Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Aller à la page : Précédent  1, 2
Elrick Green
Invité
avatar
Elrick Green
Dim 26 Aoû - 21:12
L'art de prouver qu'on est bien le bon auteur, c'est de ne pas se tromper de nom lorsqu'on réclame anonymement des écrits sur un personnage.

Le Marchand de sable s'appelait Alabaster Green. Elrick est un autre de mes personnages, sur un autre forum, lui aussi avec une affection particulière pour les poudres.
Mais il n'empêche que j'apprécierais votre aide sur le sujet ^^
Elrick Green
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Mer 29 Aoû - 13:06
Bonjour Alabaster.

Tu as eu de la chance qu'on passe par ici et surtout qu'on voit le message après près de cinq mois de fermeture. Le Discord a fermé bien avant la fermeture du forum, quant aux inscriptions elles sont closes car le forum a cessé son activité et nous ne voulions laisser aucun doute sur son statut.

Nous te laissons la fiche à la suite et te souhaitons bonne continuation.

Spoiler:
 

Code:
<center><div class="fond_principal"><div class="titre_principale">Il était une fois...</div><!--

      --><table width="100%"><tr><td width="220">
      <!--
      --><div class="titre1">Derrière l'écran</div><div id="slides"><div>  <p><!--

      --><b>Pseudo</b> - Xelhios. Wyrian, ici, dernièrement.
    <b>Avatar</b> - Doctor Strange ° Marvel Cinematic Universe
    <b>Comment as-tu connu le forum ?</b> - Par errance. Totale. Et au risque de me répéter, je ne regrette pas une seule seconde que la providence me montre un truc aussi cool ^^<!--

      --></p>  <img alt="Mon image" src="https://image.noelshack.com/fichiers/2017/10/1489261793-64e338ae41456c5c7e957baa0190d463.png" /></div></div></td> <td>
      <!--
      --><div class="titre1">Rapide portrait</div>
      <div class="bloc_texte1">
    <b>Personnage de conte</b> - Le Marchand de Sable ° Folklore.
    <b>Nationalité / Origine</b> - Canadienne.
<b>Âge</b> - 34 ans.
    <b>Profession</b> -  Sorcier de profession (spécialisation vente de sommeil)
    <b>Groupe</b> - Sorcières.
    <b>Pouvoir</b> -  Alabaster peut ressentir des phénomènes immatériels. Comme la magie, ou les rêves, par exemples. Ils lui apparaissent sous forme de sons, de lumières, de sensations.
      </div>
      <!--
      --><div class="titre1">particularités</div>
      <div class="bloc_texte1"> [b][i]Oniromancie [/i][/b]Alabaster est oniromancien. Ses pouvoirs sont tournés vers le rêve, vers le sommeil. De manière non-exhaustive, il peut créer des illusions (des sortes de rêves éveillées, et des images et des sons) ou mettre en bouteille des rêves et du sommeil (créés à partir de rêves déjà existants). Cela s'apparente, en pratique, à de la magie en bouteille. Pour autant, il peut infuser un objet de sommeil, ou de cauchemars (un bijou, un vêtement, un objet consommable...). Les contrecoups sont variables (comme pour n'importe quel magicien).

[b][i]Le Morpheus [/i][/b]Alabaster tient un magasin de sorcellerie à la marchandise particulière, situé dans les rues d'Emerald. Entre les murs du Morpheus, vous pouvez acheter votre sommeil (pour des prix variables). La marchandise propose des rêves au contenu à choisir, des micro-siestes pour les gens pressés, des cauchemars à « offrir ». Alabaster peut vendre quelques illusions, mais ce n'est pas son commerce premier.

[b][i]Vous avez une baguette ? [/i][/b]Son catalyseur (pour l’oniromancie) est un anneau noir, sans décoration, sombre.

[b][i]Pomme de reinette et pomme d'api. [/i][/b]Il raffole des pommes. C’est son fruit préféré, et il en a toujours une à portée de main.

[b][i]Micro-sieste. [/i][/b]Alabaster ne dort jamais longtemps. Il utilise sa magie pour concentrer une bonne nuit de sommeil en une sieste rapide et sans rêves. Il ne veut pas perdre de temps.

[b][i]Cette chose, là. Vous êtes né avec ?[/i][/b] Son paternel le voulait aubergiste à sa suite, et sa mère ne pipait mot. La magie, il l'a apprise dans les grimoires de son oncle (le mari de la soeur de sa mère), un sorcier avec très peu de talent, et ce plus ou moins à son insu. Ses parents n'ont pas vraiment approuvé qu'il se consacre à la sorcellerie, au point qu'il les a très vite quitter pour vivre avec son oncle (la formulation exacte serait: "Ils l'ont très vite mis à la porte"). Ils sont tous les deux décédés, et sa tante à hérité de la maison (qu'il a ensuite racheté). Ce qui lui fait une maison au Canada, vide pendant de longs moments. A louer.

[b][i]Le monstre sous mon lit. [/i][/b]Le magicien, au fur et à mesure qu’il apprenait son art dans des grimoires poussiéreux d’un oncle absent, concentrait dans son sommeil des cauchemars et des terreurs nocturnes tellement saisissantes de réalité, qu’il était terrifié à la simple idée de dormir. En vérité, le magicien ne peut pas s’injecter de rêves positifs, même maintenant. Il ne sait pas ce que c’est de rêver : si jamais il dormais autrement que sans son sortilège de sommeil lourd, il ferait probablement des cauchemars horribles.

[b][i]Et vous êtes parti où, en vacances ? [/i][/b]Sa boutique possède des chambres, à disposition de ses clients. Il aime parfois s’incruster dans les rêves qui traînent dans les vapeurs de son domaine. Il ne peut pas modifier un rêve de l’intérieur, sauf si le rêve à été fait pour ça en premier lieu. Lorsqu’il se promène dans les rêves environnant, il semble en pleine méditation, assoupi. Il n’est plus dans son corps, ce qui le laisse relativement vulnérable. Pour ce faire, il a besoin d'un contact visuel avec sa cible.

[b][i]Art et songe. [/i][/b]Alabaster est un bon danseur. Et un mélomane correct : il passe parfois son temps au théâtre, dans des concerts, à l’opéra. A ses yeux, l’art dans toute ses formes est une matérialisation des rêves dans le réel qu’il n’a jamais réussi à obtenir. C’est fascinant, pour lui.

[b][i]Vous lisez quels journaux ? [/i][/b]Le magicien se tient informé des teneurs de la magie dans le monde. Si il surveille la politique de très loin, les histoires concernant l’entreprise Marraine la Bonne Fée, ou les sorcières au travers le monde, ou simplement les ragots de l’occulte, il est pour l’instant loin d’être un acteur de ces événements. Même si, lentement, il émet l’hypothèse de voyager.

[b][i]Tu t'es vu, un peu ? [/i][/b]Il a eu quelques relations non sérieuses avec quelques femmes, suffisamment en tout cas pour faire jaser les commères d’Emerald. Alabaster n’est pas considéré comme un bon parti, et plusieurs le regarde avec une forme de rejet différé, car assumant pleinement au jour le jour être un sorcier.

[b][i]Personne n'est parfait. Et sûrement pas vous. [/i][/b]Si Alabaster est plutôt bon cuisinier, un danseur doué (vraiment) et un sorcier efficace, c’est un dessinateur exécrable , un piètre musicien et un très mauvais conducteur. Il n’a aucune sensibilité avec les animaux et préfère de loin se promener sur un bateau volant sur des vents ensorcelés que sur un cheval. Brrr. Un cheval. Sale bestiole.

[b][i]Pouvons nous vous aider ? [/i][/b]Son personnel, au Morpheus, se compose d’un groupe aux petits soins avec les personnes souhaitant dormir dans la boutique. Il en est patron et propriétaire, et le seul à faire de la magie dans toute la boutique. Lui seul vend des sortilèges, mais ça n’implique pas que vous tombiez sur lui quand vous passerez la porte du magasin: ses employés seront à votre écoute.

Son commerce et son activité lui ont donné le surnom de Marchand de Sable (ses sortilèges ressemblant tout de même beaucoup à diverses poudres). Amusé, il l’utilise encore.
      </div> </td></tr></table><!--

    -->
      <div class="titre1">caractère</div><!--
      -->
      <div class="bloc_texte2"> Alabaster est un oignon. Cette phrase fait une sublime introduction.

Le Marchand de Sable est quelqu’un, en première couche, d’agréable. Doté d’humour, plutôt intelligent et avenant, c’est quelqu’un de détendu et d’assez joyeux chaque jour qui passe. Il semble toujours apaisé, calme, un peu moqueur par moment. Ses yeux bleus pétillent, sa bouche s’étire souvent en un sourire, son esprit vagabonde beaucoup.

Le magicien passe souvent plus de temps à se promener dans les rêves des gens plutôt que dans la réalité. Il est un peu tête en l’air, toujours impliqué dans des affaires de magie, de fantaisie. Il aurait pu faire écrivain, si il avait eu quelques dons pour la plume. Il est assez imaginatif, ouvrant sur le monde un regard presque enfantin: chaque chose est une matière à transformer en rêve, chaque particule de l’univers un matériaux onirique possible. Chaque personne, un individu nouveau et particulier. Il aime créer, penser, rêver.
Pour autant, on remarquera sa froideur caractéristique. Elle n’est pas voulu, et ne se traduit par de la méchanceté ou de la condescendance: Alabaster traite tout le monde de la même façon, et ne s’implique jamais à fond dans une relation. Il semble toujours préoccupé par autre chose, par un univers ouvert à lui seul. Il est peut-être agréable, mais considérant le fait qu’il agit de la même façon avec toute personne sur son chemin, on considère assez vite qu’on est pas proche de lui, qu’il est plutôt froid, plutôt distant. Au mieux, on est son ami, mais cela s’arrête là. Ses yeux bleus pétillent peut-être de bonne humeur, mais ils n’en reste pas moins froids. On dirait deux particules d’hivers logées dans des orbites humaines.

Enfin, analogiquement le coeur de l’oignon, Alabaster est implacable. Intransigeant, et sans merci. C’est un peu le coeur de son hiver mental: une parole donnée ne peut-être retirée, et toute magie à une prix (c’est pas de lui, cette citation). Toujours. Ses sentiments s’expriment à la manière d’un blizzard: glacial, violent et sans merci.
      </div>

      <div class="titre1">passage sur la piste</div><!--
      -->
      <div class="bloc_texte2">Karl réajusta sa casquette et inspira un grand coup. Il se tenait debout sur le trottoir, les mains dans les poches et les yeux scrutant la rue. C’était une longue allée, peu peuplée, traversée quelques fois par un fiacre. Une boulangerie invisible déversait ses odeurs de pain doré dans les airs, et un fleuriste s’affairait avec un bouquet de rose deux maisons plus loin. Deux vieux jouaient aux échecs, assis devant une vieille maison, et un homme en haut-de-forme, sac en cuir distendu à la main, discutait avec une matrone. Karl, jeune rouquin aux yeux vairons, se tenait pour sa part au pied d’un lampadaire éteint (la lumière de cette fin d’après-midi suffisant largement) devant une enseigne de sorcellerie.

La maison était plus haute que large, dans les tons sombres. Elle possédait deux étages, quelques vitres et du lierre grimpant sur la moitié de la bâtisse. La porte de bois rouge surmontant le perron était munie d’un heurtoir d’argent un peu terni. La cheminée soufflait une fine fumée, et tous les rideaux du rez-de-chaussé étaient tirés, comme si une colonnie de gens y roupillait paisiblement. Un panneau, au dessus du battant, indiquait écrit à l’encre rouge « Bienvenue au Morpheus ». Le jeune homme posa son regard sur la porte, puis en deux pas grimpa sur le perron et frappa avec le heurtoir deux coups. Il attendit un court instant: suffisamment long pour qu’il suppose avec précipitation les gérants absents et qu’il décide de partir, et suffisamment court pour que la porte s’ouvre juste au moment où il commençait à tourner les talons. Une jeune fille se tenait dans l’embrasure de la porte.

« Oui ? »

Karl dégluti. Elle était plutôt mignonne, avec deux grands yeux verts et une tresse un peu lâche.

« J’ai une livraison pour monsieur Green. »

Elle s’écarta et le fit entrer. La porte d’entrée, située à droite de la maison, donnait sur un hall tout en longueur. Le mur de droite, teint de rouge sombre ou boisé, supportait divers tableaux, qui eux-même encadrait une massive horloge à balancier. Le mur de gauche s’ouvrait lui à trois reprises: une double porte fermée, un couloir et un double escalier (l’un menant au sous-sol, l’autre à l’étage). Levant la tête, Karl remarqua que les escaliers donnaient sur une mezzanine (supposément le premier étage) qui elle donnait sur le hall d’entrée.  Le mur du fond présentait une porte vitrée, brillant dans la lumière du soleil et s’ouvrant sur un jardin. Quelques fenêtres, dans les murs, abreuvait le hall en lumière.La jeune fille lui fit signe de la suivre, et monta à l’étage. En passant, Karl jeta un coup d’oeil dans le couloir: il ne contenait rien, si ce n’est deux portes (l’une donnant sur la pièce à double porte, l’autre… ailleurs). L’escalier descendant menait lui aussi à une porte. Beaucoup de portes, dans cette maison. En passant, le jeune homme entendit des rires derrières le battant. A l’étage, sur la mezzanine, il se retrouva face à une porte simple, fermée. Sur sa gauche, là où l’entraînait la jeune fille, il y avait une double porte grande ouverte donnant sur un bureau.

Les murs étaient couverts de livres: grimoires, parchemins, romans, bibelots s’entassaient sans fin sur les étagères qui encadrait la pièce. Sur la moitié du mur gauche, cependant, une plaque de métal stylisée présentait des armes blanches, décoratives, ou des pièces d’amures. Dans un angle, au fond, différents pots laisser des plantes vertes pousser en liberté. Une large fenêtre donnant sur la rue trouait le mur du fond, juste au-dessus d’un massif bureau de chêne. Situé à côté d’une cheminée de pierre rougeoyante de braise, il était couvert de papiers divers et variés, de grimoire ouvert, de coffret. Un homme y était attablé, et semblait faire ses comptes: d’une main il écrivait sur une longue feuille de papier, de l’autre, il rangeait des petits sacs remplis d’Émeraudes dans une petite boîte. La jeune fille se racla la gorge. Il leva les yeux.

Il devait avoir environ la trentaine. Quelques cheveux blancs se apparaissaient au-dessus de ses oreilles, mais le reste de sa tignasse était d’un brun profond. Son nez était plutôt large, ses pommettes légèrement saillantes, ses doigts fins et ses mains puissantes. Ses yeux étaient bleus, froid, contrastant avec son expression amicale. Il sourit et se leva.

« Merci Maïa. »

La jeune fille hocha la tête et sans un regard pour Karl, disparu dans les escaliers. Le sorcier contourna son bureau et s’approcha du jeune homme.

« Oui ? »

« Je… euh je suis là de la part de Madame Lyvish. Pour son paiement. Elle était souffrante, elle n’a pas pu faire le trajet. »

Le sorcier tendit la main. Karl remarqua un anneau porté au pouce droit, seul bijou du magicien. Puis il comprit que Green ne lui montrait pas sa bague, mais qu’il attendait quelque chose. Avec précipitation, il tira de son sac un petit sac de tissu vert, dont il sortit un attrape rêve fait de bois, de corde, et de plume qu’il tendit à Alabaster.

« Voilà. Il contient l’équivalent de trois jours de rêves précédant le mariage d’un jeune couple. Pleins d’amour, de doute, de supposition. Je suppose, j’ai jamais été marié. »

Le sorcier l’attrapa, se tourna vers la fenêtre et l’observa à la lumière du jour. Karl ne vit rien, mais il supposa que le sorcier voyait des choses apparaître dans le cercle de l’amulette. Ou peut-être vérifiait-il juste qu’il était intact. Peut-être satisfait, il se dirigea vers la deuxième porte de la mezzanine, qu’il poussa. Karl n’eut que le temps de voir tout un pan de mur recouvert par des attrapes-rêves, auquel Alabaster accrocha l’amulette. L’instant d’après, il était ressorti.

« Je...euh, je peux vous posez une question ? »

Le sorcier se retourna vers lui, puis sourit à nouveau.

« Bien sûr. Mais ça ne garanti pas que je vais te répondre. »

« Pourquoi collecter des rêves ? Vous ne les fabriquez pas ? »

« Oh si. C’est juste pour une petite expérience. Qui ne te regarde pas. »

Le magicien n’avait pas changé d’expression, mais quelque chose dans ses yeux parut signifier la fin de la conversation.

« Suis moi, je te raccompagne. Merci d’avoir transmis le paquet de madame Lyvish, c’est très gentil à toi. »

« Vous savez, c’est ma tante, alors dans l’idée c’est juste un petit service. »

« C’est déjà bien, de rendre un service sans rien attendre en retour. »
      </div><div class="titre2">(c) fiche crée par rits-u sur <a href="http://epicode.bbactif.com/">epicode</a></div><!--

      --></div></center>


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: Fumoir - Sofas et encens :: Compagnons de voyage-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: