Partagez | 
 

 [Juin 05] Des femmes pleines de piquants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Sam 25 Juil - 18:28
« Demain, à l'aube, fleurira la rose blanche. »

L'homme s'était levé de derrière son comptoir – un pub crasseux comme il y en avait tant au sein des ruelles de l'Angleterre. Le mot de passe avait été délivré dans un chuchotement, de la part d'une femme brune en robe de voyage. Celle-ci emboîta le pas de l'homme, sans un mot, flanqué d'un homme lui servant de chaperon.

On entra dans un couloir mal éclairé, descendit un escalier tortueux tout aussi mal éclairé, dans lequel la femme faillit tomber, manquant de peu une marche. Sans son chaperon qui la retenait par le coude, elle aurait dévalé les marches, tête en avant.

On ouvrit une porte, et la lumière fut. La femme cligna des yeux, le temps de s'acclimater. Ses mains agrippèrent ses cheveux, otèrent la perruque dévoilant une chevelure blonde. Un profil connu de tous : celui de la Reine de France. Avec une politesse qui trahissait une haute éducation, Ronce s'inclina.

« Votre Majesté Carren Taylor... Heureuse de vous revoir. » Se relevant, Ronce embrassa les alentours du regard. « Belle cachette. On ne vous soupçonnera pas d'occuper les sous-sols d'un pub. »

Même si Ronce aurait préféré décor plus charmant pour une entrevue.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Lun 27 Juil - 14:26
Carren n'avait pas eu le choix, concernant l'endroit où elle avait du se cacher. Elle était vraiment déçue de ne plus pouvoir goûter au luxe qu'elle avait eu dans les temps où elle était Reine. Mais c'était ainsi quand vous aviez tous les gardes de Londres qui essayent de vous attraper histoire de vous remettre à la Reine Adélaïde, celle qui lui a voler le trône avec l'aide de son odieux mari. Mais elle savait s'en contenter parce qu'elle savait qu'à un moment donner, elle finirait par se venger, ce n'était juste qu'une question de temps. Pour le moment, elle devait juste faire en sorte de ne pas pointer le bout de son nez quand il y avait trop de patrouilles dehors et sortait de temps à autre la nuit pour prendre un peu l'air, accompagnée bien évidemment.

C'était donc dans le sous-sol d'un pub venant d'un quartier malfamé de la capitale de l'Angleterre que l'ancienne Reine avait élue domicile, au plus grand bonheur des hommes qui l'accompagnaient puisqu'ils pouvaient se détendre à l'étage du dessus, en buvant et faisant pas mal de bruit. Au moins, ils étaient heureux et elle savait que c'était bien pour elle, de les savoir en pleine forme. C'était une bonne chose qu'ils restent motiver en ces temps assez troubles et la mort qui leur planait au dessus. Elle les laissait donc faire et les rejoignait quand elle en avait envie, déguisée de façon à ce que l'on ne la reconnaisse pas.

Ce jour-là, elle avait décidé de rester dans la pièce principale, assise sur son bureau, en train de rédiger une lettre qu'elle déchirerait tout de suite après, comme elle avait l'habitude de le faire. Pourtant, du bruit attira son attention qui venait au delà de la porte. Elle se redressa donc en même temps que ses gardes tout en observant la porte. Elle vit alors entrer une jeune femme qui finit par ôter sa perruque et s'incliner devant elle. Elle la reconnue tout de suite. C'était la Reine de France qui l'aidait à financer son groupe de Rebelle. Elle contourna la table pour se diriger vers elle et vue qu'elle ne connaissait pas vraiment l'étiquette et qu'elle la portait dans son coeur, grâce à tout ce qu'elle faisait pour elle, elle la prit dans ses bras de manière tendre, après avoir attendu qu'elle finisse de parler.

Par la suite, Carren aurait reculer d'un pas en la regardant, un peu gênée de la recevoir dans de tels conditions qui ne sont pas faites pour accueillir un membre de la royauté. Elle passa lentement sa main droite dans ses cheveux blonds platines en lui faisant un petit sourire, vraiment contente de la voir ici. Elle prit alors la parole d'une voix douce.

« Veuillez m'excuser de l'état de l'endroit dans lequel je me cache mais il est vrai qu'au moins, on ne se doutera pas que je suis ici. » Un petit rire franchit les lèvres de la reine déchue qui fit ensuite signe à ses gardes de disposer. « En tout cas, je suis également heureuse de vous revoir, Reine Ronce. Venez vous assoir. »

La jeune femme se dirigea vers une table qui était située au milieu de la pièce et qui lui servait quand elle faisait des réunions avec certaines personnes en qui elle avait énormément confiance. Elle tira doucement une chaise pour la jeune femme blonde avant d'aller prendre place à son tour. L'entrevue allait pouvoir commencée.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Lun 27 Juil - 21:54
Une étreinte douce qui surprit Ronce, et son garde, venu l'accompagner. Car on n'était jamais trop prudents. A son tour, la reine pressa légèrement Carren contre elle, acceptant par là ce geste de familiarité, qui démontrait la confiance qui régnait entre les deux femmes. Si Carren avait eu la singulière idée de la tuer, elle aurait profité de l'occasion. Néanmoins, Ronce ne pouvait cacher sa surprise, accompagnée d'une rougeur marbrant ses joues. Heureusement pour elle, Carren ne sembla pas le relever et alla droit au sujet.

Un trait qui avait toujours plu à Ronce. La reine n'avait jamais réellement supporté les longs conciliabules, ponctués de formules de politesses pompeuses, et sans fin. Perte de temps, que tout cela ! Carren ne s'embarrassait pas de chichis. Loin de toute étiquette, elles pouvaient converser entre femmes, entre adultes, sans se cacher quoi que ce soit.

Ronce prit place sur la chaise qui lui était assignée. Son garde se campa contre le mur, juste derrière elle, prêt à bondir au moindre danger. Même si la confiance était, depuis longtemps, établie avec Carren, un des hommes de la Rose Blanche pouvait tenter une rébellion. Ou les Chevaliers d'Adélaïde pouvaient, soudainement, surgir. Prudence était de mise.

« Si les temps n'étaient pas si compliqués, je vous aurais invité à Versailles. Je suis certaine que vous y feriez sensation. Mais, même sous couvert d'un déguisement, nous ne pouvons risquer que vous soyez découverte. Qui sait si votre sœur n'a pas glissé quelques espions au sein de sa cour... »

Du bout des ongles, Ronce pianota le bord de la table.

« Comment avancent vos actes de résistance ? Peut-être avez-vous besoin de davantage de financement ? Je pourrais, peut-être, essayer de vous découvrir un autre allié à votre cause. J'ai de multiples connaissances, de par mon statut. Je peux compter, dans mes amis, la reine du Brésil et l'empereur d'Autriche-Hongrie. Sans compter quelques notables en Europe. Ils possèdent peut-être d'autres ressources qui pourraient vous être profitables... »

Ronce n'allait pas, immédiatement, dévoiler à Carren qu'elle avait croisé sa cadette, un mois plus tôt, lors d'un rassemblement de têtes couronnées. Les colères de Carren pouvaient se montrer violentes. Surtout quand il s'agissait de sa sœur.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Lun 27 Juil - 23:41
Carren se tenait droite sur sa chaise comme si c'était un trône. Elle savait qu'il fallait se montrer diplomatique et fier dans n'importe quelle situation, même quand celle-ci concernait le fait de résider dans un endroit miteux dans le simple but de se dissimuler aux gardes de sa sœur. Elle avait toujours considéré qu'elle avait l'étoffe d'une Reine et non celle d'une simple femme, puisqu'elle était largement supérieure aux autres, du moins c'est ce qu'elle pensait et personne ne la contredisait, ce qui était une chose plutôt pas mal en sois. La seule chose qu'elle regrettait, c'était de ne pas l'avoir assez montrer à Adélaïde et à son cher mari qu'elle aimerait beaucoup tuer si elle en avait l'occasion. M'enfin, elle pourrait se venger plus tard. D'abord, il fallait qu'elle mette beaucoup de choses en place.

Elle déposa délicatement ses deux mains contre la table en regardant doucement la Reine de France qu'elle appréciait énormément grâce à tout ce qu'elle faisait pour elle. Ce serait sûrement par elle qu'elle pourrait récupérer ce qui lui appartenait mais.. elle avait besoin de beaucoup d'aide et pour cela, elle avait déjà quelques idées qu'elle allait lui exposer au cours de cette discussion entre femmes. D'ailleurs, en preuve de confiance, elle avait en sorte qu'aucun de ses gardes à elle ne se trouve dans la pièce, histoire qu'elle se sente en sécurité même si cela faisait un moment qu'elles se connaissaient.

Restant silencieuse, elle l'écouta parler, souriant quand elle mentionna Versailles. En effet, elle y aurait sûrement briller mais dans l'état actuel des choses, elle ne pouvait pas vraiment sortir du pays mais il est vrai que cela lui aurait beaucoup plu. Malheureusement, elle ne pouvait qu'attendre que les choses soient redevenues à la normale pour qu'elle puisse envisager bouger dans d'autres Pays pour faire la connaissance des autres dirigeants. D'ailleurs, elle se demandait si la Reine Ronce avait parler avec sa sœur ou si elles ne s'étaient jamais vu. C'était une question à lui poser mais pas tout de suite. A la fin, peut être qu'elle le lui demanderait, si elle avait du temps devant elle. Sinon, elle laisserait tomber et retournerait vaquer à ses occupations. Carren montra alors plus d'intérêt pour la seconde partie. C'était exactement là où elle voulait en venir. Elle se redressa sur son siège en prenant la parole.

« Il est vrai que cela aurait été sympathique de visiter votre pays, ma chère. Peut être qu'une fois tout ceci terminé, j'entreprendrai un voyage jusqu'à chez vous. Mais pour l'instant, mettons ce rêve de côté. »

L'ancienne Reine réfléchit pendant quelque instants. La Reine de France venait de faire une bonne proposition qu'elle avait souvent envisagée mais sans savoir comment faire. Elle lui ouvrait donc de nouvelles portes et rien que pour ça, elle l'adorait d'avantage.

« Je fais de mon mieux pour mettre des bâtons dans les roues à ces deux traitres. Mais le problème est que je perds souvent des hommes qui ne me reviennent pas et je crains que je ne les reverrai jamais. Je soupçonne ma.. sœur de les torturer à mort pour qu'ils avouent où se situe ma cachette. Mais heureusement, ils ne doivent rien dire vu que je suis encore en liberté. Le simple fait de penser à ce qu'ils endurent juste pour une simple information me révolte et me donne encore plus envie de reconquérir mon trône. »

La colère et la haine étaient visibles dans les yeux bleus de la jeune femme qui faisait de son mieux pour se contenir. Elle prit une grande inspiration avant de se remettre à parler, n'aimant pas laisser ses émotions la submerger.

« Concernant vos propositions, il se trouve que j'avais déjà penser à m'entretenir avec l'Empereur d'Autriche/Hongrie. Si vous le connaissez, ce sera donc d'avantage plus facile pour moi de parlementer avec lui et de m'en faire un allier. On pourrait former une sorte de coalition, ce qui serait plutôt avantageux. Concernant la Reine du Brésil, je ne sais pas si elle aimerait venir en aide à un pays et à une femme qu'elle ne connait pas, surtout qu'elle est loin. Mais après tout, vous pourriez essayer de lui en parler.. »


Carren finit par se taire, laissant donc Ronce prendre en compte tout ce qu'elle venait de dire. Le destin de son Royaume était entre ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Jeu 30 Juil - 21:53
Ronce ne remit nullement en cause les paroles de Carren concernant les tortures opérées par la reine actuelle. Elle-même était persuadée que ces rumeurs étaient fondées. La torture était un substitut usé par nombre de dirigeants afin d'obtenir ce qu'ils souhaitaient, sans avoir à dépenser une seule pièce. La Russie était, elle-même, connue pour user de ces méthodes, avec une cruauté presque imaginable.

Et après on osait critiquer la France et sa guillotine. Au moins cette dernière coupait elle proprement les têtes, et la mort était prompte.

« Vous devriez envisager le poison. Le cyanure. J'ai cru entendre que certains en cachaient, dans une dent creuse. Une simple pression de la mâchoire suffit à briser la capsule, et la mort immédiate. Une méthode ignoble, je le conçois. Mais vous serez certaine que personne ne parlera. Et vos hommes n'auront pas à subir, trop longuement, la torture. »

Un pli soucieux marquait le front de Ronce. Parler de la mort, même d'inconnus, n'était jamais un sujet simple à aborder. Il lui semblait que ses propos avaient rendu l'ambiance plus sombre, comme si une chape de plomb s'abaissait, de seconde en seconde.

« Et puis, songez à la frustration de votre sœur de voir vos hommes s'éteindre avant qu'elle n'ait pu leur soutirer ne serait-ce qu'un cri. »

Les mains de Ronce se joignirent.

« Je dois avouer que je suis surprise que vous ayez déjà songé à prendre contact avec l'Empereur. Mais les raisons ne regardent que vous. Si vous le souhaitez, nous pourrions rédiger une missive à deux que nous lui enverrons au plus vite. Nous pourrions en faire de même pour la reine Coya, et son époux. Le Brésil est doté d'une culture tout à fait différente de la nôtre. »

Mais peu sûr, effectivement, qu'une contrée aussi lointaine soit intéressée par un conflit venant d'un autre continent. Néanmoins, qui ne tentait rien n'avait rien.

« Veuillez m'excuser, Carren, mais... Tant parler m'a asséché la gorge. Pourrais-je avoir à boire, je vous prie ? »



♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Ven 31 Juil - 22:56
Carren se perdit dans ses pensées en attendant que la Reine de France prenne la parole. En tout cas, il était clair que la torture était répandue dans beaucoup de pays en Europe et peut-être même en Amérique mais ça, elle n'en savait rien puisqu'elle n'avait pas encore eu l'occasion de voyager, ce qui était fort dommage car découvrir le reste du monde était l'une des choses dont elle rêve depuis qu'elle est enfant. Mais passons. Elle trouvait que les méthodes de la France était plus "douces" concernant la mort, contrairement à la Russie qui était plutôt cruelle.. Mais ce n'était pas étonnant lorsque l'on savait qui était à sa tête. D'ailleurs, elle avait déjà penser à contacter la Reine russe pour qu'elle ait une puissance militaire à ses côtés sauf qu'elle ne savait pas encore comment faire pour la placer à ses côtés. C'était une chose qu'il fallait qu'elle voit plus tard, pour l'instant, elle devait se baser sur l'empereur d'Autriche-Hongrie et peut être la Reine du Brésil, si cette dernière était assez clémente pour lui venir en aide..

La voix de Ronce arriva à la faire descendre de son nuage. Elle avait raison. Pourquoi n'y avait-elle pas penser plus tôt ? Mais le problème résidait dans le fait qu'il fallait trouver quelqu'un qui serait d'accord pour lui en vendre une importante quantité qui lui permettrait d'en donner à chacun de ses hommes, à savoir qu'il y avait aussi quelques femmes qui avaient rejoints sa cause, pour éviter ce genre d'ennuis. Le seul truc à régler, ce serait l'instinct de survie mais il n'y aura pas de problème au fait qu'ils se suicident, si elle leur parlait des diverses tortures qu'ils pouvaient subir jusqu'à leur dernier souffle. Cela les motiverait sûrement à en prendre et sa sœur en aurait la mauvaise surprise de les voir mourir sans même qu'elle ait commencé ses horribles actes. Un frisson d'horreur parcouru la colonne vertébrale de l'ancienne reine qui regardait fixement la femme face à elle. Elle hochait la tête lentement pour appuyer ce qu'elle disait. Elle finit par tourner son regard vers la porte close.

« Aline ?! Viens nous servir à boire, s'il te plaît. »


« Bien, votre Majesté. » répondit une petite voix assez intimidée.

Une jeune fille qui avait environs 12 ans était alors entrée dans la pièce. Elle était vêtue d'une robe grise lui tombant jusqu'au genoux et ses yeux marrons étaient cachés par une frange noire. Elle fit une révérence en voyant les deux femmes assise avant de se dépêcher d'aller chercher un excellent vin français que Carren adorait tout particulièrement. En attendant, elle reporta son attention sur la reine en lui servant un sourire amical. Elle aimait beaucoup l'idée de rédiger une missive avec son aide, ce serait un moyen pour elles de se rapprocher encore un peu. Peut être qu'un jour finiraient-elles par se considérer comme les meilleures amies du monde ? Ce serait une option fort intéressante mais il était clair pour elle que jamais elle ne laisserait tomber Ronce, et ce, jusqu'à sa mort. Elle lui devait beaucoup. Elle reprit alors calmement la parole, la dénommée Aline venant déposée deux verres avec le liquide qui bougeait doucement à l'intérieur.

« J'aimerai beaucoup la rédiger maintenant, si cela ne vous ennuie pas. Plus tôt j'obtiendrai une réponse, mieux ce sera pour moi, même si vous m'êtes déjà d'une grande aide. Après, nous verra cela plus tard concernant le Brésil. Autant ne pas ennuyer le couple royal avec cette affaire, surtout que cela les ferait se déplacer. Parlez-en déjà personnellement avec la reine et vous me tiendrez au courant. »

La reine déchue ferma les yeux quelques secondes en saisissant son verre de manière délicate. Elle en bu une gorgée avant de le reposer sur la table, l'air de réfléchir quelques secondes. Elle finit par relever ses paupières pour observer sa sauveuse. Elle espérait vraiment qu'elle finirait par récupérer son trône. C'est alors qu'une autre idée lui parvint qui la fit se redresser sur sa chaise.

« Et si je faisais discrètement passer des messages à ceux qui ne veulent pas d'Adélaïde sur le trône ? Une sorte de campagne de recrutement qui permettrait aux intéressés de rejoindre ma cause, puisque cela devient de plus en plus compliqué pour moi de me présenter face à ces gens qui veulent venir. Cela pourrait sûrement marcher. »
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Mer 5 Aoû - 19:42
Aline, petite souris grise, servit les dames avec une promptitude et une délicatesse qui touchèrent la reine. Elle accorda un sourire silencieux à l'enfant, la remerciant par ce simple geste. Mais difficile de discerner l'expression d'Aline, ses yeux presque entièrement camouflés par cette épaisse frange noire. Ronce trempa ses lèvres dans le verre, hochant la tête face aux paroles de Carren.

« Je tâcherais de glisser quelques mots, l'air de rien, à la souveraine Coya et son époux. Je vous tiendrais au courant de mes avancées. »

Il faudrait la jouer finement, ne pas paraître pressante, ni discourtoise. Ronce y réfléchirait en détail, à tête reposée.

La reine reposa son verre, à demi plein, savourant le vin.

« Excellent cru. Vous avez le palais raffiné, Carren. Une campagne de recrutement, voilà une idée judicieuse. Quelques mots glissés dans des journaux, ou simplement des tracts délivrés sous le manteau, à la sauvette. » Ronce posa ses index sur ses lèvres, pensive. « Oui la seconde proposition est même la meilleure. Votre sœur pourrait s'en prendre à la presse. Noyez les rues anglaises de tracts vantant votre révolte, mettant en avant vos idées, faisant éclater la vérité au grand jour. Le plus spectaculaire serait d'affirmer que la mort de l'ancien roi n'avait rien d'accidentelle. »

Aider une alliée à mener une révolte avait quelque chose de galvanisant. Ronce se leva de sa chaise, faisant les cent pas. L'excitation l'empêchait de demeurer immobile.

« Il vous faudrait une presse clandestine. Cela doit se trouver facilement. Avez-vous des hommes de confiance pouvant répandre ces tracts ? Si vous voulez rajouter du spectaculaire, le mieux serait de déverser tout ce papier par navire volant. Imaginez... Un navire survolant les villes, lâchant des papiers volant en tout sens. Aucune police ne peut empêcher un bout de papier de voler là où il souhaite ! »

Ronce avait stoppé sa marche, croisant les bras. Attendant le verdict de Carren.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Sam 8 Aoû - 16:21
En y repensant, il était vrai que cela pouvait être bien que le Brésil se joigne à sa cause. Cela lui permettrait d'avoir de l'aide extérieur et d'en découvrir un peu plus sur le continent Américain qu'elle aimerait bien visité. Mais encore une fois, il faudra qu'elle attende d'avoir reprit la place qui lui ait du. Ce serait long mais elle était plus déterminée que jamais à s'occuper du cas de ces deux traitres qui avaient oser s'en prendre à son mari dans le simple but de ne plus paraître comme des seconds. D'une certaine manière, c'était compréhensible. Mais de là à en assassiner Teodor.. C'était de la folie pure. Oui, ils étaient complètement timbrés, les deux. Ils feraient sombrer le royaume au lieu d'en faire une puissance mondiale avec des alliés puissants. Surtout que Carren avait l'impression que quelque chose couvait entre la France et son pays. Sûrement à cause de sa sœur qui a forcément du rencontrer Ronce lors d'une entrevue et que cette dernière ne l'a pas du tout apprécié. Ce serait vraiment drôle qu'une guerre éclate.. Elle pourrait deux fois plus en profiter pour reprendre son trône. Sauf que le faire dans le sang était une mauvaise idée alors il valait mieux utiliser la méthode douce. Seule Adélaïde faisait du mal, pas elle et c'était tant mieux. Elle pourra l'utiliser contre elle plus tard.

Un fin sourire se plaça sur les lèvres de l'ancienne Reine qui écouta en silence tout ce que lui disait la souveraine de France. Elle savait que chacune de ses idées étaient à prendre et que cela la rapprocherait de plus en plus de son but. Elle reprit une gorgée de vin tout en l'observant s'agiter, d'abord sur sa chaise, puis debout. Il n'y avait pas de doutes, elle l'adorait énormément. Presque comme si c'était une sœur spirituelle, ou un truc dans le genre. Parce que si un jour elle se retrouvait attaquer, elle riposterait avec violence pour la défendre contre tout ceux qui voudraient lui voler son cher pays. Toutes les paroles qu'elle disait l'interpelait fortement et l'intéressait. Oui, c'est ce qu'elle pourrait faire pour qu'on la rejoigne. Le problème était qu'il fallait donner un point de rendez-vous et cela ne s'écrivait pas comme ça sur du papier que tout le monde pourra lire. Elle se leva alors à son tour en reposant son verre.

« C'est normal, je ne veux que le meilleur pour vous. Et il vient d'une de vos contrées du Sud, si je me souviens bien. » Elle réfléchit quelques instants à ce qu'elle pourrait dire maintenant. « Les tracts sont une bonne idée mais comment sauront-ils où il faut aller pour me rejoindre ? Cela doit être une information discrète et non criarde puisque ces papiers, même les gardes peuvent les lire. A moins qu'ils soient tous bêtes.. Ce ne serait pas étonnant en voyant qui est à la tête de mon Royaume en ce moment. »

Un petit rire moqueur franchit les lèvres de la jeune femme qui se mit à enrouler une mèche platine autour de son index tout en pensant à comment elle pourrait s'arranger pour les distribuer sans que ses hommes ne se fassent attraper. Le coup du bateau pouvait être spectaculaire et attirer pas mal de personnes en voyant les moyens qu'elle pouvait se relacer là où elle était avant que le couple ne décide tout foutre en l'air. Surtout qu'elle savait que beaucoup de personnes aimeraient la revoir au sommet car elle était une bonne Reine et elle le sera encore quand elle retrouvera sa place.

« J'ai des hommes de confiances, en effet. Mes gardes, qui sont derrière la porte et l'un de mes plus fidèles conseiller du temps où j'étais sur le trône. Je lui dois beaucoup. Mais sinon, c'est une très bonne idée le coup du navire, cela me plaît énormément. Au moins, mon peuple pourra voir à quel point je ne suis pas prête à céder et ils sauront me suivre plutôt que de rester soumis à Adélaïde et son horrible mari. Concernant la presse clandestine, cela se trouve très facilement, en effet. Il en faudrait une qui soit de confiance et qui me suit dans l'ombre depuis un moment et le tour sera jouer. »

Carren se rapprocha un peu de Ronce en lui servant une expression heureuse et déterminée. Elle avait vraiment hâte que tout commence vraiment pour qu'elle fasse enfin payer à sa soeur tout le mal qu'elle lui a fait. Oui, car en y pensant, elle-même ne lui ferait jamais un coup pareil. Elle l'aimait trop pour ça et c'était exactement pour cette raison, pour avoir briser son amour, qu'elle se vengerait.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Dim 9 Aoû - 19:25
Si Ronce était survoltée, Carren n'en était pas en reste. La reine fut la première à retomber les pieds sur terre.

« Mesurez tout de même votre audace. Rappelez-vous que votre sœur a attenté à la vie de mon frère, le prince Ciel, ainsi que mener un enlèvement envers ma personne. Certes, ils ont été des échecs. Mais je pense que votre sœur n'est pas aussi sotte que vous le pensez. Et son mari, le roi Arthur, encore moins. »

Sous-estimer son adversaire pouvait se révéler une fatale erreur. Elles ne se lançaient pas dans un jeu innocent. Elles concoctaient un soulèvement, une rébellion. Il fallait mesure garder. Ne pas se jeter bille en tête vers le danger. Mais réfléchir, posément et, surtout, ne pas se couvrir d'illusions.

« Pour l'adresse, je suis certaine que vous trouverez une solution. Un message crypté par exemple. Vos hommes auront peut-être une idée à vous suggérer ? »

Pour sa part, il lui semblait avoir déjà brûlé toutes ses cartouches. Ronce n'était nullement aussi stratège que d'autres têtes dirigeantes. Sur ce plan-là, elle se reposait sur ses ministres, quêtant leurs avis pour l'aider à prendre une décision.

La reine leva la tête vers l'escalier donnant à l'étage au-dessus.

« Nous pourrions même leur demander leur avis maintenant. A moins que vous ne vouliez me parler d'autre chose qu'aucune autre oreille ne se doit d'entendre.»



♔ Reine de France ♔


Dernière édition par Reine Ronce le Ven 14 Aoû - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Jeu 13 Aoû - 21:32
Il était vrai qu'il fallait que Carren fasse attention au couple qui avait usurpé son trône. A deux, ils pouvaient former une très bonne équipe mais elle savait qu'il y avait beaucoup de failles dans leurs plans. La preuve, la Reine de France n'était pas dans un cachot, son frère était toujours en vie et une guerre menaçait d'éclater entre les deux Royaumes respectifs que elle, elle avait l'attention d'être en très bon terme avec le pays magnifique de Ronce qu'elle visiterait aussi souvent que possible, juste pour la beauté du paysage et pour le vin excellent qu'ils fabriquaient. Mais bon, vu que ce n'était pas un jeu, il fallait jouer la carte de la prudence et y aller progressivement pour faire un très joli coup d’État pour qu'elle puisse récupérée son fameux trône, chose qu'elle aimerait beaucoup reprendre depuis qu'on l'avait chassé de son palais après avoir tuer Teodor.

« Je ne sous-estimerai pas ma sœur et ce qui lui sert de mari. Mais si ils ont à chaque fois échouer, c'est que les préparations n'étaient pas parfaites. Et nous, nous avons un avantage. Ils ne savent pas où je suis et je peux donc toujours mener mes actions dans l'ombre si bien que lorsque je sortirai au grand jour.. Ce sera grandiose et je pourrai enfin atteindre mon but et tout ceci, grâce à vous, ma chère. Je ne saurai même pas comment vous remerciez.. »


L'ancienne reine eut presque la larme à l’œil quand elle prononça ces paroles qui visaient à la faire garder le moral. En effet, elle déprimait trop souvent dans son coin quand elle était seule et il fallait parfois qu'elle réussisse à se booster pour pouvoir garder la forme en toutes circonstances. Elle servit un sourire heureux à la souveraine qui lui prêtait main forte depuis tout ce temps, allant s'emparer de son verre de vin pour en boire une gorgée et ainsi, le savourer par la suite. Elle ferma les yeux sur le moment, commençant à réfléchir à différentes choses, comme par exemple à l'endroit où les futures recrues pourraient la rejoindre pour pouvoir les sensibiliser à sa reconquête. Déjà, quand elle voyait le nombre de personnes qui étaient avec elle, cela lui réchauffait le cœur et la rassurait quand à la suite. Mais elle avait besoin de plus de monde, de plus de soutient. Elle ouvrit de nouveau les yeux pour pouvoir observer Ronce de ses yeux bleus en se demandant si ce qu'elle allait ensuite dire serait une bonne idée ou non. Elle prit une grande inspiration avant de se lancer.

« Avant qu'on aille demander à mes précieux hommes, j'aimerai vous faire part d'une chose. Je ne compte pas seulement m'arrêter à l'Empereur d'Autriche-Hongrie. J'aimerai beaucoup rencontrer la Tsarine Russe pour lui faire part de mes soucis et qu'elle me prête main forte au niveau militaire, vu que l'on sait tous la puissance qu'elle possède de ce côté-là. La seule chose qui me retient, c'est que je ne sais pas quoi lui offrir en retour. Peut être que vous pourriez m'éclairer sur le sujet ? »

Carren se tut à nouveau, passant une main dans ses cheveux platines avec délicatesse tout en se mordillant l'intérieur de la jouer de manière assez discrète, parce qu'elle n'aimait pas que l'on voit qu'elle était nerveuse, anxieuse ou tout autre émotions négatives. Elle détestait tout simplement ça car elle se sentait exposée et vulnérable et ce n'était pas vraiment son genre de laisser les personnes autour d'elle voir ce qu'elle ressentait. C'était une chose qu'elle ne ferait jamais pour cette simple bonne raison.

Sortant rapidement de ses pensées après avoir réfléchit pendant quelques minutes et ayant trouvée une idée, elle l'exposa rapidement pour ne pas l'oublier. D'ailleurs, elle avait un très grand sourire sur le visage et semblait contente d'avoir trouver une solution.

« Et si dans le tract, je faisais croire à l'ouverture d'une boutique qui vendrait des fleurs ? Il faudrait que je demande à l'un de mes hommes pour qu'il me prête l'un de ses bâtiments et ainsi en faire un magasin ? Il faudra juste que les intéressés prononcent un mot de passe spécial et on les invitera dans une pièce où on leur posera quelques questions et si on est satisfait, on les recrute. Est-ce une bonne idée ? »
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Ven 14 Aoû - 18:21
Ronce avait le sentiment d'être une mère observant sa fille grandir. Carren était déjà certaine de son succès. La reine de France ne pouvait qu'espérer que tant d'espoir se concrétise. Elle ne pouvait s'empêcher de demeurer légèrement en retrait, de ne pas partager totalement la joie, pourtant communicative, de Carren. Le temps lui avait appris que tout plan pouvait rencontrer une difficulté, qu'un incident malencontreux pouvait surgir à tout moment.

Mais face à Carren, Ronce demeura tout sourire.

« Vous me remercierez bien assez en étant une bonne reine pour vos sujets. »

Elle ne pourrait se pardonner si Carren se révélait une souveraine despotique. La vengeance devait armer son bras. Mais elle ne devait pas avoir de retombée sanglante sur le peuple.

Les idées se bousculaient dans la bouche de Carren. Des idées, des projets. Un gros sac de nœuds qu'il fallait, patiemment, dénouer. Adoptant à nouveau le rôle de l'ainée (la faute probablement à ces cent ans de plus), Ronce donna son avis. Franc et sincère.

« L'idée de la boutique est très intéressante. Veillez juste à ne pas vendre seulement des roses blanches. Le message pourrait vous desservir. Quant à la tsarine, nous avons des liens... très... »

Froids.

Ronce joignit les mains.

« Conflictuels. »

Un pli soucieux marquait le front de la reine. Sa bouche se plissait, comme si elle avait mordu dans un citron.

« Nous ne sommes pas en très bons termes. Je ne saurais donc quoi vous conseiller. Néanmoins, l'Autriche-Hongrie et la Russie s'entendent bien, de ce que je sais. Vous devriez vous adresser à l'empereur. Mais ne brûlez pas trop les étapes. Une chose à la fois. Ce serait dommage que tous vos projets s'écroulent à cause d'une trop grande précipitation.»


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Jeu 20 Aoû - 18:01
Carren était joyeuse mais au fond, une petite lueur d'inquiétude arrivait à percer cette bulle de joie. La raison ? Le fait qu'elle allait gouverner toute seule. N'ayant plus son mari pour l'aider, elle serait donc la seule dirigeante pour l'Angleterre et cela lui faisait un peu peur vu qu'elle n'était pas issue du milieu de la royauté. Même si elle ne doutait pas de ses capacités, cela l'effrayait un peu et c'était compréhensible vu qu'elle n'y connaissait pratiquement rien et qu'elle n'a pas vraiment eu le temps d'en apprendre beaucoup sur le métier de Reine. Après, elle savait que son fidèle conseiller serait toujours là pour l'aider, quelque soit la situation dans laquelle elle se trouvait et pour ça, elle ne l'appréciait que d'avantage. Mais bon, il fallait quand même qu'elle sache faire certaines choses sans l'aide de qui que ce soit et cela la paniquait légèrement malgré le fait qu'elle n'ait pas encore récupérer son trône.

« Vous savez, ma chère Ronce, je ne vois vraiment pas pourquoi je serai une mauvaise souveraine. Je suis beaucoup plus intelligente et fine que ma sœur, vous savez. Du coup, je ne me fais point de soucis de ce côté-là. »

La jeune femme se mit à arpenter la pièce en réfléchissant de manière intense. Le seul problème résidait dans le fait qu'elle ne voulait pas faire couler le sang pour pouvoir remonter à sa place, cela donnerait une trop mauvaise image d'elle et elle ne voulait pas avoir à faire à de traîtres qui faisaient ça, pas elle. Elle valait largement mieux que ça et elle le savait. Pourtant.. c'était inévitable. Il y aurait bien des morts durant ce soulèvement qu'elle préparait avec la Reine de France depuis un moment, autant que d'un côté, que de l'autre. Et même si elle n'en montrait rien, cela l'attristait déjà. Un soupire fendit alors ses lèvres quand elle entendit sa grande amie parler du fait qu'elle n'avait pas vraiment de bonne relation avec la Russie. Elle s'approcha alors d'elle en lui faisant un tendre sourire.

« Ne vous en faites pas, je ne suis pas idiote à ce point-là. Je pensais plutôt à des fleurs de toutes les couleurs qui donneraient un air innocent à ma boutique. Et le mot de passe pourrait être.. "Je viens acheter une rose pour ma femme", par exemple. Dans tous les cas, je vais simplement vous demandez de m'envoyer plusieurs fleurs qui viennent de votre charmant pays. »


Oui, Carren avait un peu ignoré ce que Ronce avait dit sur elle et la Tsarine mais elle allait y venir. Il fallait, en premier lieu, qu'elle se concentre sur son idée qu'elle trouvait très bonne. Surtout qu'elle avait vraiment hâte de quitter cet endroit pour emménager ailleurs. Ce n'est pas comme si c'était son destin de vivre cachée dans l'étage inférieur d'un bar qui venait des bas-fond de Londres. Bien évidemment, le propriétaire était chaleureusement remercier par ses hommes qui buvaient quand ils en avaient envie à l'étage du dessus et faisaient semblant de ressembler à des ivrognes pour passer inaperçus. Elle ne put s'empêcher de les considérer un peu comme ses enfants puisqu'ils étaient derrière elle depuis qu'elle avait été chasser de son propre palais comme une malpropre. A ce propos-là, elle allait le faire payer à Adélaïde. Comment ? Elle ne le savait pas encore mais sa vengeance serait vraiment horrible.

« Je m'occuperai de la Russie plus tard, il faut d'abord que nous nous concentrions sur l'Autriche-Hongrie. Serait-il possible que vous le fassiez venir en Angleterre pour que l'on puisse discuter, l'Empereur et moi-même ? Et excusez-moi si je vais trop vite mais cela fait tellement longtemps que je désir reprendre la direction de MON pays.. Cela me manque terriblement. »

Quand elle prononça ces dernières paroles, un éclair de douleur et de tristesse traversa le regard de la reine déchue qui l'était depuis bien trop de temps et elle avait hâte que tout rentre dans l'ordre.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Ven 21 Aoû - 15:13
Faire venir l'empereur d'Autriche-Hongrie au sein du Royaume-Uni ? Cette proposition démontrait combien Carren connaissait mal cet homme. Ronce se mordit la lèvre, songeuse, n'osant, tout d'abord, rien dire. Mais elle avait été, jusqu'à maintenant, franche dans ses propos. Elle le serait jusqu'au bout. Par respect pour cette souveraine déchue qui se raccrochait à elle.

« L'empereur ne se déplacera pas. C'est un homme doté d'un certain orgueil. Puis nous avions parlé, tantôt, de lui écrire conjointement une lettre. S'il fait suite à votre lettre, le mieux serait que vous vous déplaciez à sa rencontre. Cela lui montrera que ce projet vous tient à cœur, et que vous souhaitez le voir en personne. Il vous faut être humble envers lui. Croyez-en mon expérience.»

L'empereur, Ronce le connaissait depuis des années. Des années où elle avait pris à composer avec le caractère impérial de l'homme, à connaître les gestes et paroles à éviter en sa présence.

« Pour les fleurs, si vous le souhaitez, je les ferais parvenir par un chargement discret. En espérant que des fleurs françaises sur un sol anglais ne dénotent pas trop le paysage, et n'éveillent pas des soupçons. Le mot de passe est peut-être trop simple. N'importe qui peut le proférer. C'est une demande assez classique. Mais c'est vous qui voyez. »

Avisant la petite domestique qui les avait servis quelques instants plus tôt, Ronce lui demanda de ramener papier et encre. Après une courbette, la petite fille courut à l'étage et revient aussi promptement, petite souris agile, déposant feuilles de papier, stylo-plume et bouteille d'encre sur la table. Ronce s'en rapprocha, attendant que Carren prenne place pour s'asseoir à son tour.

« Si vous le souhaitez, je peux vous guider sur les termes à rédiger, les formules à éviter. »

Il y avait un temps pour la parole, un temps pour l'action. Il était venu le temps d'agir.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Dim 6 Sep - 20:46
Cela allait être problématique si l'Empereur d'Autriche-Hongrie ne pouvait se déplacer et que ce devait être qui allait devoir aller à sa rencontre. Avec tous les gardes qui surveillaient probablement les ports, ce serait sûrement compliquer pour elle de quitter son cher pays. Elle n'avait pas peur que la Résistance soit inactive, non, puisqu'elle avait des hommes de confiances qui sauraient très bien dirigés et suivre les directives de la reine déchue. Elle avait juste peur de se faire prendre alors qu'elle monterait sur son bateau pour aller en France. La suite serait un jeu d'enfant mais le début allait être compliqué, tout comme la fin, d'ailleurs. Mais si il le fallait, elle prendrait tous les risques nécessaires pour prouver à cet homme qu'elle était plus que déterminer à reprendre sa place pour pouvoir de nouveau régner sur l'Angleterre. Elle afficha alors un sourire qui disait qu'elle ferait n'importe quoi pour être au sommet, comme avant. Elle hocha la tête sur le côté avant de répondre à la Reine de France.

« Je vous crois, ma chère Ronce. Puisqu'il en est ainsi, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour me déplacer jusqu'à lui, si il décide de faire suite à ma lettre, ce que j'espère de tout cœur puisque les choses pourront enfin un peu plus avancer, non pas que je sois sans moyens, grâce à vous. Mais vous comprenez qu'il me faut un peu plus d'aide si je souhaite prendre ma sœur au dépourvu, ce que nous réussiront à faire, je n'en doute pas une seule seconde. »


Elle se tut, l'écoutant donc parler sur son idée de mot de passe et de fleurs. Il était vrai que ce dernier était trop simple et qu'il faudrait donc trouver autre chose, de moins général et qui passerait mieux. Bon, elle n'en était pas encore là. Elle s'en occuperait en temps voulu et en discuterait de manière tranquille avec son conseiller et deux/trois hommes qui pouvaient avoir de bonnes idées quand ils se mettaient à utiliser leur cerveau. Cette pensée la fit sourire intérieurement. Malgré le fait qu'en apparence, ils aient tous l'air de bons à rien, au fond, quand on les connaissait, c'était des personnes loyales qui ne diraient jamais de mal d'elle et qui feraient tout pour qu'elle puisse se sentir bien.

« Non, ne vous en faites pas. L'une des femmes qui fait partie de la résistance est une française et c'est donc elle qui s'occupera de la boutique, surtout qu'elle adore les fleurs plus que moi. Mais cela peut attendre, vu que nous avons des choses plus importantes à faire, comme rédiger cette fameuse lettre, effectivement. »

Carren regarda la gamine qui la servait depuis quelques mois aller leur chercher ce que la souveraine de France lui avait demandé. Mine de rien, elle l'avait prise en affection et si elle le pouvait, elle la prendrait avec elle pour devenir, en quelque sorte, sa mère adoptive puisque son père avait été capturé par des soldats et sa mère tuée. Une bien triste histoire qui lui donnait envie d'en faire sa fille sauf qu'elle avait trop peur de réellement s'attacher à cette petite fille qui ne demandait qu'à être aimée. L'épée de Damoclès qui était au dessus de la tête de tout ce beau monde l'en empêchait car elle pouvait la perdre à tout moment. Un soupire fendit ses lèvres alors qu'elle la remerciait d'un regard de leur avoir apporter tout ça.

« Je veux bien que vous m'aidiez, effectivement. Je n'ai pas apprit à m'adresser aux autres dirigeants. Je vous rappelle que j'étais issue d'une caste moyenne. Mais ne parlons pas du passé, mais de l'avenir, c'est ce qui compte le plus. Par quoi dois-je commencer ? »
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Jeu 10 Sep - 17:44
La surprise, sur le coup, laissa Ronce sans voix. Carren venait de lui déclarer, tout de go, n'avoir eu nullement le droit à la moindre éducation concernant l'étiquette. Une perspective qui ne rassurait guère la reine. Feu sa Majesté Teodor Taylor n'avait-il nullement songé à parfaire l'éducation de sa dame ? A lui permettre, par le biais de précepteurs, d'apprendre à mener ce nouveau rôle qu'était le sien ? Pour un peu, Ronce commençait à croire que certaines rumeurs divulguées par la souveraine actuelle étaient fondées. Teodor n'avait eu d'yeux que pour son épouse, au détriment de son royaume.

Ronce conserva ses dernières pensées pour elle-même. Néanmoins, elle se permit quelques interrogations.

« Vous n'avez eu aucun cours de maintien, ou même sur l'étiquette de la cour ? Vous avez su, pourtant, me contacter en des termes éloquents et polis. »

Il fallait, peut-être, y voir l'implication de ce fameux conseiller que Carren avait mentionné.

Ronce tira une chaise pour se mettre aux côtés de Carren.

« Commençons par le commencement. Les formules d'usage... A l'intention de sa Majesté Impériale, Friedrich Franz Edelstein... »

La reine se fit préceptrice. Elle demandait à Carren ce qu'elle souhaitait passer comme message, lui soufflait les formules à rédiger pour rendre la pilule plus douce à avaler. La forme devait permettre de sublimer le fond, d'arrondir les angles, d'adopter un ton caressant, tout en évitant le piège de la flatterie trop osée. Inutile de jouer les soupirants trop zélés. Seul le grattement du stylo-plume sur le papier ponctuait les paroles des deux femmes.

« Je prie, votre Majesté Impériale, d'agréer l'hommage de mon profond respect. Vous n'avez plus qu'à parapher par votre nom, et votre signature. »

Ronce se leva, relut la lettre par-dessus l'épaule de Carren, hocha la tête d'un air appréciateur.

« Je pense que nous avons mené du bon travail. »

Précisions a écrit:
Concernant le contenu de la lettre, j'ai laissé volontairement flou pour ne rien décider sans toi. Si tu veux qu'on en discute en détail, n'hésite pas à me MP.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Carren Taylor
avatar

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Ven 30 Oct - 22:15
La jeune femme sentit bien qu'elle avait probablement gaffé lorsque qu'elle regarda la Reine de France. Mais ce qu'elle pensait s'avérait complètement faux, car Carren avait bien eu des cours et s'était durement entraînée à rédiger des lettres et à bien se tenir face aux dirigeants des autres Pays. Concernant le fait de gouverner l'Angleterre, elle ne doutait pas qu'elle s'en sortirait haut la main, vu les personnes qui souhaitaient la revoir sur le trône. Un sourire vint alors flotter sur ses lèvres alors qu'elle pensait à ces dernières, qui l'aidaient au quotidien et qui risquaient leur vie à chaque fois qu'elles s'aventuraient dehors. Oui, parce que les foutus gardes de sa sœur rôdaient partout, prêt à chopper l'un de ses hommes pour qu'il lui dise où elle se trouvait. Elle ferma lentement les yeux en prenant une grande inspiration. Elle leva alors doucement la tête en direction de celle de Ronce, posant ses yeux bleus sur les siens avec délicatesse. Un doux sourire vint alors illuminer son visage qui se voulait rassurant. Puis elle prit la parole, la rassurant.

« Croyez-vous vraiment que je m'acharnerai tant à remonter là où est ma place si l'on ne m'avait rien apprit ? J'ai reçu beaucoup d'aide de mon conseiller et de mon ancien époux lorsqu'ils le pouvaient. Et je ne quittais jamais ce dernier ! J'étais fascinée par la façon dont il arrivait à gouverner notre magnifique pays.. Je regrette tellement sa mort car sans elle, vous ne seriez pas là à risquer votre vie pour moi, Reine Ronce. Sachez que je vous serai éternellement reconnaissante envers vous, quelque sois l'issue de ce qu'il va se produire quand viendra le moment d'attaquer. »

Elle se tut enfin, regardant ensuite la femme prendre place à ses côtés pour l'aider à rédiger cette fameuse lettre de demande d'aide à l'Empereur d'Autriche-Hongrie. Elle prit délicatement le stylo-plume entre ses doigts pour commencer à rédiger, sous l’œil bienveillant de celle qui ne faisait qu'être à ses côtés depuis tant de temps, ce qui était tout le contraire d'Adélaïde.

A l'intention de sa Majesté Impériale, Friedrich Franz Edelstein..
J'ai ouïe dire que vous étiez un homme bon et plein de ressources. Je n'ai malheureusement pas encore pu voir votre pays et je ne doute pas un seul instant qu'il doit être vraiment magnifique. D'ailleurs, j'aimerai beaucoup le visiter mais, par malchance, je ne peux pas. Vous avez sûrement du entendre parler de moi, qui fut déchue de mon trône par ma sœur et son mari après avoir assassiné le mien à l'aide d'un poison qui le tua à petit feu, faisant alors passer ça pour une maladie dont il ne pourrait guérir. Loin de moi l'idée de vous abasourdir avec cette vieille histoire, non. Il est temps de passer à autre chose et cela signifie pour moi que je dois reprendre ce qui m'appartient. C'est pour cela que je viens à vous écrire cette lettre, dans l'intention de vous demandez de l'aide car je ne pourrai y arriver seule. J'ai, avec beaucoup de chance, déjà la très belle Reine de France à mes côtés. Sauf qu'à elle seule, elle ne pourra pas financer toutes mes idées et tout ce que j'ai prévu de faire. Donc, sachant que vous êtes un homme de bien, j'espère sincèrement que vous refuserez pas ma demande puisque j'ai cruellement besoin de vous à mes côtés. La balle est dans votre camp et je vous laisse donc le choix des clauses d'un possible accord entre nous.
Je prie, votre Majesté Impériale, d'agréer l'hommage de mon profond respect.
Carren Taylor.


« Voila ! J'espère sincèrement qu'il acceptera de me rencontrer. Mais j'ai une question, Reine Ronce.. Comment vais-je faire pour sortir de l'Angleterre pour rejoindre la France ? Il ne faut pas que l'on me repère. »

Carren déposa doucement le stylo-plume sur la table en relevant la tête pour pouvoir contempler son amie. Il était vrai que sortir du territoire anglais ne serait pas une mince affaire, surtout qu'elle devait rejoindre le port le plus proche pour qu'elle puisse embarquer, direction la France. Oui, elle ne voulait pas directement aller ailleurs car elle se sentait obliger de devoir d'abord passer le beau pays de Ronce qu'elle avait tant envie de voir depuis que les deux jeunes femmes se connaissaient. Elle espérait sincèrement, au fond d'elle, qu'elle serait d'accord pour l'héberger quelques jours à Versailles avant qu'elle ne reprenne la route vers l'Autriche-Hongrie si l'Empereur acceptait, bien évidemment, de la recevoir chez lui. Son coeur battait la chamade dans sa poitrine alors qu'elle attendait la réponse de la Souveraine, des étoiles pleins les yeux comme si elle n'était qu'une enfant qui voulait vraiment faire quelque chose dont elle rêvait. C'était un peu le cas.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   Dim 1 Nov - 19:21
L'interrogation de Carren laissa la reine au dépourvue. L'ancienne souveraine pouvait démonter une maturité profonde et, la seconde après, faire preuve d'une ingénuité d'enfant. Comme lorsqu'elle avait, tantôt, avoué sa méconnaissance du grand monde et de ses lois avant de se rétracter. La pression, la proche conclusion de ses ambitions mûrement menées, devaient la pousser à agir et parler comme une femme perdant ses moyens.

« Si vous avez su survivre jusqu'ici, en ce pays, sous le joug de votre sœur et son époux, vous saurez fuir la demeure où vous traque le chat. Un déguisement peut suffir. Sans compter que vous possédez un réseau. Faites-le fonctionner. Si j'ai pu venir sur le territoire anglais, alors que le couple royal et moi sommes en très mauvais termes vous pouvez, vous, quitter les lieux facilement. »

Il est plus aisé de fuir l'antre de l'ennemi que de s'y introduire.

Ronce plia la lettre rédigée par Carren, la glissa dans une enveloppe sur laquelle elle rédigea l'adresse.

« Vous n'aurez qu'à la faire livrer par un coursier à votre botte. Je vous déconseille les oiseaux mécaniques. Ils sont faciles à intercepter. »

D'ailleurs la reine de France et l'ancienne souveraine d'Angleterre avaient toujours veillé à ne pas user de ce système pour converser. Si le couple royal tombait sur une de leurs missives, il aurait alors là la preuve formelle que la France pactisait contre eux et, pis, aidait la résistance à atteindre son but.

Le garde royal français se permit de descendre, s'excusant de son interruption. Il rappela à la reine l'heure. Le temps s'était écoulé. À chaque visite menée, Ronce veillait à ne jamais rester trop longtemps, de peur d'être découverte. Ses visites se devaient d'être le plus courtes possible. Hochant la tête, elle se recoiffa de la perruque qu'elle avait mise pour tromper l’œil adverse.

« N'oubliez pas ce que je vous ai dit tantôt, dame Carren. Même sous couvert d'un déguisement, je ne puis risquer que vous veniez en France et ne soyez découverte. J'ai rencontré votre sœur il y a peine un mois, et elle porte de nombreux soupçons à mon encontre. Elle aurait des espions sur mes terres que cela ne m'étonnerait pas. Si vous devez voyager sur mes terres, faites-le discrètement et simplement comme passage de transition. »

Sans quoi, si Carren commettait un impair, Ronce prendrait le risque de vendre une alliée afin de sauver sa mise. Au jeu des trônes, il fallait savoir sacrifier des pièces pour conserver sa part d'échiquier intacte.

Après un ultime salut, Ronce quitta le pub, prenant le bras à son garde. Au-dehors ils redevinrent un simple couple bourgeois, comme tant d'autres sur les terres d'Albion.

Fin.


♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Juin 05] Des femmes pleines de piquants   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Juin 05] Des femmes pleines de piquants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Angleterre :: Bas-fonds-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat