I hate everything about you !

 :: Le reste du monde :: L'inconnu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sofia de Belmonte
Invité
avatar
Sofia de Belmonte
Sam 20 Fév - 22:27
Sofia avait en horreur beaucoup de choses : la magie, ce n'était un secret pour personne, et même si elle était en possession d'objets magiques, elle se refusait de les utiliser. Les criminels, car il n'y avait que Dieu de plus sacré que la justice. Les Nobles qui voulaient toujours plus de pouvoir, afin de violer allègrement la hiérarchie au lieu de travailler honnêtement pour monter les échelons.

Quand elle reçut le requête de Herr Weilburg par pigeon mécanique, Sofia savait avoir affaire à un honnête homme, friand de belles pierres précieuses. L'homme était orfèvres à ses heures perdues, et le prix auquel il revendait ses bijoux lui permettait de payer grassement sa petite armée privée. La description qu'il avait fournie au capitaine était plutôt précise ; l'endroit où trouver cette merveille aussi. Elle aurait du se dire que tout ceci était trop facile, trop précis, qu'il y avait anguille sous roche. Pourtant, les événements des derniers mois l'avaient éprouvée, physiquement et psychologiquement. Inutile de dire, donc, qu'elle n'était pas forcément en état de réfléchir correctement, et que l'attrait d'un peu d'action occultait tout le reste.

Une fois le Compass arrivé en Afrique du Sud, l'enquête commença. Elle avait bien un ou deux contacts, qui lui conseillèrent tous deux le même comptoir pour trouver ce qu'elle cherchait. Elle ne parvint cependant pas à obtenir le moindre nom de cet étrange vendeur, en dehors du fait que ce n'était pas un homme à qui il fallait se fier. Qu'importait ! Sofia avait une mission, et comme toujours, elle l'accomplirait. Chassant le sable du bord de son chapeau, elle se dirigea d'une démarche raide vers le comptoir qu'on lui avait désigné. Elle avança, ignorant que pour cette mission somme toute banale - bien que trop facile - elle allait devoir côtoyer tout ce qu'elle avait en horreur. À commencer par le criminel.

- C'est pas vrai.

De Belmonte ne put lutter contre l'instinct qui lui fit porter la main à sa ceinture, sur son pistolet. Le cran de sûreté vola, elle avait le doigt contre la gâchette, mais l'arme resta dans sa ceinture. Sainte Mère de Dieu, ce n'est pas vrai ! La mâchoire crispée, elle se força à lâcher son arme, et à compter jusqu'à dix. C'était ce qu'il lui fallait, au moins, pour éviter de dire quelque chose qu'elle allait regretter.

Elle eut même une meilleure idée : elle préféra se taire. Car elle se souvenait parfaitement de ce fils de chienne qui avait fait partie des belligérant, lors des attentats d'Emerald. De cette espèce de petit voyou qui avait essayé de la provoquer, et elle aimait croire qu'il n'avait pas réussi à lui faire perdre son calme - un souvenir erroné, mais qu'importait. Elle ne connaissait pas le nom de Solal, mais elle se souvenait parfaitement de son visage. Et malheureusement pour elle, Sofia avait tendance à marquer les esprits.

Et merde.
Sofia de Belmonte
Revenir en haut Aller en bas
Solal Yarhi
Invité
avatar
Solal Yarhi
Mer 23 Mar - 20:31
... Why do i love you ?
Oh dear, sweet dear de Belmonte, haha !


Quelque part sur les terres africaines...

"-Elle dit quoi la vieille ?"

D'une volée de main, l'ombre du pirate désignait une vieille doudou aux sourcils froncés, dont le flot de paroles ne semblait pas vouloir se tarir.
Elle était affolée ou en colère, couvrait ses propos de grands gestes avant de pointer de ses doigts noueux l'ensemble des forbans. Ce qui revenait... au même aux yeux de Solal.
La vieille du village aurait beau cracher tout ce qu'elle voulait, le Second du Souffle Gris n'était pas franchement prêt à l'écouter.
Mais... si cela leur permettait de repartir et de la faire taire, cette vieille pie, soit.

Canaan maugréa et s'avança légèrement, sortant de la pénombre.
"- Elle parle de la Pierre noire. Il ne faut pas l'emmener. Il y a des mauvais esprits, qu'elle dit. Ca va les mettre en colère ... il faut que la Pierre reste au village, en gros. "

Dans les paroles traduites du tireur résonnait un semblant de croyances ancrées dans son esprit malgré une note quelque peu narquoise. Mais l'homme à la peau aussi sombre que le drapeau du navire n'en dit pas plus. Ses propres superstitions n'entraient pas en ligne de compte.
Ni dans cette affaire, ni pour Solal.
Le perse haussa un sourcil, dubitatif et amusé. Il avait beau ne plus être totalement humain et plus sensible à la magie, son pragmatisme prenait le dessus largement. Ou sa cupidité, au choix.
Assis sur une caisse, il croisa les doigts et sourit.

"- Esprits, djiins, peu importe. On l'a gagné.. on préviendra son futur propriétaire... "
Ou non.

-------------------------------------------------------------------------------------

Le plan était simple : récupérer la fameuse gemme, et la revendre à prix fort.

Avant même de l'avoir entre leurs mains, les pirates de Trappen savaient que plusieurs gueules avides lorgnaient sur cette légende. Cet onyx aux rumeurs étranges...
Vraies ou fausses, ils s'en fichaient.
En plus d'assoir un peu plus leur influence dans la revente d'armes pour les conflits internes dans les colonies, le pactole récolté était plus qu'alléchant.

Malins, les pirates n'avaient pas moufté sur leur butin et par sécurité, Solal leur avait fait faire un détour par le Souffle Gris avant de se rendre, nonchalant à un des comptoirs où le Second devait rencontrer un des contacts de Trappen.

Quelques pintes plus tard, le rire du perse résonnait, accoudé à une échoppe, quand un de ses compagnons lui donna un coup de coude.
Le basané se retourna et croisa le regard brulant de l'inconnu qui le fixait, sans perdre son sourire.
Rictus qui s'agrandit en reconnaissant cette silhouette. Le tissu sombre, le sable ne pouvaient cacher cette manie légèrement guindée et ces cheveux couleur de lune.
Oh oh ...
"- En voilà une surprise !"
Plutôt que de s'éclipser, Solal s'avança vers le corsaire, et s'alluma une cigarette.
Que faisait donc cet empaffé de De Belmonte dans un coin aussi reculé ? Leur seule et unique rencontre avait laissé au forban un souvenir d'inachevé, mêlé d'amusement.
Peut-être était-il temps de discuter... de pousser le jeu plus loin.

"- Capitaine De Belmonte ! "

Plusieurs têtes se retournèrent, les sourcils légèrement froncés.
Curieux, provocateur jusqu'à la moelle, le second s'approcha du capitaine et passa un de ses bras par dessus les épaules rigides de son interlocuteur.
Toujours aussi coincés ces foutus chiens de la Marine !
A ce geste, ses compagnons avaient raffermi leurs prises sur les épées courbes pendues à leurs ceintures mais aucun ne bougea d'un iota... Un murmure d'esclandre et la milice rappliquerait sans tarder.
Terrain "neutre", le comptoir n'était pas sans danger, et la Compagnie qui le chapotait avait bien l'intention que toutes les transactions, bonnes ou mauvaises, se passent sans encombres.


" - Qu'est-ce qui vous amène par ici , Capitaine ? Du tourisme ou l'Espagne cherche encore à agrandir les chevilles de la nouvelle souveraine des imbéciles? "

Insulte gratuite. Le perse n'avait aucun problème avec les habitants d'Espagne, juste avec leurs navires.
Le léger déclin de l'empire d'Espagne avait commencé avec la disparition du roi Felipe, mais cela n'avait pas pour autant sonner le glas des flottes de corsaires espagnols. Dommage.
Ces enquiquineurs avaient des ressources solides.

Plongeant ses prunelles océan dans le regard plus pâle du corsaire, Solal s'écarta, sans manquer de lui souffler négligemment la fumée de sa cigarette au visage. Toujours le sourire aux lèvres, mais dans ses yeux flottait une lueur de curiosité et de méfiance acide.
Une seconde, l'idée de faire disparaître De Belmonte se fit joueuse dans son esprit, mais que le Capitaine soit venu seul était un mystère dont le second se méfiait.

"- A moins qu'ils vous aient gentiment dit de foutre le camp la queue entre les jambes ? "


Solal Yarhi
Revenir en haut Aller en bas
Sofia de Belmonte
Invité
avatar
Sofia de Belmonte
Sam 9 Avr - 20:26

Il est des manies dont il est très difficile de se défaire.
Ne pas reculer devant un homme qui s'avance aussi vite.
Ou ne pas lui coller votre poing dans la figure.
Ne pas dégainer le flingue.
Ni se mettre en position pour se battre, prendre le dessus sur un criminel pour l'arrêter.

Les muscles de Sofia tressaillent, à chaque fois qu'elle doit lutter contre elle même. Son regard ne quitte pas celui de Solal, mais sa mâchoire ne cesse de se serrer à chaque pas qu'il fait vers elle.
Et difficile de rester immobile quand cet imbécile crie son nom au milieu de ce qui semble être une réunion de pirates. C'est pas vrai... Un véritable traquenard ! Oh, elle savait bien qu'elle pouvait leur tenir tête, peut-être même prendre le dessus - mais pas question de lancer la première attaque et de créer un incident. Sofia avait une mission à accomplir, elle devait la mener à bien.

Oui mais... Ce ne sont que des criminels !! Ce ne serait pas un crime de les voler, au contraire !

Pourtant, eux semblaient prêts à en découdre avec elle. Mais "le pirate d'Emerald" était probablement leur chef, et les autres n'attaqueraient pas sans un signe de sa part. D'un geste négligent, mais pour lequel Sofia du faire appel à tout son self-control, elle retira le bras qui s'était enroulé autour de son épaule, et agita la main devant son visage pour dissiper le nuage de fumée. Inutile de chercher à répondre au perse : cela ne lui donnerait qu'envie de continuer davantage.

Le regard pourpre de Sofia s’apaisa, gardant pour eux les éclairs qu'ils lançaient quelques instant auparavant.

- Je suis ici pour affaires, pour un de mes clients.

Ne pas répondre au reste, ne pas répondre au reste...

- Et vous ? Êtes-vous là pour tenter de vous faire un nom et tenter d'être connu ?

Elle n'a pas pu s'en empêcher. D'un côté, Solal n'aurait pas du parler de la nouvelle Reine d'Espagne. Sofia n'avait rien contre elle, seulement, la désigner par son titre rappelait au capitaine la disparition de Felipe. Et même si elle le savait en vie, quelque part, cela avait malgré tout la fâcheuse tendance à assombrir son humeur.
Sofia de Belmonte
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Sam 6 Aoû - 11:30

Pirate et corsaire ne font jamais bonne ménage. Ils resteront toujours des ennemis. Nul doute que plus d'un coup éclata entre les deux, au grand plaisir de la foule. Sans savoir que c'était là l'ultime fois où le capitaine de Belmonte ferait une apparition publique. Avant de disparaitre.

RP terminé


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: Le reste du monde :: L'inconnu-
Sauter vers: