[Juillet 02] Une voix d'or perdu dans la foule

 :: L'Europe :: Allemagne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Jeu 14 Mai - 14:41

Friedrich avait entendu parlé d'une voix comme on en entendait peu souvent. Une chanteuse qui, par sa voix, charmait toute personne qui l'entendait. Une voix magnifique qui s'offrait aux plus offrants des lieux de débauche : les cabarets. Il y avait certes, des cabarets de luxe où les nobles pouvaient se distinguer du bas peuple ou des bourgeois. Mais de ce que l'empereur avait compris gâcher un tel talent dans de si pitoyables établissements était un blasphème, une insulte envers l'art qu’était le chant.

Friedrich avait fait faire quelques recherches approximative. Cette femme, dont le nom de scène était Mademoiselle Mya de Rocken'lei, était veuve, et voyageait de ville en ville, pour chanter. Cela était fâcheux. Il serait dur de trouver la demoiselle pour entendre, de ses propre oreilles, le son de cette voix unique.

Mais contre tout attente un des hommes de l'empereur, un homme des renseignements, plus communément appelé un espion, un dénommé Emmerich, vint lui apporter que la femme, à la voix d'or avait été aperçu dans une ville à la frontière entre l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie.

Il n'en fallut pas plus pour l'empereur des arts pour se lever de son siège.

— Que l'on nous prépare un cheval. Qu'on fasse préparer notre garde personnel. Nous nous rendons à la frontière Allemande !

Dans un mouvement de cape théâtrale, l'empereur prit la direction de ses appartements pour se préparer comme il se doit.


L'empereur s’était donc rendu dans la ville frontalière allemande. Petite ville qui restait calme comparé au tumulte de chaos dans lequel l’Allemagne vivait. Mais Friedrich n’était pas là pour constater ce genre de choses. Non aujourd'hui il était venu pour rencontrer une femme, une femme qu'on dit talentueuse dans le chant. Dans cette ville il n'y avait qu'un seul cabaret cela lui faciliterait les choses.

Friedrich arriva devant le cabaret nommé «  Im fleischlichen Vergnügen ». L'empereur haussa un sourcil. Ce nom n’annonçait rien de bon. Mais la devanture était soignée. Peut être ce lieu ne serait pas aussi débauché qu'il le pensait

Après un long soupir, Friedrich fit signe à sa garde d'entrer, avec sa personne. La surprise de l'empereur était partagée. Le lieu était plus propre et moins chaotique qu'il l'aurait pensé. Mais le spectacle sur scène, de cette femme en tenue affriolante, corset dénoué, était peu à son goût. L'arrivée du monarque et de sa garde ne passa pas inaperçue, figeant tout le monde.

— Continuez vos … activités. Si l'on peut appeler cela comme ça.

L'empereur ordonna à ses gardes de trouver la dame qu'il cherchait, qu'il l'attendrait dans la loge de cette dernière.

L'empereur fut suivi, en direction de la loge, de son fidèle Schlange. Une fois dans les coulisses on lui rapporta où était la loge de la personne qui l’intéressait. Il faut dire qu'être empereur aide à délier les langues. Sur le chemin l'empereur croisa une femme rousse qui allait sur scène. Il ne désirait plus revoir cette scène, et donc ne prêta pas attention à cette femme pour aller prendre place dans la loge. Bien sur il avait ordonné de ne pas froisser et d’être courtois avec l’artiste à la voix d'or. Sinon ils auraient des sanctions en conséquence de leur manque de savoir-vivre.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mya de Rocken'lei
Invité
avatar
Mya de Rocken'lei
Ven 15 Mai - 23:51
Les jours passaient et la renommée de la chanteuse de cabaret nommée Mya de Rocken'lei continuait de filer dans la région. Son plan fonctionnait à la perfection, il suffisait qu'elle fasse confiance en sa voix qui enchantait tellement les hommes pour que d'autres fassent le déplacement pour la voir... Sauf que jusqu'à maintenant, aucun homme n'en avait valu la peine. L'un d'entre eux avait même essayé de se jouer d'elle en se faisant passer pour un comte venu de je-ne-sais-où, elle s'était fait avoir par ses vêtements qu'il avait volés à un riche lors de son service pour lui. C'est le barman qui l'avait démasqué, puisque le client supposé si riche n'avait rien pour régler sa note. Quelle perte de temps ! Mais ce soir le cabaret était plein et les filles lui avaient soufflé qu'il y avait de très beaux hommes assis aux tables devant la scène, la soirée serait peut-être florissante.

La rouquine termina de lacer son corset au maximum du possible afin d'avoir une jolie silhouette, puis choisit d'enfiler sa robe victorienne couleur sang qui faisait remonter sa poitrine avantageusement. La robe tombait jusqu'à ses pieds et disposait d'une longue traîne à l'arrière. De très beaux motifs étaient brodés sur toute la longueur au fil doré et elle resplendissait à la lumière. Sa coiffure quant à elle était légèrement relevée, mais elle avait décidé de laisser flotter ses boucles jusqu'au creux de ses reins. Mya jeta un dernier coup d'oeil dans son miroir afin de s'assurer que rien ne clochait et un sourire se dessina sur ses lèvres, elle était très satisfaite de ce nouvel achat. En effet sa robe était neuve, elle se devait d'entretenir son image et l'argent qu'il lui restait de son précédent mariage suffisait à peine à régler ce genre de frais. Il fallait vraiment que la chance finisse par lui sourire.Elle sortit de sa loge et longea le couloir qui menait derrière la scène, au passage elle croisa deux hommes totalement inconnus des environs (du moins à ses yeux) mais l'un deux avait beaucoup de prestance. Celui qui le suivait était quant à lui, semblable à une montagne selon elle, puisqu'il la dépassait d'au moins trois têtes. Qui plus est, il n'avait franchement pas l'air commode.

Elle ne s'attarda pas plus longtemps sur ces messieurs puisqu'il était l'heure de sa représentation, ce soir elle avait décidé de chanter l'un de ses classiques afin de satisfaire certains habitués.
Spoiler:
 

On annonça son arrivée et les personnes présentent dans le cabaret firent le silence, cette attention lui était totalement réservée car pour tous les autres artistes il subsistait toujours un brouhaha du diable. Lorsqu'elle commençait à chanter, toutes les personnes de la salle étaient comme subjugués et plus aucun son ne sortait de leur bouche jusqu'à ce qu'elle ait terminé sa chanson. C'était un moment très fort et elle en raffolait, ce geste de la part du public lui donnait un certain pouvoir. Elle aurait très bien pu créer ce silence elle-même, mais le savoir naturel était encore meilleur. Tous les hommes ne la quittèrent pas des yeux jusqu'à ce qu'elle disparaisse derrière les rideaux. Quand elle partait, certains la réclamaient, d'autres rêvassaient encore et d'autres se plongeaient dans leur verre d'alcool pour oublier qu'elle ne leur appartiendrait jamais.

Mya se dirigeait maintenant vers sa loge, jusqu'à ce qu'elle se rende compte de loin que la montagne était prostrée devant sa porte. Que lui voulait-il ce borgne ? Ce n'était assurément pas son genre... elle avait l'impression qu'il pourrait l'écraser d'une main si l'envie lui en prenait. Très vite elle arriva devant lui et fit la moue, il n'avait pas bougé d'un pouce.

"Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais accéder à ma loge..."

Sans un mot il s'inclina et lui libéra le passage. Elle lui offrit son plus beau sourire et s'aventura dans son antre, mais qu'elle ne fut pas sa surprise une fois qu'elle y fut parvenue. L'homme qu'elle avait croisé plus tôt était confortablement installé dans le fauteuil à côté de la table où elle avait l'habitude de déguster une boisson après chaque représentation. Elle l'observa un instant sans rien dire afin de le détailler un maximum. C'était un bel homme avec beaucoup de prestance comme elle l'avait vu plus tôt. Il avait levé des yeux intéressés sur elle, mais ce n'était pas le genre d'intéressement qu'elle trouvait habituellement dans les yeux de ceux qui se permettaient parfois d'entrer dans sa loge afin de la courtiser... Non là c'était différent. Cet homme l'intriguait particulièrement. Après s'être faite statue de cire pendant trois quarts de seconde à l'entrée, elle s'éclaircit la gorge et referma la porte derrière elle.

"Je ne dirais pas que je ne suis pas flattée de l'intérêt qui vous pousse à investir ma loge afin de me rencontrer... mais la moindre des choses aurait été de m'attendre à l'extérieur afin que je juge de moi-même si le jeu en valait la chandelle."

Mya retira ses longs gants noirs et les déposa avec délicatesse sur une commode. Elle jeta un nouveau regard vers cet homme intriguant et se décida sur quelle boisson lui offrir. Elle ouvrit l'armoire où se trouvait plusieurs bouteilles d'alcool et saisit une bouteille de vodka et deux verres, puis posa le tout sur la table devant lui.

"Si je ne me trompe pas sur vos origines, ce doit être une boisson de chez vous. Maintenant j'aimerais savoir qui vous-êtes et ce que je peux faire pour vous. Je suis curieuse que vous m'expliquiez un peu la raison du si long voyage qui vous a poussé à vous perdre dans un lieu comme celui-ci..."

Elle prit place à ses côtés et plongea ses yeux dans les siens en attendant d'en savoir plus. Quoi qu'il en soit... sa chance avait enfin tournée ! Le bon numéro était venu de lui-même.
Mya de Rocken'lei
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Lun 18 Mai - 0:41

Friedrich était installé dans la loge de la personne qu'il était venu voir,. Il ne s'installa pas comme chez lui. Mais il prit place dans le simple fauteuil, sa canne épée posée contre le mur, non loin de lui. D'un coup la porte s’ouvrit. Lui apportait-on la personne qu'il était venu voir ? L'empereur la regarda de la tête aux pieds. Elle était vêtue d'une belle robe rouge. Il devait reconnaître qu'elle avait bon goût en matière de vêtement. La femme était donc teinté de rouge passion. Il y avait une chose qui plaisait en particulier à Friedrich dans cette personne. Son regard, non, plutôt ses yeux, des yeux rouges comme sa longue chevelure. Mais la partie qui intéressait Friedrich était légèrement plus bas dans le corps de la femme.

"Je ne dirais pas que je ne suis pas flattée de l'intérêt qui vous pousse à investir ma loge afin de me rencontrer... mais la moindre des choses aurait été de m'attendre à l'extérieur afin que je juge de moi-même si le jeu en valait la chandelle."

— Nous n'avions point envie d'attendre un temps inconnu, debout, à attendre votre personne. Bien que nous nous sommes déplacé pour vous, mademoiselle Mya de Rocken'lei

La demoiselle s’approcha de l'empereur avec grâce et délicatesse, roulant des hanches, petit détail qui n’échappa pas à Friedrich. Elle enleva doucement ses gants, laissant le tissu frotter doucement le long de ses bras, avant de les déposer doucement non loin de Friedrich. Avant de revenir vers ce dernier avec deux verres de vodka, vu l'odeur. L'empereur avait, pendant de longues nuits avec la Tsarine, but ce nectar russe.

"Si je ne me trompe pas sur vos origines, ce doit être une boisson de chez vous. Maintenant j'aimerais savoir qui vous-êtes et ce que je peux faire pour vous. Je suis curieuse que vous m'expliquiez un peu la raison du si long voyage qui vous a poussé à vous perdre dans un lieu comme celui-ci..."

Friedrich laissa éclater un rire franc.

— Nous connaissons une personne qui vous tuerait pour avoir dit cela. Même si cela nous a fait bien rire, nous somme désappointés que vous confondiez le merveilleux accent Allemand avec celui de Russie. Nous vous conseillons d’éviter ce genre de désagrément à l'avenir, s'il vous plaît.

Friedrich posa le verre. Il se leva devant la chanteuse, pour prendre la main de la demoiselle, et y déposer un baise main. Façon naturelle pour lui de se présenter aux dames, tout en ne la quittant pas des yeux un seul instant.

— Nous somme l'empereur Austro-hongrois Friedrich Franz Edelstein. Nous sommes venus vous rencontre mademoiselle Mya de Rocken'lei.

L'empereur reprit place dans le fauteuil qui était à côté de la demoiselle. Il allait pouvoir commencer à parler de choses sérieuses.



♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mya de Rocken'lei
Invité
avatar
Mya de Rocken'lei
Mer 20 Mai - 22:51
Il était venu pour elle. Quelle surprise... Ce n'était certainement pas le premier. Pourtant si, il l'était en quelque sorte. Mya n'avait jamais eu la visite d'une personne qui parlait d'elle-même à la troisième personne... et c'était quelque chose de l'entendre ! Cet homme parlait avec une telle assurance qu'il la déstabilisait presque. C'était d'ailleurs sûrement ce presque qui lui avait fait commettre l'erreur de se tromper sur ses origines, les facultés qu'elle s'était octroyées à force de voyager n'étaient pas si parfaites finalement. Heureusement, cela l'avait fait rire et c'était une bonne chose, peut-être pouvait-elle encore rattraper son erreur.

"Oh je ne peux rien reprocher à votre accent maintenant que j'ai eu le plaisir de l'entendre. Je suis originaire d'Allemagne et il me serait difficile de ne pas le reconnaître. En réalité je vous ait jugé un peu hâtivement sur votre physique... Veuillez m'excuser de cette erreur, à présent je n'hésiterais plus à vous regarder avec plus d'attention..."

La subtilité du message n'était peut-être pas si évidente, mais c'était sa manière de lui exprimer un certain intérêt à son égard, tout en ne se montrant pas trop démonstrative. Mais son regard ne s'était plus décroché du sien depuis qu'elle était assise en face de lui, il avait un charme pénétrant et ses joues rosirent légèrement lorsqu'il lui prit la main d'une manière des plus délicates afin de lui faire un baise main. La jeune femme n'avait pas n'importe qui devant elle, elle le savait depuis qu'elle l'avait rencontré, pourtant la surprise due se lire immédiatement sur son visage lorsqu'il se présenta à elle. Ce n'était pas un quelconque conte, marquis ou autre personnalité importante dans le grand monde... Non... Elle avait devant-elle l'empereur Austro-hongrois Friedrich Franz Edelstein. Elle avait déjà entendu parler de lui bien évidemment, mais ne l'avait jamais rencontré ou vu un portrait de lui. Ce n'était assurément pas n'importe qui, mais à tout point de vue une perle rare. Ses yeux brillèrent alors d'un éclat d'intérêt grandissant et elle s'en mordit la lèvre inférieure. Elle se leva avec hâte de sa chaise et fit les cents pas dans la petite pièce. Son petit manège prenait tout doucement place.

"Miséricorde... Je ne sais comment vous pourriez me pardonner de cet affront que j'ai dû commettre en ne vous reconnaissant pas. La moindre des choses aurait été de savoir vous accueillir comme il se doit et..."

La jeune chanteuse s'arrêta alors tout net devant lui sans terminer sa phrase et fit la révérence. Puis ses yeux se relevèrent en direction des siens afin de voir sa réaction. Elle ne lui laissa malgré tout pas la chance de parler avant elle et s'adressa à lui dès à présent.

"Mademoiselle Mya de Rocken'lei. Je suis honorée de pouvoir vous rencontrer votre altesse et je vous prie de m'excuser par avance si je commets la moindre erreur de langage envers vous... Je ne suis que trop peu habituée à rencontrer une personne telle que vous et je n'imagine pas l'étendue de votre gêne de devoir vous présenter dans un cabaret."

Elle avait prévu de s'attarder devant lui ainsi jusqu'à ce qu'il parle ou fasse le moindre geste envers elle. Après tout, ce n'était pas parce qu'elle souhaitait le manipuler et l'ensorceler comme tous les autres hommes qu'elle ne devait pas oublier les coutumes à adopter devant la royauté. La situation était plutôt amusante et unique pour elle car avant de le rencontrer, elle pensait le voir être à ses pieds comme la plupart des hommes, mais à présent les rôles étaient inversés c'était elle-même qui se trouvait aux pieds de celui-ci. Très cocasse !
Mya de Rocken'lei
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Sam 23 Mai - 16:56


Friedrich accepta les excuses de la jeune femme quand, à la remarque qui accompagnait les excuses de la jeune Allemande, il décida de laisser couler. Peut être était-ce une façon de parler des cabarets dont il ignorait. Il ne voulait pas en savoir d'avantage sur le sujet. Mais il avait comme l'intuition qu'il y avait plutôt une pointe d'amusement dans la façon d'agir de la chanteuse. Il le constaterait sûrement lui même si son intuition était juste ou non très vite.

Cette femme ne lâchait pas l'empereur du regard. Cela ne dérangeait pas Friedrich. Il avait l'habitude avec la cour Austro-hongroise d’être au centre des regards, et cela pendant des heures durant parfois.

Après avoir enfin pris en compte l’importance de la personne qu'elle avait en face d'elle la chanteuse se présenta correctement. Friedrich observa tout cela les bras croisés, assis dans le fauteuil dans lequel il avait posé son auguste fessier.

"Miséricorde... Je ne sais comment vous pourriez me pardonner de cet affront que j'ai dû commettre en ne vous reconnaissant pas. La moindre des choses aurait été de savoir vous accueillir comme il se doit et... Mademoiselle Mya de Rocken'lei. Je suis honorée de pouvoir vous rencontrer votre altesse et je vous prie de m'excuser par avance si je commets la moindre erreur de langage envers vous... Je ne suis que trop peu habituée à rencontrer une personne telle que vous et je n'imagine pas l'étendue de votre gêne de devoir vous présenter dans un cabaret."

Bien que peu intéressé, Friedrich remarqua depuis son fauteuil que la robe de Mademoiselle Mya de Rocken'lei la mettait particulièrement en valeur, et encore plus dans cette position... Il restait un homme après tout, mais il ne devait rien laisser transparaître. Friedrich se leva, et regardant de haut dans cette positon. Friedrich tourna d'un quart de cercle autour d'elle avant de s'adresser à elle d'un ton neutre.

— Vous pouvez vous relever mademoiselle Rocken'lei. Soyez rassurée. Pour le moment vous n'avez fait presque aucune faute dans votre façon de nous adresser la parole. Sachez qu'il s'agit pour nous d'une première aussi. Nous ne somme pas friands de ce genre de lieux. Mais face à votre réputation de beaucoup... voyager, nous n'avons pu prendre la peine de nous faire annoncer. J’espère que vous comprenez cela.

Friedrich but son verre de vodka d'un trait, avec le petit doigt levé. L'empereur fixa la demoiselle qu'il convoitait. Non, plus précisément, il convoitait ses lèvres et cette gorge, cet organe puissant qui, apparemment, la rendait unique en son genre. Qui sait peut être serait-elle digne de l’accompagner dans un duo de piano et de chant. Friedrich allait annoncer le motif de sa visite impromptue.

— On dit de vous que vous avait une voix peu commune. Que de vos lèvres s’échappe une mélodie comme on n'en entend rarement en ce monde.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mya de Rocken'lei
Invité
avatar
Mya de Rocken'lei
Dim 24 Mai - 1:08
Mya se releva doucement en gardant la tête baissée une fois qu'elle eut l'accord, mais celle-ci tilta lorsqu'elle entendit le ton de l'empereur au moment où il émit le détail de son habitude à voyager. Sa voix semblait pleine de sous-entendus où l'on pouvait entendre une certaine interrogation à ce sujet. Il n'était peut-être pas dupe et avait fait ce voyage pour l'interroger... mais pourquoi se déplacer en personne si c'était pour cela ? Un empereur avait beaucoup d'hommes de garde pour s'occuper de ce genre de détails. Elle n'était pas la seule criminelle des environs et n'avait jamais commit un crime en rapport direct avec la royauté...
Pourtant celui-ci n'arrêtait pas de fixer sa gorge et il fallait l'avouer, elle le suspectait d'y imaginer une corde en guise de collier afin de la punir de ses crimes.

— On dit de vous que vous avez une voix peu commune. Que de vos lèvres s’échappe une mélodie comme on n'en entend rarement en ce monde.

Ses yeux rencontrèrent alors les siens et elle mit quelques secondes à réellement comprendre ce qu'il venait de lui dire. Durant les dernières minutes elle avait songé à toutes sortes d'excuses pour se défendre ou pour lui fausser compagnie... Après tout, sa vie était plus importante que ce qu'elle pensait être une occasion en or plus tôt. Le détail le plus compliqué et ayant la plus grande importance était la montagne rencontrée plus tôt qui guettait sa sortie. Mais voilà qu'il lui parlait de sa voix qui lui avait fait une si belle réputation... Etait-ce un stratagème ? Y avait-il anguille sous roche ?

"Vous voulez-dire... que vous avez fait tout ce chemin pour m'entendre chanter ?"

Mya tombait des nues en premier lieu, mais si c'était la vérité, alors la fierté reprendrait vite ses droits. Oui, elle serait fière d'avoir su amener un tel spécimen jusqu'à elle. Elle se tourna alors légèrement afin de quitter cette emprise que lui provoquait ce regard si sûr de lui. Ses yeux avait exprimé un intérêt plus tôt, un intérêt réel pour sa voix. La jeune femme se rappelait enfin de ce que l'ont racontait sur cet empereur : il aimait les arts, la musique... Cet homme était ici car il convoitait sa voix ?
Elle fit quelques pas sans rien dire et posa sa main sur un drap poussiéreux qui recouvrait une sorte de monticule inconnu. Ses doigts tapotèrent la surface, elle était songeuse. Chanter devant un empereur était un honneur, on devait certainement lui en mettre plein les yeux à chaque fois... Pourtant elle n'avait aucune idée sur comment pratiquer et quoi lui chanter.

"Il est dommage que vous ayez préféré attendre ici plus tôt, je donnais justement une représentation à ce moment-là. Mais... Si vous le souhaitez, je peux vous chanter quelque chose. C'est une vieille chanson et je suis une piètre pianiste je dois l'avouer... mais au cours de mes voyages, un jeune homme avait tenté de m'apprendre une partition. C'est donc l'unique que je maîtrise un tant soit peu..."

La piètre pianiste fit donc glisser au sol le fameux drap dans une volée de poussière. Celui-ci cachait en réalité un vieux piano très abîmé par le temps mais qui devait être néanmoins accordé un tant soit peu (du moins elle l'espérait). Elle tira un tabouret tout aussi vieux et y prit place en s'éclaircissant la gorge. Ses doigts tremblèrent légèrement, elle n'avait aucune idée si son intuition avait été bonne ou s'il aurait mieux valu pour elle qu'elle prenne congé... mais elle avait également peur de gâcher son talent dans le chant avec un jeu de piano totalement foiré. C'était quitte ou double. Elle émit une légère pression des doigts et ceux-ci commencèrent à jouer dans le souvenir. Ses yeux se fermèrent pour plus de concentration et elle laissa flotter sa voix d'or, espérant envoûter ce cher empereur afin qu'il lui laisse la vie sauve.

Spoiler:
 
Mya de Rocken'lei
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi

Lun 25 Mai - 22:37

"Vous voulez-dire... que vous avez fait tout ce chemin pour m'entendre chanter ?"
— Est-ce que cela vous pose un problème ? Nous nous déplaçons souvent pour dépêcher de grands artistes, ou personnes au talent artistique. Notre personne est un grand mécène. Mais pour être plus exact, il serait plus juste de dire que nous sommes là pour juger votre voix, et savoir si elle est à la hauteur de ce qu'on en dit.

C’était bien la première fois qu'on lui demandait la chose de cette façon. Les autres personnes, en général, étaient surprises mais ne demandaient pas pourquoi il s’était déplacer lui même. La demoiselle avait l'air songeuse. Pourquoi hésitait-elle ?

"Il est dommage que vous ayez préféré attendre ici plus tôt, je donnais justement une représentation à ce moment-là. Mais... Si vous le souhaitez, je peux vous chanter quelque chose. C'est une vieille chanson et je suis une piètre pianiste je dois l'avouer... mais au cours de mes voyages, un jeune homme avait tenté de m'apprendre une partition. C'est donc l'unique que je maîtrise un tant soit peu..."

Friedrich balaya le propos de la main.

— Non merci. Nous avons à peine vu comment était la salle. Nous vous remercions mais nous nous passerons de rester plus longtemps dans la salle de représentation. Nous préférons, comme vous le proposez, avoir une représentation privée où aucun poivrot ne déversera son repas sur nos chaussures. Et, de surcroît, vous nous proposez de jouer de cet instrument divin qu'est le piano. Faites donc.

Friedrich ne s’attendait pas à ce que, en plus d’être une chanteuse, la demoiselle soit aussi pianiste à ses heures perdues. Cela était encore plus intéressant. Mais l'empereur déchanta plutôt rapidement quand il vit l’état dans lequel le piano était. Mais pourquoi tant de violence à l'encontre d'un pauvre piano.

Quand mademoiselle Mya de Rocken'lei, commença à jouer, il remarqua que le piano manquait d'un léger accordage. Cela donna un frisson froid dans tout le dos de l'empereur. Mais il allait écouter la demoiselle jouer. Les premières notes jouées lui avaient fait comprendre qu'il avait affaire à une novice en matière de piano. Il valait mieux pour l'empereur de se focaliser sur la voix de la chanteuse, qui s’était installée devant lui, ne lui laissant voir que sa longue chevelure rousse et le dos de cette femme.

Mais une fois que les premières notes vocales arrivèrent aux oreilles de l'empereur, cela lui aurait presque fait oublier le piano tellement la voix, qu'il écoutait, était magnifique. Une voix d'or qui se perdait dans la foule d'un cabaret. L'empereur ferma les yeux naturellement et leva les mains, agitant les doigts comme s'il dirigeait la chanteuse, qui chantait aussi bien qu'une professionnelle dans un opéra.

Quand arriva la fin Friedrich était déçu. Non pas de la performance, loin de là, mais que cela fut déjà fini. Il était temps de rendre le verdict.

— Bravo. Bien que vous soyez une pianiste médiocre, je vous l’avoue. Nous passerons sur l’état de votre piano qui devrait être à la retraite. Vous êtes, à côté de cela, une chanteuse à la voix d'or. Cela fut un grand plaisir de vous entendre. Avec un accompagnement digne de ce nom, vous pourriez jouer dans de grands opéras. Du moins c'est ce que nous pensons.

L'empereur se leva et regarda la demoiselle. Il avait du mal à comprendre qu'une perle pareille voyage de cabaret en cabaret. Cela était étrange à ses yeux. Friedrich fit quelque pas avant de revenir s’asseoir, pour de nouveau regarder la demoiselle sans comprendre pourquoi gâcher un tel talent, un tel art.

— Pouvons-nous vous demander depuis quand chantez vous aussi divinement ? Et si vous n'avez jamais songer à une vraie carrière de chanteuse… D’opéra, par exemple.



♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Ven 24 Juil - 19:23

Mais aussi dorée soit la cage, l'oiseau n'est épris que de liberté. Poliment, la chanteuse déclina l'offre impériale. Elle préférait demeurer à sa place, enchanter quelques salles avant de s'éclipser, comme à son habitude, vivant au gré de ses aventures.

RP clos


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Allemagne-
Sauter vers: