Partagez | 
 

 Quand le tigre veut en découdre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shere Khan
Medjid Sherkâh
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Quand le tigre veut en découdre...   Dim 6 Nov - 19:39
Pour le contexte, c'est ici que ça se passe ! --> Partie 1


Medjid enrageait. Il allait retrouver cette effrontée, le faire croupir dans ses cachots, la torturer, la tuer même ! Il ne pouvait croire à un culot de la sorte, et pire : il ne pouvait pas croire qu'il ait pu être assez stupide pour s'être fait avoir par son air presque respectueux et ses quelques aides. La japonaise avait donc cru pouvoir se jouer du sultan ! Et bien, elle en paierait le prix.

Il avait envoyé sur-le-champ ses gardes retourner la ville, fouiller les ruelles les plus étroites, chercher dans les plus modestes des boutiques. Et ce n'était pas seulement à cause de son amour-propre : la Demoiselle possédait entre ses mains ce qui n'aurait jamais dû sortir du palais : des lettres à ses ministres, des projets, des ébauches, des confidences. Et on lui avait dérobé, dans ses propres appartements ! Il ne savait pas qui soupçonner, lequel des gardes avait pu faire l'erreur d'une inattention ? Et quand ? Lors de son travail sur la tapisserie ? Non, sans doute pas ; il avait vu les lettres les matin à son réveil. Quand elle devait dormir, dans ce cas ? Voilà qui était déjà plus probable : il avait rejoint ses inventeurs pendant quelques heures, durant lesquelles son bureau était resté vide. Il restait encore la question de son infiltration : le bureau était fermé à clé. Mais l'imprudente avait déjà réussi à pénétrer dans son palais, donc qui sait ce qu'elle pouvait faire encore.

Il soupçonnait le pire : ce que la jeune fille aurait pu dissimuler, ce qu'elle pouvait contenir au fond d'elle même. La serrure de son bureau ne semblait pas avoir été forcé, une seule solution apparaissait à ses yeux : la japonaise possédait un quelconque pouvoir, un talent magique dont elle devait abuser à la moindre occasion. Oui, il ne voyait que ça : Après tout, elle était japonaise. Elle avait beau dire qu'elle avait quitté son pays depuis longtemps, quel crédit lui accorder ? Ah, il n'y a pas à dire, il avait hâte qu'on la trouve : ainsi il pourrait se venger de son excès de générosité dont l'étrangère avait lâchement abusé.

Il fixait la tapisserie qu'elle avait restauré d'un œil mauvais. Qui lui disait qu'elle n'y avait pas ajouter quelques sorts dans le but de causer sa perte ? Il ne pouvait pas se permettre de garder cette décoration dans ses appartements. Il la ferait déplacer… Non, détruire. Ce serait bien plus adapté. Déjà il s'approchait, observait sa signature d'un regard méprisant. Il en approchait ses doigts, attrapant délicatement un des fils de soie et commençait à tirer… Un bruit à sa porte le fit cesser : On toquait.

« Votre Majesté Impériale… »


« Oui ? »

« On a retrouvé l'asiatique. »

Un sourire carnassier venait se graver sur son visage, tandis qu'il se dirigeait vers la porte. Enfin. Il allait pouvoir apprendre à la jeune femme à ne pas se moquer des plus grands… Il prenait son fouet, sortait.

« Amenez-la au salon dès maintenant. Je ne veux pas attendre. »


Comme un tigre ne pouvait pas attendre avant de dévorer sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann & Mickaëlla Mellior



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Dim 6 Nov - 21:32
Hitomi était retourné à sa tournée touristique de la ville après avoir quitté le palais. Bon, elle comptait bien se tenir à carreau à partir de maintenant, et éviter de jouer les ninjas, ou dans son cas les kunoichis. A la réflexion Hitomi avait pas mal de points communs avec les kunoichis, les pendants féminins des ninjas. Plus spécialisées dans l'infiltration et l'espionnage, ces femmes usaient de ruses et de leurs charmes pour obtenir des informations, et effectuaient plus rarement des missions d'assassinat. Assassinat, hein... la jeune femme porta une main à son nécessaire de couture à sa ceinture. Elle n'avait pas eu besoin de s'en servir cette fois-là, et c'était d'ailleurs un soulagement. S'attaquer à un Empereur ou à ses soldats n'était pas la meilleure façon de passer des vacances tranquilles... Ceci étant, ça faisait quelques temps qu'elle n'avait pas fait de "virée nocturne", et une pulsion meurtrière frappait de temps à autres à la porte de son cerveau. La voyante se mordit la lèvre inférieure, et soudain un courant électrique lui parcourut le crâne.
Son intuition la prévenait d'un danger...
Hitomi tourna lentement la tête pour voir des gardes royaux fouiller les environs. Elle les entendit demander s'ils n'avaient pas vu d'asiatique, et comprit de suite qu'elle était leur cible.
Sans perdre de temps, elle se mit à courir au milieu de la foule et se réfugia dans une boutique de vêtements, essoufflée. Longeant le mur du magasin, elle se saisit d'une robe ottomane et se précipita dans un coin discret pour l'enfiler en vitesse, passant sous l’œil vigilant du vendeur. Elle se plaqua contre le mur et jeta un œil par la fenêtre, attendant de voir passer les gardes. Une fois qu'ils s'étaient éloignés, elle profita du fait que le commerçant discutait avec une cliente pour courir en direction de l'arrière-boutique et ouvrir la porte en bois avec un maximum de discrétion. Un coup d’œil à gauche, un coup d’œil à droite... Personne !
Sur la pointe des pieds, elle sortit du magasin et déboucha dans une ruelle au bout de laquelle grouillait une foule multicolore de passants. Quelques mètres, et elle pourrait se fondre dans le décor pour s'échapper incognito ! Un sourire soulagé sur le visage, Hitomi trottina vers la foule, mais se sentit soudain tirée en arrière par les cheveux, et avec un petit cri de surprise, elle fut plaquée à terre par une solide poigne métallique.

- Alors ma jolie, on pense pouvoir s'enfuir après avoir volé sa Majesté impériale...? grinça le garde avec un sourire carnassier.

Hitomi lui renvoya un regard rageur et lâcha un "Tss...!" frustré.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~


La jeune fille fut reconduite au palais impérial et jetée à genoux sans ménagement devant Medjid. Les gardes lui avaient lié les mains après l'avoir capturée, et après avoir été traînée comme une malpropre sur tout le trajet vers le palais, sa nouvelle robe s'était déchirée par endroits et sa tresse impeccable était parsemée de mèches rebelles. Elle devait avoir l'air d'une parfaite criminelle en cavale... Cependant, choisissant de rester digne un minimum et de ne pas perdre plus d'honneur qu'elle en avait déjà perdu, elle offrit à Medjid un sourire charmant et lui lança :

- Et bien, votre Majesté, je viens à peine de vous quitter que je vous manque déjà ? Vous ne pouvez plus vous passer de moi ! acheva-t-elle avec un rire bref.

C'est alors que derrière le masque de l'Empereur, elle distingua une rage sourde qui ne tarderait pas à exploser comme un volcan. Son sourire se dissipa presque instantanément, et elle demanda, avec un air grave :

- Il s'est passé quelque chose...? Je ne crois pas avoir fait quoi que ce soit pour mériter d'être traîté comme une criminelle de bas-étage...

Ce faisant, elle tourna la tête vers la tapisserie réparée la nuit dernière et vit qu'un des fils de sa signature avait été arraché.

- Vous avez abîmé la tapisserie, constata-t-elle sur un ton neutre. Si le problème vient de ma signature, je peux la retirer en quelques minutes, il n'était pas nécessaire de s'énerver pour ça...

Mais visiblement, l'Empereur n'avait que faire des suppositions de la voyante. Hitomi sentait la tempête arriver, et celle-ci serait autrement plus ravageuse que les typhons japonais...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shere Khan
Medjid Sherkâh
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Mer 9 Nov - 22:26
Elle était enfin là, dans un état qui ne pouvait que satisfaire Medjid : ses soldats, dirait-on, lui avaient donné un avant-goût de ce que subissaient tous les criminels. Et de ce qu'elle allait subir, elle. Peut-être cette idée calmerait-il l'insolence naturelle de la jeune femme ? Peut-être allait-elle simplement se soustraire sans plus d’insistance, ainsi aucun interrogatoire ne serait nécessaire ? Non. Définitivement pas, ça ne pouvait pas être aussi simple : il fallait bien que la Japonaise joue l'innocente, alors même qu'il la devinait coupable. Et cela agaçait Medjid plus qu'il ne l'était déjà. L'insolence de ses apostrophes, sa façon de se plaindre, ses reproches dissimulées sous un faux air d'innocence… Il enrageait, mais devait garder son calme. Après tout, une froide colère était toujours plus efficace que des crises ridicules.

« Non, effectivement, il n'est pas nécessaire de s'énerver pour cela… Au vu du crime que vous avez commis, après tout, ce détail est bien dérisoire. »

Le tout avec son ton lent et glacial, et son regard perçant dissimulé sous son masque blanc. Il détaillait Hitomi de haut en bas, et ne pouvait s'empêcher de remercier ses gardes pour l'apparence qu'ils lui avaient involontairement donné : on aurait cru une mise en scène parfaite, la gueuse criminelle face au grand maître, l'oiseau pris au piège entre les griffes d'un félin. Il ne laissait pas pour autant son ton se modifier : toujours avec la respect d'usage. Même si celui-ci était plutôt ironique au vu de la situation actuelle.

« Vous n'estimez donc pas, Mademoiselle, mériter d'être traitée comme… Une criminelle de bas-étage, c'est cela ? Rassurez-vous, je vais faire honneur à votre statut, dans ce cas… Et vous honorer comme tel. »


Son sourire s'était élargi sur ces derniers mots. Oh que non, très chère, il n'allait pas te traiter comme une simple voleuse… Mais cela n'était pas forcément à ton intérêt.

« En effet, je me doute qu'il faut bien plus de compétences pour ainsi… »
il laissait sa phrase en suspens « Dérober des informations hautement confidentielles à une personnalité impériale. Un criminelle de bas-étage, hein ? Ce n'est pas le terme que j'aurais utilisé. Espionne à la solde d'un parti ennemi, voilà qui me semble bien plus adapté. »

Restait à savoir lequel. Au vu de son apparence, il aurait fort à miser sur des services de renseignements asiatiques -simplement, il ne pouvait s'empêcher de douter que de hautes instances puissent embaucher de pareilles personnes-. Un mouvement rebelle, dans ce cas ? Non, elle n'était pas d'ici : et si elle avait été présente depuis longtemps dans l'enceinte de l'Empire, cela se saurait su. Après tout, une peau pareille ne passe pas inaperçue… Restait le pire, le plus immonde, le plus logique, cependant : un quelconque groupe magique. Oui, cela lui paraissait le plus probable. Mais, de toute manière, il comptait bien sur l’asiatique pour répondre à ses interrogations.

« Qu'en pensez-vous, Mademoiselle ? Je vous conseille d'être franche, dans votre intérêt. »


Et, en disant cela, il passait négligemment sa main sur le fouet, encore posé sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann & Mickaëlla Mellior



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Mer 9 Nov - 23:21
Les yeux de Hitomi s'écarquillèrent, et si sa situation n'était pas si sérieuse elle aurait éclaté de rire. Elle ? Espionne ?! Décidément, l'Empereur manquait d'humour mais pas d'imagination ! Qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre...!

- Ahem, navrée mais vous vous méprenez votre majesté... répondit Hitomi avec un froid et léger sourire. Je n'ai rien volé, ni biens matériels ni informations de quelque sorte que ce soit. Et si vous doutez de moi vous n'avez qu'à me fouiller ! Ou même, tiens, torturez-moi ! Je n'ai rien à cacher, mais peut-être que vous aurez besoin de m'entendre hurler de souffrance pour en être convaincu ? acheva-t-elle avec une pointe d'ironie, son expression trahissant cependant une sincère frustration.

Hitomi était convaincue que l'Empereur n'était pas qu'un homme frustré et colérique avide de violence et de pouvoir. Elle était sûre que sous ces masques physique et immatériel se cachait une profonde bienveillance pour son peuple et son Empire. C'était un sentiment qui dépassait son intuition. Hitomi n'était douée pour cerner les gens que lorsqu'elle les arnaquait, car la plupart du temps elle ne savait pas comment s'y prendre ou n'en avait tout simplement pas grand-chose à faire. Mais le tempérament de Medjid était des plus particuliers, et la jeune criminelle voyait comme un défi de découvrir ce que dissimulait cette sévérité.
Et Dieu savait à quel point la jeune femme adorait les défis...
Elle n'aurait cependant l'occasion de sortir victorieuse de ce challenge que si elle restait vivante et entière, alors il valait mieux pour elle qu'elle trouve un moyen de prouver son innocence par autre chose que des paroles. Qu'est-ce que les gens faisaient dans ces cas-là ? Si elle était fouillée, elle se doutait que Medjid dirait quelque chose comme "Tu as très bien pu les cacher avant de te faire prendre par mes gardes, sorcière !", alors il allait lui falloir quelque chose de bien plus consistant que ça comme preuve...
La voyante fit marcher ses méninges et retraça les évènements de la matinée, c'est à dire le seul moment où elle était sans surveillance ou presque. Elle avait mangé, dormi, pris un bain avec la servante... Voyant que Medjid la scrutait d'un œil mauvais pendant qu'elle gardait le silence, en pleine réflexion, elle choisit de partager avec l'Empereur le fil de sa pensée.

- Vous savez très bien que je n'ai pas pu vous voler cette nuit, vu que j'étais en train de travailler sur la tapisserie et que j'étais alors sous bonne garde, exposa-t-elle. Ensuite j'ai pris un bain en compagnie de votre servante, Lalehan, puis je me suis rendue à la chambre que vous m'avez prêté pour y dormir, accompagnée par d'autres domestiques. Vous pouvez demander à vos servantes, elles m'ont apporté le petit-déjeuner dans la chambre pendant que je dormais, elle pourront vous garantir que j'y étais à ce moment-là. Ensuite j'ai mangé et un garde est venu me chercher pour me reconduire à la sortie du palais. Il n'y a aucun moment où j'aurais pu vous voler, et ce n'est pas parce que je viens du Japon que cela fait de moi un ninja aux capacités étonnantes.

Hitomi acheva son monologue par un sourire confiant. Devant les faits, l'Empereur serait bien obligé de reconnaître son innocence ! Et si jamais cela ne suffisait pas à cet homme borné, il pourrait toujours la faire fouiller ou la passer au fouet. De toutes façons, elle avait déjà vu pire.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shere Khan
Medjid Sherkâh
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Lun 21 Nov - 21:15
Bien entendu, elle n'allait pas admettre ses fautes. Si cela agaçait quelque peu Medjid, il ne pouvait pas dire qu'il ne s'y attendait pas. Ni à sa contestation, ni à son argumentation à l'apparence parfaite mais aux failles certaines. Cet échange devait arriver, alors autant la démonter sur le champ, pour montrer à la Japonaise qu'elle n'était pas en mesure d'ainsi assurer son innocence. La quémander, certes : après tout, personne ne pouvait être sur de sa culpabilité, et l'Empereur le savait. Cependant, l'Empire fonctionnait de la sorte : à défaut de preuve irréfutables d'innocence, on était coupable. Et donc, sujet à toute sanction. Et pour le moment, l'accusée n'avait qu'un discours des plus discutables.

« Je sais pertinemment quand les lettres ont été volée, inutile de m'informer de ce qui se passe dans mon propre palais. Ou du moins, tant que cela reste dans le domaine de ma connaissance… Mais vous saurez, Mademoiselle, que les hommes ce qu'ils sont, et qu'une erreur, bien que grave, reste possible. Mes servantes n'étaient là qu'un cours moment : et elles se sont effectivement portées garantes de votre présence. Mais cette instant n'est rien, comparées à des heures de prétendu sommeil : durant lesquelles mes gardes se sont relayés, ont pu être inattentifs. Et encore, je ne compte pas les possibilités magiques approuvées dans votre pays. »


Il ne comprenait même pas comment un Empereur pouvait être irresponsable au point de tolérer ce genre d'abominations : chaque être magique était une petite bombe à retardement. Et, rien qu'à la vue d'une potentielle magicienne dans l'enceinte de son palais, Medjid se sentait déjà mal à l'aise. Alors, des centaines et des milliers… Il se sentirait nauséeux, craignant à chaque instant qu'un de ces être viennent faire exploser les fondements d'un Empire qui avait mis tant de temps à se construire. C'était arrivé il y a si peu de temps, après tout.

On toquait à la porte. Medjid invitait, d'une voix forte et autoritaire, la personne à entrer. Un messager entrait, s'approchait du Sultan, lui soufflait à l'oreille que ses ministres souhaitaient le voir au plus vite. Bien entendu, ils devaient avoir eu vent de l'affaire, et il faudrait les rassurer au plus vite. Avant que l'inquiétude générale ne monte, risque de tension : et Medjid sentait déjà qu'il n'aurait plus beaucoup de temps les prochaines heures. Il soupirait, ordonnait en ottoman d'aller prévenir de sa visite, avant de regarder à nouveau Hitomi.

« Je suis dans le regret, Mademoiselle, de reporter votre interrogation à plus tard : mais au moins cela vous donnera-t-il le temps de penser aux inconvénients que vous avez à réfuter un crime qui est vôtre. »


Il se tournait ensuite vers ses gardes, lâchant rapidement.

« Amenez-la aux cachots. Et assurez une surveillance sans faille : je ne veux aucune bavure. »

Et les gardes obéissaient sur le champ, attrapant Hitomi par les bras pour la traîner sans ménagement à sa cellule.

***

Les cachots du palais étaient étouffants : bien que placés sous terre, les soleil tapait sur la terre au dessus, faisant monter la température ambiante. Et l'humidité des sous-sols n'arrangeait rien, rendant l'air pesant. On voyait, dans quelques cellules, des prisonniers couchés à même le sol dans la recherche de fraîcheur : mais leur humanité même semblait avoir disparu, il n'était plus que des corps couverts de poussières, yeux fermés, à contempler le temps qui s'écoulait trop lentement.

C'est ici qu'allait croupir Hitomi pour les prochaines heures : sa cellule l'attendait, un peu à l'écart. Au moins aurait-elle le luxe d'un peu de paille recouverte d'un drap : exception rare, qu'elle ne garderait sans doute pas longtemps si les soupçons de l'Empereur se confirmaient. En attendant, elle resterait là, deux longues heures à attendre, avant que quelque chose n'arrive. Même si cela risquait de faire friser ses cheveux.

Mais voilà, qu'à force d'attente, quelque chose se passait enfin : une ombre traversait les fins couloirs des cachots, pour s'arrêter devant une cellule juste à côté de celle d'Hitomi. Couverte intégralement de voile, il aurait été difficile de reconnaître ne serait-ce que son genre, du moins jusqu'à ce qu'elle parle. Quelques mots, dans un persan chuchoté d'une voix féminine.

«من موفق، عشق من ...»

Un oreille avisée pourrait reconnaître ce timbre de voix, si l'occasion de l'entendre s'était déjà présentée.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann & Mickaëlla Mellior



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Mar 22 Nov - 22:33
Hitomi allait ouvrir la bouche pour répliquer, mais se ravisa. Autant ne pas gaspiller sa salive, il paraissait évident que de toutes façons l'Empereur ne l'écouterait pas. Finalement elle s'était peut-être trompée : Medjid n'était peut-être qu'un sale type borné, sadique et imbu de lui-même. Elle fronça les sourcils et détourna le regard, frustrée.
Quelqu'un vint alors chercher le sultan et après quelques mots deux hommes vinrent la saisir d'une poigne solide de mauvaise augure. Pas besoin d'être une lumière pour comprendre qu'elle serait jetée aux cachots.
Décidément, la jeune femme n'était plus du tout considérée comme une invitée... C'était bien la peine de s'être donné autant de mal pour la tapisserie ! Dans l'immédiat elle n'avait qu'une envie : emmailloter l'Empereur dans la tapisserie et le pousser dans les escaliers d'un coup de pied.
Mais pour des raisons de diplomatie et de sécurité évidentes elle s'abstiendrait.
Hitomi se laissa alors traîner dans les bas-fonds du palais comme une vulgaire criminelle et jeter dans des cachots sordides. En atterrissant au sol, sa robe se déchira un peu plus, finissant de lui donner l'allure d'une mendiante. Une mendiante très, très en colère.
A peine s'était-elle redressée qu'elle se jeta sur les barreaux avant des les agripper avec un regard rageur en direction des gardes.

- Vous n'avez pas le droit !! leur cria-t-elle avec un regard flamboyant de rage.

- Qu'est-ce qu'elle baragouine la traînée ? lança un des gardes à son collègue.

Les deux hommes partirent dans un rire moqueur avant de laisser seule la prisonnière.

- Sales types... Je vous le ferai regretter ! grinça-t-elle avec un air sombre et une voix inquiétante.

Hitomi lâcha les barreaux et commença à faire les cent pas dans sa cellule. L'air était brûlant et étouffant, l'humidité la faisait presque suffoquer et elle n'avait qu'une envie : prendre un bon bain. Et quitter cet endroit, aussi.

- L'humidité c'est mauvais pour les cheveux... soupira-t-elle en défaisant machinalement sa tresse toute désordonnée.

Quand la jeune femme en eût assez de tourner en rond dans la petite pièce et que la température l'eût quasiment vidée de toute son énergie, elle se laissa tomber sur le petit tas de paille abandonné dans la cellule et fixa le plafond d'un oeil morne. Pourquoi cet enchaînement de mauvaises choses lui tombait dessus? Elle qui avait tant rêvé et tant travaillé pour s'offrir ce voyage autour du monde, elle avait atterri les deux pieds dans une suite d’événements cauchemardesques! Etait-ce une punition pour ses crimes? Pour avoir abandonné son père? Pour ne pas se soucier des moeurs et de l'éthique? Là tout de suite elle se sentait faible, impuissante et pathétique. Tu parles d'un voyage de rêve...
La jeune asiatique essuya les larmes qui pointaient à ses yeux d'un revers du poignet et tenta de trouver le sommeil.
C'est alors qu'une silhouette entièrement voilée passa devant sa cellule pour s'arrêter devant le cachot adjacent à celui de Hitomi. Cette dernière tendit l'oreille tout en faisant mine de dormir, attendant que le mystérieux nouveau-venu ne dise ou fasse quelque chose. La silhouette sembla adresser quelques mots que ne put saisir Hitomi, avant de tourner les talons. La jeune femme, qui s'était redressée et approchée discrètement des barreaux, allait repartir s'asseoir dans un coin de la pièce quand un déclic se fit dans son esprit fatigué. Cette voix... elle la connaissait... C'était celle de la servante avec qui elle avait pris son bain!

- C'était... Lalehan...? Qu'est-ce qu'elle fichait ici et dans cette tenue...? songea Hitomi à voix basse en suivant la silhouette du regard.

C'était louche... très louche. Et si... la douce et servile Lalehan n'était pas si loyale qu'elle voulait bien le faire croire...?
Le visage de la prisonnière se recouvrit d'un voile sombre, et elle rassembla ses cheveux en une tresse qu'elle noua avec un morceau de sa robe en lambeaux.
Décidément le mystère était bien trop gros et la situation bien trop étrange pour que la jeune femme ne se laisse pourrir dans ce sinistre cachot.

- Hitomi ma grande, il est temps de passer à l'action...! souffla la prisonnière avec un regard perçant.

S'échapper de cette cellule ne devait pas être bien compliqué pourvu que l'on fasse travailler ses méninges. Hitomi avait conscience de ses atouts, tant sur le plan du charme que sur les capacités physiques, et par chance elle se rappela que l'on ne lui avait pas confisqué son jeu de cartes et son nécessaire à couture. De ses doigts fins et experts, elle tendit un fil fin sous ses yeux. D'une rare qualité, résistant comme du métal et souple comme les plumes d'un oiseau. Elle esquissa un sourire et organisa une petite mise en scène en attendant qu'un garde n'arrive.
Quand un des soldats de Medjid passa devant la cellule de la jeune fille, il ne fit pas attention à la silhouette visiblement endormie, cependant la carte de tarot abandonnée sur le sol froid et rugueux attira son attention. Il se baissa pour la ramasser et quand il se releva il se retrouva nez à nez avec une jolie japonaise au regard de tueuse. Il n'eût pas le temps de réagir que d'un geste vif la jeune femme fit danser un fil autour de son cou et qu'il se retrouva plaqué le dos contre les barreaux à suffoquer. Hitomi resserra son emprise, son regard se faisant polaire, et tint bon jusqu'à ce que le garde s'effondre, inconscient. Elle attrapa l'homme par les bras pour le laisser tomber doucement et éviter de faire du bruit, avant de se saisir de la clé dans une de ses poches et de se libérer.

- Désolée, mais c'est vraiment un cas de force majeur, dit-elle en bâillonnant et en ligotant le garde avant de le laisser dans la cellule où elle était enfermée.

Puis, après s'être tapé dans les mains et avoir arrangé sa tenue pour qu'elle soit plus pratique, elle se lança sur les traces de la mystérieuse Lalehan.
Hitomi arriva au bout des cachots et se retrouva face à un cul de sac. Mais Lalehan n'était pas repassée devant sa cellule, alors il devait forcément y avoir un passage quelque part...
La jeune fugitive baissa les yeux et découvrit l'entrée d'un petit tunnel, des égoûts ou des voies d'air, sans doute.
Hitomi esquissa un sourire.

- Trouvééé...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shere Khan
Medjid Sherkâh
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Mar 6 Déc - 21:26
Medjid sortait de la grande salle de réunion. Il en avait rarement vécu d'aussi harassantes ; l'inquiétude de ses ministres limitaient fortement leur diplomatie, et il avait eu l'impression de se trouver dans une véritable volière. Sauf que les perruches orgueilleuses qui se pavanaient d'habitude étaient devenues de véritables harpies, battant des ailes et piaillant au moindre danger. C'était à la limite du supportable, et l'Empereur se sentait venir une migraine. Il n'ignorait pourtant pas la méfiance extrême de ses conseillers vis-à-vis de sa personne. Après tout, il n'y avait rien de plus normal : nombreux étaient ceux dans l'Empire à attendre la moindre faille de sa part, pour faire tomber en miettes l’œuvre qu'il tente de bâtir. Et ces failles pouvaient être n'importe quoi. Il ne pouvait en aucun cas se permettre de laisser passer la moindre excuse de reproche. Et il avait déjà eu tant de choses à se reprocher au sujet de la Japonaise, hors de question d'en risquer une de plus.

« Votre Majesté ! »


Oh, genelev. Ces deux mots, ce ton précipité et ces interruptions incessantes n'annonçaient rien de bon. Il retenait un soupir, se retournait. Le garde était essoufflé, courbait l'échine, craintif. Un encore plus mauvais présage.

« C'est au sujet de la Japonaise... »


Non. Non. Non.

« Elle n'est plus dans sa cellule. Il n'y a un garde inconscient, à la place. »


***
Le palais était dans une complète effervescence. Les gardes sillonnaient les moindre couloirs en courant, des allers et venues incessantes, des murmures étouffés des domestiques. Le Sultan est dans une colère noire, et les rumeurs quant à la raison de cette fureur se font multiples. Et ces chuchotements courent les palais, n’épargnant que de rares endroits.

Le bain était un de ces rares endroits. Toujours aussi calme, éternellement à l'écart des agitations extérieurs. Enfin, à une ombre près. Une ombre voilée, toujours la même, dont les contours se faisaient flous à cause des volutes de fumée. Un léger courant d'air venait les chasser, venant d'un grand conduit en métal. Et qui débouchait dans les cachots du palais.

D'ailleurs, on entendait des cris venant du sous-sol. Mieux valait pour l'ombre filer rapidement… Comme pour quiconque traînait dans les parages, d'ailleurs. La jeune femme glissait parmi les volutes de fumée, rejoignant rapidement la sortie. Elle vérifiait rapidement les alentours : rien ne semblait bouger. Elle retirait alors son voile, laissant enfin voir son visage. Comme quoi, la suspecte n'avait pas toujours l'apparence que l'on croyait : une peau mate au lieu de dorée, une domestique au lieu d'une étrangère. Cette fois-ci, le renard se cachait au beau milieu du poulailler.

Elle empruntait une petite porte, menant à un escalier de service ; seules les domestiques y passaient, et, vu la méfiance qui avait envahit le palais, et ceux-ci devaient rester confinés. Personne ne devrait pouvoir la surprendre, elle serait en sécurité. Enfin, théoriquement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann & Mickaëlla Mellior



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Dim 11 Déc - 20:29
- Toi tu ne m'échapperas pas ma jolie...! souffla Hitomi avec un petit sourire déterminé.

Cela faisait plusieurs longues minutes qu'elle crapahutait dans le passage étroit, sombre, et humide, alternant vitesse et discrétion pour ne pas être repérée par sa cible. Jusqu'à présent sa filature avait été efficace, elle entendait les bruits des pas de Lalehan résonner de plus en plus fort devant elle, et la jeune japonaise sû qu'elle se rapprochait de plus en plus. Bientôt elle pourrait lui mettre la main dessus et la questionner sur la mystérieuse raison de sa présence dans les cachots.
Se fondant dans les ombres, elle se fia à son expérience de criminelle et à son intuition infaillible pour finalement arriver au bout du tunnel. Ce passage était un véritable labyrinthe qui devait courir sous le palais tout entier! Si elle n'avait pas été aussi efficace à suivre sa proie, elle se serait sans doute perdue depuis longtemps, condamnée à errer à jamais dans ce dédale de ténèbres humides. Ces ténèbres humides qui commençaient d'ailleurs à la faire s'inquiéter pour ses cheveux. Lalehan avait intérêt à avoir une excellente raison de se trouver là, ou Hitomi ne lui pardonnerait jamais cette agression capillaire.
Finalement, au bout de ce qui sembla être une éternité à la fugitive asiatique, des rais de lumière étouffés transparurent dans le faible éclairage des tunnels et Hitomi s'élança vers ce qui lui apparut comme une sortie, pour se retrouver...
Dans les bains du palais.
La jeune femme écarquilla les yeux, surprise. C'est alors qu'elle se remémora les événements survenus plus tôt dans la journée, lorsqu'elle avait perdu le savon et qu'elle avait découvert ce conduit scellé par une grille. Ainsi donc, un passage secret reliait les bains aux cachots... et aussi sûrement à beaucoup d'autres endroits de ce palais. Mais alors, n'importe laquelle des personnes connaissant ces passages pouvait espionner et circuler à sa guise dans toute la demeure royale, à n'importe quel moment! Et qui mieux qu'un domestique pouvait arpenter et apprendre par cœur ce labyrinthe...?
Décidément, Lalehan était louche. Ce n'était sûrement pas pour gagner du temps sur ses tâches ménagères que la mystérieuse femme empruntait ces tunnels secrets... Mais alors pourquoi?
Hitomi secoua la tête et se concentra à nouveau. Si elle perdait du temps en réflexion, elle risquait de laisser Lalehan lui échapper! Et si cette dernière était une pièce du puzzle pouvant prouver son innocence, alors elle risquait gros à perdre sa trace.

- Pas une minute à perdre, souffla la jeune fugitive en se précipitant vers la sortie des bains, suivant les traces de pas humides sur le marbre.

Concentrée sur sa filature, elle parvint à une porte dérobée, sûrement empruntée par les domestiques du palais, et manqua d'attention... Elle eût à peine le temps d'ouvrir la porte que des gardes pénétrèrent dans les bains et la prirent sur le fait. Sans perdre une seconde, la jeune femme s'élança vers les escaliers de service en claquant la porte derrière elle.
Les ennuis continuaient...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shere Khan
Medjid Sherkâh
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Sam 7 Jan - 14:53
Le tigre tournait dans sa cage, attendant avec une impatience tout juste contrôlée des nouvelles de sa proie. L'étrangère s'était échappée, soit. Mais ce qui l'agaçait encore plus, c'était de ne pas pouvoir la chercher lui-même. Il fallait attendre. Il fallait faire confiance. Il fallait obéir à cette étiquette ridicule qui interdisait aux plus grands d'accomplir eux-mêmes les tâches les plus basses. Et pourtant, ce n'était pas l'envie qui lui manquait ici. Il avait horreur qu'on se moque de lui, et la japonaise l'avait fait en beauté ! Mais non, il fallait laisser quelqu'un d'autre laver son honneur à sa place. Et, tandis qu'on applaudirait l'heureux gagnant, le conseil chuchoterait tant de messes basses à son sujet. Comme toujours. Comme il l'avait lui-même fait lorsque son demi-frère gouvernait encore.

Il connaissait trop bien ce jeu, qui n'admettait que trop peu d'erreurs. Et pourtant, il avait sans cesse l'impression d'en faire. Quelques broutilles, certes, mais qui le faisait craindre pour sa réputation. Et cette fois-ci, l'erreur était trop grosse, les risques trop grands. Cette seule escapade pouvait faire trembler les fondations de son autorité, déjà trop fragiles à son goût. Et sans autorité, que donnerait son règne? Un simple échec, dont d'autres profitaient pour prendre la suite. Il ne ressentait aucune rancoeur vis-à-vis de tout cela : Après tout, c'était ce qui lui avait donné sa place. Simplement, il craignait cette mécanique si bien huilée. On retirerait les engrenages rouillés : mais à force, la machine risquerait de s'écrouler. Comme son empire sur le déclin.

On frappait, enfin. Medjid redressait la tête, donnait l'ordre d'entrer, d'une voix qui trahissait à peine son impatience. L'avait-on enfin trouvée?

***

Les gardes se dépêchaient, chatons courant pour attraper leur proie. Et la porte claquée à leur nez n'avait fait qu'attiser leur envie d'attraper Hitomi. Ils la rouvrirent aussi sec, et crièrent pour appeler des renforts. Les ennuis ne faisaient que commencer, en somme. Et pas seulement pour la japonaise, mais aussi pour celle qu'elle suivait en filature. Lalehan comprenait ce que disait les gardes. Elle comprenait qu'elle avait quelqu'un aux trousses. Et cela ne lui plaisait pas du tout : Il ne restait plus qu'à y remédier, à présent, et au plus vite. Elle arrivait en haut des marches, s'engouffrait dans un petit couloir adjacent avant de l'attendre, avec un sourire des plus aimables. Mais qui, dans le contexte, paraissait glacial.

« Désireriez-vous quelque chose, Bayan? »

Son ton suivait sa politesse habituelle, son amabilité jouée pendant de longues années. Elle ne se défaisait pas de son rôles, ou du moins, pas dans son ton. Après tout, elle parlait suffisament fort pour que les gardes puisse l'entendre...

« Ceci dit... Je doute pouvoir vous servir pour le moment. Comprenez, qui servirait l'ennemie de tout le palais ? »

Mais ces quelques mots ne seraient pas le seul accueil que recevrait la japonaise. Lalehan se concentrait, faisant enfin recours à son arme la plus secrète : Sa magie, qu'elle a été contrainte de cacher pendant toutes ces années. Le sable se soulevait, se réunissant en volutes de poussière, rendant l'air irrespirable. Cela ne ferait rien à l'orientale : cette sorcellerie était son alliée, son amie la plus intime. Elle faisait descendre cette fumée jusqu'au milieu des escaliers : Elle n'aurait plus l'effet de surprise, certes. La Japonaise se retrouverait probablement coincée plus tôt que prévu. Mais, plus important, elle avait ainsi la certitude qu'aucun garde n'oserait les déranger, au moins pour un petit moment. Restait à voir si la fugitive lui donnerait du fil à retordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann & Mickaëlla Mellior



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Mar 10 Jan - 22:40
Hitomi franchit la dernière volée de marches qui la séparait de sa cible, et se retrouva finalement en face à face avec Lalehan, qui s'adressa à elle sur un ton étrange.
La fugitive japonaise esquissa un sourire.
Hin, ainsi donc son instinct ne l'avait pas trompée... la jolie servante d'apparence si innocente ne l'était peut-être pas tant que ça finalement...

- Je me disais bien qu'il y avait quelque chose d'étrange! Que faisais-tu dans les cachots, accoutrée comme une espionne? demanda Hitomi avec un sourire assuré mais légèrement froid, les sourcils froncés sous ses mèches de cheveux en bataille.

Puis, pointant un doigt accusateur en direction de l'ottomane, elle lança avec une expression confiante et triomphale :

- Je pense que l'ennemie de tout le palais, en réalité, c'est toi !

La jeune fille n'eût pas l'occasion de savourer sa victoire plus longtemps, car Lalehan réagit soudainement en créant un nuage de poussière et de sable qui prit Hitomi de court.
Mince, l'ottomane pouvait ainsi donc utiliser la magie...? C'est Medjid qui serait content d'apprendre ça... Mais pour l'heure, la japonaise ferait mieux de se concentrer.
Car cela serait fort étonnant que la traîtresse abandonne pour prendre la fuite. Elle voudrait sans doute faire prisonnière Hitomi et la livrer au Sultan pour lui faire porter le chapeau, avant de s'enfuir avec les lettres qu'elle avait certainement volé.
Hin, si elle croyait qu'elle allait se laisser faire...

La jeune japonaise refit rapidement sa tresse et déchira sa robe pour la raccourcir et la fendre sur les côtés, et tant pis pour la bienséance! Mieux valait passer pour une traînée que finir dans la fosse commune d'un pays qui n'était même pas le sien!
Après avoir adopté une tenue plus pratique, elle sortit du fil de sa poche et se tint aux aguets, progressant dans le nuage de sable, cherchant à détecter la présence de Lalehan. Les grains dorés lui rentraient dans la bouche et le nez quand elle respirait, rendant la tâche plus ardue, aussi Hitomi attrapa un lambeau déchiré de sa robe pour en faire un cache-nez. Elle ressemblait à présent davantage à une sorte de kunoichi orientale qu'à une fugitive échevelée.
Une silhouette se détacha soudain dans le nuage, et la jeune voyante se rua brutalement vers elle. Mais en arrivant devant l'ombre, elle découvrit qu'il ne s'agissait que d'un pilier.

- Tss... Où te caches-tu Lalehan...? susurra Hitomi d'une voix mélodieuse et inquiétante. Allez, montre-toi... Tu ne veux pas me livrer au sultan pour couvrir tes crimes...? Décidément les traîtres ne sont vraiment que des lâches... continua-t-elle en fouillant les environs du regard, le sable glissant entre ses pieds nus, le nuage se mouvant comme un brouillard mystérieux et suffocant.

La japonaise tendit l'oreille. Ecouter, écouter... le glissement du sable, le crissement du marbre, le bruissement des étoffes...
Un souffle dans son dos...
Le contact du tissu sur ses chevilles...
Hitomi esquissa un sourire carnassier et tendit son fil devant elle.

- Je t'ai trouvéééée...!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shere Khan
Medjid Sherkâh
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Dim 12 Fév - 14:18
Lalehan était là, au milieu de son nuage de sable, grimaçant aux mots d'Hitomi. S'il restait encore un infime espoir que la Japonaise soit stupide, il fut réduit à néant : elle avait clairement compris. Et, qui plus est, énonçait son crime de façon suffisamment évidente pour que n'importe qui comprenne. Et notamment, les gardes plus bas… Elle jurait entre ses dents serrées quelques mots en Persan, avant de se reprendre. Et de voir le fil près de sa gorge.

Par un rapide réflexe, elle mis ses bras devant elle, en protection. Le fil effleurait le tissu de ses manches, l’abîmant, le tranchant même par endroit. La servant grimaçait, s'écarta comme elle pouvait d'Hitomi. Bon sang, qui aurait cru que ce fil puisse être si solide ? Elle imaginait sans peine ce que la Japonaise pourrait faire avec. Et, au vu de ses mouvements rapides, elle devait sans mal se dérouler au combat.

Lalehan concentra ses forces, envoya le sable sur ce qui était désormais son ennemie. Une salve de roches fines, comme une tempête de sable miniature. Voilà qui devrait la destabiliser, lui donnant même l'illusion de multiples coups de fouet. Elle eût un léger rire.

« Et bien, il semblerait que tu ne sois pas si forte, face à une lâche ! »


Elle continuait ainsi, à la ruer de coup de sable, comme elle pouvait. Mais derrière ce rempart de poussière, elle craignait une nouvelle attaque. Elle pressentait que cette étrangère était plus qu'une simple couturière, à voir ses mouvements rapides et discrets. Et ça ne lui plaisait pas, pas du tout.

***
Mais les mots de la Japonaise n'avaient pas été entendus que par Lalehan. Les gardes avaient averti le Sultan, qui accourait sur les lieux, se glaçait d'effroi à la vue du nuage de sable. De la magie. Et, vu sa nature, il doutait qu'elle soit japonaise… Non, ce tourbillon de sable avait tout d'oriental, il devait bien l'admettre. En d'autres termes, le coupable se trouvait dans le palais depuis bien plus longtemps qu'il ne voulait l'admettre.

Et à présent, la voix de Lalehan… Il sentait un flot de rage l'envahir. Lui qui avait accusé une étrangère, que tout accablait, il s'était trompé ! Non, la coupable était bien moins évidente que cela. Une fille d'ici, enfin, en apparence. Une servante fidèle, qui avait montré sa loyauté à moultes reprises. Et pourtant, c'était bien elle, la traitresse... Medjid serrait les dents.

« Lalehan, je t'ordonne d'arrêter! »


Il dénouait son fouet à sa ceinture, jugeait un instant du regard la nuage de sable, et hésitait. Il n'irait pas pour le moment, attendrait de voir sa réaction, et ce que la Japonaise pourrait faire... Mais, en cas de besoin, un peu de sable n'avais jamais arrêté un tigre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann & Mickaëlla Mellior



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Sam 25 Fév - 0:10
Surprise par la ténacité et les réflexes inattendus de son adversaire, Hitomi fut repoussée et perdit l'équilibre avant de chuter lourdement contre un pilier en marbre. Serrant les dents, elle adressa un regard meurtrier à Lalehan.

- Rrrgh, tu vas voir, sale traîtresse...! gronda la japonaise en se relevant, sa robe en lambeaux mais son esprit solide et acéré comme l'acier.

La jeune femme s'apprêtait à se jeter une nouvelle fois sur la servante, quand une voix familière retentit entre les hauts murs de pierre. Tournant vivement la tête, son regard se posa sur le Sultan.
Celui-ci semblait avoir eu un bel aperçu de la scène...
Hitomi esquissa un sourire satisfait et tourna la tête vers la magicienne.

- C'est terminé Lalehan, ta couverture est partie en fumée, asséna la japonaise en la regardant de haut.

Puis elle pivota vers le sultan et lui fit un grand signe de main, son sourire devenant large et insouciant comme celui d'un enfant, lui faisant perdre l'éclat inquiétant qu'elle avait revêtu durant l'affrontement.

- Hééé, votre majesté! Vous avez vu, la voleuse, ce n'était pas moi!

Ses yeux glissèrent ensuite vers le fouet dont s'était saisi Medjid, et elle lança un sourire carnassier à la traîtresse. Hihihi, elle allait passer un sale quart d'heure la Lalehan! Ah, et sultan ou pas, elle espérait recevoir des excuses du maître des lieux. Parce que pour ainsi gâcher ses vacances, elle exigeait au moins une petite compensation.
Redevenant sérieuse, après tout la servante n'était pas encore capturée, Hitomi se remit en position de combat, fil et aiguille à la main.

- Bien, maintenant que tu n'as plus nulle part où aller tu ferais mieux de laisser tomber. Ce serait dommage de devoir abîmer un si joli visage, tu ne crois pas?

La jeune femme jeta un regard entendu au Sultan, prête à agir de concert avec lui si les gardes tardaient à intervenir et que Lalehan sortait un autre atout de sa manche. Elle espéra d'ailleurs fortement que le sultan ne la laisserait pas se battre toute seule. Et vu le comportement qu'il avait eu avec elle plus tôt, cela ne l'étonnerait même pas de sa part. Par ailleurs, la voleuse de lettres ne semblait pas prête à baisser les armes... Qu'il en soit ainsi.
Restant en retrait, son souffle s'accélérant, Hitomi attendit quelques secondes... et se jeta brusquement sur la servante, la plaquant au sol et la maintenant paralysée en tendant un fil solide et tranchant sur sa gorge. Lalehan résista, et les deux jeunes femmes luttèrent au corps à corps avec l'énergie de la colère, de la frustration et du désespoir.

- Un peu... d'aide... ne serait pas... de refus! lança la voyante à Medjid en grinçant des dents, son regard rivé dans celui de son adversaire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shere Khan
Medjid Sherkâh
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui

✦ Double-compte : Emélie Grégoriu



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   Lun 10 Avr - 23:44
Medjid observait un instant la Japonaise, surpris du contraste qu'il y avait entre la jeune femme taquine qu'il voyait depuis le départ… Et la quasi-meurtrière qui s'était jeté sur sa servante, comme un prédateur se jette sur sa proie. Il observait aussi ce fil, cet objet si inoffensif à l'origine qui semblait bien plus redoutable. Finalement, elle s'avérait bien plus forte qu'elle ne l'avait laissé paraître jusqu'ici.

Cependant, ce n'était certainement pas une raison pour la laisser seule combattre un ennemi de son État. Il jetait un coup d’œil à ses soldats, qui semblaient légèrement réticent à l'idée d'entrer dans le nuage de sable toujours contrôlé par la sorcière. Peu importait, de toute manière il souhaitait châtier de lui même la garce qui avait osé trahir sa confiance, et mis à mal la sécurité de son palais. Alors qu'elle avait feint la docilité pendant des années, alors qu'elle était une de ses meilleures domestiques, elle n'était rien de mieux qu'un de ses monstres qui ne méritaient rien de mieux que d'être éliminés.

« Rassurez-vous, je n'avais certainement pas l'intention de vous laisser punir seule cette traîtresse ! »


Il avançait dans le brouillard de sable, se fichant des quelques grains qui venaient fouetter sa peau, et se dépêchait de s'approcher des deux femmes. Lalehan, couchée sous Hitomi, écarquillait les yeux en le voyant arriver, se débattait avec force tout en sachant que c'était fini pour elle : le fil tendu de la Japonaise l'empêchait de se dégager d'avantage pour fuir. Et Medjid avait dégainé sa dague, la pointant vers la gorge de la traîtresse, sifflait quelques mots en ottoman.

« Arrête immédiatement de te battre, Lalehan. Tu es en état d'arrestation, et au moindre mouvement, j'accélère ta sentence en te tuant ici et maintenant. »


La jeune femme comprenait qu'elle était fichue, arrêtait de bouger tandis que des larmes remplissaient ses yeux. Elle lançait un regard haineux à Hitomi, la haïssait à cet instant, comme elle la haïrait probablement jusqu'à sa mort précoce.

« T'es contente, sale garce ? Par ta faute, je vais finir à l’échafaud ! »


Medjid appuyait un peu plus sa lame sur sa gorge, lui intimait le silence, avant de se tourner vers Hitomi. Il hésitait un instant, cherchait ses mots, n'avait pas vraiment l'habitude de s'excuser devant une simple couturière comme elle. Puis il finissait par incliner légèrement sa tête, laissant de côté son honneur. Il lui devait énormément, après tout.

« Mademoiselle, il semblerait que nous ayons fait une terrible erreur de jugement en vous inculpant comme nous l'avons fait. Veuillez accepter nos plus humbles excuses, ainsi que la permission de résider dans notre palais jusqu'à la fin de votre séjour. C'est la moindre des choses, au vu de ce que vous avez fait pour nous. »


Derrière lui, les gardes emmenaient Lalehan, et l'affaire semblait close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quand le tigre veut en découdre...   
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le tigre veut en découdre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: Le Moyen-Orient :: Empire Ottoman-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat