[15 sept. 05] Dents de Lait

 :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Zahnfee V. Edelstein
Invité
avatar
Zahnfee V. Edelstein
Jeu 28 Avr 2016 - 20:55


Ce RP fait suite direct au dernier acte d'un Mariage Impérial Il s'adresse avant tout aux membres de la famille impériale et au proches de la future maman agonisante.



“Qui conçoit en secret accouche en public.” dit un proverbe turc. Sainte Molaire je ne pensais pas assumer la chose aussi littéralement ! Éclaboussée, moins par le liquide amniotique que par mon embarras, on me fait cavaler à moitié dans les couloirs dans une chevauchée que n'auraient pas boudé les valkyries. Une brusque prise de conscience m'a fait lâcher la main de la pauvre Dahlia : j'avais peur de la lui briser. Les contractions ont débuté peu de temps après la perte du précieux liquide.
J'ignore qui est du cortège. Où est-mon Fantôme adoré ? Me suit-il ? Autour de moi cette nuée d'oies blanches à la mine de maitresses d'école me donne le tournis. On me pousse, on me presse, on me démaillote, on me trimballe comme un fichu paquet de linge sale. Une chance que je sois trop concentrée sur ma propre douleur pour sermonner ces insupportables rombières.

- Mais ...
- Restez calme !
- Je...
- On s'occupe de vous.
- Des linges et de l'eau chaude !
- Attendez....
- Le chirurgien obstétrique arrive.
- Hé ...
- Respirez votre altesse impériale, respirez...
- MAIS NOM D'UNE INCISIVE VOUS ALLEZ ARRÊTER VOS SALAMALECS !... gnu....


Mon couinement final n'a pas fait perdre de portée à mon brutal éclat de voix. La volière de colombe s'est figée de surprise et on sent dans quelques prunelles l’angoisse d'y perdre des plumes.

- Je ... Hmpf.. Je ne suis pas en sucre bande de meringues ! Arrêtez de sautiller comme ça, ça me fiche la mig... Humpf... aine.
- Votre majestée...
- Ou sont mes soeurs ! Je veux mes soeurs ! Aliiiice !?
suis-je en train de hurler au bord de l'hystérie.
- Elles ne sont pas habilitées à...
- Je vais vous habiliter au forceps si vous ne m’obéissez pas sur le champ, vile sorcière !

La jeune infirmière fond en larmes. Une plus âgée et qui m'inspire d'avantage confiance prend sa place.

- On les fait chercher, votre majestés, mais je vous conseillerez d'économiser vos forces pour la poussée.
- Soit,
dis-je plus docile et surtout domptée par une série de contractions plus rapprochées.
- Lorsque votre col sera dilaté nous vous donnerons un anesthésique.
- Du chloroforme ?! Je ne veux pas de chloroforme. Si jamais cela éteint par trop mes nerfs, vous devrez sortir mon bébé avec vos pinces affreuses qui lui déformeront le crâne ! Je suis contre !
- ... La douleur, Madame...
- Sera supportable ! Vous avez eut besoin qu'on vous endorme, vous, pour devenir mère ? La mienne non plus !
dis-je en faisant questions et réponses sur un débit endiablé. Combien de temps faut-il attendre avant que mon abricot éclate ?

Les infirmières écarquillent les yeux devant mon impudeur. Ou bien mon sourire carnassier effraie-t-il la péronnelle de peu de foi. AH ! Que croyaient-elles ? Que, pleine comme une montgolfière, j'allais me dégonfler ? Que nenni ! Je suis une femme de farouche volonté ! J'ai fait éclaté des dômes, participé à des attentats, navigué avec des pirates, déchaussé les dents de tout un village, tué un père fondateur et survécu à l'amour paternel bipolaire tout en étant capitaine d’industrie prospère dans une ville de zombies ! Alors un accouchement, pensez-vous ?!

- Entre 7h et 16h, votre altesse impériale.
- QUOI?!!!!!


Ma motivation vient d'être brutalement douchée. Cette histoire ne se finira pas promptement...


HRP:
 

Zahnfee V. Edelstein
Revenir en haut Aller en bas
Alice Liddell
Invité
avatar
Alice Liddell
Dim 8 Mai 2016 - 20:37
Les sages-femmes avaient soustrait Zahnfee de ses bras. Ne démordant pas pour autant, Alice leur avait emboîté le pas, vaille que vaille, ne voulant pas laisser son aînée seule face à cette épreuve. Même sans avoir connu elle-même les affres de l'accouchement, Alice se doutait que ce ne serait pas une partie de plaisir. C'était un pas important pour une femme, et elle se devait d'être auprès de Zahnfee. Hors de question qu'elle demeura devant la porte à se ronger les sangs. Ou à extérioriser son stress sur tout objet, ou individu, passant trop près d'elle.

Son front heurta violemment une armoire. Qui avait laissé un meuble en plein milieu du couloir ? Pestant, Alice remarqua alors que le meuble n'était autre qu'un homme – un garde au vu du costume militaire arboré, probablement sa tenue de fête pour l'occasion. L'homme ne broncha pas d'un poil, croisant les bras en secouant la tête de gauche à droite pour faire comprendre à la demoiselle que, non, elle ne passerait pas.

« Vous êtes bien gentil, mais ma sœur va accoucher. Je dois en être ! »

L'unique œil visible de l'homme, l'autre étant dissimulé sous un cache-oeil, se durcit sous un sourcil froncé. Un grognement sortit d'entre ses lèvres.

« J'insiste vraiment. Je suis la sœur de l'impératrice. Ça devrait vous suffire, non ? »

Non. L'homme demeurait campé sur ses pieds, bouchant le couloir aussi bien qu'une porte de coffre-fort. Il fallut l'arrivée impromptue d'une infirmière pour mettre fin à cet échange de regards.

« Herr Schlange, la famille de l'impératrice est habilitée à venir ! Ordre de l'empereur ! »

Le dénommé Schlange concéda enfin à laisser la voie libre à Alice qui s'engouffra dans l'interstice, rejoignant à grandes foulées la cohorte d'infirmières qui tentait, bon gré mal gré, de toutes entrer dans la salle des opérations.

« Où est ma sœur ? »
« Sa Majesté est ici... »

Il n'en fallut pas plus pour que Alice s’immisça au sein de la troupe, rejoignant Zahnfee. Son bras de chair enserra les hanches pleines de son ainée.

« Je reste avec toi jusqu'au bout. Chester est trop tendue. Elle est restée dans le couloir. Je crois... qu'elle sent ta douleur. Tu crois que les chats peuvent sentir ça ? »

La situation n'était peut-être pas appropriée à une telle question.
Alice Liddell
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Dim 31 Juil 2016 - 7:43

Il y eut du sang, de la sueur, des larmes. Aucun accouchement ne se faisait sans son lot de douleurs et de souffrance. Mais, au bout d'un travail harassant, les cris des enfants retentirent. Des jumeaux. Un garçon et une fille. Un héritier et une princesse. De quoi réjouir l'empire, de provoquer de nouvelles festivités.

RP terminé


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn-
Sauter vers: