Ruser comme un renard

 :: L'Asie :: Japon Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Lun 8 Fév - 10:08
C’était le début de l’après midi et Félix avait chaud.
Le paysage formait un immense damier verdoyants où sa silhouette se confondait avec les champs de riz. On apercevait à peine le chemin de terre battue qui serpentait entre les parcelles sur lequel le chanceux progressait doucement.
Dans les champs, le soleil tapait très fort sur les nuques malgré les larges chapeaux pointus que portaient les japonais. Le champ des oiseaux bourdonnait aux oreilles au point de vous étourdir.

Félix, crâne nu, s’était finalement délesté de son manteau et de son veston qu’il avait glissé dans la fine valise qui lui servait de modeste bagage. Sous cette étouffante chaleur, le rouge lui était monté au visage. Il avançait alors la truffe au vent, guettant la moindre brise qui l’aurait soulagé quelque peu de la canicule.
Il avançait peu à peu, l’esprit braqué sur sa progression mais le regard errant sur ce décor enchanteur.
Il savait que le prochain village n’était pas loin.

Le joueur décida de s’accorder tout de même un bref répit, sa valise en guise de siège. Il essuya d’un négligeant revers de poignet une goutte de sueur brûlante qui s’écoulait sur son front. Puis il passa la main sur l’arrière de sa nuque comme pour la soustraire vainement aux rayons meurtriers du soleil.

Il détonait, Félix. De part ses traits et la couleur de ses cheveux et de ses yeux, certes. Mais il était aussi habillé à l’occidentale. Et on ne parlait pas de sa réaction au climat du Japon.
C’était son tout premier séjour sur la terre du soleil levant et il ressentait pourtant comme une nostalgie. Ce pays semblait s’entêter dans un passé bien loin de la modernité progressante. Un peu comme certaines régions de son pays natal. Sa douce France qui parfois peinait à s'acclimater à ce nouveau siècle.
Mais malgré ce point commun, Félix connaissait un dépaysement total.

Le voyageur s’éventa vainement de la main en poussant un soupir, songeant qu’il aurait dû s’acheter un couvre-chef. Il avait sous estimé la longueur du parcours qui séparait le villages entre eux. Mais alors qu’il tournait la tête, il vit sur le chemin un chapeau comme ceux que portaient les agriculteurs ainsi qu’un gourde qu’on semblait avoir abandonné, peut-être dans une fuite.

- Quelle chance ! soupira Félix d’un air lassé.

Il posa la coiffe sur sa tête et glissa la gourde dans sa poche, se demandant alors sur quel nouveau malheur sa chance s’était établie. Qu’avait rencontré le ou la pauvre propriétaire de ces objets pour avoir ainsi abandonné ses possessions ?
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Sam 13 Fév - 0:49

La chaleur était intenable. Hanako était en nage la plupart du temps. Cette région du Japon était connue pour être particulièrement chaude et humide. Ainsi l'hybride se baladait, la plupart du temps en yukata, vêtement plus léger et plus agréable en cette saison.

La chaleur la ramollissait légèrement. Juste deux queues rousses sortaient du bas de l'habit de la renarde. Malgré la chaleur Hanako avait besoin de prendre l'air avant de retourner à son temple pour préparer les potions de fertilité, ou autre potion de magie rouge. À la fin de semaine viendrait ce peuple crédule du village qui la voyait, elle une hybride chinoise, comme une « déesse ». Douce ironie pour elle qui venait d'un pays qui considérait les hybrides comme des moins que rien ou des erreurs de la nature.

Avant de reprendre le travail elle s'était accordée une pause, les pieds dans un ruisseau d'eau, pensant aux offrandes qu'on lui donnerait en échange de ce menu travail basique. Avec de la chance il y aurait une jolie vierge avec qui elle pourrait s'amuser. La dernière était, actuellement, en train d'être, littéralement, le contenu des potions que le village allait recevoir.

Mais un bruit vint troubler la tranquillité de l'hybride. Ses oreilles de renarde avaient bougés avant même que le son n'atteigne son cerveau. Sans prendre le temps de remettre ses getas à ses pieds, elle avança et se cacha derrière un arbre où elle aperçut le blond. Rien que le fait qu'il soit un homme lui donnait des frissons dans le dos. Mais en plus ce dernier se servait comme si c'était normal de prendre les affaires des autres. Ces orientaux, tous sans gêne, à croire que tout leur appartenait.

Hanako sortit de sa cachette pour apparaître face à cet homme blond, le yukata entrouvert sur les jambes, laissant apparaître les deux mollets de l'asiatique.

— Hey toi l'homme. Pour qui te prends-tu pour me voler ainsi ? Si tu veux ces choses il va falloir me dédommager.

Premièrement, le menacer légèrement. Si jamais il refusait ou se rebellait une flamme naîtrait aussi vite sur la queue rousse de la kitsune, avec une position de retrait plus bestiale et prête à lui sauter dessus.


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Mar 16 Fév - 22:49
Félix s’était légèrement courbé et avait tendu une main hésitante vers sa malle. Tandis que sa main se refermait sur la poignée en cuir, il songea qu’il était temps de reprendre la route. En effet, il n’aurait plus le courage de se lever s’il prenait trop ses aises.
Mais alors qu’il se retournait, s'apprêtant à poursuivre sa progression, il vit surgir devant lui une étrange jeune femme.

Une expression de surprise d’abord plaqué sur le visage, il détailla les traits typiquement asiatique affichaient de l’inconnue. Une bien étrange créature songeait Félix en avisant ses queues touffues. Il était évident qu’elle n’était pas humaine. L’inconnue portait un vêtement typique assez léger qui laissait entrevoir le galbe de son mollet. Rougissant, Félix releva pudiquement le regard pour dévisager l'apparition.
Elle dégageait quelque chose qui l’intimidait fortement

- Hey toi l'homme. Pour qui te prends-tu pour me voler ainsi ? Si tu veux ces choses il va falloir me dédommager. dit-elle.

Le chanceux sursauta. Voler ? Lui ? Il ne volait jamais ! Non, il y avait méprise. Était-ce grave ? Allait-il être puni ? Insensé, qu’avait-il encore fait ?
Il pâlit, esquissant un mouvement de recul.

- J-j-je n-ne savais pas qu-que ça appartenait à… C’était à terre et j’ai…

Honteux, bredouillant, il s’embrouillait dans ses justifications. Ne sachant finalement quoi ajouter ou quoi faire pour se faire dédommager, il osa s’avancer vers la jeune femme. Sa main droite glissa dans sa poche et sortit la gourde, de sa main gauche il se découvrit.
Félix tendit les deux objets à leur propriétaire.

- Je vous les rends ! Pardonnez cette méprise ! s’écria-t-il précipitamment.
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Jeu 18 Fév - 17:30

Hanako laissa apparaître un petit sourire en coin. Elle allait s'amuser.

-Et donc, sous prétexte de ne pas savoir à qui cela appartient, tu as le droit de le prendre ? Sache qu'ici, au Japon, la confiance règne. On peut laisser nos affaires à un endroit. Personne n'y toucheras !

- Je vous les rends ! Pardonnez cette méprise !

Hanako fit apparaître, depuis son dos, une autre queue qui tapa les mains de l'occidental. Cela dévoila entièrement les mollets de l'hybride et fit tomber ce que le blond avait dans les mains.

- Les reprendre ? Alors que tu as répandu ton horrible sueur d'homme dessus ? Et encore pire répandu ta bave dans la gourde. Pour qui me prends-tu, gueux ? Tu ne m'embrasseras pas en me rendant cette gourde.

Hanako avait un regard méprisant envers ce gringalet blanc. Il ne connaissait apparemment rien à la culture asiatique, ou du moins à celle du Japon. Il faut dire que sa nature d'hybride l'avait aidé, de son côté, à mieux en apprendre sur le pays. Mais elle n'allait pas lui dire ou faire preuve de compassion pour lui. Bien au contraire.

- Tu vas devoir assumer tes actes. Sais-tu ce que les voleurs doivent subir ici ? Ils se donnent la mort en se plantant un couteau dans le ventre pour laver l'affront qu'ils ont commis. Vas-tu faire honneur aux traditions de ce pays ? Ou as-tu une autre façon de réparer ce genre de choses dans ton pays ? Quoi qu'il en soit tu me dois réparation.

Le plus drôle dans tout cela c'était que ces objets n'appartenaient même pas à Hanako. Elle avait juste saisi une occasion de s'amuser aux dépends d'une personne sûrement innocente et perdue. Mais pourquoi faisait-elle cela ? Pourquoi pas. Après tout, toute excuse est bonne pour s'amuser un peu.


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Mer 24 Fév - 0:24
Félix attendait, les mains tendue, mais une queue animale repoussa soudainement son geste. La gourde et le chapeau lui échappèrent alors des main. Il se figea.

- Les reprendre ? Alors que tu as répandu ton horrible sueur d'homme dessus ? Et encore pire répandu ta bave dans la gourde. Pour qui me prends-tu, gueux ? Tu ne m'embrasseras pas en me rendant cette gourde.

Le mépris qu’elle afficha était clinquant, claquant, comme une gifle. Et ses mots exprimaient un pur dégoût. Le chanceux baissa honteusement le regard, il était blême.
Le jeune homme se mit à genoux et entreprit de recueillir les objets répandus sur le sol.
Il bredouilla :

- Mais je n’ai pas utilisé votre g-

- Tu vas devoir assumer tes actes. Sais-tu ce que les voleurs doivent subir ici ? Ils se donnent la mort en se plantant un couteau dans le ventre pour laver l'affront qu'ils ont commis. Vas-tu faire honneur aux traditions de ce pays ? Ou as-tu une autre façon de réparer ce genre de choses dans ton pays ? Quoi qu'il en soit tu me dois réparation.

Félix ne défendit pas son innocence. Il ne poussa pas un cri d’horreur à l'évocation de ces coutumes bien sinistres. Il resta accroupit, le chapeau et la gourde posés soigneusement sur ses genoux. Il se tordait les mains, cherchant désespérément comment se tirer de cette situation délicate.

Il finit toutefois par se relever et répéta d’une voix tremblante :

- Vous ne voulez plus de vos effets mais je n’en ai pas fais usage… Mais en guise de dédommagement, je vous rachèterai une gourde, plus grande encore et la coiffe que vous voudrez. Le prochain village… n’est pas très loin… Il y aura sans doute… un endroit pour… Et...

Le Chanceux se releva doucement et désigna du regard le chemin qui menait au prochain hameau.
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Ven 26 Fév - 0:53


L'homme avait beau dire qu'il n'en avait pas fait usage rien que le fait qu'il l'ait tenu dans ses mains était une raison suffisante pour Hanako de ne plus avoir besoin de ces objets. Enfin sauf si ça permettait de faire culpabiliser et rendre mal à l'aise une tierce personne, comme en cet instant.

Quant à la route que lui proposait le jeune blond, ce n'était pas celle du village le plus proche. Elle connaissait bien le village le plus proche, étant celui où elle « aidait » les gens à avoir une bonne fertilité. Mais pourquoi pas. Elle pourrait faire un peu de repérage sur les jeunes filles/ingrédients potentiels.

- Nous pouvons y aller si tu le veux. Mais, dans ce village, je ne sais pas si tu trouveras de quoi tenir ta promesse. Donc j'espère que tu assumeras tes paroles et tes actes jusqu'au bout.

Hanako prit la direction indiquée par le blond et, se plaçant devant lui, deux queues de la kitsune caressèrent chaque joue de l'occidental.

- Je te préviens. Si jamais tu ne tiens pas tes engagements ta vie sera mienne. Tu devras assumer tes actes. D'ailleurs comment t'appelles-tu ? Que je connaisse le nom de celui qui devra, peut être, ne plus me quitter de toute sa vie.

Hanako espérait bien là mettre une certaine pression au petit blond. Il avait l'air si frêle et si peureux. Elle avait l'impression que lui souffler dessus le ferait tomber cul sur le sol. Cela amusait beaucoup la renarde. Car, bien sûr, elle ne voulait nullement qu'un homme reste pour toute sa vie à ses côtés. Bien que cela lui donnerait sûrement une crédibilité d'avoir un homme à ses côtés chez les occidentaux, pour quand elle irait voyager dans ces pays. Hanako préférait encore payer une femme qu'elle transformerait en homme pour l'occasion. Elle préférait vraiment ça plutôt que de passer sa vie aux côtés d'un homme.

Non elle préférait jouer au chat et à la souris. Comme elle allait le faire avec cet étranger qui n'avait pas l'air de vraiment connaître les us et coutumes du pays où il se trouvait. Et s'il lui demandait des informations elles seraient toutes payantes. Rien n'est gratuit en ce monde, et encore moins avec une sorcière comme Hanako.

Le temps passait vite. Ils étaient déjà arrivés au village. Il fallait dire qu'ils n'étaient pas loin, à peine dix minutes à pied. Peut être que le petit blond allait lui demander quelque chose. Ainsi Hanako s'arrêta à dix mètres du village et regarda l'européen de haut en bas. Il n'allait vraiment pas passer inaperçu, habillé de la sorte.

- On est arrivés au village. Es-tu sûr de pouvoir tenir ta parole ? Tu veux toujours prendre le risque, mon petit ?


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Ven 18 Mar - 11:46
hrp:
 

- Nous pouvons y aller si tu le veux. Mais, dans ce village, je ne sais pas si tu trouveras de quoi tenir ta promesse. Donc j'espère que tu assumeras tes paroles et tes actes jusqu'au bout.

Quand Félix entendit l’inconnue accepter sa proposition, ses épaules s’affaissèrent dans un soupir de soulagement qu’il ne put réprimer. Un poids sembla s’envoler de ses épaules et il lui sembla que sa respiration se faisait plus fluide, plus régulière.

La jeune femme prit la tête, s’avançant sur le chemin qu’il avait indiqué. Mais alors que le chanceux s’apprêtait à l'imiter, empoignant sa valise plus sereinement, deux queues frôlèrent ses joues en une caresse glaçante.

- Je te préviens. Si jamais tu ne tiens pas tes engagements ta vie sera mienne. Tu devras assumer tes actes.

Il se se raidit. Sa figure devint pâle comme la mort tandis qu’il hochait lentement la tête. Il aurait été difficile de dire s’il s’agissait de cette proximité dont il n’était pas accoutumé ou la menace à peine voilée de la jeune femme qui était la plus troublante à ses yeux.

- D'ailleurs comment t'appelles-tu ? Que je connaisse le nom de celui qui devra, peut être, ne plus me quitter de toute sa vie.

- Dîtes-moi le votre. répondit-il soudain du tac au tac dans un sursaut de défiance qui lui avait échappé.

Ses yeux plongèrent dans ceux de la jeune femme avec conviction. Mais à ce contact visuel, ses efforts furent aussitôt balayé puis qu’il les baissa pudiquement tout en murmurant précipitamment :

- Félix-Lachance-joueur-de-métier…

Le français préférait passer sous silence les insinuations douteuses de l'inconnue qui le mettaient profondément mal à l’aise. Il n’osait en deviner le sens et son ignorance l’inquiétait d’avantage.


Il firent donc quelques pas mais ce ne fut guère long. Lui resta silencieux comme un tombe, préférant se faire oublier. Lorsqu’ils gravirent une dernière colline qui les séparaient de leur destination, un vent s’éleva.
La brise soulagea Félix, qui la sentit s’engouffrer dans son vêtement qui flottait alors presque fantomatique. Il avait moins chaud soudain. Ses yeux se fermèrent un bref instant pour savourer ce rafraîchissement tandis qu’il inhalant doucement les odeurs de la campagne.
Quelle belle invention que le vent !

La jeune femme s’était arrêtée, il s’en étonna. Le village n’étaient pourtant plus très loin puisqu’ils pouvaient même l'apercevoir d’ici ! Elle le jaugea soudainement, et sous son regard inquisiteur, il se raidit comme une planche, comme un soldat de plomb.

- On est arrivés au village. Es-tu sûr de pouvoir tenir ta parole ? Tu veux toujours prendre le risque, mon petit ?

Un soupçon de compassion ? Rien n’était certain. Félix prit un air plus brave lorsqu’il lui répondit :

- Je n’ai guère le choix.

Et c’était peut-être vrai.
Comme pris dans cet élan de résignation et de courage, il ouvrit cette fois ci la marche et fut le premier à entrer dans l’enceinte du village. D’un main, il refermait sa chemise pour plus de pudeur et de l’autre, il balançait doucement sa valise comme si cette dernière lui donnait une élan à chacun de ses pas.

Arrivé, il ouvrit de grands yeux : la tranquillité des lieux lui plaisait bien. Et non loin de loi, il lui semblait voir quelques étalages susceptibles de le dépanner. Il n’osa pourtant pas sourire malgré cette providence : il n’était pas encore sortit de cette délicate situation.
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Dim 20 Mar - 13:03

Hanako osa un sourcil quand l'occidental lui demanda sèchement de se présenter en première. Tout individu qui avait un minimum d'éducation, ce que Hanako avait, bien plus qu'elle ne le laissait croire, savait qu'un homme ne devait pas demander à une dame de se présenter en première. Mais que l'homme devait se présenter pour inviter la dame à faire de même.

Mais l'homme revint bien vite sur ses paroles et se présenta. Dommage. Un petit conflit aurait pu être amusant. Après un soupir non dissimulé Hanako se présenta, elle aussi.

- Je me nomme Hanako Hayashi, sorcière de magie rouge d'un village voisin.

Une fois arrivé au village celui qui s'était présenté comme Felix avait pris la tête en ouvrant la marche. La première réflexion d'Hanako fut qu'elle avait enfin l'impression d'avoir un de ces mâles pleins d'orgueil devant elle, et non un semi-homme au caractère cliché de femme.

L'homme prit la direction d'une boutique où un humain vendait plusieurs choses diverses, avec un hybride porcelaine devant la devanture qui parlait avec l'homme, en japonais.

Hanako approcha de Felix. Elle allait essayer de jouer encore un peu avec lui.

- Dis-moi ma future possession. Nous parlons une langue commune, l'espagnol, que je maîtrise mal d'ailleurs. Mais comment vas-tu acheter quelque chose avec cet homme qui ne parle que le japonais ? Et avec quelle monnaie comptes-tu le payer ?

Hanako approcha de Felix, glissa ses mains sur les joues du blond, l'enlaçant de deux de ses queues.

- Tu sais, tu peux encore te résigner pour ne pas te ridiculiser devant tout le monde. Tu seras mon petit chat de compagnie. Je jouerais avec toi. Mais ne t'en fait pas. Je ne te toucherais pas de façon intime. Les hommes ne sont pas à mon goût. Bien que je trouve que tu as quelque chose de féminin en toi, mon petit chat.

Après ses paroles Hanako laissa échapper un petit souffle à l'oreille de Felix


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Sam 26 Mar - 20:20
En effet, Félix s’était arrêté à quelques mètres de cette petite échoppe devant laquelle un commerçant et un étrange hybride conversaient tranquillement. Le français dissimula du mieux qu’il pu son étonnement et sa fascination devant la créature : jamais encore il n’avait vu d’être aussi insolite. Son corps de faïence était d’un blanc éclatant recouvert de motifs bleus dentelés.
Surprise passée, sa timidité reprit aussitôt le dessus : il n’osait ni s’avancer ni proférer un mot.

Le pas léger d’Hanako résonna près de lui :

- Dis-moi ma future possession. Nous parlons une langue commune, l'espagnol, que je maîtrise mal d'ailleurs. Mais comment vas-tu acheter quelque chose avec cet homme qui ne parle que le japonais ? Et avec quelle monnaie comptes-tu le payer ?

Ce sobriquet lui arracha un frisson mais lorsqu’il voulut protester, il fut pris de court. Les mains de la jeune femme se posèrent sur ses joues tandis que ses deux queues l’étreignirent en une enlaçade glaçante. Félix sentit alors qu’il était à deux doigts de défaillir et retint un petit cri aiguë.
Prenant son infime courage à deux mains, il s’obligea à n’afficher qu’une mine plus ou moins apathique, presque vide, malgré sa constante mélancolie que l’on devinait dans ses traits.

- Tu sais, tu peux encore te résigner pour ne pas te ridiculiser devant tout le monde. Tu seras mon petit chat de compagnie. Je jouerais avec toi. Mais ne t'en fait pas. Je ne te toucherais pas de façon intime. Les hommes ne sont pas à mon goût. Bien que je trouve que tu as quelque chose de féminin en toi, mon petit chat.

La proposition était tentante. Celle d’abandonner, bien entendu.
Trop habitué à la solitude, une interaction, surtout planifiée de la sorte, était devenue une grande source d’angoisse. La situation si délicate dans laquelle il était empêtré et son ignorance totale du japonais n’arrangeait guère son affaire. De plus, la jeune femme se jouait de lui et semblait apprécier de le mettre si mal à l’aise.
Abandonner, cela aurait été simple et commode, bien qu’être le petit chat ou la possession d’Hanako ne l’enchantait guère, bien qu’il ignorait réellement ce que cela impliquait.

- F-féminin ?

Il n’avait rien trouvé d’autre à dire tant il se sentait enlisé dans l’embarras.
S’il l’osait seulement, il s’en vexerait. Mais ce n’était pas la première fois qu’on remettait en cause sa virilité face à sa timidité. Son père adoptif le premier, le piquait souvent de la sorte en espérant ainsi qu’il s’affirmerait. Mais cette pédagogie n’avait jamais porté ses fruits, bien au contraire.
Le souvenir de son tuteur, bourru et volontaire, réchauffa le cœur du chanceux, et comme pour répondre au défi que son père ne cessait de lui lancer, il décida de relever celui de la jeune femme.

- Je suis… joueur, je vous l’ai dit. Et j’ai joué contre des japonais sans avoir à ouvrir la bouche, j’ai gagné leur argent sans avoir à le mendier. Je peux le faire… je crois.

Le jeune homme se détacha d’Hanako et s’avança, hésitant. Il n’osait interrompre la conversation du japonais et de l’hybride. Au bout de quelques instants, le commerçant détacha son regard de son interlocuteur pour jauger l’occidental d’une mine indéfinissable.

Félix se retint de prendre la fuite et sortit de sa poche quelques piécettes qu’il avait gagné lors d’une partie, quelques jours plus tôt. Il les montra au commerçant et désigna du doigt quelques couvre-chefs alignés sur un étalage précaire.
Le japonais sembla comprendre la requête du français car il hocha la tête, et tout en se tournant vers sa pile de chapeaux, il continua de s’exprimer dans sa langue. Félix ne comprenait pas le japonais et il ignorait si le marchant poursuivait sa conversation ou s’il s’il d’adressait à lui. Mais peut-être parlait-il pour lui-même ?
Dans le doute, Félix resta silencieux.

Puis se tournant vers Hanako :

- Choisissez celui qui vous plaira. Je paierai bien entendu…

Il espérait toutefois qu’elle ne déciderait pas d’acheter tout ce qu’il lui passait par la tête, il n’était pas assez fortuné pour financer tout ses caprices. Ni même assez courageux pour s’y opposer.
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Sam 2 Avr - 23:51
Dé:
 

Hanako regarda d'un œil attentif son futur chat. Il avait l'air débrouillard. Le chaton était peut être un petit peu rebelle quand il se rappelait qu'il avait quelque chose sous le bas-ventre.

Mais le vendeur regarda Hanako, et lui demanda si cet étranger était avec elle. Il l'avait laissé regarder, car il suspectait qu'il accompagnait l'hybride renarde. Il n'aimait pas vendre aux occidentaux sa marchandise.

Hanako lui répondit, en japonais, que l'homme lui devait quelque chose et qu'il était là pour la rembourser. Le marchand tira une grimace. Mais il accepterait de vendre un couvre chef, pour le bien de l'hybride. Hanako se retourna vers Felix.

- J'ai une bonne nouvelle pour toi, mon chaton, Il y a bien un chapeau qui me plaît. Mais sache que le vendeur n'apprécie pas les gens de ton continent. S'il accepte de te vendre quelque chose c'est parce que je suis une hybride. En plus de la gourde tu me dois toujours une faveur, du coup.

Hanako prit un chapeau de prix moyen. Si Felix n'avait plus d'argent, tout pouvait finir à ce moment précis. Elle avait encore envie de se jouer de cet homme... Voilà qui serait amusant.

Hanako remercia le vendeur, d'un geste de la main. Puis elle avança de quelques pas avant de regarder Felix d'un air supérieur. Elle avait compris que ce n'était qu'un chaton sans griffes. Tout au plus il cracherait un peu. Mais une tape sur la truffe et il redeviendrait tout doux.

- Je pense que tu ne pourras pas me rembourser, mon petit chaton. Comme, à mon grand regret, tu ne veux pas être mon chaton, je vais te proposer quelque. Si tu bois une boisson de ma fabrication, et que tu me laisse jouer avec toi sans protester, je te libère de tes obligations. C'est honnête, non ? Cela ne devrait pas prendre plus de quatre heures pour être de nouveau sans obligation.


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Ven 15 Avr - 13:39
Félix ne s’attendait pas à ce que la jeune femme choisisse de se mêler à ces négociations. Il n’aurait soupçonné pareille attitude après les mises en garde qu’elle lui avait glissé par pur désintérêt.
Hanako s’adressa au commerçant dans leur langue commune : un dialecte dont le français ne pouvait pas même espérer saisir le sens tant les intonations différaient de tout ce qu’il avait entendu jusqu’ici. La langage du corps lui, restait universel. Aussi, le jeune homme sentit que le marchand lui présentait sa marchandise de mauvaise grâce. A ce constat, ses épaules s’affaissèrent d’avantage, comme si d’instinct son corps tentait de se réfugier en lui-même.

- J'ai une bonne nouvelle pour toi, mon chaton, Il y a bien un chapeau qui me plaît. Mais sache que le vendeur n'apprécie pas les gens de ton continent. S'il accepte de te vendre quelque chose c'est parce que je suis une hybride. En plus de la gourde tu me dois toujours une faveur, du coup.

- Une faveur ? répéta Félix, perplexe.

Le chanceux trouva que ce simple malentendu prenait des dimensions disproportionnées. Il se garda de le faire remarquer, car bien trop embarrassé.

La jeune femme fit son choix tandis qu’il payait le prix de cette acquisition malhonnête. Puis il compta minutieusement la monnaie qu’il lui restait. Il ignorait si celui suffirait à payer cette dette croissante et gourmande qu’il avait toute les peines du monde à soutenir.

Hanako se tourna soudainement vers lui. Il se tendit aussitôt comme un fauve apeuré, prêt à détaler. Elle n’avait pas encore expliqué ce qu’elle entendait par faveur.

- Je pense que tu ne pourras pas me rembourser, mon petit chaton. Comme, à mon grand regret, tu ne veux pas être mon chaton, je vais te proposer quelque. Si tu bois une boisson de ma fabrication, et que tu me laisse jouer avec toi sans protester, je te libère de tes obligations. C'est honnête, non ? Cela ne devrait pas prendre plus de quatre heures pour être de nouveau sans obligation.

Cette proposition le laisse bouche bée.

- Et ce sera fini ? demanda-t-il finalement.

Il n’osait y croire, c’était suspect, et il n’était pas stupide. Mais ses yeux restaient braqués sur ses souliers, il n'oserait jamais décliner une offre d’apparence généreuse eu accu son interlocutrice de malveillance. Félix bredouilla :

- C’est d’accord mais...

Que risquait-il après tout ?
Il serait libéré de ses obligations.

- Soit ! émit-il avec plus de vigueur pour s’obliger à faire front.
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Mar 19 Avr - 0:01

Le chaton était de nouveau malléable. Elle était sûre que, si elle lui caressait la tête, il se laisserait faire sagement.

- C’est d’accord mais...
— Très bien. Mais pour cela il faut retourner chez moi. À partir de maintenant, et pour les quatre prochaines heures, tu dois faire tout ce que je désire.

Hanako frétillait des queues. Elle allait pouvoir jouer un peu avec cet homme. Enfin... Plus pour longtemps.

- Soit !

Hanako laissa paraître un petit gloussement et lui ordonna de la suivre, sans perdre un instant. Hanako ne parla pas de tout le chemin, jusqu'à arriver dans un temple. Son temple. Un temple typiquement asiatique, comme on pouvait en voir un peu partout, mais avec plusieurs statues de renards.

Ils étaient entrés dans la partie officielle du temple là où, quand elle le voulait, elle recevait quelques villageois. L'hybride sortit une fiole de couleur bleu et la tendit à l'homme.

— Bois ça. Ton corps va subir quelques changements, mais c'est le but. Et ça fait partie de notre contrat.

Hanako attendait avec impatience de voir la jeune, ou vielle fille, que cet homme allait devenir.


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Mer 20 Avr - 21:02
Hanako semblait satisfaite. Félix s’en inquiéta.
Elle lui tendait sans doute un piège. Mais au regard de la morale, il avait le devoir de s’y jeter de son plein gré. Certes, il avait beau s’y résoudre, s’y résigner, le français ne parvenait pas à se défaire de son angoisse.

Il la suivit, la gorge serrée, n’osant ouvrir le dialogue. Les épaules rentrées, la mine basse, à la manière d’un condamné. Il ne glissait pas même un regard en direction des quelques passants qu’ils croisaient sur leur chemin. Le chanceux se sentait bien seul.

Ils s’arrêtèrent enfin devant une grande bâtisse qui reposait sur les eaux immobiles à la manière d’un nénuphar. Lorsqu’il y pénétrèrent, Félix put en détailler l’architecture avec plus de précisions. Cela ressemblait à un temple avec ses statues à l'effigie de renards. On pouvait admirer un enchevêtrement de poutres et de piliers rouges sur lequel reposait un beau toit incliné recouvert de tuiles sombres. C’était un espace ouvert mais parfaitement désert.
Hanako vivait donc seule ?

Cette dernière lui tendit soudainement une fiole au contenu bleuté plus que louche. le Français la fixa un instant avant d’enfin comprendre que la jeune femme attendait de lui qu’il la prenne. Il s’exécuta donc timidement.

- Bois ça. Ton corps va subir quelques changements, mais c'est le but. Et ça fait partie de notre contrat.

Le joueur jaugea le liquide étrange avec angoisse. Certes, il avait déjà tenté de se suicider en ingérant des poisons mais la perspective de se faire assassiner de cette manière le terrifiait. Il n’avait pourtant pas le choix.
Doucement, il porta la fiole à ses lèvres et en vida le contenu d’un trait.

Le goût infect le prit à la gorge et lui arracha une toux sèche. Il ignorait alors les changements qui se produisirent peu à peu sur son corps. Il ne remarqua pas non que son vêtement devenait inadapté à sa physionomie : flottant par endroit, moulant par d’autres.

- Qu-qu’est-ce que c’était ? balbutia Félicie d’une voix aiguë et tremblante.

Félicie:
 
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Lun 25 Avr - 19:17

Hanako glapit de plus belle. Il avait bu sans vraiment demander ce que ferait la potion. La question était maintenant là . Mais il était trop tard pour revenir en arrière.

— C’était une potion pour que tu comprennes où est ton intérêt. Tu es maintenant une femme. J'aimerais que tu y prennes goût. Être un homme surtout comme…

Hanako regarda de haut en bas le nouveau physique de « l'homme ».

— Oui, avec un caractère comme le tien ce corps est bien plus approprié. D'ailleurs, vu l'efficacité de la potion, l’ingrédient devait être très fertile. Maintenant tu vas être ma gentille poupée pour les heures à venir.

Hanako s'approche et caressa une épaule avec ses doigts avant d'ordonner à Felix de se déshabiller

—Tu vas plutôt mettre ça. J'ai toujours eu envie de jouer à la poupée et dévergonder une prêtresse shintoïste.

Tenu pour Félix

Hanako donna la tenue à Felix et s'installa devant elle pour ne rien rater du spectacle qu'elle allait avoir.


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Mar 3 Mai - 21:49
- C’était une potion pour que tu comprennes où est ton intérêt. Tu es maintenant une femme. J'aimerais que tu y prennes goût. Être un homme surtout comme…

- P-pardon ? balbutia l’intéressée.

Elle avait sans doute mal compris.
Pourtant, Hanako la détaillait de bas en haut de manière insistante.

Félicie osa à son tour baisser le regard et découvrit sa nouvelle apparence. Cette vision lui arrache un hoquet d’horreur et de surprise.
Instinctivement, elle referma ses bras autour d’elle même pour se cacher comme elle pouvait tant ses vêtements baillaient.

- Oui, avec un caractère comme le tien ce corps est bien plus approprié. D'ailleurs, vu l'efficacité de la potion, l’ingrédient devait être très fertile. Maintenant tu vas être ma gentille poupée pour les heures à venir.

Le visage de la chanceuse devint rouge sous cet affront. Elle recula d’un pas, se refusant à comprendre ce qui était en train de se passer. Elles nageaient en plein délire, c’était un cauchemar de très mauvais goût.
Pourquoi tout ceci lui arrivait ? Était-ce considéré comme… une chance ?!

La main d’Hanako se posa sur son épaule.

- Tu vas plutôt mettre ça. J'ai toujours eu envie de jouer à la poupée et dévergonder une prêtresse shintoïste.

Félicie resta plantée là sans bouger, les yeux ronds, tandis que l’hybride se détournait d’elle pour se prélasser et la fixer en parfaite spectatrice. La française glissa à peine un regard au tas de vêtement qu’elle tenait désormais dans ses bras.
Ses yeux verts scrutèrent ceux de son interlocutrice à la recherche du moindre signe qui trahirait une mauvaise plaisanterie.
Non, elle paraissait réellement sérieuse.

- …

Il semblait qu’elle n’avait guère le choix. La française se retourna et balaya la pièce du regard, à la recherche d’un paravent ou quelque chose de semblable.
Car après tout, cette femme parlait de jeu de poupées non ? Elle voulait seulement lui faire faire des essayages. Idée étrange toutefois.

- Où puis-je… ? Enfin j-je ne peux pas me changer devant… une femme… ! bafouilla Félicie qui oubliait qu’elle en était devenue une.
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Mer 11 Mai - 19:13

Hanako haussa un sourcil à la remarque de ce qui était maintenant une femme devant elle.

— Et alors ? Nous sommes entre femmes maintenant. Laisse donc un peu d'amitié romantique parcourir ce jeune corps. Tu ne vas pas me faire le coup de cette reine vierge de cent ans, et jouer la femme prude.

Hanako disait cela d'un ton tellement naturel. Mais si seulement elle pouvait avoir cette femme à portée de main pour pouvoir la séquestrer dans son temple, où la renarde lui ferait connaître milles supplices et bonheur. Oh oui, elle jouerait avec elle. Mais surtout elle trouverait comment lui faire obtenir un don de régénération rapide, pour son utilisation première et avoir des ingrédients, et donc les organes royalement vierges d'une bonne cuvée de 125 ans. Oh oui elle en salivait presque de plaisir à imaginer pouvoir planter ses mains dans les entrailles, vierges de toute souillure masculine, les enlever et de voir que, même avec tout cela, sa plaie se refermerait lentement pour cicatriser. Avec cela le visage de ce royal ingrédient en pleurs et implorant la pitié de la renarde. Oh comme elle désirait cela au plus profond d'elle même. Malheureusement cela n’était qu'un fantasme fugace à l'heure actuelle.

— Si tu crois gagner du temps tu te trompes. Nous avons un marché et tu te dois de le respecter non ? N'es-tu pas un joueur ? Vois cela comme un jeu. Ce n'est même pas ton corps habituel. Tout ce qui se passera sera passager pour toi, à moins, qu'au final, tu désires rester avec ce corps. Ce qui ne me déplairait pas.

Hanako était on ne peut plus sérieuse. Elle voulait quelque chose et elle l'aurait. À moins qu'on ne lui sorte quelque chose de vraiment gros.


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Sam 21 Mai - 20:57
Sa remarque ne sembla pas l’alarmer. Au contraire, son interlocutrice lui sembla même pleine tandis qu’elle répliquait :

- Et alors ? Nous sommes entre femmes maintenant. Laisse donc un peu d'amitié romantique parcourir ce jeune corps. Tu ne vas pas me faire le coup de cette reine vierge de cent ans, et jouer la femme prude.

Félicie ouvrit la bouche pour répliquer mais s’abstint.
Les choses ne lui semblait pas si simple. De plus, elle n’arrivait pas à croire que pour une femme, se dénuder devant une semblable était chose courante ou légère.
Et enfin… Elle avait bien honte de faire ce rapprochement mais il lui semblait bien que la reine dont elle parlait était celle de son pays natal. Des élans patriotique auraient certes pu pousser la chanceuse à défendre l’image de sa souveraine… Mais elle n’eut pas le courage riposter.

- Si tu crois gagner du temps tu te trompes. Nous avons un marché et tu te dois de le respecter non ? N'es-tu pas un joueur ? Vois cela comme un jeu. Ce n'est même pas ton corps habituel. Tout ce qui se passera sera passager pour toi, à moins, qu'au final, tu désires rester avec ce corps. Ce qui ne me déplairait pas.

- Oui mais… enfin, j-je… non merci.

Elle qui craignait le changement car trop bouleversant, une telle nouveauté lui était tout bonnement inenvisageable.

Mais alors qu’une idée lui vint, sa respiration se fit plus calme, plus maîtrisée. Sa voix ne tremblait qu’à peine lorsqu’elle demanda timidement :

- Puisque je jouerai à votre jeu. Pourquoi ne pas jouer au mien ?

Tout en disant ces mots, elle retira sa veste, prit même la peine de soigneusement la plier en deux avant de la poser par terre.

La française savait cette proposition risquée, elle était certaine qu’Hanako refuserait.
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Sam 28 Mai - 23:48

—Non ?

Hanako pensait pourtant avoir été claire sur le fait qu'il n’était pas en position de force pour négocier quoi que ce soit. Il osait lui dire non ?

Au même moment les huit queues de la renarde laissèrent apparaître une légère flamme sur chaque bout de queue qui dansait derrière elle. Quand son jouet lui proposa de nouvelle règles, elle balaya la proposition de la main.

—Cela ne fait pas partie du contrat. Tu as donné ton accord, non ? Et maintenant tu veux m’imposer ton jeu ? Donne-moi un seul bon argument pour que j'accepte ta requête alors que c'est toi qui m'est redevable, mon petit chaton.

Hanako était joueuse mais avec ses règles à elle, encore plus entre ses propre murs. Mais peut être trouverait-il de quoi la surprendre avec un quelconque argument ? Bien quelle doutait qu'un argument existait pour arrêter son petit jeu. Car elle avait bien l'intention de s'amuser comme si elle avait une poupée.

Et si les arguments ne lui convenaient pas elle lui dirait que, si elle ne lui donnait pas l’antidote, il resterait femme toute sa vie et que son sort était entre ses mains.


Revenir en haut Aller en bas
Félix Lachance
Invité
avatar
Félix Lachance
Ven 24 Juin - 19:44
- Cela ne fait pas partie du contrat. Tu as donné ton accord, non ? Et maintenant tu veux m’imposer ton jeu ? Donne-moi un seul bon argument pour que j'accepte ta requête alors que c'est toi qui m'est redevable, mon petit chaton.

Ces mots lui arrachèrent un frémissement qu’elle s’efforça au mieux de réprimer.
Félicie se sentait acculée et ignorait s’il était bien prudent de poursuivre pareilles négociations. Du mois, elle ne savait pas si le risque valait la peine d’être encouru.

Son don la protégeait, certes, mais dans quel sens irait-il ? Cette magie n’agissait pas pour la contenter mais pour le préserver de grands périls. Un doute l’assaillit alors : la potion qu’elle avait ingéré un peu plus tôt était-elle capable d’en perturber momentanément le fonctionnement ?
Une chose était certaine : jamais elle ne comprendrait la magie et ses subtilités.

Elle n’avait toujours pas répondu à Hanako dont l’aspect était de plus en plus menaçant à la lueur de ses flammes.

La française se racla la gorge, s’efforçant de garder contenance. Mais déjà, elle sentait qu’elle avait l’oeil humide.
Elle avait peur. Très peur. Mais un courage aussi fluet qu’insoupçonné venait de s’éveiller. Une force qui ne durerait pas, qui l’abandonnerait à tout moment, elle le sentait.
Félicie décida d’en profiter tant qu’elle le pouvait encore.

D’un geste gauche, elle dégrafa son gilet devenu trop grand pour sa taille marquée. Elle le posa à terre puis se relevant, elle planta ses yeux verts dans ceux de l’hybride.

Un argument. Alors…

- Vous m’avez imposé votre aide, il y a peu. Sans même demander mon avis.

Presque une irrévérence dans la fixité de son regard, et son menton relevé.

Tandis qu’elle poursuivait, elle défit le boutonnage de sa chemise, faisant coulisser chaque bouton d’un geste habile du pouce.

- En cela je ne vous suis pas redevable.

La chemise glissa négligemment de ses épaules.

Coup de poker.

hrp:
 
Félix Lachance
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Mer 29 Juin - 22:41
Hanako écouta le faible français face à elle. À ses paroles une de ses queues, sans aucune flamme, alla fouetter l’épaule de ce français. Elle haussa les épaules et réfléchit à leur rencontre.

Citation :
— Je pense que tu ne pourras pas me rembourser, mon petit chaton. Comme, à mon grand regret, tu ne veux pas être mon chaton, je vais te proposer quelque. Si tu bois une boisson de ma fabrication, et que tu me laisse jouer avec toi sans protester, je te libère de tes obligations. C'est honnête, non ? Cela ne devrait pas prendre plus de quatre heures pour être de nouveau sans obligation.

Ce à quoi, si sa mémoire était bonne, et sur cela elle ne doutait pas, il avait répondu :

Citation :
- Et ce sera fini ? C’est d’accord mais... Soit !

Elle n'avait donc rien imposé. Il avait accepté, de son plein gré. Tout comme il avait proposer lui même de la rembourser. Hanako le défia du regard.

— Dis-moi petit, tu ne te moquerais pas de moi ? Ou insinuerais-tu que ma potion provoque des pertes de mémoire ? Ne te moque pas de moi. Tu as utilisé mes affaires. Tu as proposé de me rembourser, promesse que tu ne pouvait pas tenir vu ton statut d’étranger. Je t'ai proposé un marché que tu as accepté. Alors continue à me traiter de menteuse et je plonge mes mains dans ton corps de vierge pour y prélever un organe. As-tu compris, petit ?

Hanako avait un air hautain et méprisant et attendait la réponse de sa victime.


Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Dim 31 Juil - 16:13

Le jeu amusait la renarde, trop taquine pour le propre bien de Félix, devenu femme. Mais ce dernier, nanti d'un soudain élan de courage, se rhabilla en hâte, quittant le temple avec empressement. Refusant d'être dupé plus longtemps. Retrouva-t-il son corps originel ou, trop abasourdi par les paroles de la renarde, la crut-elle en songeant qu'elle seule pouvait le délivrer ? Nul ne le sait. Le Français disparut, happé par le monde.

RP terminé


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Asie :: Japon-
Sauter vers: