Partagez | 
 

 Janvier 06. Araignée du matin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Janvier 06. Araignée du matin...   Lun 18 Juil - 19:03

Puck, fée scandinave alias Sera, Dragon Age

La cour de Scandinavie grondait de rires, d'interpellations offrant une ambiance comparable à une grande fête entre guerriers revenant de la guerre, ou d'une taverne pleine à craquer. Avec l'exploit mené par leur souveraine, les Scandinaves avaient été nombreux à rappliquer au castel pour offrir leurs services. Eux et les hommes de la compagnie de Ragnar qui s'étaient établis ici comme s'ils se trouvaient chez eux.

Puck avait été une des dernières à arriver. Malgré son sang féerique, elle n'avait aucune délicatesse. Brute, elle parlait avec un accent populaire, se coupait elle-même les cheveux à la dague, jouait des farces comme si elle n'avait jamais grandi. Elle pouvait aussi bien bousculer quelqu'un d'une falaise pour le voir dévaler la pente que retirer une chaise avant que la personne n'ait pu s'asseoir. À ses yeux la vie était une vaste blague, rien de plus.

Face à Ragnar, elle l'écoutait narrer son ultime aventure en compagnie de l'impératrice.

« Z'avez capturé un gros lézard ? »
« Une vouivre, Puck. Une vouivre. »
« C' pareil. » conclut la fée en secouant la main. « C'est gros et plein d'écailles. »

Puck vida sa chope avant de hurler au domestique le plus proche de la lui remplir. Un comportement qui fit tressauter les épaules de Ragnar puisque la fée ajoutait à sa demande quelques remarques bien salées du style « T'as intérêt à être plus rapide que ta mère à grimper aux rideaux ! »

La chope demandée finit par être remplie au grand plaisir de Puck qui, renversée dans sa chaise, se grattait violemment le crâne.

« Ah bah pas trop tôt. La prochaine fois, amène une fill'. Que j'ai d' quoi reluquer pendant l' service. »

Le rire s'échappa du nez de Ragnar en un sifflement si comique que Puck manqua de recracher son ambroisie. La fée prit ses aises en posant ses pieds sur la table.

« On s' croirait presque dans un' taverne. En plus chic. Avec moins d' puces. »
« Et encore t'as pas vu les chambres. »
« Ouaiiis. J' vois. T'as déjà testé la literie avec Brun' hein ! Gros veinard ! D'ailleurs tu pourrais m' dégoter une chaufferette pour... »

Le regard de Puck fixait un point derrière l'épaule de l'hybride. L'homme se retourna à demi, cherchant à comprendre ce qui avait bien pu clouer le bec aussi efficacement à la fée. D'abord il ne vit que les résidents habituels du castel – les domestiques, les invités du jour, les nouveaux arrivants... Ses yeux se posèrent sur un faciès bien plus curieux que les autres. Et c'était rare de dire cela en Scandinavie dans un empire où les fées se baladaient en égaux avec les humains, où les hybrides poussaient presque autant que des champignons. Huits yeux insondables le fixèrent. Huit bras bougeaient, évoluaient avec la même aisance que des bras humains. Le sifflement approbateur de Puck parvint à ses oreilles.

« J' crois que j'ai fait mon choix d' la soirée. Huit bras ça ouvre plei-iiin de possibilités ! »
« El' t' dit rien ? Sa tronche... El' me dit que'que chose. »

Ragnar se leva de son banc, bien trop intrigué pour ignorer ce visage aux relents de souvenirs. Des souvenirs pas foncièrement agréables, aussi piquants qu'une morsure d'araignée. Les pas puissants de l'hybride le menèrent jusqu'à l'inconnue. Il la surplombait de plusieurs têtes mais l'expérience lui avait prouvé que la taille ne faisait pas tout. Et que la petite bête pouvait dévorer la grosse.

« Perdue ? Tu cherches quelqu'un ou que'que chose ? »

Demeurée assise sur son banc, Puck observait en sirotant sa chope.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Mar 19 Juil - 1:40

Puck, fée scandinave alias Sera, Dragon Age

J'avance lentement dans la salle, prenant mon temps pour jeter des coups d’œils discrets à tout le monde. Tant de visages différents m'entourent et je tente de tous les mémoriser, aussi bien par curiosité que par pur professionnalisme. On ne sait jamais.
Des noms résonnent à mes oreilles, faisant écho à d'autres entendus auparavant. On pourrait croire à mon attitude que j'ai le mal des foules, ou même que je me suis perdue; il n'en est rien. J'aime simplement me promener et observer les gens à leur insu, pour tenter d'entrevoir la personne qu'ils sont réellement. Quelque chose d’étonnement plus facile dans les livres que je lis.

Soudain, alors que je me déplace, un échange de voix plus bruyant que le reste me parvient. Une femme à l'apparence un peu garçonne était en train d'houspiller un servant peu rapide, tandis qu'une masse imposante s'esclaffait. Et alors même que je ne l'ai jamais vu, je le reconnais. La description que m'en a faite l'impératrice est on ne peut plus fidèle : une tonne de muscle, un cache-œil et des cornes qui signalent clairement son statut d'hybride. Et c'est alors que je le fixe de mes huit yeux que je sens deux autres se poser sur moi - ceux de la fée.

Je décide de l'ignorer pour l'instant, même si son personnage m'intrigue, mais surtout parce que Ragnar a décidé de venir dans ma direction. Il semblerait donc que notre rencontre soit avancée, soit. J'attends que l'hybride soit à ma hauteur - façon de parler, puisqu'il fait plus de deux fois ma taille - pour lui parler.

"Non monseigneur, merci d'avoir posé la question. Je me présente, je m'appelle Muffet et suis au service de l'impératrice en tant qu'assassin."

Paroles que je ponctue avec une révérence.

"J'imagine que vous n'étiez pas au courant, puisque la nomination est récente et notre souveraine fort occupée."

Maintenant que je suis proche de lui, quelque chose me perturbe. Son visage est familier. Mais ma mémoire refuse de connecter les deux bouts et je n'arrive même pas à me rappeler si ce visage est associé à un bon ou un mauvais souvenir. Ce qui dans ma profession est très mauvais signe. Mais je préfère continuer à jouer la carte de la politesse lorsque je m'adresse à nouveau à Ragnar.

"Puis-je m'enquérir de votre relation avec l'impératrice? Elle n'a pas pu rentrer dans les détails la dernière fois que nous avons parlé ensemble."

Peut-être quelque chose lié aux empereurs précédents? Non, ça m'étonnerait - j'ai vu beaucoup de vautours, mais aucun n'était aussi massif. Mais alors où? Un mouvement de la dame blonde interrompt mes pensées et je me rends compte qu'elle me fixe, la tête posée sur ses mains et la chope vide. Une idée germe dans mon esprit. J'attends que le colosse ait fini de parler pour la mettre en pratique.

"Voulez-vous bien m'excuser quelques secondes?"

D'un pas assuré, je me dirige vers la garçonne en la fixant droit dans les yeux, un sourire carnassier dévoilant mes crocs pointus. Toujours sans rompre le contact visuel, j'attrape une chope qu'un domestique portait d'une de mes mains avant d'arriver à la hauteur de l'intéressée inconnue. Sans ralentir, je pose la chope pleine sur la table et récupère la chope vide, le tout d'un seul mouvement. Puis, je me redirige en direction de Ragnar, en déposant la chope dans les mains d'un domestique qui passait par là. Avec un sourire plus léger, je m'adresse à l'hybride :

"Désolée pour cette interruption. J'ai ce sentiment de vous avoir déjà rencontré quelque part, mais je ne saurais dire où. Nous sommes-nous déjà rencontrés?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Mar 19 Juil - 21:52
Ragnar ne se souvenait plus la dernière fois qu'on lui avait fait la révérence. Tout simplement parce qu'on ne lui avait jamais faite. La dénommée Muffet cacherait-elle sous son titre d'assassin une demoiselle de haute naissance, rompue aux arts de la cour ? Ça pouvait promettre d'être intéressant. Ragnar n'y connaissait rien en maniement de la fourchette et du couteau à huître. Et une assassin, ma foi, si elle agissait sous les ordres de la Keisarinna, il n'avait rien à craindre d'elle puisqu'elle ne serait pas son ennemie.

Ce qui ne réglait pas pour autant la question de cette impression de déjà-vu.

« J' suis son père. » déclara, tout de go, l'hybride face à la question de l'assassin.

Nul besoin d'en dire plus, cela suffisait. Il y avait là assez de grain à moudre pour l'hybride-araignée qui chercherait, probablement, dans les traits de Ragnar ceux de Asbjorn.

S'excusant, Muffet s'éclipsa pour aller porter une chope pleine à Puck. Cette dernière lui offrit son plus beau sourire, continuant à observer la scène avec un intérêt décuplé. Ragnar, pour sa part, se sentait assis entre deux sièges. L'araignée l'intriguait, mais cette sensation de déjà-vu lui tordait l'estomac.

Le flash lui vint à la vue des gestes prompts menés par Muffet lors de l'échange de chope.


Une soirée dans une des nombreuses tavernes ponctuant les rues de la Scandinavie. L'alcool coulait à flots, les rires et blagues échauffaient l'étroite salle. La compagnie s'éparpillait, telle une envolée de moineaux, allant reprendre la route. Ragnar grogna qu'il avait oublié quelque chose, retourna sur ses pas. Vit alors le sang sur le parquet de bois poncé par mille et un clients, les rigoles pourpres, les corps avachis en des positions grotesques.

Dans la pénombre huit yeux brillèrent. Huit bras se mouvèrent en arabesques improbables. Avant de disparaître tel un songe.


« Oh oui on s'est déjà rencontrés. » grinça Ragnar.

Dans son dos Puck se redressa. Elle connaissait assez bien son chef pour reconnaître, dans le son de sa voix, la promesse d'une future bagarre. Les poings de Ragnar se crispaient, en un craquement lugubre de phalanges malmenées.

« Dans une taverne. Y a que'que temps. T'as zigouillé tous les clients. Y avait plus que l' gérant qui couinait comme un porc, planqué dans sa cave. »

Une des mains de Ragnar se posa à proximité de Muffet, cognant contre une poutre.

« Me suis toujours demandé si c' soir là, si la compagnie était restée, si ça aurait été nous les victimes. Alors on va jouer franc jeu, faucheuse. Tu vas tout m' dire. Tuer des gens si y a une raison j' respecte. Mais si ça visait moi ou un d' mes hommes, on va pas être copains. »

Ragnar retira sa main et, d'un signe du menton, fit comprendre à Muffet qu'il demandait à ce qu'elle rejoigne la table où était installée Puck. Cette dernière n'avait pas perdu une miette, mais attendait de voir le déroulement des événements pour se faire son jugement. C'est qu'elle non plus n'avait pas les mains toutes propres. Puis ça lui ferait mal de combattre une fille qui lui avait offert une chope – mince elle lui devait bien ça !

Lorsque Ragnar reprit sa place, dos au mur pour éviter tout coup de poignard intempestif, Puck ne put retenir un commentaire.

« T'es trop méfiant tête d' pioche. »

Mais, d'un côté, c'était son rôle de chef de veiller sur ses hommes. Son rôle de général des armées impériales.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Jeu 28 Juil - 1:08
La réponse à ma première question me laisse perplexe pendant une poignée de secondes, avant que je ne réalise ce que Ragnar voulait dire. Ainsi l'impératrice actuelle est la fille adoptive d'un hybride? Intéressant.

Et alors même que l'hybride répond à ma seconde question, je me prends à regretter de l'avoir posée. Instantanément, celui-ci devient plus agressif, faisant craquer les jointures de ses doigts tout en durcissant le ton. Il est clair que ce n'est pas une révérence qui va me sortir de là. De plus, alors qu'il me décrit notre rencontre, celle-ci me revient lentement à l'esprit. La taverne. Ma première mission à l'importance cruciale. Alors que j'hésite entre des explications et une dérobade dans les règles de l'art, celui-ci m'invite à m'asseoir en compagnie de l'être blond qui me fixe toujours. Parfait.

Sans me presser, je me dirige dans sa direction et m'assieds à côté d'elle, l'écoutant plus ou moins prendre ma défense. Plus je passe de temps en sa compagnie et plus je la trouve charmante - ce que j'aimerais bien pouvoir dire du cornu. Après un léger sourire à la fée, je me tourne vers Ragnar et lui adresse la parole :

"Je pense que le contexte de cette rencontre est crucial, alors je vais tâcher de l'expliquer rapidement et simplement."

Non pas que je mets en doute son intelligence, mais l’œil noir qu'il m'adresse depuis tout à l'heure me donne fortement l'impression que sa patience a des limites et que je suis actuellement en train de danser dessus.

"Cette mission était capitale. Et par capitale, j'entends qu'elle sortait de l'ordinaire des missions d'assassinat que je recevais en temps normal. Il fallait éliminer un groupe assez important de conspirateurs en une seule fois. Pour ça, je n'avais que trois choses : mon équipement, mon poney et une information."

Oui, j'ai bien dit un poney. Avec ma taille, j'ai du mal à contrôler les chevaux et leur hauteur est très souvent à mon détriment. Alors, je préfère utiliser un poney nordique pour me déplacer, même si la partie style de l'assassinat en prend un coup.

"Après une chevauchée de deux jours, je suis arrivée exactement au moment souhaité. Celui où le clan Doga et ses partisans fêtaient leur alliance et la mise en marche de leur plan. Il m'a suffit de me hisser à l'une des fenêtres de la taverne où ils étaient pour m'apercevoir qu'ils étaient déjà presque ivres morts et que seul deux gardes veillaient un tant soit peu sur eux.
Seulement, c'est là qu'intervient votre compagnie. Vous étiez au milieu de la taverne et foncièrement moins alcoolisés qu'eux, ce qui me compliquait fortement la tache. De plus, je n'avais pas reçu d'ordre de vous tuer et ne tue en général que lorsque c'est strictement nécessaire. Alors, j'ai préféré attendre à la fenêtre en observant la salle jusqu'à que vous quittiez celle-ci, une petit heure après que je sois arrivée. Dès que vous êtes partis, j'ai bandé mon arc, cassé la vitre et j'ai abattu rapidement les deux gardes, avant de m'attaquer aux autres. Comme la plupart étaient ivres, la bataille n'a duré que quelques minutes. Lorsque je me suis assurée que tout le monde était mort - exception faite du tavernier qui était parti se cacher à la première mort sans même m'avoir vue - je me suis préparé à partir de nouveau par la fenêtre et c'est là que vous êtes arrivés. Je me suis permise de partir sans demander mon reste, puisque des cadavres sanguinolents et des vêtements couverts de sang n'allaient pas m'aider pour me défendre verbalement."


Sur ce, je reprends mon souffle, après avoir débité ça presque d'une seule traite. J'espère que Ragnar ne prendra pas mal mes propos, cependant, je sais également que mes yeux froids trahissent le manque d'empathie complet que je ressens à l'égard de ces hommes morts par ma main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Mar 2 Aoû - 0:18
Ragnar croisa les bras sur son torse écoutant les explications de l'hybride-araignée sans moufter. Néanmoins il demeurait sur ses réserves. Ragnar était de ceux qui, lorsqu'ils avaient une idée en tête, n'en démordaient pas – et mettaient un temps infini à accepter l'idée que leur théorie pouvait très bien être mauvaise. C'était parfois à se demander si l'hybridité de Ragnar ne penchait pas plus vers la mule que vers le taureau. La voix de Puck brisa le silence qui s'était installé après la fin du récit de Muffet.

« Elle dit la vérité. »
« Et comment que t'es sûr d' ça ? »
« Sinon Ulrik l'aurait tranchée en deux. »

Ulrik le Grand ou nommé familièrement « Le fantôme du castel » était l'ectoplasme d'un roi illustre, voire légendaire, de la Scandinavie. L'impératrice l'avait ramené jusqu'ici en compagnie d'une fée érudite de sa connaissance. Depuis Ulrik errait dans les couloirs, participait aux banquets (on change pas des habitudes de plus de vingt siècles), lorgnait les dames dans leurs chambres et, surtout, abattait sa justice. Avec un flair digne d'un limier, le fantôme pouvait sentir si un traître se trouvait dans le château.

C'est simple si vous entriez au Hildegarde Castel avec l'intention de tuer l'impératrice, Ulrik venait vous tapoter l'épaule – et vous broyait les os. Justice implacable.

Puck continua, ses mains s'agitant comme des araignées blanches.

« Et franchement la Keisa' tu d'vrais lui faire confiance. Elle sait flairer les menteurs. Elle fricote avec l'un d'eux. » Sourire goguenard de Puck en évoquant Islniss, le conseiller de la Keisarinna. Un matou matois de premier choix. « Moi je lui offrirais mon dos sans soucis à l'araignée. » Tendant sa main à Muffet, Puck précisa. « Moi c'est Puck. Fais pas gaffe au grand nigaud. Il t'adopt'ra avec l' temps. »

Le nigaud en question grogna pour la forme. Pour sa part il lui faudrait encore du temps avant de pouvoir, sans aucune crainte, se promener auprès d'une assassin. Néanmoins il devait souligner une chose, qu'il osa même proférer à voix haute.

« Tout cas le travail était pas dégueu. C'est d' famille ? J' veux dire ça s' transmet entre araignées ? T'as pas appris sur l' tas j' suppose. »

Même s'ils n'étaient pas encore les meilleurs amis du monde, en apprendre plus sur l'un et l'autre pourrait l'aider à mieux cerner l'hybride. Ragnar agrippa une chope qui passait par là, accessible dans les mains d'un domestique, s'humectant la gorge à grandes gorgées.

« Et tu vas donc tuer pour not' impératrice ? El' dit jamais non à un peu d' sang pourtant. Tu vas aller nous trancher la gorg' d'un ou deux amoureux de la technologie ? »
« Ah ces techno avec leurs machines puantes ! » s'écria Puck en fronçant le nez. « Chais pas comment ils peuvent vire avec ça. »

Puck claqua de la langue en secouant la tête. Ça, non, elle ne comprendrait jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Lun 8 Aoû - 1:56
C'est avec un léger soulagement que j'entends son amie prendre ma défense. L'idée d'être en conflit avec le père de la Keisarinna ne me tente guère, surtout quand celui-ci est tout bonnement un demi-géant. Ragnar met cependant un certain temps à accepter la probabilité de mon innocence et il faut tout de même une deuxième dose de rhétorique pour le convaincre, pendant laquelle Puck me donne son nom et me serre la main (je ne peux d'ailleurs m'empêcher de lui adresser un nouveau sourire).

Puis vient la question de Ragnar qui me trouble quelque peu. De famille?

"Non, je n'ai pas appris sur le tas, c'est mon clan qui m'a enseigné l'art de l'assassinat et du maniement de l'arc. A ma connaissance, je suis la seule hybride venant d'une araignée des environs, voire de Scandinavie. Je n'ai donc jamais eu de famille."

J'observe Ragnar descendre sa chope tout en essayant de dompter les pensées qui m'assaillent : a-t-il une famille? Si oui, comment?
Je me reconcentre sur ce que me dit l'hybride et lui réponds :

"Avide de technologie ou non, j'abattrais les cibles que la Keisarinna me désignera." Je ne peux m'empêcher de hausser les épaules, trahissant sans doute mon indifférence face à la technologie. Ce n'est pas un ensemble de rouages qui arrêtera une flèche entre les deux yeux - la réaction de Puck ne me surprend cependant pas. J'ai remarqué que beaucoup de mes compatriotes étaient fortement allergiques à la technologie et que même l'impératrice l'avait en ligne de mire. J'ai une autre philosophie : tant qu'elle ne m'est pas imposée, elle ne me dérange pas plus que ça.

Puis, parce qu'il m'a posé une question, je me permets d'en poser une autre à tour :

"Et vous, comment occupez-vous vos journées? Vous battez-vous encore? Et, puisque j'aborde ce sujet, y a-t-il un endroit pour s'entraîner sans avoir trop de monde autour?"


S'entraîner au lancer de couteaux est bien plus agréable quand ils ne finissent pas dans le front d'un soldat ou d'un servant un peu trop curieux. Un regard circulaire dans la pièce me fait me rendre compte que Puck n'est d'ailleurs pas la seule à m'observer - bien qu'elle le fasse avec d'autres intentions. Ce qui me fait penser qu'il va falloir que j'assume les conséquences de mes actes tôt ou tard. Quelle idée de jouer à ce genre de jeu avec elle alors que je ne connais même pas toutes les règles. Mais je digresse encore. Revenons-en à nos soldats :

"Ce serait principalement pour pouvoir bouger sans contraintes, en situation de duel ou de combat à plusieurs."
Ce qui me donne une idée... "En parlant de duel, que diriez-vous d'un petit match pour chasser ce qui reste d'animosité entre nous deux?" C'est comme ça que l'on règle bon nombre de différends en Scandinavie : un bon combat, deux trois fractures et une amitié est renouvelée. "En attendant que vous finissiez votre chope, il me semble que je dois m'occuper d'un dos." Et sur ces mots, je masse le dos de Puck de mes six bras.

Mon impulsivité aura raison de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Mer 10 Aoû - 21:06
Puck ronronna comme un chat lorsque Muffet entreprit de lui masser le dos. Les doigts de la fée pianotèrent ses genoux tandis qu'elle se mordait la lèvre inférieure, refrénant l'envie d'exprimer tout son bien-être. Ragnar vida sa chope, la posant dans un bruit sourd. L'hybride posa sa main sur son épaule, la bougeant pour en défroisser les muscles.

« Y a un terrain d'entraînement dans la cour intérieure. J'y entraîne mes hommes. » Hommes qui englobaient désormais l'armée scandinave, et non plus seulement sa fière compagnie d'aventuriers. « On pourrait se faire un 'tit duel entre nous deux. Chuis curieux d' voir tes capacités. »

Et il était profondément sincère.

Se levant, Ragnar donna une tape sur le crâne de Puck. La fée rouspéta, se levant à son tour, non sans oublier de remercier Muffet pour son massage. Le trio sortit ainsi du grand hall du castel pour déboucher dans la cour. Le froid les accueillit, piquant, vivifiant. Ragnar inhala puissamment l'air environnant, se gorgeant de toute cette atmosphère.

« Ah l'odeur de la sueur. L'odeur du guerrier. »

À quelques pas d'eux, le fer s'entrechoquait. Des étincelles fusaient. Hommes et femmes combattaient, ensemble, l'un contre l'autre. Aucun visage ne se ressemblait si ce n'est dans la détermination, la volonté de gagner. Ragnar pencha la tête sur le côté lorsque la pointe d'une épée manqua de lui arracher un oreille. Sa main avait saisi la lame, tenue par un grand échalas – un brin d'adolescent, jeune recrue encore mal dégrossie.

« Oublie pas que t'es pas seul sur l' champ d' bataille. Ou tu tueras un d' tes potes. »
« O-Oui... » L'adolescent porta la main à son front. « Mon Général. »

Ragnar lui accorda un hochement de tête. Avisant un espace dégagé, il l'indiqua à ses comparses avant de se positionner. Sa main vint cueillir sa hache qui ne le quittait jamais, la faisant glisser hors de la lanière qui la retenait dans son dos.

« On va commencer par un 'tit duel avec nos armes préférées. On crève pas les yeux. Seule règle : si l'un de nous veut stopper, on beugle grâce. »

Stopper le combat au premier sang versé ? Pas pour Ragnar. Le sang ce n'était rien – c'était le lot quotidien de tout guerrier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Mer 24 Aoû - 21:23
Sans un mot, je suis Ragnar en direction du terrain d'entrainement. Arrivée en dehors du hall, je peux sentir le vent frais glisser sur ma peau et l'excitation que ressent l'autre hybride.
Je ne ressens rien à l'idée de combattre, sinon un certain vide émotionnel créé naturellement par le besoin de me concentrer sur l'action. En parlant d'action, Ragnar manque de perdre une oreille avant même le début de notre duel, une jeune recrue ayant quelques difficultés au maniement de l'épée. Ce n'est pas le seul d'ailleurs. Un rapide coup d'oeil circulaire me fait dire que beaucoup de ces soldats mourrait lors des premières minutes d'une bataille. La bonne volonté ne sauve hélas pas beaucoup de vies dans une guerre.

Nous arrivons enfin au carré dégagé pour notre duel et sort sa hache tout en m'expliquant les règles. Plutôt dangereuses, mais soit. Je me contente de répondre un :

"Très bien."

Nous nous positionnons tous les deux et, alors qu'il brandit sa hache, je sors mes quatre poignards. Autant le dire tout de suite, cette situation n'est pas censée être à mon avantage. Les assassins préfèrent généralement tuer discrètement leurs cibles et non les affronter en combat singulier, surtout quand celles-ci font facilement plus de deux fois leur taille. Pourtant, je ne vais pas me laisser démonter. Loin de là.

D'un mouvement brusque, je m'élance en direction de Ragnar. Fonçant à toute vitesse, je l'aperçois prendre une posture défensive, pensant sûrement que je prépare un mauvais coup. Et il a raison. Une seconde avant de prendre sa hache dans le visage, je me laisse tomber et effectue une glissade au sol jusqu'à arriver derrière lui. A ce moment là, j'utilise mes deux bras libres pour me propulser vers son dos et tenter d'asséner un coup dans sa tempe avec le pommeau de ma dague. Seulement, l'hybride est beaucoup plus rapide que moi et repousse mon attaque, m'envoyant voler dans les airs sur quelques mètres. J'ai du mal à récupérer mon souffle et il le sait.

Je ne peux pas me permettre de rester au sol. Ignorant la douleur du mieux que je peux, je me lance à l'assaut une nouvelle fois, visant sa jambe, dans une tentative de l'estropier. Tout semble aller pour le mieux, jusqu'à ce que le plat de sa hache heurte violemment mes mains droites, envoyant valser mes poignards, qui ne causent guère plus que des estafilades digne d'une coupure de papier sur la jambe du grand gaillard. Cependant, la hache étant loin d'être légère, je trouve une fenêtre dans sa garde maintenant ouverte. Bondissant en sa direction, je grimpe son torse en un éclair et plante mes crochets dans son cou, envoyant mon venin paralysant directement dans sa jugulaire. Avant qu'il n'ait le temps de répliquer, je me laisse tomber et effectue une roulade arrière.

J'ai perdu mes deux armes, mais le combat vient peut-être de tourner en ma faveur. Je dis peut-être, car je n'ai jamais essayé de mordre quelqu'un ayant la corpulence ou même la masse musculaire de Ragnar. Le venin pourrait le faire tomber au sol comme il pourrait lui provoquer une sensation de picotement dans le petit doigt. Et surtout, il ne durerait pas aussi longtemps. J'ai d'habitude plusieurs heures pour m'occuper de ma cible, mais dans son cas, je soupçonne l'affaire de se compter en minutes. Autant propager le venin un maximum. D'un geste de la main, j'invite l'hybride à me charger, comme un défi.

"A ton tour."

Je suis presque sûre que je viens de voir plusieurs recrues lâcher leurs épées pour regarder le match.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Lun 29 Aoû - 22:43
L'araignée se mouvait avec grâce et rapidité. Telle une faucheuse, elle usait de ses multiples pattes pour se glisser derrière Ragnar, profiter de ses failles, s'immiscer dans les ouvertures. Le taureau avait su riposter à certaines attaques, mais pas à la dernière. La morsure lui décocha un frisson fulgurant, pareil à un coup de jus qui le traversait de part en part. Ragnar émit un grognement, ne comprenant pas cette sensation. C'était la première fois qu'il la ressentait.

Autour d'eux ça commentait, ça bruissait d'animations. Les entraînements avaient stoppés net et tous s'étaient regroupés autour de la lice. Puck s'était assise sur le bord du muret observant, attentive. La mine sérieuse affichée sur son visage la transfigurait. On aurait dit une toute autre personne.

Ragnar porta la main à sa gorge, cherchant à comprendre ce que Muffet lui avait infligé.

« C'était quoi ? D'la magie ? »

L'araignée ne lui répondit point, hormis par un sourire de fierté que l'hybride n'apprécia guère. Agrippant fermement la manche de sa hache, Ragnar balaya l'espace devant lui, tentant de happer l'araignée dans ce mouvement circulaire. Le plat de la hache toucha Muffet alors qu'elle tentait de bondir hors de sa portée. Le saut de l'araignée fut stoppé net, provoquant un cri dans l'assemblée qui, aux bords de la lice, observait chaque détail.

Les mouvements de Ragnar se faisaient plus lents, plus lourds, comme si le poids de l'hybride avait doublé ou qu'il se mouvait au sein d'un air devenu collant. Comme s'il marchait dans de la mélasse. Était-ce les résidus de la dernière attaque de l'araignée ? Elle avait du lui lancer un sort. Oui, c'est cela ! Un sort fourbe et vicelard digne de Loki. Il n'y avait pas d'autre solution, pas d'autre explication. Il allait tenter de l'attraper, oui, bonne idée. Et de là il la lancerait, comme ces troncs d'arbre qu'on jetait au loin lors des festivités locales.

Le bras libre de Ragnar se tendit. Ses doigts se refermèrent sur le vide.

Ce fut sa hache qui tomba en premier dans un tintement métallique. Le sol trembla légèrement, faisant sursauter les plus jeunes recrues alors qu'il s'écroulait, face contre terre.

Puck bondit à bas de son perchoir, applaudissant des deux mains.

« Nouvelle championne ! T'es douée, ma parole ! »

Et sous les yeux de l'assemblée de déposer, sur la joue de l'araignée, un baiser sonnant – celui de la dame à son champion. La fée décocha un coup de pied dans les flancs de Ragnar, ne lui arrachant pas même un grognement.

« Me l'as pas tué, rassure-moi. Par la culotte d' Freyja tu lui as fichu quoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Sam 3 Sep - 18:19
Presque immédiatement, l'hybride pose sa main sur son cou avec un air de stupéfaction et me demande si je viens de lui jeter un sort. C'est avec un sourire de fierté que je ne lui réponds pas (un bon assassin ne dévoile pas ses tours en plein combat), me préparant à une réaction rapide. Et malgré ma caution, je manque d'y passer. Un geste brusque de Ragnar en arc de cercle manque de découper la petite araignée que je suis et malgré mon bond pour esquiver sa hache, je suis soufflée par le plat de celle-ci. C'est exactement au même endroit que la hache heurte mes bras droits qui pendent maintenant inutilement contre mon flanc.
Un grimace de douleur plus tard, je me relève et me prépare à faire face à une nouvelle attaque. Cependant... le cornu n'est plus aussi combattif. Je le vois, l'oeil hagard et les gestes lents préparer un mauvais coup - ce qui ne serait que la monnaie de ma pièce - mais le résultat est... laborieux. D'un geste qu'il croit sûrement vif, son bras se tend vers moi, dans le but assez évident d'en finir pour de bon. Seulement, d'une dérobade assez rapide je me mets à l'écart, avant de l'observer tenter d'attraper l'air devant lui pour au final s'effondrer. Le combat est fini.

Avec un soupir de soulagement, je mets le pied à terre, observe la foule stupéfaite et les applaudissements nourris de Puck. Son baiser me laisse aussi hébétée que si je venais de me mordre et je mets un léger moment avant de lui répondre :

"Il... il n'est pas mort, simplement paralysé."


Je m'approche de lui et fait signe à plusieurs soldats de venir m'assister.

"Vous trois, tournez-le sur le côté. Il a beau ne pas bouger, il est encore conscient." Alors qu'ils s'exécutent, je m'accroupis près de la tête de Ragnar et continue de parler en montrant mes crochets. "Je suis venimeuse et je peux paralyser mes victimes en les mordant. Ce n'est pas mortel et ce genre de condition ne dure pas plus d'une heure chez les humains de corpulence moyenne, vous devriez donc retrouvez l'usage de vos membres rapidement." Je baisse ces paupières avec douceur pour éviter que ces yeux ne souffrent et m'adresse aux soldats.

"Vous allez le porter jusqu'à un lit de l'infirmerie où vous le laisserez sur le côté comme maintenant. Je vous conseille de ne pas le faire tomber en chemin si vous ne voulez pas le voir de mauvaise humeur quand il sera de nouveau sur pied."
Puis, je me tourne vers Puck.
"Je vais allez me changer et soigner mes bras, nous pouvons nous retrouver d'ici une heure pour célébrer le combat qui vient de se dérouler." Ou elle peut venir avec moi - la compagnie ne me serait pas désagréable et quelques bras de plus pour panser les miens m'irait très bien.


Un mouvement du soleil plus tard, je suis attablée et prête à "festoyer" (ce que je n'ai absolument pas l'habitude de faire) avec Puck, des soldats ayant assistés au combat et quelques membres de sa compagnie qui rient en attendant leur chef. Curieuse, je ne peux m'empêcher de poser des questions sur ce que boivent les différentes personnes attablées. Et lorsque Puck me demande pourquoi je suis si curieuse, je ne peux m'empêcher de lui répondre que la seule chose que je sais de ces boissons c'est qu'elles vous rendent plus facile à assassiner et que je n'ai jamais vu d'aussi près et encore moins essayé d'en boire une. Et c'est sur son éclat de rire tonitruant que Ragnar entre dans la pièce. Un sourire poli aux lèvres (je ne sais pas comment il va prendre sa défaite), je tire une chaise à ma gauche et lui demande :

"Comment vous sentez-vous?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Mar 6 Sep - 16:31
Magie. Sorcellerie. Mais qu'est-ce qu'elle lui a fait ? Ragnar ne pouvait bouger et lorsque les trois recrues le retournèrent, non sans lâcher des grognements (un taureau ça pesait, même pour trois gaillards), il ne put qu'écouter l'araignée. Il était certain qu'elle l'avait changé en pierre. Il entendait, était totalement conscient de ce qui l'entourait mais ne pouvait, pas même, bouger ses yeux. Ce qui l'empêcha de faire se mouvoir ses sourcils pour marquer sa surprise. Du venin ? C'était une arme fourbe, à la Loki. Néanmoins cela restait une arme utile lorsqu'elle était à disposition du camp allié. Et pour un assassin, ma foi, cela sonnait plutôt juste.

Le rideau tomba lorsque Muffet lui abaissa les paupières, ne lui laissant que le son comme seul repère. Il sentit qu'on le ramenait à l'intérieur du castel – l'air était moins piquant, plus chaleureux. Ragnar perçut le rire rauque de Brunhilde. Elle devait s'esclaffer de sa défaite impromptue, et se taper les cuisses à grands coups de battoir. Asbjorn allait s'en moquer de lui, il le voyait déjà venir.

Jamais attente ne fut plus longue à Ragnar que ce sursis, plongé dans l'ombre, patientant. Il s'était même endormi, se réveillant en percevant son propre ronflement. Par réflexe ses paupières s'entrouvrirent, lui indiquant que le poison ne faisait plus son effet. L'hybride ploya et déploya ses mains, fit jouer chacun de ses muscles comme s'il revenait d'un lent et puissant combat, reprenant doucement contact avec la réalité. L'hybride-taureau s'assit sur le lit où on l'avait déposé. Son regard croisa celui d'une domestique qu'on avait du dépêcher pour veiller sur lui. Levant une main, Ragnar lui fit signe de ne pas approcher.

« J' sais encor' marcher. »

Poussant sur ses jambes, l'homme leva sa grande carcasse, faisant rouler ses épaules. Il avait la langue pâteuse, un drôle de goût dans la bouche et des fourmis qui lui grignotaient les jambes. Sans demander son chemin à la domestique qui ne pipait mot, l'hybride remonta les couloirs menant au grand hall. Là où tous se retrouvaient, s'attablaient et ce depuis le règne de la Keisarinna Asbjorn.

Ce fut le sourire de Muffet qu'il vit en premier. Grognant pour la forme, Ragnar continua à avancer. Les jeunes recrues qui avaient rejoint la table de l'assassin reprirent leurs chopines et s’ôtèrent de leurs sièges. On aurait dit des souris fuyant à la vue des moustaches d'un chat. La main de Ragnar arracha, des mains d'une des recrues, sa chope encore pleine que l'hybride vida d'un trait, la reposant dans un geste brusque.

Un silence s'était installé. Puck avait relevé la tête, aussi attentive qu'une mangouste.

La main de Ragnar s'abattit sur le dos de Muffet, lui appliquant une accolade qui aurait manquer de l'envoyer rencontrer la table si Puck n'avait pas amorti le choc en plaçant son bras contre le torse de l'araignée.

« M' suis jamais senti aussi mou d' ma vie. Même après la cuite du siècle. » Ragnar se laissa tomber sur une portion de banc libre auprès de Muffet. « Chope ! » hurla-t-il à la cantonade, demandant à ce qu'on le serve expressément.

La foule reprit ses discussions, sentant que l'orage avait été évité. Ragnar vida, coup sur coup, deux chopes avant de reprendre la parole.

« C'était trop court, m'rd. Faut qu'on r'mette ça. Quand j' s'rais en forme... J'ai les guibolles pleines d' termites qui m' grignotent et la bouche en vrac comm( si j'tais aller voir l'arracheur d' dents. T' sais si on respect' la tradition tu d'vrais être général à ma place. Tu m'as battu. »

En vérité Ragnar ne savait pas si une telle loi avait été instaurée, mais c'était toujours ainsi qu'il avait pensé. Dans les compagnies d'aventurier, devenait chef celui qui battait son prédécesseur en combat.

« Mais t' vois ça m' trouerait l' fondement d' lâcher ma place et mes hommes. »

Puis cette place c'était l'impératrice qui lui avait donné, son Moineau. La perdre ce serait comme déshonorer le cadeau qu'elle lui avait fait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Mer 21 Sep - 22:33

L'arrivée de Ragnar a immédiatement suspendu les conversations et tous se tournent en direction du général. Et même si tout le monde semble mieux respirer après que celui-ci me répond, je ne peux m'empêcher de penser que cette tape dans le dos est une tentative de vengeance que Puck a déjoué. Une grimace aux lèvres, je bouge mon dos endolori et lui fait remarquer :

"Les effets secondaires disparaissent au bout d'un ou deux jours."


Le cornu vide chope sur chope tandis que je fais tourner le manche de la mienne, n'osant pas réellement me lancer. Je reporte mon attention sur le général lorsqu'il reprend la parole; apparemment, il désire se relancer dans un combat dès que possible. Si dans l'idée me battre contre lui ne me pose pas de problème, il se peut que dans la pratique les choses se passent très différemment la prochaine fois. Je me contente donc d’acquiescer poliment et d'écouter la suite.

Général? Générale? Hormis la possibilité d'un nom féminin pour le titre, je vois quelques problèmes avec ce transfert de responsabilités :

"Oh, je ne pense pas que je puisse cumuler les titres, celui d'assassin royal est largement suffisant pour ma part alors
- j'éclaircis ma voix - je renonce ici-même au titre de général, la dame ici présente m'en soit témoin."

Ça devrait suffire. De toute façon, je ferais un mauvais général. Je suis faite pour prendre des vies, pas les garder.

"De toute façon, je ne pense pas que notre impératrice verrait d'un bon oeil tout échange des titres qu'elle nous a confiée." Je pars d'un petit rire en imaginant la tête de celle-ci, avant d'être interrompue par des bruits de chopes tapées sur une table. Curieuse, je tourne la tête et observe l'étrange scène qui se déroule sous mes yeux.

Les recrues tapent sur la table et chantent à plein poumons tandis que deux d'entre eux vident des chopes à tout allure, en se regardant l'un l'autre. Le premier, qui avait pourtant l'air sûr de lui, finit par avaler de travers et recracher le contenu quasi-complet de sa chope en un geyser, devant les rires redoublés de ces camarades. Cette attraction fait d'ailleurs rapidement émule, puisque d'autres tables se mettent à tenter de boire plus que leurs voisins. Amusée par ce spectacle, je me tourne vers Ragnar avec un air entendu. Voici l'occasion pour lui d'avoir sa revanche dans un "concours de force".

Impatiente à l'idée d'essayer moi aussi ce que je considérais il y a quelques minutes comme étant du poison, j'observe avec une excitation grandissante Ragnar commander des boissons à un servant que je ne connais pas et dont j'oublie le nom quasi instantanément.
Enfin, après ce qui me semble être une éternité , la chope arrive dans mes mains et le cornu et moi nous fixons du regard. Une lueur de malice fort innocente dans les yeux, je le mets au défi :

"Que le meilleur gagne."

Et immédiatement, j'avale une gorgée.

Ai-je avalé du feu?
Oui?
Non?
Tant pis, je vais finir cette chope quand même.

La tête me tourne fortement. Je m'aperçois que j'ai vidé la moitié du récipient.

Pour une raison qui m'échappe, c'est hilarant.

Je rigole tellement fort que je tombe de la chaise.
Je m'arrête.
Je rigole encore plus fort.

J'arrête de rigoler.
Je remonte sur la chaise.
Mauvaise chaise, je suis sur les genoux de puck. Hein?

Mes mains s'emmêlent. Je veux leur dire de tenir la table, elles touchent les jambes de Puck.

"Vilaines mains."

Tant pis. J'en ai marre.

Je me laisse tomber sur Puck.

Confortable.

Je regarde le cornu.

"T'as gagné, musclé!"

Ça rime. Je rigole.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Dim 25 Sep - 19:53
Insidieusement Ragnar avait précisé au servant d'offrir à Muffet la même dose d'alcool que lui d'un alcool au degré bien supérieur à l'hydromel versé quotidiennement. C'était à son tour de choisir les armes de ce nouvel duel que l'assassin avait instauré, poussée par l'ambiance de la grande salle. Les chopines se vidaient et se remplissaient en un rythme soutenu, une sarabande dont Ragnar imprégnait lui-même le tempo. Le regard de Puck le piquait tel une aiguille. La fée n'était pas dupe et sentait, à plein nez, la vaste mascarade que menait son chef. Mais la blonde n'en dit mot curieuse d'en voir la conclusion, observant l'avancée de ce spectacle. Puck ne disait jamais non à une bonne blague menée de main de maître.

Le rire de Muffet fut repris par bon nombre de membres de l'assemblée, dont Puck qui ne put masquer son hilarité grandissante. Ce n'était pas de la moquerie, simplement une liesse bon enfant. Hilarité qui ne cessa de redoubler lorsque les mains de Muffet, désobéissantes à leur propriétaire, palpent la fée scandinave. La tête de l'hybride-araignée retomba contre la poitrine de la fée, muant son rire en un soupir contrit. Les bras de la fée se refermèrent sur l'assassin.

« Pas très équitable l' duel chef. Mais... c'était rigolo. »

Puck serait bien en peine de confirmer l'inverse alors que des larmes perlaient encore à ses cils, symptomatiques du rire qui avait dévalé sa gorge. Ragnar prit la peine de finir la chope de Muffet, ne voulant pas gâcher si bon alcool.

« À chacun son poison. » Se penchant par-dessus la table, l'hybride-taureau décocha une pichenette sur le nez de l'araignée. « Les effets s' dissipent l' lendemain. Après une bonne gueule d' bois. »

Le rire grave de Ragnar fit tressauter ses épaules. Il était aussi fier de sa boutade qu'un gosse ayant su tromper un adulte.

« Aurait été drôl' si elle avait l'alcool joyeux. Genre qu'elle aurait danser sur les remparts. Pt'être avec l' temps... »

Mais Ragnar en doutait lui-même. On pouvait sentir un brin de dépit dans sa voix. Il avait gagné, oui, mais avec une déconcertante facilité. Il finit par asséner une idée, son poing s'abattant sur la table avec la puissance du marteau de Thor.

« Si on la j'tait dans la neige pour la r'veiller ? »
« Et lui faire attraper un rhume ? C'est fragile une araignée, chef. Si tu la tues, la Keisarrina va t' botter l' fion. »

Grognement.

« Fait quoi alors ? »
« Va la border et la coucher. »
« Tu crois qu'elle dort suspendu dans un cocon ? »

Puck et Ragnar posèrent leurs regards sur Muffet. La question méritait d'être posée, mais peu sûr que la concernée puisse y répondre. Ragnar souhaita laisser l'ouvrage à Puck mais la fée se récria que son chef était seul et unique responsable de la situation présente et qu'il devait s'occuper de sa part. Grognant, le taureau saisit l'araignée entre ses bras pour la porter, jetée sur son dos, à l'image d'un sac. Puck secoua la tête devant tant d'absence de tact, mais haussa les épaules, demeurant les fesses bien calées sur son siège. Ragnar dut, seul, sillonner les couloirs du castel à la recherche de la chambrée de l'araignée. Dont il ignorait totalement la localisation, si tant qu'elle en avait une.

« Et merd'. Hein, faucheuse, l'es où ta piaule ? »

Quelque chose d'humide lui empoissait le dos. Elle profitait quand même pas de l'occasion pour lui baver dessus ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Dim 25 Sep - 21:50
Je ferme les yeux.

Je me laisse bercer par les vibrations dans la poitrine de Puck.

Bon, je n'écoute pas pour autant ce qu'ils disent. Je me contente de ronronner de contentement, les bras de Puck me bordant.

Puis d'un coup, on m'enlève à elle. Je lâche un "Hnnnnnnnnnnnnnng!" en tendant mes bras vers elle, peu satisfaite de la tournure des évènements.

Et maintenant je suis sur l'épaule de Ragnar. On va à droite, à gauche. Je sais pas où en fait. Je balotte. J'essaie de mordiller le dos de ragnar pour me venger, mais je ne fais que baver.

Le cornu me pose une question. Où est ce que se trouve ma chambre. Mon cerveau fonctionne lentement et je mets bien une trentaine de secondes avant de lui répondre :

"C'est vers le haut. Presque sous le toit. Nan, sous le toit même. Les combles? Tu montes. Y a une porte rouge. Vilain."

Et je recommence à lui baver soigneusement dans le dos. Le balottage reprend lui aussi, mouvement que j'arrêterais volontiers si mes mains voulaient bien répondre à mes ordres. De l'air le plus méchant que je peux arborer, je les fixe.

"Je vous boude."

Et je ne regarde plus mes mains. Ce qui m'amène à observer le postérieur de Ragnar. Quelque chose me taraude.

"Ragnar? Est ce que t'as une queue? Parce que les taureaux en ont. Pis ça doit être marrant d'en avoir une. Moi j'en ai pas. J'ai même pas un derrière d'araignée. Juste un derrière normal. C'est nul. Pas de soie."

Après ce discours très éloquent, nous arrivons devant ma porte. Rouge, avec un signe demandant de ne pas rentrer, servants y compris. Enfin ça, je le dis de mémoire, parce que là je ne vois toujours que le derrière du cornu.

En parlant de lui, je crois qu'il me demande une clef. Une clef?

"Non mais tu peux ouvrir, je ferme pas."

Quelques pas plus tard, je suis posée sur le lit. Je jette un coup d'oeil rapide autour de moi. Toujours la même chambre : un sol d'une propreté impeccable, un lit court au fond de la pièce, une table de chevet avec un livre dessus, ainsi qu'une petite armoire contenant des vêtements, mes armes et un coffret.

"Suis désolée, c'est un peu petit ici. Attention aux poutres d'ailleurs. Ah oui, c'est un peu tard pour te le dire."

Il faut que je me change pour rentrer dans mon lit correctement. Je regarde Ragnar avec des yeux vides (mais surtout suspicieux).

"Je vais me changer, tourne toi. Vilain."

Sur ce, je m'exécute et enfile rapidement mes vêtements de nuit, avant de me glisser sous les couvertures.

"C'est bon tu peux te tourner."


Confortablement installée dans le lit, la fatigue se saisit très rapidement de moi. Je regarde le cornu avec des yeux qui s'embuent lentement.

"C'est dommage que Puck soit pas là. J'aurais bien aimé qu'elle me bor..."

Le reste de mes mots est à jamais perdu, alors que je tombe de sommeil devant un Ragnar sûrement médusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Dim 2 Oct - 22:43
Elle était bien avinée l'araignée, plus beurrée qu'un petit Lu. Elle grognait, formulait un monologue digne d'un poivrot du dimanche. Ragnar ne masqua pas son rire devant la question de Muffet.

« Une queue devant mais pas derrière. Remarque ça aurait été drôle. Comme ta soie. Moi qui t'imaginais que tu pouvais tisser ta propre piaule, et pondre de quoi faire tes vêtements... Tu me déçois la Faucheuse. »

Suivant les indications de l'araignée Ragnar monta plusieurs escaliers, devant parfois avancer en crabe au sein de couloirs qui n'avaient pas été élargis pour pouvoir le laisser passer de face. La faute aux cornes, trop imposantes et qui auraient gratté contre la pierre dans un bruit lugubre.

De l'épaule il poussa la porte qui céda sans se plaindre, ouverte aux quatre vents. L'hybride ne put retenir de lever les yeux vers le ciel lorsque Muffet demanda de l'intimité. Il obéit néanmoins, ne voulant pas risquer de fâcher une assassin sous l'effet de l'alcool. Il n'avait pas envie de découvrir qu'elle savait user de l'assassinat de l'araignée ivre. Tête rentré dans ses épaules pour éviter de s'encastrer dans une poutre du plafond, Ragnar attendit que Muffet lui donna l'autorisation de se retourner.

Elle s'était endormie comme un gros bébé, avec même le filet de salive au coin des lèvres en prime. Ragnar eut un geste pour l'essuyer, comme il l'avait fait avec son Moineau il y a des années de cela. Mais il se retint, se rappelant le venin qu'elle lui avait décoché. Et s'il s'empoisonnait, hein ? Remontant les draps jusqu'au menton de Muffet, Ragnar en tira un bout pour essuyer la salive.

« Comme ça on croirait pas que tu peux tuer. »

Elle semblait presque sans défense, vulnérable, candide. Du moins aussi candide que pouvait l'être une hybride-araignée. Ragnar eut un regard bref pour le livre posé à son chevet. Le taureau ne savait pas lire et il espérait bien que l'araignée, si elle l'apprenait un jour, ce qui était fort probable, n'allait pas se moquer de son ignorance. C'est un sujet sur lequel il pouvait être très tatillon.

L'homme quitta la chambre aussi silencieusement qu'il put. Si on ignorait les grognements lorsque sa corne se prit dans une poutre, le coup du petit orteil contre la chambranle de la porte, ou encore ses imprécations sur les couloirs trop étroits. En tout cas il se promit que, la prochaine fois, quelqu'un d'autre se chargerait de la tâche de ramener Muffet dans son lit. Sauf si quelqu'un élargissait les couloirs et la chambre pour qu'il puisse y marcher sans se courber en avant.

Fin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Janvier 06. Araignée du matin...   Aujourd'hui à 17:15
Revenir en haut Aller en bas
 

Janvier 06. Araignée du matin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Scandinavie :: Hildegarde Castel-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat