Partagez | 
 

 [MI AOÛT 06] Ohne Dich (ft. Friedrich Franz Edelstein)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
L'enfant des Habits neufs de l'empereur
Albrecht Elberhard
✦ Libre pour RP ? : Dispo!

✦ Double-compte : C. Muffet



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: [MI AOÛT 06] Ohne Dich (ft. Friedrich Franz Edelstein)   Sam 5 Nov - 22:24

Tout est enfin prêt. Après une bonne semaine à m'être arraché les cheveux pour tenter de sécuriser le palais pendant mon absence, celui-ci est maintenant préparé contre tout éventualité. Des rondes de gardes formés sont mises en place, le chancelier paré et les dames de la cour en train de jaser. Parfait.

C'est donc soulagé que j'embarque à bord du dirigeable qui doit m'emmener en Autriche-Hongrie.

Le temps est radieux, plus encore que Katharina qui peine à contenir son excitation, dont les va-et-vient constants dans notre modeste pièce me donne la nausée. Plus que les remous.

"Oh, j'ai tellement hâte! Je vais enfin pouvoir faire des emplettes digne de ce nom! Et revoir mes cousines!"
Le reste de sa phrase est noyé dans des cris perçants.

Je ne vais pas supporter ça toute la journée, oh non. Sans mot dire, je me lève et la prend dans mes bras.

"Katharina. Du calme. Vous allez me faire regretter d'avoir mangé avant d'embarquer." Un timide "d'accord" me parvient, auquel je réponds : "...vous tremblez."

Le reste du voyage se passe dans une tranquillité plus appréciable et je me prends même à aimer ce dirigeable. Si celui-ci est très classique, il n'en reste pas moins comfortable et très silencieux. Allongé sur le petit lit présent dans la pièce, je commence même à somnoler en observant le paysage de la bavière qui défile sous mes yeux.

Bien des heures plus tard, je suis réveillé par Katharina, encore plus excitée que tout à l'heure. Mein Gott. Que t'ai-je fait?

"Noussommesarrivésnoussommesarrivésnoussommesarrivés!" Voilà sommairement ce que je peux entendre alors que je suis secoué sans ménagement sur la couchette. Je laisse s'échapper un grognement de mécontentement avant de me mettre sur pieds. Un coup d'oeil dehors m'informe que nous sommes en train d'atterrir et que même si j'ai envie de secouer Kat pour me venger, je devrais attendre de m'être préparé.

Pour me présenter à l'empereur d'Autriche-Hongrie, pas question de porter l'armure d'apparat. Déjà propre, je me contente de troquer mes vêtements habituels pour ceux de cérémonie, en changeant tout de même l'écharpe bleue pour une noire. Respecter le deuil de l'empereur me semble être la première chose à faire en venant sur ses terres.
Je réarrange mes cheveux rapidement, inspire longuement et me dirige vers la sortie, où tout le monde m'attend.

Mère tente de contenir ma femme - qui est à deux doigts de sauter du dirigeable et courir jusqu'au château - tandis que le serviteur à ses côtés réajuste les longs gants noirs qu'elle porte. Je souris à ma mère avant de prendre le relais au bras de ma femme.

"Cette robe noir vous va à ravir, ma mie. Ce serait vraiment dommage de l'abimer en courant, n'est ce pas?"

"Oh, ne vous inquiétez pas." me répond-elle en me regardant à peine.

Avec un soupir, je descends du dirigeable et me dirige vers l'entrée du château où nous attends notre hôte.

Alors même que nous arrivons au pied de la trappe, l'attitude de Katharina change du tout au tout. J'ai maintenant à mon bras une véritable princesse autrichienne au port droit et fier et avec de la grâce à revendre.
Autant dire qu'en des circonstances normales, la mâchoire m'en serait tombée. Seulement, je représente aujourd'hui un pays et pas seulement ma personne. Je me contente donc d'approuver d'un geste de tête.

Après une petite marche, nous arrivons enfin devant le maitre des lieux. Alors que nous nous saluons, je prends la parole.

"C'est un honneur pour moi de vous revoir, votre majesté impériale. Je salue votre courage face à des temps si difficiles et vous présente mes condoléances ainsi que celles de l'Allemagne."

Je marque une courte pause où je m'incline légèrement en signe de respect, avant de continuer :

"Comme vous les avez sûrement reconnues, voici ma femme, Katharina Elberhard et ma mère, Gretchen Elberhard veuve de feu l'empereur Jürgen Elberhard. Elles sont toutes les deux venues saluer de la famille et visiter Vienne."

Une petite précision pour enlever l'ombre du doute de leur participation à la table diplomatique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le basilic
Friedrich Franz Edelstein
✦ Libre pour RP ? : yep

✦ Double-compte : Chester du cheshire//Alexender Rammsteiner//Nikolas Klaus//Kay Sokolov//Hanako Hayashi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur Austro-hongrois
✦ Pouvoir: Haleine empoisonnée (sous forme de gaz)
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [MI AOÛT 06] Ohne Dich (ft. Friedrich Franz Edelstein)   Jeu 17 Nov - 21:17
Lorsque l'empereur austro-hongrois songeait à l'Allemagne, il avait toujours la même vision que depuis des années. C'était pourtant un voisin qui était presque aussi vieux que lui, étant donné ce qu'il restait de la Prusse qui était le vieux frère de l'Autriche. Mais à la vue de ce qu'était l'empire à l'heure d'aujourd'hui Friedrich ne pouvait que comparer l'Allemagne aux Ottomans, tous deux jadis des empires puissants et fiers, avec raison ceci dit. Mais aujourd'hui l'Allemagne n’était même plus l'ombre de ce qu'elle avait été. Juste un empire en déclin dirigé par un homme qui méritait bien le titre qu'on donnait si facilement aux femmes... Un hystérique.

Du mois jusqu'à ce que le jeune Albrecht Elberhard soit couronné empereur de l'empire allemand. Peut être que l’Allemagne allait enfin finir sa longue crise d'adolescent pour enfin devenir l'homme qu'elle avait commencé à être. Et pour cela la première personne avec qui le nouvel empereur avait pris rendez- vous était là, devant le miroir, à coiffer son impériale moustache rousse, prêt à le recevoir. Enfin du moins officiellement Friedrich était le premier dirigeant avec qui le Kaiser avait une entrevue. Mais vu la lettre que l'empereur avait reçu cela ne l’étonnerait nullement de savoir que le jeune homme ne s’était pas arrêté à sa personne. Enfin on était venu annoncer à l'empereur Edelstein de l'arrivée de son invité.

—-Fort bien. Nous arrivons sous peu.

L'empereur aurait bien eu une raison de refuser cette entrevue qui n'avait aucun rapport direct avec le nouvel empereur. Bien au contraire voir cette jeune personne prendre les devants quant aux relations tendues entre les empires du temps du précèdent empereur était un acte on ne peut plus positif.

Mais c’était plutôt la malédiction qu'il avait reçu à la naissance qui, depuis la mort de sa défunte femme, posait soucis. Plus questions de gaz empoisonné sous l'énervement mais un regard de marbre qui pouvait pétrifier s'il regardait quelqu'un trop longtemps. Enfin quand il arrivait à maîtriser le pouvoir. Alice Liddel, sa belle sœur, avait aidé en ce sens mais c’était loin d’être une maîtrise parfaite. Aussi pour cette entrevue de la plus grande importance où l'avenir de l’évolution des relation entre les deux empires se jouait, l'empereur austro-hongrois porterait des lunettes aux verres magiques qui bloqueraient son don.

Après les dernières vérifications l'empereur fit un demi-tour sur lui-même dans un grand mouvement de bras, accompagné de son impériale cape pour se diriger vers son invité de marque. Voilà donc le jeune empereur. Il avait bien changé depuis le mariage avec une noble de la cour austro-hongroise. Il fallait avouer que cela faisait de nombreuses années qu'il ne l'avait pas vu. L'empereur apprécia fortement les efforts menés par les représentants de l’Allemagne concernant la défunte impératrice. C'était d'autant plus appréciable que le père de l'homme qui était face à lui ne l'aurait certainement jamais fait. Friedrich tendit la main en signe d’égalité, du moins entre les deux hommes, pour une poignée de main franche et sincère. Mais avant de répondre à l'empereur allemand, les deux dames s’avancèrent pour recevoir un baise main qui frôla les gants de chacune dans de légers mouvements aussi fluides que gracieux.

— Bien le bonjour et bienvenue sur nos terres, Kaiser Albrecht Elberhard, impératrice Katharina Elberhard et madame Gretchen Elberhard. Les portes publiques de Vienne vous sont ouvertes, aussi bien celle des galeries d'arts que de nos restaurants.

L'empereur austro-hongrois regarda son homologue allemand. Il avait grande hâte de discuter en tête a tête avec cette noble personne.

— Sachez que nous apprécions et, par la même occasion, nous vous remercions pour le deuil que vous portez au nom de la défunte impératrice. Nous n’oublierons pas ce geste, soyez en certain. Mesdames nous avons fait préparer, au cas où vous désiriez visiter la capitale de l'art, un de nos plus beaux fiacres. Mais si l’impératrice le désire, nous avons à disposition des chevaux pure race hongrois qui peuvent vous être alloué si vous le désirez.

Car après tout le cheval en ville était aussi banal que les fiacres. On voyait même plus de chevaux que de fiacres à vrai dire. Il avait même la priorité sur la route.

— Loin de nous l'idée de vous presser. Mais il y a énormément de sujets que nous aimerions pouvoir aborder avec votre fils et pour vous impératrice, votre époux, l'empereur Albrecht Elberhard. Mon haut conseiller Ronove est à votre entière disposition pour vous servir et vous faire visiter la capitale dans les moindres recoins.

Après avoir de nouveau fait un baise main à chacune des deux femmes, l'empereur, dans un nouveau mouvement de cape, invita son homologue à le suivre dans une salle plus appropriée. L'empereur fit ouvrir une salle qui était très vaste. Comme toute pièce de ce château elle était remplie d’œuvres d'art toutes aussi différente les unes que les autres. Des tableaux du grand Ferdinand Georg Waldmüller ou diverses sculptures de marbre ou de bois. Il y en avait même une de verre qui avait la forme d'un renard roux. Mais comme bien souvent la plus belle pièce de la salle était un piano rouge et blanc aux touches d’ivoire aussi luisantes que des pierres précieuses.

L'empereur prit place après avoir replacé ses lunettes.

— Prenez donc place je vous prie. Nous avons beaucoup de choses à nous dire. Nous ferons venir quelques collations diverses ainsi que quelques petites surprises. Si vous le désirez et êtes d'accord avec cela.

L'empereur roux avait pris place dans un large siège de bois au coussin rembourré de laine de qualité. Il attendit que l'empereur allemand prenne place dans la seule autre chaise de la pièce et ensuite les choses sérieuses allaient commencer.


♔ Empereur d'Autriche-Hongrie ♔
Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'enfant des Habits neufs de l'empereur
Albrecht Elberhard
✦ Libre pour RP ? : Dispo!

✦ Double-compte : C. Muffet



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [MI AOÛT 06] Ohne Dich (ft. Friedrich Franz Edelstein)   Mar 20 Déc - 0:09

Les réintroductions se sont bien déroulées, Kat et ma mère partent pour voir de la famille en fiacre et nous nous dirigeons actuellement en direction d'une salle pour rentrer directement dans le vif du sujet. Bien. La majorité de mes scénarios catastrophes viennent déjà d'être écartés - la plupart commençant par une parole déplacée.

Le court trajet jusqu'à la pièce en question est on en peut plus agréable, le château étant décoré avec goût - ce dont ne peuvent pas se vanter la plupart des seigneurs allemands - et la pièce en elle-même est décorée avec une profusion de tableaux qui me laisseraient presque jaloux.

A son invitation, je prend place dans la deuxième chaise et accepte sa proposition de collation.

"Ce serait avec plaisir, merci."

Il est temps de passer aux choses sérieuses. J'ai longtemps planifié cette entrevue, parce qu'elle représente un réel défi pour moi. Il faut que je puisse convaincre un autre empereur de me prêter main forte sans tourner ma nation au ridicule ou la décevoir. Une tâche qui n'est pas aisée vu l'état actuel de mon pays et des relations internationales. Pas question cependant d'y renoncer.

"Je vous remercie à nouveau pour cette offre de discussion. Comme je vous l'avais dit dans ma lettre, l'état de l'Allemagne est préoccupant. Et je crains que sans alliés comme nous le fûmes au temps de mon père, celui-ci ne fasse que s'aggraver avant de tomber dans une guerre civile ouverte."

Si le ton de départ était chaleureux, il est maintenant devenu grave. La situation est très dangereuse; autant pour la nation que pour ma personne. Si les seigneurs venaient à s'unir - ce qu'ils pourraient faire, notamment face à une menace externe - je serais balayé sans pouvoir réagir.

"J'ai été ferme dès mon arrivée au pouvoir, ce qui m'a permis de voir quels seigneurs étaient réellement fidèles à l'empereur. Les plus craintifs et les rares fidèles se sont immédiatement rassemblés sous ma bannière. Tandis que les autres..."

Mes yeux s'assombrissent et me pensées s'égarent pendant un très bref instant.

"Les plus opportunistes restent dubitatifs et préfèrent voir si je vais montrer agressif ou retomber dans les excès de mon père pour qu'ils puissent reprendre le contrôle. Puis viennent les plus récalcitrants. Ceux qui au mieux m'ignorent et au pire ont rompu tout contact avec ma personne et agissent comme des pays au sein du mien."

Je récupère alors une lettre soigneusement pliée dans la poche de ma veste. Avant de la montrer à l'empereur, je la fais tourner entre mes doigts en expliquant son contexte.

"Le règne de mon père n'a pas fait qu'éloigner les seigneurs. Il leur a aussi fait perdre tout respect de l'empire et de la personne à sa tête. Cela se manifeste dans l'arrogance à laquelle je dois faire face, même dans les lettres les plus insignifiantes."

Je déploie alors la lettre, que je pose devant l'empereur. Je l'ai gardé pendant longtemps, d'abord stupéfait de son contenu, avant de réaliser à quel point elle illustrait ce qui ne va pas avec l'Allemagne : les seigneurs manipulateurs qui ne peuvent pas voir plus loin que leur propre personne.

"Mon conseil filtre à présent ce genre de missives et gère les tâches qui ne requièrent pas une attention impériale. Mais le réel problème réside dans le fait que je n'ai pas de prise sur ses seigneurs, mon armée étant... ce qu'elle est." L'agacement transparait pendant quelques secondes sur mon visage. "Sans aide extérieure, je n'arriverais au mieux qu'à maintenir la situation actuelle."

Et nous savons lui et moi ce qui arriverait au pire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [MI AOÛT 06] Ohne Dich (ft. Friedrich Franz Edelstein)   Aujourd'hui à 1:01
Revenir en haut Aller en bas
 

[MI AOÛT 06] Ohne Dich (ft. Friedrich Franz Edelstein)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autriche-Hongrie :: Château de Schönbrunn-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat