Loups-garous made in Contes Défaits

 :: Le reste du monde :: De l'autre côté du miroir Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Lun 3 Oct - 20:00
Loups-garous made in Contes défaits



Fêter Halloween au sein d'un chalet de montagne aurait pu être une bonne idée – si l'horreur n'avait pas pointé le bout de son nez. Ils ont été plusieurs à mourir, tous des amis, des connaissances qui étaient aussi présents pour ces festivités d'un autre genre. Il n'y a que vous dans ce chalet – vous et les créatures. Loups-garous, wendigos, êtres possédés, serial-killer ? Vous n'en avez aucune idée et les suppositions fleurissent dans les esprits de chacun.

Ce matin vous n'êtes plus que huit. Huit condamnés qui doivent commencer à préparer une rébellion face à ces êtres qui vous déciment. Vous ne savez plus qui l'a proposé mais une voix s'est élevé. « Nous devons élire un chef. » Un chef saura vous guider, amener un peu d'organisation au sein de ce groupe taraudé par l'horreur.

Un chef sera votre premier tremplin vers le salut.


Les règles

Durant ce premier jour vos personnages devront élire leur chef. Le joueur qui obtiendra ce statut verra sa voix compter double à chaque vote de la journée. De même s'il y a égalité des voix, ce sera lui qui départagera.

Vous pouvez voter pour vous-même.

Vos rôles vont vous être envoyés par MP. Bon jeu !


Les participants

Madame Morelia
Medjid Sherkâh
C. Muffet
Rouselin Roussel
Alexender Rammsteiner
Hitomi Hoshizora
Ujishige Tada
Erwin Meyer




Revenir en haut Aller en bas
Madame Morelia
Invité
avatar
Madame Morelia
Lun 3 Oct - 20:22


Le temps ne revient jamais

with Lugh



Des amis, des connaissances. Des partenaires pour la plupart, de son business de femme d’affaire. Héloïse Morelia s’est installée sur l’un des canapés. Y prenant largement la place, soigneusement affalée, prenant le temps d’allumer une cigarette pour en inspirer la fumée. Si son calme peut la rendre suspecte aux yeux de certains, les plus attentifs remarqueront certainement le tremblement discret au bout de ses doigts. Elle agit avec sagesse, la femme d’affaire. N’est pas ici pour badiner mais bien pour travailler, qu’importe le programme détente de ce « chalet de vacances » comme on le lui a vendu. Il lui fallait trouver des actionnaires et même un premier porte-feuille clientèle pour son cabinet. Si les tenants et aboutissants de son métier demeurent encore obscurs, pour la plupart ce n’est qu’une femme de la haute, en tailleur strict, chignon pincé, qui se donne l’air plus vieille qu’elle ne l’est réellement. Une femme distante, plutôt que froide. Une femme observatrice qui les regarde, tous, esquisse un vague sourire charmeur.

Et laisse la voix décider qu’ils ont besoin d’un chef, maintenant.

« De fait, ça serait de l’autorité d’un flic, dont on aurait le plus besoin… » Note-t-elle, avec une délicatesse ne manquant pas d’aplomb. « Mais il est bien évidemment hors de question d’envoyer une équipée suicidaire chercher de l’aide à travers la neige… quant à nos communications, nous en sommes réduit au néant. Même mon téléphone satellite ne fonctionne pas. C’est… troublant. »

Soigneusement, elle laisse tomber la cendre sur le tapis. Ayant déjà sauté un tour de ménage dans un rire un peu glacé de celles qui savent où est leur place, cela va sans doute nourrir les tensions qu’elle exerce bien malgré elle. Et pourtant, Morelia se redresse. Tapotant sa nuque, dans un soupir appliqué.

« Il ne serait pas de bon ton d’élire notre tueur – car je suis persuadée pour ma part que nous avons affaire à un pitoyable « serial killer » dans la lignée de ces teenage movie américain… »
Le français perce sa voix, comme un refrain de parisienne affectée. Pourtant, dans son faciès un peu asiatique, l’étranger perce et juge les occidentaux criards et craintifs. Elle grimace. « A vos yeux je fais une coupable idéale, peut-être, et ça serait misérablement calculé de ma part de ne point faire preuve de discrétion alors… je me propose en tant que chef. Au moins nous sommes certains que je donnerai du poids à toutes vos propositions. Autant avancer sur quelques centimètres que piétiner en aveugle, en attendant que les choses se résolvent en un claquement de doigts… »

Elle fume encore. S’étire, comme un chat. Et jette un regard velouté à Alexender Rammsteiner. Avant de ciller à Medjid, terriblement exotique.

« D’autres idées… ? »






Madame Morelia
Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Lun 3 Oct - 21:39
Cette fête d'halloween prend vraiment une drôle de tournure. Je ris silencieusement en pensant à quel point la situation est plus excitante que mon travail habituel. Non pas que celui-ci est ennuyeux, non - servir m'a toujours plu - mais j'ai pu rencontrer de nouvelles personnes, toutes différentes, tout en prenant part à une situation digne d'un des meilleurs thrillers que je connaisse.

Je baisse les yeux pour m'apercevoir que la bouilloire est prête. Excellent! Je prépare les deux théières, avant de me diriger vers le salon où tout le monde se trouve. Avec un sourire radieux, je me dirige vers Madame Morelia, lui servant son thé avec un air serviable et une révérence, comme elle les aime. De mes quatres mains libres, je sors des tasses pour les autres des grandes poches de mon tablier, tout en écoutant avec un intérêt sincère ce que la dame entourée de volutes de fumées raconte.

A sa mention de téléphone portable, je fais d'ailleurs jongler le mien entre mes mains, constatant avec dépit que le réseau est toujours aussi absent. Ce n'est pas que j'ai tant d'amis que ça avec qui converser, mais plus que les jeux qui sont dessus ont besoin d'attention constante. Avec un petit soupir, je le remets dans mon tablier et me dirige d'un pas pressé vers un petit placard d'où je sors une pelle et une balayette. En essayant de ne pas trop me faire remarquer, je commence à nettoyer les traces qu'ont laissés les visiteurs. Après tout, c'est mon job.

Lorsqu'on m'a dit que j'avais été prise ici, j'ai sauté de joie. La perspective de quitter la ville pour découvrir de nouveaux horizons et une nouvelle clientèle était des plus excitantes! Et malgré les cadavres qui s'accumulent, je suis très heureuse de me retrouver ici, entre des gens aussi prestigieux. Je fais d'ailleurs savoir à Madame Morelia ce que je pense de sa candidature.

"C'est une excellent idée madame, je vote pour vous."

Et une autre révérence plus tard, je continue mon travail de nettoyage, me sentant peu concernée par ce qui se passe. Une fois les dernières traces enlevées - les cendres de cigarette sur le tapis - je range mon matériel et reviens me poser sur un fauteuil, mes mains sur les genoux et un air attentif, prêt à servir sur le visage. Je balaye d'ailleurs du regard l'assemblée. Tant de belles personnes! Si trois personnes sont clairement asiatiques, je serais incapable de dire d'où viennent les autres. Enfin, deux d'entre eux sont des hybrides, donc logiquement, d'animaux. Mon regard se pose d'ailleurs sur leurs oreilles avec un léger soupçon de jalousie, rapidement dilué dans la poitrine ample de la femme écureuil.

Réalisant soudain ce que je fais, je deviens tout raide et rouge avant de fixer le sol comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
Medjid Sherkâh
Shere Khan
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu

Mar 4 Oct - 21:47
Une fête dans un chalet en pleine montagne, franchement, qui aurait dit non ? Surtout vu la compagnie qu'elle promettait, demoiselles exotiques, certaines avec un caractère bien trempées, d'autres plus faciles ! Ouaip, vraiment, Medji avait eu hâte de partir. Y'a qu'à voir sa valise trop pleine, mais pas assez du nécessaire : dents de vampire en plastoc, faux sang, déguisements spécial Halloween plus ou moins faits pour la chasse aux bonbons, et plein de trucs inutiles du genre. Trop de truc inutiles, surtout vu les circonstances. Parce que bon, les canines de vampires feront pas fuir le truc qui semblait traîner dans le chalet.

Franchement, il la menait pas large. Même s'il assure le contraire. Et, quand les autres avait proposé de se rejoindre le salon, il s'était empressé de les rejoindre : Il s'en foutait du sujet, il voulait juste de la compagnie. Et on peut dire que c'est aussi pour la compagnie qu'il s'est affalé sur le même canapé qu'Héloïse. Et qu'il s'était peut-être un peu trop collé à elle. Ouais, un grand besoin de compagnie. Rien à voir avec le fait que le Demoiselle soit tout à fait son type de femme. Il trouvait ces dames frigides fascinantes, attirantes. Comment ça, comme pas mal d'autres ? Laissez le, le pauvre a juste besoin de déstresser. Alors femme d'affaire, demi-animal ou même les deux petits rouquinoux, peu lui importait, du moment que ça puisse le calmer un peu.

Au-delà de ses projets de conquêtes, il comprenait très vite l'idée. Un chef. Quelle drôle de réaction, alors que tous céderait probablement à la panique et à l'anarchie à la première occasion. Enfin, pourquoi pas ! Mais laisser la place à une Demoiselle, de la sorte… Non, ça, ce n'était pas vraiment son genre. Autant montrer tout de suite à la gente féminine (et même masculine) qui domine. Après tout, qui aime bien charrie bien ?

« Et bien, Madame est bien sage ! De quoi vous en donner froid dans le dos… Tu m'excuseras, mais je ne suivrais pas ta chère amie -bien qu'elle soit charmante-… »


Il adressait un clin d’œil à la petite hybride. Charmante, en plus d'être exotique. Serviable comme tout, timide aussi. Et probablement facilement séduisible, ce sur quoi il ne crachait jamais ! Surtout que se nature attisait sa curiosité au plus haut point… Il se redressait, s'écartant Madame Morelia en lui lançant un sourire provoquant, avant de se lever.

« Après tout, à quoi servent ces élections potiches si elles n'accueillent qu'une candidate ? Un peu de concurrence ne fait de mal à personne… Et si tu le permets, ma jolie, JE serais ta concurrence… »


Voilà qui était posé. Maintenant, restait plus qu'à se faire élire. Parce que sinon, sa grande gueule ne ferai que lui faire perdre toute crédibilité auprès de Madame… Et des autres aussi !

« Vous me trouvez peut-être louche. Mais en même temps, vu les circonstances… Qui ne l'est pas ? Alors quitte à choisir du louche, prenez le plus sympathique… Bien entendu, je serai aussi prêt à écouter toutes vos propositions… »

Il ajoutait, d'un ton plus bas, presque chuchoté, balayant tout le monde du regard :

« Mêmes privées… »


Surtout privées. Mais bon ! Il retournait s'asseoir, impatient de voir ce qui allait suivre. Et surtout, s'il avait d'autres concurrents, ce qui serait encore plus intéressant…
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Mar 4 Oct - 23:05
« C’est une belle opportunité! Notre entreprise est encore jeune, ça lui permettra de devenir plus visible, et de nous faire encore plus de contacts! Au pire, considère ça comme des vacances, je pense que tu en as bien besoin… »

Merci Mark! Une idée de génie, vraiment! Mais bon sang, comment en était-il arrivé là? Pourquoi avait-il finit par céder face aux demandes de son collaborateur?! Et le voilà, coincé dans la montagne, avec des morts, un assassin inconnu, aucun réseau sur son portable, et un ordinateur qui ne servait plus qu’à jouer au démineur. Des vacances… Il reconnaissait volontiers qu’il était accro à son travail, et une pause aurait dut être bénéfique, mais au final, le seul résultat était que son travail lui manquait affreusement. Il avait pris sur lui pendant des années pour enfin réussir à monter son affaire. Il avait travaillé pendant des jours, parfois même sans dormir, pour la développer et la faire vivre. Et tout ça risquait de se terminer à cause d’un voyage dans un chalet? Pour une simple histoire de voyage à la montagne? C’était pas possible! Il ne connaissait pas suffisamment les morts pour les pleurer, mais l’idée de mourir aussi bêtement lui avait mis les nerfs en pelote. Il était resté debout dans le salon, et se retenait de taper du pied. Il avait l’impression qu’une boule d’énergie s’était formée dans son ventre, et lui soufflait de fuire ou de se battre pour échapper à la situation, et il savait que si il s’asseyait, ça n'arrangerait rien. Lorsque ses jambes commencèrent à lui faire mal, il finit par s'adosser au mur. Il n'était pas vraiment habitué à être debout et immobile si longtemps...

Quand quelqu’un finit par dire qu’il leur fallait un chef, il se retint de soupirer. Un chef? Bien sûr! Il allait confier sa vie à quelqu’un qu'il connaissait à peine juste pour de belles paroles! Il avait déjà du mal de base avec l’autorité, mais dans ce contexte là, c’était encore pire. Aucune chance qu’un simple discours réussisse à le convaincre. Le coté hautain de la dame n’arrangeait rien quand à l’attitude de l’araignée, elle ne faisait qu'empirer les choses! Etre réduite à ramasser les cendres d’une bourgeoise capricieuse, et le faire avec le sourire, c’était le genre de caractère qu’il ne supportait pas. Et bien sur, la voilà qui hochait la tête et votait même pour cette potiche orgueilleuse! Décidément, elle n’avait pas beaucoup d’amour propre, le genre de personne qu’il méprisait au plus haut point. Il n’avait même pas envie de boire son thé, et resta donc loin de la table. Le dragueur de service (c’était quoi son nom déjà? Med… quelque chose?) finit par se lancer lui aussi dans la campagne.

« Et bien, Madame est bien sage ! De quoi vous en donner froid dans le dos… Tu m'excuseras, mais je ne suivrais pas ta chère amie -bien qu'elle soit charmante. Après tout, à quoi servent ces élections potiches si elles n'accueillent qu'une candidate ? Un peu de concurrence ne fait de mal à personne… Et si tu le permets, ma jolie, JE serais ta concurrence… Vous me trouvez peut-être louche. Mais en même temps, vu les circonstances… Qui ne l'est pas ? Alors quitte à choisir du louche, prenez le plus sympathique… Bien entendu, je serai aussi prêt à écouter toutes vos propositions… »

L’inventeur se persuada de ne pas avoir entendu le chuchotement qui suivi, jugeant qu’il n’était de toute façon pas le public visé. Et voilà qu’après qu’après la pseudo dictatrice (son mérpis pour l'hybride semblait avoir déteints sur la première femme), c’était le rigolo public qui se proposait… Une belle brochette de vainqueurs! Autant dire qu’il n’était pas prêt à confier sa vie à l’un de ses deux énergumène. Après, ne pas voter, c’était accepter que l’un de ces deux là soit élu… Ou un suicide pur et simple, et ce n'était pas non plus son intention. Il ne s’était jamais sentit l’âme d’un chef, loin de là, les responsabilités il les évitait dès qu’il le pouvait, mais là, il s’agissait de voter pour la personne en qui il avait le plus confiance, pour lui confier sa vie, et il ne voyait pas d’autre choix…

" Nous aurions donc le choix entre un coureur de jupons qui ferait n’importe quoi pour plaire à ces dames, ou à une femme que nous connaissons à peine et qui se propose si spontanément que s'en est presque suspect…"

Il soupira doucement. Il était encore mitigé. D’un coté, il ne voulait pas être le chef de ce groupe si étrange, mais d’un autre coté, confier sa vie à ces deux marioles ne lui disait vraiment rien qui vaille. Il n'avait plus d'autre options de toute façon, alors autant choisir la moins dangereuse des deux.

" Désolé, mais ce choix ne me convient pas. Je ne peux pas me résoudre à confier ma vie à des gens en qui je n’ai pas confiance. Et comme je ne vois dans cette pièce personne en qui j'ai suffisement confiance pour cela, je me vois obligé de voter pour moi-même. Je ne tiens pas vraiment à être chef, mais je tiens à survivre, et je ne pense pas qu’avec l’un de vous deux à notre tête, cela sera possible. Après, vous êtes libres de vos choix. "

Comment s’était-il retrouvé dans un tel pétrin…? Mark allait en tendre parler si il parvenait à revenir vivant!
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Mer 5 Oct - 0:06
Il était venu ici pour du changement, au moins il n'avait pas été déçu!

Ce cher petit écrivain en la personne de Rouselin Roussel s'était dit qu'il serait une riche idée de s'isoler afin de trouver de l'inspiration pour ses prochains textes portant sur l'épouvante. Un chalet isolé en pleine montagne, il ne pouvait rêver mieux! C'était tellement typique d'un lieu de conte d'horreur qu'il aurait écrite en moins de deux. Qui plus est, il n'était pas le seul dans cette petite escapade, alors cela lui aurait aussi permis d'étendre son réseau social, lui qui aimait tellement se faire des amis. Alors bien sûr, il avait débarqué avec ses oreilles et sa queue rousses qui collaient finalement bien au thème -il considérait que c'était le meilleur déguisement pour haloween!-.

Bien sûr, ce serait exagéré de dire que ses espoirs étaient réduits à néant, quelque part, il avait bien plus que nécessaire comme support imaginatif à ses écrits. Sauf que là, la fiction devenait réalité, et ce qui aurait dû rester du domaine du cauchemar arrivait dans la vraie vit. Et ce n'était pas du tout amusant de voir des personnes auxquelles il aurait pu s'attacher à disparaitre alors que tous n'étaient venus que pour se détendre. Rouselin était tout sauf détendu. Il était nerveux, apeuré comme un petit chiot et ne savait que faire dans cette situation critique. Mais une chose était claire; ils ne pouvaient rester les bras croisés. Et pour cela, il leur fallait en effet un chef. Rouselin pensa un moment à se proposer, mais il ne se sentait pas l'âme d'un chef. Il allait devoir faire confiance à son instinct.

Le renard écouta tour à tour les propositions de chacun de ses homologues, leurs arguments et contre arguments.

À première vue, la première dame semblait être la mieux qualifiée pour ce statut, mais son trop-plein d'orgueil et l'air froid qui dégageait d'elle freinait Rouselin. Il n'avait jamais été à l'aise face à des personnes trop sûres d'elles. Puis cet étrange homme qui semblait plus penser à quelques plaisirs qu'autre chose. L'écrivain sentit son poil se hérisser à ses propositions implicites. Quel homme volage! Quelqu'un d'aussi peu sérieux ne pouvait pas porter une telle responsabilité. Puis il eut ce dernier homme, un peu plus discret que les autres, qui critiqua vivement les deux prétendants et se proposa lui-même. Bon, il avait l'air d'avoir la tête sur les épaules lui au moins. Même s'il affirmait ne pas vouloir être chef, il était le seul qui pourrait mieux gérer leur groupe, et puis de toute façon, Rouselin ne se voyait pas voter pour lui-même. Si tout le monde faisait comme cela, les choses n'avanceraient jamais.

"Vous êtes tous très... sympathiques."
Disant cela, il ne put s'empêcher de regarder Morelia, un peu mal à l'aise. "Mais nous somme dans une situation sérieuse et je n'ai pas envie d'y laisser ma pauvre peau. C'est pourquoi je vous fais confiance, j'espère ne pas me tromper..."

Il s'inclina rapidement devant Erwin. Sa voix était donnée, mais le sort était loin d'être jeté.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Hitomi Hoshizora
La tisserande
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann & Mickaëlla Mellior

Ven 7 Oct - 14:03
Après les terribles évènements qui s'étaient récemment déroulés au sein du chalet, Hitomi n'avait trouvé rien de mieux pour se détendre que de partir explorer la grande bâtisse. Quelle idée idiote, ce voyage avec ses amis de la fac ! Ils avaient tous été massacrés, et de leur groupe il ne restait plus qu'elle. Si elle s'en tirait, les bancs de l'université lui sembleraient bien vides... La jeune fille secoua la tête et continua son exploration. Marcher lui faisait du bien, et de toutes façons sans réseau ni rien elle ne pouvait pas se distraire avec ses jeux de téléphone portable. De plus, son intuition lui chuchotait que sortir du chalet serait tous sauf une bonne idée. Dans tous les cas, l'extérieur semblait plus hostile encore que l'atmosphère régnant à l'intérieur, alors bon... Elle fit glisser son regard au travers d'une fenêtre, et avec un soupir elle rejoignit les autres au salon où tous s'étaient donné rendez-vous.

- Un chef, hein... pensa-t-elle à voix haute en entrant dans la pièce.

Un sourire se dessina sur ses lèvres. Ce n'était peut-être pas le moment opportun, mais Hitomi avait un besoin vital d'humour et d'amusement lorsque l'angoisse se faisait trop pesante. Et en cet instant, faire chuter cette angoisse s'avérait crucial. Or, Hitomi ne s'amusait jamais autant que quand elle mettait le bazar ou semait la zizanie chez les autres.
Elle se posta près de la fenêtre et consulta ses cartes de tarot juste au moment où la dénommée Madame Morelia avança sa candidature. Froide, sûre d'elle... Bof, Hitomi trouvait ça louche, et son intuition n'avait pas besoin de rentrer en compte pour qu'elle ne ressente pas l'envie de confier sa vie à cette femme. Trop calculatrice, pas assez portée sur les sentiments. Et à son sens, ils avaient besoin d'un leader, pas d'un chef de guerre.
Vint ensuite le type d'origine orientale. Hitomi esquissa un sourire malicieux. Ok, lui, c'était la personne parfaite pour qui voter si elle voulait que la suite des évènements soit un fiasco. Mais il était trop "brute de décoffrage", et même si Hitomi ressentirait un plaisir certain à se moquer de lui, la jeune fille devait tout de même penser à sa vie en priorité. Un instant, elle songea se présenter comme candidate au poste de chef, mais finalement elle se ravisa. Elle avait toujours préféré agir dans l'ombre malgré son caractère exubérant, et elle ne se sentait pas à la hauteur pour gérer tout le monde. Elle n'aurait qu'à conseiller le futur chef et à s'assurer de ne pas trop attirer l'attention sur elle. Ce dernier point serait difficile...
C'est alors qu'un deuxième homme se proposa. Hitomi le dévisagea alors qu'il avançait ses arguments. Il n'avait pas tort, mais... Mmh, ça demandait réflexion. Il était charismatique, et on pouvait à première vue compter déjà plus sur lui que sur les deux autres.
S'asseyant sur une chaise, elle sortit son jeu de tarot et l'étala face cachée sur une petite table. Elle ferma les yeux, pris une inspiration, et tira une des cartes au hasard. Elle observa l'image dessinée sur la carte, et remballa son jeu.
Bien, les cartes avaient parlé.

- En ce qui me concerne, dit-elle sur un ton mystérieux et avec un léger sourire, je donne mon vote à notre troisième candidat.

Puis, se tournant vers l'entrepreneur, elle effectua une inclination à la japonaise et ajouta :

- Je m'en remets à vous.

Hitomi se redressa et croisa intérieurement les doigts pour avoir fait le bon choix.



Hitomi dans l'event:
 



Revenir en haut Aller en bas
Ujishige Tada
Invité
avatar
Ujishige Tada
Ven 7 Oct - 14:43
Pour une fois que la mission était simple. Quelle plaie.

Aller au chalet, s'amuser un peu, prendre contact avec la cible, récupérer les informations de la cible à son insu, s'amuser, retourner au pays avec les infos et passer à la suite. Quelle galère! Voilà que maintenant les gens tombaient comme des mouches, son maudit contact inclut. Que personne ne savait comment tout cela allait finir et qu'un abruti venait de suggérer l'élection d'un chef. Si elle le retrouvait celui-là. La première personne à se proposer était madame mystère et classe. Un parfait exemple de bourgeoise trop sûr d'elle et qui pratiquait sans doute des fantasmes sexuels des plus inavouables, sans doute un truc à base de cuir et cravaches, et vu sa tronche elle était sans doute la maîtresse. En parlant de ça, madame service parfait devait être une de ses esclaves, avec autant de bras difficile d'imaginer ce que madame mystère et classe pouvait inventer. L'espionne frissonna intérieurement

Voilà qu'un prétendu beau gosse se présentait, inutile de dire que déjà que sa tronche de dépravé ne lui revenait pas, elle n'allait pas donner sa voix à un mec qui ne pensait qu'à fricoter et boire. Etait-il seulement sobre en sachant parfaitement qu'un tueur ou plusieurs pouvaient roder? Quel imbécile. Vint ensuite l'associal, un mec plutôt en retrait qu'elle avait secrètement fantasmé comme étant sa cible, les gens isolés étaient des proies si faciles, un miracle qu'il n'y soit pas encore passé maintenant qu'elle y pensait. Il fut très vite rejoint par deux personnes, une japonaise apeurée et un hybride indécis. Magnifique tableau. Ils allaient tous mourir, c'était cet abruti qui tenait les paris à l'agence qui allait être content... ce bâtard de comptable.

Difficile de savoir qui choisir, aucune de ces personnes ne lui inspirait confiance, elle préférait encore courir à poil dans la neige en hurlant pour que la chose qui les pourchassait la trouve ou qu'elle crève d’hypothermie. Mais elle devait rester discrète et savait très bien qu'en plus de cela les chefs étaient toujours des cibles prioritaires, apportant le chaos à leurs morts, ils pouvaient signifier la fin d'une communauté. autant voter pour la tête d'ampoule, il avait l'expérience, était suspect à ses yeux et au moins elle pourrait garder cet enfoiré à l’œil.


-Je vote pour Monsieur Meyer, il a l'expérience du commandement, est volontaire pour la tâche et n'a pas de lien particulier avec qui que ce soit ici, favorisant l'égalité.

Elle aurait put rire de ses propres paroles.
Ujishige Tada
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 9 Oct - 15:52


HRP. Propos vulgaires vu le personnage. Les pensées et paroles du personnage ne reflètent, bien évidemment, pas la pensée du joueur. (IRL je lui filerais un coup de tazer dans les bijoux)


Alexender Rammsteiner un Allemand albinos. On lui avait vendu ce lieu de pseudo cadre romantique, enfin quand il disait « on » il fallait comprendre « elle ».

Et putain qu'est ce qu'elle foutait à n’être toujours pas là ? Être seul avec toutes ces personnes toutes aussi barbantes les unes que les autre, qui disaient des connerie aussi grosses les unes que les autres, l'énervait. Enfin non. Bien que basané il avait bien ce type qui disait des choses encore censés.

Le regard aguicheur de l'autre femme ne l'aurait pas, à une autre époque, déplu. Il l'aurait même sûrement, devant tout le monde, pris à bout de bras pour l'amener dans une autre pièce, loin de c jeux de gamins.

Non car entre l'hybride qui jouait à la servante toute sage et l'autre gamine qui jouait aux cartes. Si elle savait comment l’albinos utiliserait ses cartes elle ne pourrait sûrement plus en tenir dans ses mains de toute sa vie. Il restait qui d'autre ? L'autre hybride aux montagnes bien rebondies ? Alexender la résumait à ça. Mais il préférait l'autre femme mature qui avait l'air d'avoir un fessier plutôt bien rebondi que des montagnes qui bougeraient dans tous les sens.

Il y avait ce basané, seule personne qui avait l'air d'avoir un peu de plomb dans la cervelle. Le seul homme, à part lui, qui avait l'air d'avoir une cervelle tout simplement. Car bon le duo de passifs, bien qu'il avait l'air de plaire à la masse populaire, n'avait pas l'air de pouvoir prendre la moindre décision en cas de situation critique.

Le pire était qu'il ne restait plus que la voix de l'albinos. L'autre mou du genou allait être leur chef ? Non mais fuck off. Et putain de portable qui n'avait aucun réseau. Et donc aucune nouvelle d'elle.

Alexender, dans un geste violent, lança son portable contre le mur le faisant voler en éclats.

– Putain de portable de merde. Bon le choix est déjà fait. Vous votez tous pour l'autre incapable que vous pensez tous manipuler c'est ça, hein ? Fuck off.

Alexender joignit le geste à la parole.

– Je suis pas du genre à lécher le cul des mecs, mais bon si il y en a bien un ici qui aurait pu vous sauver en situation de crise, à part moi, c'est bien le basané là-bas dont j'ignore le nom. Bande d'abrutis. Puis sérieux toi là-bas la femme à la cigarette. Une femme cheffe ? Putain tu me fais bien rire. Je ferais bien autre chose avec toi, mais certainement pas t’élire cheffe faut pas être con non plus.

Avec ses paroles l'albinos avait donné sa voie au basané bien que cela était malheureusement inutile.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dim 9 Oct - 16:01

Erwin Meyer fut ainsi intronisé chef. Le destin de ses camarades reposait désormais entre ses mains et il allait devoir prouver à chacun qu'il était digne de leur confiance. Après des échanges animées, la nuit finit par tomber poussant chacun à regagner sa chambre. Qui sait certains se rassemblèrent peut-être pour tenter de se soutenir en cette dure épreuve.


Les règles

Les loups-garous vont devoir m'envoyer par MP le nom de leur victime. Choisissez judicieusement.

Cupidon doit m'envoyer par MP le nom des deux amoureux en sachant que si l'un meurt, l'autre aussi. Les concernés recevront un MP pour être mis au courant de leur liaison.

Si elle le souhaite, la sorcière peut user de sa potion d'empoisonnement pour tuer un des joueurs. Si c'est le cas, elle devra m'envoyer le nom par MP.

Vous pouvez poster si vous souhaitez décrire la nuit de votre personnage ou discuter avec les autres. Mais n'oubliez pas : l'un de vous mourra cette nuit.


Les participants

Madame Morelia
Medjid Sherkâh
C. Muffet
Rouselin Roussel
Alexender Rammsteiner
Hitomi Hoshizora
Ujishige Tada
Erwin Meyer ▬ Chef




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeu 13 Oct - 20:13

Au petit matin, un ignoble spectacle attendait les survivants. Celui du corps de Hitomi, ensanglanté, comme dévoré par de gigantesques loups. La jeune femme tenait une potion à la main mais n'avait pas eu le temps, ni l'occasion de l'utiliser. Sans quoi elle aurait pu, peut-être, réduire les rangs des ennemis.

Tel un long rituel qui n'allait cesser de se répéter, les débats commencèrent. Il fallait tenter de trouver un des coupables et l'exécuter. En ce chalet perdu au milieu de nulle part, chacun allait mener sa propre justice. Sauraient-ils condamner un coupable ou allaient-ils exécuter un innocent ?


Les règles

Hitomi a été tuée par les loups-garous. Elle était la sorcière et n'a pas utilisé sa potion qui aurait pu tuer un des joueurs.

Ce tour-ci chacun de vos personnages va voter pour celui qu'il considère comme coupable du meurtre. Argumentez comme bon vous semblez, mais n'oubliez pas que vous pouvez voter qu'une fois. Puisqu'il est chef, la voix de Erwin compte double et peut départager s'il y a égalité.


Les participants

Madame Morelia
Medjid Sherkâh
C. Muffet
Rouselin Roussel
Alexender Rammsteiner
Hitomi Hoshizora ▬ Sorcière, morte
Ujishige Tada
Erwin Meyer ▬ Chef




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Madame Morelia
Invité
avatar
Madame Morelia
Ven 14 Oct - 19:47


Le temps ne revient jamais

with Lugh



La misogynie assumée de certains comme la suspicion d’autres trop confiants firent glousser Morelia, fumant tranquillement sa cigarette sans changer son vote ni porter aucun jugement sur le résultat qui en découla. L’idée d’avoir Erwin Choupinou Meyer comme tête de rang aurait pu pourtant lui faire hausser un sourcil de scepticisme mais leur galère étant à ce point merdique qu'il n’y avait rien de mieux à faire que se reposer et prier pour ne pas être la victime de la chose – ou des choses – qui rôdaient dans le secteur. Faussement consciente qu’une simple porte fermée ne pouvait être de grande sécurité face à la persévérance d’un sadique meurtrier, ce fut de sa démarche un peu féline que Morelia retourna à ses appartements, saluant Tada d’une caresse sur la joue, sans même la regarder. Offrant ainsi la somme de son arrogance un peu nonchalante – ce n’était qu’une bonniche mais elle était serviable et mériterait son triple pourboire s’ils s’en sortaient.

Au cours de la nuit pourtant, sa somnolence fut dérangée par le chuchotement d’un coup, vague, contre la porte. En robe de chambre, verre de brandy à la main droite, l’autre serrée sur une arme de substitution – une planche d’étagère qui ne lui servirait sans doute pas à grand-chose dans l’action, ce fut avec imprudence qu’elle alla ouvrir. Tombant sur un profil familier qui la fit rire à nouveau.

« J’étais certaine que tu serais le premier… » La tension, la curiosité et la fierté bien-assumée l’encouragèrent aussitôt à refermer la porte derrière cette silhouette masculine, malgré son alliance. Pour quelques heures de bon temps rapidement interrompues par l’aube et par un cri glaçant.

S’éveillant sans se presser, et s’extirper de son lit en retrouvant ses vêtements un peu au hasard, ce fut pourtant avec la mine impeccable qu’Héloïse retrouva le seuil du salon et son macabre chargement.

Son regard, changeant, n’en demeura pas moins glacial. Se contenant pour ne pas renvoyer quelques malheureux flux gastriques sur la toile du canapé le plus proche – elle en avait vu d’autres. Et la peur n’était pas un argument.

« C’est la petite Hitomi n’est ce pas ? La japonaise… pauvre fille. » Soupira-t-elle avant de tapoter son chignon, et chercher une nouvelle cigarette. Bien décidée à crever du cancer avant d’être attaquée par qui que ce soit, ce fut avec flegme qu’elle annonça, après quelques échanges aussi paniqués que paranoïaques.

« On a élu un chef et dès la première nuit de son mandat, on a une morte. Personnellement je trouve ça plutôt louche, si vous me pardonnez la suspicion. Laissons le crever de froid dehors, il nous sera plus utile qu’à l’intérieur apparemment. Voilà mon vote. »

Et ainsi commença la rancune tenace entre Héloïse Morelia et Erwin Meyer.

Spoiler:
 






Madame Morelia
Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Jeu 20 Oct - 17:37
Ah. Nettoyer tout ça allait être compliqué - mais pas impossible! Avec mon éternel grand sourire aux lèvres, je me saisis du corps de la japonaise et me dirige en direction de la porte d'entrée en essayant de ne pas mettre du sang partout. Chose plus facile à dire qu'à faire, étant donné qu'elle a été croquée d'un peu partout.
J'ouvre la porte d'une main libre et m'arque-boute contre le blizzard de dehors pour la jeter à côté de l'entrée, dans la neige et dans l'angle mort des fenêtres.

Je rentre à nouveau dans la maison, prenant soin de bien fermer la porte derrière moi (je n'aimerais pas que quiconque ici prenne froid). Puis, je m'adresse à ceux qui me regardent curieusement.

"C'est simplement pour éviter toute odeur. Et si quelqu'un veut récupérer son cadavre, il sera conservé dans la neige."

Mais avant de partir me changer, il semblerait qu'il me faille voter à nouveau : "Je suis d'accord avec Madame Morelia. Le timing est suspect."

Puis, rouge d'avoir pris la parole, je pars me cacher - et accessoirement me changer - dans la salle de bain. Pendant que je me frotte vigoureusement pour enlever les traces de sang, je me repasse la nuit dans ma tête. C'est quand même surprenant que je n'ai pas entendu la jeune fille se faire dévorer... mais j'étais tellement occupée que je l'ai probablement ignorée.

Une fois séchée, j'enfile à nouveau mon tablier et récupère des produits pour nettoyer le sol où une flaque de sang rappelle à tous la disparition d'Hitomi. Et, silencieusement, je commence à tout nettoyer. Pendant que je frotte sans relâche, j'observe tour à tour les personnes de l'assemblée, me demandant laquelle a les quenottes pointues. Impossible de dire qui est qui. Nous sommes entourés de très bons menteurs et même si je ne crois pas que Mme Morelia est un loup-garou, l'idée qu'elle me dévore est douce-amère.

Je me recule un peu pour regarder le résultat. Le sol est définitivement taché mais impossible de dire que c'est une trace de sang sans le savoir au préalable. Plutôt satisfaite, je range les produits et part m'asseoir dans un fauteuil, toujours aussi attentive au groupe.

Revenir en haut Aller en bas
Medjid Sherkâh
Shere Khan
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu

Jeu 20 Oct - 22:18
Medji avait passé la soirée à boire, sans qu'aucun compagnon ne se manifeste… Enfin, à ses souvenirs, parce que sa bouteille lui semblait avoir baissé plus que prévu. Sans doute ne faisait-il même plus attention, avec tout ces événements qui se déroulaient et dont il semblait être le seul à vouloir évacuer la tension. Résultat, gueule de bois au réveil, qui en plus ne s'était pas fait par un doux rayon de soleil venant frapper la fenêtre. Non, à la place de ça, une annonce de meurtre. Une journée qui commençait bien ! Rien de tel.

Il était allé dans le salon avec son habituel nonchalance, avant de voire Miss cadavre trôner en plein milieu du salon. Inutile de préciser qu'il ne prendra pas de petit-déjeuner ce matin… Limite s'il n'allait pas rendre son repas de la veille ! C'était vraiment dégueulasse, la charmante demoiselle de la veille ne ressemblait plus à rien… Il se sentait devenir pâle, tandis que l'araignée allait tranquillement la mettre au congélo et que l'autre pète-sec tirait des constats et accusait comme si on ne parlait que d'un « banal » petit meurtre. Hallucinant. Ces deux-là faisaient tellement propres sur elle, beaucoup trop à son goût. Et il sentait qu'il ne pourrait supporter un tel sang-froid, surtout de la part de deux donzelles.

« Effectivement, c'est louche ! Cocasse coïncidence, n'est-ce pas ? Allons, balançons vite fait le cadavre au froid et investiguons sérieusement, pas le temps pour les sentiments ! … Nan, mais sérieusement ? Quelqu'un… Ou plutôt, une de nos potes est morte, eh ! Ça ne vous fait rien de plus ? »

Il regardait, abasourdi, les deux femmes… Non, les deux monstres l'une après l'autre. Ces deux-là était louche, plus que n'importe qui. Il n'aimait pourtant pas l'autre rouquin dont elles avaient voulu la mort. Mais il passerait après, car même s'il avait l'air d'être un incomparable connard, il y avait plus urgent. L'autre bestiole, ou la snobinarde ? Il en voulait aux deux. Mais autant commencer par la plus grande gueule.

« Tu sais, ce qui est plutôt louche ? C'est pas le fruit d'un hasard douteux. C'est ton putain de sans-froid, alors qu'un cadavre trônait au milieu du salon avec que ton caniche ne nous en débarrasse. Alors de mon côté, c'est tout vu. Pour moi, tu dois forcément avoir quelque chose à voir avec ces horreurs, alors j’adorerais voir ton petit chignon de bourge rejoindre Hitomi dehors. Même si elle ne le mériterait pas, la pauvre. »

Il n'avait jamais souhaité réellement la mort de quelqu'un. Mais vu les circonstances, il fallait bien commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Sam 22 Oct - 23:12
En voyant le résultat des votes, Erwin retint un soupir. Il ne savait pas vraiment comment il devait prendre la situation. Non seulement il devenait responsable du groupe, mais aussi la cible la plus évidante pour celui ou ceux qui sévissai(en)t dans ces murs. Autant dire que sa nuit fut difficile, partagée entre la fatigue et l’angoisse. Il finit par se lever, et se préparer un peu (il allait pas un défilé non plus, il voulait juste avoir l’air présentable) et se rendit dans le salon, pensant pouvoir échanger sur une stratégie avec le groupe. Autant dire qu’il se sentit très mal en voyant ce qui l’y attendait. Il n’avait pas mangé grand chose la veille, et rien ce matin, et il s’en félicita intérieurement. Il ne se plaçait pas en règle générale parmi les personnes les plus sensibles, mais cette petite avait pris son partie la vieille, et elle semblait pleine de joie de vivre. Et son état, la pauvre.

La vitesse a laquelle madame Morelia réagit le surprit, mais le fait d’être visé, il s’y attendait un peu. Elle avait voulut être la cheffe, si elle le mettait dehors, surtout avec un de ses alliés mort, elle avait une nouvelle chance de prendre cette place. Mais ce qui le dérangea bien plus, ce fut la réaction de l’hybride. Il avait été touché par la mort d’Hitomi, et s’était sentit assez mal, mais la voir sortir le corps sans gêne et nettoyer les taches qu’il avait laissé poussa son estomac à jouer au yoyo, et le fit pâlir bien plus qu’il ne l’aurait pensé.

"Oh non, mon dieu..."

Il s’endurcissait petit à petit devant les morts qui s’accumulaient depuis le début de ce voyage, mais là, la violence du meurtre, et le calme de la servante le choquait. Le temps que son estomac retrouve sa place initiale dans son ventre (et se décide à y rester), il eut la surprise de voir celui qu’il avait identifié comme le dragueur (mais dont il n’avait toujours pas retenu le nom) attaquer la dame au chignon. Le chef ne voulait pas, contrairement à lui, agir sous le coup de l’émotion. Bien que son rôle de chef ne lui plaise pas, les autres avaient voté pour lui en se basant sur ses réflexions, et son calme (enfin, c’est ce qu’il avait toujours pensé), et il aurait été stupide de ne pas leur donner ce qu’ils attendaient (toujours selon lui). Il fit un rapide tour de la salle du regard. Morelia avait toujours été la plus spontanée, et déjà le jour précédant, il l’avait trouvé un peu trop rapide. Mais ce qui la rendait bien plus suspecte à ses yeux, c’était l’hybride, qui suivait ses ordres spontanément, comme si elles travaillaient ensemble. Mais dans le duo, aucun doute que la tête pensante était Morelia. Parmi les autres, il n’avait rien remarqué de très suspect, pour l’instant du moins. Il leur laissait le bénéfice du doute. Il se tourna donc vers Morelia, pour se défendre face aux accusations qu’elle avait lancées.

" Il a raison. Tu as perdu l’élection, et tu te mets ensuite à attaquer immédiatement celui qui a pris cette place, sans même la vouloir. Je n’ai pas put empêcher la mort d’Hitomi, mais tu prétends que tu aurais pût mieux faire? Ce qui est arrivé à cette pauvre fille est affreux, mais je ne l’ai pas tuée. De plus, je te rappelle qu’elle était un de mes soutiens hier. Qui tire le plus avantage de sa mort dans l’assemblée, surtout en cas de nouveau vote? Sûrement pas moi. Et je ne parle même pas de votre sang froid, à toi et ta servante araignée qui te suit dans toutes tes décisions. Comme par hasard d'ailleurs. "

Il s’arrêta un instant, pensant sa décision. Dans le contexte dans lequel ils se trouvaient, une parole mal placée pouvait le tuer, et un mauvais vote, le condamner. Même après réflexion, la seule personne qu’il ne voulait plus voir dans cette pièce, c’était Morelia. Sans elle, sa servante se mettrait peut être à réfléchir toute seule. Voter pour la personne qui vous accuse… Mais il ne voyait pas comment faire autrement, il n’allait pas non plus se laisser faire aussi facilement, il ne la laisserait pas les manipuler.

« Je pense aussi que pour le bien de tous, c’est toi, Morelia qui devrait nous quitter. Je ne te laisserai pas tuer une autre personne innocente. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ujishige Tada
Invité
avatar
Ujishige Tada
Dim 23 Oct - 6:58
Le bal des meurtres continuait. Et ce n'était pas pour plaire à Tada, chaque personne en moins augmentait ses propres chances de finir en Kebab, et inutile de dire qu'elle ne le souhaitait pour rien au monde. Inutile de se barricader dans sa chambre, ça n'avait sauvé personne à ce jour, impossible de se barrer à cause du génie qui avait organisé cette fête au milieu de nulle part et aucun moyen d'espérer l'arrivée des secours. Elle commençait à sérieusement envisager le saut de l'ange en bas d'une falaise, qui sait, la neige pourrait amortir sa chute? Et puis mourir d'une telle chute serait sans doute moins dangereux que faire face à la saloperie qui rodait parmi eux. Entre les anciens militaires, son contact qui avait fait partie des maudits Navy SEALS et les quelques fondus d'arts martiaux qui avaient un jour peuplé ce chalet, si aucun n'avait réussi à faire face à ce qui rodait ici, personne ne le pouvait. Ça ressemblait presque à une mauvaise blague, et trouver un cadavre dans le salon était tout sauf de bon gout.

dieu savait qu'elle en avait tué des gens, personne qui ne l'ai mérité amis quand même, et elle ressentait une sainte horreur à la vue du cadavre. C'était de la sauvagerie pure et dure, le genre de saloperie qu'on ne voit que dans les documentaires ou bien des ces torture porn dont semblaient se délecter nombre d'adolescents qui se prenaient pour des rebelles. Sérieusement, il ne manquait plus que des petits morceaux disséminés dans toute la pièce et le tableau était complet. Elle en venait presque à souhaiter que ceci ne soit qu'un grosse vanne et que les morts faisaient la fête dans un autre chalet en se payant leurs mouilles diffusée sur écran HD comme dans un genre de téléréalité tordue. Elle sentit un frisson lui parcourir l'échine, impossible de savoir qui était vraiment qui, comme dans les pires moments de sa carrière. Elle qui avait choisi le terrain pour le dépaysement et l'action, elle n'avait jamais été aussi bien servie que ces derniers jours. Si seulement il y avait un fusil planqué quelque part, un lance-flamme même, elle était prête à prendre une cuillère en main si cela avait eut la moindre chance de la sauver.

Et voilà que le bal des pleureuses recommençait. Madamme Morelia en tête avec sa suivant servile et obéissante, l'alcoolique et son esprit de contradiction et leur nouveau chef qui défendait bec et ongle sa nouvelle position, il parlait même de réélection, comme si tout cela avait une quelconque importance. Les gens avaient vraiment des priorités tordues. Quel bande de crétins. Ujishige sut que tout était fini à ce moment précis, qu'elle allait y passer comme les autres dans une flaque de sang poisseuse et répugnante. L'abruti qui avait choisi cet endroit allait recevoir une visite suivi d'un squat permanent de la part de son fantôme, c'était le moins que l'abruti qui avait créé l'univers puisse faire pour elle après tout ce merdier.


-Que tout le monde garde son calme s'il vous plait. Si nous commençons à nous entretuer nous n'allons faire que faciliter la tâche à ce qui rode dans les environs. La question n'est pas de savoir qui est le fautif, ce n'est peut-être même pas l'un d'entre nous.

Bon les chances étaient minces, mais elle gardait un souvenir des plus vivants du récit "dix petits nègres", et elle n'allait pas se faire pigeonner comme une débutante. Cette folie n'était profitable à personne et surtout pas à l'ambiance générale.

-Il nous est impossible de décider de tout ça de manière partiale, et même si elle nous as tous abandonné, je vais m'en remettre à la chance.

Elle farfouilla sous la table du salon et extirpa un jeu de société dont elle tira un dé à 6 face. Son lancé serait son vote, elle attribua mentalement un numéro à chacun et fit son lancer. Un 5.

-Désolé Alexender. Rien de personnel.

Ils mettraient ça en épitaphe sur sa pierre tombale.

HRP:
 
Ujishige Tada
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Dim 23 Oct - 23:08
Déjà qu'il avait beaucoup de mal à dormir, Rouselin su qu'il ne pourrait plus fermer l'oeil après ce matin.

En se levant et voyant l'horreur et la désolation que le cadavre de cette pauvre fille offrait à leurs yeux, il sentit comme un haut-le-coeur lui prendre aux tripes. C'était juste... insupportable et il dut aller à s'isoler un peu plus loin pendant que l'étrange dame araignée s'occupa du corps comme s'il s'agissait d'un simple détritus. Elle n'avait donc aucun coeur!? Sans parler du fait de pouvoir manipuler un corps en si terrible état dans une totale impartialité. Cela le dépassait. Il ne sut si c'était son impartialité ou celle de cette femme qui l'avait intimidé la veille qui le rendait mal à l'aise. Sans doute les deux.

Et elles désignaient celui qu'ils avaient élu comme chef la veille...

Le renard reporta son regard vers le concerné en fronçant les sourcils puis ensuite vers l'autre homme qui souligna la froideur des deux femmes. Dans le fond, il n'avait pas tort et il était vrai que leur comportement était plus que suspect, mais il ne lui faisait pas confiance à lui non plus. Sans surprise, il désigna la dame de glace comme potentielle coupable. Il se demandait néanmoins si ça ne couvrait pas aussi une certaine rancune... C'était difficile de faire la part des choses. D'un côté, cette femme était suspecte, mais de l'autre, cet homme aussi... Il fallait pourtant se décider...

Finalement, ce fut l'intervention du concerné qui le décida. C'est vrai... il avait raison. Rouselin ne voulait pas l'admettre mais il avait raison. Cette femme... était beaucoup trop étrange. Même s'il était déçu par leur chef, attristé de voir cette pauvre demoiselle morte si tôt, suspect vis à vis de cet homme frivole, il était obligé de l'avouer. Tout le monde était louche ici... Qui croire? Personne bien sûr. Mais dans le doute...

- Je... je suis navré... mais je ne peux pas laisser passer ça... madame...

Qu'on lui pardonne pour cet acte, mais il n'avait pas le choix. Il espérait du plus profond du coeur d'avoir fait le bon. Et si jamais ce n'était pas le cas, alors il se repentirait.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 24 Oct - 23:05
Alexender avait passé la nuit avec celle qui s'appelait Morelia. Elle n’était plus vraiment une étrangère après cette nuit. Muffet, dans un autre temps, avait passé une partie de la nuit avec le duo. Comme ça Alexender était sûr d'une chose : il n'avait rien à craindre des deux femmes. Elles étaient deux femmes tout ce qu'il y a de plus normal.

Arriva, le matin, un cadavre. Bah rien d’étonnant. La plupart des gens étaient partis dans leurs coins ce qui laissait pas mal de place au doute. Mais le plus étonnant était que Morelia avait fait mouche. Le chef n'avait pas l'air si étonné que cela de la mort de la jeune fille. Mais le pire était les arguments à venir.

– Mouais. En fait, bien qu'elle soit une femme, Morelia a raison. Tu as beau l'ouvrir, les résultats sont là. T'as été élu chef et on a un mort. Je pense que, oui, on pas pu faire pire comme résultat merdique. Et tes arguments sont à la hauteur de ta connerie. Tu as gagné avec plus d'un vote. Puis si vous êtes de pauvres petites demoiselles sans défense qui paniquent devant un cadavre c'est votre problème. La vie est une pute et des morts on peut en voir tout les jours !

Alexender s'approcha de la femme avec qui il avait passé la nuit.

– Si tu utilisais tes neurones deux secondes, si c’était elle qui avait tué quelqu'un elle t'aurait tué toi pour être chef comme tu le sous-entend. Tu dis que l'autre Shiva la suit aveuglément, mais on parle de la majorité qui te suit les yeux fermés ? T'es vraiment mauvais mec. Du coup je vote contre toi. Un chef aussi incompétent ne fera rien d'autre que tous nous tuer. C'est sûr et certain.

Mais bon de ce qu'il avait vu les votes étaient déjà joué. À croire que le tueur s’était déjà fait plein d'alliés. Fucking connard de tueur. Et l'autre écureuil incapable de prendre un partis. Alexender lui ferait payer. Il était rancunier comme un chacal.

– Je vais tous vous faire exploser la tête bande d'abrutis. Je ne vous laisserais pas toucher Morélia. Le premier qui la touche avec vos votes de merde, je lui remplis la tête de plomb.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mar 25 Oct - 0:20
La voix du chef avait permis de faire pencher la balance. Morelia était la condamnée, la femme dont on suspectait une double-vie – disons même un passif de meurtrière. Comme il l'avait annoncé Alexender ne put laisser passer une telle décision sans réagir. L'homme sortit une arme et tira sur celle qui avait voté contre elle – rancune personnelle. Ce jour-là trois êtres furent condamnés : Tada tuée par balle et les deux autres reclus à l'extérieur, condamnés à mourir de froid. Et aucun d'eux n'était un loup-garou.


Les règles

Morelia était une villageoise mais, surtout, elle formait le couple d'amoureux avec Alexander qui, lui, était un chasseur. De par son rôle le personnage a pu tuer un autre avant de mourir, à savoir Tada qui était aussi une villageoise.

Il est temps aux loups-garous de décider, cette nuit, qui sera mangé. Envoyez-moi un MP petits affamés !


Les participants

Madame Morelia ▬ Villageoise et amoureuse de Alexender, morte
Medjid Sherkâh
C. Muffet
Rouselin Roussel
Alexender Rammsteiner ▬ Chasseur et amoureux de Morelia, morte
Hitomi Hoshizora ▬ Sorcière, morte
Ujishige Tada ▬ Villageoise, morte
Erwin Meyer ▬ Chef




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Medjid Sherkâh
Shere Khan
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu

Sam 29 Oct - 18:25
Un. Deux. Et trois. Un splendide carnage comme apéritif, qui n'avait fait qu'augmenter son envie de passer à table. Il avait eu une frayeur, pourtant, lorsque l'autre albinos avait commencé à s'échauffer. Qui aurait cru qu'il avait apporté un flingue ? Enfin, quand bien même il savait tirer, il lui manquait la jugeote qui lui aurait permis de trouver la bonne cible… Au lieu de ça, une troisième gerbe de sang, qui lui avait échauffé les narines. Maintenant, il mourrait de faim, et ce n'était pas les chips dégueulasses et autres mets insipides qui allait lui apporter satisfaction.

Il avait fait mine de retourner dans sa chambre, pour sauver une dernière fois les apparences. Et, alors qu'il quittait la pièce, ses stupides mimiques cessèrent enfin, laissant place à son vrai visage : Un sourire carnassier, un regard de bête, une face déjà presque animale. Bordel, il n'aurait pas tenu une seconde de plus… Et, seul dans l'intimité de sa chambre, il abandonna ce foutu air civilisé qu'il s'était efforcé de garder durant toute la durée du séjour. Il sentait sa peau picoter, son pelage refaire surface. Ses doigts se plièrent, devenant des pattes, s'armant de griffes meurtrières. Il se sentait enfin devenir fort, invisible, surpuissant. Même ces manigances stupides d'humains ne pouvaient plus le toucher !

Il retournait dans les couloirs, attendait un instant les deux autres. Enfin, qu'ils viennent, qu'il ne viennent pas, il s'en foutait : avec six bras, il y aurait largement de quoi contenter tout le monde ! Les secondes passaient, et il se demandait quelle goût pouvait bien avoir l'hybride… L'idée de cette chair nouvelle excitait ses sens, et déjà, il ne tenait plus. Il sentait, de toute manière, l'odeur de ses complices approcher. Plus besoin d'attendre, maintenant : il avançait en direction du salon, puis de la chambre de l'hybride… Il poussait doucement la porte…

Et un dernier sourire déformait le visage de la bête tandis qu'elle se dirigeait vers sa dernière victime.
Revenir en haut Aller en bas
Rouselin Roussel
Le renard de la fable "Le renard et le corbeau"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Un RP. Je suis disponible pour un nouveau RP!

Sam 29 Oct - 22:42
Quelle horreur, tout ce sang!

Rouselin eut bien du mal à garder son calme durant cette scène. Ainsi donc, cet homme aux cheveux blancs fut armé, et il avait en plus une liaison avec la dame de glace qui leur avait tant posé de problèmes! C'était très étonnant mais le renard en fut bien plus choqué lorsqu'il sortit son canon qu'il crut un moment pointé sur la mauvaise personne. Mais non, heureusement que sa consoeur au pelage roux avait fait cible pour eux, épargnant ainsi un deuil inutile. Mais tout de même, quelle barbarie! Le renard préférait largement le travail propre et bien fait.

Quand l'homme masqué repartit dans sa chambre, Rouselin s'autorisa une remarque envers la femme araignée;

-C'est une terrible tragédie... j'espère qu'elle ne vous empêchera pas de dormir, vous risqueriez d'être tendue.

Et Dieu sait à quel point il préférait la viande tendre. Sur un dernier sourire sympathique, il souhaita une bonne nuit à la femme araignée et répartit dans sa chambre. Les doigts posés sur sa bouche et un air perdu, il se demanda comment il allait occuper sa soirée jusqu'à l'heure du repas. Peut-être proposer une partie d'échecs, mais il doutait que les personnes encore vivantes dans cette maison acceptent de lui tenir compagnie. Rien qu'une bande de sauvage!

Quand enfin l'heure arriva, son corps changea d'un simple petit renard à celle d'une bête sanguinaire. Rien n'avait vraiment changé; si ce n'est la taille et la couleur de son poil devenu foncé. Ah, et peut-être son sens des civilités qui avait disparu au profit d'une faim féroce. Se déplaçant à quatre pattes, il s'approcha à son tour de la porte où se situait leur prochain dîner, constatant qu'il n'était pas le premier arrivé. La porte déjà ouverte est son cher compère au masque au taquet.

Aahh... il allait avoir le droit aux restes s'il traînait trop. C'est ce qu'il aimait le moins.



Renardeau découvrant la vie ~
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Dim 30 Oct - 12:15
Erwin resta immobile le temps que ses deux compagnons et leur victime ne retournent dans leur chambre, avant de se laisser aller à un rire nerveux. Bon sang, c’était pas passé loin ce coup-ci. Les votes contre lui lui avaient déjà mis la pression, mais quand il avait vu l’albinos sortir son flingue, il avait pensé sa dernière heure venue. Il avait eu beaucoup de mal a gardé son calme en voyant ça, la pression étant retombée instantanément.

Il avança doucement jusqu’à la fenêtre, et vit le couple dehors, tremblant de froid. Ils ne leur restaient surement plus très longtemps à vivre maintenant. Un large sourire apparut sur le visage de l'inventeur. Qui était « l’autre incapable » manipulable au final? Qui était le plus mauvais des deux? Celui qui mourrait dans le froid pour une femme ou celui qui allait faire un festin ce soir, et rentrer chez lui une fois la tempête levée? Un chef incompétent… Son poste avait permis d’entrainer la victoire des siens, et sans un mort, on avait vu des bilans moins glorieux non? Qu’est ce qu’il aurait aimé pouvoir passé ses nerfs sur cet orgueilleux, mais le voir grelotter dehors était déjà une belle victoire. Il se retourna vers la salle, où trônait encore le cadavre de la pauvre Tada. Il n’était pas vraiment du genre sentimental, mais elle les avait bien aidés aujourd’hui, il lui ferma donc les yeux, et la sortit, avant de la poser contre le mur. Le froid la conserverait si ils en avaient besoin plus tard.

Il rentra dans la maison et ferma vite la porte. Il faisait bien meilleur dedans… Il lui restait un peu de temps avant la nuit, il retourna dans sa chambre, pour se passer un peu d’eau sur le visage. L’heure arriva enfin, et il retira ses gants, alors que ses mains se changeait en griffes. Il n’aimait pas vraiment sa transformation, il aurait préférer la contrôler complètement. Etre dépendant de l’heure ne lui plaisait pas. Par contre, la puissance qu’elle lui conférait était agréable. Tuer était devenu si facile… Avant ce matin, il ne s’était pas rendu compte de l’état d’Hitomi tellement cela lui avait semblé simple et agréable la veille. Il n’y pouvait rien, son instinct lui faisait prendre plaisir à massacrer des innocents. On ne lutte pas contre son instinct. On fait avec. Il se rendit dans la chambre de leur dernière victime. Il eut un sourire en voyant Rouselin, se rappelant ce qu’il avait dit à la petite araignée plus tôt dans l'après-midi. Il était le dernière arrivé, et ne perdit donc pas de temps, il n’allait quand même pas se contenter des restes! Il se lança dans le carnage à son tour.

Quand le dernier innocent les quitta, il ressentit une petite tristesse. Ca avait été tellement amusant… Les risques n’avaient fait que rajouter du piment à ce voyage, et ça lui manquait presque déjà. Sa partie humaine lui soufflait que c’était dangereux, qu’il devrait déjà être heureux d’être vivant, et ne pas avoir pris de balle, mais sa partie loup, plus joueuse, plus sanguinaire en redemandait déjà. Il reprit forme humaine pour contenir son instinct, mais il avait oujours du sang sur les mains. Décidement, Mark avait eu raison de lui proposer de faire ce voyage, ça avait été de belles vacances!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lun 31 Oct - 22:24
Les masques sont tombés et la victoire des loups-garous est complète !

C. Muffet était la Cupidon. Son cadavre a été retrouvé dans un magnifique costume de magical-girl pailleté.

Merci à vous tous pour cette partie même si elle fut courte. J'espère avoir l'occasion de rejouer une autre partie avec vous ou, qui sait, peut-être que quelqu'un d'autre se proposera pour être le prochain MJ. Félicitations aux vainqueurs qui peuvent sabrer le champagne !


Les participants

Madame Morelia ▬ Villageoise et amoureuse de Alexender, morte
Medjid Sherkâh ▬ Loup-garou
C. Muffet ▬ Cupidon, morte
Rouselin Roussel ▬ Loup-garou
Alexender Rammsteiner ▬ Chasseur et amoureux de Morelia, morte
Hitomi Hoshizora ▬ Sorcière, morte
Ujishige Tada ▬ Villageoise, morte
Erwin Meyer ▬ Chef, loup-garou




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: Le reste du monde :: De l'autre côté du miroir-
Sauter vers: