[An 05] Une affaire d'accessoires

 :: L'Europe :: Royaume-Uni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Orphée
Invité
avatar
Orphée
Sam 1 Aoû - 7:46
Le réseau d'Orphée commençait à fonctionner. C'était encore timide, mais les informations commençaient à circuler. Heike, un tatoueur allemand, avait retrouvé la trace de Zahnfee, sa fille. Ce qui signifiait qu'il récupèrerait bientôt sa flûte.

Ce qui signifiait un tas d'autres paquet de choses qu'il ne valait mieux pas connaître pour la paix du Vieux Continent et celle de votre esprit...

Mais en ce moment, Orphée se trouvait dans un port d'Angleterre. Il sortait d'une entrevue avec un Lord nommé Alistair Gorly et son détestable nain. Ce dernier lui avait appris qu'il avait retrouvé la trace d'une femme qu'il avait alors rencontré auparavant.

« Mais qu'est-ce qu'elle a cette femme-la de spécial pour retenir votre attention ? » demanda le nain hideux.

« Justement, c'est ce que j'aimerais découvrir. Lors de notre première et unique rencontre, au travers de notre conversation, j'ai soulevé quelques... points intéressants dirons-nous. Je suis certain que cette femme dissimule un secret appétissant. A la vue de tous. » répondit Orphée.

Désormais, Orphée se trouvait sur le quai devant un bateau. Il portait toujours ce long et noir manteau. Son visage, comme à son habitude, était dévoré par les ombres de sa large et ample capuche. Les bras croisés, il cherchait du regard celle pour qui il avait fait tout ce chemin.

Derrière lui se trouvait un couple qui attirait le regard. Il y avait ce grand colosse à la longue barbe de druide. Le tee-shirt qu'il portait faisait ressortir ses pectoraux au travers d'innombrables lignes blanches et bleues. Ses mains étaient dérobés à toute vue. A ses côtés se trouvait une femme naine. Son visage possédait tant d'émotions que l'on devinait de suite qui portait la culotte dans ce couple.

« Qu'est-ce que l'on fait ici, Orphée ? Pourquoi nous as-tu tiré de notre Bretagne ? » demanda la naine.

« Gaël, je t'en prie : prends ton mal en patience et crois en moi. » répondit le plus simplement Orphée.

Une voix qui trahissait tout de même une légère excitation grandissante.

« Ce n'est pas une question de foi, c'est une question de curiosité. Cette femme est-elle un danger pour que tu emmènes avec toi les Mains Empoisonnées ? »

« Non, ce n'est pas la peur qui me fait agir de cette façon. J'ai simplement envie de prouver quelque chose à cette navigatrice. Et pour convaincre cet esprit, j'ai besoin de preuves concrètes et vivantes. »


L'intonation de sa voix changea, son rythme cardiaque connu un pic lorsqu'il la vit !

« Iola McAllister ! » héla Orphée en découvrant son visage.
Orphée
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Jeu 6 Aoû - 17:32
Elle était de retour sur son île, mais pour peu de temps. La Bianca appareillerait dans quelques heures, pourtant la Kelpie était heureuse de retrouver les bons ports anglais. Certes, elle eut de loin préféré un très bon port écossais, mais pour cette fois, ce serait suffisant.
Quelque part sur cette même terre, à quelques centaines de kilomètres siégeait son foyer... Si tant est qu'une femme dans son genre ait pu en avoir un, cela restait l’endroit où elle avait des raisons de revenir.

Bien que pour cette fois, ce ne soit pas possible.

- Vous êtes sûr de vouloir repartir dès à présent McAllister? s'enquit le capitaine Léandre, un Français plutôt affable avec qui elle avait déjà travaillé. Il n'allait pas sans savoir qu'elle était arrivée le matin même. Étrange femme qui ne restait pas même une journée complète à terre...

Iola lui sourit et hocha la tête.

- Absolument capitaine! J'ai encore quelques projets qui ne peuvent attendre...

Elle allait ajouter quelque chose lorsqu'une voix héla son nom. Se penchant pour voir de qui il s'agissait, la Kelpie frémit en reconnaissant ce visage... Elle n'avait croisé la route d'Orphée qu'une seule fois, quelques jours seulement, mais ne parvenait pas à oublier la sensation trouble et dérangeante que lui avait laissée cette rencontre.
La Kelpie n'était pas femme à se laisser déstabiliser facilement et redoutait aussi peu de choses que de gens, mais pendant quelques instants, la stupeur laissa place à une appréhension fugace. Que lui voulait-il?

Elle se reprit rapidement, si rapidement en vérité que Léandre ne perçut pas son malaise.

- Un ami à vous?

- Une connaissance... Si vous voulez bien m'excuser Capitaine... Je reviens.

Malgré son ton égal, elle n'était guère sûre de sa décision lorsqu'elle descendit la passerelle en direction de cet homme étrange.

- Orphée... salua t-elle d'une révérence moins élégante que formelle. Que lui voulait-il? Elle ne pu s'empêcher de se demander si cette rencontre tenait au hasard... et notant que son interlocuteur était accompagné, salua ses suivants d'un mouvement similaire.

- Que me vaut le plaisir?

Cherchait-il simplement un navire pour l'emmener vers une nouvelle destination? Devait-elle s'attendre à une nouvelle requête dans le goût de celle qu'il lui avait adressé lors de leur première rencontre?
Lui amener des créatures magiques... Elle n'avait pas oublié, ni la demande ni le discours qui l'accompagnait. Aujourd'hui encore, elle ne savait qu'en penser...
Se battre pour le respect et la liberté étaient ses motivations premières à enfreindre l'étiquette et les codes moraux. Pour autant, elle ne considérait pas les humains comme des ennemis. Pas tous les humains en tous cas.
La vision d'Orphée était à ses yeux trop radicale... Ne souhaitait-il pas finalement utiliser ses pairs pour ses propres desseins? C'était sur ses deux points que la conscience d'Iola bloquait.

Et elle espérait intérieurement qu'il n'aborderait plus la question...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Orphée
Invité
avatar
Orphée
Ven 7 Aoû - 7:48
Orphée sourit. Simplement parce que la navigatrice était descendue de son bateau de sa propre initiative. Simplement parce qu'elle se souvenait de son nom. Simplement parce qu'elle lui demandait ce qui lui valait ce plaisir.

*Je l'intéresse, c'est certain. Tout du moins, je l'intrigue suffisamment, moi et mes projets. Intéressant ! *

« Je suis exalté à l'idée que vous vous souveniez de moi et que vous vouliez me faire plaisir. » son sourire s'étira un peu plus. « Mes salutations, Iola McAllister. » ajouta-il avec une révérence.

Pour jouer cette rencontre, Orphée avait un début de plan. Quelques grands axes de discussions, quelques outils à sortir de ses manches et enfin, un objectif à atteindre. C'était comme donner le scénario dans les grandes lignes à une troupe d'acteurs et de voir ce qu'allait donner leur improvisation.

Environ une année s'était égrainée dans le sablier du Temps, à quelques mois près. Pendant tout ce temps, Iola avait du vivre plus d'une aventure. Tout comme Orphée qui avait visité et revisité de nombreux territoires de l'Ancien Continent. Mais également quelques lieux du Nouveau Continent duquel il avait ramené un souvenir.

Il leva alors son bras droit devant lui qui brilla dans les rayons du soleil.

*Acte 1 : le bras de métal et d'or. *

« Comme vous pouvez le constater, ma très chère, au contraire de notre dernière rencontre, j'ai retrouvé la mobilité de mes deux bras. N'est-il pas magnifique ? N'est-il pas puissant ? »

L'année passée, Iola avait pu découvrir une espèce de structure métallique qui ressemblait davantage à un moignon tout droit sorti d'une expérience rurale ratée. Aujourd'hui, c'était une merveille de mécanique. Des courbes élégantes grises qui étaient magnifiées par des composants ici et là en or véritable. Un chef d’œuvre.

Orphée se rapprocha de deux pas en direction d'Iola. Une manie qui avait la fâcheuse habitude de mettre mal à l'aise ses interlocuteurs. Personne n'aimait l'intrusion dans cette espèce de zone invisible qui entourait notre corps. Et encore moins venant de quelqu'un qui s'était fait tatouer un faciès de cadavre sur la figure.

« Cela me fait penser : avez-vous rencontrer des êtres de ma sorte ? De ceux qui semblent avoir le potentiel pour achever de grandes choses ? Je veux dire des androïdes, ma chère. »

La rencontre avait a peine commencé qu'Orphée lui faisait le grand jeu. Démonstration de son égo et questions encore indirectes qui mènerait bientôt à la conversation qu'ils avaient alors eu en pleine mer.

Mais rien ne pressait. Tout ne faisait que commencer.
Orphée
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Lun 31 Aoû - 15:40
Il lui aurait été difficile d'oublier Orphée: il tranchait tant avec le style de passagers auquel elle était habituée! Et il l'avait mise mal à l'aise. Pourtant, durant le court instant où il l'avait eue à sa merci, et où il le savait très probablement, il n'avait rien fait. Cela valait comme le plus grand bénéfice du doute qu'Iola aurait pu accorder.
Ce n'était cependant pas un état de grâce équivalent à de la confiance.

Elle était bien décidée à s'en tenir à une cordiale prudence pour le moment.

Pourtant, Orphée ne semblait pas vouloir s'arrêter là dans les échanges de politesse.
La navigatrice lui faisait face de son port droit et strict, un peu trop formel pour l'attitude d'un simple marin.

Le nouveau bras mécanique qu'il lui présenta était un chef d’œuvre, d'une finition et d'une précision d'horlogerie. Elle en admira le rendu, réellement impressionnée.

- C'est de la très belle œuvre en effet.

Malgré ses faibles connaissances en mécanique, même elle parvenait à saisir le degré d'élaboration de ce membre artificiel.
Cependant, la Kelpie gardait une attitude égale, n'approchant jamais son interlocuteur à moins de quatre pas, et restant d'une cordiale distance. Instinctivement, lorsqu'il entrait dans son espace, elle se décalait distraitement de sorte à maintenir une distance entre eux. L'attitude n'était pas réellement consciente, mais l’Écossaise percevait toujours des sensations contraires à l'endroit d'Orphée: méfiance, respect, alerte et sensation de danger, mystère, curiosité.

Mais ce n'était pas tout, et elle attendait qu'il en vienne à sa motivation principale à se trouver ici, en sa présence. Il n'avait pas fait tout ce chemin pour lui montrer sa prothèse, elle en était convaincue.
Tout comme elle subodorait de plus en plus que cette rencontre n'était probablement pas fortuite...

Sa question ne l'étonna donc guère, mais la fit réfléchir.


- Pas à ma connaissance à dire vrai. Cette année fut... Complexe pour moi.

La rousse n'était visiblement pas disposée à en dire plus sur les raisons qui avaient limité ses voyages et fixait Orphée d'un regard un peu étrange, comme si elle cherchait à voir en lui sans s'arrêter à la surface.

Une nouvelle valse venait de commencer. Une danse où l'un et l'autre chercheraient à se percer à jour, sans forcément abattre ses cartes. Orphée l'avait beaucoup fait parler lors de leur première rencontre, et elle ne savait toujours pas ce qu'il comptait faire de ce qu'il avait pu apprendre à cette occasion. Cette fois, elle comptait essayer de comprendre son fonctionnement.
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Orphée
Invité
avatar
Orphée
Mar 1 Sep - 21:51
« Oh... c'est dommage cela. Vous auriez donc passer une longue année à fréquenter seulement des hères ? Je ne puis le croire. »

Orphée ne le croyait pas. Et Iola ne croyait pas Orphée. Une situation qui tournait en rond mais qui ne manquait pas d'intérêt. En effet, il était plus intéressant de faire monter les enjeux. La tension devait grimper tous les échelons pour qu'au moins Orphée prenne plaisir à cette rencontre.

« Laissez-moi vous présenter un couple de Bretons que j'ai rencontré lors de cette année où, apparemment, vous n'avez rencontré personne. Peut-être en fait m'attendiez-vous pour recommencer à vivre ? »

Une fausse sympathie et une légère provocation permettraient-ils d'ouvrir un cadenas ? Ce genre de verrou qui limitait les gens derrière les apparences et les règles que l'on devait respecter en pleine société.

*Acte 2 : le couple de Bretons. *

« Je vous présente Gaël et Druide. Bien entendu, Druide n'est pas sa vraie appellation. Cela à plus à voir avec ses compétences, disons, très liées aux plantes. Si vous saviez le quart de ce qu'il sait, je puis vous affirmer que votre vie en serait bouleversé. »

La femme était petite. Étant native de Bretagne, elle avait quelque chose d'un nain ou d'un leprechaun. Peut-être pas un aspect magique mais quelque chose qui semblait dire qu'elle vivait avec le fantastique tous les jours. L'homme, plus grand qu'Orphée, paraissait être un viking impressionnant à côté de sa femme. Barbu, le crâne rasé et couvert de tatouages bleu, il semblait être ce guerrier sorti des légendes arthuriennes. Pourtant, les gants qu'ils portaient aux mains étaient un symbole qu'il vivait bien dans notre époque contemporaine.

« Druide est un homme qui pourrait vous débarrasser de quelque uns de vos problèmes. Pourtant, ce n'est pas de lui qu'il faut se méfier le plus, mais bien de notre chère et petite Gaël. C'est elle qui porte la culotte dans son mariage. Et je puis ajouter que sa taille n'est pas une tare transmise de parents à enfants. Mais bien une force qui lui permet de voir le monde d'une autre perspective. »

Orphée avait bien noté les pas en arrière que faisait Iola quand il en faisait vers elle. Il avait trop bien remarqué ce mécanisme de défense pour ne faire comme si de rien n'était. Alors il s'avança de deux pas vers elle. Juste deux petits pas. Rien de bien extraordinaire. Mais comme le plus imposant des châteaux, celui-ci s'était fait en posant quelques pierres ici et là à ses débuts. Orphée ferait pareil. Deux pas maintenant. Deux pas après. Et bientôt, tout le monde serait sur le bateau en direction de l'Espagne.
Orphée
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Ven 11 Sep - 16:54
La Kelpie plissa légèrement les yeux au commentaire d'Orphée qui ne s'encombrait pas de manières pour lui faire comprendre qu'il ne la croyait pas.
Pourtant, elle lui avait dit la vérité.
Partiellement du moins.

- Avec l'épidémie de Delirium qui a sévit un peu partout, les voyages ont été rendus plus difficiles et les voyageurs d'agrément plus rares. La plupart de mes voyages étaient des transports commerciaux. Et j'ai passé beaucoup de temps à terre.

Elle se tut presque sans prendre le temps de finir ce dernier mot, comme redoutant d'en dire plus. A l'évidence, elle ne comptait pas partager avec lui la raison de ce repos.
Décidant de jouer la diversion, elle se tourna vers l'étrange couple qui accompagnait Orphée et qu'elle n'avait que rapidement salué, inclinant la tête lorsque son interlocuteur les lui présenta.

Où voulait-il en venir?
Elle toisa l'herboriste et la petite femme d'un œil légèrement méfiant. Plus elle y songeait, plus elle était persuadée que ces retrouvailles n'étaient pas fortuite. Il n'était donc pas improbable qu'Orphée ait voulu cette rencontre avec les deux Bretons, mais dans quel but...?
La Kelpie se morigéna mentalement. Elle avait tant pris l'habitude de se méfier des humains, des autres en général qu'une certaine paranoïa avait fini par l'envahir. Même si elle n'aurait confié ni sa vie ni ses secrets ni son pouvoir à Orphée, avait-elle raison de lui prêter ce genre d'intentions? Une part d'elle en doutait.

Mais dans l'incertitude, elle se cantonna au silence et à l'observation. Et afin de donner le change, l'Ecossaise adopta un masque de de politesse à l'égard du duo.

- Enchantée de vous rencontrer. Je m'appelle Iola McAllister, navigatrice de métier.

La présentation était peut-être un peu trop formelle, mais la rousse ne tenait pas à s'y appesantir.
Trouvant Orphée un peu trop près d'elle à son goût, elle se décala légèrement, resserrant discrètement les pans de son veston bleu nuit sur sa chemise d'homme dans laquelle se perdait son pendentif.
Son regard émeraude passait en revue les trois acolytes face à elle, cherchant le sens caché de cette entrevue. Cela ne dura qu'un instant, et un sourire vint dissimuler les soupçons.

- J'espère que vous ferez bon voyage à bord de la Bianca.

La réplique s'adressait à tous et à personne en particulier, elle n'était destinée qu'à feindre l'insouciance et à montrer une certaine amabilité. Sur le même ton, la Kelpie revint à Orphée avec un sourire -et la distance de trois pas retrouvée-

- Y a t-il quelque chose que je puisse faire pour vous?


Une excellente question en vérité...
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Orphée
Invité
avatar
Orphée
Sam 12 Sep - 6:47
Dans ses souvenirs, la navigatrice parlait un peu plus. Pour cette nouvelle rencontre, elle paraissait sur la défensive, ne sachant sur quel pied danser. Orphée pouvait le comprendre. Les deux Bretons qui l'accompagnaient pouvaient le comprendre.

« Ah ah ah ! Intéressant. Nous nous rencontrons sur les quais et déjà vous nous invitez à venir voyager avec vous. Mais laissez-moi vous poser une question : êtes-vous certaine que trois places ait été réservé sur la Bianca ?... »

Ne rien dire. Laisser s’appesantir quelques instants la situation. Un vieux truc théâtrale dont Orphée ne se lassait jamais.

« Ne pensez-vous donc pas que notre rencontre soit fortuite ? J'ai l'impression que non. Peut-être alors misez-vous cette deuxième chance de converser par les manigances de ce Destin invisible ? Non ?... »

La conclusion semblait inévitable. Ni Gaël, ni Druide ne troublaient ce nouveau silence. Ils savaient tous deux qu'ils n'étaient pas bon d'interrompre un acteur déclarant ses vers. Orphée brisa à nouveau la distance des trois pas pour se retrouver à deux de Iola. Avec un rictus, il conclut :

« Et si ma présence ici était voulue ? Et si notre rencontre avait été orchestré par le biais d'un réseau d'informateurs ? Cela vous soulagerait-il d'entendre cette vérité ou auriez-vous encore plus de difficulté à déglutir ? »

C'était dit. C'était certes sous la forme de sous-entendus, mais c'était dit : Orphée se trouvait là parce qu'il l'avait voulu. Parce qu'il avait voulu revoir Iola. Pour reprendre cette ancienne conversation qui n'avait jamais connu ni de conclusion ni d'épilogue.

La distance se réinstalla entre Orphée et Iola. Se retournant vers ses compagnons Bretons, Orphée s'était éloigné. Gaël, les bras croisés, faisaient jouer ses doigts nerveusement. Pour Druide, ses bras étaient ballants. Ses yeux étaient dans le vague comme s'il avait déconnecté son esprit. Gardant son énergie pour le moment où il rentrerait sur scène.

Orphée se retourna à nouveau pour toiser Iola. L'heure des premières vérités avait sonné. Le glas allait remonter des Enfers et l'on verrait si le palpitant de la navigatrice supporterait les frissons d'outre-tombe.

« Ce que vous pouvez faire pour moi et mes compagnons ? Laissez-moi donc vous répondre. Vous pouvez effectivement nous inviter à bord de la Bianca pour au minimum deux voyages. Le premier à destination d'Espagne où je compte rencontrer ma fille et récupérer ma flûte. Enfin. Le deuxième à destination de la froide Scandinavie, en direction de son Empereur et de mon Troll qui m'y attend. »

De nouveau cette frontière des trois pas qui explosent pour poser l'ultime question. Avec un air sérieux assez dérangeant, car en contradiction avec cet esprit de « clown théâtrale » joué depuis le début.

« Alors : est-ce un oui ? »
Orphée
Revenir en haut Aller en bas
Iola McAllister
Invité
avatar
Iola McAllister
Sam 3 Oct - 9:35
Elle ne s'y faisait pas. Elle avait beau avoir déjà côtoyé Orphée, l'aspect grandiloquent de ce personnage la déroutait. Malgré tous ses efforts pour éviter de lui donner prise sur elle, elle se sentit étrangement piquée par sa réflexion:
"Nous nous rencontrons sur les quais et déjà vous nous invitez à venir voyager avec vous"
Comme s'il était venu la voir pour le simple plaisir d'une poignée de main! Non, définitivement elle n'y croyait pas.
Et que pouvait-il lui vouloir d'autre qu'une traversée? Oh, son esprit avait bien quelques idées à ce sujet: Orphée était intelligent et il n'était pas dupe: il avait certainement compris, au moins partiellement si ce n'était entièrement ce qu'elle était. Et cette idée était affreusement dérangeante.
Dans sa quête, il recherchait des potentiels hors du commun. Était-ce pour cela qu'il revenait vers elle..?
Savait-il ce qu'était sa bride? A l'évidence, lors de leur dernière entrevue, il en avait deviné la valeur, mais Iola caressait l'espoir qu'il n'en connaisse pas le pouvoir...

Sans quoi, elle serait à sa merci. Bien plus qu'à présent...

Peut-être était-ce le fruit de ces réflexions qui la poussait de plus en plus derrière un mur de froide rigueur, et pour toute réponse à la déclamation de son interlocuteur, elle lui décocha un regard perçant.

- Si c'est un voyage que vous voulez, je peux vous l'accorder. Pour vous et vos deux compagnons.


De nouveau, son regard s'attarda sur l'étrange couple, cette fois avec une méfiance difficile à dissimuler.
Oh oui, cette confrontation la mettait mal à l'aise, et plus encore la perspective de prendre la mer pour plusieurs jours avec ce curieux trio. Orphée était intelligent, mais Iola ne l'était pas moins, et elle n'afficha pas de surprise lorsque son étrange ami admit l'avoir cherchée et avoir provoqué cette entrevue.

Même si une lettre aurait tout aussi bien fait l'affaire songea t-elle pour elle-même avec un soupir sous cape.
Ce n'était pas pour ses beaux yeux -ni pour un voyage en classe supérieure- qu'Orphée était venue la voir, elle en était persuadée.

- Si votre présence ici est voulue, j'aimerais savoir ce qui me vaut le plaisir d'une telle attention.

Point d'hostilité dans sa voix ou ses propos, mais une défiance manifeste, alors que ses pas rectifiaient la distance entre eux instinctivement, comme le réflexe d'une danse mille fois répétée.
Elle n'avait pas vacillé lorsqu'il avait avoué l'avoir cherché. Elle n'avait pas tremblé. Mais son regard s'était durcit, et brillait d'un éclat méfiant, vif, presque sauvage. Celui d'un fauve en fuite qui redoute la cage.

La Kelpie gardait pourtant son port rigoureux et noble, se forçant à montrer le moins possible la tempête qui battait ses tempes, et refrénant l'instinct qui lui murmurait que l'eau toute proche pouvait venir à son secours.
Surtout pas devant ces trois-là.

- Est-ce pour cela que vous vouliez cette entrevue? Pour deux voyages pour vous et vos amis?
La question était sincère, même si elle était curieuse de découvrir ce qu'Orphée lui répondrait. Allait-il jouer la sincérité ou chercherait-il à endormir ses soupçons? Une fois encore, elle avait corrigé sans même y penser la distance rompue par Orphée pour rétablir les trois pas qui les séparaient.

Leur ancien "jeu" avait visiblement repris.
Iola McAllister
Revenir en haut Aller en bas
Orphée
Invité
avatar
Orphée
Sam 3 Oct - 18:01
Orphée appréciait ce jeu. Toutes ses émotions qui naissaient dans les yeux de la navigatrice. C'était pour lui des explosions solaires dans le cosmos : magnifique. Et il n'y avait pas que cela. Il pouvait entendre le son que produisait leur danse. Cette chorégraphie qui voulait qu'il garde toujours la distance de trois pas entre eux. C'était comme faire des claquettes. Tout dans cette rencontre avec Iola McAllister émanait du spectacle réussi.

« Comme je vous l'ai déjà dit, j'espérais effectivement que vous pourriez me prendre, moi et mes deux compagnons, sur votre bateau. »

Revoir Zahnfee en Espagne. Récupérer son Troll en Scandinavie. Retrouver Alexander en Allemagne. Orphée n'était pas prêt de se reposer. Il avait encore beaucoup de tâches à accomplir. Le temps était venu d'accélérer le cours des évènements.

« Mais comme vous vous en doutez, je ne vous ai pas recherché, vous spécifiquement, pour m'emmener là où mes affaires me dictent d'aller. Bien entendu, l'affaire est également personnel. Un goût d'inachevé qui est resté au fond de ma bouche. »

Orphée brisa la règle des trois pas. Il l'abaissa à deux alors que dans le même temps son bras de métal et d'or pointait vers la poitrine de la navigatrice. Il y eut un sourire, un de ceux qui semblait dire « et oui, nous allons en revenir à ça. Encore. ».

« Voudriez-vous me parler un peu de votre mère ? Dans mes souvenirs qui remontent déjà à douze mois, je me rappelle que vous disiez que votre pendentif était un leg de votre mère. »

Gaël, la petite femme du colosse aux mains gantés, se rapprocha de la navigatrice. Elle attira l'attention sur elle en s’éclaircissant la voix.

« Orphée a la sale manie de parler par belles phrases et de faire beaucoup trop de détours pour parler de ce qu'il veut parler. Moi pas. Je peux voir votre pendentif ? Orphée m'a dit qu'il y avait de l'eau à l'intérieur. Si vous le voulez, je pourrais faire un ou deux tests pour vous dire de quoi elle est constituée réellement. Enfin, à moins que vous ne le sachiez déjà. »

Elle avait beau être plus petite que Iola, Gaël avait cette force de caractère qui intimidait même les irascibles gros et les jeunes voyous. Au contraire de Druide qui semblait être une force calme et immobile. Sans sa carrure et ses tatouages bleus, son surnom aurait pu être « Gros Nounours ».

« Effectivement, comme le dit ma nouvelle compagnonne, j'aimerais beaucoup revoir votre pendentif. Il me semble même que vous l'appeliez d'une étrange façon. J'ai cette idée de clef et de cadenas dans ma tête. Mais je ne peux pas m'expliquer pourquoi. »

Pour faire preuve de bonne foi, il recula de deux pas. Relâchant ainsi la tension dû à leur proximité. Quatre pas cela faisait donc. Puis son bras se plia derrière son dos et il se courba légèrement. Juste assez pour se soustraire. Pour que sa requête soit mieux accueillie.

« S'il vous plaît, Iola. »
Orphée
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Sam 16 Jan - 16:18

Mais Iola refusa la proposition. Par crainte de connaître le contenu de ce pendentif, qui sait ? La navigatrice renâcla mais ne revint pas sur sa promesse. Le Bianca mènerait le trio où il le souhaiterait. C'est ainsi que, le soir même, le navire vogua, voiles déployées, jusqu'en Espagne.

RP terminé


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Royaume-Uni-
Sauter vers: