Partagez | 
 

 [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Lun 23 Mai - 6:53
“Votre altesse, mettez vous à l'abris !”
“Oh putain. C'est quoi encore ce merdier ?”

Râla Asbjorn aussi peu impressionnée que devant une bougie qui fond, mais passant la fenêtre à travers la fenêtre de sa chambre pour essayer de comprendre d'où venait cette cacophonie qui raisonnait dans la château. Visiblement sous attaque, les nobles encore présents ici, ainsi qu'une bonne partie du personnels, ses conseillers et Fafnir qui trouvaient que ses ongles étaient beaucoup plus intéressant que le reste de l'assemblée, s'était réunit dans la chambre de la souveraine pour être bien à l'abris de la furie qui était en train de monter, Un de ses gardes, suant à grosse gouttes, balbutiait en surveillant le couloir en proie à la panique la plus totale, alors que ses collègues de travail le regardaient, partagés entre la honte et l'envie de le balancer par la fenêtre, vu son pathétisme le plus total.

“Un grand homme... monstrueux... personne ne peut l'arrêter... il vous cherche... il arrive ici !”

“Tu vois mon gars ? C'est précisément parce que des mecs comme toi sont ici à perdre leur temps à jouer au garde, que des connes comme moi arrivent à se faufiler dans le château et à devenir impératrice. Maintenant vous les nobliauds, derrière en rang d'oignons, ceux qui ont encore des couilles se mettent devant avec moi, on la ferme et on tient la position. Putain de merde j'vous jure. Un seul mec au lendemain de noël, quand tout le monde est bien bourré, et y'a plus personne. Bien la peine qu'on se casse le cul à refaire une armée si vous pleurez au moindre problème.”

Fit Asbjorn sous l'hilarité générale de ses gardes les plus chevronnés, qui se saisit d'un coup de son épée avant de se poster près de la porte au milieu de ses hommes. Si elle avait gardé visiblement son sang froid, sa tête fourmillait de question. À savoir pourquoi cet homme était en train de ravager Hildegarde Castle. Était-ce Odin ? Ou du moins un envoyé ? Non Fafnir aurait probablement réagit un peu plus, quitte à étonner tout le monde. Mais c'était probablement la punition divine qu'Asbjorn attendait sagement depuis qu'on lui avait donné le nom d'impératrice. Les dieux allaient prendre leur revanche ce soir, et si Asbjorn ne se rendrait pas sans se battre, Valhalla oblige, elle accepterait son châtiment sans rien dire. Une fois à la table avec son dieu, elle lui dirait la vérité, et peut être qu'il la pardonnerait et l'autoriserait à manger à ses côtés.

Les coups plongèrent sur la porte, et tout les hommes et femmes armés fixaient la porte l'épée au point, près à bondir dés que l'impératrice donnerait l'ordre. La porte explosa en bien moins de coup qu'on lui avait pourtant promit, sécurité de merde, et Absjorn jeta son arme exactement en même temps que l'homme imposant devant lui, pour finir dans ses bras, les jambes dans le vide la seconde d'après.

Accrochée à Ragnar comme si sa vie en dépendait, elle se dit qu'au final, Odin était plutôt en train de tracer un chemin bien confortable pour elle. Combien de fois, surtout depuis qu'elle était coincée ici, avait elle languit la voix puissante de son gros taureau, qui pour elle, avait des airs de berceuses. Le nez enfoncé dans l'énorme cou de l'hybride, elle finit par lui souffler avec un désespoir qui ne lui ressemblait pas.

“Si tu savais à quel point je suis dans la merde, Ragnar. ”

Elle reposa les pieds au sol, finit par lui sourire malgré la culpabilité visible sur son visage, et se tourna vers l'assemblée derrière elle, dont les mâchoires allaient finir par se décrocher.

“Personne n'attaquera cet hybride ici. Et la prochaine fois que quelqu'un demande à me voir, ouvrez lui la porte avant de sonner les tocsins. Si on doit s'alarmer dés qu'une gueule bizarre passe les portes, ça fait longtemps que j'aurais foutu dehors la moitié d'entre vous, avec mon empreinte de botte sur le cul.”

Elle attrapa l'énorme bras de qui ressemblait le plus à un père pour elle pour le conduire dans la salle principal.

“Et vous l'avez entendu : ramenez de quoi boire ! Et faites jouer les musiciens, c'est une soirée à célébrer !”

Restez qu'il fallait commencer à expliquer la situation à Ragnar, et elle ne voyait qu'une seule façon pour en parler. Alors qu'elle lui fit signe de s'installer sur un des bancs près de l'énorme cheminée du hall d'entrée, elle finit par marmonner en regardant ses pieds d'un air coupable.

“J't'ai pas écouté.”


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Mer 25 Mai - 21:57

« Sigmar. Asbjorn Sigmar. »

Le valet avait regardé l'hybride de bas en haut, la bouche aussi béante qu'une truite qu'on venait d'arracher à sa rivière natale. À bout de patience, Ragnar attrapa l'homme par le col, le soulevant comme s'il ne pesait rien. Leurs nez se frôlèrent et le valet put sentir l'haleine chargée en alcool de l'hybride.

« Asbjorn. » Mon moineau, ma fille, abruti. « L'impératrice. »
« L'heure des doléances est dépassée, Monsieur. Je puis vous prendre rendez-vous pour une autre... »

Le valet fut secoué de bas en haut transformant la fin de sa phrase en un trémolo de « ouaaah ».

« Je lui rends visite quand je veux. Où est-elle ? Vous l'avez planqué dans la plus haute tour de ce foutu palais ? »

Mais le valet ne put répondre. Secoué comme un prunier, l'esprit de l'homme avait décidé d'appuyer sur l'interrupteur, coupant son et lumière. Avec un grommellement résigné, Ragnar laissa choir le domestique sur le sol. Un château c'était grand, mais pas aussi dangereux que d'explorer une grotte de trolls. Il finirait par trouver le chemin facilement.

L'hybride grogna, de sa voix de barryton, alertant les domestiques qui fuyaient le visiteur indésirable avec des airs de poulailler recevant la visite du renard. Scène qui aurait arraché un énorme rire à Ragnar en d'autres circonstances. Mais, là, toute son attention était concentrée sur Asbjorn. Un domestique avait fini par cracher le morceau, suppliant en échange que l'hybride l'épargna. Le pauvre homme fut retrouvé, après toute cette histoire, dans le coin d'une remise bégayant qu'il abandonnait son travail et se faisait ermite.

La porte ploya sous les coups de masse de Ragnar. Il y eut un silence, suivi promptement du bruit du métal cognant contre le sol. Ragnar souleva Asbjorn. Elle sentait désormais le savon, le luxe, mais elle demeurait Asbjorn. La vagabonde, la plus jeune recrue de la compagnie des Fiers de Hache. C'était comique de la voir user de son bagout sur toute une cour qui pouvait que se contenter de hocher la tête et obéir.

Les épaules de Ragnar tressautaient sous le rire qu'il tentait, à grand peine, de contenir. Par Odin, c'était divin à voir !

Le banc grinça quand Ragnar s'assit, penché en avant. L'homme avait toujours cette posture quasi agressive, se préparant à bondir. On n'effaçait pas des années passées à sillonner les routes, à fréquenter des aventuriers parfois dépourvus d'honneur. Ragnar était de ces hommes à dormir avec une arme sous l'oreiller.

“J't'ai pas écouté.”
« Hmpf. »

Ragnar laissa s'écouler quelques brèves secondes avant de claquer une énorme accolade sur l'omoplate de l'impératrice. La demoiselle avait l'habitude d'encaisser de pareils coups. C'est que Ragnar avait tendance à savoir mieux cogner et frapper que caresser.

« Je te l'avais dit, Asb'. Aaaasbjooorn. »

Sa voix appuyait les voyelles comme un père réclamant l'attention entière de son enfant. D'une main vigoureuse, l'hybride saisit Asbjorn par le cou, lui coinçant la tête dans le pli de son coude tandis que, de sa main libre, il lui frottait vigoureusement le cuir chevelu.

« Tête de mule plus butée qu'un pinard bouchonné ! Tu sais quoi ? Tu mériterais que j' te laisse là. Toute seule sur ton trône, à pleurnicher en attendant ton prince charmant. »

Ragnar relâcha Asbjorn, croisant les bras sur son torse.

« Sauf qu' tu sais très bien qu' je t'laisserais pas. Merd'. J'ai traversé quasi tout le pays pour arriver jusqu'ici. Et t'imagines le choc quand j'ai appris que t'es impératrice depuis des mois ? Pouvait pas envoyer un message ? »

La voix grondante de Ragnar mettait le doute sur ce qu'il ressentait. De la frustration, de la colère... ou la peur larvée que son moineau ait été impliquée dans une affaire qui la dépassait ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Dim 29 Mai - 0:59
Bam. Première taloche sur l'épaule. Ça faisait mal. Mais ça faisait du bien. Elle se mit à rire, en frottant son omoplathe, un peu décontenancé par la douleur, comme d'habitude, mais c'était si familier et Ragnar lui avait tellement manqué. Elle le regardait moins d'en bas, mais il était toujours aussi imposant. Elle allait répliqué mais déjà sa voix gronda en appuyant les voyelles et elle se retrouva dans le pli du coude du géant en se faisant littéralement passé un savon. Si il avait mit un dixiéme de sa force, il lui aurait rompu le cou. Asbjorn le savait bien, mais elle n'avait pas peur. Il lui faisait ça depuis qu'elle avait douze ans et pas une seule fois elle avait senti ses jours se mettre en danger. Ragnar était comme ça, et il avait beaucoup déteint sur elle. Elle avait un peu trop de geste affectueux envers les gens, et si ça n'avait été jamais un soucis avec Islniss, Fafnir était beaucoup moins chaleureux quand elle lui donnait une claque sur l'épaule, ou passait ses bras autour de lui.

Un cœur manqua un battement quand il parla de la laisser ici, mais et se figea un peu plus quand il sous entendit fortement qu'il resterait ici pour l'aider. Elle le dévisagea comme si elle avait vu un fantôme, quoique non, cela ne lui ferait jamais vraiment peur, et finalement tordit son visage par une grimace sceptique.

“Parce que tu allais te foutre de ma gueule ! Bah tiens ! C'est quoi cette question ! Mais j'aurais dû me douter que tu serais au courant. Tout se sait dans ce pays, et bientôt y'aura ma gueule d'enfarinée partout ! Histoire que bieeeeeen personne ne la rate et sache qu'une gamine de 19 piges récure le trône avec son gros cul ! Par Thor, je veux même pas savoir ce que le peuple en pense, ça me stresse !”

Elle rit jaune, parce qu'elle n'avait pas envie de se mettre à pleurer de façon misérable en disant la vérité. Celle qu'elle voulait pas être ici. Elle essayait de s'habituer au château, à sa vie beaucoup trop remplie. A ne pas chasser sa nourriture, à faire attention à tout les détails, à être altruiste avec son peuple, à n'oublier personne, prendre toutes les décisions en prenant en compte n'importe quel paramètre. Gérer le budget, les moissons, le commerce, l'international, l'armée, la croissance, le moral du pays, le regard des dieux et plein d,autres trucs. Le bordel ! Voilà à peine quelques mois elle ne savait même pas lire ! Et à côté elle devait perfectionner son talent à l'épée, prendre des cours accélérés de gérance d'absolument tout, et apprendre à utiliser la magie ! La seule façon de s'endormir le soir pour elle, malgré la fatigue morale, c'était qu'Islniss l'épuise assez dans sa chambre. Heureusement il était toujours ravi d'aider.

Elle ne souriait plus et se massa la tempe avec sa main en soupirant.

“Bon tu dois te demander comment ton moineau s'est retrouvé ici. Bah c'est une prophétie. Mais attention hein ? Une prophétie : de merde !”

Elle lui raconta donc tout. Les petits larcins pour s'amuser, Islniss, la mort des souverains, le château, l'épée, et comment elle a finit impératrice.

“Je t'avais prévenu, c'était une prophétie de merde. Et maintenant je suis bloquée ici jusqu'à ce que je crève ! On me dit 'blablabla envoyée des dieux, blablabla” Mais mon cul sur la commode ouais ! Les dieux auraient pas envoyé une gamine qui sait pas lire pour prendre tout le royaume sous sa coupe ! Je fais de mon mieux hein ? J'ai changé des trucs, en plus j'ai même fait l'effort de me traîner en Europe pour voir les autres dirigeants. Et putain, en plus d'être des gros blasphémateur et des frustrés, ils ont une puissance de feu de masse à cause de leur technologie de merde ! Du coup je tente de remettre un peu d'ordre dans l'armée, parce que c'est le merdier. De nourrir mon peuple au lieu qu'ils lavent mes bottes avec leur langues. Je me suis même bougée en Mongolie pour aller rencontré un autre chef qui pense comme moi ! Mais je te le dis Ragnar, si je coule pas le pays avec mes conneries, si on nous envoie pas une armée dans le pif demain, les dieux vont juste couper les récoltes et m'envoyer Fenrir à la gueule pour me punir de m'être cru au dessus de tout !”

Elle soupira derechef en balançant la tête en arrière.

“T'as pas à rester Ragnar. Jsuis la seule à être logiquement tenue à gouverner. J'ai pas envie de bloquer tout le monde avec moi. J'vais passer pour quoi aux yeux d'Odin si en plus j'empêche un de ses meilleurs guerriers de vivre tranquillement ?”


Elle savait qu'Islniss partirait le jour où il le voudra. Mais Ragnar ne le ferrait pas. Il était comme ça.


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Lun 30 Mai - 0:30
Les prophéties ça ne manquait pas en Scandinavie. Il y avait toujours une voyante pour vous prédire un potentiel futur, une sorcière pour se mettre à psalmodier des mots sans queue ni tête sous l'effet d'un trop grand flux de magie. Mais des prophéties comme celle d'Asbjorn, Ragnar n'en avait jamais entendu. L'homme se gratta le front, perplexe.

« Si je t'emporte sous le bras, tu risques de clamser ? Merd'. C'est que j'avais pensé faire ça en t' retrouvant. T'arracher du trône et filer dare-dare. T' sais comme c' jour où on a débouché sur une grotte de trolls et qu'on a du se carapater sinon on finissait tous aussi plats que du pain d' seigle pas cuit ? C'est pas d' la grande stratégie, mais si j'ai pu entrer, j'aurais pu r'ssortir. Mais si ça t' tue ça vaut pas le coup... »

Ragnar eut un profond soupir. Il avait songé à cette unique éventualité et se retrouvait donc, tout déconfit, de n'avoir aucune autre porte de sortie. Quelle idée ils avaient eu les dieux de créer une épée magique qui offrait un trône mais le risque de mourir d'une maladie pire que la syphilis. D'un côté ça permettait d'assurer une succession mais... Non, même en retournant la situation dans tous les sens, ça ne plaisait pas à Ragnar.

« Vu qu'on a encore eu aucun' retombée de Valkyries ces derniers mois, ni d' pluie d' corbeaux répandant la peste et l' choléra, j' pense que les dieux s' disent que tu t'en sors bien. J'ai l'impression que t'en as fais plus en quelques mois que tout l'ancien couple en quelques années. Z'avaient pas l'air de bouger leurs miches hors d' leurs châteaux. Et toi t'es allé partout même en Mongo... go... Mongolie. J'sais pas c' que c'est. »

Asbjorn lui aurait annoncé qu'elle était partie en escapade dans un pays nommé le Vuvuzela que ça lui aurait paru tout aussi clair. Ragnar n'avait qu'une vague idée du monde hors de la Scandinavie. Et il était incapable de lire une mappemonde.

L'homme se leva soudainement, ses poings s'abattant sur ses hanches.

« Parce qu' tu crois qu' j' vais repartir ? Merci Asbjorn de m'avoir fait la bise. J' retourne à la maison passer l' b'jour à ta mère. J' fais ça, Brunhilde m'écorche la peau du dos. Et pas pendant c' que tu crois, vicieuse. Maintenant qu' j' t'ai retrouvé, j' reste. S'il faut je m'attache à une des colonnes d' marbre de c' foutu palais. »

Ce qui risquait de faire grande sensation au sein du Hildegarde Castel. Ce n'est pas tous les jours qu'on voit un hybride taureau saucissonné dans la grande salle.

Du doigt, Ragnar tapota la poitrine de Asbjorn.

« On va parler de ton armée là. Tu l'as dit. Chuis un soldat. J' peux t' les bouger tes gars. Si bien que j' vais devenir essentiel et que tu pourras plus t' passer de moi. » Se tournant vers le couloir, il hurla. « Et où est mon hydromel, par la culotte de Freyja ?! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Dim 5 Juin - 7:32
C'était presque rassurant qu'il avait eu la même idée qu'elle, mais peine perdue. Ragnar prendrait pas le risque de la tuer pour la faire vivre libre. Y'avait une priorité pour lui, même si en tant que jeune fille sans enfant, Asbjorn avait du mal à l'assimilé parfois. Elle ne cherchait plus depuis très longtemps à comprendre la logique paternelle, qui échappait toujours à Asbjorn. Quand on avait subit son père, imaginer la bonté humaine, et surtout l'amour paternel, celui qui te ferait lutter contre vent et marée pour la chair de ta chair, était compliqué en soit. Mais alors quand cela concernait le fait de tout donner pour une créature qui n'avait nullement ton sang, cela la dépassait largement.
De même qu'en parcourant toute la Scandinavie, voir qu'elle avait été une seule exception dans un monde où les enfants étaient largement traité correctement et tout le monde aidait son prochain avait largement contribué à son questionnement sur le pourquoi du passage à tabac qu'elle recevait quotidiennement. Et même à en culpabiliser.

Mais c'était finit depuis bien longtemps, Ragnar la voyait comme sa fille, ne s'en était jamais caché, et elle ne pouvait que rire nerveusement en l'écoutant s'indigner de se voir proposer de quitter les lieux. L'impératrice malgré elle se massa les paupières en riant, penchée en avant avec les coudes sur ses genoux. Elle le regarda si il était Thor en personne quand il annonça qu'il s'occuperait de son armée. Un domestique s'activa pour leur amener leur hydromel comme demandé alors que la musique commençait à raisonner.

“Tu penses vraiment que les dieux me soutiennent ?...” Fit-elle avec un regard de chien battu qui était bien loin de l'air fier et décidé qu'elle affichait d'habitude. Elle s'en rendit bien vite compte et secoua la tête en balançant la main pour chasser cet air de son visage, et prit un ton plus pragmatique. Elle ne faisait que prétendre depuis qu'elle était sur ce trône. Prétendre être une leader, prétendre être une noble, prétendre être l'élue des dieux, et prétendre avoir les épaule et la force de gérer un Empire pareil. Elle ne n'avait pas, du moins elle avait souvent envie de craquer, mais ne voulait jamais perdre pied. Elle ne voulait pas savoir la réaction d'Islniss si elle se mettait à pleurer en disant qu'elle n'était pas capable de faire tout ça.

“Enfin j'veux dire... Regarde moi ! Tu crois vraiment que les dieux sur tout les paumés du pays, sur les mecs expérimentés à gérer des trucs, ils se sont dit “bah tiens, Asbjorn a passé sa vie à rouler les riches dans la farine, connait que dalle à la gestion d'un pays, et sait pas parler sans insulter quelqu'un ! Choisissons la, ça va carrément le faire! Ça tombe bien, tout marchait un peu trop bien en ce moment !” Non faut pas être demeurés, ça s'est pas passé comme ça !”

Elle se renfrogna sur son banc, croisant les bras et réfléchit. Et puis, la décision fut prise. Brève, rapide, spontanée, et très digne d'elle. Elle se leva d'un bond, attrapa sa chope, la vida d'un coup sec et la reposa d'un coup sec sur la table.

“Bah tu sais quoi Papa ? Toi et moi, on va sortir un peu.”

Elle se leva et s'avança un peu au milieu de l'énorme hall qui avait désormais des tables et des bancs à sa décision, là où tout le monde pouvait venir et manger à sa guise. Mais où tout était encore trop vide.

“Pour une armée, faut bien des hommes dedans non ? Parce que je sais pas ce qu'à foutu l'Empereur avant moi, mais à part des gros nobles nazes qui savent à peine chasser, elle est nulle à chier ! Ils nous faut du sang neuf ! Et pas que des nobles ! Des femmes, des paysans, des aventuriers, des êtres magiques, des sorciers... n'importe quoi qui veut bien servir son pays ! Si les dieux m'ont choisit y'a bien une raison, bordel.”


Elle se tourna vers Ragnar, se resservant une large chope d'hydromel avec un sourire large, fière de son idée.

“Ils nous faut de la magie ! Beaucoup de magie ! Il faut tout refaire ce chateau, ce pays ! J'te le dis Papa, le jour où les Européens veulent nous botter le cul, il va falloir plus que trois drakkars et deux archers qui se grattent le cul. J'ai une fée à la cours, Nikolas, il a des idées géniales pour améliorer la magie, mais il faut aller plus loin ! L'emmerde c'est que pour convaincre les gens de venir ici, et de faire bouger ce bordel, va falloir qu'ils me respectent et j'suis une gosse, pas mariée, sans chiard, et j'ai rien prouvé du tout... A leur place j'me suivrais pas.”

Elle fixa le grand taureau avec l’œil brillant et annonça :

“Tu te souviens de quand on se promenait sur des trolls ?! Bah j'vais me trouver une autre monture. Un truc bien cool, que personne a fait avant moi !!”

Elle sauta sur la table, histoire que ses hommes la fixent, et tendit son bras qui tenait son hydromel vers le plafond.

“Demain on s'en va tout les deux battre la campagne ! On va parler aux gens, recruter tout ce qu'on peut, et surtout, on va aller dresser de la Vouivre ! Et une grosse ! De la taille d'un Dragon ! Je reviens en volant ou les pieds devant !!”


Si avec ça, elle n'avait pas gagné son fait d'arme qui la rendra définitivement Impératrice digne des dieux, elle ne savait plus quoi faire.


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Jeu 9 Juin - 22:24
Les dieux devaient avoir un sens de l'humour déplorable. Tout cela devait venir de Loki. Il n'y avait que le dieu de la fourberie pour avoir l'idée de créer une telle prophétie et choisir, sciemment, une demoiselle de la plèbe, dénuée de tout sang royal. Oui, tout devait venir de lui. Loki avait bien, par le passé, réussi à déguiser Thor en déesse de l'amour. Son humour volait aussi haut que celui d'un quidam après trois tournées d'hydromel – autant dire très bas.

Ragnar emboîta le pas à Asbjorn, sirotant sa chope à petites gorgées, savourant le nectar. C'était pas de la piquette de taverne bon marché ! L'ancien empereur savait apprécier le bon alcool. Le corps réchauffé par la boisson, Ragnar écoutait religieusement sa fille. Elle disait ne pas être compétente, mais ses paroles démontraient tout le contraire. Elle avait déjà pris son nouveau rôle à cœur, parlant d'avenir, de nouveautés, de nouvel éveil pour l'empire.

« La magie, Brunhilde en connaît un rayon. » Logique pour une sorcière. « La connaissant, elle risque d' débarquer ici dans peu d' temps. Vous pourrez causer sorts et maléfices ent' filles. »

Durant quelques instants Ragnar eut l'image de Brunhilde et Asbjorn, allongées sur des peaux de bête, discutant magie tout en sirotant de l'hydromel. Soirée pyjama à la saveur scandinave.

Du recrutement, ça, Ragnar pouvait en faire.

« Je pourrais voir avec les gars d' la compagnie. T' sais y en a qui diraient pas non à r'joindre une armée j' pense. Surtout s'ils ont l' toit et la bouffe avec. Tant que leur dis qui taper ça leur suffit. Femmes, hommes, hybrides... Tu les connais, aucun rechigne à la tâche. »

Au contraire ils pouvaient se montrer, un brin, trop zélés. Du genre à continuer à dilapider un village ennemi alors que l'armée a déjà sonné la retraite. Et aucun des hommes et femmes sous les ordres de Ragnar n'était un pleutre. Tous préféraient mourir sur le champ de bataille, l'honneur du guerrier dans leur cœur, que rejoindre leurs pénates en toute sécurité.

L'annonce de Asbjorn rappela à Ragnar ces défis que lui-même avait envoyé, dans plus d'une taverne, afin d'attiser l'excitation de sa troupe et provoquer jalousie et envie dans les compagnies adverses. Asbjorn avait beaucoup appris de son père.

« Pourquoi d'main ? » s'écria le taureau. « Moi j' suis partant dès aujourd'hui. On selle deux chevaux et vlan ! En avant l'aventure ! Z'ont bien des chevaux, non ? Bon... » Les mains de Ragnar palpèrent son torse. « Pour moi faudrait un gros ch'val. Savez ceux avec d' gros sabots qu'on utilise pour les labours. Pas une jument pour jouvencelle. »

Sauf s'ils voulaient de la viande de cheval au dîner, sinon c'était clairement déconseillé comme initiative.

« Puis d' la bouffe aussi. Pas des 'tits œufs de poisson ou des 'tites tranches de pain avec du saumon d'ssus. De la vraie barbaque dans du sel, de la viande séchée, du pain pas trop rassis. La chasse à la vouivre ça peut prendre du temps, les gars. »

Il fallait trouver l'antre de la bête, la pister, trouver son point faible et la contraindre si bien qu'elle ne puisse plus qu'accepter d'être, désormais, soumise à l'humain qui l'avait capturé. La tuer serait plus simple, mais bien moins grandiloquent. Puis Ragnar s'était toujours demandé ce que ça faisait de voler sur le dos d'une vouivre.

L'hybride-taureau saisit Asbjorn par les hanches, la soulevant au-dessus de la table.

« Et quand elle reviendra, chevauchant la bête comme une Valkyrie, z'aurez plus qu'à lui lécher les bottines ! » Tout bas pour que seul Asbjorn l'entende, il rajouta. « Alors, n'y va ? »

Il trépignait comme le premier jour où on lui avait annoncé qu'il pouvait participer à sa première bagarre de taverne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Mer 22 Juin - 23:49
Entendre parler de l'arrivée iminante de Brunhilde ravie Asbjorn. Elle avait beau passé une grande partie de sa vie avec des hommes, la force tranquille de cette mère de substitution était quelque chose qui lui manquait régulièrement. Mais les moineaux s'envolent vite, et la jeune fille n'aurait pas pu rester très longtemps avec eux. Il fallait pour elle apprendre à s'en sortir toute seule. Et maintenant la voilà Impératrice. Elle se demanda l'air de rien si Ragnar ou elle étaient tout de même un semblant fiers d'elle, outre l'inquiétude sans nom dont ils faisaient preuve en débarquant ici. Asbjorn connaissait assez sa mère pour savoir qu'elle ne passait pas prendre le thé.

Elle tapa l'épaule de son père, contente de voir qu'elle arrivait à l'atteindre sans sauter sur place comme auparavant et fit d'un air taquin.

“Vous êtes encore ensembles alors ? En même temps d'autres peut subir tes assauts, hein ? Gros taureau.”

Le recul de l'impératrice, et probablement le fait qu'elle était incroyablement bruyante, sur les ébats agités, venait probablement du fait que Ragnar et Brunhilde n'ont jamais été très calme de leur côtés. Il suffisait de les voir se battre pour s'imaginer les ravages qu'ils pouvaient faire à deux dans une chambre à coucher. Quand ils avaient la patience de trouver une chambre à coucher.

Elle hocha vivement la tête quand il lui proposa de partir sur le champ. Une bonne vieille expédition à deux, voilà tout ce dont elle avait besoin. Pour recruter, pour se présenter, pour aller visiter un peu cet immense empire. Juste tout les deux, pour se retrouver, comme au bon vieux temps. Elle ordonna à ses serviteurs de prévenir et les cuisines et ajouta à son pére.

“Bah ! Te soucis pas de ça, on a des gros chevaux de trait à l'écurie. On manque de rien ici, parfois c'est même perturbant, on dirait que le chateau sort absolument tout ce que je veux de son cul. Et c'est même pas magique.”

Elle lui donna une dernière tape dans le dos, et se fit plus mal qu'autres chose, avant de lui annoncer :

“Mange un peu, laisse moi 5 minutes pour prévenir quelqu'un que je vais plus pouvoir l'honorer pendant quelques jours, et attraper de quoi pas choper froid là bas. Même si t'es bien placé pour savoir que je peux rester à poil dans la neige sans attraper un rhume.”

Sans préavis elle enroula du mieux qu'elle pouvait ses bras autour de l'énorme torse du Taureau. Elle ne savait pas trop pourquoi elle-même, le temps de prévenir Islniss et elle serait de retour. Mais lui rappeler encore une fois à quel point elle était heureuse de le retrouver ne pouvait pas lui faire de mal.

“Merci d'être là papa.”

---

Les jours avaient passés, entre coupés de courses poursuites et de feu de camp où tout les deux rattrapaient des années de séparations en expliquant en long et en large tout ce qu'ils avaient fait depuis la belle époque.
Le recrutement allait bon train, tout les deux ayant assez d'arguments pour convaincre les petites gens qu'ils pouvaient faire une différence au sein de l'armée, et sentir un souverain proche d'eux eut tôt fait de les rallier à la cause d'un nouvel empire Scandinave. Asbjorn en parla beaucoup pendant le trajet, de ce qu'elle voulait pour l'empire, en essayant au mieux de ne pas montrer qu'elle était terrifiée de tout gérer. Sans oublier que tout les deux n'avaient eut aucun soucis à annoncer tout de go à qui voulait l'entendre qu'elle allait rentrer avec une vouivre de compagnie. En pleine nuit, elle dormait beaucoup moins bien. Rentrer sans cette vouivre achèverait de ruiner sa réputation et de tenir pour toujours son image auprès des dieux. Mais l’enthousiasme et la présence de Ragnar finit par la rassurer. Elle dormait sur son ventre, comme si elle avait toujours 12 ans, ce qui au final ne devait pas changé grand chose pour le géant.

Des jours plus tard, ils finirent par arriver sur un lac glacé et isolée au fin fond de la Finlande. Aucune âme qui vivent à des kilomètres, et de la faune qui se faisait timide. La keisarinna était certaine de toucher au but quand un long rugissement, sourd et imposant, laissant peu de place à l'imagination concernant la grandeur de la bestiole, se fit entendre au loin.

“AHA !” Fit-elle en pointant un pic au loin derrière le lac. “T'as entendu papa ! Ça c'est une belle bête !”

Il avait beaucoup déteint sur elle à ce niveau. Si encore hier soir elle était terrifiée à l'idée de ne pas réussir, devant l'animal, elle avait l'épée qui la démangeait sérieusement.

“Bon, on fait quoi ? On sort les appats ?”

Fit elle en croisant les bras sur sa selle de cheval de façon nonchalante. Qu'elle y passe ou pas, les dieux seront fiers d'elle.


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Ven 1 Juil - 21:10
C'était ça l'aventure, celle avec un grand A. Les soirées autour d'un feu de camp, les engelures qui vous grignotaient les doigts et les orteils, la viande sèche qu'on arrachait à grands coups de dents, les pistes qu'on flairait comme un chien de chasse à la recherche de la bête. De tout son être Ragnar vibrait. Il s'épanouissait comme une fleur sous le soleil. Les brefs arrêts dans les villages lui arrachaient des sourires lorsque les villageois s'extasiaient devant l'exploit qu'allait remporter leur impératrice. Sourires qui se transformaient en un froncement de sourcils dès qu'un coq roulait trop les épaules. Néanmoins Ragnar ne disait rien, observant simplement. Si un homme osait trop approcher Asbjorn, il savait compter sur sa fille pour le renvoyer mordre la poussière. Dès que ses seins avaient pointés, le taureau lui avait montré comment chasser les gars trop pressants. Et comment leur ôter le goût de recommencer.

Ragnar ne compta pas les jours passés sur la route. Il aurait désiré que le voyage dura à jamais, que Asbjorn soit à ses côtés, comme par le passé, et que leur vie reprenne le chemin qu'ils avaient tracés : vivre au jour le jour, sans se soucier du lendemain. Mais ils avaient un but, une quête à accomplir : capturer une vouivre.

Le cri de la bête vibra tant qu'on aurait pu croire qu'il faisait trembler les montagnes. Ragnar ne voyait pas même une corne poindre à l'horizon, mais il pouvait imaginer la taille de la bestiole. Plus imposante que le Hildegarde Castel, les mouvements reptiliens, les écailles dures comme l'acier... Une créature de légende.

« Elle va nous d'nner du fil à r'tordre j' t' l' dis. »

Asbjorn était déjà prête ne reculant pas face au danger qui se présentait à elle. Ragnar descendit de sa monture, s'enfonçant dans la neige jusqu'aux bottes. La poudreuse était épaisse, crissant sous ses pas. Au moins la neige pourrait les réceptionner s'ils faisaient une mauvaise chute et ce, sans se briser les os. D'une poigne ferme Ragnar dénoua le paquetage pesant sur l'arrière-train de sa monture. Le cheval secoua la tête, ses naseaux expirant un nuage de buée.

« J' t'avoue qu' ça m' fait un peu mal d' devoir jeter tou' c'te barbaque à c'te bête. Mais hein c'est pour la bonn' cause ! »

Le paquet chuta dans la neige dans un bruit sourd. Poussant dessus Ragnar le fit rouler quelques mètres plus loin avant de le dénouer. Rouge carmin sur linge sale, la viande exhibait sa chair crue, exhalait son odeur de chair morte... et de bière. Aidés des villageois du dernier hameau traversé, Ragnar et Asbjorn en avaient imbibé la viande. Le houblon semblait attirer nombre d'animaux dont la vouivre si on en croyait les racontars. Ce qui ne coûtait rien à essayer.

Ragnar s'essuya les mains sur son pantalon, y laissant des trainées sanglantes.

« Maint'nant y a plus qu'à attendre. » Du doigt, Ragnar désigna une colline. « On va s' planquer d'rrière. L'arme au poing, à bas d' nos chevaux. S'ils paniquent, on leur file une claque au cul et ils décamperont dans un coin sûr. »

Guidant sa monture en tirant les rênes, Ragnar la guida jusqu'à la colline, veillant à ce que Asbjorn le suivit et opéra de la même façon que lui. L'hybride tira sa hache au clair et attendit. Guère longtemps. Un large mouvement d'ailes fendit l'air. La vouivre grondait sourdement – on aurait presque cru entendre un chat gigantesque ronronner. Le sol trembla lorsque la créature se posa, ses ailes s'agitant comme si, par ce biais, elle pouvait exprimer toute son excitation.

Claquement de mâchoires. Déglutition. La vouivre mangeait.

Ragnar fit un mouvement de tête à Asbjorn.

« À vous l'honneur, Keisarinna. »

C'était à elle de porter le premier coup.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Jeu 7 Juil - 2:23
Il était là. Le moment qui basculerait toute sa vie. Il appelait son nom, et la ferrait rentrer pour toujours dans l'histoire. Elle n'avait pas de contes à raconter, pas de légendes qui transporterait son nom par les terres et mers. L'empereur Elias avait arraché la couronne de la tête ensanglantée de son père, et elle, elle avait tout juste fait un duel à la con pour récupérer une épée. Les bardes et les conteurs adoraient enjoliver la réalité, mais cette fois, rien ne serait un mensonge éhonté. Son règne commencerait réellement. Bien sûr, elle tremblait encore des genoux à l'idée de gouverner un pays avec ses petites mains, mais elle n'était pas seule, et le peuple était positif. Maintenant il fallait qu'elle soit crainte et respectée. Dur pour quelqu'un qui avait vécu dans l'ombre toute sa vie, mais soit.

Elle regarda son père jeter la viande dans la neige, en hochant la tête d'un air entendu et couru se planquer avec lui derrière la colline. Comme lui, elle avait entendu la bête au loin, et l'entendre si proche lui fit réalisé qu'elle était probablement aussi grande qu'elle l’espérait. Enfin. C'était le moment idéal pour avoir peur et rentrer chez soit. Mais Asbjorn fulminait derrière sa montagne en entendant l'imposant créature mâchouiller son steak. L'épée à la main, tapotant rageusement du pied, elle souriait d'un air carnassier. Suffit des petits larcins et des batailles de taverne, ÇA c'était l'honneur le vrai !

“Odin nous regarde !”

A peine Ragnar lui ait lancé les hostilités, elle grimpa au sommet de la colline, dominant l'animal qui avalait, ou plutôt gobait, le reste de son repas, et avec un cri de guerre improvisé qui devrait ressembler à “ghaaaaaaaarneanaraaaaaa” elle sauta.

Attérissant sur le cou de la bestiole, elle se réceptionna avec chance sur ses deux jambes, et ouvrit les hostilités, en tranchant une grosse entaille entre les épaisses écailles de l'animal. Elle aurait pu lui trancher la tête avec cette épée magique, mais elle n'en fit rien. Il fallait la dresser, lui montrer qui était le patron et qu'elle devait la servir, plutôt que de la tuer, cela ne servirait en rien.

Bien évidemment, l'animal hurla et se secoua, et Asbjorn sut bien qu'il fallait sauter dans la poudreuse, avec un roulée boulée, pour échapper à son courroux et alléger sa chute.

Couverte de neige, elle se releva, et fit face à la Vouivre, immense et passablement hargneuse, qui la dévisagea. Toutes les deux se tournèrent autour en chien de faïence, songeant à la meilleure ouverture pour s'attaquer. La même posture : le cou légèrement en avant, les yeux perçants, faisant des légers pas sur le côté. La vouivre menaçait, et Asbjorn parla.

“Je suis Asbjorn Sigmar ! Impératrice de Scandinavie ! Je cherche l'union au sein de l'empire, et tu es allègrement invitée à rejoindre mon armée !”


Pour réponse, elle hurla. Pas convaincue, semblerait-il. Mais l'impératrice sourit. La guerre avait commencé.


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Jeu 7 Juil - 21:31
Ragnar ne bougea pas lorsque Asbjorn se lança à l'attaque. Il ne devait pas la gêner. L'homme recula de quelques pas lorsque la vouivre et l'impératrice se lancèrent leur duel. Tels deux vautours jaugeant une proie, elles se fixaient du regard, cherchaient la faille chez l'autre. Ragnar tourna autour jusqu'à rejoindre Asbjorn. Il n'attaquerait pas la vouivre par derrière. Ce serait attaquer en traître. D'autant plus qu'il n'était pas question de la saigner comme un porc en temps de festivités, mais de la dompter.

Les doigts de Ragnar pianotèrent sur le manche de sa hache. L'hybride rejeta ses épaules en arrière, serrant mieux son arme entre ses mains.

« Elle a pas l'air jouasse la 'tite. »

La vouivre poussa un énième cri, accompagné d'un souffle à vous décoller la mâchoire – si vous mesuriez autant qu'un nain. Ragnar rit sourdement en voyant Asbjron aussi décoiffée qu'après une nuit folle dans une grange.

« J' crois qui va vous falloir lui rentrer l'info dans l' crâne. »

Mugissant comme un taureau (ou un Scandinave bien imbibé, tout dépendait du point de vue et l'oreille musicale) Ragnar fonça sur la vouivre en brandissant sa hache. Le reptile leva une patte, tentant d'agripper ce vermisseau qui s'attaquait à elle. L'hybride lança sa hanche tel un javelot avant de rouler sur le côté. Une griffe lui lacéra la corne, crissant comme un ongle sur de l'ardoise. La hache se planta dans la patte de la vouivre lui arrachant un glapissement furieux.

En entendant ce cri, Ragnar releva la tête, de la neige recouvrant ses cornes et épaules.

« Ah ah dans tes dents ! » Voyant le fer de la hache luire, la voix de l'hybride baissa d'une octave. « Merd' ma hache... »

Plantée où elle était, il serait complexe de la reprendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Dim 7 Aoû - 0:12
“Ouais non. Plutôt coriace, genre dur à mâcher.”

Pas mauvaise chose en soit. Une créature servile n'aurait surement pas eu le meme charme qu'une belle bête. Asbjorn ne voulait spécialement d'un esclave qui lui servirait de moyen de transport. Elle voulait d'une alliée. Quelqu'un qui comprendrait son combat et qui l'assisterait comme un de ses fidèles lieutenant. Celui qui pensait pouvoir dompté une créature pareil s'en trouverait vite fort contrit. Si elle voulait vraiment dominer la Vouivre, elle serait arrivée avec son armée et des sorcières en bataillon et aurait menacé ses oeufs et consorts. Mais non, elle y allait à mano a mano. Pour lui montrer sa bonne foi. Juste l'attirer avec un quartier de viande, et survivre aux assauts rageurs d'une créature pareille.

Le rire tonitruant de Ragnar ne lui échappa pas, mais elle n'eut guère le temps de répliquer d'un coup de pied sur son gros cul musclé qu'il était déjà en train de charger. Madame Vouivre fut touchée de plein fouet, et en profita pour hurler de douleur et de colère. Elle avançait déjà vers l'hybride quand la gamine impératrice se dressa face à elle, épée magique en main, lui montrant ce qui faisait d'elle la souveraine de l'empire.

“Okey ma grande. Je sais que je viens te faire chier sur ton territoire mais va falloir qu'on cause !”

Coup de patte pour la faire taire, mais un bond en arrière peu élégant lui sauve la mise, au méprit d'une mèche de cheveux cendrés. Une petite pirouette lui permet de lui couper néanmoins le dos de la patte. Pas grand chose, mais ça lui donne un peu de temps pour renchérir. Elle le voit dans les yeux de la vouivre, elle parle, elle parle, mais on la comprend. Elle la comprend.

“On est pas tout seul sur cette putain de planète. 'Fin je t'apprends rien, tu sais voler non ? Voila le truc : Y'a des trouduc de l'autre côté qui pensent qui pensent que te laisser tranquille dans ton coin, c'est surfait. Ils pensent plutôt à installer des truc dans la gueule qui va foutre en l'air ton air, t'élever en masse pour bouffer tes gosses, si on va pas tout simplement te tuer. Ils appellent ça les usines et le profit.”

L'animal à plongé sa gueule sur elle, Asbjorn, bien que prise de coup, est encore assez aux aguets pour la bloquer avec son épée. Sa tête n'est pas assez grande pour la gober d'un coup, mais assez pour la broyer sans autre forme de procès. Genoux ployés pour tenir sur sa position, malgré la force de l'animal, leurs regard se croisèrent. Vu la taille de la bête, elle ne devait probablement pas forcer de toute sa puissance. Sinon voilà longtemps que la jeune impératrice serait devenue de la purée. Elle restait encore debout, de la bave de vouivre lui coulant lentement sur son armure, face à cette gueule aux dents encore couvertes du sang du steak avalé précédemment, et à l'haleine difficilement supportable.

“Tu pourras pas les arrêter toute seule, et moi non plus.” Croasse-t-elle, le souffle coupé, aussi bien pour l'effort que pour échapper à la pestilence de son souffle.


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Mer 10 Aoû - 20:59
Ragnar avait regardé l'échange, observant, attendant. Il ne voulait pas briser la stratégie de Asbjorn, si stratégie il y avait, en fonçant dans le lard. Au sein des cris poussés par la vouivre, il pouvait entendre l'impératrice tenter de tenir la conversation avec la créature. De lui faire entendre raison. De lui expliquer pourquoi elle se trouvait là et venait déranger une vouivre qui n'avait rien demandé – pas même décimé un troupeau de moutons.

Ragnar se rapprocha, peu à peu, en de grandes foulées dont la neige amortissait le bruit. Le fer de la hache luisait, accrochant son œil valide. Du sang dégoûtait des blessures de la vouivre, tâchant la neige de carmin. Un sang d'un rouge si profond qu'il en devenait presque noir. Ses mains empoignèrent le manche de sa hache. Ragnar banda ses muscles, tirant dessus.

Le geste, accompagné de la vague de douleur sourdant de la blessure, fit réagir la vouivre. Le grand lézard tourna sa tête reptilienne vers l'hybride. Ouvrant sa gueule elle hurla, faisant comprendre que, de un elle souffrait bien assez, de deux elle était occupée. Ragnar s'essuya le visage du revers de la main.

« J' viens juste récupérer ma hache. Écoute pupuce t'es énervée. Et à raison. Mais tu d'vrais écouter la 'tite. Nous on t'offrira gloire, maison et d' la viande. Du gros steak comme t'à l'heure. L'était pas goûteux, hein ? »

Enfonçant sa poigne dans une de ses poches, Ragnar en ressortit un morceau de viande sanguinolent, le secouant devant la vouivre comme s'il voulait appâter un molosse.

« Les gars de l'aut' côté ils te fileront pas d' la viande. Ils t' transformeront en viande. Allez, attrape. »

Ragnar lança le morceau de viande, laissant tout loisir à la vouivre de l'attraper au vol. Profitant de la diversion, Ragnar agrippa la manche de la hache et tira – d'un coup sec. Du sang l'éclaboussa, l'aspergeant de fines gouttelettes. Les pattes de la vouivre martelèrent le sol, laissant toute latitude à Ragnar pour agripper Asbjorn par un bras et la tirer hors de l'emprise de la vouivre.[/color]

« Tu crois qu'un coup d' hache dans l' crâne lui filera les idées claires ? »

La question était à demi-sérieuse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Mer 21 Sep - 5:19
Prête à s'écrouler à terre, la vouivre se détacha pourtant de l'impératrice pour hurler quelque chose à côté. L'explication pataude de son père ne lui échappa pas alors qu'elle se releva pour s'éloigner de quelques pas. La fatigue la guettait, mais son esprit combatif était largement assez poussé pour faire la nique à ce genre de petites choses. Ragnar tenta de l’appâter avec de la viande. Et sous les yeux suspects de l'impératrice, la manœuvre fonctionna assez pour que la grosse bête, détourne son attention assez suffisamment pour que l'hybride puisse retirer sa hâche.

Elle le fixa un peu hébétée devant la manœuvre alors qu'il la tira et commença à vanter les mérites d'une médecine alternative contre le mal de crâne. Elle le regarda avec des yeux ronds et pointa la créature du doigt.

« Mais tu sais ce que ça veut dire? » Fit-elle, comme si Odin était venu en personne lui donner les numéros gagnants de la prochaine loterie.

« Ça veut dire qu'elle n'est pas là pour nous bouffer! Elle préfère becter un bout de viande à la con plutôt que deux bons gros quartiers comme nous! Alors qu'on est les premiers à l'avoir attaquer comme des sagouins! »

La vouivre se manifesta une nouvelle foi en grognant et fonça tête la première devant eux. Garde en main, elle marmonna.

« Et en prime les bouts de viande l’intéresse plus que la simple idée de nous tuer. Elle veut nous chasser au mieux. »

Voulant probablement faire payer au cornu sa dernière audace, la créature fonça vers son père, tout croc dehors, alors qu'Asbjorn voyait cette immense masse foncer vers elle sans faire de quartier. Hurlant un son qui ressemblait vaguement à un ordre express de reculer, c'est dans un tourbillon de flocon de poudreuse que cela se produit.

Son épée s'illumina, ornée de symboles bleues brillants datant d'une époque probablement autour du roi Ulrik, et les pattes avants de la vouivre s'enfoncèrent pendant une seconde dans la neige. Rien de bien impressionnant en soit, mais c'était magique. La magie apprise par Nikolaï, un peu laborieusement, mais cette magie dont elle voulait que tout les scandinaves y touchent de près ou de loin, et surtout, cette magie qu'elle défendrait bec et ongle contre n'importe qui.

Et se fut assez pour stopper la vouivre dans son élan qui regarda l'épée d'un air curieux, en grognant sourdement. Asbjorn, aussi impressionnée que la vouivre parce qui venait de se passer, il fallait dire qu'à son stade, balancer sa magie, c'était toujours un peu un miracle, s'avança, l'épée à la main.

« Tu vois ça? C'est la preuve que je suis ta Keisarinna . »

A deux mêtres, regardant la créature en chien de faïence, elle finit par la poser à plat dans ses deux petites mains pleine d'ambition, couronnée d'une vigueur et d'une motivation qu'elle ne se connaissait pas.

« Et aujourd'hui, mon amie, ta Keisarinna a besoin de toi. »


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Dim 25 Sep - 19:53
La vibration magique avait déclenché des fourmillements dans les jambes de Ragnar. La scène était digne des grandes épopées scandinaves dont les érudits emplissaient les ouvrages poussiéreux, et dont les soudards abreuvaient les oreilles des assemblées lors des soirées festives. Une vouivre se tenait face à une jeune femme à qui on aurait pas donné plus de vingt hivers, à une Valkyrie vêtue de pied en cap d'une armure tendant, à la créature, son épée en une parodie de rituel chevaleresque.

La vouivre tendit son cou, ses pattes toujours clouées au sol, ou craignant de subir à nouveau cette magie gravitationnelle. De son museau s'exhala un profond soupir qui fit voleter les mèches de la Keisarinna. Ragnar s'était avancé, ses doigts serrés sur la poignée de sa hache à s'en blanchir les jointures. Même si la vouivre était une magnifique créature, et était plus encline à dévorer du steak que deux Scandinaves, l'homme demeurait prudent. Entre une créature de légende et sa fille, le choix serait rapide. Mais pas indolore.

Les yeux limpides de la vouivre étaient posés sur l'épée. Lentement, la bête courba la tête. Tel un vassal demandant allégeance à son suzerain. Geste qui poussa Ragnar à se poster aux côtés de sa fille.

« Et... c'est tout ? »

Il en était presque déçu.

« Non parce que faudra raconter plus d' bagarres aux gens. Sinon ça va les ennuyer. Ça veut dire qu'on peut lui grimper sur l' dos ? »

Sans attendre de réponse, Ragnar s'était rapproché de la vouivre. La créature broncha lorsqu'elle sentit les mains de l'hybride sur son échine. Basculant sur le côté elle envoya l'homme rouler dans la neige, le coinçant entre son corps écailleux et le sol avant de rouler de l'autre côté pour le laisser se dégager. Ragnar recracha de la neige mélangé à sa salive, s'extirpant du trou creusé par son propre corps et le poids de la vouivre.

« Fallait qu' j' d'mande poliment c'est ça ? »

La vouivre lui répondit par un sifflement reptilien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le marquis de Carabas
Keisarinna Asbjorn
✦ Libre pour RP ? : Complète sauf pour urgence.



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Impératrice de Scandinavie
✦ Pouvoir: Persuasion
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Lun 9 Jan - 11:21
Nuque réptilienne dévoilée, après un large soupire reçu de plein fouet. Asbjorn resta un bref moment les yeux dans le vague, regardant la large créature qui lui faisait face avec l'air du gallinacé qui découvre un peigne flambant neuf. Yeux grands ouverts, presque perdue, loin de l'air triomphant et royal qu'elle affichait voilà quelque secondes précédemment.
C'était fini? Elle avait gagné? Elle avait affronté le regard de la vouivre en lui parlant à cœur ouvert et boom? Voila ton nouvel allié Kesarinna? Un énorme reptile qui vole et qui peut te bouffer en deux-deux? De quoi terrifier tout les potentiels adversaires de l'empire, de l'entière Europe par delà les mer, en passant par l'Asie.

Vu le regard profond et sans agressivité jeté par la vouivre à son encontre, il semblerait que ce soit bel et bien le cas. Elle était la première souveraine de Scandinavie a avoir pu discuter et se rallier à une telle créature. Une putain de Vouivre. Et il avait juste fallut lui causer, enfin, la menacer, et risquer sa vie un chouïa.

Par les dieux, elle ignorait encore si c'était un coup de chance ou un coup de maître. Elle se surprit à se poser la question de savoir si le même manège marcherait avec Smaug. Probablement pas, mais ses soldats ne l'étonnerait pas à mettre le sujet sur le tapi. A quoi elle leur réponderait que si ça les amuse, ils pouvaient aller se faire griller un par un en rang d'oignon.

Ragnar la rejoignit, avec l'air du petit garçon qui vient de découvrir que le lait est perimé. Asbjorn tenta de regarder un semblant de décorum, plus pour elle que pour lui et fixa encore la vouivre, sans oser avancer une main ou lâcher son épée, laquelle avait cessé de briller.

« Baaah, faut croire? » Fit-elle avec l'air le moins sûr d'elle possible. Elle le vit tenter d’escalader la vouivre et haussa un sourcil en posant son épée sur l'épaule. « J'suis pas sûre que... »

Et voilà, il finit en roulé boulé dans la neige, accompagnée par la vouivre en personne qui lui roula littéralement dessus sans autre forme de procés. La scène lui arracha un bref rire avant que la créature ne se rapprocha d'elle avec ses lourdes pattes. Elle fixa son père un instant avant d'hausser les épaules avec une grimace d'incompréhension : elle ne savait pas vraiment plus que lui comment discuter avec la vouivre.

Elle siffla un peu vers la créature pour attirer son attention « Hep, ma belle? » Asbjorn rengaina son épée avant d'approcher une main vers la grosse tête de serpent. « T'permets que... » Laquelle lui hurla dessus. Littéralement. D'un cri perçant et puissant, qui fit trembler la terre sous ses pieds. Asbjorn avait déjà porté la main à la garde de son arme, prête à se défendre à nouveau, mais quelque chose lui cacha le soleil, alors qu'elle leva les yeux pour découvrir la raison de cette éclipse.

Des vouivres. Deux dizaines. Bien plus petites que leur représentant sur terre, au vu de leur couleurs, et du regard couvrant de la nouvelle alliée de la Scandinavie, Asbjorn supposa qu'il s'agissait de ses enfants. Elles volaient librement, sans animosité, presque paradant dans un ciel ouvert. Les plus matures finirent par se poser au sol, quand les plus jeunes commencèrent à jouer en volant.

« Bon p'pa. » Commença la Keisarinna après quelques secondes de silence. « Bagarre ou pas, laisse moi te dire que celui qui veut nous taquiner après ça, va vraiment se chier dessus. »

Elle s'approcha de lui pour l'aider à se tirer du gros trou dans lequel il était plongé, plus par civisme que réel nécessite : Si elle tirait, elle risquait juste de tomber emporté par l'énorme poids de l'hybride.

« Mais j'suis d'accord avec toi, ça manque d'épique tout ça... et si on célébrait notre pacte en emmenant notre nouvelle copine à la chasse? On en profiterait pour croiser des trolls. »

Histoire de s'amuser un dernier moment avant de reprendre son rôle : celle de l'impératrice, et qui plus est, la seule a avoir ramené un nid de Vouivre à la maison.
L'architecte du château va s'arracher les cheveux.


Imperator Assbaby

Vaincra son audace, sous la menace,
L’insolente, et sa chance, elle est ta providence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair   Aujourd'hui à 11:43
Revenir en haut Aller en bas
 

[fin Décembre 05] The Bull and the Maiden Fair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Scandinavie :: Hildegarde Castel-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat