Partagez | 
 

 [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le Petit Chaperon rouge
Samaël Osborne
✦ Libre pour RP ? : A négocier haha ~

✦ Double-compte : Nope


MessageSujet: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Sam 6 Aoû - 15:09
Il paraîtrait que les contes ne furent que la métaphore de l'ombre et de la crasse qui se dissimulent dans les déboires de l'humanité. Il en serait de même pour les légendes urbaines. L'autre similitude entre ces deux types d'histoires était leurs tendances à évoluer avec le temps à travers les oreilles et les bouches qui les racontaient. Certains y croyaient, d'autres en riaient. Samaël, lui, faisait partie de la dernière catégorie. Pour lui, ces histoires étaient là pour endormir ou effrayer les enfants avec une touche de morale pour leur inculquer des valeurs. Ce n'était certes pas une mauvaise chose. Samaël, lui, croyait en ce qui existait réellement en ce monde. La magie, les hybrides, les androïdes, les humains. En bref, toutes ces existences qui avaient été prouvées et vivaient en ce monde. Pour la narratrice et les nombreuses âmes omniscientes qui existaient en ces lieux, cette idée paraîtrait complètement paradoxale, puisque son existence était basée sur le destin d'un personnage de conte. Et là, vous vous demanderez, vous qui lisez ces lignes: pourquoi donc philosophons-nous sur la véracité et les rôles des contes et légendes ? Eh bien, tout simplement parce que Samaël, dans un futur proche, se retrouverait confronté à son erreur de jugement.

-Un fantôme ? A Southampton ?

Soufflant une bouffée de fumée de sa cigarette, Samaël, l'expression moqueuse, lorgnait son voisin de pub qui venait de lui raconter les dernières rumeurs circulant dans la ville où il était de passage.

-Vous ne me croyez pas, je le vois à vos yeux. Pourtant, il y a eu des morts, vous savez...

Samaël haussa les épaules, pas convaincu le moins du monde.

-Il y a forcément une explication rationnelle. Il en existe de multiples... Crise cardiaque, meurtre, une créature magique mécontente, suicide... et j'en passe.
-Des témoins ont vu un fantôme sur certains lieux du crime.
-Des idiots qui essaient d'avoir un rôle dans cette affaire, ou qui veulent faire peur à la population superstitieuse.
-Je vous jure que...

Coupant court aux pérégrinations ridicules de cet homme du peuple croyant dur comme fer que les assassins fantômes existaient, le musicien itinérant termina sa bière et lui donna une tape amicale sur l'épaule en quittant son siège.

-Oui, oui, il existe, et il est une menace pour toute la ville. Je vous remercie de m'avoir prévenu, je veillerai à mettre du sel sur mes bordures de fenêtres et de portes pour éviter qu'un individu fantomatiques inopportun ne s'invite chez moi.
-Bloody Mary, espèce de crétin. C'est elle qui hante Southampton, et elle existe.

Le jeune homme faillit en lâcher sa cigarette. Il fit volte face et chercha l'origine de cette voix qui venait de l'insulter sans aucune manière. Son regard se posa très vite sur la femme attablée au comptoir du bar, un cigare à la main. Ses yeux bleus perçants se posèrent sur ceux de Samaël, qui n'en croyait pas ses yeux et ses oreilles.

-Je vous demande pardon ?
-Elle existe. Les fantômes sont réels, il faudrait être étroit d'esprit pour penser le contraire.
-Eh bien, prouvez-le moi.

Ayant reprit contenance, Samaël s'était approché de la demoiselle fort déplaisante mais pas inintéressante. Elle avait du caractère, contrairement à nombre de femmes qu'il avait rencontrées dans sa vie. la jeune femme aux longs cheveux châtains et aux yeux bleus soutint son regard avec un demi sourire.

-Comme l'a dit le monsieur un peu plus tôt, il y a eu des morts. Essayez-donc par vous-même ce soir, à minuit. A moins que vous n'ayez peur. Dans ce cas, je ne vous jugerai pas.
-Me voilà fort étonné. Vous ne tenez pas votre langue dans votre poche pour une demoiselle.
-Vous savez, une femme du peuple en a vu et sait se faire respecter par ces rustres que sont les hommes anglais.
-Je ne peux pas vous contredire sur ce point-là, au moins.

Intrigué par cette femme, Samaël prit sa main et y déposa un léger baiser. Cette dernière haussa un sourcil, surprise par ses manières.

-Votre nom, charmante demoiselle ?

L'adjectif "charmante" fut prononcé d'un ton sarcastique très notable. La jeune femme leva les yeux au ciel et retira sèchement sa main, amusée par le comportement de ce drôle d'homme.

-Ophelia.
-Très joli nom pour une demoiselle aussi peu conventionnelle. Enchanté. Moi, c'est Samaël.

Sur ces mots, ce dernier finit par s'asseoir à côté d'elle et continua la conversation, décidant de lui tenir compagnie histoire de faire plus ample connaissance. Ils débattirent un peu sur même sujet et dérivèrent sur d'autres tout en se resservant de temps à autres de bières. Ils ne se quittèrent que tard le soir, respectueux l'un envers l'autre, et sur cette rencontre fort étrange, ils finirent par se revoir chaque soir, s'appréciant mutuellement.

Quelques jours passèrent, lors desquels Ophelia le défiait et se moquait de lui parce qu'il n'avait toujours pas testé le rituel, tout simplement parce qu'il n'en éprouvait pas l'envie et trouvait cela complètement ridicule. Il finit par abandonner toute résistance, exaspéré, et promis de tenter le coup en s'armant de quelque chose d'occulte pour se protéger du fantôme. N'y croyant pas, la demoiselle décida de l'accompagner pour être témoin de la scène. Il fallait croire qu'elle n'avait pas froid aux yeux, puisqu'elle y croyait, et Samaël appréciait cet aspect de sa personnalité. Soufflant d'exaspération, il l'emmena à minuit devant une chambre d'auberge qu'elle avait promis de payer à moitié avec l'argent que ses parents commerçants lui donnaient de temps à autres. Il était fatigué de la voir s'obstiner sur le sujet et était prêt à lui donner raison sur sa bêtise. Il tourna la clé dans la serrure et l'invita à entrer, la mine nonchalante et blasée. Il referma la porte, et trouva la jeune femme debout devant un banal miroir sur pied. Il s'approcha d'elle, main dans les poches.

-Prête ?
-Je me pose surtout la question pour vous. Il serait bête que vous hurliez d'un ton suraigu et que vous vous enfuyiez en courant.
-Parlez pour vous.

Derrière elle, il leva les yeux au ciel, puis la laissa commencer le rituel. Fixant son reflet dans le miroir, la demoiselle prononça trois fois "Bloody Mary. Bloody Mary. Bloody Mary." Ils attendirent deux minutes. Puis cinq. Puis dix. Rien ne se passa. N'y tenant plus, Samaël ébouriffa les cheveux d'Ophelia en riant, moqueur.

-Vous voyez ? Vous aviez tort, ce ne sont que de banales idioties. J'ai gagné !

Un silence, tandis que la jeune femme, l'expression boudeuse et déçue, fixait encore son reflet, ne s'avouant pas vaincue pour autant. Ses yeux foudroyèrent ceux de Samaël à travers le miroir, tout en lui répondant sèchement.

-Gagné quoi ?

Samaël, la main toujours posée sur la tête de cette dernière, savourait sa victoire. Et, tout en savourant cette dernière, il trouva la demoiselle vraiment adorable. Sa main glissa spontanément sur les épaules de la jeune femme, et descendit jusqu'à sa taille. Elle frissonna légèrement à ce contact. Son regard foudroyant se fit perdu et hésitant. Elle se tourna dans sa direction, les sourcils froncés.

-... Qu'est-ce que tu f... ?

Ses mots se perdirent quand elle vit le regard que Samaël portait sur elle.

-A défaut d'avoir perdu... Il y aura peut-être un lot de consolation ?
-Ce genre de lot de...

*Scène -16 au prochain paragraphe 'ttention les enfants Patron en vrai je pense que ça va mais on sait jamais je préviens*

Elle s'interrompit de nouveau, car le jeune homme approchait déjà son visage de celui d'Ophelia, qui ne sut quoi dire de plus. Il embrassa son front, puis son nez, descendit jusqu'à ses lèvres tout en enlaçant la demoiselle qui se laissa faire, l'enlaçant en retour sans rien dire. D'abord hésitante, elle finit par répondre au baiser du musicien itinérant, qui se fit progressivement plus ardent. Samaël, tout en jouant avec les longs cheveux de la jeune femme, la poussa tout doucement jusqu'au lit et la fit tomber sur le matelas. Elle poussa un léger cri de surprise, bougonna, puis reporta son attention sur l'homme qui se positionna au-dessus d'elle sans plus d'attente. Tout doucement, rythmé par des caresses et des baisers, les doigts du musicien effleurèrent et déboutonnèrent la robe de la jeune femme tout en caressant du bout des doigts sa peau douce. Elle fit de même avec la chemise de l'homme. Ils jouèrent à ce petit jeu, jusqu'à ce qu'ils retrouvent nus l'un contre l'autre au milieu des draps. Ils s'observèrent mutuellement, tout en se lançant des regards emplis de désir.

-Vous savez, pour une fois, je n'avais pas prévu que ça se termine comme ça.
-... Donc vous avez l'habitude de mettre des femmes dans votre lit ?

Samaël rit et embrassa la jeune femme.

-Un peu moins maintenant, si ça peut vous rassurer.
-Vous vous moquez de moi...

Les baisers de Samaël se firent plus insistants, et ils finirent par aller jusqu'au bout de leurs actes, le miroir en face d'eux reflétant ces derniers avec une grande netteté presque indécente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Mary
Mary B.
✦ Libre pour RP ? : Toujours ! Mais je vous pris d'excuser le language fleuri du jeune mort

✦ Double-compte : Wed



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Trafiquant d'informations
✦ Pouvoir: voyage au travers de mirroir
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Lun 8 Aoû - 22:52
Mais comment Diable fais-je pour toujours autant m'ennuyer ? ... Qu'est ce que je parle bien aujourd'hui, je me sens d'humeur guillerette. Ouais bon nom, ca me fait chier en fait. Elle n'a pas durer longtemps cette entrée bucolique - j'aime pas ce mot-

Bref, je me fais chier comme un rat mort -oui, j'ai éclaté de rire, et alors ? - Et OUI ! Je me fais ENCORE chier... J'y passe ma vie en fait... -j'ai encore rit, oui oui. Bref, je me balade aux travers des miroirs sans vrai but. Mes recherches piétinent et je dois dire que j'y met pas vraiment du mien non plus ... J'ai tout mon temps après tout ! BREF ! Je me fias chier et j'avance pas vers mon but. On va dire que je zigzag dans sa direction. Rien de plus, rien de moins, genre, la loose.

Et là, je vous jure, j'entends mon nom. Attend ! Une fois ... Deux fois ... OH ! Trois fois ! Une invocation ! Putain, du boulot ! Enfin ! Je me lance dans le premier miroir que je trouve et là je cherche. Comme un gros naze. Atterri dans un labyrinthe... Un labyrinthe ... Oh Bordel ! Une auberge ! C'est vraiment chiant ces trucs là, tout se ressemble. Je fais TOUTES les chambre sans jamais trouver celle -oui parce qu'a défaut de connaître la chambre, je sais que c'est une voix de femme... J'ai pas tout perdu- qui m'a invoquer.

Et puis là, j'arrive en pleine partie de jambe en l'air. J'ai une FURIEUSE envie de tout gâcher. Un sale sourire débarque sur mes lèvres et je pénètre dans la chambre -oui, j'ai aussi rit à cette blague de merde- Je me laisse touuuut doucement flotter vers le couple et quand j'arrive à leur hauteur, je me penche un instant sur eux :

- BOUH !


Je sens que je vais BIEN me marrer avec eux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Petit Chaperon rouge
Samaël Osborne
✦ Libre pour RP ? : A négocier haha ~

✦ Double-compte : Nope


MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Mer 10 Aoû - 8:24
Cet instant était parfait. Entrelacés, transpirant et jouissant de multiples sensations et d'émotions corporelles incomparables, Samaël et Ophelia s'oubliaient, oubliaient temporairement ces histoires de fantômes, leurs problèmes et tout le reste, profitant de cet instant d'intimité sans se soucier de rien. Ils allaient presque arriver à l'apogée de l'acte, c'était grisant...

-BOUH !

Poussant un cri de surprise, les deux partenaires sursautèrent violemment, se séparant brutalement et cachant in extremis leurs parties intimes sous les draps, leurs deux visages décomposés et le cœur battant à tout rompre. Ils avaient manqué de faire une crise cardiaque. C'était sans compter l'espèce de silhouette nette et translucide au visage tout aussi décomposé que leurs expressions l'étaient, qui se trouvait devant eux avec un grand sourire... d'enfoiré, presque victorieux. L'individu était ensanglanté quasi de la tête aux pieds, comme s'il venait d'être assassiné cruellement. Plus les deux gens tout nus détaillaient l'inconnu, plus leurs teints perdaient de leurs couleurs, s'apparentant à celle de la peau de ce drôle d'intrus. Le premier à réagir fut Samaël, qui, reprenant peu à peu ses esprits, fronça les sourcils. Hébété, il s'étira lentement jusqu'à ses vêtements pour saisir de quoi cacher son service trois pièces, puis il attrapa une poignée de sel qu'il avait laissé dans un petit récipient sur la table de nuit, au cas où ils étaient attaqués par un de ces fantômes. Il avait surtout prit cette précaution pour rassurer Ophelia. Il quitta le lit en dévoilant tout sauf son sexe, et, un peu hésitant, fit trois pas jusqu'à cette horreur translucide, puis lui balança du sel en pleine tête. Sel qui traversa son corps dénué de chair, confirmant ce qu'il craignait plus ou moins. Aucun effet sur ce truc. Paumé et relativement bien flippé -un euphémisme-, Samaël passa une main sur son front.

-Si t'es en train de rêver, c'est maintenant qu'il faut se réveiller Sam... C'est d'un ridicule, hahaha...

Puis, sans quitter le fantôme des yeux, Samaël s'adressa à la demoiselle tout en reculant doucement, d'une démarche se voulant furtive. Il passa une main sur l'épaule de cette dernière. Sa chaleur corporelle lui prouva qu'il n'hallucinait pas. Il venait bien de se faire interrompre par un fantôme -Bloody Mary ? Non, impossible.- alors qu'il profitait de l'instant présent dans une partie de jambes en l'air improvisée. Samaël saisit ses sous-vêtements et prit au moins le temps d'enfiler son caleçon. Ensuite, il prit sa canne. Ceci fait, le jeune homme ordonna à une Ophelia effrayée de s'envelopper dans les draps et de se lever. Elle s'exécuta sans rechigner, pour une fois. Essayant de ne pas paniquer et tentant de trouver une explication rationnelle à ça, Samaël n'eut pas d'autres choix que de parler à ce fantôme... ou quelqu'un de très bien déguisé. Oui, le sel avait traversé son corps. Non, il ne voulait toujours pas y croire et il s'enfonçait surtout dans le déni. Il passa un bras autour de la jeune femme, protecteur.

-Qui êtes-vous ? Que faites-vous là ? Et que fait tout ce sang sur vos vêtements ?
-C'est Bloody Mary... Bloody Mary est un homme...
-Oui, bien sûr, et moi, je voyage dans le temps à l'aide d'une cabine de police. Cessez vos idioties.

Hors de question de hurler au fantôme à voix haute. Il avait une fierté et un orgueil à préserver, tout-de-même. Enfin, ce qui lui en restait. Puis, d'une voix grondante, il menaça en brandissant sa canne en direction de l'étranger, raffermissant sa prise sur la demoiselle.

-Je vous préviens, si votre but était de mettre fin à nos vies, je vous jure que vous êtes très mal tombé... et vous êtes un très mauvais assassin, en passant.

A moins que ce garçon ne soit un fou échappé de l'asile. C'était plus ou moins rationnel, ça. Il fallait l'avouer, s'il faisait semblant d'être confiant, Samaël avait tout aussi peur de cette horreur qu'Ophelia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Mary
Mary B.
✦ Libre pour RP ? : Toujours ! Mais je vous pris d'excuser le language fleuri du jeune mort

✦ Double-compte : Wed



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Trafiquant d'informations
✦ Pouvoir: voyage au travers de mirroir
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Jeu 1 Sep - 22:34
J'ai une telle envie de hurler de rire ! Leur gueule sont plus décomposées que la mienne, c'est tellement magique ! J'en pleurerai ! Je les regarde se plaquer sous les draps et souris d'une manière, je pense, bien peu sympathique. Faut être con aussi pour m'appeler et se lancer dans une partie de jambes en l'air. Je les excite ? Oh par moi, ca en devient clairement dégueulasse .. Glauque. A mon niveau en vrai haha. Au vu de la tête du mec qui se lève pour prendre je sais pas quoi, je suis vraiment pas à son goût. Il a l'air complétement mort de trouille -je ris- et son essaie de protection de sa belle est clairement ridicule. A mon humble avis. Je rêve ou il vint de me lancer un truc à la gueule ? Si j'avais été vivant je crois que je me serai mit à tousser. Au lieu de ça bah ... Je lève une sourcil. Je jette un oeil par terre et vois le sel... Il est sérieux ? Non vraiment ... IL EST SERIEUX ?

-Qui êtes-vous ? Que faites-vous là ? Et que fait tout ce sang sur vos vêtements ?
-C'est Bloody Mary... Bloody Mary est un homme...
-Oui, bien sûr, et moi, je voyage dans le temps à l'aide d'une cabine de police. Cessez vos idioties.

Cet homme est plein de surprise dîtes moi. Comment ne pas rire ? Franchement ? J'ai tellement envie de répondre à ses questions qu'il me frustre à ne pas me laisser ouvrir la bouche ! Franchement ! Oh ! Je voila qui me menace de sa canne. Qu'il est mignon ! Je marche jusqu'à lui -oui, le flottement, très peu pour moi, j'aime pas.

-Je vous préviens, si votre but était de mettre fin à nos vies, je vous jure que vous êtes très mal tombé... et vous êtes un très mauvais assassin, en passant.


Je m'approche toujours plus et souris d'une manière un peu animal, je me suis entrainé ! J'aime me dire que je ressemble à un prédateur ... Sachant que je ne peux juste rien faire dans le monde réel. Je m'empale doucement sur la canne du mec et m'approche de son visage, laissant que quelques centimètres entre nos deux nez.

- Si tu m'as invoqué pour que je vous tue, toi et ta dinde-
Aah la provocation, j'adore voir les gens me menacer et s'énerver encore plus quand je leur ris au nez !- tu t'es trompé de reflet, je ne pourrai pas vous toucher, devine pourquoi ? Parce que je suis Bloody Mary. Que tu le veuilles ou non, je suis un être aussi mort que tu trembles de peur !

Oh je jubile ! C'est tellement jouissif ! Je ne regrette absolument pas cet appel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Petit Chaperon rouge
Samaël Osborne
✦ Libre pour RP ? : A négocier haha ~

✦ Double-compte : Nope


MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Sam 10 Sep - 15:22
Avec une certaine horreur, Samaël vit le fantôme s'approcher de lui, le visage exprimant un affreux rictus amplifié par ses traits défigurés à certains endroits. Avec encore plus d'horreur, ses yeux, écarquillés par la stupeur, fixèrent le corps de cet individu qui était à l'instant en train de traverser sa canne comme s'il n'avait aucune consistance. Comme s'il n'était que de l'air. Du vent. Rien n'avait fait trembler sa canne, hormis sa main qui tenait fermement cette dernière. A présent, il se tenait à quelques centimètres de son visage. Le musicien itinérant ne bougea pas, pétrifié sur place, son regard brun planté dans celui de... cette étrange personne défigurée.

- Si tu m'as invoqué pour que je vous tue, toi et ta dinde, tu t'es trompé de reflet, je ne pourrai pas vous toucher, devine pourquoi ? Parce que je suis Bloody Mary. Que tu le veuilles ou non, je suis un être aussi mort que tu trembles de peur !

Les rouages mentaux de Samaël s'arrêtèrent quelques instants, pour laisser place à un silence pesant dans la pièce. Puis la mécanique de la pensée du musicien reprit du service. Il baissa sa canne et recula d'un pas, la proximité avec l'individu le rendant quelque peu mal à l'aise. Ce n'était rien à côté de ce qui le perturbait, à savoir l'existence de cet homme qui déblatérait des idioties plus grosses que son appétit pour les galettes beurrées. Il débattit intérieurement tout en frottant doucement le bras d'Ophelia qui s'était enfoncée dans un mutisme apeuré. Il finit ensuite par murmurer à l'adresse de cette dernière, la lâchant, son regard toujours bloqué sur ce type.

-Rhabillez-vous et rentrez chez vous. Je m'occupe de... quoique puisse être cette cho... cet être.

Le teint aussi pâle qu'un fantôme, la jeune femme hocha la tête et lui ordonna de faire attention. La porte se referma ensuite sur les deux individus, bel et bien présents, à quelques différences près. Il remit son pantalon, puis ils s'affrontèrent du regard. Les sourcils froncés, Samaël fit un pas vers le garçon et brandit de nouveau sa canne en direction de cet intrus. Cette fois, ce n'était pas menaçant. D'une curiosité presque scientifique, il l'avait agitée avec des mouvements circulaires à travers l'individu, qui n'avait... vraiment aucune consistance. Les poils hérissés, le jeune homme recula encore. Puis il sourit, comme si on venait de lui raconter la blague la plus mauvaise au monde.

-... Non, impossible.

Il réfléchit quelques instants, appuyé sur sa canne. Il répéta de nouveau son manège avec cette dernière, avec un regard noir et concentré. Cette fois, il fallait se rendre à l'évidence. Nom d'un thé de mauvaise qualité. Il faisait bien face à un fantôme, ou à une illusion magique d'une excellente facture. Aussi livide qu'un mort, il fit toujours face à cet affreux esprit.

-Admettons... que vous êtes mort. Déclinez votre identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Mary
Mary B.
✦ Libre pour RP ? : Toujours ! Mais je vous pris d'excuser le language fleuri du jeune mort

✦ Double-compte : Wed



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Trafiquant d'informations
✦ Pouvoir: voyage au travers de mirroir
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Lun 3 Oct - 23:34
Oh par moi que j'adore ce visage terrifié ! C'est la meilleure récompense du monde pour mettre fait déranger, bien que je ne foutais juste rien jusque là ! J'observe la scène un petit sourire aux lèvres. Ce petit bourgeois doit être un bonheur à faire tourner en bourrique... Il faudrait pas que je le lâche ! Y'a moyen de s'éclater un grand, GRAND coup ! Mais d'abord il s'occupe de son coup, de sa poule et la renvoie. Avant qu'elle passe la porte, presstement habillée et tout, je me penche et lui fait un petit signe de la main moqueur :

- A plus jolie cœur !

Je regarde le bourge remettre son pantalon tout en continuant à me foutre de sa gueule :

- Ah les femmes, c'est chiants quand ça s'y met, hein ?

Je lui sourit, je m'amuse tellement. Si je pouvais le faire enrager dessus … Mais c'est lui qui revient à la charge en lançant sa canne au travers de mon divin ectoplasme, il joue à quoi la ? Je le regarde l'air blasé, complètement blasé, je lève un sourcil pour appuyer le côté désespoir de la chose. Quand est ce qu'il comprendra ?

-... Non, impossible.

Je soupire encore une fois, c'est quoi cette fermeture d'esprit ? Il commence à me chauffer le bourge là ! Mais son air aussi cadavérique que le miens me fait toujours ricaner. Aller ! Je peux bien m'amuser encore un peu !

- Admettons... que vous êtes mort. Déclinez votre identité.

Et voilà, j'éclate une nouvelle fois de rire. Il est vraiment dur à convaincre. Je m'approche à nouveaux de son visage pour lui susurrer :

- Si tu veux tout savoir beau gosse, je suis mort, enterré vivant sous des bégonias par mon père pendant qu'il trucidait ma mère et mes sœurs. Je suis une âme en peine si tu veux. Et mon identité, tu la connais. Tu l'as gueulé plus fort que le nom de ta dinde pendant vos émois.


Et je ris, je ris toujours plus.Y'a un truc qui est clairement jouissif du faite d'être clamsé, c'est qu'on ne craint plus rien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Petit Chaperon rouge
Samaël Osborne
✦ Libre pour RP ? : A négocier haha ~

✦ Double-compte : Nope


MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Jeu 8 Déc - 21:45
Décidément, cet esprit -car il avait enfin décidé de croire en l'impossible malgré ce que lui criait son côté très rationnel dans un monde pas si rationnel que ça, finalement- lui tapait franchement sur les nerfs avec ses grands rires et ses sarcasmes. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas le sarcasme. Non, c'était même tout le contraire puisqu'il maniait le ton sarcastique, tel un de ses instruments de musique. En fait, c'était surtout qu'à l'heure actuelle, si torse nu et interrompu alors qu'il était en plein acte grisant, il n'était vraiment pas d'humeur à en faire. Non, vraiment pas. Il aurait tué ou blessé cet intrus à coups de canne... s'il n'était pas déjà mort. Il détestait se faire interrompre. Il détestait ne pas avoir le contrôle de la situation, également. Passablement irrité, il écouta la tirade de ce fichu esprit frappeur d'une oreille tout en le surveillant du coin de l'oeil, tout ça en s'écartant de ce dernier qui était bien trop proche de lui à son goût. Le fantôme lui filait la chair de poule du siècle. Il remit sa chemise, ainsi que le reste de sa tenue plutôt usée par les intempéries qu'il avait affrontées précédemment. C'était que la vie extérieure usait bien plus qu'il ne le pensait. A vrai dire, il ne s'était que peu intéressé à la vie des roturiers. Il avait toutefois remarqué que ses mains autrefois si intactes, douces et peu abîmées par la vie commençaient à se détériorer graduellement, ce qui l'inquiétait constamment. Il avait peur que ces dernières, moins entretenues, finissent par le trahir et d'influer négativement sur la qualité de sa maîtrise des instruments... de musique. Néanmoins, ce n'était actuellement que le cadet de ses soucis.

Toujours sa canne maintenue par ces mêmes mains, il fit fièrement face au fantôme -surtout pour dissimuler l'envie de prendre ses jambes à son cou. Sois un homme, bon sang !, se répétait-il en boucle, sa fierté de nobliau anglais plus forte que la peur. Il lâcha une remarque toute aussi ironique, répondant à cet étrange personnage.

-Oh, diantre, voilà une âme en peine fort traumatisée par des expériences traumatisantes ! Tellement en peine qu'elle se permet de juger avec sarcasme mes actes sexuels tout en se ventant de son voyeurisme. Un peu de retard ne nous aurais pas dérangé, si vous voyez ce que je veux dire... Mais vous n'avez probablement jamais goûté aux plaisirs de la chair, vu votre jeune âge. Et encore, je doute pouvoir vraiment vous donner un âge exact, ces immondes plaies béantes dignes d'un des plus terrifiant bal costumé n'aidant guère à accomplir ce but.

Se retrouvant complètement désœuvré, il s'assit sur le lit, non sans lorgner encore d'un œil sombre l'âme en peine. Certes, il l'avait appelé, invoqué, ou d'innombrables synonymes ayant le même sens, mais ça n'avait été que dans le but de la plaisanterie ainsi que pour prouver qu'il avait raison, bien qu'il en ait tiré quelques profits corporels. Il se trouvait qu'il avait peut-être eu tort, bien qu'il ne l'admettrait sûrement jamais devant qui que ce soit. Il grinçait donc des dents rien qu'à l'idée de faire face à une Ophelia victorieuse le lendemain. Et surtout, comment se débarrassait-t-on d'un esprit errant ? Était-il vraiment là pour l'assassiner ? Ah, non, il avait précisé plus tôt qu'en tant qu'entité immatérielle, il ne pourrait même pas le toucher, et ses tests à la canne avaient bien prouvé ce fait. Alors, devrait-il simplement quitter la pièce en espérant que cette chose ne le suivrait pas, tout en ignorant sciemment son existence ? Ou bien devrait-il converser avec ce "Bloody Mary" tout en tentant de le renvoyer de là où il venait ? Ou bien, appeler un prêtre pour exorciser cette horreur ? Il doutait que ce dernier le laisse faire, étrangement. Ou bien de l'efficacité de l'exorcisme lui-même.

-Et donc ? Si vous n'êtes pas là pour faire couler le sang de manière morbide, quel est le but de votre existence, à part donner des frayeurs aux gens du peuple ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Mary
Mary B.
✦ Libre pour RP ? : Toujours ! Mais je vous pris d'excuser le language fleuri du jeune mort

✦ Double-compte : Wed



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Trafiquant d'informations
✦ Pouvoir: voyage au travers de mirroir
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Ven 16 Déc - 1:18
Il s'éloigne de moi une nouvelle fois avec une tête clairement pas heureux d'être là. Je ris encore en le regardant se rhabiller convenablement. Ah ! un petit air arrogant essaye de faire sa place sur son visage. La bataille à l'air difficile ! Fuir ou rester face à moi. Telle était sa question. C'était vraiment tordant ! Le regarder essayer de tenir sa fierté comme il tenait sa canne était magique ! Juste parfait ! Il essaye de reprendre contenant, je croise les bras et arrête de rire. Je ne pers pas mon sale sourire pour autant. Il prend la parole.


-Oh, diantre, voilà une âme en peine fort traumatisée par des expériences traumatisantes ! Tellement en peine qu'elle se permet de juger avec sarcasme mes actes sexuels tout en se ventant de son voyeurisme. Un peu de retard ne nous aurais pas dérangé, si vous voyez ce que je veux dire... Mais vous n'avez probablement jamais goûté aux plaisirs de la chair, vu votre jeune âge. Et encore, je doute pouvoir vraiment vous donner un âge exact, ces immondes plaies béantes dignes d'un des plus terrifiant bal costumé n'aidant guère à accomplir ce but.


Oh ! De l'ironie ! C'est possible pour lui ? Et il l'utilise pas mal ! Ca me plait ! Mon sourire s'agrandit pendant que ses mots glissent. Oh oui ! Il parle bien ! C'est acerbe, blessant ! C'est merveilleux ! Je ne suis pourtant absolument pas blessé, c'est le genre de phrase que j'aime sortir. Mais bien sur, en tant que simple roturier, il y a toujours moins de finesse dans mes mots. Forcement ! Je n'ai pas le temps de répondre à son attaque qu'il s'écrase sur son lit et de me regarder bizarrement. Tiens, ca aussi j'avais l'habitude.

-Et donc ? Si vous n'êtes pas là pour faire couler le sang de manière morbide, quel est le but de votre existence, à part donner des frayeurs aux gens du peuple ?


Tiens ? Il s’intéressait maintenant ?

Mon sourire se fit encore une fois, un poil plus carnassier.

- Oh, mais je suis sûr que tu es quelqu'un d'intelligent, mon poulet. Tu vas trouver tout seul, vu que je t'aie donné tout les indices nécessaire pour que tu devines ce que je fais encore ici.


Bah oui, une vengeance, petite et mesquine vengeance. Tant pis ! J'avais rien de plus extravagant à offrir. Je me demande si il allait être deçu de cette réponse... Quand il l'aura trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]   Aujourd'hui à 1:04
Revenir en haut Aller en bas
 

[Février 06] Que vous êtes pâle ! Avez-vous vu un fantôme ? [Avec Mary B.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Angleterre-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat