[Juillet 04] Aventuriers de haut-vol [PV Erwin]

 :: L'Europe :: Espagne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

Jeu 19 Jan - 23:22
- Un truc pour boucher? J'suis pilote moi, pas ingénieur! Comment tu veux qu'je sache ce qui fera l'affaire? rétorqua le pilote d'un air renfrogné. Et puis de toutes façons c'truc est condamné, le mieux qu'on puisse faire c'est d'essayer d'gagner du temps pour amerrir sur la côte. 

Ce qui fera l’affaire? N’importe quoi pour reboucher cette foutue brèche! Faut pas être un génie pour trouver ça, si? Et pas besoin d’être ingénieur non plus! Une explosion les secoua, et Erwin s’accrocha à la rambarde, de peur de passer par dessus bord à cause du souffle. Il avait pas le vertige mais là… Rester ici était trop risqué, il fallait…                                                                                                                                                                                                       - Hé, on ferait mieux d'bouger, si ça continue on va tous les deux passer par-dessus bord! Et si possible j'aimerais éviter d'être aperçu avec mes saloperies d'ailes déployées!

Bon, au moins, ils étaient d’accord. Et il pouvait quand même voler avec ses ailes? Intéressant… Une nouvelle secousse empêcha l’inventeur de répondre, alors qu’il crispait ses mains autour de la barre de fer. 

-Bon, écoute, j'vais essayer d'trouver quelque chose pour boucher ce putain d'trou et essayer de voir où on en est par rapport à la côte. Parce que c'est pas c'pilote de nuit de mes deux qui arrivera à le faire amerrir sans pertes humaines!

-Ok!

Bon, l’inventeur n’était pas sur que l’autre ait entendu sa réponse, et ce n’était pas le plus important. En le voyant se diriger vers l’échelle, il espérait vraiment que l’autre arriverait à amerrir assez vite, vu le nombre d’explosions qui se succédaient. Il ne pourrait pas faire beaucoup plus avec ses outils à ce stade. Et  vu la situation, il fallait qu’il dégage de cette putain de plateforme. Au moment où il eut cette pensée, un frisson parcourut son dos et l’immobilisa. Oh non… Il n’eut pas besoin de se retourner, la sensation sous ses pieds lui suffisait largement. En se tournant vers l’échelle, il vit le pilote immobile, et les flammes. Ok, là, c’était pas bien partit du tout. Il le précipita vers le pilote au moment où celui-ci se mit à hurler.

- L'inventeur!! Bouge de là!!

Regardant le trou qui prenait la place de l’échelle, l’inventeur sentit une bouffée d’angoisse le prendre aux tripes, et il se tourna vers le pilote, n’ayant pas oublier sa nature d’androïde. Il avait bien dit qu’il savait voler? Ou non? 

-Dis moi que tu peux voler avec tes putains d’ailes…

Il se précipita vers l’échelle, avant de voir que celle-ci était aussi partie en fumée. A quel moment peut-on dire que c’est pas son jour? Parce que là, c’était pire que ça! 

-Sors tes ailes, qu’on puisse descendre sans s’éclater par terre! 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Leonhardt Genmann
L'oiseau Roc
avatar
✦ Libre pour RP ? : Pas trop en ce moment, désolé ><

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora & Mickaëlla Mellior

Sam 21 Jan - 22:14
Leonhardt tourna vivement la tête vers Erwin.

- Sortir mes ailes? Tu rêves, jamais d'la vie!! J'préfère encore me crasher et mourir plutôt que de me servir de ces saloperies!! s'écria-t-il, le regard flamboyant et les dents serrées.

Le pilote regarda brièvement en bas, et sa résolution flancha. Euh, c'était sacrément haut quand même... Et finalement, mourir c'était p'têt pas si alléchant comme option... Il ne fallait pas non plus oublier qu'Erwin ne voudrait sans doute pas y passer non plus, d'autant plus que si l'inventeur passait l'arme à gauche ce ne serait pas de sa faute.
L'androïde hésita un instant, mais l'horrible craquement métallique qui retentit dans l'air brûlant finit par le faire céder. Tout comme la passerelle qui acheva de se décrocher et plongea vers le vide, les deux hommes à son bord.

- Bordel...! grogna Leonhardt.

Et sous une impulsion soudaine il fonça sur Erwin qu'il saisit brutalement sous les aisselles avant de déployer ses ailes, déchirant le tissu de sa combinaison. Les pieds des deux hommes quittèrent le sol métallique et se mirent à flotter dans le vide, tous deux maintenus en l'air par les battements d'ailes de l'androïde.
Leonhardt ne s'en était servi qu'une seule fois pour voler, et c'était lors de sa fuite de l'asile roumain. Pourtant c'était comme un automatisme, et actionner ces appendices lui venait presque naturellement. Au moins, l'ordure qui lui avait greffé ces fichus bouts de métal n'avait pas tout raté.
Pff, et dire qu'il avait juré de ne plus jamais s'en servir...

- Hé, lança-t-il sur un ton agacé à son collègue qu'il agrippait toujours, ça va de ton côté?

Le pilote jeta un oeil au cockpit dont le vitrage commençait à se fissurer dangereusement. Là tout de suite il était bien tenté d'atterrir et de laisser l'engin se crasher, équipage ou pas, mais à la réflexion ce n'était p'têt pas une bonne idée. Et s'il voulait toucher sa paye, valait mieux se montrer conciliant. Enfin, un minimum.

- J'vais essayer de maintenir ce foutu rafiot en vol, toi essaye de faire évacuer l'équipage. Fais-les sauter à la mer, balance-les dans une navette de secours, c'que tu veux mais occupe-toi de sauver leurs fesses de là, pigé?

Sans attendre de réponse, Leonhardt fonça vers une trappe sur le dessus du bâtiment et y largua Erwin sans ménagement.

- De là tu dois pouvoir rejoindre les autres crétins. On garde contact par les tubes acoustiques!

Et sur ces mots, le pilote vola à toute vitesse vers l'avant du dirigeable jusqu'à une autre trappe. Il se posa à proximité, replia ses ailes, tâchant de les cacher en arrangeant les lambeaux de tissu, et ouvrit l'accès avant de descendre le long de l'échelle pour parvenir juste à côté de la porte du poste de pilotage.
Parfait.
L'androïde ouvrit brutalement la porte et découvrit le second pilote qui semblait en état de quasi-panique, ses mains tremblant sur les leviers.

- Tch, pousse-toi de là le bleu! lui lança Leonhardt d'un ton pressant et énervé en l'attrapant par le col et le jetant hors du fauteuil. Fonce vers la soute et suis les ordres du mécano pour évacuer!

- Mais, et vous?

- Moi j'maintiens cette saloperie en l'air jusqu'à c'que tout l'monde en soit parti! Allez bouge!!

Le pilote de nuit détala comme un lapin et Leonhardt se concentra sur sa tâche. A sa gauche, une vitre explosa sous la pression et un tourbillon d'éclats de verre vint réfléchir les rayons du soleil levant dans le cockpit.
Hin, si tout se passait bien, il pourrait prendre un café serré pour le p'tit déj'!


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

Dim 22 Jan - 0:39
- Sortir mes ailes? Tu rêves, jamais d'la vie!! J'préfère encore me crasher et mourir plutôt que de me servir de ces saloperies!!

Sérieusement?! Si il était suicidaire, grand bien lui fasse, mais l’inventeur, lui, ne l’était pas! C’était une blague hein? Il allait quand même pas crever à cause de cet abruti de pilote?! Le bruit métallique qui sonna à ses oreilles fit descendre son estomac dans ses talons comme si en avait coupé les câbles d’un coup… Quand il sentit l’autre le rattraper, il mit quelques secondes à reprendre ses esprits. Le bruit des ailes l’aida à reprendre pieds, et Erwin bénit l’inventeur de ces machins, peut importe ce qu’en pensait l’autre. Bon la vision du vide sous ses pieds, et la sensation de pendre ne l’enchantait toujours pas… Il n’avait pas le vertige, mais l’idée qu’un faux mouvement pouvait le précipiter dans la mer, ça l’amusait pas non plus. Il ne sentait même pas la douleur sous les aisselles, alors que tout le poids de son corps pesait dessus. Il avait un instinct de survie en fait…


- Hé, lança-t-il sur un ton agacé à son collègue qu'il agrippait toujours, ça va de ton côté?

Il retint avec peine un « Tant que tu me lâches pas, ça va! », de peur de donner des idées à Léonhardt. La situation limitait son envie de faire de l’humour.

-Pour l’instant, ça va!

… Bon, c’était pas beaucoup mieux. En même temps, il était pas fait pour l’improvisation en dehors de son job. Ou en communication en règle générale.


- J'vais essayer de maintenir ce foutu rafiot en vol, toi essaye de faire évacuer l'équipage. Fais-les sauter à la mer, balance-les dans une navette de secours, c'que tu veux mais occupe-toi de sauver leurs fesses de là, pigé?

Avant qu’il n’ait put répondre, l’inventeur fut emporté vers une trappe, et lâché à coté par l’androïde. Il se stabilisa, et alors qu’il commençait à descendre, il entendit son camarade donner ses dernière instructions.


- De là tu dois pouvoir rejoindre les autres crétins. On garde contact par les tubes acoustiques!

Sans blague?! Il ne l’avait pas lâcher au dessus d’un conduit d’aération? Ok, c’était une situation d’urgence, mais retrouver un sol sous ses pieds rendait de nouveau Erwin sarcastique. Il était quand même mieux avec les deux pieds sur une surface STABLE. Surtout stable. Il descendit aussi vite qu’il put. Il fallait que tout le monde évacue au plus vite, avant que ce machin n’explose! Non pas qu’il tenait particulièrement à la survie de ces abrutis de mécanos, mais il avait un compte à régler avec l'ingénieur! Etre pris de haut, il s’y faisait, mais par quelqu’un qui avait construit une foutue épave volante!

Les premiers qu’il trouva furent les mécaniciens affolés qui couraient dans tous les sens en se criant dessus. Pour l’esprit de groupe, on repassera… Il en attrapa un au vol alors qu’il tentait de boucher un trou sur un tuyau avec une simple plaquee en bois, trouvée ailleurs. Sérieusement?! Bref.

-Il faut sauter à la mer, le plus vite possible, on peut pas rester là!

L’autre tenta de lui répondre, mais agacé, le châtain l’attrapa et commença à le trainer de force vers la seule sortie qui devait être encore praticable, et d’où ils pourraient sauter. Il devait aussi y avoir des bouée de sauvetage là-bas! Il commença à crier sur ceux qu’il croisait, son « prisonnier » se mit à faire de même, et le mot passa vite. Chacun alla chercher son collègue, qui transmettait ensuite au voisin,ect…, et en quelques minutes à peine, tout le monde s’était regroupé autour de la sortie. Enfin tout le monde… Beaucoup de monde déjà! Après, il allait pas s’amuser à faire l’appel non plus! Il ouvrit la trappe, qui donnait déjà sur l’eau, et poussa les premiers après leur avoir donner une bouée, pour les aider à se motiver alors que les bruits devenaient de plus en plus inquiétants… Il se tenait juste à coté d’un tuyau, au cas où Léonhardt voudrait lui parler, et attendit donc que les autres sautent. Oh, pas par gentillesse pour les passagers, plus pour le pilote. Si il devait commençait à débattre avec un des mécanos à moitié débils, il allait y rester. Il remarqua par ailleurs que ces derniers avaient ramené tous les blessés, et les aidaient à se déplacer. Ils avaient un esprit d’équipe, en fait.

Il attendit que tout le monde ait sauté (il avait bien rit en voyant le pilote de nuit arriver en courant, puis sauter comme si il était poursuivit par une armée de chiens en furie) avant de prendre le tuyau pour signaler à l’androïde qu’il n’y avait plus personne dans le dirigeable, et attendit sa réponse, en lâchant un canot, vu que certains n'avaient apparemment pas prit la peine de prendre quelque chose pour flotter en dessous... Lui même avait pris dès le départ une bouée, qu'il tenait alors qu'il attendait la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Leonhardt Genmann
L'oiseau Roc
avatar
✦ Libre pour RP ? : Pas trop en ce moment, désolé ><

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora & Mickaëlla Mellior

Lun 23 Jan - 19:15
Dans le cockpit, la tension presque palpable rendait l'air chaud quasi-irrespirable, et Leonhardt s'accrochait de toutes ses forces au levier, lunettes de pilotage baissées sur ses yeux perçants. La surface de la mer se rapprochait de plus en plus, et dans une ou deux minutes maximum l'impact surviendrait, plongeant l'Impérator dans l'étendue marine. Tss, foutue journée et foutu boulot!!
La pression de l'air monta soudain d'un cran et fit voler en éclat les vitres encore intactes du cockpit, projetant des morceaux de verre coupants comme des lames de rasoir dans la cabine. L'un d'eux écorcha la joue du pilote qui émit un grognement mais ne s'en préoccupa pas plus que ça. Il avait vu bien pire après tout!
Une voix familière trancha alors dans l'horrible fond sonore constitué de grincements, sifflements et vrombissements, attirant l'attention de l'androïde qui se retourna vers le tube acoustique.
C'était Erwin. Apparemment, tout le monde avait été évacué.
Bien. Comme quoi, l'inventeur était efficace!

- Reste pas là une seconde de plus et saute! lui cria Leonhardt en essayant de couvrir la cacophonie qui résonnait dans le cockpit. J'te rejoins dans une minute! Allez!!

Et sur ces mots il bloqua le levier pour se donner un peu de temps et fonça à l'extérieur du poste de pilotage. Avisant l'échelle par laquelle il était arrivé, il se jeta sur les barreaux et les escalada à toute vitesse pour se retrouver sur le toit courbé du dirigeable. Le bâtiment était à présent très incliné, et avec le vent qui le fouettait impitoyablement, Leonhardt dû redoubler d'effort pour rester dessus.
Un coup d’œil en direction de l'océan lui appris que l'impact était à présent imminent.

- Merde, merde, merde!! s'exclama-t-il en courant vers la poupe de l'aéronef, avant de déployer soudainement ses ailes et de décoller au moment ou l'Impérator se crashait dans la mer en expulsant une immense gerbe d'eau mêlé à quelques explosions.

Le pilote tourna la tête pour tenter de repérer Erwin, qui semblait tenter de rejoindre les autres évacués plus tôt. Il l'aurait bien récupéré pour l'aider à le ramener sur la côte, mais les autres risquaient de voir ses ailes... Oh et puis zut, l'inventeur était encore pas mal à l'écart des autres, il pouvait faire un p'tit détour façon oiseau de proie et avec un peu de chance personne ne le verrait.
Ajustant ses lunettes sur ses yeux et remontant son écharpe sur son nez, il retira le haut de sa combinaison qu'il serra à sa ceinture, et battit des ailes pour foncer plus vite qu'il ne l'avait jamais fait en direction d'Erwin.

- Chaud d'vant! lui lança-t-il en l'agrippant par les aisselles et en remontant en flèche vers le ciel. J'pouvais pas t'abandonner avec ces crétins, tu m'aurais trop fait pitié! se justifia le pilote avec un sourire narquois.

Apparemment les autres gars étaient trop occupés à lutter contre les vagues et à garder la tête hors de l'eau pour avoir fait attention à l'intervention de l'androïde. Et puis, la fumée qu'émettait l'épave du dirigeable s'enfonçant dans l'eau avait également constitué une bonne couverture. Encore un succès à ajouter au palmarès du pilote! Enfin, "succès", au vu de l'Etat du joujou des Espagnols, c'était peut-être un peu vite dit...
Chassant ces pensées "futiles" d'un haussement d'épaule mental, Leonhardt entraîna Erwin jusqu'au bord d'une falaise où il atterrit, un peu fatigué par l'effort. Puis, après avoir repris son souffle, il se redressa et admira une main en visière le panorama du dirigeable en train de couler devant un magnifique lever de soleil.
Le pilote émit un sifflement admiratif et donna une tape dans le dos de son collègue.

- Ben ça, pour de l'action, c'était de l'action! Sacré vol, hein? lança-t-il avant de s'allumer une cigarette. J'prendrai bien un café serré, en c'qui m'concerne!


HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

Mar 21 Fév - 18:06
- Reste pas là une seconde de plus et saute! lui cria Leonhardt en essayant de couvrir la cacophonie qui résonnait dans le cockpit. J'te rejoins dans une minute! Allez!!

Le signal qu’il attendait. Il sauta à son tour, une bouée sous le bras. Il ne voulait pas prendre le temps de réfléchir, sinon, il risquait d’hésiter et d’attendre trop longtemps. Le crash était imminent, il n’avait pas temps à perdre à raisonner! Le contact de l’eau sembla le transpercer de part en part. Il avait soudain l’impression de peser une tonne, mais en prenant appui sur la bouée, il remonta vite à la surface, et sentit l'air emplir de nouveaux ses poumons. Il fallait maintenant qu’il rejoigne la cote, et elle lui semblait tellement loin… Sans compter que la mer le ballottait dans tous les sens, ce qui ne l’aidait pas vraiment, surtout que cela lui faisait boire la tasse...

Soudain, il sentit qu’on l’arrachait de l’eau. Il ne fut pas surpris quand il entendit la voix du pilote qui justifia son geste.

- Chaud d'vant! J'pouvais pas t'abandonner avec ces crétins, tu m'aurais trop fait pitié! se justifia le pilote avec un sourire narquois.

L’inventeur hésitait entre la reconnaissance de lui avoir épargné la longue traversé, et l’agacement de se retrouver encore une fois pendu dans les airs, comme un vulgaire paquet. Voler c’était sûrement une super expérience, être trimbaler dans les airs, ça l’ait beaucoup moins… Mais bon, il gagna la cote plus vite au moins comme ça. Il n’allait pas s’en plaindre. Il fut assez content de retrouver la terre ferme sur les falaises. Vu l’expression de Léonhardt, le vol l’avait fatigué (en même temps, trempé comme était Erwin, il devait peser son poids), c’est sûrement pour ça qu’il était encore si proche du bord. Mais ils étaient sur terre, c’était le principal. D’un coup d’oeil, il vit la carcasse fumante du dirigeable sombrer devant un soleil montant. C’était un beau paysage, la fumée grise se découpant sur le fond flamboyant de l’aube… Le sifflement de l’androïde, et sa tape dans le dos stoppa net les pensées poétiques de son camarade.

-Ben ça, pour de l'action, c'était de l'action! Sacré vol, hein? J'prendrai bien un café serré, en c'qui m'concerne!

La fumée de cigarette titilla le nez de l’inventeur, mais il ne s’en plains pas. C ‘était pas lui qui fumait après tout, il pouvait le supporter. Il commença à essorer ses affaires comme il le pouvait, bénissant un dieu du vent quelconque de ne pas s’être levé ce matin! Le froid et l’eau étaient suffisants…

-Ca, c’est sur! Et j’aurais préféré que ça termine autrement mais bon,… Au moins, ça finit pas trop mal. Je t’avoue que ça serait pas du luxe un bon café chaud, et j’aimerai bien trouver un endroit où me sécher…

Il aurait fait n'importe quoi pour des vêtements secs et une boisson chaude... Enfin, presque tout.
Revenir en haut Aller en bas
Leonhardt Genmann
L'oiseau Roc
avatar
✦ Libre pour RP ? : Pas trop en ce moment, désolé ><

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora & Mickaëlla Mellior

Ven 24 Fév - 23:34
Leonhardt laissa échapper un rire bref et mit une main en visière.

- Y'a un p'tit hameau là-bas. Y doivent avoir un bar ou une auberge, de quoi nous offrir un bon truc.

Puis, se tournant vers son collègue, le pilote ajouta :

- Mouais, bon, vu ton état et celui dans lequel doit être ton argent, j'vais faire un geste et t'offrir le p'tit déj.

L'androïde jeta un oeil aux membres de l'équipage qui rejoignaient la côte en nageant comme des chiots mouillés, et esquissa un rictus narquois. Et sans plus attendre, il croisa les bras derrière la nuque et se lança sur le sentier qui remontait jusqu'au village en sifflotant d'un air nonchalant, Erwin sur ses talons.
Haa, décidément il s'en était passé des choses, une véritable aventure! Comme celles auxquelles il rêvait dans son enfance. Explosions, cris, crash aérien, adrénaline...
Son regard glissa sur son collègue.
... accolytes... amis?
Leonhardt leva les yeux au ciel et s'alluma une cigarette.
Ouaip, un sacré vol.

- Allez, un bon café nous attend! lança-t-il à son compagnon.

Le soleil continuait sa lente ascension dans les cieux, dessinant une belle aquarelle derrière le duo. Peut-être un autre jour auraient-ils l'occasion de voir un autre de ces levers de soleil après une belle aventure?
Mais ça, ce serait une autre histoire...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Espagne-
Sauter vers: