Avril 05 - Meilleurs ennemis

 :: L'Amérique :: États-Unis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Willow
Invité
avatar
Willow
Ven 21 Aoû - 18:28
Excédée. Willow était excédée par tout ce mois passé dans les terres américaines, dans ce village puant la mort et la folie, à enseigner les bases de la magie à une petite prétentieuse qui ne jurait que par la technologie et entourée de deux « sœurs » qui ne valaient guère mieux qu'elle ! Sa consolation avait été le grand plaisir de lui annoncer qu'une vie grandissait dans son ventre ! Voilà qui la rabaissait au rang de ces vulgaires catins qu'elle se régalait à déprécier... mais elles n'en resteraient pas là, c'était certain. Les leçons de Willow avaient un prix... un prix élevé.

Mais quoiqu'il en soit, pour le moment, elle ne voulait plus songer à ce pathétique trio de folie. Elle parcourait depuis une semaine maintenant le vaste territoire américain, qu'elle trouva fade, vide... indigne de son intérêt somme toute. Quitter ce pays où elle n'avait plus rien à faire était maintenant tout ce qu'elle souhaitait... mais retourner en Europe n'était pas forcément très urgent. Et elle savait bien à qui demander ce petit service !

    - Solal ?


Le soir était venu après une longue journée de marche. À l'abri dans son refuge, la magicienne avait activé son cristal, et appelait de l'autre côté le pirate qu'elle aimait toujours autant tourmenté. Quand les yeux bleus du Perse se reflétèrent à travers la surface de la pierre, le sourire de la rouquine s'élargit.

    - Le moment est venu de remplir ta part du marché ! J'espère que tu ne l'as pas oublié...


Après tout, ça faisait 3 ans qu'ils l'avaient passé, cet accord. Mais Willow connaissait suffisamment Solal : elle savait qu'il avait hâte que la fée remplisse sa propre part, à savoir lui retirer ce don de vérité qui lui pourrissait la vie depuis si longtemps !

    - Je serais à la frontière du Texas dans trois jours. Je t'y attendrais. Débrouille-toi pour que ton capitaine m'accepte à bord !


Elle souriait effrontément, le rire dans les yeux.

Willow
Revenir en haut Aller en bas
Solal Yarhi
Invité
avatar
Solal Yarhi
Dim 6 Sep - 18:53
Accoudé sur la partie métallique protégeant les accélérateurs des moteurs du Souffle Gris, Solal hochait la tête aux indications et aux questions de Lazaro. Peut-être allaient-ils tenter de renforcer ceux-ci et faire de nouveau appel à Magdalena Korzha.
Ou bien restait l'alternative, certainement aussi couteuse, de faire du navire un hybride.
Un bâtiment encore plus rapide, mêlant avec habileté et équilibre technologie et magie. Mais le Second n'était pas certain que ça soit jouable.
Le Souffle Gris était déjà un très bon navire, mais cela ne suffisait pas. Pas aux yeux du persan en tout cas.
Une remarque du chef-mécanicien le fit sourire et hausser les épaules.
Il prit néanmoins en compte l'avis de Lazaro, après tout c'était lui le spécialiste ici.


"- Autant tenter le coup quand même. Mais d'abord on renforce la coque et la protection des accélérateurs, après on lui apprend à filer encore plus vite."


L'ambition de Solal concernant le navire de Trappen était louable, mais surtout obsessionnelle. Ces derniers mois, il s'était replongé dans leur trafic corps et âme, prenant part à la contrebande du capitaine de façon plus poussée. Oui, c'était sale, mais il trinquait sa liberté en offrant la guerre et la mort à d'autres.
Peu importe leur but, leur faction ou même leur couleur de peau.

Tout.
Tout pour ne pas repenser à ce qui s'était passé et aux circonstances de son retour dans l'équipage.
Il avait barré ces semaines là d'un trait noir, opaque, et depuis ni Trappen , ni Lazaro n'avait évoqué cela. L'ombre dans ses prunelles océan avait été masquée par les rires et les histoires du Conteur de l'équipage. Menteur, joueur invétéré, les sourires de Solal respiraient pourtant une certaine spontanéité.
Plus taciturne cependant, Solal s'était révélé plus violent encore lors de leur affrontement aérien et le sang ne semblait jamais quitter ses mains.
Mais sous le silence, et la rage qu'il cachait, le pirate ne pouvait nier le bien d'être de nouveau dans l'équipage depuis le début de l'année. Ce souffle sauvage presque retrouvé entre les voiles noires.

Alors que les yeux malicieux du basané tombait "malencontreusement" sur une certaine écriture qu'il reconnut avec un sourire, parmi les notes de Lazaro, le cristal autour de son cou se mit à luire dans la pièce.

Premier réflexe.
Ignorer le bijou, et retourner emmerder Lazaro sur ses correspondances avec Magdalena Korzha. Mais ce satané machin magique ne voulait pas s'arrêter de luire à intervalles régulières.
Maugréant légèrement, et adressant une grimace à son mentor et ami qui se marrait ouvertement, Solal s'éclipsa de la salle des machines pour rejoindre une des cabines inoccupées.

Le sourire de Willow apparut à travers le cristal et le pirate fut étonné de voir les ombres sombres autour de la fée. Il avait perdu la notion du temps dans la salle des machines.
Une mimique mi-amusée, mi-curieuse se peignit sur son visage.
Ses relations avec la rouquine s'était bien améliorées, du moins en apparence. Beaucoup de choses restaient sous silence derrière leurs petits affrontements verbaux, contrebalancés par des moments... étranges.

Il y aurait toujours dans le cœur du persan une envie de la tuer. De la pousser dans ses retranchements, de la taquiner, l'insulter plus ou moins gentiment.
La provoquer. La faire brûler et s'enflammer.


" - Qu'est-ce tu veux, encore ? "


Mais le ton taquin de sa voix s'éteignit quand Willow lui annonça la raison de son appel.
Solal ne dit rien. Presque abasourdi que ce jour arrive enfin, et il avait du mal à le croire, fronçant les sourcils, un air franchement dubitatif sur la face.


"- Et tu tiendras parole. "


Question-affirmation mêlée, presque un ordre de la part du forban.
Enfin, il allait être délivré de ces jeux de langages.
De cette course continuelle pour éviter tout mots doux.


" - Le Texas, rien que ça... Ok. Wichita Falls dans 3 jours."



Le persan ne s'attarda pas sur les détails, comme le fait que Willow ne semblait absolument pas consciente que son voyage n'avait encore rien de garanti.
En terme de gratuité du moins. Il rompit la conversation sans rien dire d'autre, troublé.

~


Parce que Solal réussit à obtenir l'accord de Trappen contre une dette à son Capitaine- la dernière, au bout d'une bonne demi-heure de discussion, mais la fée ne monterait pas à bord du Souffle Gris sans contrepartie.

C'est ce que le perse allait expliquer à Willow, quand celle-ci daignerait montrer le bout de son nez. Accoudé sur une des rambardes du port aérien, une cigarette bien entamée au bord des lèvres, il attendait.

L'ombre du navire au dessus de lui projetait un nuage sombre à ses pieds, parsemé de quelques grains de sables épars. Poussières d'or dans les ténèbres.
D'un geste machinal, le Second se frottait les doigts, mais arrêta quand le bruit des pas se rapprocha et il se retourna.


"- T'es en retard. "


Elle n'avait pas changé.
Solal Yarhi
Revenir en haut Aller en bas
Willow
Invité
avatar
Willow
Mer 9 Sep - 17:18
Leur dernier contact cristallin avait fait tomber Willow des nues. Cette surprise prenait son origine à la discussion précédente encore, qui datait à peu près du mois de janvier, quand la rouquine avait appelé sa victime favorite, histoire de le tourmenter un peu et qu'il ne perde pas l'habitude de ses moqueries.
Mais la jeune femme s'était retrouvée face à un visage plus noir que jamais. Non pas de colère, mais d'un étrange mélange de désespoir et de haine insondable. Autant dire que la conversation avait été écourtée par quelques mots acides de la part du Perse, en réponse à la question du Feu-Follet.

Résultat, la rouquine n'avait jamais su de quoi il en retournait. Puis Solal l'avait rappelée, quelques mois plus tard, baragouinant quelque chose qui ressemblait à des excuses.
Oui oui. Des excuses. Venant du pirate, cela relevait du prodige.
Willow aurait très bien pu sauter sur l'occasion. La perche était bien trop grosse pour qu'elle ne puisse pas la saisir, et pourtant, elle ne releva. Son esprit était bien trop tarabusté par le trio de folie qui l'avait amenée à New-Wonderland, cette terre puant la mort et la désolation ; son humeur était trop mauvaise pour ne serait-ce que taquiner davantage le Perse à propos de ses excuses.

Mais le sujet reviendrait sur le tapis. Inéluctablement.
Willow y veillerait.

*

Revoir les prunelles d'eau du pirate avec une expression normale – comprendre par là, à la fois amusée et agacée – fit sourire plus encore la fée. Mais plus amusante encore fut son expression quand la jolie rousse lui annonça la raison de son appel. Si amusante, que la magicienne laissa un éclat de rire traverser sa gorge et faire briller plus encore ses yeux déjà pétillants de malice.

Solal était tellement surpris que la gaieté de la jeune femme s'en trouva réellement accentuée.

    - Ohé ! Toujours là, fichu pirate ?


Sans doute réfléchissait-il, prenait en compte ce que cet appel signifiait, pour lui.
Plus de malédiction, plus de vérités. Le repos de l'éternel menteur. La jeune femme étira un sourire de lionne à ses mots, prononcés d'une voix blanche comme s'il n'osait y croire.

    - Ne t'en fais pas, très cher. Tu auras ce que tu mérites. Un marché est un marché, ce n'est tout de même pas à toi que je vais apprendre cela...


Une fois qu'il eut avalé l'information, Solal lui donna leur lieu de rendez-vous : Wichita Falls... cette ville était située à l'ouest de sa position actuelle. Et trois jours suffiraient largement pour y arriver.
Le cristal s'éteignit, fin de la communication. L'heure de s'endormir était venue, car elle avait prévu de repartir au lever du jour.

*

La ville était gigantesque, fourmillait de vie, en contraste totale avec les plaines vides et arides qui l'entourait. Dissimulée sous le capuchon de sa cape, Willow observait la population autour d'elle, en attendant l'heure où elle devrait rejoindre le port aérien, où s'amarrait les aéronefs et autres vaisseaux volants. Deux ou trois pièces d'or remplirent sa besace de quelques pommes, denrée qui lui avait manquée depuis un petit moment. Croquant avec gourmandise l'un des fruits, elle leva les yeux vers la route qui menait au port et l'emprunta.

Le vaisseau aux voiles noires était déjà là. Mais plus encore que la couleur de la toile, c'était l'homme qui attendait dans l'ombre du navire que Willow reconnut. L'accueil fut aussi chaleureux que ce à quoi elle pouvait s'attendre. Se débarrassant de sa capuche, elle laissa le soleil éclairer ses mèches de feu encadrant son visage au sourire insolent.

    - Moi aussi je suis ravie de te revoir Solal !


Voir son visage dans la réalité plutôt qu'à travers un minéral reflétait bien mieux son expression : en l'occurrence, la rouquine ne retrouva pas sur le visage du pirate la trace de désespoir qui l'avait interpellée une fois.
Pourtant cela ne voulait pas dire que la blessure s'était refermée.
Solal était le prince des menteurs après tout.

    - Je suppose que tu as réussi à convaincre Trappen, fit-elle en levant les yeux sur le navire. A-t-il déjà défini le prix à payer ou est-il prêt à entendre ma propre proposition ?


Non, Willow n'était pas stupide au point de croire que le capitaine pirate lui rendrait service pour rien.
Après tout, leur marché ne concernait qu'elle et Solal. Ce dernier avait réussi à persuader son supérieur, pour le reste, c'était un autre marché à conclure.
Et le Feu-Follet ne manquait pas d'atouts dans sa manche.
Willow
Revenir en haut Aller en bas
Solal Yarhi
Invité
avatar
Solal Yarhi
Dim 22 Nov - 15:38
La ville, ou plutôt la bourgade de Wichita Falls était en pleine expansion.
Le port aérien était encore en construction, mais à ses pieds foisonnaient des boutiques et les prémices d'une gare et de techno-magies descendues d'Emerald.
Petit à petit, les maisons de bois s'étaient faites plus nombreuses, se transformant en pierre et en fer à mesure que la colonisation avançait. Le métissage n'était pas rare, mais encore bien mal vu malgré l'amabilité - forcée par les années- des peuples indiens.

Solal, lui, regardait tout cela d'un avis complètement détaché.
Wichita Falls, à l'avenir serait peut-être un port d'attache intéressant si leur marché se portait bien et qu'il n'était pas gangréné par les petites frappes et autres teigneux de l'Ordre et de la Croix. Mais pour l'instant, le pirate ne regardait qu'avec grimace ce pauvre bout de métal rustique, un peu plus bas que la vraie et future construction, qui leur permettait d'amarrer le navire à mi-hauteur, en laissant les moteurs ronronner le temps de charger ou décharger.

Mais bon... le perse ne pouvait pas tellement se plaindre. C'était le seul semblant de port aérien dans le coin. C'était soit ça, soit être obligé de s'amarrer sur une des villes maritimes...
Vivement qu'ils se cassent d'ici...

Le sourire insolent de Willow retrouva rapidement son miroir sur les lèvres du perse. Si à présent, la hache de guerre était déposée et les coup bas plus rares, ce n'était pas pour ça que le jeu ne continuait pas un peu entre eux. Solal refusait de perdre contre la rouquine...
L'évocation du Capitaine lui fit froncer les sourcils.
Trappen et lui s'entendaient à merveille, l'un étant l'ombre de ténèbres de l'autre mais le pirate savait que le paiement de la dette qu'il lui devait à présent ne serait pas de tout repos. Loin de là.

- Je suppose que tu as réussi à convaincre Trappen. A-t-il déjà défini le prix à payer ou est-il prêt à entendre ma propre proposition ?

D'une main, Solal fit signe à Willow de le suivre, et hocha la tête.

"- Il a surement sa petite idée mais proposes toujours. Tout dépendra de quoi tu es capable... "

Le persan ne mettait pas vraiment en doute les capacités de la fée, même s'il savait qu'elle n'était pas tout puissante non plus. Trappen avait simplement souri à la fin de leur discussion et après tout, Solal avait obtenu gain de cause non ? Il n'allait pas non plus protéger Willow contre son Capitaine. Elle voulait voyager sur le Souffle Gris ? très bien.

Quelques minutes plus tard, les planches du pont grincèrent sous les pas de Solal et Willow.
Discrètement, le souffle du Second se fit plus tranquille. Etre là, c'était devenu une seconde nature avec les années.
A terre, il semblait suffoquer, entravé. Autour d'eux, certains pirates finissaient de charger des caisses de rhums et d'autres denrées plus ou moins légales, et le perse quelques signes de têtes en guise d'accords, de salutations.
En tant que responsable de l'équipage, il se faisait un devoir viscéral de veiller sur eux, avoir les yeux un peu partout ou presque. Quelques regards curieux se posèrent sur l'ombre de la rouquine.
Encore une ?
Quelques froncements de sourcils, un poil suspicieux, suivirent, les superstitions - pas si infondées que ça - avaient la vie dure et une femme, étrangère à l'équipage, sur le navire perturbait toujours un peu au début.

Tout en la dirigeant vers la cabine du Capitaine, Solal jeta un coup d'œil à Willow. Il faudrait qu'il fasse le point avec les gars, histoire d'éviter les emmerdes, vu le tempérament de feu de la fée. Avec elle aussi...

"- 'Leur cherches pas noises et tout ira bien. Ils sont juste un peu méfiants mais pas mauvais. On fera les présentations après ... le Capitaine t'attend"

Du regard, il lui désigna la porte, finement ouvragée d'arabesques boisées, où se croisait furies et faucheuses entre des épines. La balle était dans son camp maintenant, et le Second héla un de ses camarades avant de se diriger vers lui par petites foulées.
Une dernière fois, il se retourna, le visage à moitié caché par ses foulards mais un bref sourire sur les lèvres.
Un sourire presque amical.

"- Quand t'auras fini, viens me retrouver à la proue. "

Willow était une grande fille.

~

A l'intérieur de la cabine, décorée façon un peu baroque, sans pour autant être somptueuse, la silhouette de Trappen se pencha un peu plus à son bureau en voyant la fée entrer.
Un cigare au bord des lèvres, le sombre Capitaine jugeait la fée d'un œil critique.

"- Asseyez-vous... Alors, c'est vous la Némésis de Solal ? " Dans sa voix, flottait une sorte de moquerie, autant vis à vis d'elle que de son subordonné. "- Il m'a dit que vous vouliez voyager sur mon bâtiment... Vers quelle destination ? "
Kris Trappen était peut-être un pirate, mais le Capitaine avait roulé sa bosse, et gérait avec génie les négociations, âpres ou sanglantes. Ces jeux de mots où se cachaient les craintes, les doutes et la nervosité.
Le statut de fée de Willow agaçait et réjouissait à la fois le Capitaine. Il les savait têtues, mais la confrontation de leur deux natures contradictoires, opposées à l'extrême faisait miroiter cette conversation comme un challenge à ses yeux.
Au fond, il se demandait aussi quel état son pire cauchemar...
Il bougea légèrement, et ses jambes de métal grincèrent sous le bureau.

"- Pourquoi j'accepterais de vous embarquer ? "


La question était simple. Nette et aussi précise que le sabre à sa ceinture. Trappen laissait Willow exposer ses arguments, l'observant attentivement de ses yeux noirs aux légers reflets gris acier sous la lumière.
Ensuite viendrait ses conditions.

Solal Yarhi
Revenir en haut Aller en bas
Willow
Invité
avatar
Willow
Dim 13 Déc - 23:26
Combien de temps cela faisait-il depuis leur dernière rencontre ? Un peu plus d'un an sans doute, et malgré les discussions à travers les faces nacrées du cristal, des choses changeaient, imperceptibles tant qu'il n'y avait pas de vrai face-à-face. Ainsi, ce n'était que maintenant que la rouquine se rendait compte que l'aura de Solal avait changée. Vrillant ses yeux bleus sur la silhouette du pirate, Willow le jaugeait, un sourcil levé. Tiens donc, il n'était plus aussi humain que cela ; elle discernait une part non négligeable de magie en lui, chose qui la surprenait au premier abord, mais qui pourrait sans doute se révéler très amusant par la suite... le Feu-Follet sourit à cette perspective. Restait à découvrir dans quelle mesure sa nature avait changée.

- Très bien, je verrais ça.

La traversée du pont du Souffle Gris ne se fit pas franchement discrètement. Opulente chevelure rousse ou simple fait d'être une femme, Willow attirait les regards des flibustiers à bord, plutôt interrogateurs et méfiants ; les superstitions avaient la vie dure sur un bâtiment de ce genre. Mais pour le moment, la jolie rousse n'en avait cure. Ils auraient bien le temps de s'amuser plus tard. Willow adorerait leur prouver la véracité de certaines croyances...

Mais, à croire qu'il avait perçu ses pensées, Solal se retourna et lui conseilla de ne pas chercher les problèmes avec le reste de l'équipage pirate. Willow tira une moue boudeuse, sarcastique.

- Dommage, j'imaginais déjà quelques tours à leur jouer... je pourrais toujours me rabattre sur toi dans ce cas.

Un sourire insolent se dessina sur ses lèvres, avant que son regard ne se porte sur la cabine du capitaine du Souffle Gris. L'entrée de l'antre du Kraken, ou quelque chose dans ce goût-là, vu les décorations du battant extérieur. Rien de très engageant, en somme, mais la rouquine n'allait pas reculer pour si peu. Adressant un clin d’œil de connivence à Solal qui s'éloignait, le Feu-Follet poussa la porte de la cabine et pénétra à l'intérieur.

L'intérieur était assez peu éclairé, avec une décoration lourde. Un grand bureau trônait au centre de la pièce, recouvert de cartes et d'instruments de navigation de toutes sortes – Willow aurait eu peine à les nommer chacun – et derrière lui se tenait le capitaine Trappen, sans doute l'élément le plus ténébreux finalement que contenait la pièce. Habituée à la noirceur des bois profonds, la rouquine avait pourtant presque envie d'éclairer la pièce avec une nuée de feux-follets bleus. Elle s'assit de l'autre côté de la table, un sourire aux lèvres, mais le regard sérieux. Les négociations avaient déjà commencées, derrière l'affabilité du capitaine.

- Némésis... je suis flattée d'avoir un tel surnom.

Elle eut un petit rire, comme en réponse au ton de moquerie de Trappen. Elle n'était pas dupe, les yeux de glace du capitaine démentait ses propos. Cet homme qui respirait les ténèbres était des plus dangereux, mais pouvait-on franchement s'attendre à autre chose ?

- Je souhaite avant tout quitter ce maudit continent qu'est l'Amérique et retourner en Europe. Qu'importe votre itinéraire cela dit et le temps que cela prendra ; personne ne m'attend.

Voilà pour les motivations. Le ton était volontairement léger, comme si la jeune femme ne prenait pas le sujet au sérieux. Après tout, le plus important était toujours à venir, et il lui semblait judicieux de garder quelques atouts dans sa manche. Une étincelle brilla dans ses pupilles quand la question cruciale tomba.

- Pour la simple et bonne raison qu'aussi longtemps que vous me tolérerez à bord, vous pourrez profiter de ma magie. Protection ou puissance de feu supplémentaire... vous aurez bien l'occasion de voir ce dont je suis capable.

Son sourire s'élargit. C'était sa seule raison, mais elle était conséquente ; et si Trappen refusait, alors c'était le dernier des idiots.
Willow
Revenir en haut Aller en bas
Solal Yarhi
Invité
avatar
Solal Yarhi
Lun 8 Fév - 16:37
Derrière son sourire mauvais, le Capitaine du Souffle Gris observait la fée.
Son ton désinvolte, et cette assurance aussi irritante qu’une ortie.
Typique.
Une gamine aux yeux du pirate, bien trop sure d’elle pour ne pas se brûler les ailes… Sa première pensée fut que Solal était tombé bien bas pour se faire manipuler par ce microbe aux cheveux de feu, mais Trappen devait reconnaître que l’aura de Willow avait quelque chose d’hypnotique.
Magie ou simple présence, il n’aurait su le dire...

Seulement, ici, elle n’aurait rien.
Aucune prise sur son territoire et le vieux loup de mer s’en assurerait.
Les coudes posés sur le bureau, les mains croisées devant sa bouche, il l’écouta énoncer ses souhaits. Ironie de la situation pour un être capable de les exhausser pour les autres…

Quitter un pays de bouseux qui se croyaient conquérants pour retourner aux origines des dits bouseux en gros.
L’amour de sa patrie d’origine ne faisait pas partie des sentiments de Trappen, l'Allemagne bien vite noyée dans sa mémoire, et de manière générale, le pirate n’appréciait l’Amérique pour que les libertés qu’elle pouvait offrir dans certains domaines…
En somme sa demande n’était pas très complexe, mais la rouquine pouvait réserver des surprises, et pas des plus agréables.
Pour en avoir côtoyé un certain nombre dans la Forêt Noire en plus des traces de sang féerique qui coulait encore dans ses veines, Trappen se méfiait de ces peuples. Il se souvenait des coutumes de son propre clan, mais surtout de cette haine, cette intolérance face au progrès.
Ce rejet féroce qui ne l'avait que pousser plus loin, toujours plus loin. Obtus et se croyant ancestrales, les fées ne lui inspirait désormais qu'indifférence et envie de les contrarier.

Qu’elle soit une femme n’était pas un fait dérangeant en soi, puisque l’équipage en comptait quelques-unes mais cette Willow était une étrangère.
A leurs lois, à leur monde.


Le sourire du Capitaine s’élargit aux derniers mots de la fée, avant d’éclater franchement de rire, un poil grinçant. Le ton de la jeune femme avait fait céder le dernier verrou au désir curieux du Capitaine.
Ses jambes émirent un bruit de chaines sinistres alors qu’il basculait légèrement sur le dossier de son fauteuil, fixant Willow.

« - Ce n’est pas la modestie qui vous étouffe. Qui pensez-vous que nous sommes pour vous croire ainsi supérieure … ? » L’obscurité de la pièce semblait devenir plus opaque, plus noire encore que le cœur de cendre du Capitaine à mesure qu’il parlait. Souriant, mais ses prunelles, elles, ne reflétaient que défi et froide dangerosité. « - Vous avez raison sur un point… Vous ne serez que tolérer. Prouvez-moi que vous valez la peine qu’on vous embarque… Et dites-moi Bradhadair… quelles sont ses flammes ? »
Du menton, il indiquait une lueur dansante derrière la fée.

Les ténèbres avaient envahi la pièce, la cabine n'existait plus. Autour d'eux, le sol s'était fait terreux, empli d'une odeur de fer et de fumée.
Au loin, des ombres courraient, diables sombres, comme faits de filaments grisâtres... avant de s'éteindre dans une Nuit sans fin.
Seuls restaient les crépitements de flammes gloutonnes et des cris, ténus pour devenir de plus en plus proches.

Souffrance. Douleur.

"- ASHHES ! "

Le cri retentit d'un seul coup.
La voix, déformée, n'avait plus tellement le timbre de sa propriétaire, comme altérée.

"- Maman... "

Scène jouée et rejouée maintes fois dans l'esprit de la fée, aussi malléable qu'un jouet face au pouvoir du Capitaine.
Peut-être était-ce dû à sa double nature et surtout à celle de sa victime, mais le cauchemar révélé avait donné à Trappen quelques informations bien utiles. Il avait compris ce murmure, ce nom caché derrière les flammes, mais ne comptait pas vraiment s'en servir.
De toute façon, il n'aurait pas pu, sa nature d'androïde avait dévoré ce pan de son existence.

En retrait, il semblait s'être levé et même s'évaporer tandis que l'environnement semblait encore plus réel.

Le pouvoir de l'âme noire du navire était impressionnant, mais son but cette fois n'était pas de profiter du choc émotionnel pour tuer Willow. Il voulait l'ébranler, la faire descendre de ses grands chevaux et surtout, la tester.

Tout un chacun était capable de briser la vision, nul besoin de magie pour cela. Il fallait juste avoir l'esprit suffisamment solide et la conscience que rien de tout cela n'était la réalité.

Seulement, entre la logique et le ressenti, l'esprit se perd bien souvent.


A l'extérieur, Solal détourna un instant le regard vers la cabine. La magie du Capitaine était instable, et semblait vouloir gagner du terrain sur la pièce, engloutir tout... Mais le perse était habitué aux colères monstrueuses ( il ne remercierait jamais assez Duca pour ça d'ailleurs...) , aux facéties de son supérieur et était parfaitement conscient de ce qui se passait là-bas.

Lui, était habitué au pouvoir de Trappen, même s'il ne s'y était pas confronté depuis... un certain temps. Levant les yeux au ciel, il soupira légèrement. Willow avait dû faire preuve de diplomatie tiens...
Quelques minutes, et ça devrait s'interrompre.


Solal Yarhi
Revenir en haut Aller en bas
Willow
Invité
avatar
Willow
Sam 5 Mar - 22:10
Sans se départir de son sourire un peu moqueur, Willow exposa, très simplement, la raison pour laquelle elle souhaitait voyager sur le Souffle Gris. En soi, elle aurait très bien pu emprunter un autre vaisseau retournant vers l'Europe, mais elle avait un marché à régler avec Solal. Et leur récentes conversations cristallines l'avait poussée à le conclure dès maintenant.
Le petit jeu des mensonges se finirait bientôt... il serait alors temps d'en mettre en place un autre. Car le Feu-Follet ne comptait pas se débarrasser aussi tôt de son joujou favori. Ce serait bien trop dommage !
Leurs duels d'insultes, de grimaces, de sourires qu'ils soient mystiques ou cruels... jamais elle n'y mettrait fin.

Mais pour le moment, ce n'était pas les yeux bleu lagon de Solal que Willow affrontait, c'étaient ceux pâles, insensibles et froids du capitaine Trappen. Le pirate avec un regard qui glaçait l'échine de ceux qui le croisaient. Pourtant, ce n'était pas ses pupilles fantomatiques qui faisait grincer Willow des dents, mais bien ses prothèses mécaniques grinçantes sous la table du capitaine ; la jolie rousse serrait les mâchoires à s'en faire mal, tant ce bruit lui était insupportable, dégoûtant... artificiel.

À bien examiner le capitaine – tant que faire se pouvait, vu que l'obscurité était quasiment totale – Willow décelait malgré quelques traces de magie, étouffées, mourantes. Le passé de Trappen l'intéressait bien peu, mais elle se demandait d'où venaient ces pauvres résidus. Ruines d'une ancienne vie magique ? Était-il possible que le terrifiant personnage en face d'elle ait été son semblable, une fée ?
Quelle décadence alors, d'avoir accepter la technologie comme partie intégrante de soi-même.

L'âme de Trappen n'était pas brisée en morceaux, déchirée comme celle de Zahnfee : c'était pire encore. Détruite, damnée, corrompue jusqu'à son essence-même, et ce à jamais.

Trappen rit, une fois que Willow lui eut exposé ses souhaits. Un rire moqueur, grinçant, si peu engageant. Mais la fée, joueuse, ne répondit que par un sourire à la question du capitaine, un sourire un peu désolé... condescendant, presque. Sourire qui s'effaça à la suite de ses propos.

Les prunelles bleues de la jeune femme s'étrécirent, à l'entente de son véritable nom. Bradhadair... comment savait-il ? Avait-elle sous-estimé le pouvoir qu'il détenait encore ? Willow ne quitta pas les yeux du capitaine, comme si elle le défiait, avant de perdre pied.

Il faisait noir maintenant, et sous les souples bottes de la fée, le bois devint terre, les murs se firent arbres. Un environnement bien trop familier à la jeune femme... mais pas dans le bon sens. La fée serra les poings, l'odeur du chaos lui filant une doucereuse nausée. Les odeurs sont de merveilleuses porteuses de souvenirs... mais celui-là, il était indésirable ; Willow s'était trop évertuée à l'enterrer sous le rire et la cruauté pour le laisser resurgir si facilement !

Et pourtant.

Obéissant sans le vouloir à la volonté de Trappen, elle se retourna. Regarda les flammes. Le premier cri la fit tressaillir... c'était la voix fluette d'une autre elle. D'une enfant qu'elle avait abandonnée bien des années auparavant, pour n'avoir plus à en supporter la faiblesse.
La rouquine, la mine fermée, ne quittait pas la scène des yeux. Pleurer ? Pourquoi faire ? Elle avait déjà versé trop de larmes sur ce souvenir, sur ces corps sans vie.

Elle n'en ferait pas couler une de plus.
Rien ne filtrerait d'elle, qui montrerait à quel point son cœur était déchiré.
Mais entre ce qu'on veut faire croire et ce qu'on laisse voir, il y a un fossé.
Alors non, aucune larme, mais quiconque scrutant son visage à cet instant pouvait y voir une véritable souffrance.

C'était un test, l'évidence la frappa comme un coup de poing au ventre. Pourquoi alors Trappen s'amuserait-il à lui montrer le plus douloureux de ses souvenirs ?


Vas-tu pleurer comme une fillette qui a perdu son chemin ?
Non...
C'est toi qui perds les autres dans le noir.


Willow déglutit. C'était le passé. Juste le passé. Rien de plus. Sa voix était plus grave, plus... sérieuse, quand elle reprit la parole.

    - Si vous comptiez me voir flancher, c'est raté. Je suis assez solide pour être... tolérée parmi vous, quoi qu'il arrive.


Pour faire bonne mesure, elle traça d'un trait magique un sillon de flammes qui déchira l'illusion des cadavres d'Ashe et Holly. Dean disparut et la cabine de Trappen réapparut. De son souvenir ou de la décoration, Willow ne sut dire lequel des deux était le plus sinistre. C'est en tout cas un Feu-Follet bien calme qui se retourna vers l'âme noire du Souffle Gris. Au moins avait-il réussi à lui ôter sa gaieté malvenue, mais la fée étira néanmoins les coins de ses lèvres.

    - Hé bien, capitaine, cette preuve vous suffit-elle ?


***

Après les ténèbres glauques de la cabine du capitaine, la lumière du soleil était insupportablement aveuglante. Willow cligna des yeux à de nombreuses reprises pour se réhabituer à l'éclat du ciel.
De l'autre côté du vaisseau, les foulards colorés de Solal claquaient sous la brise. En grande discussion avec un autre membre de l'équipage, celui-ci le quitta un peu avant que la rouquine n'arrive à la proue du navire.

    - Je n'avais pas fait attention... mais je sens davantage de magie en toi. T'aurait-on fait don d'un autre cadeau empoisonné ? J'espère qu'il ne surclasse pas le mien...


Elle avait retrouvé son sourire moqueur, ses yeux pétillants... dissimulant de son mieux son malaise.
Il finirait pas passer, quand elle n'y penserait plus, qu'elle serait occupée à sortir Solal de ses gonds, ou presque.
Elle ne se lasserait jamais de le titiller.
Willow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Amérique :: États-Unis-
Sauter vers: