Mi-août 6. La contrée de fer - Finale (NC-16)

 :: L'Europe :: Roumanie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Sam 7 Jan - 22:01
Le membre 'Hasard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Roscat' :

Résultat :


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Louie
Le chef des voleurs
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie

Dim 8 Jan - 18:57


La contrée de fer

with Darius <3




Ils parvenaient à l’abattre, elle la grande Rouge, la grosse araignée haineuse, aveugle, défigurée et aux membres arrachés. Comme un insecte soumis aux caprices de curiosité d’un quelconque enfant, elle s’agitait en vain quand l’attention de Louie oscillait entre elle et son créateur. Quand Orendi et les autres continuèrent de s’attaquer à elle, le sourire du mercenaire disparu un court instant. Car profitant du chaos et avant même que le flingue ne se mit à tirer en tout sens, Darius avait commencé à reculer pour mieux fuir. Désobéissant.

Comme un sale foutu chien.

« Non » Eructa alors l’homme qui était presque un ogre, en écho à son propre père. S’avançant d’un pas leste pour arracher de la main d’Orendi même son précieux couteau. Qu’il lança, agile, jusqu’à la jambe de l’autre, le plantant dans le muscle assez sévèrement pour l’immobiliser. « TOI. TU RESTES T’AI-JE DIS ! »

Et dans une envolée de manteau, au premier coup de feu, il parvint à éviter les balles, suivant la trajectoire de l’aveugle, en opposé à son arme. Voyant les autres tomber, ou manquer de le faire, sans parvenir à ressentir une quelconque crainte à leur encontre, même envers sa propre fille.

« Voilà le Roi que tu mérites ! »
Souffla-t-il.

Soudain, ce ne fut plus qu’une ombre. Un gorille. Grimpant à son dos, écrasant de ses poings sa colonne vertébrale jusqu’à ce qu’elle fléchisse. Frappant son crâne à en faire résonner le coup dans la pièce. Avant de basculer, agile malgré son poids, comme il l’avait été en chine, à son bras armé du Gaitling. Et d’une torsion à sa hanche, presque un salto salvateur, le lui arracher. Entièrement. Dans une giclade de fer et de sang qui manqua de l’asperger.

A retourner l’arme contre elle et tirer. Trois fois.

A savoir si les balles allaient rebondir ou pas. Mais il n’aurait pas besoin de ça, pour la tuer.

Et Darius crèverait de ses mains, étranglé. Il se le jurait.

Spoiler:
 








pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dim 8 Jan - 18:57
Le membre 'Louie' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Confrontation' :

Résultat :


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Mar 10 Jan - 1:08
Tout va plutôt bien. La reine est en train de perdre ce combat acharné, la fille et Kay semblent être en bon état et, malgré l'échec de ma dernière attaque, je contribue à la descente de l'androïde folle à lier. Le côté "plutôt" vient de mon état, puisque la douleur générale baissant, je viens de me rendre compte des longues et profondes griffures laissées par Roscat. Le sang coule paresseusement le long de mes hanches, imbibant mes vêtements au passage. Pas de risque de mourir de ces blessures, tant que le combat ne dure pas trop longtemps et que j'ai le temps d'utiliser les bandages récupérés tout à l'heure par Kay dans le manoir. En attendant, il me suffit d'ignorer la douleur et de-CLIC.

Le bruit me fait instantanément lever la tête pour me rendre compte que je suis face à la gatling et loin des murs. Dans un geste qui me sauve probablement la vie, je me jette à terre. La balle qui devait arriver pile entre mes deux yeux finit ainsi par érafler sérieusement le haut de mon épaule gauche. Sauvée? Non. Alors que je suis sur le point de toucher le sol, une autre balle me touche. Un cri de douleur m'échappe, tandis que mon abdomen se transforme en Hel. Ne pas céder à la douleur. Utilisant l'adrénaline et la rage qu'il me reste, je lance un de mes poignards en direction de Roscat, priant pour que cela la fasse rater Kay et l'autre.

Je ne peux même pas voir le résultat de mon lancer, ma vision rendue floue par l'afflux de douleur suivant mon mouvement. Utilisant mes bras valides, je me traine misérablement vers le mur le plus proche, laissant une trainée de sang non négligeable derrière moi. Il semblerait que la balle ait traversé mon corps, non sans abimer quelque chose à l'intérieur. Pas de temps à perdre donc. Haletante, je déchire ce qui restait de tissu couvrant mon ventre pour compresser la plaie et tenter d'arrêter l'hémorragie. Pas question de mourir ici, surtout devant un adversaire aussi ignoble. Les dieux ont beau favoriser ceux tombés au combat, je refuse de laisser tomber mon pays et mon partenaire, qui plus est pour voir l'androïde se battant avec nous abattre la reine lui-même.

Le souffle court et la voix plus aiguë qu'à l'ordinaire, je m'adresse à une tache floue que je crois reconnaitre comme étant Sokolov : "Kay... La trousse de soin..."
J'espère que le téléporteur ne l'a pas grillée ou qu'il ne l'a pas oubliée dans le manoir lors de notre fuite.

Soudain, un bruit terrible retentit, les balles cessant même de pleuvoir. Et même si je ne comprends pas tout ce qui se passe, l'identité de la personne tenant le bras gatling de Roscat ne peut pas prêter à confusion, tant sa silhouette semble massive. Il semblerait que le duel d'androïdes se transforme en un régicide pur et simple. L'homme va même jusqu'à tirer sur la reine au sol, dans un bruit satisfaisant pour l'araignée blessée que je suis.

J'espère d'ailleurs que le combat ne durera pas beaucoup plus longtemps, sinon une certaine araignée scandinave ne va pas tarder à se recroqueviller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mar 10 Jan - 1:08
Le membre 'C. Muffet' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Roscat' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar !

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Mar 10 Jan - 21:41
« Y s'appelle R'viens ! » hurla Orendi redevenue, brièvement, Feodora, regardant son aimé de toujours, son fidèle coutelas, planter Darius tel le clou affiné d'un collectionneur de papillons. Une main leste farfouilla dans ses poches à la recherche d'une autre arme, l'empêchant de voir ce qu'il advenait. N'entendant que, bien trop tard, le claquement métallique, le clic d'une arme qu'on mettait en joue, d'un baril qu'on remplissait de balles.

La douleur explosa en étoile incandescente dans sa chair. La Russe roula au sol, s'enroulant dans son manteau loqueteux en guise de maigre bouclier face aux assauts de la Reine-Machine. Le sang éclaboussa le pavé pile devant le nez de la Russe, venant de toutes parts. Appuyant sur deux de ses bras, la femme rampa jusqu'à une colonnade, se glissant derrière pour mieux aviser la situation – celle du champ de bataille et de son corps malmené. Grinça des dents en sentant un énième bras se raidir de douleur, réclamer le droit de se recroqueviller contre la poitrine de la Russe.

Le vacarme cessa – la pluie de balles se tut, permettant à Orendi de glisser un œil hors de son alcôve, de voir ce qu'avait commis le Roi. Une belle boucherie.

Les souliers de Orendi trempèrent dans le sang versé par Muffet, son regard remonta jusqu'à la forme à semi-recroquevillée. Elle ne connaissait l'araignée ni d'Eve, ni d'Adam mais s'y était attachée comme elle avait accepté, en son cœur rabougrie de voleuse, les Renégats. Peut-être parce que, comme elle, elle sortait des normes. Qu'elle n'était pas totalement humaine. Les prunelles divergentes de la Russe se posèrent sur son compatriote, brillèrent d'un sombre éclat.

« Prends soin d'elle. »

La menace, sous-jacente, était palpable. Aussi discernable que le russe dans lequel Orendi avait parlé comme si, en usant de cette langue, elle menait une confession.

Du pouce elle releva son chapeau alors qu'elle se penchait vers la Reine laissée à terre. Ses doigts entrouvrirent la bouche, se glissèrent entre les dents pour empêcher l'étau de se refermer. Deux sucreries tombèrent dans le gouffre béant, cette même confiserie qui avait fait le cauchemar d'un autre Roumain.

« Bon appétit. » susurra Orendi, se reculant de quelques pas alors que les limaces remontaient tel un reflux d'égout dans des canalisations.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mar 10 Jan - 21:41
Le membre 'Orendi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Confrontation' :

Résultat :


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Dim 15 Jan - 16:59

Kay avait pris une balle dans le flanc gauche. Ce n’était pas la première fois qu'il prenait une balle perdue. Mais la puissance de celle qu'il venait de recevoir était bien plus forte que les armes des criminels qu'il avait croisé.

Mais il en faudrait bien plus pour mettre le Russe hors service. Pas pour l'hybride scandinave qui avait l'air dans un sale état. Après un rapide regard autour de lui, il semblait que Muffet était même la plus mal en point.

Les paroles de l'hybride confirmèrent les crainte du lieutenant.

– Ouais, je l'ai encore. Mais je suis pas une infirmière bordel. Tu feras avec des trucs de base. L'autre hystérique est encore debout.

Kay tenta quelques soins basiques, un bandage par ici, un bandage par là. Kay n'avait jamais perdu de temps à apprendre les gestes de secours. Si il y avait une plaie à soigner très vite il suffisait d'un briquet et d'une lame. Peut-être devrait il faire cela sur l'hybride.

– Bon ça te va là ? Ou tu en veux un peu plus ? Je peux essayer de soigner ça avec une lame à blanc.

Kay n’attendit pas vraiment une réponse de la Scandinave. Avant de voir si il allait continuer ses soins il la releva pour la mettre sur pied.

– Bon allez, on y retourne. La reine de fer est encore debout. On doit lui en foutre plein le buffet !



Revenir en haut Aller en bas
Tenkô Gou
Le tengu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Non

Lun 23 Jan - 19:52
Les tirs s’élevèrent dans la salle. Résonnant avec force sous la voute métallique. La nouvelle et fausse reine blémit. L’araignée se recroquevilla. Quatre Bras se planqua. Dans un élan de colère, d’un ton aussi autoritaire que l’aurait été la véritable rouge, Tenkô se tourna vers l’androide qui l’assistait avec tant de ferveur.

« Soigne mes invités ! Et plus vite que ça ! »

D’un pas décidé, il se mit ensuite à suivre le mouvement de la machine de guerre. Il avait un pas d’avance. Suffisamment pour être à l’abri. Sa cible était d’une évidence même. Le corbeau cherchait à atteindre le plus faible. L’homme qui se trainait à terre, tentant de se redresser avec difficulté, la jambe en sang. L’homme que le géant désirait tuer plus que tout. C’était vers lui que courrait l’asiatique. Poursuivi par sa traine écarlate et le bruit mortel de la gatling.

Presque.
A une seconde près, il était hors de danger. A une seconde.
Un tic de trop. Un pan en excès qui s’enfonça dans la peau fine de son fessier, s’installant confortablement dans ses muscles, laissant s’écouler quelques gouttes de sang. Un râle de douleur lui échappa. De douleur et de colère. Frustré de ne pas avoir échappé à ce courroux royal. Et craignant le pire maintenant qu’elle l’avait atteint.

Et pourtant… le silence s’installa juste après.
Suivi du craquement sinistre de la créature autrefois femme, autrefois reine.
Elle n’était plus qu’un morceau de métal et de chair désarticulé, rampant et se battant pour sa vie en vain. Elle avait déjà perdu. Mais s’entêtait malgré tout. Folle qu’elle était.

Mais Tenkô la laissait aux doux soins des grosses chaussures de l’androide asiatique. Il se saisit plutôt des cheveux du fameux Darius. Dégainant le couteau du fils, il le pressa contre la gorge du fuyard.

« Ne bouge plus. »

Peu désireux de se prendre une nouvelle balle perdue, le corbeau força l’homme à s’agenouiller… pour ensuite se cacher derrière. Il gardait la lame bien pressée contre sa peau, l’entaillant légèrement mais rien de mortel. Il n’était pas stupide au point de voler une vengeance. Mais suffisamment malin pour le garder sur place et s’en servir de bouclier au cas où dans un soubresaut de rage, la Reine fasse des siennes une fois encore.


Cadeau de Noël:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lun 23 Jan - 22:51
Roscat éructait les limaces qui remontaient dans son œsophage, la brûlaient comme de la chaux liquide. De la magie. De la magie dans son corps ! Elle se sentait aussi salie qu'une pucelle entraînée dans une ruelle malfamée, mise à sac par les loups qui rôdaient en ces ruelles. À quatre pattes elle vidait le contenu de son estomac, s'appuyant sur ses jambes à défaut de bras – tous deux arrachés par l'homme qui la surplombait, crasseux au possible, faciès de mercenaire.

Peu importait son nom, elle le haïssait avec la même vibrante colère qu'elle éprouvait envers tous ces visiteurs impromptus.

L'automate vint à leur rencontre demandant, obligeamment, de sa voix mécanisée en quoi ils pouvaient aider ses messieurs dames. La voix la guida, toute proche. Même aveugle, Roscat pouvait percevoir les sens. Sa bouche s'ouvrit, lèvres écarlates gorgées de salive, prononçant quelques mots. Un code. Une clé d'activation.

« Carreau, trèfle et pique ! »

L'automate vibra, son moteur s'emballant. Sa tête tourna sur elle-même en un grincement presque lugubre. Sa voix, amplifiée, résonna dans toute la pièce.

« Alerte. Ennemis dans la salle. Alerte. »

Il y eut le vacarme métallique de rideaux de fer s'entrouvrant. Le vacarme de dizaine de pieds métalliques martelant le pavé du trône. Des automates. Tous parés de couleurs comme un jeu de cartes. Carreau, trèfle, pique et cœur ornaient leur poitrails et tous s’alignèrent, comme un seul homme, derrière leur reine qui, à terre, continuait de sourire. Malgré ses yeux crevés et ses bras arrachés.

« Tuez les. » annonça-t-elle à ces soldats dénués d'âmes. « Tuez-les tous. »

Les automates brandirent leurs bras, dévoilant toute absence de mains, remplacées par des armes – un ajout bien plus utile en leur qualité de gardes royaux. Les balles crépitèrent, arrosant la foule. Darius, lui-même, ne put échapper à la salve, lâchant un cri alors qu'une balle lui transperçait l'épaule, tandis qu'une autre se nichait dans sa jambe. L'homme, coincé par Tenkô, ne pouvait bouger et demeurait la proie d'une balle destinée à son geôlier.



Les règles

Vous avez fait 210 points de dégâts à Roscat. Il lui reste 205 points de vie.

Dé 1. Dégâts sur Tenkô
Dé 2. Dégâts sur Orendi
Dé 3. Dégâts sur Kay
Dé 4. Dégâts sur Louie
Dé 5. Dégâts sur Muffet

Louie reçoit 50 de dégats. Il lui reste 300 points de vie.
Kay reçoit 70 de dégâts. Il lui reste 205 points de vie.
Tenkô reçoit 68 de dégâts (grâce à sa résistance) Il lui reste 169 points de vie.
Orendi reçoit 63 de dégâts (grâce à son esquive) Il lui reste 129 points de vie.
Muffet reçoit 68 de dégâts (grâce à son esquive). Mais avec les soins accordés, elle obtient 10 points de vie. Il lui reste 89 points de vie.




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lun 23 Jan - 22:51
Le membre 'Hasard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Roscat' :

Résultat :


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Louie
Le chef des voleurs
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie

Mar 24 Jan - 20:04


La contrée de fer

with Darius <3



La reine dégueulait ses limaces, comme une traînée après l’asperge et le rire de Louie résonna sous la voûte avant que son œillade assassine ne croise celle de l’asiatique, occupé avec son père. S’assurant que ce dernier ne se payait pas la vie du scientifique à sa place, il s’en retourna au combat, frappant la tête de Roscat avant de se tourner vers l’androïde que le code alerta. S’il pouvait éviter un bras chargé, il ne pouvait se défaire de six, et affrontant alors la salve dans un hurlement de bête, Louie fut frappé par deux balles. Une, à son épaule, l’autre, à sa hanche.

Sur le moment, n’étant que rage, ce fut à peine s’il les ressentit. Mais son corps se mit à ralentir, son bras fléchir, son pas boiter. Ce fut toutefois suffisant pour saisir l’un des androïdes à bras le corps, lui brisant les articulations des épaules d’une simple pression, avant de le retourner comme une quille pour venir fracasser la gueule de Roscat.

Encore, et encore, et encore. Dans une litanie de coups visant à lui défoncer le crâne. Protégeant ainsi, d’une certaine manière, la petite araignée tombée à terre et le grand russe à la hache qui semblait être son partenaire. A cet instant, ce fut comme s’il faisait corps avec eux. Comme si en plus de son torse de métal, on lui avait greffé leur présence.

Et dans son empathie, dans sa folie et dans sa conscience, il retomba les pieds sur terre – la petite, la petite chieuse, la petite adorée de sa bande, son aide, son commis, son petit coutelas à quatre bras, s’il la perdait il s’en voudrait et pire, Chester le tuerait !

Puis surtout, elle pouvait aider. Grave aider. Comme à chaque fois.

« Arrache lui la langue ORI ! » Hurla-t-il alors, se rappelant qu’elle pouvait encore interagir, malgré ses membres en moins. Et craignant sur l’instant un nouveau mot de passe secret déclenchant une bombe et leur perte, en plus d’un possible suicide. « Arrache-lui sa langue de putain qu’on la fasse cuire ! » Et comme un fou, il se mit à chanter une vieille comptine roumaine.

« Qu’on la fasse cuire – comme un cochon ! Que le boucher – nous fasse un sermon ! Mort à la chienne – si rien à bouffer ! De ses côtelettes – on fera du pâté ! »


Spoiler:
 








pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mar 24 Jan - 20:04
Le membre 'Louie' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Confrontation' :

Résultat :


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar !

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Mer 25 Jan - 21:10
Orendi souffrait. Et pas qu'un peu. Les balles, elle n'avait pas pu toutes les éviter – Houdini aurait été plus à l'aise qu'elle dans cet exercice de haut-voltige. Un énième bras se recroquevilla contre sa poitrine, fleur asséchée tentant de retourner à la graine originelle. Ne lui restait qu'un de bras encore potable, encore capable de brandir une lame. L'idée la démangea de saisir sa craie enchantée, ce fragment de calcaire érodé, pour en peinturlurer la robe de la reine. Et l'enflammer, lui faire connaître la peur de sa vie, la voir gigoter telle une sorcière mise au bûcher, lui faire danser la gigue des morts en sursis.

Néanmoins, trop de méfiance. Trop d'anticipation en ces terres où la magie était proscrite. Trop de crainte de voir sa sorcellerie lui exploser au visage.

Louie vint à son aide, lui jetant la bouée dont elle avait besoin. Orendi la saisit à bras-le-corps, clopinant jusqu'au Roi. La Russe trottait, tête rentrée dans les épaules, louvoyant parmi les automates qui tiraient à vue. Un coup de lame fut donné à l'un d'eux qui passait trop près, demeurant planté dans les rouages, projection d'étincelles incandescentes qui laissa une traînée de brûlure sur la joue de la Russe.

« J'arriiiiive. » glapit la sorcière chaotique, sautant au-dessus d'un cadavre, ou d'un amas métallique d'automate, elle n'aurait su dire. Et elle s'en moquait. Roscat devait être réduite à l'impuissance vocale. Orendi ne possédait aucune connaissance chirurgicale. Et elle n'en avait nul besoin. On ne lui demandait pas de cautériser, mais de détruire, ce qu'elle savait fort bien faire.

Le sang éclaboussa le visage de Orendi lorsque la lame sectionna la langue. La Russe jeta le bout de viande loin d'elle, se disant tout de même qu'une langue coupée, c'était sacrément moche. La Russe posa un doigt sur ses lèvres.

« Cht. Faut pas parler. Z'allez étouffer plus vite vot' majesté. »

Avant de clamer d'une voix stridente.

« Et les reines, on leur coupe la tête ! »

Que quelqu'un agisse en conséquence, Orendi serait la spectatrice.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mer 25 Jan - 21:10
Le membre 'Orendi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Confrontation' :

Résultat :


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Mer 25 Jan - 21:14

Kay en avait plein le cul. Déjà que soigner les blessés n'étaient pas sa tasse de café. Mais en plus si c’était pour qu'une saleté d’hystérique lui salope le boulot, non merci.

Et encore moins quand d'autres s'amusaient bien à taper sur la dite hystérique. Enfin les autres. C’était plus l'autre grand fou qui avait arraché la main de la reine que les autres qui ne faisaient pas grand chose. Il y avait aussi l'autre gamine qui lui avait parlé.

Kay avait ressentis comme un léger souvenir qui lui traversa l'esprit, mais il balaya tout ça vite fait.

– Mécreaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaanteeeeeeeeeeeeeee.

Kay se mit à courir comme un damné en direction de la reine de Roumanie, hache à la main, jusqu'à ce que l'ex flic se retrouve cul au sol en train de glisser jusqu'à un mur plus loin.

Étalé le dos sur le sol, il laissa tomber sa tête sur le sol pour regarder en direction des autres, et voir une peau de banane sur le sol. Qu'est ce qu'elle foutait là ? Aucune idée. Mais Kay n'avait jamais été aussi ridicule qu'aujourd'hui.

– Journée de merde...

Heureusement que les collègues de bureau n’étaient pas là. Sa réputation en prendrait un sacré coup à la brigade.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mer 25 Jan - 21:14
Le membre 'Kay de France' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Confrontation' :

Résultat :


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Mer 25 Jan - 23:11
Je maintiens tant que possible ma concentration sur ce qui se passe en face de moi. La fille vient de passer en glissant un mot à quelqu'un, avant de s'élancer en direction de Roscat. C'est dans un fond sonore composé de vomissement de limaces que ladite personne se révèle être comme je le pensais Sokolov. Enfin, j'aurais aussi pu obtenir cette information les yeux fermés, en me guidant simplement au son de ses protestations (on ne peut plus fondées); sa proposition de refermer le tout avec une lame à blanc me fait frissonner, mais l'idée est bonne.

"C'est... pas le moment, t'as raison. On fera ça plus tard, je te rejoindrais."


La tête me tourne, mais maintenant que ma blessure est pansée, mes pensées semblent devenir plus claires, libérées de l'angoisse d'une mort inutile. Et alors même que je pense pouvoir repartir au combat, la situation dégénère de nouveau. Carreau, trèfle et pique ! et surtout une nouvelle flopée de balles. Je ne tombe cette fois-ci pas au sol - je mets un point d'honneur à rester debout, malgré les deux balles qui traversent mon corps, creusant un sillon entre deux de mes bras et un trou dans le bandage fraîchement apposé par Kay. La douleur est de nouveau présente, véritable déferlante qui essaie de me faire ployer à nouveau sous son poids. Et elle peut toujours rêver. Je refuse de tomber à nouveau. D'être un boulet alors que tout le monde s'acharne à faire tomber la reine écarlate. La douleur se mue en rage. Tel un Ragnar furieux, je charge tête baissée. Qu'importe si je ne suis pas aussi impressionnante que le taureau. Je fonce en ligne droite, bousculant au passage Orendi qui vient juste de couper la langue de la reine maudite. Sans même avoir un plan en tête, je laisse mes instincts animaux prendre le dessus. Je saute à la gorge de Roscat et plante mes crocs dedans, arrachant sa jugulaire dans un mélange de chair et d'acier en piteux état. Puis, je me laisse tomber. Alors que je heurte le sol, un vacarme assourdissant retentit : l’androïde de malheur est enfin tombée.

Le souffle court, je reste à terre, mes vêtements devenant poisseux alors que mon propre sang et celui de la reine les imbibent. Je prie pour que ce soit assez et qu'elle n'ait pas encore un de ces fichus tour d'abomination mécanique dans sa manche. Je ne peux m'empêcher de tourner la tête vers ma copine de bras et de lui dire sarcastiquement :

"Désolée, il ne me restait plus que les dents et il semblerait que sa tête ne soit pas tombée..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mer 25 Jan - 23:11
Le membre 'C. Muffet' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Roscat' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Tenkô Gou
Le tengu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Non

Dim 29 Jan - 2:21
Caché derrière son bouclier, le corbeau ne comprenait pas ce qu’il se passait. Des androides tiraient partout, notamment sur lui. Certains coups furent arrêtés par Darius, les autres traversèrent et atteignirent l’homme planqué derrière. Des grognements de douleur traversait ses muscles. La fatigue sonnait enfin. Son kimono collait à sa peau par un mélange poisseux de sang coagulé et de sueur. Ses jambes le tiraillaient. Ses bras battaient en retrait, ne désirant que se poser. Tout son être souhaitait s’allonger à terre et fermer les yeux. S’oublier dans ce vacarme assourdissant.

Malgré cela, le désir de vivre prônait. Et s’accrochant, entaillant un peu la fine peau masquant la pomme d’Adam du père des Androides, Tenkô se ressaisissait. Son esprit se réveillait. Embrouillé par la mort et le sang, il réalisait enfin la catastrophe dans laquelle ils se trouvaient. Jetant un coup d’œil sous les cheveux de son prisonnier, il aperçut l’araignée qui arrachait de ses dents les carotides de la Reine. Elle était définitivement morte. Ou le serait dans quelques secondes, une fois vidée de son sang. Qu’importait : elle ne poserait plus problème. Les autres réveillés par l’alerte en revanche… C’était une autre affaire… Il fallait fuir. Mais comment ?

Du regard, il observa la pièce, tirant le presque cadavre avec lui pour mieux se planquer des coups de feu. Il leur fallait une diversion pour se ramasser et quitter ce palais maudit. Peut-être le géant possédait-il encore quelques bâtons de dynamite pour tout faire sauter. Il semblait cependant perdu. Perdu dans sa rage de tuer. Dans l’adrénaline qui coulait à flot au fond de ses veines….

Autre chose alors.
Autre chose.
Réfléchissant vite, le corbeau fouilla dans sa besace. Sa main effleura une petite boite mécanique. Peut-être que… Cela valait la peine d’être tenté.

Tentant le tout pour le tout, le corbeau réapparut. Dans un bruissement de plumes, il s’envola. Tenant la boite dans son bec, il visait le plafond, désireux de se poser en sureté et surtout… au centre de la voute, là où les sons résonneraient parfaitement. Une fois installé sur une poutre métallique, il reprit forme humaine, prêt à jouer l’équilibriste. Il souffrait mais tenait bon. Il voulait vivre. Sortir de cet abattoir en boitant peut-être, mais en respirant.

Alors lentement, une mélodie s’éleva, couvrant le vacarme de la guerre. Une mélodie passionnée. Une mélodie romancée. Une mélodie fougueuse. Elle s’enflammait au fil des notes, noircissait au fur et à mesure que les rouages tournaient. C’était une chanson d’amour et de douleur, d’incompréhension et de terreur. La boite jouait son souvenir le plus précieux. La boite chantait la femme qu’il avait aimé.


Cadeau de Noël:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dim 29 Jan - 18:09
La reine de cœur était tombée – démembrée, écorchée, mutilée. Ne restait que son cœur d'entier dont les battements se turent brutalement comme si l'on avait appuyé sur un interrupteur. Son ultime regard s'ancra à celui de Darius, la tête renversée, sa bouche ouverte, béante, sur un cri muet. Darius la regardait, sa dernière création, l'être sur lequel il avait, le plus, laissé sa trace. À quel prix ? La reine n'était plus. Et lui-même faisait peine à voir. Les balles avaient troué ses chairs évitant - heureux hasard ou chance malencontreuse ? - ses organes vitaux. La jambe épinglée par le coutelas lancé par Louie, le sang s'écoulant de ses blessures, jusqu'à celle laissée par la lame de Tenkô, l'homme ne pouvait plus bouger. Le créateur des Androïdes était à terre, le dos appuyé contre une colonne, observant les derniers sursauts du pouvoir de la souveraine de Roumanie.

Une musique s'éleva, une composition inconnue aux oreilles de tous – sauf de Tenkô. La symphonie perturba les automates les empêchant d'entendre les échos de leur adversaire. Et l'absence de la voix de leur maîtresse n'aidait en rien. Ce fut la voix de Darius qui les stoppa tous, hurlant pour se faire entendre malgré la musique, tentant de percer ce voile noirâtre de croches.

« Valet de cœur ! »

Les automates se figèrent. Les lueurs crépitantes qui, jusqu'à présent étoilaient leurs yeux, s'éteignirent. Le souffle de Darius se fit entendre, longue inspiration hachée et douloureuse.

« Et voilà. Vous l'avez tué. Vous avez gagné. Et maintenant ? » La question était posée sur un ton sincère, incrédule. « Vous allez prendre le trône alors qu'il est encore tout chaud ? C'est pour cela que vous êtes venu, n'est-ce pas ? Mener un soulèvement, vous infiltrer dans le palais, détruire la Couronne... »

Une lueur naquit dans le regard de Darius. Sa bouche se tordit d'un sourire tandis que son esprit échafaudait une autre théorie et que son regard s'accrochait à la grande carcasse de Louie.

« Ou vous êtes venu pour ma personne. Détruire celui qui a continué la création des Androïdes. Oui. Tu m'en veux toujours, fils ? » ajouta-t-il à l'intention de Louie. « Sans moi, tu serais mort. »

Darius écarta les bras, grimaçant lorsque ses muscles hurlèrent au supplice.

« Finissez donc. Transformez ce royaume en charnier. Vous tuerez un homme. Pas une idée. Vasile Duca a disparu, j'ai repris ses travaux, je les ai améliorés. Quelqu'un reprendra mon ouvrage et l'amplifiera. Vous ne pouvez stopper le progrès. »

Sa main froissa sa chemise ensanglantée.


Les règles

Muffet a donné le coup fatal à Roscat. Félicitations à vous tous pour avoir mené le combat jusqu'au bout !

Petit palmarès et succès
Avec ses 346 de dégâts, le plaçant comme chef de file, Louie obtient le succès .
Orendi le suit avec 240 points ôtés à Roscat.
Pour son coup fatal qui a vidé le trône de Roumanie, Muffet obtient le succès . Elle a comptabilisé 165 de dégâts.
Tenko a occasionné 70 de dégâts mais, surtout, il a su tromper un automate avec son déguisement. Il mérite son prix de
Kay finit dernier avec ses 55 de dégâts. Mais ses réussites dans les étapes précédentes lui octroie le succès

Libre à vous de conclure cette épopée - et si vous avez des questions vous savez qui contacter. Vos actions vont laisser une trace dans les chroniques !




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Louie
Le chef des voleurs
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia - Tsurugul - Morelia - Louie

Dim 29 Jan - 18:42


La contrée de fer

with Darius <3



La gorge tranchée nette, comme une proie victime d’un animal enragé. Voilà tout ce qu’elle laisse derrière elle, cette chose stupide, Reine de rien, qui déverse son sang en des régurgitations déplorables, noyant la salle et ses carreaux, dans un silence presque complet. Louie se tient fixe, le regard fou, observant la scène, prêt à agir au moindre soubresaut mais soudain, il n’y a plus personne. Plus d'ordres et plus d'araignée. Juste une grande carcasse inhumaine, qui ne ressemble pas au portrait d’avant, à la femme d’un pauvre type malingre et cireux qui a disparu à son tour. La reine est morte, le pays s’en retourne à son chaos d’origine.

Et Darius, toujours vivant, qui proteste et se moque, tout en sanglotant.

C’est presque grinçant que Louie tourne sa carcasse vers sa cible. Et qu’avançant d’un pas lourd, retirant son chapeau pour que son crâne, aux boucles huileuses de sueur, se rafraîchisse de toute cette rage. Mais maintenant qu’il s’adresse à lui, maintenant qu’il entend ce « fils » sorti de sa bouche putride, il n’y a plus rien pour le retenir. Ni Ori, ni justice, ni rappel.

Sa large main vient lui prendre le crâne. L’autre arrache le couteau qui l’immobilisait jusqu’alors. Et tandis qu’il vient lécher le sang à sa joue, longuement, il rend l’arme à la petite qui a bien combattu – ils ont tous, bien combattu.

Puis son murmure, roumain, ne s’adresse qu’à lui.

« J’ai été le roi de ce pays. Avant que tu ne fasses de moi ta chose. Et grâce à toi, j’ai appris à avoir de meilleures aspirations… très cher père. » Ses doigts s’enfoncent à ses tempes, manquent presque de lui broyer vif sa sale petite gueule. Mais son regard brille, et avec toute la tendresse affective dont il peut faire preuve à cet instant précieux, il rajoute.

« Je vais t’emmener, loin des témoins. Ce que tu t’apprêtes à vivre, ne sera pas une idée. Après oui, après je m’envolerai pour réduire en cendre tout ton héritage et tous ceux qui oseront le reprendre… oui tout ça je le ferai mais avant ça, je vais te montrer à quel point tu peux salir les choses. A quel point tu peux vivre alors que tu n’as plus rien pour garder tes organes en toi. A quel point tu peux hurler fort, jusqu’à en faire trembler la lune. Et à cet instant, s’il me vient en tête d’être clément, tu pourras mourir… »

Et le regard vert plongé dans celui de Darius, rajouta, en point final à ce dernier acte.

« Œil pour œil. »

Pour sourire, de toutes ses dents.

Se redresser, soupirer, le charger sur son épaule. Dans un mouvement un peu lourd, comme un type bienveillant, un type du quotidien, s’occupant d’un énième paquet de farine avant de reprendre son travail. Rajustant leurs positions à tout deux.

Et dans un silence presque entier, sans que Darius n’ait le temps d’un simple appel à l’aide, quitter la pièce, dans le choc de ses pas, faisant presque trembler le sol. Ogre emportant sa victime, au-delà du palais, au-delà de la forêt avoisinante. Dans un cercueil, dans son secret, intime, rien que pour eux. Rien que pour eux deux, leurs tendres retrouvailles.

Ainsi mourut Darius Danesti.









pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
On dit de Louie qu'il a un bon fond (de bouteille)
©Gunhild
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar !

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Mer 1 Fév - 22:46
Orendi lâcha un glapissement lorsque l'hybride arachnéenne la bouscula touchant, sans le vouloir, ses membres endoloris. Se retournant pour aviser la personne qui l'avait heurté, Orendi put assister à la mise à mort de la reine. Telle une bête fauve Muffet arrachait chair et organes en des giclées d'hémoglobine. La Russe se frotta vaguement la joue, sentant quelque chose de chaud sur son épiderme, l'étalant plus qu'elle ne l'essuya.

[color=blueviolet]« C'est pas si mal. » grinça Orendi de sa voix redevenue plus grave avec le calme qui s'était instillé à elle à la vue du cadavre. « T'es douée pour tuer. Ça t' dirait d' nous r'joindre ? »

Ce n'était pas la fratrie des Renégats qui allait refuser, en son sein, quelqu'un simplement à cause de son apparence ou de son identité sexuelle. Muffet passerait pour une personne tout à fait banale aux côtés d'individus comme Chester l'hybride-chat.

Néanmoins le recrutement devrait probablement attendre. Le feu nourri s'était apaisé, plongeant la salle du trône dans un silence si profond que Orendi crut, pendant un instant, qu'elle était devenue sourde. Avant que la voix de Darius ne retentit brisant tout – le silence, la musique qu'avait déployé Tenkô, les résolutions de chacun. Orendi sentit la masse de Louie passer à côté d'elle, obliquer vers Darius. La Russe tourna dos à la scène. Elle savait, comme tous les autres Renégats, que Louie avait une dette à faire payer. Et cette scène ne regardait que lui. Sa prunelle se fixa sur Muffet.

« Non mais j' te laisse réfléchir mais si jamais tu veux changer de crémerie. » Clin d’œil de la Russe. « Dis que tu cherches l'Hydre et on devrait se retrouver. Je vais même te filer un autre indice. »

La main de Orendi extirpa sa craie et dessina, sur le parquet, appuyant sur la craie pour rendre le croquis plus lisible, un crâne borgne. Le symbole des Renégats. Le drapeau sous lequel ils se réunissaient.

« Mais si tu viens nous voir pour nous faire du mal... » précisa Orendi en agitant sa craie sous le nez de Muffet. « Je serais pas aussi gentille. »

La craie fut replacée dans la poche de son manteau. La Russe alla vers son homologue, le lieutenant, tendant une main presque rachitique comparée à la corpulence du Russe.

« Coup de main ? »

Laissant le choix au concerné d'accepter ou non, Orendi releva la tête pour hausser le ton.

« L' Roi quand t'as fini on file ! »

Un petit tour sur un balcon, lancer une fusée de détresse et le navire des Renégats devrait rappliquer – du moins s'il était dans les environs. Orendi eut un froncement de sourcils – est-ce qu'ils avaient alerté les camarades sur leur destination ?


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Lun 6 Fév - 23:31
La reine est enfin tombée. Pour de bon. Je lâche un soupir de soulagement. Avant de me rappeler que des automates m'encerclent. Une esquisse de mouvement plus tard, je retombe mollement sur le sol. Manifestement, je ne suis pas encore en état de me lever. Mes doigts s'affairent à tenter de resserrer les bandages, mais le temps me manque - je ne vois pas comment je vais m'en s-

Une musique résonne soudain dans le hall. Instantanément, les automates semblent être perdus, attendant un ordre pour répondre à cette nouvelle menace qui ne vient jamais. Enfin si, partiellement : Darius glapit un ordre de la colonne contre laquelle il se vide de son sang, arrêtant tous les automates d'un seul coup. Il semblerait qu'il ait au moins la présence d'esprit de reconnaitre sa défaite. Mais pas de se taire par contre.

Je l'ignore totalement, peu intéressée dans ce qu'il a à dire et sachant pertinemment qu'il es t destiné à finir en hachis aux mains de Louie. Je reporte plutôt mon attention vers la fille qui s'est approchée pour me parler.

Ou me proposer de rentrer dans son organisation. Si mes côtes ne me faisaient pas autant souffrir, j'éclaterais de rire. Il faut dire que je m'imagine mal quitter le service de l'impératrice de Scandinavie pour rejoindre celui de bandits (même si ceux-ci s'avèrent être particulièrement efficaces et sympathiques). Néanmoins, il me semble qu'elle a raté une étape dans la discussion, ce que je lui fais remarquer.

"J'apprécie beaucoup l'offre, mais je ne connais même pas ton nom?"

Ori? Un drôle de nom. Ça sonne bien et en même temps c'est un peu court. J'écoute le reste de son offre avec attention et mémorise le dessin qu'elle effectue avec la craie. Un crâne borgne. Intéressant puisque le symbole ne me dit rien. Et vu la façon dont elle vient de me menacer alors que je baigne à l'instant dans le sang de feu la reine androïde, le groupe n'a très probablement peur de rien.

"Tu n'as rien à craindre de moi. Et promis, nous nous reverrons."


Et sur ce, je commence à me relever. Il me faut bien cinq bonnes minutes pour me remettre sur pied, pendant lesquelles Darius est trainé sans ménagement hors du palais - bon débarras. Je titube en direction du sac qui contenait les bandages, dans l'espoir de trouver de quoi repriser ceux que je porte. Le contenu est maigre, néanmoins suffisant pour reprendre ce que j'ai et tenir jusqu'à pouvoir en acheter d'autres. Par contre, je me vois mal arriver jusqu'en Scandinavie dans cet état.
Mmm. J'espère que j'en ai toujours une sur moi. Avec des gestes lents et prudents, j'atteins un petit compartiment dans mon haut qui semble avoir survécu au carnage vestimentaire que j'ai subis. J'en ressors une beuglante, sorte de carte joker que je ne réserve qu'en cas de situations périlleuses. Une fois mon message dicté, je la referme et prie pour trouver de quoi l'envoyer au prochain village que nous traverserons. J'ai besoin du cornu.

Une fois mon manège fini, je me dirige vers Kay et m'adresse à lui avec chaleur :

"Il semblerait que la mission soit un succès, partenaire. Vous avez une idée de comment on va rentrer maintenant?"

Peut-être que l'organisation d'Ori nous laissera voyager avec eux pour le retour?



Merci Ronce <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mer 8 Fév - 21:35
Lorsque le majordome – humain celui-ci – rejoignit la salle du trône, ce fut une scène de crime qui se présenta à lui. Son pied manquant de déraper au sein du sang versé sur le dallage, l'homme eut beau appeler à l'aide, interpeller ses pairs, le mal était déjà fait. Et ses instigateurs déjà repartis ne laissant, comme traces, que quelques cadavres – celui de la reine Roscat, de Darius Danesti et d'un pauvre inconnu dont le profil fut reconnu par les scientifiques d'un manoir perdu au sein des bois roumains. Un individu sans nom, sans visage, qui eut droit à la fosse commune contrairement aux deux autres qui eurent caveau et cercueil, respectivement.

La Roumanie allait devoir panser ses plaies sous le crêpe noir dont tout le royaume se drapa.

La Reine était morte, vive la Reine ! Qui monterait sur le trône laissé vacant, encore chaud de son corps ?

Quelques moineaux s'échappèrent de la cage voilée de crêpe. Ils avaient pu observer le corps de leurs collègues, aussi froids que des statues, traces des individus qui avaient osé s'en prendre à la Roumanie. De quoi faire fondre leur courage et partir, fuir ce pays honni. Dans leurs serviettes de cuir, dans les poches intérieures de leurs vestes et manteaux, dans leurs esprits tourneboulés se logeaient des plans, des observations – le secret de fabrication des Androïdes.

Cette fuite des cerveaux se déploya alors que août touchait à son terme. Tels des oiseaux migrateurs les chercheurs partaient en quête de meilleures latitudes, d'un endroit où ils pourraient vivre sans craindre d'avoir la tête ôtée par de sombres inconnus.

FIN


© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Roumanie-
Sauter vers: