Partagez | 
 

 [Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
L'oiseau Roc
Leonhardt Genmann
✦ Libre pour RP ? : Totalement Libre ! ^^

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Pilote d'aéronefs
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: [Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]   Sam 5 Nov - 22:28
Leonhardt abaissa un levier dans son aéronef et fit lentement descendre l'appareil. Il venait d'avoir son diplôme de pilote avec les honneurs et avait même réussi à terminer major de sa promotion. Mais ça lui importait peu. Tout ce qu'il voulait, lui, c'était piloter pour gagner sa vie. Le reste, c'était accessoire.
L'embarcation amorça sa descente et se rapprocha petit à petit du sol en vibrant. C'était le tout premier boulot de Leonhardt, et le pilote se demandait à quoi ressemblerait son employeur. Il savait que c'était un Duc et qu'il devait le conduire jusqu'à un autre duché dans le cadre d'une rencontre diplomatique, et si besoin jouer les gardes du corps. Hin, comme s'il avait été formé pour ça...! Son père lui avait inculqué le maniement des armes à feu, certes, et tirer sur des gens qui l'avaient mérité ne le dérangerait aucunement. Mais il était pilote ! Et puis, une "mission diplomatique"...? Leonhardt connaissait son pays et ses moeurs, et la diplomatie prenait un sens assez... brutal, en Allemagne. Du moins, en règle générale...
L'androïde fit atterrir son avion et ouvrit le cockpit en inspirant une bouffée d'air frais. Il avait posé son appareil juste à côté de la demeure du Duc, et après avoir indiqué à un domestique qui passait par là qu'il était là pour faire le taxi de son maître, il s'appuya contre l'aéronef et sortit une cigarette de sa poche.
Son mal de dos chronique ne s'était pas déclaré, grâce à la morphine qu'il avait pris le matin-même avant de partir, aussi était-il de moins mauvaise humeur que d'habitude.
Juste un peu moins.
La silhouette du Duc finit par se dessiner à l'entrée du domaine, et Leonhardt, cigarette entre les dents, s'approcha de son employeur avant de lui tendre la main.

- Leonhardt Genmann, je suis votre pilote.

La présentation avait été brève et pas franchement sympathique, mais Leonhardt ne jugeait pas nécessaire de perdre du temps en palabres.
Le Duc avait l'air de quelqu'un d'agréable, même si son allure suintait l'aristocratie. L'androïde haussa intérieurement les épaules. Baah, il n'avait rien contres les aristocrates en particulier. Enfin, plutôt, il n'avait rien de plus contre les aristocrates que contre le reste du monde. Et puis celui-ci payait bien, alors il n'allait pas se plaindre.
Mais le sourire n'était pas inclus dans le salaire...
Leonhardt ouvrit la portière de l'avion au Duc et l'invita à entrer, avant de monter aux commandes de l'appareil et de rabattre ses lunettes sur ses yeux, sa cigarette entre les dents.

- Bon, z'êtes prêt pour le décollage ?

Leonhardt esquissa un sourire carnassier, et appuya à fond sur le levier de vitesse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uther Pendragon
Manfred Von Vaans

MessageSujet: Re: [Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]   Sam 5 Nov - 23:20
Le principal problème lorsque l'on dispose de pouvoirs et surtout de responsabilités en Allemagne, c'est qu'avec tous ceci s'ajoute des dizaines de problèmes annexes engendrés par le contexte interne de l'Empire. Car oui, il faut dire que nul part en Europe, ne se déroulent d'aussi sanglantes querelles en pleine rue, les affrontements de poivrots sont désormais des étripages en règles avec leurs lots de membres amputés et de pavés redécorés en rouge. Au moins les médecins ne manquent jamais de travail. C'est une carrière d'avenir tant que le trône ne se décide pas à agir... S'il l'envisage du moins.

Ainsi, à chaque affaires, chaque disputes, chaque conflits ne tardent pas être le point de départ de chaînes d'évènements désastreuses qui chaque jour ternissent encore plus le paysage Allemand. Aussi est-ce un devoir à mes yeux que d'agir afin d'épargner le peuple du Mecklembourg de ces calamités quotidiennes qui hantent les duchés voisins. Et à cette fin il est primordial de nouer des liens, d'établir des accords. Et pour peu que l'on sache où chercher, il n'est pas bien difficile de se faire des amis ayant les mêmes opinions. Ainsi, cette rencontre avec le Duc de Holstein est d'une première nécessité. L'homme n'est pas connus pour être très regardant quand aux activités de ses homologues aristocrates, toutefois, il tiens ces derniers à l'oeil et ne serait qu'au cas où, cherche à assurer ses arrières et la paix à ses frontières. Sur ce point nous sommes d'accord. Mais ce ne sont là que les premières impressions. Seul l'avenir nous diras si cette décision que j'ai prise était bonne.

"Votre grâce, votre moyen de locomotion est arrivé et vous attends dans la cour arrière."

Je me saisis de ma montre à gousset et jette un coup d'oeil rapide à celle ci, pile à l'heure. Parfait.

"Merci bien. Vous pouvez disposer." dis-je, tout en installant un haut-de-forme noir sur mon crâne et en m'emparant de ma canne avant de traverser les couloirs du manoir vers l'arrière cour.

L'appareil n'était pas des plus impressionnants, mais au final ce premier constat subjectif n'importait que peu, seul primait l'efficacité et la rapidité de celui ci. Des horaires fixés étaient des horaires fixés après tout, et il était assez inconvenant de se faire attendre, du moins trop longtemps.

Pour ce qui était du pilote en lui même, certes, il fallait admettre que bon nombre, non, la quasi-totalité des très nobles sangs bleues se seraient grandement offusqués d'avoir à user d'individu avec une... "Allure digne d'un plébéien de la Rome Antique" comme diraient les plus arrogants. Enfin, nous ne sommes plus à ça près, en Allemagne les barons usent de la pire racaille pour rançonner la populace, les comtes s'adonnent à la débauche et précipitent la décadence du pays et les Ducs... S'entretuent joyeusement physiquement sur les champs de batailles et verbalement à la cour. Et de toute façon, j'ai depuis longtemps appris en demeurant loin de ces milieux élitistes qu'aimait fréquenter mon père, qu'il est préférable de juger quelqu'un à ses actes et non à sa condition sociale. Bon, certes, les formules de politesse lorsqu'on s'adresse à un noble auraient pu au moins faire acte de présence. Enfin passons, je m'égare.

"Leonhardt Genmann, je suis votre pilote."

J'incline la tête afin d'accompagner mes salutations tout en m'appuyant sur ma canne.

"Manfred Von Vaans. Passons sur les formes et autres ajouts, nous ne sommes pas à la cour et nous avons du chemin il me semble si nous voulons... Rejoindre mes gens en temps et en heure au Holstein."

Au moins, sommes nous d'accord sur ce point au vue des dires suivants.

"Bon, z'êtes prêt pour le décollage ?"

Acquiesçant, je m'engouffre dans l'appareil à la suite du pilote. C'était une longue journée qui s'annonçait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'oiseau Roc
Leonhardt Genmann
✦ Libre pour RP ? : Totalement Libre ! ^^

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Pilote d'aéronefs
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]   Dim 6 Nov - 0:19
L'appareil avait décollé sans anicroche, et Monsieur Von Vaans ne s'en était pas plein. Fort heureusement pour lui d'ailleurs, car Leonhardt considérait ce décollage comme excellent et aurait répondu à un reproche par une réplique sarcastique cinglante, Duc ou pas ! Ceci dit, lui qui n'aimait pas tellement faire la conversation, il n'était pas à plaindre à ce niveau-là : Manfred semblait être le genre de personne qui fait connaissance avec les gens par leurs actes et non leurs paroles, et c'était un trait de personnalité que le pilote appréciait. Mais même si le vol ne durerait pas plus de deux heures et que Leonhardt aimait les trajets en solitaire, avoir un passager à bord et ne pas dire un mot pendant tout le voyage serait légèrement oppressant. Aussi tenta-t-il sans grande conviction :

- Z'allez faire quoi là-bas exactement, si c'est pas indiscret ? Parce que désolé d'être sceptique, mais la diplomatie, en Allemagne... ça m'semble pas être une partie de plaisir. Sauf si on aime les bains de sang, bien sûr.

Désirant éviter de déclencher un mal de dos en s'appuyant trop longtemps sur son dossier, Leonhardt se redressa et se pencha un peu plus en avant. Si ses omoplates et sa colonne commençaient à le tirailler, il n'en aurait pas fini de baver pour ce boulot... Il porta machinalement une main à sa poche pour vérifier la présence d'une seringue, au cas où il en aurait besoin dans la journée, et reprit les commandes en main après avoir confirmé qu'il en avait bien une sur lui. Pas besoin de l'exhiber devant son patron par contre, pas sûr qu'il apprécie.
Cela n'empêchait cependant pas Leonhardt de fumer dans le cockpit et de n'en avoir rien à faire de déranger Manfred ou non.
Le pilote se redressa, actionna quelques mécanismes au plafond de l'appareil, et s'étira, les mains sur le volant.

- ça doit pas être drôle tous les jours d'être Duc dans c'pays, pas vrai ? demanda-t-il sur un ton neutre.

Le souvenir de sa petite-sœur et de sa mère tuées dans une bataille en pleine rue le prit aux tripes et fit gronder une colère sourde en lui, mais il serra les dents et secoua la tête pour chasser ces douloureuses pensées. C'était à cause des puissants que la guerre civile faisait rage et que sa famille avait été brisée ! Mais il n'en voulait pas à Manfred personnellement.
Non, en réalité il en voulait à tout le monde.
Mais se prendre la tête avec ça n'amènerait rien de bon. Et puis, dès que possible, il quitterait ce foutu pays pour des ciels plus bleus ! Pourquoi pas l'Espagne, tiens. Comme ça, si sa nature d'androïde venait à être découverte, il n'aurait pas de problèmes. Alors qu'ici...
Leonhardt croisa intérieurement les doigts pour que Manfred ne se rende jamais compte que son pilote était un androïde. Et pria pour qu'aucune urgence ne se présente afin qu'il n'ait pas à déployer ses ailes...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uther Pendragon
Manfred Von Vaans

MessageSujet: Re: [Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]   Dim 13 Nov - 15:38
L'on ne pouvait dire que le Duc était véritablement bavard. Oh non. De fait, il était plus du genre à se perdre dans ses pensées, en particulier lorsque des affaires cruciales de son point de vue étaient en cours. Et à l'heure actuelle c'était le cas. Cette rencontre était de la plus haute importance. Du moins à une échelle spécifique dans le nord du Pays. Bien évidemment la chose allait certainement soulever des questions ça et là. Après tout si l'entrevue devait se faire sans être trop voyante, le secret absolue la concernant n'existait pas. Et de fait, l'inévitable question arriva et sortis sa Grâce de ses songes.

- Z'allez faire quoi là-bas exactement, si c'est pas indiscret ? Parce que désolé d'être sceptique, mais la diplomatie, en Allemagne... ça m'semble pas être une partie de plaisir. Sauf si on aime les bains de sang, bien sûr.

Analyse classique et stéréotypé certes. Mais pas totalement fausse non plus. Après tout, la vérité absolue n'existe pas dans un pays ou les actions de chacun sont totalement imprévisibles.

- Vous n'êtes pas vraiment le premier à me poser la question. Avec une tournure à peu près semblable. Il marqua une pause, bien évidemment qu'on l'avait questionné certains avec du tact, d'autres de la manière la plus voyante possible. Et à chaque fois il leur avait répondu à peu près la même chose et cela ne changerait pas. L'objet de cette visite n'est autre qu'une entrevue avec le duc local afin dans un premier temps d'assurer un soutient mutuel entre nos deux duchés vis à vis des fauteurs de troubles plus au sud et à l'est. Mais surtout, j'espère établir quelques accords primordiaux afin de rétablir quelques trajets propices pour le commerce et relancer ce dernier de manière efficace au moins sur l'ensemble des côtes de la Baltique. Aussi, pour des raisons tant géographique que économique, le Holstein serait un bon point de transition pour ce but ci.

Bien évidemment, le premier point avait été largement éclipsé. Il n'était pas nécessaire de parler plus en détails des idées à développer afin de maintenir l'ordre dans une partie de la contrée par les moyens à disposition. Aussi, tout en expliquant de la manière la plus claire possible ce qu'il comptait faire, au Holstein, le duc passait outre la fumée ambiante qui s'étendait dans l'appareil. Après tout, il avait l'habitude de "hanter" des salons comptant bien plus d'adeptes de cette pratique. Bien qu'il n'applique pas lui même cet usage, il le supportait relativement bien sa présence.

- ça doit pas être drôle tous les jours d'être Duc dans c'pays, pas vrai ? demanda-t-il sur un ton neutre.

Ah. La fameuse constatation. Celle là même que chacun peut faire en Allemagne. Oh ça pour ne pas être drôle c'était le moins que l'on puisse dire. Conflits seigneuriaux dans les baronnies, brigandage sur les grands chemins, parodie d'esclavagisme dans les usines, incompétence du trône depuis la capitale. Si l'on devait résumer les maux du pays dans les grandes lignes afin d'aller aux plus importants sans s'étendre sur tous ceux annexes qui orbitaient autour de ces derniers.... C'est très certainement ce que l'on aurait dit. Bien sur, certaines régions étaient moins touchés que d'autres, mais de manière générale l'on pouvait très certainement affirmer que presque tous les Allemands avaient été touchés par une des "tumeurs nationales". Le Duc le premier par ailleurs, après tout, n'avait-il pas perdu père et frères face aux ambitions d'une vermine tyrannique ? Oh si... Et c'était pour cela que les choses devaient changer. Cette rencontre, c'était pour le changement après tout.

"Disons simplement que commercer en Angleterre était plus simple." Répondit-il finalement. Un ton relativement nostalgique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'oiseau Roc
Leonhardt Genmann
✦ Libre pour RP ? : Totalement Libre ! ^^

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Pilote d'aéronefs
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: [Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]   Jeu 17 Nov - 14:08
Oh là làà, Leonhardt n'aurait jamais dû poser la question... Déjà parce que la stratégie ce n'était pas pour lui, contrairement à l'action, et aussi parce que, ben, en réalité cela ne l'intéressait pas le moins du monde. De toutes façons cela faisait longtemps qu'il considérait l'Allemagne comme étant un cas désespéré et qu'il ne s'y sentait plus chez lui. Cela dit, les actions de Manfred étaient louables. Le Duc voulait changer les choses à son rythme et avec ses moyens, et ce n'était pas rien. Un tantinet idéaliste, certes, mais pas rien. Et puis, le pilote avait déjà renoncé à tout ce lot d'idéaux, car après tout ce n'était pas un androïde drogué à la morphine et antipathique comme pas deux qui pourrait améliorer la situation dans cette foutue nation.

Au bout d'un moment, la fin du trajet se dessina à l'horizon et Leonhardt en informa son passager :

- On arrive bientôt. On m'a d'mandé d'vous servir de garde du corps, pas que ça m'enchante, mais j'suis payé pour ça alors bon...

Bon, c'est sûr, la diplomatie n'était pas non plus le fort de Leonhardt. Mais quelle importance? De toutes façons ce n'était pas lui le politique dans cet aéronef. Et puis il n'allait pas changer sa façon de parler juste pour un riche allemand pompeux!
L'androïde appuya sur un levier et le vaisseau entama sa descente vers le plancher des vaches. Être garde du corps pour un diplomate, et pour son premier boulot en plus, ce ne serait sans doute pas de tout repos, surtout en Allemagne... Mais il ne se faisait pas trop de souci : il savait se défendre, et au pire il avait son "arme secrète". Mais alors vraiment dans le pire des cas.
Les trains d'atterrissage se déployèrent et l'aéronef atteignit le sol avec rapidité, légèreté et efficacité. Leonhardt s'autorisa un sourire satisfait et fit ralentir le véhicule jusqu'à son arrêt total. Après s'être étiré, il ouvrit le cockpit et aida Manfred à en descendre.

- Et voilà l'travail, lâcha-t-il une fois que son employeur ait posé pied à terre. Maintenant c'est à vous de passer devant.

Le pilote n'avait aucunement hâte de suivre le Duc dans la demeure Holstein, mais il n'avait pas le choix. Cependant, il avait le pressentiment que tout ne se passerait pas pour le mieux... Depuis le temps Leonhardt avait appris à flairer les pièges, mais ce n'était peut-être qu'une impression influencée par ses préjugés. Cela étant, il voyait mal comment une visite diplomatique en Allemagne pouvait bien se terminer. Généralement, les deux parties essayaient de négocier pour avoir plus que l'autre, ça se changeait en dispute, puis un coup de feu partait, et ça finissait avec au moins deux ou trois cadavres sur la moquette orientale.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]   Aujourd'hui à 11:43
Revenir en haut Aller en bas
 

[Février 04] Diplomatie à l'allemande [PV Manfred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Allemagne-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat