Partagez | 
 

 [Perse] Rencontre et course poursuite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: [Perse] Rencontre et course poursuite    Sam 25 Juin - 11:13
Bon sang. Qu'est-ce qui m'avait pris de m'éloigner d'Hesam ? Finalement, il y avait bien du vrai dans ces préjugés qu'on avait sur les Perses. Mêmes si certains sont accueillants, d'autres n'étaient clairement que des brigands ! Voilà maintenant dix minutes que je courrais à travers la ville, et voila qu'ils me suivaient toujours…

Je ne sais pas exactement ce qu'ils veulent. J'étais simplement en train de flâner, découvrant les épices et autres produits inconnus du marché, quand un homme m'a attrapé l'épaule pour me lancer ;

« Et bien, ma belle, on flâne ? Allons, viens, je suis sûr que je peux trouver un moyen de t'occuper... »

J'allais bien entendu refuser poliment, mais le sourire presque carnassier de cet homme m'indiquait bien que sa question était rhétorique. Que ma réponse soit positive ou non, il n'avait pas l'intention de me laisser filer. Et ce n'était pas les quelques hommes derrière qui s'approchaient qui allaient me faire penser le contraire.

Et le marchand ? Et la foule ? Rien, rien de rien, ils ne réagissaient pas comme si tout ceci était normal. Je reculais un peu, effrayée, mais pour chaque pas que je faisais en arrière, l'autre en faisait deux en avant. Et d'un coup, voila que le malappris m'attrapait le bras, pour m'empêcher de reculer. Il le serrait fort, et malgré ma résistance je n'arrivais pas à me dégager.

« Allons allons, n'ai pas peur ! Tu ne croirais tout de même pas qu'on puisse te faire de mal... »

En disant cela, il passait son autre main derrière ma taille pour me forcer à me rapprocher, et je pouvais maintenant voir les moindres détails de son visage. Un regard pervers, une dentition douteuses, et des cheveux gras au possible. Et voila, en plus, qu'un de ses compères approchait une main de mon sac, bien décidé, à priori, à s'y servir.

Je ne tenais plus, et ma main vint s'écraser sur la joue du malappris, et, lorsque, surpris, celui-ci me lâchait enfin, je ramenais mon sac à moi et commençais à courir vers la première issue venue.

Qui aurait cru qu'une ville puisse contenir tant de dédales ? A peine vous en empruntiez une qu'une autre s'ouvrait à droite, et très vite, vous êtes totalement perdu. Ce qui ne semblait pas être le cas de mes agresseurs, dont j'entendais le rire gras dans mon dos. Il fallait vite que je trouve autre chose, sinon j'étais perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Lun 27 Juin - 19:39


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



La Perse avait son parfum de menthe et de safran, son allégresse de jeunes filles apprenant la vie, de guerriers de sel et d’ambre, de femmes au foyer occupées à leurs voiles et d’hommes revenant des cultures. Il y régnait toujours un brouhaha commun aux villes, presque une chanson sans musique autres que ces paroles et cris lancés de fenêtres en fenêtres, d’appel en appel, de prières en prières. La vie avait un goût de miel et de sable. La chaleur douce de l’hiver qui traîne à s’installer. Et la simplicité des trocs comme de l’adoration de l’or.

Louie y était là, grand monstre au teint mat mais point assez pour ce pays. Jugé comme un étranger, pendant cet après-guerre ou les Ottomans, défaits, avaient soigneusement décidé de faire cou-couche panier. Quel était son ou ses dirigeants, vers quoi courrait ce pays ? L’androïde n’en avait rien à foutre. Il se promenait, comme il le faisait quotidiennement en foulant le monde. L’esprit vierge de tout patriotisme, mais les dents entrouvertes prêtes à mordre pour le plus offrant.

Le navire avait fait escale plus au nord, sans doute pour juger de près la continuité hispanique qui dédaignait reprendre le marché aéronaval de feu Rey Felipe de Marisma. Le genre de nouvelle qui devait décevoir Billy, pour ce qu’il en savait du chef mécano tout de même pas peu fier de son bateau (volé) luxembelgeois. A l’Espagne, Louie avait préféré la Perse et ses danseuses, traînant de bar en bar, de rixes en rixes, de fesses en fesses jusqu’à atterrir, dans un bazar commun aux autres, une pomme sautillant dans sa main.

Il avait un peu faim, mais pas assez pour la goûter. Sa flemmardise n’ayant d’égale que son goût d’esthète pour les choses qui se savourent à temps nommé. Il en était à se demander vers quelles pénates tourner ses pas quand déboulant d’un angle, exposant brièvement son regard affolé de demoiselle en détresse, la fille le percuta. Petite, ou en tout cas de moindre taille comparée à la sienne, l’étrangère aux cheveux blonds se prit le front à la lisière de son plastron de métal. Manquant de peu d’être simplement assommée.

Étonné par un rentre-dedans aussi peu procédurier – surtout que sa pomme venait de tomber dans le sable, signe qu’elle allait s’en trouver gâtée – Louie grogna. Et se penchant pour relever la joliette – parce qu’elle l’était indéniablement – entendit presque aussitôt les voix des hommes qui la suivaient.

Ils se présentèrent à quatre - celui intéressé par son sac à main que l’androïde mit de côté par réflexe plus que par prudence, le grand guignol qui la lorgnait et les deux bestiaux qui voulaient leur part de l’offrande.

Tout d’abord figés devant cette apparition étrangère à laquelle ils ne s’attendaient pas, le meneur eut vite fait de reprendre ses esprits. Tendant la main pour récupérer la fille.

Une main que, presque comiquement, Louie frappa de la sienne.

« Ben alors, bas les pattes, on se présente pas mon minet ? » Susurra-t-il en arabe, avec un accent indéfinissable rendant presque ses propos incompréhensibles. La gueule repoussante de l’homme se crispa en hargne démesurée. « Surveille tes chicots tu vas me filer la gale. Qu’est ce que c’est que ces manières ? Toi et tes potes vous croyez courser un jouet ou quoi ? »

Louie se mit à rire à gorge déployée. Et ramena derechef la fillette dans son dos. Avant de lui glisser un regard de côté.

« J’veux la totalité de votre portemonnaie pour nous en débarrasser. Et inutile de fuir, vous seriez rapidement rattrapée. Marché conclu ma mignonne ? » Le ton, espagnol cette fois, était indéniablement charmant. Louie ne perdait jamais une occasion de s’offrir du bon temps bien payé.

Et nul doute que la petite venait là de lui offrir un buffet bien garni de salopiauds mal embouchés.

Le voleur sortit un couteau. Louie se prépara mentalement au choc ricanant comme un diable – ce qu’il devait sembler être, pour les deux qui reculèrent prudemment, peu sûrs de la ténacité de leurs compères.








pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mar 28 Juin - 17:31
Je continuais de courir, commençant à être essoufflée, quand je percutai un mur de métal de plein fouet en un gros « DONG » retentissant. Comment cela se faisait-il ? J'avais pourtant fait attention, et il n'y avait aucune barrière en vue… En tout cas, mon front amoché s'en souviendrait, la prochaine fois : en Perse, les murs d'acier peuvent jaillir des coins de rue. Et grognaient, par la même occasion.

Grognaient ? Je relevais la tête, pour croiser le regard d'un géant au teinte mat, et à l'allure pas franchement attirante : le cheveux gras, l'odeur douteuse, bref, pas vraiment le genre de sauveur que j'espérais. Et, qui sait, c'était même peut-être une source d'ennuis supplémentaires.

Mais en tout cas, le colosse présentait un grand avantage, dans la situation actuelle : Sa taille, et aussi son allure intimidante. En tout cas, assez pour arrêter un instant les quatre brigands qui arrivaient. Mais très vite, le meneur reprenait ses esprits en tendant sa main vers moi, ce qui me fit reculer derrière l'homme.

Et, à ma grande surprise, celui-ci tapa la main du bandit, avant de lancer une phrase, que je compris grâce au turban que m'avait donné Hesam :
« Ben alors, bas les pattes, on se présente pas mon minet ? Surveille tes chicots tu vas me filer la gale. Qu’est ce que c’est que ces manières ? Toi et tes potes vous croyez courser un jouet ou quoi ? »


Hein ? Est-ce que par hasard il comptait prendre ma défense ? Enfin la chance me souriait un peu, enfin, je croyais. Mais je fus vite désenchantée quand il me lança : « J’veux la totalité de votre porte-monnaie pour nous en débarrasser. Et inutile de fuir, vous seriez rapidement rattrapée. Marché conclu ma mignonne ? »

Génial. Autrement dit, il me promettait d'éviter un vol… Contre un autre vol. Mais bon, au moins m'en sortirais-je peut-être sans dommage. Peut-être, parce que malgré son ton qui se voulait charmeur, l'homme n'était pas franchement le genre de personne à qui j'avais envie de faire confiance. Mais bon, de toute façon il ne me restait pas grand-chose, donc ce ne serait pas une grande perte. J'avais pris peu d'argent à mon départ de Roumanie, et les trois quarts avaient été dépensés pour le voyage. Et je ne comptait pas vraiment sur les quelques piécettes restantes pour vivre… Je reculais donc un peu plus, et lançais à mon nouvel allié.

« Marché conclu. De toute façon, ais-je le choix ? »


Le colosse était déjà en train de rire, le genre de rire cruel d'un habitué à ce genre de chose, à vous glacer le sang, à faire hésiter les plus téméraires. Enfin, pas les plus idiots, car voila que l'un d'eux avançait avec un couteau. Il se mit même à courir vers le géant, et tenta de lui assener un coup au torse, ce qui fut peu utile à entendre le bruit métallique. D'ailleurs, je me demandais d'où cela provenait-il. Portait-il un armure sous ses vêtement ? Mais voila que le brigand, éffaré, reculait un peu avant de tenter de reporter un coup, visant ce coup-ci la gorge…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Dim 3 Juil - 21:59


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



Fort heureusement pour tous les deux, la jeune femme ne tarda pas à entrer dans son jeu, se plaçant prudemment en retrait pour éviter les coups de ses assaillants. Loin de pouvoir rire tout son saoul, Louis affronta le premier coup, baissant le regard sur sa chemise écorchée, grondant bas de voir l’un des boutons de son manteau tomber et rouler à terre.

« Evidemment, il faut toujours que ça soit le torse. Même pas ils plantent, tout juste ils coupent. Quand on ne sait pas se servir d’une arme blanche, on la laisse tomber mon gaillard. C’est à croire que je dois vous donner une leçon en plus de vous botter l’cul. » L’autre réagissait déjà plus rapidement que ses comparses, visant sa gorge, d’un mouvement d’une telle proximité imbécile que Louie ne put que lui saisir le poignet à loisir. Tordant ce dernier dans un craquement brutal qui lui fit lâcher l’arme, il poussa l’homme contre le mur, face contre la pierre. L’y heurtant une seconde fois jusqu’à ne rencontrer que son faciès au nez éclaté. Avant de le ramener, en danseur gracieux, contre son torse et le métal qu'il affronta de ses dents. Le choc métallique lui secoua la tête, la vibration se propageant dans sa dentition. Et baissant la tête, Louie se perdit dans le regard à demi atone de l'étranger.

Sonné, bien plus que ne l’avait été la demoiselle en le percutant, il s’effondra à terre telle une poupée de chiffon. Pissant le nez par le nez et par la bouche, d’où son souffle recracha une canine.

Les suiveurs, déjà derrière, reculèrent d’un nouveau pas.

« Ca fait moins les malins quand c’est pas une donzelle. Ben vé ? On voulait pas tâter son champignon ? Le cul de Louie vous intéresse pas ? »

Le chef décrivit un arc de cercle, sans prendre conscience de la suite désordonnée des deux effarouchés. Mâchoire en avant comme un animal prêt à mordre, les poings en avant, faute d’arme, il avait une musculature bien plus présente que celle du voleur à ses pieds. S’il ne pouvait pas non plus faire office d’adversaire convenable, il représentait déjà une menace un peu plus sérieuse.

Mais Louie, comme à la parade, tourna la tête vers la blondinette.

« Vous savez vous battre vous ? » Plaçant ses poings dans une posture identique à celle du Perse qui se rapprocha, pour le feinter, et sautiller à gauche à droite, s’échauffant. « Poing sous le menton, bras en protection de la gorge. L’autre plus en avant, pour cogner. Vous voyez un peu ? Oh faites pas la délicate, j’ai vu des filles frapper aussi correctement que les gars. »

Un clin d’œil.

« C’est qu’il va falloir arrêter de jouer les demoiselles en détresse vous savez. Alors allez ! »

Et sans se laisser démonter par la brusque attaque du type qui, semblant profiter de la distraction, fonçait déjà sur lui, le criminel le chopa au raz du falzar, l’autre main en pince sur son cou, pour le balancer aux pieds de l’inconnue.

« Allez attendez pas qu’il se relève bon sang shootez lui dedans ! Pif paf ! J’vais quand même pas tout vous apprendre à vous aussi ! »








pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Ven 8 Juil - 15:49
Et bien, on peut dire que cet homme méritait bien les quelques piécettes que j'allais être contrainte de lui donner. Réfugiée derrière lui, j'observais avec effarement la lame du brigand se plier comme un simple morceau de bois. Etait-il fort à ce point ? Et la bandit semblait aussi surpris que moi. Mais lui, il n'avait pas le temps de s'étonner ; il fut presque directement projeté contre le mur, sous la poussée du géant.

Et, alors qu'un autre voleur du groupe s'avançait, l'homme s'adressait à moi, tout en prenant une posture de combat ;


« Vous savez vous battre vous ? Poing sous le menton, bras en protection de la gorge. L’autre plus en avant, pour cogner. Vous voyez un peu ? Oh faites pas la délicate, j’ai vu des filles frapper aussi correctement que les gars. C’est qu’il va falloir arrêter de jouer les demoiselles en détresse vous savez. Alors allez ! » »


… Hein ? Il plaisantait, là, non ? Il n'avait tout de même pas l'intention que je me batte ? Non non non non. Impossible. Les femmes ne se battaient pas, sinon ça se serait su. Je me souvenais de bien assez de fillettes en Roumanie qui se faisait gronder juste pour quelques jeux de bagarre, alors bon !

Mais bon, je fus vite désenchantée quand je vis le brigand faire un vol plané vers moi pour s'écraser à mes pieds. … Grand Dieu, ce fou était sérieux. Je lui lançais un regard effaré, tandis qu'il s'adressait à moi, bien motivé à me voir me battre un peu.

« Allez attendez pas qu’il se relève bon sang shootez lui dedans ! Pif paf ! J’vais quand même pas tout vous apprendre à vous aussi ! »


Je lui lançais un autre regard, de panique cette fois. Le frapper ? Mais où ? Et puis, je n'en avais ni la force ni le courage. Même si cet homme m'avait voulu du mal, comment pourrais-je ? Après tou-

Un mouvement à mes pieds me fit plus ou moins reprendre mes esprits. Le brigand se relevait, m'adressait un regard plein de haine, assassin, prêt à se venger du coup qu'il avait reçu. Il levait déjà la bras, et par réflexe je lui donnais un rapide coup de pied au torse. Loin de l’assommer, bien entendu, mais au moins de quoi le refaire retomber à terre.

Je relançais un coup d’œil au géant, qui ne semblait pas motivé à me prêter main forte pour le moment. Et voila que le bandit me donnait un coup dans les jambes, et je perdis l'équilibre. Je me rattrapais contre le mur et retenait un juron contre la douleur que j'éprouvais au fémur. Vite, dans un élan de colère, je pris mon sac pour l'écraser contre le visage du malappris.

« Non mais oh ! »


On dirait bien qu'il ne s'attendait pas à ça. Et, pour être franche, je ne m'y serais pas attendue non plus. Moi, me battre ? Non non, ça ne me paraissais pas un bonne idée. Enfin, avant. Parce que là, peu m'importais les discours des parents et la bienséance, je rêvais simplement que l'autre rustre me fiche la paix. Ni une, ni deux, je lui renvoyais un bon coup de sac pour l'attendre à la pommette gauche, avant de me retourner vers l'inconnu, agacée.

« Vous ne voudriez pas m'aider, vous ?? Si on se partage le travail, le salaire aussi sera divisé, sachez-le !! »


Allez, espérons que cela le fasse réagir un peu. Parce que bon, je doute qu'un simple sac suffise à venir à bout de l'homme, qui se relevait encore, toujours plus énervé.


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Lun 25 Juil - 20:22


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



Oh la quelle tête elle lui tirait, la petite blonde ! A croire qu'il lui demandait d'aller choper la lune au lasso. Amusé par sa réaction, Louie ne broncha pas d'un cil quand l'agresseur, relevant la tête et montrant les dents, porta son attention sur la victime la plus frêle de ce duo presque comique. Il n'allait pas tarder à charger et il espérait pour la dignité de la demoiselle ne pas avoir à intervenir trop tard. Fort heureusement pour ses espoirs, ce fut d'un coup de pied qu'elle relança l'homme à terre.

« Pas bon ça ! » Lança Louie en professeur attentif, avant que le voleur ne prenne cette faiblesse pour acquit, donnant un coup - douloureux mais pas très sérieux - dans les mollets de la jeune femme. Grimaçante - certainement pas habituée à se faire frapper - cette dernière chavira et Louie, contournant la scène pour venir s'appuyer contre le mur, en étrange imitation, en fut pour son argent quand Emélie s'énerva.

Eclatant d'un rire tonitruant qui fit sursauter le criminel, il croisa les bras sur son torse de métal, savourant la scène cocasse d'une fillette en fleurs entrain de se démener à coup de sac à main. Ce n'était certainement pas tous les jours qu'on avait le droit à ce genre de cocasserie mais malheureusement pour sa cliente, cela ne la mènerait pas bien loin.

« A moins que vous cachez un parpaing dans votre p'tit sac à main j'suis pas certain que - » Mais elle le coupa avec une hargne mal dissimulée. Le rappelant à son offre comme une grand-mère outragée disputant son petit-fils. Soupirant, voire même un peu blessé, Louie se décolla du mur d'une ruade et se pencha pour attraper la tignasse graisseuse du Perse. « Roh bon bon soit. Je le faisais pour vous hein. Je serais pas toujours là à veiller sur vos bas. Jolies chevilles quand même. » Le coup les ayant découvert, Louie se permit un clin d'oeil qu'une française aurait aussitôt décrié.

« Mais menacez pas ma pov' paye. Ne l'ai-je pas mérité ? » La gueule du Perse gueulait dans injures dans sa langue. D'une claque sèche, Louie calma son attitude et enfonça son pied dans le creux de ses reins pour le planter à terre. Le torse à demi relevé, le reste du corps immobile au sol ensablé, ce dernier griffa la pierraille pour trouver une prise ou même tenter de les aveugler. « Ca suffit toi. Tu vois pas que je discute avec madame ? » Un soupir. « Quand vous frappez le torse, visez toujours entre les pectoraux. Ça leur coupe vite le sifflet à ces machins-là. Ou alors vous faites au plus simple et vous planter le genoux dans leurs grosses - »

Le Perse rua. Et excédé par ce manque flagrant de politesse, Louie lui éclata la tête au sol. La rhinoplastie de monsieur ainsi avancée, ce dernier demeura inconscient au sol, pissant du sang comme ses confrères. Et savourant le silence, Louie marcha sur son corps comme sur une planche pour tendre une main aimante à la petite blonde.

« J'ai été comment ? » Demanda-t-il avec douceur, comme un amant après l'effort. « Faites pas cette tête ma mignonne. Comment voulez-vous vous défendre seule ici, surtout sans chaperon. Les demoiselles prennent des risques à trainer dans les ruelles. Alors plutôt que de vous calfeutrer chez soi dans les jupons de mère-grand à craindre le grand méchant loup, autant apprendre à lui ravager la gueule, non ? »

Mais à sourire ainsi, de toutes ses dents satisfaites, n'en était-il pas un autre ?

« Maintenant on va courir. Parce que je parie que le duo filant comme des étoiles est allé ramener des potes. Un verre, ça vous dit ? » Autant mêle l'utile à l'agréable. « Je vous le déduirai. »







pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mer 27 Juil - 13:54
Et bien, le voilà enfin décidé à bouger. Un peu tard, vu comment mon mollet me lançait. Ce vaurien ne m'avait décidément pas loupé. Je profitais que le géant se charge de lui pour regarder l'étendu des dégâts, soulevant un peu ma robe. Ma peau était rougissante à l'endroit où le bandit m'avait frappé, tirait au violet par endroit. Il ne faisait aucun doute, j'allais avoir un bleu. Je grimaçais, si seulement l'autre s'était décidé à bouger plus prestement ! D'ailleurs, celui-ci cessais de frapper le Perse un instant, pour me lancer ;

« Roh bon bon soit. Je le faisais pour vous hein. Je serais pas toujours là à veiller sur vos bas. Jolies chevilles quand même. » le doux avec un clin d’œil grivois.

Je virais immédiatement rouge, et vite, remettait ma robe en place, autant que je puisse. Non, mais comment osait-il ?? Me parler ainsi de la sorte ! Et même, regarder ainsi mes chevilles ! Certes, je n'aurai pas dû les découvrir, mais tout de même ! N'avait-il donc pas un minimum de pudeur ?

« Mais menacez pas ma pov' paye. Ne l'ai-je pas mérité ? »


Je le fixais, toujours rouge, outragée. Certes, il avait fait son travail, mais était-ce là une façon de parler à son employeur ? Si j'avais tenté quoi que ce soit de la sorte, avec un de mes patrons, j'aurai fini immédiatement à la porte ! Et seul l'impressionnant gabarit de l'homme m'empêchait de rompre notre contrat. Qu'il honorait plutôt bien, malgré ses divergences. Il a immédiatement fait taire le Perse tandis que celui-ci criait -et, au grand malheur de mes oreilles, je comprenais tout grâce au don d'Hesam-. Il continuait de se débattre, mais, au moins, il s'était tue.

« Ca suffit toi. Tu vois pas que je discute avec madame ? » Il se retournais vers moi « Quand vous frappez le torse, visez toujours entre les pectoraux. Ça leur coupe vite le sifflet à ces machins-là. Ou alors vous faites au plus simple et vous planter le genoux dans leurs grosses - »


Pour une fois, je peux remercier le brigand qui le coupa dans sa phrase. Je complétais, plus pour moi-même qu'autre chose ;

« … Chevilles »

Mais malgré tout, je retenais le conseil. Enfin, pour les pectoraux, parce que je me savais bien incapable de suivre l'autre. Pendant ce temps, le géant s'occupait du Perse, d'une violence plutôt remarquable. Mais, à ma grande surprise, je n'étais pas plus choquée que cela… Après tout, c'est lui qui avait cherché les ennuis… Je me rendais compte de mes pensées et secouait vite la tête, détournant mes yeux de la scène. La main de l'homme apparut sous mes yeux, et j'hésitais, avant de la prendre par politesse.

« J'ai été comment ? Faites pas cette tête ma mignonne. Comment voulez-vous vous défendre seule ici, surtout sans chaperon. Les demoiselles prennent des risques à trainer dans les ruelles. Alors plutôt que de vous calfeutrer chez soi dans les jupons de mère-grand à craindre le grand méchant loup, autant apprendre à lui ravager la gueule, non ? »


Je ne put m'empêcher de lâcher un petit rire. L'expression, bien qu'assez vulgaire, me plaisait bien. Et puis, il avait raison, il fallait bien que j'apprenne à me défendre, au moins un peu. Je n'allais pas toujours pouvoir compter sur Hesam où sur la présence d'un inconnu pour éviter les ennuis !

« Maintenant on va courir. Parce que je parie que le duo filant comme des étoiles est allé ramener des potes. Un verre, ça vous dit ? Je vous le déduirai. »


Je souriais, un peu satisfaire de pouvoir profiter une dernière fois du peu d'argent que j'avais. Bon, en revanche, lui n'allait pas être satisfait en constatant qu'il n'y avait vraiment pas grand-chose dans mon porte-monnaie, mais qu'importe, j'aurai rempli ma part du contrat.

En revanche, j'hésitais. Etait-il prudent de suivre un inconnu ? Et surtout, ce genre d'inconnu. Très fort, et sans doutes avec quelques arrières-pensées dans la tête. Malgré tout, ça valait toujours mieux que de se retrouver poursuivie par une horde de brigands qui n'a plus que pour objectif de vous faire la peau.

« Pourquoi pas »
acceptais-je donc « En revanche, je compte sur vous pour le choix du bar, je ne connais absolument pas la ville. »

Je commençais à marcher malgré tout, pour m'éloigner au plus vite du bandit, craignant encore qu'ils puissent se relever. Et aussi, si les deux fuyards ramenaient leurs compères, mieux valait ne pas traîner dans le coin. Je me retournais juste pour demander au géant, un peu inquiète :

« Quand vous disiez qu'ils pouvaient ramener des… « potes », pensez-vous qu'il puisse y en avoir beaucoup ? Là, ça allait, comme ils étaient peu, mais s'ils nous attaquent en grand nombre… »


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Dim 31 Juil - 18:43


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



Ce fut sans mal que Louie constata l’hésitation instinctive de la jeune femme à lui emboîter le pas. Figé dans l’attente d’un départ salvateur, il lui sourit, les dents un peu serrées, prêt à cet instant à lui apprendre la vie d’une manière assez peu cordiale. Si elle traînait, elle risquait tout simplement de se faire attraper par bien pire que lui et au vu de son sauvetage comme de sa force, elle se laissait basculer vers la plus mauvaise décision qui soit en le laissant partir. Ce fut sans doute l’assemblage de ces arguments, facilement effleurables, qui la décida brusquement à lui faire confiance. Et galamment, Louie lui tendit le bras pour qu’elle s’y accroche, désertant la ruelle à un rythme peut-être trop rapide.

« S’ils nous attaquent en grand nombre, ma petite demoiselle, je serais fort aise de vous dissimuler derrière mon grand dos d’ours mal léché. » Se moqua-t-il, fouillant ses poches pour ramasser un cigare qu’il colla entre ses lèvres rongées par le sable, avant de lui en proposer un. Le geste déploya son long manteau – il ne semblait pas souffrir de la chaleur – ainsi que le holster d’une arme de feu de gros calibre. Ce n’était en rien anodin et pourtant Louie s’abstint de tout commentaire. Elle ne manquerait pas de se casser un doigt à appuyer sur la détente, il n’y avait donc pas de risque qu’elle le lui vole.

« Mais quitte à en être aux questions. Je me demande ce que vous fichez dans un tel bazar et sans damoiseau pour vous tirer la langue. Vous aviez envie de vous farcir un petit frisson, ma mignonne ? Parce que c’était pas trop mal réussi. »

Tranquillement, il bifurqua à gauche, dans un quartier un peu plus animé. Puis à droite, slalomant entre les marchands criant pour leurs fruits, légumes, volailles encore vivantes et tissus chamarrés, loin des étalages du centre-ville semble-t-il disposés pour les touristes. Le perse sifflait entre chaque bouche, les regards les suivant sans pourtant s’attarder sur la carrure colossale de l’homme, détaillant avec bien plus d’intérêt la crinière dorée de sa jeune femme. Louie resta aux aguets, en se marrant.

« On va quand même faire attention mais c’est pas dit que – hop là. » Un voleur à la tire émit un cri terrifié dans la foule et la bourse d’Emelie regagna sa poche tandis que l’autre pleurait pour ses doigts brisés. « Le café, j’y suis passé devant tout à l’heure. Mais je sais pas si votre trogne va les arranger. Une petite dame sans foulard pour se cacher la nuque, c’est pas de bon profil par ici. Enfin, on avisera. Je ne suis pas à une baston près. Puis je crève de soif. »

Son pouce effleura le bras de la jeune femme. Et guidant sans pas, hors du labyrinthe, il la fit à nouveau tourner à gauche, vers une place mieux fréquentée où au centre, s’esclaffant dans la bruine d’une fontaine étrangement alimentée, des enfants s’ébattaient bruyamment.

« A ce sujet, j’sais toujours pas vot’ petit nom. Bien que ça me dérange pas de vous appeler la charmante pour le reste de la journée – ah ! Voilà notre café. » A nouveau charmant, il vint lui tirer une chaise, les installant en extérieur. Profitant de la proximité pour tirer de sa poche un foulard ayant vu de meilleurs jours mais incontestablement propre. Lui recouvrant les cheveux.

« Parfait. A table ! Et comptons nos gains. » Ordonna-t-il en tendant la main. Désireux de récupérer sa paye.







pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Jeu 11 Aoû - 21:16
Nous revoilà enfin dans les rues plus habitées de la ville, loin des petits coupe-gorges et autre ruelles désertes. Je regardais les étalages autour de moi, aussi fascinée par tous ces étalages que les habitants semblaient l'être par moi. Sans doute ma peau pâle différait de ce qu'ils avaient l'habitude de voir. J'essayais cependant de me faire le plus discrète possible, peu habituée à ce genre d'attention, tandis que Louie riait à côté de moi. Et, alors qu'il me parlait, il empêcha un énième voleur d'accomplir ses méfaits. Décidément, à croire que ces quartiers n'étaient remplis que de vauriens ! Enfin, peut-être était-ce mon statut d'étrangère -voir même, de touriste- qui les attirait ainsi. Et, comme le disaient Louie, mes cheveux blonds laissés en apparence ne devaient pas y aider. J'aurai du prévoir de quoi me couvrir la tête.

Nous arrivions à une petite place, sans doute celle du café. Une grande fontaine se situait au milieu, ce qui me surpris un peu, vu la chaleur du pays. Enfin, cela avait l'air de plaire aux quelques enfants qui y jouaient. J'eus un petit sourire attendri, mes rappelant avec nostalgie le jour où nous étions allés au lac, avec les enfants que je gardais. Mais enfin, je n'eus pas trop le temps de m'attarder là-dessus, car voilà que nous arrivions au café.

Je lui donnais poliment mon prénom, tandis que Louie me tirait une chaise. Je ne pouvais m'empêcher d'être étonnée de ce décalage. Un langage de rustre, mais des manières de gentleman. Et, tandis que je m'asseyais, je sentis un léger poids sur ma tête, celui d'un tissu qui devait probablement appartenir à Louie. Je me retenais d'y porter un main, afin de m'assurer de la propreté du vêtement. A voir l'homme, je doutais d'une hygiène irréprochable… Enfin ! Il aurait été des plus impoli de vérifier, alors je me contentais de le remercier avec un sourire aimable.

« Parfait. A table ! Et comptons nos gains. »


… Voilà peut-être qui expliquait sa soudaine amabilité. J'avoue de pas avoir pensé à l'idée qu'il puisse compter l'argent de mon porte-monnaie en ma présence… Ce qui était très, très mauvais pour moi. Comment réagirait-il en constatant le peu d'argent que je possédais ? Mais bon, il n'aurait pas à se plaindre, j'aurai rempli ma part du contrat. Je sortais donc mon porte-monnaie de mon sac à main, lui tendant, la mort dans l'âme. Combien contenait-il, exactement ? Sans doute juste un peu plus que de quoi payer les des repas, avec quelques piécettes roumaine que je n'avais pas encore échangé contre la monnaie actuelle. Bref, pas de quoi rouler sur l'or. Espérons simplement qu'il ne s'en fâche pas, surtout au vu de sa force et des armes qu'il semblait cacher sous son énorme manteau. Pour calmer un peu sa future réaction, je m' excusais ;

« Ce sera sans doute loin de vos attentes… Je suis partie précipitamment de chez moi, sans avoir le temps d'économiser. Je pensais gagner de l'argent ici, mais je n'en ai pas encore eu l'occasion… Enfin, constatez vous-même. »


Je guettais, tendue, sa réaction. Pendant ce temps, un serveur se dirigeais vers nous, nous demandait ce que nous désirions. Je me tournais vers Louie, l'interrogeant du regard. Après tout, il ne s'agissait plus de mon argent.


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mar 16 Aoû - 19:38


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



Il y eut comme un silence embarrassé. Un moment de latence entre l’instant où, ouvrant le porte-monnaie, il laissa les quelques pièces rouler sur la table, et celui marquant l’apparition du serveur basané. Pendant ces quelques secondes, le regard vert de Louie s’en vint se planter au profil agréable de la jeune Emelie – puisque tel était son nom. Le souffle un peu plus lent, l’attitude d’un animal prêt à bondir sur une proie blessée en fin de troupeau.

Puis la tension passa et dans l’air sec et ensablé, le rire de Louie se répercuta le long de la place jusqu’aux ruelles avoisinantes. Il semblait sincère, et de fort belle humeur. Ce qui déclencha un sourire contagieux au visage buriné du perse.

« Un thé à la menthe, l’ami. Tu crois qu’on ait ici pour sabrer le vin comme tous ces français. Bah bah ! » Sa main s’agita dans l’air, chassant une mouche invisible. « Et fais le nous bien sucré, comme dans le désert. » Ignorant le propos un peu hasardeux du mercenaire qui, visiblement, confondait les perses avec les touaregs, le serviteur s’inclina à demi avant de retrouver la pénombre salutaire de son petit café. La main large de Louie, marquant la pause entre les deux scènes, s’abattit avec violence sur la table. Faisant sursauter les pièces.

« Je compte trois rials. Cinq sahi. Et deux piécettes étrangères qui vont vous demander quelques explications. Avec votre blondeur et votre maintiens, je vous aurais pensé disons… » Son nez se fronça, dans une réflexion un brin trop sérieuse pour être complètement honnête. « Autrichienne peut-être. Vous savez, l’art, tout ça… » De nouveau le vol de sa main. Mais plutôt que de siffler l’air, l’androïde préféra rassembler ses biens, les pièces roumaines à part. Comme contaminées.

« Mais des Leu… vous avez fait un voyage agréable chez les Roscat ou vous y êtes née ? »

Ce dernier point l’intéressait pour d’obscures raisons qu’il ne s’expliquait pas lui-même. Bien sûr, il y avait tout son passé, son surnom, sa couronne désossée. Et froidement, Louie s’en vint frotter son poitrail de métal, comme souffrant d’une douleur fantôme aux cicatrices couturées qui marquaient sa chair, à la jonction.

« Vous allez me raconter vot’ petite histoire, parce que je suis bien curieux de savoir ce que vous fichez ici toute seule. A moins que vous n’en soyez pas ? Et dites-moi, ma jolie. Si je vous kidnappe. Paieront-ils pour vous ? »

Son sourire s’étoila d’avantage, sous le soleil tapant de la Perse. Faisant briller une dent, dans le fond de sa gueule de voleur misanthrope. Empaffé de ses propres intérêts au point d’en être presque désobligeant. Le gentleman avait ses limites. Maman lui avait certes donné l’éducation de présenter la chaise au cul rebondi des jolies jeunes filles. Mais elle lui avait surtout appris à se démerder par soi-même.

Cela passait parfois par ce genre de décision.








pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mer 24 Aoû - 22:36
… Grand Dieu, j'ai bien cru que c’en serait finit de moi. Ce long silence, et le regard qu'il a posé sur moi… Et, vu la paye, c'était bien compréhensible. Heureusement, son rire vint détendre cette tension… Malheureusement, il fut de courte durée, stoppé net par la coup qu'il porta sur la table. Bon sang, il allait me tuer, j'en étais persuadée.

Mais, à mon plus grand étonnement, ce n'était pas du peu d'argent qu'il voulait me parler. Mais de moi, et de la Roumanie. J'étais étonnée qu'il connaisse les Leus, qu'il connaisse les Roscat, qu'il sache d'où je viens. La Roumanie avait un rayonnement presque nul à l'étranger, ce qui, à mon sens, était compréhensible. Une pareille connaissance d'un pays si fermé était surprenante, admirable même. Et incompréhensible venant d'une personne étrangère au pays, à moins de se trouver face à un grand voyageur. Enfin, mieux valait faire ce qu'il me disait, pour le moment.

« Malheureusement, non, personne ne paiera pour moi… Je n'ai aucune attache en Roumanie, enfin, pas d'attaches que j'ai souhaité garder… Ni que je n'ai pu garder, par ailleurs. »


Autrement dit, s'il venait à mettre sa menace à exécution, personne pour me sauver. Prions pour que le manque de bénéfices qu'il puisse tirer de moi le dissuadera de ce cette idée. Mais continuons, plutôt, avant qu'il ne s'impatiente.

« Concernant ce manque d'argent… Et de relations, soit dit en passant, e suis partie de Roumanie en précipitation, suite à quelques… Problèmes. Personnels, si vous me permettez de garder cela pour moi. »


Je sentais le sang quitter mon visage, pâlir rien qu'à l'idée d'en dire plus. Certes, je n'étais pas en position de négocier. Mais j'avais devant moi un inconnu, dont j'ignorais les affinités concernant la magie et autres bizarreries du genre. Bien que je sois victime d'une malédiction, on pouvait m'en estimer responsable. Et Dieu sait les réactions que pouvaient avoir les hommes lorsqu'on leur parlait de ce genre d'abomination. Mieux valait, dans l'idéal, ne pas prendre de risques.

Par chance, le serveur revenait, apportant deux thés, comme Louie l'avait demandé. Je m’efforçais de retrouver un peu de contenance, toujours inquiète cependant. Je souriais au serveur en le remerciant, espérant qu'il reste le plus possible. Pour éviter autant que possible de me retrouver seule avec Louie. Mais ce miracle n'arriva pas, et déjà, le serveur était demandé par d'autres clients.

Je baissais les yeux vers mon verre, observant avec attention le thé. Sans lancer de coups d’œil à lui je prenais mon verre pour le boire, mais le reposais bien vite, souffrant de la chaleur de la tasse. Honteuse, et ne trouvant pas d'autres possibilités, je relevais la tête vers mon interlocuteur.

« Voilà le gros de l'histoire... »


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Dim 28 Aoû - 20:24


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



Aurait-elle menti en lui avouant l’absence de tout proche disponible à la rançon que Louie n’en aurait clairement rien su. A la différence de sa mère, il ne possédait aucun talent en magie et aucun don de prédiction. Il était certes chanceux de posséder un instinct assez rôdé pour commencer à comprendre qui étaient les gens vaquant autour de lui. Mais décidé à laisser une chance à la petite minette de ne pas trop lui tourner le bourrichon, il passa outre ses propos, ne cherchant pas à savoir plus que ce qu’elle pouvait lui offrir par quelques mots.

Une histoire étrange et presque familière que celle-ci. Celle d’une urgence et d’une fuite de ces steppes glacées peu accueillantes. Il entendait encore parfois, la nuit, la voix de Darius l’appelant, expliquant ses projets et ses transformations sans le traiter autrement qu’en animal de laboratoire. Il s’était juré de ne plus jamais y refoutre un pied et comptait bien se tenir éloigné de son ancien royaume le reste de sa misérable vie. Mais les mots d’Emelie avait une odeur de rouille et de métal humide. Ce fut presque s’il tendit la main pour lui bâillonner la bouche de l’index. Toujours souriant.

« Ne vous inquiétez pas mam’zelle. Je ne regarde pas sous les jupes des filles, pas sans qu’on m’y invite. Gardez vos raisons pour vous, même si je peux m’amuser à les deviner. »

Le serveur vint leur apporter leurs tasses fumantes et la théière, garnie de menthe à en faire choir le couvercle, brisa l’ambiance malsaine de ses souvenirs dans une vive odeur fraiche. Louie s’y pencha dessus presque à s’en chatouiller le nez. Ronflant de plaisir sous le parfum agréable de la boisson. Invitant d’un mouvement de la paume la jeune femme à en faire de même.

« Vous serez rouillée que ça m’étonnerait qu’à moitié. Une petite androïde en filature peut-être ? » S’occupa-t-il à murmurer, profitant de cette courte distraction. « La bouche de Louie est aussi scellée que le fond de ses poches, ma belle. Je n’irais pas à faire courir le bruit de vos rouages si c’était la vérité. Mais ça m’amuserait bien de trouver une concitoyenne de ferraille, comme on dit là-bas. »

A son tour il se saisit de la anse, et bien loin de se soucier de la chaleur, ne semblant pas en souffrir malgré la sécheresse ardente à laquelle son enfance ne l’avait pas habitué, Louie en but le breuvage en trois gorges lampées. Ne tardant pas à se resservir, sous le regard honteux et parcheminé de cette petite victime de la vie.

« Faites pas cette tête ma beauté. Je viens de vous piquer vos économies, certes. Mais y’a toujours moyen de se remplumer. Vous fichez quoi en Perse ? Vous êtes là par hasard des voyages faits pour fuir ou pour le boulot ? » Elle n’aurait certainement pas sa place chez les Renégats – et de la comparer à Asté le fit sourire à nouveau, des rides en patte d’oie apparaissant à ses yeux plissés et le rendant, un bref instant, presque charmant.

« Le coup c’est d’avoir des projets de courte durée et d’être libre, ma belle. La liberté, c’est tout ce qui compte. L’argent, ça vous enchaîne. Les responsabilités, pwah, j’en parle même pas. Levez le nez en l’air et fuguez autant que possible. Quand on est une fille débrouillarde sans chaperon, on sait se trouver une place partout pour mieux s’envoler. Vous m’avez l’air d’un joli petit oiseau. Et vous aurez même pas besoin d’écarter les cuisses. Mais gare aux brigands beauté. Gare aux fripouilles – vous êtes armée ? »

Puis comme illuminé par une soudaine idée.

« Vé, on peut aller faire les poches d’un coutelier pour vous trouver une belle lame. Ça sera déjà ça de garantie, vous en dites quoi ? »


Comme si, l’espace précédent, il n’avait pas sincèrement songé à la kidnapper.








pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mer 7 Sep - 15:38
Le thé était à peine arrivé qu'il souhaitait déjà repartir pour une nouvelle dépense ! Enfin, dépense… Vu la formulation, je n'en étais pas si sûr. « Faire les poches » ? Il ne voulais pas voler, tout de même ? Quoique, vu le personnage, ça ne m'eus pas étonnée… Cette façon de parler, ce rapport à l'argent et à la liberté n'était certainement pas celui d'un petit commerçant, ça ne faisait aucun doute. Et donc ? En voulant fuir des brigands, voilà que j'en côtoyais un autre ? Enfin, qu'importait, car celui-ci semblait de mon côté !

Je prenais une tasse de thé, prenant rapidement une gorgée comme le faisait Louie. Après tout, mieux valait se dépêcher s'il souhaitait faire autre chose ? Non. Définitivement non. Mauvais idée, et la brûlure que je venais de me faire à la langue risquerait de me le rappeler pour quelques jours au moins. Sans doute ressentait-il moins la chaleur, vu qu'il était… Vu qu'il était androïde. J'avais encore du mal à y croire.

« Je… Ce serait avec plaisir, mais même dans le peu d'argent que je vous ai donné, je ne dois pas avoir de quoi me payer une telle chose... »
J'ajoutais, assez précipitamment. « Et puis, j'ai bien peur de ne pas savoir me servir d'armes ! »

Autant jouer la carte de la naïveté. Bien que l'idée de pouvoir me défendre ne me déplaisais pas, je ne souhaitais pas prendre le risque d'aller m'expliquer avec la police perse, alors que j'étais arrivée il y a peu ! Et puis, une part de ma morale m'empêchait d'accomplir ce genre d'acte… Comment expliquer aux enfants que le vol est quelque chose d'immoral quand on en a soi-même été coupable ?

« De toute manière, je n'aurais bientôt pas besoin d'armes, enfin j'espère… Si je trouve un travail, je ne devrais pas avoir de soucis. Connaîtriez-vous une famille, avec enfants ? J’étais gouvernante, en Roumanie… Et j'aurais dû songer à un pays plus propice à ce métier, au lieu de partir, comme vous le dîtes, pour le « Hasard des voyages »... »


Je soupirais. J'aurais au moins dû rester en Europe, ou la différence de culture aurait été moins vaste ! Peut-être la garde des enfants aurait-elle était plus courante, peut-être aurais-je déjà un métier en ce moment même… Et peut-être il y aurait-il moins de brigands dans les rues occidentales. Enfin, c'était à présent trop tard, et je ne pouvait rien faire… Sauf, peut-être, réfléchir à la proposition de Louie.

« Enfin, je dois plutôt cesser de me plaindre, après tout, c'est de ma faute, il fallait bien prévoir de travailler pour vivre… Enfin, c'est ce que je croyais avant que vous ne me disiez votre façon de penser… Vous dîtes que l'argent et les responsabilités enchaînent, mais comment voulez-vous vivre sans ? »


Je soupirais, reprenais une gorgée de thé. J'avais dit que ma brûlure me servirait de leçon ? Une erreur. Rebelote, et je reposais immédiatement la tasse, pestant légèrement en Roumain, et observait Louie en face de moi.

« Comment faites-vous, pour boire si vite sans vous brûler ? Votre nature d'androïde, peut-être ? »


J'ajoutais par ailleurs, me souvenant de ses quelques questions.

« Contrairement à vous, je ne suis pas une… « Concitoyenne de ferraille » , comme vous dîtes. Par conséquent, veuillez m'excuser si ma question est idiote, ou malvenue… Je ne sais presque rien à votre sujet. »


HRP:
 


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Jeu 8 Sep - 23:13


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



A priori, elle n’avait rien écouté de ses propos. Et la moue un peu déçue, trop concerné, Louie se surprit à bailler sous ses balbutiements, triturant la théière avant de retaper du poing sur la table, cherchant à l’interrompre dans sa longue diatribe peu assurée. Cherchait-elle à se convaincre elle-même de ces « merveilleux projets » dans lesquels elle cherchait son futur, la petite Emelie ? Ce fut finalement un nouveau rire rauque qui répondit à sa question tandis que, écartant les bras, il aboyait presque :

« Vous me voyez entouré d’enfants, moi ? » Pour dire la vérité la plus honnête, Orendi, Chester et Adrastée n’étaient pas non plus des jeunes femmes les plus accomplies. La première était cinglée, la deuxième avait de l’humanité l’âge du chat qu’elle était, et la dernière avait été tranchée dans son adolescence comme une fleur taillée trop tôt. Pas de quoi en faire de véritables adultes, et presque bougonnant, il ajouta. « En tout cas, pas dans une garderie du beau monde comme vous en venez. Pas vrai ? On est délicate comme les pétales d’une rose et on veut pas d’emmerdes avec des voleurs mais ma belle – rien ne vous appartient vraiment vous savez. Et on parle uniquement d’un emprunt ! »

Il pouvait pourtant le lui payer, son fichu couteau. Il devait avoir sur lui, au fond de ses poches, quelques pièces d’or encore utiles pour ce genre de mission. Néanmoins, elle lui avait comme qui dirait posé une colle, avec son interrogation facultative sur leur commun besoin d’argent. Et sortant une arme des replis de son manteau, il vint la déposer sur une table. Posément.

« Ça, ma belle. Ça, ça vaut le fric, ça vaut les lois que ça essaye de commander, ça vaut la vie, ça vaut tout. L’argent, ce n’est pas le centre du monde même si on veut nous le faire croire. Y’a bien des moyens d’acheter un homme. La privation. Le chantage. La menace. L’argent ne dure pas. L’argent c’est comme l’existence, ça dure même moins longtemps… »

Du bout de l’index, il poussa la lame dans sa direction.

« Vous êtes pas androïde, bien soit. Je suis pas déçu, vous êtes plutôt mignonne et pas trop mal attendrissante dans votre genre. Pas trop concon en tout cas, pour les femmes que je côtoie habituellement. Y’a du beau monde à votre frimousse. Et si vous êtes tentée, je vous protégerais bien une nuit ou deux… »
Un clin d’œil. « Mais moi j’en suis et pour le thé – bah – le tout c’est de vous en foutre. Vous savez pas faire ça ? Vous foutre complètement d’un truc qui pose problème ? Non, vous grimacez attendez… »

Il se releva à peine, la surplombant, à moitié couché sur la table.

« Y’a un truc de grand-mère. » Moqueur. Sa paluche glissant à la nuque moite de la demoiselle. « Pensez bien que je veux vous aider. »

Et puisqu’elle n’avait pas assez d’argent pour payer, un baiser suffirait.








pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Dim 11 Sep - 17:26
Je clignais des yeux, ne comprenant qu'à moitié ce qui était en train de se passer.

Mais une fois, deux fois, trois fois. Rien ne changeait, son visage était toujours aussi proche du mien, sa main était toujours dans ma nuque, et je me sentais rougir à l'extrême. Que diable faisait-il ?? Aucune situation, en Roumanie, n'autorisait ainsi une telle proximité en public. Cela faisait-il partie des mœurs perses ? Bien que je tentais de m'en convaincre, j'en doutais.

Et ce qu'il disait… Comment un manque de pudeur pareille était-il possible ? N'avait-il aucune éducatio-… Question stupide. J'ignorais d'où venait cet homme, mais, depuis le début, il ne m'avait pas semblé avoir été élevé avec une cuillère en argent dans la bouche. Je me sentais perdre mes moyens, cherchais des yeux une aide, quelqu'un pour le remettre à l'ordre. Mais, dans ce pays, ce genre de prude ne semblait pas exister. Je détournais légèrement le regard, bégayais.

« Heu, heum… V-Veuillez m'excusez, j'ai bien peur de ne pas saisir ce que vous dire… Comprenez-vous, je suis arrivé il y a peu et j'ai parfois mal à comprendre les langues étrangères... »


… Je devais être ridicule. Sérieusement, me faire passer pour plus idiote que je l'étais, utiliser mon statut d'étrangère pour esquiver la conversation, alors que j'avais parfaitement compris ce que disait Louie jusqu'à présent ? Il ne tomberait pas dans le panneau, définitivement pas. Je me reprenais comme je pouvais, probablement encore plus rouge qu'au préalable. Et je continuais de fixer mes pieds en espérant que ma gène passe, mais sentir le visage de Louie si proche du mien n'y aidait pas.

« …. Veuillez m'excusez, je… Je crois avoir perdu mes moyens. J-Je n'ai pas franchement l'habitude de… De ce genre de blagues en Roumanie. Enfin, peut-être sont-elle plus courantes ici en Perse. »

Je n'osais pas lui jeter un coup d’œil, beaucoup trop mal à l'aise, me dandinant sur ma chaise pour reculer comme je pouvais.

« Enfin, revenons à nos montons, si vous le permettez… Cet emprunt, dont vous me parlez, je ne suis pas sûre de pouvoir vous le rembourser avant des mois. Même vous dites vouloir m'aider… Et vous en « foutre » de l'argent, vous n'y gagnez rien. Acceptez-vous tout de même de me payer une arme ? »

En réalité, j'avais parfaitement compris ce qu'il m'avait dit. Mais il me fallait du temps pour réfléchir, et, actuellement, il ne semblait pas vraiment prêt de me le laisser. Alors, même s'il était trop tard pour jouer l'étrangère, pour l'instant, autant jouer la mièvre naïve qui ne comprenait rien à ce qui se passait. Ensuite, réfléchir.


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Jeu 15 Sep - 22:51


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



« Allez… »

Le murmure de Louie, face à la nervosité grandissante de la jeune femme, semblait un ronronnement venu du plus profond de sa gorge. Comme pour le détromper, elle jouait les petites poules du dimanche, de ces demoiselles bien comme il faut, toutes habillées de blanc le jour de leur mariage, qui allaient à la messe, faisaient bonne figure auprès d’époux valeureux et de gamins bien élevés. Elle était nounou, de ce qu’elle lui avait confié et de ce fait, devait tout de même assurer son autorité plutôt que de bégayer ses incompréhensions comme elle le faisait jusqu’à présent. La main de Louie vient se glisser sur sa joue, pour rencontrer à nouveau son regard.

« Me faites pas mentir. Je sais que vous n’êtes pas stupide. Mais si vous voulez… »
et son espagnol se fit roumain, plus rauque. Plus accentué. « Je peux parler votre langue et vous proposer un baiser. Un vrai baiser. Ici, peut-être qu’on ne s’en fichera pas mais vous savez que je suis au-dessus de tout ça, n’est ce pas ? Mariée, pas mariée, libre ou docile, toutes les femmes méritent d’être correctement embrassées au moins une fois dans leur vie. Et pour m’aider, je ne vois pas d’alliance à votre main gauche… »

Pourtant, ce fut autre chose qu’il vint glisser à sa paume transpirante. Le manche en os de son couteau, sans sembler regretter son geste.

« Ce n’est pas un achat, ce n’est pas une dette. Je vous ai sauvé la vie, et vous m’avez payé. Je passe à autre chose sans autres… formalités. Et je dois bien dire que vous me plaisez bien puis… »

Son sourire dévoila à nouveau sa dent en or. Son visage, plus près encore, semblait aussi attentif que moqueur.

« Vous ne m’avez pas giflé. »


Alors il y eut un vol – ou un emprunt, qui pouvait le deviner. Pas celui d’une arme, pas celui d’une bourse mais bien celui de sa bouche de demoiselle, tandis que sa main, quittant sa joue, se refermait avec plus d’autorité sur sa nuque. Une simple pression, de ses lèvres à ses lèvres, piquant la beau sensible de la jeune femme de sa barbe rugueuse. Il sentait le fauve, l’acier, la poudre, la sueur, le feu et autre chose aussi, d’un peu plus piquant. Comme une épice ou comme le sang.

Il n’essaya pas de la forcer. La relâcha, après quelques secondes et se rassit à sa chaise, reprenant sa tasse de thé qu’il vida en deux lampées. Moins goguenard que décidé, détendu et appréciateur.

« Vous avez un goût… de fraise. » Son rire résonna comme un aboiement. « Finalement, j’y gagne quelque chose qui a beaucoup plus de valeur. N’est ce pas, mon cœur ? »

Puis relâchant la pression de ses propres épaules, changeant de sujet comme le vent tournant sur l’océan, il demanda :

« Et vous pensez vraiment vous trouver un emploi de gouvernante en Perse ? Vous pensez que l’après-guerre vous offre cette possibilité ? Je vous dirais bien d’aller frapper à la porte des palais où une étrangère sera peut-être vue comme un plus pour l’éducation des enfants mais je doute beaucoup qu’une roumaine fasse grand poids dans un pays majoritairement magique… A moins que je me trompe et ça serait en votre faveur. Sinon, je peux vous proposer de remonter plus au nord. Peut-être… Vers le grand empire. L’Autriche Hongrie regorge de famille qui aiment à s’instruire – bande de délicats maniérés moi je ne les supporte pas trop. Mais vous… vous vous feriez un travail d’enfer… »










pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Lun 19 Sep - 20:39
Je m'étais attendu à plus de temps pour réfléchir à sa proposition.

Quand j'étais petite, je m'étais imaginé mon premier baiser dans les bras d'un de ces princes de contes de fées, beau, galant, qui vous sauvait des pires cauchemars. Et, s'il m'avait sauvé, Louie n'avait rien du prince que je m'imaginais : Un langage de charretier, un hygiène négligeable. Sa barbe piquait, ses lèvres aussi, d'ailleurs, par ce goût particulier qu'elles avaient. A la fois surprenant et détestable.

J'étais surprise, tant par ce baiser que par ce qu'il me procurait. Une gêne inévitable, certes, mais sinon… Rien. Enfin, rien de ce à quoi je m'attendais à l'idée d'offrir mes lèvres à quelqu'un pour la première fois. Pas de chaleur au fond de l'âme, pas de frémissement, pas de cœur qui bat la chamade à l'idée de ce premier effleurement. Juste la surprise, et rien d'autre… J'en étais à la fois rassurée et déçue. Déçue pour le brisage de ce mythe, et rassurée en me disant qu'il n'aura pas eu lieu ainsi, en beau milieu d'une rue, pour ce qui semblait presque une blague pour mon partenaire.

Et voilà qu'il continuait, comme si ne rien n'était, qu'il reprenait la conversation. Comment pouvait-on agir de façon si calme ? A combien de demoiselle avait-il déjà fait cela ? Tant de questions sans réponses tournaient dans ma tête, tandis que je m'essuyais les lèvres du dos de la main. L'Autriche-Hongrie. Voilà qui serait astucieux, effectivement. Pourquoi n'y avais-je pas pensé plus tôt ? Précipitation du départ, où on m'a vanté ces pays de soleil soi-disant si accueillants. Prochaine fois, je laisserai un peu ces rêves utopistes pour un côté plus pratique. Je répliquais d'un ton que je voulais sec, froid, celui que je prenais avec les enfants qui avaient fait des bêtises.

«Bonne idée, j'admets. Je fonce de ce pas m'acheter un ticket, avec…. Oh, avec rien, oubliez. A moins que le vendeur ne sache se contenter d'un baiser volé, lui aussi. Après tout, peut-être que seule la "bande de délicats maniérés" se plie à un minimum de morale. »


Je rapprochais la tasse de mes lèvres, prenait une petite gorgée. Certes, la baiser en soi ne m'avais pas traumatisée. Mais, comme toute dame un tant soit peu éduquée, j'avais des principes. Et, parmi ces principes, il y avait le fait de ne pas cligner des yeux face au premier venu telle une catin. Je repoussais le couteau vers Louie.

« Je ne sais pas pour quoi vous m'avez prise. Une fille de trottoir, peut-être ? Dans tous les cas, je refuse d'accepter quoi que ce soit s'il fut payé de la sorte. »


Je pinçais les lèvres en jetant un coup d’œil à l'arme. Il m'aurait certes été utile, mais une certaine honte m'aurait envahit à chaque instant où j'aurais pu le dégainer.


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Dim 25 Sep - 22:51


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



Le rire de Louie, éclatant et un peu brutal, se fit gloussement moqueur et presque tendre. Soudain paternaliste à l’égard de cette jeune fille qui remplissait bien mieux ses dessous que d’autres leur pantalon, il la regarde reprendre contenance tant bien que mal, sirotant son thé avec la dextérité d’une femme du monde. Ce qu’elle était, inévitablement. Mais Louie pouvait la sentir, la tâche, sur son front. Une quelconque culpabilité mêlée de honte. Et s’il ne fut pas déçu du manque de réaction à son baiser – cette petite romantique méritait des échauffourées passionnées sur fond de mandoline – il fut tout de même désappointé de sa malhabile interrogation.

« Les gens se trompent souvent au sujet des putains… et je peux parler en maître, j’ai visité leurs couches un nombre de fois incalculable et dans tellement de pays différents… » Son doigt vint effleurer le rebord de sa tasse. Et sans reprendre le couteau, il se balança en arrière, en équilibre sur sa chaise, comme s’il ne pesait rien dans la gravité.

« On les voit sur les trottoirs à déambuler ou dans les maisons à écarter les cuisses docilement. Elles sont charmeuses, peu éduquées. Un peu stupides mais toujours aimables. Elles savent vous faire rire comme elles savent vous faire parler. Et leur oreille est aussi attentive que leurs cuisses sont sanglées. Elles en savent long, sur l’âme des hommes. Et pourtant un homme peut les attraper… » Sa poigne se referma sur du vide. « Et les broyer bien facilement car leur faiblesse, c’est l’espoir. Mais les catins ne sont pas seulement des trous à remplir et beaucoup ne se font pas payer. Elles sont là, à se pendre aux bras d’un homme, au gré d’un mariage arrangé ou par simple conviction qu’elles n’ont rien à offrir d’autres. Combien de cadeaux vous a-t-on fait, mademoiselle, pour votre sourire, pour votre visage, pour votre compagnie ou simplement en espérant vous séduire ? Combien de belles paroles ? S’il n’y avait pas de pièces de monnaie, sachez que ça compte quand même. »

Sa voix s’abaissa dans le vent. Portée uniquement par la brise. Les oiseaux les survolant, fusant dans les airs et croisant, au hasard d’un appel, les fils d’un tapis volant.

« Vous êtes une pute et vous n’en êtes pas une. Et le cadeau que je vous fais, vous n’avez qu’à le prendre. Parce que vous pensez que votre main n’est pas stable ou que je vous le donne pour de mauvaises raisons. Seulement, vous vous gourez. Ce n’est pas entièrement pour le baiser que je l’ai fait. » Le regard vert de l’homme étincela. « Je ne dis pas que je serais contre le fait de vous faire l’amour mais je vous paierai autrement. Et je peux vous amener en Autriche-Hongrie. »

Haussement de sourcil.

« Oh ? Ai-je conquis votre intérêt ? Je vous dégoûte n’est-ce pas ? Je suis différent des hommes de votre nation et pourtant j’ai été créé dans vos usines, ma belle. Je suis aussi Roumain que vous. Mais nous valons mieux qu’eux tous – et si vous dites non, vous êtes une oie blanche. Pas une imbécile, mais pas encore tâchée. Une petite pucelle de l’horizon qui s’aventure prudemment. Vous devriez courir ma belle. Vous allez tomber et rien n’empêchera cela mais vous vivrez les choses plus rapidement croyez-moi. Alors ? »

Son torse se redressa.

« Courrez. Allez courrez. Courrez maintenant car » Et à nouveau ce rire comme un aboiement. « je n’ai pas vraiment envie de payer quoique ce soit ici… »

Avant de se relever dans un bond, un sursaut. Renversant chaise comme table, faisant trembler la porcelaine, répandant l’odeur du thé dans la clarté de cette place. Attrapant de nouveau sa main sous le cri du serveur.

Et foncer, foncer en la tenant contre lui, l’entrainer dans une fugue, une fougue hilarante. A l’image même de sa propre vie.









pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mer 28 Sep - 21:49
Cet homme ne semblait décidément pas vouloir m'accorder le moindre repos.

Entre son baiser, sa proposition d'aide pour m'amener l'Autriche-Hongrie et cette course-poursuite qui recommençait, je n'avait pas eu le temps de réfléchir à quoi que ce soit. Mais pas besoin de longue réflexion pour comprendre qu'il valait mieux courir, et vite. Je courais donc, courais autant qu'il était possible de la faire avec une jupe serrée déjà bien malmenée par la course de toute à l'heure : autrement dit, à une allure qui était loin de convenir au rythme demandé.

Je courrais malgré tout, à petits pas précipités, tirant sur le tissu de ma jupe : après tout, mieux valait risquer de froisser ce bout de tissu de la police de cette ville ! Je lançais un coup d’œil paniqué à Louie, avait-il un plan, au moins ? Pour le moment, il riait simplement à gorge déployée, comme s'il vivait la plus grande farce de sa vie. Le genre de farce où on risquait à tout moment d'arrêter de rire d'un coup.

« N'auriez-vous pas pu prévenir ?? »


Déjà, j'entendais la plainte du serveur se dédoubler en plusieurs voix. Plusieurs poursuivants, et j'avais l'impression qu'à chaque seconde il y en avait plus encore ! Je commençais à paniquer, à presque regretter mes brigands de tout à l'heure. J'évitais des ennuis pour en rencontrer d'autres, et Dieu savaient ce qui m'attendrait ensuite ! Ou peut-être pas Dieu. Peut-être plutôt celui qui m'avait fourrée dans ces ennuis.

« Savez-vous au moins où aller, à présent ?? Où avez-vous juste l'intention de courir ainsi pendant des lieux, avec ces hommes à notre sui- »


Crac.

Un léger bruit, mais que je n'entendais que trop bien. Dans le bas de ma jupe, un relâchement dans le tissu. Non, pas ça. Surtout pas avec ce type qui me servait de seule soutien actuellement. Je lançais un coup d’œil à ma jupe, et remarquais un bout de cheville qui me glaça autant qu'elle me faisait rougir. Il faudrait cacher ça, et vite. Mais s'arrêter, dans ces conditions ? Inconcevable. D'un autre côté, continuer au risque de découvrir un peu plus ma jambe ? Inconcevable.

« ….. Monsieur Louie ? »


D'un seul coup, j'étais bien moins énervée, bien plus gênée, surtout. Comment demander ça de façon convenable ? Surtout au vu de la situation ! Mais je ne pouvais pas s'arrêter, enfin pas maintenant. Je ne pouvais que suivre Louie dans ce dédale de rue, attendant qu'il remarque sa gêne. Je sentais la déchirure s'agrandir, mais ne voulais pas insister ; cette apostrophe à mi-voix serait le maximum que j'oserais dire pour le moment.

Et forcément, j'en perdais le sens des priorités, et courrais moins vite que je ne l'aurais voulu. Tellement préoccupée par ce bout de tissu que je ne voyais pas un renfoncement dans le chemin. Et je penchais dangereusement vers l'avant, me rattrapant tant bien que mal au bras du Roumain, avant de me redresser au plus vite.

« … Sommes nous bientôt arrivés ? »

Où qu'il ait l'intention de m'emmener, j'espérais que c'était proche. Et suffisament bien caché pour qu'on ne risque rien.


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef des voleurs
Louie
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Criminel en libre-service
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mar 4 Oct - 20:55


Rencontre et course-poursuite

with Emélie



Mon-sieur-Louie.

Il se serait frappé de désespoir s’il n’avait pas été aussi pressé de fuir leurs poursuivants. Les cris avaient éclaté dans la rue avant de s’espacer. Mais rien ne les empêchait d’être trahi par le regard curieux des quelques témoins s’amenant aux fenêtres. Hélas pour lui, Louie passait rarement inaperçu. Et la jeune femme qui le ralentissait soudain à boiter, penchée en avant de manière inexplicable, n’allait certainement pas l’aider. Louie retint toutefois un grognement, se refusant à avouer que les propos de la petite demoiselle venait certainement de l’attendrir. Et se tourna pour lui faire face, les sourcils froncés, le regard plus impliqué.

« Louie. Louie, ma douce. Juste Louie. Va falloir vous le rentrer dans la caboche au bout d’un moment quand même. On s’embarrasse pas de politesse avec moi, c’est une perte de temps. »

Quant à savoir ce qu’il allait en faire, de ce paquet un peu trop enrubanné à son goût, son esprit fit vite un retour rapide en arrière. A ramener Adé sur le bateau, il s’était déjà chopé le regard un peu perplexe et un poils contrarié de la Valkyrie. Alors autant ne pas compter sur le soutien de l’équipage s’il leur rapportait une nounou aussi bécasse qu’inutile. Elle en avait peut-être dans le fond de son jupon, pour une fille de la haute, mais sortie de sa zone de confort et de ses propres réflexes de survie, elle était aussi dangereuse qu’un mouton de six semaines à bêler, le regard inquiet, les mains tendues sur ses petites jupes.

« Faut porter des pantalons, c’est plus pratique. »
Ou alors arrêter de s’emmitoufler dans autant de tissus – elle devait d’ailleurs crever de chaud. L’émeraude de ses prunelles s’abaissa à ses chevilles. Et y accrocha un morceau de chair. Il fit même l’effort de ne pas sourire. « Ca a sauté en dessous pas vrai ? Allez, je vais pas vous embêter plus longtemps. »

Son bras accrocha le sien de manière bien plus galante soudain. Et se redressant à ses côtés, en soutien, il bifurqua dans une ruelle attenante, bien plus discrète pour leurs allées et venues.

« Vous avez pas de bagages, donc vous êtes arrivée depuis plus longtemps qu'aujourd'hui. Vous êtes bien habillée et vous êtes aussi pudique qu’une Italienne en confession, donc vous devez pas traîner dans un quelconque hôtel ou chambre de bonne à la location. Vous avez pas l’air de parler la langue, vous m’avez dit que vous ne vivez pas ici. Et même si je n’ai pas tout retenu de votre charabia, je crois bien avoir compris que vous étiez ici depuis un certain temps. Alors où je dois vous raccompagner, vous et vos froufrous ? »


Comme un abandon de mission, un peu désœuvré et même déprimé de cette sortie de scène, Louie s’appliqua tout de même à montrer son profil le plus charmant, le plus avenant.

« Ça ne vous autorise pas à faire des conneries et à vous entêter ici plutôt qu’à rentrer en Europe là où vous avez plus votre place. Parfois, et même si je suis un partisan du chaos, mieux vaut pas mélanger la soie et les chaussons. »

Même si de l’imaginer donner des leçons de maintien et d’orthographe à Chester et Orendi pouvait lui amener la larme à l’œil d’un fou rire mérité, la petite avait mieux à faire que de traîner dans l’huile et la sueur des partisans de l’Anarchie. Leurs chemins se recroiseraient sans doute bien vite, car le hasard pouvait bien faire les choses quand on lui en laissait le temps.

C’était une leçon de sa maman, bien apprise.







pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame blanche
Emélie Gregoriu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    Mer 2 Nov - 19:59
Porter des pantalons ? J'en aurais bien ris, tiens, si les circonstances s'y portaient. Ceci dit, cela ne m'étonnais pas, sortant de la bouche de Louie. Il semblait avoir une perception différente de ce que pouvait faire une femme, ou même, de tout en général. Ce serait sans doute difficile de rester plus lentement avec lui : deux mondes trop différents ne pouvaient cohabiter, sans doute. Ses idées, ses paroles étaient si différente de tout ce qu'on m'avait inculqué, que j'avais l'impression d'un outrage à chacune de ses phrases. Alors, lorsqu'il me demandait où me déposer, je retenais à peine mon soulagement. Il serait bien plus simple de rentrer que de le suivre aveuglement, après tout. Surtout vu l'état de ma jupe.

J'ai d'abord été surprise par la longue réplique de Louis. Par de simples discussions, il réussissait à mener à bien de pareils constats. Le tout sans la moindre erreur de logique, sans la moindre faille. Même si son ton me déplaisait toujours autant, je devais admettre qu'il avait une certaine capacité de déduction, que je ne pouvais au fond qu'approuver… Mais quelques piques dans son discours me déplaisaient, et je décidait de conserver de sèches politesses, à la limite de l'agréable.

« Au palais d'Hesam Raml Alheïri, s'il vous plait. »


J'ignorais comment il était vu, au sein de la population locale. Et, après réflexion, j'espérais qu'il n'étais pas haït : manquerait plus que Louie ne retourne sa chemise et décide de finalement mener sa menace sa menace de kidnapping à bien. Enfin, de toute manière, avec la police à nos trousses, je ne risquais pas grand-chose. Je continuais, toujours d'un ton sec.

« Et je pense pouvoir y aller seule. Merci de votre aide de toute à l'heure, mais poursuivis de la sorte, nous serons mieux séparés. »


Je ralentissais donc le pas pour m'apprêter à bifurquer vers une autre petite ruelle. Ce serait mieux pour nous deux : moi, j'y gagnerais en discrétion : le géant avait la discrétion d'un d'un troupeau de griffons. Et lui, il y gagnerait en rapidité : je ne faisais que le ralentir, après tout, et à sa place il y a longtemps que j'aurais perdu patience. Alors, autant lui épargner quelques ennuis supplémentaires et filer.

« Concernant votre conseil, j'aviserais. Je n'ai aucunement l'envie de retourner en Europe, et je resterais ici aussi longtemps que possible. Aussi, Monsieur Louie, peut-être aurais-je le plaisir de vous recroiser. »


Et, sur ces quelques mots, je me penchais légèrement avant de filer au plus vite.


"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Perse] Rencontre et course poursuite    
Revenir en haut Aller en bas
 

[Perse] Rencontre et course poursuite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: Le Moyen-Orient :: Perse-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat