Mi-août 6. La contrée de fer - Seconde partie

 :: L'Europe :: Roumanie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Sam 22 Oct - 21:20

Pratiquement dissimulé par les bois environnants, vous pouvez tout de même apercevoir le toit du manoir qui se dissimulait derrière de hautes murailles. Chance pour vous, vous aviez rapidement constaté que le portail n'était pas fermé à clé. Si des habitants il y avait encore au sein de cette bâtisse ils ne s'attendaient pas, visiblement, à de la visite. Il vous suffira de pousser le portail pour entrer de plein pied au sein des jardins entourant le manoir. Vous pouvez même percevoir des bruits dont vous ne définissez pas immédiatement la provenance. Une présence humaine ou plus... mécanique ?


Les règles

• Vous vous trouvez donc devant ce bâtiment. Libre à vous de vous infiltrer dedans comme vous le souhaitez et de mener vos investigations. Le MJ interviendra pour mener des apparitions de PNJs et apporter quelques surprises. La carte vous servira à repérer. Comme pour le premier tour vous pouvez contacter un membre du staff pour demander si certaines actions sont possibles afin d'avancer votre post. Bon jeu !

• Ce RP concerne C. Muffet et Kay Sokolov. Si vous souhaitez rejoindre le groupe demandez-le à un des membres du groupe !





©️ Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Ven 28 Oct - 0:24

Kay avait donc collaboré avec l'hybride tout droit venu de Scandinavie. Elle avait réussi à convaincre le Russe qu'elle était une hybride directement au service de la Keisarinna. Kay avait donc partagé les informations qu'il avait trouvé dans les sous-sols de l'asile en Roumanie.

Kay avait senti une présence. Il n'aurait su dire si c'était un ennemi ou non. Mais il savait que lui et Muffet étaient suivis. Le duo en avait parlé à voix basse. L'hybride était d'accord avec la vision du Russe. Du coup c'est en cachette que le duo avait lu et partagé leurs informations. Des informations qui parlaient d'un manoir à la frontière de la Transylvanie et des expériences possibles sur des êtres de magie. Kay avait bien vu que ces informations avaient bien plus d'impact sur l'hybride que sur sa personne.

Kay avait proposé à Muffet de se mettre en route. Un long chemin les attendait. Ils devaient rester le plus discret possible. Dans l'idéal s'ils pouvaient semer cette personne qui les suivait, ce serait un gain pour eux.

Quelques jours plus tard le duo se trouva au lieu indiqué. Par contre l'individu qui les filait avait bien entamé la jauge de nervosité du Russe qui n'avait pas lâché sa hachette de la main.

Un grand portail se dressait maintenant devant eux. Kay poussa pour constater que le portail n'était pas fermé, s’entrouvrant légèrement dans un grincement lugubre.

Le lieutenant haussa les épaules en invitant son compagnon à entrer. Mais au même moment d'autres bruits métalliques se firent entendre. Kay tenta de se concentrer pour savoir d'où ils venaient.

— Le jardin n'a pas l'air vide. J'ai entendu des bruits métalliques qui se rapprochent. On devrait se dépêcher d'entrer dans le manoir, à moins que tu aies envie de visiter le jardin en premier ?

Kay ne savait pas ce qu'il y avait dans ce jardin. Mais il se tenait prêt à réagir à grands coups de hache s'il le fallait. L'ex-flic restait sur ses gardes.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Dim 30 Oct - 2:41
Plusieurs jours de marche intense et j'en viendrais presque à apprécier mon partenaire. Il ne communique que pour les informations vitales - comme par exemple l'endroit où l'on va, ou le fait que nous soyons suivis - ce qui change agréablement des conversations forcées que j'ai d'habitude avec les personnes qui m'accompagnent en mission.

Cependant, je le sens tendu. Et je ne vais pas me mentir, je le suis aussi. Je sais pertinemment que nous sommes suivis et j'ai en plus la désagréable impression que c'est par une présence familière. Mais qui? Tout personne qui me connait un tant soit peu saurait que je déteste être suivie, considérant même ça comme une forme d'agression.

Le bruit du portail qui grince me ramène au présent. Il est temps d'entrer dans l'enceinte du manoir. La bâtisse semble bien plus grande que l'asile et surtout bien mieux entretenue. Les longs jardins qui la bordent semble d'ailleurs être de parfaites cachettes en cas de problème, ce que je note mentalement. La mission ne me semble pas si dangereuse au premier abord, tant que l'on évite la porte principale et les pièges qui doivent sûrement nous attendre.

Seulement, comme toute mission dans ce fichu pays, les choses deviennent rapidement compliquées lorsque j'entends le même bruit que Kay. Je reconnais immédiatement le cliquetis des griffes sur le sol. Des chiens.

"Ce sont des chiens. Probablement androïdes eux aussi, d'où le bruit métallique."


Je me décale un peu pour avoir une meilleure vue et immédiatement, j'aperçois les canidés en question. Cinq chiens massifs aux pattes parfois métalliques qui se dirigent dans notre direction. Il va falloir agir et vite.

"On a pas le choix, vu la direction du vent, ils nous ont sûrement déjà sentis. Il va falloir s'en occuper. Je vais tenter d'attaquer avant eux pour leur faire peur."


Un plan qui sonne bien, en théorie.

D'un mouvement souple, je passe le portail et court en direction des chiens, toutes dagues dehors. Sans attendre leur réaction, j'effectue une roulade et me jette en avant. Si le premier chien peine à réagir et écope d'une légère estafilade sur le haut d'une patte, ses compagnons n'attendent eux pas une seconde et se jettent sur moi. Je parviens à esquiver leurs crocs avec des pirouettes, mais me vois néanmoins rapidement contrainte de reculer. Pire, cette attaque semble avoir excité le groupe en cruel manque de bon sport.

Ugh, vive la théorie, mort à la pratique.
Revenir en haut Aller en bas
Ujishige Tada
Invité
avatar
Ujishige Tada
Mar 1 Nov - 14:26
Encore un imprévu, un de plus.

Tada sentait son sang s'échauffer et ses dents se serrer à chaque fois que ses yeux se posaient sur Muffet. Cette petite garce était un traitresse. La Keisarinna devait même être au courant. Que valait une alliance si ses membres partaient faire ami ami avec ceux d'en face à leur bon vouloir. Cette alliance n'était pas approuvée par le Japon, à quoi jouaient les scandinaves? La ninja détestait se qui se passait ici. Impossible de mettre les yeux sur les documents avec ces deux là. Ils n'étaient pas des bleus, loin de là. Inutile de s'essayer à une attaque éclair, car l'attaque surprise était proscrite. elle restait invisible pour le moment mais elle savait qu'elle avait été repéré, une ombre parmis les fourrés, à bonne distance, ne cessant sa veille que pour de courte nuits. Elle commençait à fatiguer et à sérieusement avoir envie de rentrer. Mais tout cela était trop important, il serait déshonorant d'abandonner.

Visiblement, le voyage touchait à son terme. La battisse était un nouveau monstre typiquement européen, avec sa pierre froide et peu accueillante, il ne manquait plus que les éclairs et une petite musique angoissante et on se retrouverait en pleine scène de théâtre macabre. L'espionne savait que sa poursuite touchait à sa fin, elle n'avait plus qu'à attendre que ces deux là se fatiguent à sa place pour avoir ce qu'elle voulait. Elle s'accroupit derrière le coin d'une battisse, observant les deux individus qui observaient la cour intérieure, difficile de dire ce qu'était les créatures qui la peuplait, cela semblait plus machine qu'animal et pas très gentil, des chiens, ou des loups peut-être. Voir pire, qui savait quel genre de diablerie avait eut lieu ici? Cela était fâcheux, jamais ces deux là ne serait assez stupides pour...

Voilà que l'hybride décollait à la charge, il ne manquait plus qu'un petit cri héroïque et la scène aurait eut sa place en tableau. L'espionne était médusée, visiblement la sauvagerie était une chose innée pour les habitants du nord, fussent-ils assassins ou guerriers. Cela posait en tout cas problème, car les créatures mécaniques feraient un quart-d'heure fort goutu de la jeune fille si personne ne venait à son aide. L'espionne se devait d'agir pour l'intérêt même des informations dont elle avait besoin. Sa main droite passa dans son dos, serrant fort la poignée du ninjato, pendant que l'autre attrapait un shuriken, inutile d'espérer tuer un de ces monstres avec, de toute façon cela restait une arme de distraction. Derrière son masque, un petit sourire s'esquissa, elle allait enfin pouvoir se changer les idées. Elle ne comptait pas cependant faire la même erreur deux fois, quitte à griller sa couverture envers Kay, autant ne pas se recevoir un coup de hache dans l'opération. Soulevant brièvement son masque au niveau de la bouche, elle poussa un sifflement bref mais strident pour annoncer son arrivée. Après tout, il lui restait un espoir de ne pas se griller officiellement en ne laissant pas sa voix résonner.

Elle sortit des buissons une fois son masque rabattu et elle se précipita vers l'entrée, ignorant totalement Kay pour se concentrer sur son objectif. Armant son bras gauche, elle avisa un chien particulièrement vicieux qui tentait de contourner la scandinave. Si cette vieille carne robotisée pensait lui faire du mal, elle était mal barrée. Son bras se tendit en un éclair, propulsant le projectile aux lames effilées droit vers sa cible, malheureusement, la cible était loin et le shuriken se mit à dévier. Tada réprima un juron et vit son arme fendre les airs pour érafler le chien, lui provoquant une estafilade sans conséquence. C'est alors qu'elle entendit le grognement de la bête. Visiblement le groupe s'excitait, pas le temps pour un autre tour de passe passe ou une distraction, elle se mit en position de combat, prête à dégainer son ninjato et à trancher d'un même mouvement tout canidé trop hardi.


*Vous pouvez venir monstruosités! Je vous attends!*

La sainte horreur que lui inspirait les créatures se teintait de haine. Cette perversion éhontée des lois de la nature était ce que le monde occidental avait de pire à offrir. Elle avisa Kay dans la périphérie de sa vision avant de retourner à son attente de la charge à venir, qui pouvait savoir quelles implications avait la France dans cette affaire.
Ujishige Tada
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mar 1 Nov - 15:00
Les aboiements se font de plus en plus nombreux et, surtout, vindicatifs. Ces chiens veulent vous mordiller les jambes et sûrement pas pour jouer. Le vacarme retentit au sein du bâtiment mais les quelques personnes y résidant haussent les épaules. Les chiens doivent chasser un écureuil ou toute autre bestiole. Après tout il n'y a pas eu de cri humain.

Cette absence de prudence vous empêche de voir débouler la sécurité. Les chiens, de leur côté, sont sur le qui-vive, vous surveillant sans oser se lancer à vos trousses. Ils montrent leurs babines et grondent espérant que vous allez déguerpir. En soit il ne vous faudrait que quelques minutes pour atteindre le manoir. Le risque en vaut-il la chandelle ?


Les règles






©️ Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Mar 1 Nov - 20:02

Des chiens androïde. La Roumanie avait réussi à rendre plus dangereux les chiens de garde. Mais Kay supposait que comme tout androïde ils avaient un énorme point faible. Leur retirer leurs prothèses devait les tuer sur le coup.

Le Russe n'avait pas eu le temps de savoir si son compagnons d'infortune avait cette information ou non. Les chiens étaient proches. Et Muffet eut un très bon réflexe : attaquer la première. Malheureusement une tentative ratée qui ne fit qu’exciter la meute.

Kay avait commençé à monter sa main munie de sa hache quand, sortie de nulle part, il put enfin voir la personne qui les suivait depuis l'asile. Cela tombait plutôt bien. Il avait des chose à lui dire en face à face. Surtout qu'avec un physique pareil, Kay l'avait de suite reconnu. On ne voyait pas tous les jours des hybrides de ce type dans ce coin du monde.

Elle aussi tenta une prestation qui ne fut pas couronnée de réussite. Tout ça pour cela ? Même pas un mot sur la raison de cette trahison. Car oui suivre un allié en se cachant de la sorte ne pouvait en rien être bien vu. La seule chose auquel le Russe eut le droit fut un bref regard.

Mauvais souvenir encore trop présent en lui de la situation à l'asile, bon bah même résultat. Kay donna un grand coup de hache dans le vide mais qui frôla l’ambassadrice japonaise.

Kay en avait plein le cul. Il aimait le terrain certes mais pas d’être pris pour un con. Tout en lançant un regard noir à la Japonaise Kay s'approcha de Muffet et lui tendit sa hache qu'elle prit sans un mot.

Kay se mit à faire un sprint très court afin que sa jambe droite prenne de l’élan pour donner le sacré saint coup de pied du Russe qui tapa en pleine cage thoracique du chien le plus proche. On avait même pu entendre quelques côtes se briser alors que le chien alla s’écraser contre un autre plus loin.

La meute regarda les deux chiens qui avaient été victimes du Russe avant de fuir à toute vitesse, celui ayant pris le coup traînant de la patte. Kay retourna près de Muffet pour reprendre sa hache.

— C'est comme ça qu'on fait chez nous en Russie.

Kay avança passant devant l’ambassadrice du Japon et s’arrêta à son niveau.

— C'est Tada c'est ça ? Enfin peu importe. T'es l'ambassadrice japonaise ? Chez nous on ne se cache pas de ses alliés. On ne les suit pas sur des kilomètres sans aucune raison ou explication. Je parlerais de tout ça à Ronce de France qui en touchera sûrement quelques mots à ton empereur. Mais pour moi depuis le moment où tu m'as suivis sans rien dire et sans raison apparente, tu n'es qu'une traître, une ennemie.

Kay invita Muffet à le suivre. Il avançait en direction de la grande porte principale.

— Et mes ennemis j'ai pas l'intention de rester en leur présence. Alors je te conseille de repartir d’où tu viens.

Laissant Muffet donner son avis si elle le voulait Kay était arrivé à la porte et s’apprêtait à entrer.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Jeu 10 Nov - 17:05

Ce que je n'aime pas avec l'imprévu, c'est qu'il empêche toujours de faire un travail propre. Et ce n'est pas la japonaise qui va me faire dire le contraire.

Se révélant enfin pour une surprise définitivement décevante, elle lança un shuriken qui dévia dangereusement pour finir par érafler un chien. Le résultat fût immédiat : la meute se mit à aboyer avec véhémence, trahissant l'excitation malsaine des canidés.

Et avant même que je ne puisse faire le moindre commentaire sarcastique (je soupire tout de même un "Tada..."), le Russe décide d'intervenir lui aussi. D'un pas décidé, il s'avance vers les chiens, donne un grand coup de hache dans le vide à côté de l'hybride écureuil, me confie ladite hache et donne un coup de pied à un chien qui le propulse sur le nouveau continent. J'approuve d'un hochement de tête, avant de lui rendre sa hache et d'écouter ce qu'il veut dire à la japonaise.

J'ai beau être moins remontée que lui envers la japonaise, je n'en suis pas moins d'accord avec ce qu'il dit. Le comportement de celle-ci était déplacé, montrant une absence de professionnalisme incompatible avec la position que celle-ci occupe. Je me contente donc d'ajouter un : "Malheureusement, je ne peux qu'approuver." avant de suivre le russe en direction de la porte.

Arrivée à hauteur de celle-ci, je fais signe à Kay d'attendre à la porte.

"Je vais vérifier qu'il n'y a pas de pièges qui nous attendent."

Et je me faufile à travers la porte entrouverte.

Le spectacle qui m'attend est plutôt classique. C'est un hall de manoir on ne peut plus banal qui se trouve devant moi, avec une multitude de portes sur les côtés. Je tente de repérer des pièges, mais il semblerait que les hôtes de ces lieux ne s'attendaient pas à recevoir de visiteurs, puisque le hall est vide de toutes mauvaises intentions.

Je fais donc un signe à mon compagnon d'aventure lui signifiant que le chemin est sûr avant de reporter mon attention sur l'une des portes. Et c'est à partir de ce moment-là que tout part en vrille. En m'avançant en direction d'une porte à gauche de l'entrée, j'échoue à m'apercevoir d'une flaque d'eau présente sur le sol trop brillant de propreté (elle était sûrement le résultat d'un coup de serpillière un peu négligent). Et, alors que j'allais poser mon oreille sur la porte pour tenter de d'entendre quelque chose, je glisse.

Par réflexe, je me retiens contre la porte de mes deux bras libres. Première erreur. Le choc cause un bruit qui - même s'il n'est pas monumental - a tout de même le mérite de réveiller les oiseaux présents dans la pièce en face de moi.

Un bruit retentit, suffisamment lentement pour que je puisse réagir. La porte présente de l'autre côté du hall s'ouvre. Je commets ma deuxième erreur en tentant d'ouvrir la porte, dans l'espoir de pouvoir me cacher derrière celle-ci. Elle est fermée.

Il ne me reste donc plus que la fuite. Je fais signe à Kay de se cacher et pique le sprint de ma vie. Manquant de trébucher plusieurs fois à cause de mes pieds glissants, j'arrive néanmoins tout de même à longer le mur et me cacher derrière le premier repli qui se présente, en tournant à gauche dans un couloir. Par chance, je ne croise absolument personne et il semblerait que la personne qui a ouvert la porte ne m'ait pas vue.

Remerciant les dieux pour cet échappatoire discret, je n'oublie pas néanmoins mon collègue caché derrière. Le plus discrètement possible, je jette un coup d’œil furtif au hall que j'ai laissé derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeu 17 Nov - 18:49
La porte de la salle 2 finit par s'ouvrir complètement sur un scientifique qui lève un sourcil intrigué à la vue de Kay demeuré sur le pas de la porte d'entrée. Les croassements des corbeaux commencent, doucement, à s'apaiser sentant que le danger s'est éloigné d'eux. Ce qui n'empêche pas le scientifique de faire un pas vers Kay, une main posée près du mur.

« Que faites-vous ici ? Si vous êtes venu sans autorisation je vous prierais de partir sur le champ ! »

Il lève un index sentencieux vers Kay.

« Si vous usez de la violence j'en userais aussi ! »


©️ Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Mar 22 Nov - 21:09
dé:
 


Alors que la porte se fermait derrière Muffet, le Russe avait jeté un dernier regard à la deuxième hybride imprégnant ce qu'il voyait dans sa pupille droite. Il était dans le bâtiment sans trop de tracas. Enfin jusqu'à maintenant. Car Kay vit l'hybride commençait à fouiller de son côté. Pourquoi pas ? L'ex flic lui avait plutôt tendance à regarder le cadre dans lequel ils venaient d'entrer. Allez savoir ce que ce bâtiment leur réservait. Kay avait l'habitude d’être prudent :déformation professionnelle.

Du moins c’était ce que Kay se disait. La réalité était légèrement différente. Une fois les lieux repérés depuis son entrée dans le manoir, Kay aperçut l'hybride scandinave essayait d'ouvrir une porte . Essayait été bien le mot, car Kay se demandait comment avec autant de bras et de doigts si fins elle n'avait pas réussi à, au moins, crocheter la serrure.

L’échec de la jeune hybride fit soupirer Kay. Non pas pour l’échec en soi, mais plutôt à cause des réactions qui avaient suivi. L'hybride était parti se cacher sans un mot, laissant le Russe sur place. Mais cela ne s’arrêta pas là sinon la situation ne serait pas si drôle. Un homme sortit d'une des portes à la droite de Kay. Et le dit homme ne manqua pas de voir Kay qui n'avait pas bouger d'un pouce. L'homme lui fit remarquer qu'il était dans un lieu interdit au public.

— Je suis… ton père ?

De la police ? C'est ce que l'ex lieutenant russe aurait du dire. Mais le cumul de ce qu'il avait subi depuis l'asile l'empêcha de formuler la moindre pensée. Un blanc pesant s’installa en quelques secondes. L'homme du manoir avait l'air d'avoir compris qu'il avait bien un intrus face à lui. Il se retourna pour se diriger, à nouveau, vers la porte d'où il était arrivé.

Mais Kay n'allait pas laisser griller sa couverture aussi facilement. Le Russe serra sa hache dans sa main et commença à courir en direction du garde pour lui donner un gros de coup de pied dans la cuisse gauche.

— Police !

Oups réflexe. Mais le garde, bien que stoppé dans sa démarche, s’apprêta à crier, sûrement, à l'aide vu la situation. Mais ce n’était toujours pas une option envisageable pour le Russe qui serra la hache dans sa main droite. À peine son pied gauche toucha le sol que Kay donna un grand coup de hache dans la gorge, plantant la lame juste en dessous de la pomme d'adam.

Le sang coula alors que l'homme n'avait pas mis une minute avant de mourir avec une telle blessure.

— Bonne nuit fiston. Au moins on seras tranquille pour le moment. Mais pourquoi il a fui cet idiot. Il m'a obligé à le tuer tsss. Me faut une bonne clope et vite.

Kay fouilla le corps de l'homme mais aucune cigarette sur le cadavre. Mais bon avec le sang qui coulait sur le sol cacher le corps était inutile. Les autres gardes allaient s’apercevoir de la présence des taches de sang. C'est pour ça que Kay, en faisant bien attention de ne pas marcher dans le sang, traîna le corps jusqu'à la porte d'entrée.

Peut-être qu'ainsi il gagnerait un peu de temps si le corps était découvert. Peut être que les gardes penseraient que l’intrus était dehors et non dans le manoir. Falsification des preuves. Chose qu'il avait souvent connu dans son boulot de flic face à tous les corrompus. Enfin une fois cela fait Kay alla rejoindre Muffet et l'endroit où cette dernière s’était caché.

— Problème réglé, mademoiselle la gaffeuse.

Kay avait dit cela pour la taquiner en posant sa hache sur son épaule. Mais bon il était loin d'avoir eu les informations sur le motif de leur venue. Kay tenta d'ouvrir la porte qui était à côté de lui avec sa main libre, mais en vain. Encore une porte fermé.

— Saletés de portes roumaines à toutes être fermées.

Kay donna, à nouveau, un grand coup de pied au niveau de la serrure qui fit ouvrir la porte dans un fracas de tous les diables. Mais à peine Kay avait, encore une fois, dit son « police ! » qu'une horde d'oiseaux se mit à sortir par la porte ne laissant pas Kay voir ce qu'il y avait à l’intérieur de la salle.

— Hey Muffet ça va de ton côté ?

Kay n'entra pas dans la salle. Il se méfiait de ce qu'il pouvait s'y trouver. Mais il pouvait apercevoir des animaux dotés d'appendices métalliques comme les chiens dans le jardin. Des tortues et des singes androïdes, voilà ce qu'il pouvait apercevoir.

— Tu en penses quoi ? Apparemment ils se sont bien amusés à faire des expériences bien louches dans le coin.


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Mer 23 Nov - 23:15
Médusée. Je crois que c'est le mot qui décrit le mieux l'état dans lequel je suis. En moins d'une minute, je viens d'assister à la pire défense verbale de tout les temps et à la meilleure réponse armée qu'il soit. Impressionnant ces policiers russes.

Et moqueurs aussi. Je prends mon nouveau surnom avec une grimace de mécontentement, peu fière de mes performances. Il est rare que j'enchaîne autant de ratés dans une mission, particulièrement quand mon partenaire - lui - réussit tout ce qu'il entreprend.

Enfin, presque tout. Kay semble avoir du mal avec une porte qu'il tente d'ouvrir. Avant même d'avoir le temps de lui proposer un coup de main, il défonce celle-ci d'un coup de pied aussi violent que celui infligé au chien de tout à l'heure. Et immédiatement, une volée d'oiseaux sort de la pièce.

Par réflexe, je me jette au sol et esquive de pas grand chose la volée d'oiseaux qui jaillit de la salle, accompagnée de cris d'animaux terrorisés. J'attends quelques instants que la tempête passe avant de répondre à mon partenaire quelque peu inquiet : "Je n'ai rien."

D'un geste prompt, je me lève et examine la pièce devant moi avec intérêt. Des animaux en cages peureux m'observent d'un oeil inquiet, tous présentant des membres ou des parties de leur corps changés, métalliques. Et c'est en m'approchant d'eux et en écoutant mon partenaire qu'une réalisation soudaine me frappe et me fait me figer sur place pendant un bref instant.

"Je pense que nous verrons bien plus louche par la suite. Je viens juste d'y penser mais... nous savons qu'ils ont fait des expériences sur les hommes et les animaux. Peut-être ont-ils aussi commis ce genre d'atrocités sur l'espèce entre les deux. Les hybrides."

La pensée m'arrache un frisson. Devenir un monstre de métal dans le but unique de distraire des scientifiques fêlés. Je regarde Kay dans les yeux.

"Si c'est le cas, nous aurons besoin d'être sur nos gardes. Si leurs expériences sont... réussies, le résultat pourrait être très dangereux. Peut être plus que nous deux réunis."

C'est en repassant mon regard en direction des animaux que deux détails me sautent aux yeux. Sans hésiter, je m'approche du premier qui - comme je le pensais - s'avère être un kit de premier soin.

"Ça pourrait nous être utile.", lui dis-je en lançant le kit en sa direction, le laissant décider de ce qu'il veut en faire. "Il y a aussi un petit bouton blanc sous ce tableau. Est ce que je tente de le presser?"

Le policier russe approuve et je me dirige en direction du tableau. Par égard pour les animaux présents près de moi, je bouge leurs cages vers une zone plus sûre - ce pourrait être une bombe. Une fois cette tâche effectuée, je prends une inspiration, tends ma main et... la porte que je tentais d'ouvrir tout à l'heure s'ouvre, avec un léger grincement presque moqueur.

Je me retiens de me ruer sur celle-ci pour l'abattre à coup de poignards pour plutôt me tourner vers la troisième porte. Un simple mouvement du poignet m'indique que celle-ci est contre toute attente ouverte. D'un geste de la tête, je fais signe à Kay de me suivre. Misant sur la discrétion, je me faufile dans la pièce pour finalement m'apercevoir que celle-ci est déserte. Étrange.

D'autant plus étrange qu'après une fouille minutieuse de l'endroit, je découvre une belle liasse de papiers dans un tiroir. Au fur et à mesure de ma lecture, je tends les pages à mon partenaire pour qu'il puisse aussi les lire. Le contenu est inquiétant. Ce sont des compte-rendus d'expériences menées sur des animaux pour en faire des androïdes. Singes, tortues, chats, chiens, oiseaux et chevaux sont tous modifiés pour servir l'ordre militaire et seconder des unités (comme par exemple la cavalerie pour les équidés).

C'est la dernière page qui fait trembler mes mains. J'ai sous mes yeux une liste de noms suivis des mentions "échec" ou "mort du cobaye".
Cependant, le pire est à venir. Et il prend la forme du mot "fée" dans le titre. Toutes ces fées... victimes de ces fous... mortes en vain... J'ai dû mal à concevoir cette horreur. Surtout que certains de ces noms font écho dans ma mémoire. Je passe la feuille au policier en ajoutant d'une voix glaciale :

"Je vais ramener cette liste en Scandinavie. Quand elle aura vu ce document, l'impératrice rasera sûrement ce foutu pays. Ou je le ferais."

Puis, je tente d'ouvrir la prochaine porte, constatant avec déplaisir que celle-ci est fermée. La colère m'envahit, mais je reste disciplinée, préférant ranger trois de mes poignards et utiliser quatre de mes mains pour casser la serrure. Et celle-ci cède dans une volée d'échardes qui ne m'atteignent pas. Toujours avec une expression dramatiquement sérieuse sur le visage, je cède la place à mon compagnon.

"A vous l'honneur."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeu 24 Nov - 23:19
Au sein de cette salle se firent des mouvements – éclats de pelages et de plumages. D'autres animaux étaient enfermés dans des cages mais ceux-ci avaient conservé leur organisme dans leur forme d'origine. Ils devaient être entreposés là probablement en attendant de pouvoir passer sur le billard du chirurgien en chef. En sentant la présence de ces visiteurs impromptus un chien jappa, cri relayé et repris par ses compères qui se frottaient aux barreaux, espéraient attirer la pitié pour pouvoir sortir d'ici. Les yeux se tournaient vers Muffet comme si, par son hybridité, elle était plus proche d'eux et était la mieux placée pour ressentir de la compassion à leur égard.

Parmi les cages, dans un recoin plus dégagé, un piano trônait presque insensé au vu du décor qui l'entourait. Des compositions avaient été posées sur le piano, ouvertes à qui voulait les lire. En s'approchant de l'instrument on pouvait lire une note griffonnée dans la marge.

« Lorsque le clair de lune étincellera, alors la porte du palais s'ouvrira. »



©️ Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Dim 27 Nov - 11:36

L'hybride scandinave n'avait rien suite au bordel que les oiseaux avaient provoqué. Cela ne manquerait certainement pas à arriver à l'oreille d'au moins un garde. Enfin en toute logique. Si les gardes étaient trop occupés à faire autre chose cela n'allait pas le déranger le moins du monde.

Muffet avança, examinant la salle, alors que Kay regardait les cages des animaux androïdes. Du coin de l’œil il observait l'hybride La jeune femme aux nombreux bras lui lança un kit de secours que Kay rattrapa pour l'ouvrir afin de voir si il était complet ou non.

Kay repensait aux paroles de l’assassin. Profiter de la nature hybride mêlée aux capacités d’androïdes... Cela faisait froid dans le dos. Sûrement pas pour les mêmes raisons que Muffet, qui étant une hybride scandinave, la chose devait la répugner.

Muffet sortit Kay de ses pensées. Elle avait trouvé un bouton légèrement caché sous un tableau. Elle devait sûrement avoir peur d’être aussi ridicule qu'avec l'autre porte pour demander à Kay si elle devait appuyer dessus.

Kay fit un signe de tête pour lui dire qu'elle pouvait y aller sans aucun problème. Une porte s'ouvrit. Muffet alla voir ce qu'il y avait de l'autre côté. Le Russe ne rejoignit pas immédiatement l'hybride. Le grand gaillard approcha d'une première cage regardant le cadenas qui retenait la créature dans la cage.

Kay prit sa hache forçant légèrement sur le verrou pour le faire sauter grâce à la pression de la hache. La créature sortit. Kay fit de même avec chaque cage de la pièce. Les créatures sortirent toutes de la pièce, les unes après les autres, dans un vacarme de tous les diables, défonçant certaines portes.

— Bon ça c'est fait. Allons voir Muffy.

Kay arriva dans la deuxième salle. Quelque chose n'avait pas l'air d'aller. L'hybride avait l'air plus froide que les terres du nord de la Scandinavie. Kay comprit bien vite quand Muffet lui tendit la dernière page.

Les craintes de la Scandinave étaient donc fondées, du moins en partie. Des expérience avaient bien été réalisées sur des être de magie, sur des fées. Ls expérience avaient été loupées, mais la boucherie avait été commisse.

— Je ne sais quoi te dire. Je suis pas du genre sentimental à dire de belles paroles. Mais si tu as besoin de boire un coup pour te sentir mieux après tout ça on ira boire un coup. Par contre je veux bien te laisser ces papiers. Ça concerne plus la Scandinavie que la France ou la Russie. Mais j'aimerais que tu m'envoies une copie des papiers le plus vite possible que je montre cela à Ronce de France.

Kay avait bien pensé que si la Scandinavie voulait s'en prendre à la Roumanie elle allait devoir passer par le grand roux pédant ou la Russie. Kay ou Ronce pouvaient être un support auprès de ces deux dirigeants.

Muffet avait finit par ouvrir, de façon plutôt habile, la deuxième porte de la pièce. Kay était légèrement bluffé. Cela changeait grandement de la méthode de l'ex lieutenant.

— Merci pour l'invitation mademoiselle Muffy. Mais que dirais-tu de m'aider à ouvrir les cage des animaux avant ?

Le duo libéra la plupart des animaux mais sans pouvoir tous les libérer. Ils avaient fait trop de boucan. Kay avança jusqu'à la porte où il aperçut un piano avec une partition. Il y avait une note comme quoi il fallait jouer du piano pour trouver quelque chose.

— Hey Muffet tu sais jouer du piano avec tous tes bras ? Faut jouer et je suis aussi doué avec un piano qu'avec une discussion avec une tête couronnée.

Mais Muffet ne savait pas. Kay soupira et se lança posant ses gros doigts sur les touches blanches. L'homme se mit à appuyer sur une touche puis une autre sans regarder la partition. De toute façon il ne savait pas lire ce genre de chose.

Une porte se mit à s'ouvrir doucement alors que le Russe jouait.

— Hey, regarde, ça s'ouvre.

Mais Kay avait arrêté de jouer ce qui eut, pour conséquence, de fermer directement la porte qui s’était entrouverte.

— Il s'est passé quoi là, Muffet ? Tu as touché à quoi ?

Mais apparemment c’était dû au fait qu'il avait pas jouer jusqu'au bout. Kay lâcha un râle plaintif et se remit à jouer au hasard ce qu'il avait jouer avant. Et apparemment il réussissait. Comment ? Il en avait aucune idée mais cela avait parfaitement marché. Il était sûr que Ronce ne le croirait pas si il lui disait qu'il avait joué parfaitement du piano.

— On y va en même temps cette fois Muffet ? J'ai l'impression qu'il y a une machine bizarre qu'on peut voir d'ici.


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Mar 6 Déc - 0:58
Autant dire que je ne prête pas beaucoup d'attention à ce que je fais. Les cages s'ouvrent une à une et mon esprit vogue entre le document de tout à l'heure, la familiarité du policier et une idée pernicieuse. Et si toutes les fées n'étaient pas mortes? Si l'une d'entre elle était encore ici, attendant d'être mutilée?

L'appel de Kay m'ancre à nouveau dans le présent. Le piano? Je secoue la tête dans sa direction. Contrairement à une croyance populaire, avoir plus de bras ne vous donne pas un talent inné au piano. La preuve en est que le russe parvient sans aucun problème à résoudre l'énigme. Je dois avouer être bluffée. Cet homme est un vrai... je cherche une analogie pour une personne aux nombreuses compétences, mais n'arrive pas à en trouver. Tant pis.

Vient le départ. J'ai envie de quitter ce maudit endroit au plus vite, mais... l'idée empoisonne mon esprit. Que faire? J'hésite pendant quelques secondes avant de répondre à Kay.

"J'aimerais explorer l'endroit de façon plus poussée. Les documents que nous avons trouvé dans la salle précédente pourraient n'être qu'une petite partie du puzzle. Et... je préfère fouiller complètement cet enfer pour ne pas avoir une fée mutilée sur la conscience."

C'était bien plus honnête que ce que je ne laisse transparaitre d'habitude. La faute au document qui a ébranlé ma volonté de fer.

Peut-être le policier a-t-il été ému par ce plaidoyer ou peut être veut-il simplement récupérer d'autres indices - le fait est que nous poursuivons l'exploration. Et je sais déjà où je veux aller. A pas rapides, nous refaisons le chemin de tout à l'heure, pour finir par traverser le hall où des animaux s'agitent dans tous les sens, se ruant par la porte pour sortir. Mais je ne leur prête pas attention. L'objet de ma convoitise se tient devant moi : la porte du couloir de droite. Sans surprise - et je contiens mon envie de lui taper dessus - la porte est fermée.

Avec un soupir, j'ouvre la porte qui se trouve derrière moi. Peut-être que celle-ci mène au même couloir indirectement. Et soudain, je me fige. Un androïde monstrueux se tient devant moi. Si son corps est humain, sa tête ressemble elle à une énorme sirène d'alerte. Je fais signe à Kay de rester sur place. Il ne va pas y avoir trente façons d'arriver à la pièce suivante. J'avance à pas feutrés sur le sol dans sa direction. Par chance, l’androïde me tourne le dos.
Arrivée suffisamment près de lui, je m'élance sur son dos. Sans attendre, mes dagues tranche sa gorge et perforent ses poumons. N'attendant pas qu'il tombe, je redescends et me tiens prête à renchérir. En vain. L’androïde s'effondre dans un gargouillis grotesque.

Je ne lui accorde pas plus de mon temps et me concentre sur la porte qui m'intéresse. Et... fermée. Mais ma tentative d'ouverture a manifestement réveillé quelqu'un derrière et une voix nous interpelle : "Eh! Qui est là?"

J'échange un regard avec Kay. Je ne peux pas prendre la parole pour lui répondre sans ruiner mon bluff. Sans être stridente, ma voix est trop aiguë pour être celle d'un homme ou même humaine. Alors, en tentant d'ignorer le spectre de sa dernière tentative qui plane au-dessus de nous, je le laisse parler. Et immédiatement, il ne peut s'empêcher de dire qu'il est son père.

Je lui lance un regard scandalisé avant d'entendre la réponse du prisonnier. "PAPA?!". Je n'en reviens pas. L'absurdité de la situation peine à rentrer dans mon crâne alors que le garçon renchérit déjà : "Tu es venu me chercher! Ils disaient que tu viendrais pas!".
Je lève les mains en signe d'impuissance et ajoute à voix basse :

"Je vous laisse faire ce que vous voulez avec celui-là, je vais tenter d'ouvrir la porte d'en face et si elle reste fermée, celle en face du hall."

Et sans plus de cérémonie, je pars ouvrir ma porte. Mais manifestement, les dieux m'en veulent. La serrure ne bouge pas d'un cran et, pire, j'entends des gardes venir dans ma direction. Il est l'heure de prendre la poudre d'escampette. Je fonce rapidement vers la porte ouverte derrière moi pour prévenir Kay :

"Des gardes arrivent. Rejoignez moi à la porte dont je parlais!"

Et je m'élance pour tenter d'ouvrir celle-ci au plus vite. Seulement, la serrure résiste. Je m'arque-boute sur celle-ci, en priant pour que le russe arrive rapidement et ce n'est qu'au terme d'efforts considérables que je parviens à l'ouvrir. L'aventure vient juste de devenir bien plus dangereuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mar 6 Déc - 21:51

L'androïde qui a su sympathiser avec le Russe a eu l'esprit bien érodé par les expériences qu'il a subi en cet antre. La perspective de revoir son père a éveillé en lui une flamme d'espoir que Darius et ses pairs avaient su étouffer. La porte de sa cellule s'ébranle et se tord sous ses coups, se gondolant alors qu'une lourde masse s'abat sur elle. La porte finit par s'entrouvrir en un grincement assourdissant que nul n'a pu ignorer.

L'androïde s'extirpe de l'ouverture, ses lourds bras de métal se balançant de chaque côté de son corps tels les pattes avants d'un gorille. Il les ouvre grand pour tenter d'embrasser le Russe en hurlant un « Papa ! » nullement feint, tant il est persuadé d'avoir retrouvé son aïeul.

Mais les appels de Muffet et le vacarme qui s'ensuit stoppe court cet élan d'affection. Alors que l'assassin a su rejoindre le jardin, immonde décharge où les scientifiques ont laissés traîner câbles et machines désuètes, les portes opposées s'ouvrent devant elle laissant passer une foule de scientifiques et de androïdes semblables à celui qu'elle a tué. Leurs cris discordants émanent de leur tête sirène d'alerte vrillant les tympans. Des armes se font voir ainsi que des membres de métal aussi tranchants que dangereux.

D'un commun accord, alors que le Russe et son fils adoptif rejoignent l'assassin, le groupe se replie vers le téléporteur. Une sage décision alors que les occupants du manoir dégorgent dans le jardin et les couloirs. Le levier à peine abaissé, comme stipulé sur le mode d'emploi accroché sur le mur, un grésillement se fait entendre. Puis un flash. Lorsque la foule arriva jusqu'à la salle, elle ne trouva qu'un téléporteur disjoncté, hors d'état de fonctionnement, et une odeur de grillé.


Félicitations vous avez fini la seconde partie et trouvé pas mal d'informations. Le topic final sera ouvert dès que le second groupe aura fini son dernier tour de son côté. En toute logique la finale sera lancée courant de la semaine prochaine. Vous serez tenus en courant par MP. Merci pour votre participation et à très bientôt pour la suite !


©️ Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Roumanie-
Sauter vers: