observant son œuvre. Les chaises, les lampes, les tables, volaient ou courraient en tout sens, complètement paniquées d'être soudainement capable de bouger et de penser.

[Pfiouh désolée d'avoir mit AUTANT de temps pour répondre ! x___x]
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Chester du Cheshire
Le chat du Cheshire
avatar
✦ Libre pour RP ? : Dispo

✦ Double-compte : Friedrich Franz Edelstein // Alexender Rammsteiner// Nikolas Klaus //Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Dim 12 Juil - 19:24

Chester était, littéralement, plantée dans le dos de Hunter, et décidée à ne rien lâcher. Il devait mourir et ça Chester en faisait une affaire personnelle. Après avoir cogné Chester contre le mur, ce dernier essaya d'attraper la gorge de l'hybride.

Chester avait bien essayé de se faire toute petite dans le dos de l'homme. Mais il avait réussi à l'attraper, serrant de plus belle la gorge de la féline. Tout ça avait eu pour effet, en plus de la douleur, de dévoiler la tête de Chester en faisant tomber sa capuche qui était posée sur sa tête.

- Chester va te montrer ce qu'une bouseuse peut faire.

Ses paroles, emplies de haine, étaient à peine audibles. Seul les personnes proches pouvaient les entendre, à cause de la main qui serrait, de plus en plus, la gorge de l'animal.

Mais Chester n'aimait pas être en position de faiblesse. L'air commençait à se faire rare dans ses poumons. Ainsi, dans un élan de rage, l'hybride ouvrit la bouche, montrant ses nombreuse canines, avant de refermer sa mâchoire sur la nuque de l'homme. Telle une guillotine tombant sur la tête du condamné à mort français.

Mais un seul croc ne satisfaisait pas Chester, qui répéta quatre fois de suite l’opération. Elle ne pouvait pas faire plus. Cette action lui avait drainé ses dernières forces, et le manque d'air commençait à la faire tourner de l’œil.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lun 13 Juil - 22:57

Hunter perdait le contrôle. Les dents de l'hybride-chat lui arrachaient des lambeaux de chair. Un sang poisseux s'écoulait dans sa nuque, la douleur le faisait gronder. Tel un animal acculé, il grognait, pestait, renâclait. Refusant d'abdiquer.

Ne cherchant pas à éviter Léon, Hunter lâcha son arme, ouvrant grand les bras. Il réceptionna l'hybride-lion contre lui, pulsant dans ses dernières forces pour résister à l'assaut. Le choc sembla se propager dans tout son corps. Hunter eut l'impression que ses os menaient une danse endiablée. Mais il demeurait encore debout. Néanmoins, ses forces s'amenuisaient, ses membres se faisaient lourds.

Mais il refusait de perdre. Et encore moins face à deux gamines.

Ce fut contre une chaise que ce combat s'acheva.

Le mobilier, dôté d'une vie par la grâce de Dorothy, s'était élancé, comme un seul homme, à l'encontre d'Hunter. Il faut croire que le sortilège de la fée avait distillé, dans les objets, la haine qu'elle éprouvait envers le criminel. Une lampe s'écrasa sur le visage d'Hunter. Les bris de verre l'obligèrent à fermer les yeux pour ne pas finir aveuglé. Une chaise profita de cette brève accalmie pour s'abattre sur sa nuque, y perdant un pied.

Hunter s'écroula au sol, dans un bruit sonore et une envolée de poussière.

L'homme était à la merci de ses agresseurs.

L'affiche avait mentionné « mort ou vif ». Libre aux vainqueurs de décider du sort du vaincu.


©️ Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Lun 28 Sep - 23:04

Le vaincu fut traîné jusqu'à la prison la plus proche, saucissonné dans les règles, jeté sur le dos d'un des chevaux comme un simple paquet. Son arrivée, et celle de son « escorte », fit grand bruit dans la ville. Le shérif lui-même mit quelques instants avant de sortir, revolver tremblant en main. C'est que, même assommé, le Hunter continuait de déclencher la peur. Et qu'il n'était nullement à l'abri d'un coup fourré.

Mais le quiproquo fut levé. Le trio venait ramener le truand, et toucher la récompense. Une récompense en espèces sonnantes et trébuchantes, de quoi permettre à Dorothy et Leon de vivre quelques mois en toute quiétude. Chester refusa tout argent – un chat vagabond n'en avait nul besoin. Néanmoins le shérif voulait récompenser toutes les personnes ayant participé à la capture. Après de nombreux bougonnements, l'hybride finit par accepter un petit sac de jute, contenant trois haricots magiques. Des denrées pouvant l'aider à soigner quelques petites blessures.

Sur ces entrefaites, le groupe se disloqua, chacun repartant de son côté. Sur fond de soleil couchant.

RP clos


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Amérique :: États-Unis-
Sauter vers: