Octobre 6. De bons gens à Châteauvillain

 :: L'Europe :: France Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre.

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Mer 7 Déc - 23:16
La tenue de Ronce:
 

Le duché de Châteauvillain faisait partie de ses recoins en France qui avaient conservé un aspect presque moyenâgeux. La faute probablement aux fortifications qui encerclaient la cité qui, intra muros, n'avait guère bougé d'un iota depuis son édification il y a de cela des siècles. Seuls les atours des habitants rappelaient que le temps avait passé depuis. Habitants dont le quotidien avait été grandement chamboulé lorsque le duché avait eu un nouveau maître qui leur était aussi inconnu que si on avait offert ces terres à un prince oriental. La venue du nouveau duc avait fait sensation – surtout auprès des gardes qui avaient vu leur quotidien, qui consistait en parties de belote et concours de beuverie, se transformer en un long et ardu parcours du combattant.

Châteauvillain était devenu le creuset de la nouvelle sécurité du royaume. Le duc y menait ses expérimentations, obligeant les gardes, et tout homme vacant, à participer à des entraînements reprenant le fonctionnement de l'armée russe. Sous le regard éberlué des lavandières on put ainsi voir des soldats s'exercer à la marche, au sein du fleuve, afin d'apprendre à se mouvoir à l'intérieur en cas de guerre imminente. Au moins le changement de propriétaire avait le mérite d'apporter de l'animation. Animation qui se targuait, parfois, de la présence de la souveraine comme en ce jour d'octobre. Les rumeurs laissaient présager une invitée du duc. De quoi laisser vagabonder l'imagination des résidents qui se pressèrent à l'entrée de la ville, trouée au sein des fortifications, toujours nantie de son antique pont-levis.

Contrairement à la souveraine qui avait eu droit à un portrait de l'invitée en question. Ronce était curieuse de la rencontrer ne serait-ce que pour voir à quel point une hybride araignée pouvait être dotée de multiples bras. Elle avait du mal à imaginer pareil prodige. Se tenant aux côtés du duc, dans une robe modeste (comparée à celles fastueuses de la cour) la souveraine patientait devant le pont-levis.

Une silhouette se dessina poussant Ronce à tendre le cou pour apercevoir l'individu. Contrairement à son attente la silhouette ne grandit pas en se rapprochant et fut même, promptement, devant elle. Le cheval qu'elle avait cru voir n'était autre qu'un poney, chevauché par une demoiselle nantie, comme promis, de plus de deux bras. Ronce ne put s'empêcher de les observer, aussi bien intriguée que fascinée par cette excentricité. Elle finit par s'en détacher, les cils papillonnants, se concentrant tandis qu'elle saluait l'invitée.

« Demoiselle Muffet ? Je suis heureuse de faire votre connaissance. Le duc m'a parlé de vous et j'étais curieuse de rencontrer une personne telle que vous. »

Son regard glissa sur le duc tentant de lui faire comprendre que c'était à lui de mener la suite de l'accueil et d'inviter la demoiselle à entrer de plein pied au sein du duché.


Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Mer 18 Jan - 11:44

Tenu de Kay :
Spoiler:
 

Kay n'avait pas trop investi Châteauvilain. À vrai dire il n'avait, de base, jamais songé d'avoir un tel domaine. Bien que, dans quelques mois, techniquement parlant il serait responsable de bien plus. Cela lui arracha un soupir. La seule chose qu'il savait et avait donné comme directive c'est que ce lieu serait la future fierté de ce qui fera la sécurité du royaume de France.

Enfin il verrait cela plus tard. Aujourd'hui il était ici avec sa future femme Ronce de France. Les visites plus approfondies avec les gens ce serait pour plus tard. Il avait déjà rencontré quelques-uns d'entre eux au bar de la ville et s’était tapé une bonne descente faisant un concours de shoot de vodka qui venait directement de la Russie. Et à la surprise nouveau propriétaire du lieu certains Français tenaient bien mieux l'alcool que ce qu'il pensait. Mais cela avait aussi permis de parler face à face avec les hommes du coin qui avaient l'air perdus dans un tel changement.

Kay attendait les papiers promis par Muffet en Roumanie. Il avait confiance en l'hybride et il avait bien fait apparemment, vu que celle-ci avait annoncé sa venue pour lui remettre une copie des preuves concernant les agissements de la Roumanie. Bien que Ronce croyait en la parole de Kay, quand on accuse une si grande personne il faut des preuves, qu'on soit simple lieutenant ou même reine d'un pays.

Mais l'arrivé de Muffet manqua de faire exploser de rire le Russe. Voir Muffet sur un poney était plutôt hilarant pour Kay. Mais c'est avec de grands efforts pour ne pas se prendre un coup de coude de la part de Ronce que Kay se retint.

En parlant de Ronce elle n'avait pas l'air de ménager Kay sur les accueils politiques. Kay pensait que Ronce aurait pris le début de conversation en main. Mais non l'ex lieutenant se devait apparemment de prendre les choses en main.

Soit il allait essayer. Kay aida Muffet à descendre de cette immense monture, pour lui serrer une de ses mains et lui faire une tape dans le dos.

— Salut Muffet, alors les blessures ? Tu t'es remis ou t'as encore des séquelles ? Et oui aussi je te présente sa majesté Ronce de France.

Kay avait bien envie de proposer à Muffet d'aller célébrer ces retrouvailles au bar, mais il doutait fortement quant à la réaction de sa futur épouse sur le sujet.

— Je crois qu'on peut aller au château. C'est cela Ronce ? Heu... Votre majesté royale Ronce. Nous devons aller au château pour parler de ce qui s'est passé en Roumanie, à moins qu'on ne doit rester à marcher dans le coin ?

Il semblait à Kay que Ronce lui avait déjà expliqué comment accueillir et où se diriger après l'arrivée d'une invité. Mais il avait tellement eu de choses ces derniers temps qu'il avait un gros trou de mémoire. Il restait à espérer qu'il avait fait ce qu'il fallait.

HRP : sorry pour le temps de réponse. Je vais me reprendre. ><


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Mer 15 Fév - 1:20
L'avantage du poney est qu'il cahote moins qu'un cheval - et qu'accessoirement je ne me brise pas les deux jambes en descendant de ce genre de monture - néanmoins, c'est avec une grimace que j'ai parcouru une bonne partie du pays Français, m'arrêtant de temps en temps pour vérifier l'état de mes bandages. J'ai en partie récupéré depuis les évènements d'août, les lacérations étant en bonne voie pour disparaitre et les blessures superficielles par balles ne sont maintenant plus que de fines cicatrices. Quant aux blessures plus importantes - deux de mes mains se portent par réflexe à mon abdomen - elles se résorbent petit à petit, en me faisant souffrir à chaque mouvement un peu trop intense.

Cependant, l'heure n'est plus aux grimaces et c'est avec un sourire poli que j'arrive devant la Reine et Kay. Lui a l'air de bien s'être remis des évènements en tout cas, son air amusé me laissant même penser qu'il se paye le luxe de se moquer de moi. Quant à la reine Ronce, elle est... splendide. Je regarde un instant ses longs cheveux blonds, médusée et quelque peu envieuse, avant de reprendre mes esprits et d'effectuer une lente mais profonde révérence.

"Votre majesté, c'est un honneur de vous rencontrer. Je suis moi aussi très heureuse à l'idée de pouvoir faire votre connaissance en personne."

Je me tourne ensuite vers Kay que j'ai un instant ignoré (hiérarchie oblige).

"La plupart ne sont qu'un mauvais souvenir. Celles à l'abdomen cicatrisent lentement. Et toi?"

Un doute passe dans le regard du russe quant à la marche à suivre et ses yeux se tournent presque immédiatement en direction de sa future femme pour demander de l'aide. Je retiens un petit rire moqueur. Quand il s'agit de civilités, Kay semble bien démuni sans sa hache... Il finit néanmoins par prendre les devants et ouvre la marche.

Je suis le pas lent (pour eux) de mes deux hôtes et en profite pour observer les alentours. L'endroit me rappelle un peu la Scandinavie, avec ses fortifications parfois décadentes et ses moments de paix entre deux combats. J'arrache mon regard à la contemplation de la population qui s'affaire pour adresser de nouveau la parole à la Reine.

"J'ai ouï dire que des fleurs violettes poussaient en France, mais je n'ai hélas pas pu en voir de mes propres yeux. Sauriez-vous où je peux m'en procurer?" Autant ne pas rentrer dans une conversation trop sérieuse avant d'arriver à destination.

Ce que nous ne manquons pas de faire au bout de quelques minutes. La salle dans laquelle nous arrivons semble faite pour les réceptions officieuses à en juger par sa taille et son décor - ce qui me convient parfaitement. Surtout qu'il semble il y avoir de quoi boire et manger et je meurs de faim. La route a été longue et mon accent scandinave n'aide pas à me faire comprendre auprès des aubergistes - mon apparence non plus d'ailleurs. Mais pour le moment, j'ai des papiers à rendre.

Fouillant dans ma besace, je sors deux piles de papiers que je pose sur une table non-loin de là.

"Vous trouverez une copie de la version originale et une traduction française. Nous nous sommes permis d'en effectuer une pour vous faire gagner du temps. Je vous laisse regarder les documents si vous le souhaitez."

Et sur ce, j'effectue un pas de côté et m'incline légèrement de façon serviable.



Merci Ronce <3
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre.

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Ven 17 Fév - 22:08
Ne pas lever les yeux au ciel, ne pas lever... Ô Ciel c'était trop tard. Le réflexe avait été plus fort que la raison, les yeux roulant sous les paupières. L'ex-lieutenant était charmant, à n'en point douter, mais il était encore mal dégrossi – un tronc noueux qui méritait encore quelques séances chez l'ébéniste. Toute autre invitée que la demoiselle Muffet aurait crié au scandale, voire à l'incident diplomatique. Heureusement que leur hôte du jour venait d'une contrée où la familiarité n'était point mal vue.

« Vous croyez vraiment qu'elle soit en état de mener une promenade ? » ne put s'empêcher de déclamer Ronce d'une voix piquante comme une rose, tentons, insidieusement, de faire comprendre son erreur au tout jeune duc. Tel un professeur tentant de guider son disciple.

Néanmoins la Scandinave sut poser un baume apaisant et calmer les tensions qui commençaient, doucement, à pulser. Ronce arqua un sourcil face à une de ses questions.

« Une fleur violette ? Nous en avons plusieurs en France. La violette – qui chez nous désigne la fleur et sa couleur – la lavande, l'ancolie, le crocus, l'iris, le lilas... Vous auriez plus de précisions sur la fleur que vous recherchez ? Je pourrais faire appel à mes jardiniers pour vous en procurer graines ou bulbes. »

Un défi relativement simple pour des jardiniers qui réussissaient, chaque jour, à conserver des hectares de jardin dans leur pleine intégralité.

Sous la houlette de Ronce le trio entra de plein pied au sein du château et de l'une des petites salles de réception qui le composaient. Laissant la Scandinave exposer les feuillets qu'elle venait d'extirper de sa tenue de voyage, Ronce se saisit de la traduction française et invita Muffet à s'asseoir.

« Et restaurez vous. Vous en avez fort besoin. »

Entre son voyage et les blessures qui émaillaient son corps, et devaient grignoter sa santé, l'araignée ne devait pas lésiner sur les apports nutritifs. Ronce s'assit à son tour, parcourant les feuillets, sa bouche se plissant.

« La reine de Roumanie a été plus prolixe que ce que nous pensions. Des expériences sur des animaux – quelle horreur ! Il va falloir espérer que son successeur n'aura pas le sang aussi bouillant qu'elle. Je n'ose imaginer les dégâts pouvant être provoqués par une armée entièrement... androïdisé. »

Le terme n'existait pas, mais était assez éloquent. Que pouvaient des êtres humains face à des êtres plus proches de la machine que de l'être vivant ?


Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Mar 28 Fév - 22:39

Apparemment Kay n'avait pas vraiment agi comme il l'aurait du. Qu'est ce que c’était compliqué pour pas grand chose le protocole. Enfin il devrait peut être finir par s'y habituer.

La remarque de Ronce sur la capacité de Muffet à marcher n'était pas bête, mais Kay lui répliqua que, si cette dernière avait réussi à traverser la France à dos de poney, ce n'était pas quelques mètres à pied qui allaient lui faire du mal.

L'homme répondit aussi à l’hybride qu'il n'avait pas subit d'aussi grosses blessures qu'elle, et que les soins qu'on lui avait donné à Versailles avaient été très efficaces. Après ces retrouvailles il fallut peu de temps au trio pour se retrouver dans le château pour y trouver plein de plats qui n'attendaient que eux. Kay ne se souvenait pas d'avoir demandé quoi que ce soit. C'était peut être l’œuvre de Ronce ?

Muffets tendit deux piles de papiers. Ronce prit de suite la version française. Kay prit l'autre avant de se rappeler qu'il ne lisait pas le roumain. Du coup il lâcha la pile de papiers sur la table. Après tout il connaissait déjà le contenu.

Ronce prit la parole, mais n'avait pas tout lu ne parlant « que » des expériences sur les animaux. Kay regarda Muffet avant de prendre la parole.

— Muffet si tu veux tu peux commencer à manger. Je ne pense pas que sa Majesté t'en tiendra rigueur. Un si long voyage doit t'avoir affamé non ? Votre Majesté, la reine Roscat ne s’était pas arrêté à cet acte de barbarie. Si ma mémoire est bonne les documents doivent aussi parler d’expériences faites sur des fées. Ce qui a raté apparemment. Mais un tel acte de barbarie est inadmissible. Ne devrions-nous pas dévoiler tout cela au public et réprimander la Roumanie pour un tel crime envers des êtres vivants ?

Le ton de Kay s’était peut être fait un peu dur pour le coup. Ce n’était peut être pas le bon moment pour déclarer de telle choses. Mais l’instinct avait prit le dessus et ses paroles avaient été plus rapides que son cerveau.

Du coup Kay chercha un sujet pour changer d'ambiance. Comme cela à moins que l'un d'eux insiste sur le sujet il ne reviendrait plus de lui même là-dessus.

— Dis-moi Muffet tu as dis aimer les fleurs violettes, non ? Si j'ai bonne mémoire on peut trouver dans la région Des cirse des ruisseaux, Des hibiscus ou des digitales. Si tu veux je peut t'en faire apporter sous peu. Je vous vois arriver, pas de commentaires. J'ai étudié les lieux en arrivant. C'est ce qu'on doit faire de son domaine, non ?


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Mer 12 Avr - 1:02
A l'invitation de Kay et de Ronce, je m'attaque au buffet devant moi non sans m'incliner encore une fois. Diverses pièces de charcuteries circulent et en piètre connaisseuse de ce domaine, je me sers de chaque plat. Je mange sans faire de bruit en suivant la conversation des deux amants du regard.

Je vois nettement l'horreur s'imprimer sur le visage de la Reine, réalisant en partie jusqu'où Roscat avait décidé d'aller. L'idée d'une armée androïdisée comme elle le disait si bien me dégoûte au plus haut point, ce sentiment s'ajoutant à celui de l'impuissance : c'est un pays contre une araignée. Côté Scandinavie, la nouvelle a scandalisé chez les personnes informées, renforçant sûrement la tendance anti-technologie de notre pays. Pourtant, pas encore de manœuvres à l'horizon. Dommage. Je suis sûre que Ragnar n'aurait pas vu d'inconvénient à réduire en cendres ce pays maudit.

Alors que j'allais faire part à Ronce de nos autres découvertes, Kay me devance. La mention des fées me ferait presque grincer des dents - mais je suis en illustre compagnie, alors je me contente d'un coup de fourchette légèrement hargneux dans un morceau de viande qui n'avait rien demandé. Puis, sentant qu'il a peut-être dépassé les limites - son air contrit est adorable - Kay revient sur le sujet des fleurs violettes, évoqué plus tôt auprès de Ronce. Parmi la liste proposée, un nom m'est facilement reconnaissable.

"Oh, je connais la digitale. Une fleur sécrétant un poison mortel, c'est bien ça?"

Je n'explique bien entendu pas d'où viennent mes connaissances de la fleur, bien que ce soit évident. Je ne désire simplement pas incommoder la reine. Mais qui sait, peut-être en a-t-elle déjà utilisé elle-même?

"Les autres noms ne me disent rien. Désolée, la seule autre chose que je sais sur ces fleurs et que certaines personnes les mettent dans des petits sachets. Pourquoi, je ne sais pas. Mais je ne devrais pas vous embêter avec ce genre de requêtes, je suis désolée."

Il est évident pour moi que la royauté française doit avoir autre chose à faire que d'écouter une araignée commune parler pour ne rien dire.

J'attaque maintenant les fruits avec une vigueur renouvelée, savourant des parfums que je n'ai pas ou peu l'habitude de sentir. Le froid n'aide pas les fruits à pousser et je n'ai également pas trop l'occasion de manger des fruits ou des légumes pendant mes voyages, les auberges de piètre qualité n'ayant que très rarement autre chose que du ragoût ou autre plat immangeable et paradoxalement consistant. Le pain est également à un niveau totalement différent de celui que je mange d'habitude. Celui-ci a déjà l'avantage de ne pas être aussi dur et cuit qu'une brique.

Une fois rassasiée, je me relève temporairement pour m'incliner encore une fois et remercier mes hôtes.

"Je vous remercie pour la nourriture, c'était très bon. Et mon voyage m'avait affamé."

Puis, je me rassied temporairement, attendant que l'un d'entre eux reprenne la parole ou indique ce qu'il désire faire. Tant que ce n'est pas un marathon...




Merci Ronce <3
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre.

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Dim 23 Avr - 23:48
Ronce avait fini par prendre place sur une chaise auprès de la table croulant sous les denrées. La faim avait totalement déserté son corps ne laissant place qu'à un corps creux où un plomb venait de se couler, la clouant sur place. Ses yeux venaient de se poser sur l'esquisse qui exposait le corps, atrocement mutilé, d'une fée à qui on avait tenté d'inculquer une nature androïde. Le corps atrophié, la nuque ployée en un angle prêt à se briser, le visage au regard éteint mais dont les mâchoires, ouvertes jusqu'à briser la peau, s'ouvraient sur un cri muet. Ronce dut refluer une nausée qui menaçait de la submerger. Les feuillets furent reposés sur ses cuisses, sa main gantée se posa sur son front.

« Cela est intolérable. »

Le regard de Ronce se posa sur l'hybride-araignée. Si elle n'était pas trop éloignée, la reine lui aurait saisi une de ses mains pour la tenir entre ses doigts.

« Comme cela a du être horrible pour vous de découvrir de telles atrocités. »

Scandinave de sang elle devait fréquenter, quotidiennement, des êtres de magie. Ronce n'osait imaginer sa douleur lorsqu'elle avait découvert ces expériences. La reine se serait sentie au plus mal en apprenant que des Français, des membres de son peuple, en avaient été victimes. Malgré sa haine envers Farah, la reine ne pouvait se réjouir d'une telle boucherie – toutes n'avaient pas à payer pour une des leurs.

La reine hocha la tête plus d'une fois avec la raideur d'une marionnette.

« Oui. » Sa voix était comme éteinte, se renforça tout doucement. « Oui nous devons en parler. Ce sujet ne peut rester cloisonnée en secret. Chacun doit savoir. Ne seraient-ce que les fées pour qu'elles fuient les frontières d'un tel royaume – si ce n'est déjà fait. Merci. » Le regard de Ronce alla de Muffet à Kay, serra la main de ce dernier. « Merci à vous deux d'avoir pris tous ces risques. »

Un sourire nerveux étira les lèvres de Ronce.

« Mais oublions cela pour le moment. Ce que vous cherchez, Muffet, ce doit être de la lavande. Nous en glissons dans nos armoires pour parfumer le linge. Je vous en ferais porter toute une brassée et même plus. C'est peu cher payé comparé à vos services. »

Se relevant Ronce fit appeler un domestique à qui elle confia les documents avec ordre strict de les rapporter au bureau du duc. Ce soir la reine se pencherait dessus pour en choisir quelques morceaux, rédiger un pamphlet qui serait diffusé dans toute la France et auprès des têtes couronnées d'Europe. Que chacun sache ce qui se tramait au sein de la Roumanie. Mais, pour l'heure, la reine souhaitait repousser toutes ces brumes nébuleuses et nauséabondes.

« Duc si vous nous faisiez visiter votre domaine ? Pas de courses de chevaux, ce ne serait pas autorisé vu l'état de notre invitée. Mais nous pourrions mener une promenade. »

Bouger, marcher, respirer l'air frais... N'importe quoi tant que cela éloignait le spectre de la Roumanie – pour un temps.


Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Dim 21 Mai - 21:53

Voila que Kay s’était mis à parler de fleurs pensant que cela intéresserait l'hybride. Mais au final il avait juste l'impression de passer pour un idiot quand cette dernière avait dit ne pas connaître vraiment la chose.Il allait donc s'abstenir d'expliquer à quoi cela pouvait servir de mettre des fleurs dans des petits sachets.

Muffet avait apparemment faim bien qu'il fut étonné de la voir manger des fruits. Il pensait que ce type d'hybride serait plus à même de vouloir manger de la viande. Comme quoi on pouvait en apprendre tous les jour même des personnes avec qui on a combattu sur le champ de bataille. Par contre Ronce n'avait pas l'air d'avoir envie de manger vu la blancheur dont elle faisait part. C'est vrai que le rapport qu'elle venait de lire avait certains passages pas vraiment adaptés pour l'heure du repas. Enfin cela dépendait pour qui. Kay aurait pu lire ça, photo à l’appui, au petit déjeuner.

Les paroles qui suivirent de la part de Ronce confirmèrent ce que l'ex lieutenant de police pensait. C’était bien le rapport qui l'avait mis dans cet état et qui, bien sur, la révoltait. Aux paroles de Ronces Kay avait bien envie de rétorquer que, vu la politique du pays depuis des années, les êtres de magie ne devaient déjà plus vraiment être en Roumanie, qu'il devait s’agir de personnes capturées et torturées. Mais sentant la main de la reine sur la sienne se crisper de plus en plus Kay ne préféra pas en rajouter une seconde couche. Il retira juste sa main de celle de Ronce et posa cette dernière discrètement sur les tissus de la robe de la reine pour y propager une chaleur naturelle et qui se voulait apaisante.

— Je n'ai fait que mon travail Ron... Votre majesté.

Mais Ronce changea bien vite de sujet, mais il faudrait bien qu'ils en parlent tous les deux, peut être plus en privé. Mais de tels actes devaient faire preuve de la plus haute méfiance envers ce pays décédant. Mais Ronce proposa une chose plutôt inattendue : visiter le domaine. Comment dire qu'il n’était vraiment pas familier avec ce genre d'évènement.

Bon certes il connaissait Muffet et ce n'est pas comme si c’était une autre royauté à qui il devait faire visiter. Mais pour aller où, faire quoi ? Juste marcher ? Bah si Ronce le voulait pourquoi pas. Elle avait peut être besoin de prendre l'air.

— Je pense pas que l’état de notre hôte soit si apte à de longues marches. Ainsi je propose plutôt de sortir en calèche. Comme cela nous pourrons toujours discuter et Muffet pourra continuer à casser la croûte en même temps qu'apprécier la régions des vilains.

Si tout le monde était d'accord le tout serait prêt le plus vite possible le temps pour les deux demoiselles de se changer pour une balade en pleine air si elles le désiraient.


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Dim 16 Juil - 3:37
J'apprécie autant le contact de la main de la reine que ses paroles. Un peu gênée, ne sachant comment accepter correctement des compliments royaux, je me contente d'un sourire et d'un hochement de tête poli. Heureusement pour moi, le sujet est vite écarté, pour en revenir aux fleurs. Ainsi, les fleurs violettes que je recherche sont donc de la lavande. Intéressant. Non, ce qui l'est vraiment, c'est leur utilisation - mes vêtements auraient bien besoin de quelque chose pour les parfumer après une mission difficile. Et c'est pour ça que la proposition de Ronce me parait si généreuse.

"Merci votre majesté, c'est très généreux de votre part."

J'ai hâte de montrer aux autres mon petit stock de fleurs. Peut-être lancerais-je une mode, qui sait? Le couple discute ensuite de nos activités post-réunion, proposant de me faire visiter l'endroit. Autant dire que cela m'intéresse beaucoup, mon arrivée en poney ne m'ayant pas permis de voir grand-chose. Puis, ce genre de paysages change beaucoup de la Scandinavie ou des pays dans lesquels je me rends habituellement. La suggestion de Kay est la bienvenue par contre. Si je peux marcher un brin - je suis bien venue jusqu'ici - une véritable marche serait pour moi un calvaire, pour ne pas dire impossible. Il me faut cependant émettre une demande.

"Je serais très honorée de visiter votre domaine et la calèche me conviendrait parfaitement. Cependant, m'accorderiez-vous quelques instants pour changer ma tenue peu appropriée et mon bandage? Je... crains également de devoir requérir des mains supplémentaires pour m'aider à revêtir mes habits."

Dans leur grande bonté, le couple royal accepte ma requête et presque immédiatement, des domestiques m'amènent dans une petite pièce avec tout ce dont j'ai besoin pour me changer. Même si celles-ci ont de la retenue, je peux clairement voir que leur duo a les yeux qui brillent, une hybride comme moi n'étant probablement pas ce qu'il y a de plus courant. Je fais donc semblant de ne rien remarquer, pour les laisser m'observer de tout leur soûl, ce genre d'anecdotes étant probablement ce qui leur arrive de mieux dans l'année. Ou peut-être est-ce le changement dans le duché. Qui sait. Mes pensées reviennent à mon ensemble. La raison pour laquelle je désire en changer n'est pas qu'il est laid ou peu pratique - au contraire. Cependant, je le vois comme mon uniforme, quelque chose qui statue qui je suis et ce que je fais. Quelque chose de peu approprié à porter en compagnie d'illustres personnes, qui plus est pour une visite touristique offerte par leurs soins. Je demande donc à l'une d'entre elles de m'aider à l'enlever en défaisant les boutons présents dans le dos. Alors que mes vêtements finissent par glisser au sol à l'exception de mon bas, la domestique en face de moi n'arrive pas à contenir un hoquet de surprise. L'autre qui la rejoint la foudroie du regard mais je peux aisément voir qu'elle n'en mène pas large non plus. Je les comprends. On ne s'attend pas à voir des cicatrices comme celles écopées en Roumanie sur un corps comme le mien. Par égard pour elles, je leur offre donc un choix :

"Je vais maintenant changer mon bandage, vous pouvez vous retourner si vous le désirez, je vous ferais signe quand j'aurais fini."


La curieuse qui était en face de moi hésite un temps avant de se retourner, tandis que sa comparse le fait immédiatement. Sans leur prêter plus d'attention, je défais mon bandage lentement et observe la blessure. Si celle-ci a encore un long chemin avant de guérir, elle ne s'est au moins pas infectée pendant le voyage. Loués soient les dieux. Je passe un baume cicatrisant en exprimant au minimum ma douleur avant de fouiller à nouveau dans mon sac pour en ressortir de quoi bander la plaie à nouveau. Après quelques instants, je range mon nécessaire et sort un autre petit sac du récipient dans lequel se trouve ma robe. Jaune et légère, elle me semble idéale pour ce temps. J'enjoins les deux domestiques de se retourner et après moult efforts de tout le monde, je finis par rentrer dedans. Quelle plaie ces... blessures. Bref. Je ressors de la pièce et vient rejoindre le couple royal, avec un sourire. Qui s'efface assez rapidement lorsque je m'aperçois que je porte la même couleur que la reine.

"Je... Pardonnez-moi, j'aurais dû choisir une autre robe, je ne voulais pas..."


@Ronce:
 



Merci Ronce <3
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre.

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Lun 24 Juil - 21:49
Ronce accueillit la proposition de la calèche avec grande approbation – et puis si l'invitée elle-même acceptait, elle n'allait pas le lui refuser. Laissant Kay faire appel à des domestiques du domaine, Ronce profita du temps octroyée à Muffet pour son changement de tenue à rédiger quelques lettres. Toutes dûment fermées par le tampon de cire marqué du lys royal, la reine les confia à un messager qui irait les délivrer de lui-même auprès des cours concernées.

« Et nous contacterons les journaux du pays pour qu'ils publient les informations. » ajouta la reine à l'intention de son futur époux. « Qu'ils sachent tous. Le monde entier doit le savoir. »

C'était un coup risqué, de ceux à vous coller une déclaration de guerre au saut de lit, néanmoins Ronce ne se voyait pas se voiler la face et se contenter de quelques petites lettres discrètes. Elle assumerait sa position sur la place publique.

L'hybride araignée revint sur ses entrefaites, s'embarrassant dans des excuses poussées. Ronce alla la rassurer d'elle-même, sa main gantée se posant sur l'épaule de la Scandinave.

« N'ayez crainte je ne suis pas offusquée. Cette robe vous va à ravir ! »

Le contraste entre le tissu citronné et la peau violacée avait quelque chose de surprenant. Ce devait être un défi, pour un tailleur, de mener une coupe de vêtement pour personne à six bras. L'artisan avait un don, c'était indéniable. Si jamais Ronce quêtait un habit pour personne au physique atypique il lui faudrait faire appel au tailleur de Muffet.

Un valet annonça que la calèche était prête. Posant une main dans le creux des omoplates de Muffet, Ronce la poussa gentiment à avancer pour la mettre en confiance avant de sortir au bras du duc. À l'intérieur le couple royal se faisait face, tandis que Muffet avait, devant elle, un panier empli de victuailles de ceux qu'on pouvait préparer pour un repas champêtre. La calèche amorça sa route, ses roues roulant sur les pavés de la cité, quittant le château.

« Si vous souhaitez que nous nous arrêtions, Muffet, dites-le au cocher. Agissez comme si vous étiez chez vous ! J'ai déjà vu des Scandinaves à table, croyez-moi. » Ronce faisait là référence à la fois où elle avait accueilli l'impératrice Asbjorn et ses hommes – une dépense colossale pour Versailles et des anecdotes qui avaient laissés leurs marques. « Alors, duc... » Elle s'amusait de ce titre comme d'un nouveau jouet. « Où avez-vous prévu de nous conduire ? »


Revenir en haut Aller en bas
Kay de France
Kay de La Reine des Neiges
avatar
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo

Sam 26 Aoû - 12:25

Kay avait acquiescé d'un signe de tête positif. Il avait assisté lui-même au spectacle morbide qu'on pouvait voir dans le rapport et dire qu'il ne l'acceptait pas était léger. Il avait consacré toute une partie de sa vie à traquer les criminels qui infligeaient un sevice à autrui, qu'il soit mineur ou bien comme l'éventreuse qui avait malgré tout permis la rencontre entre la reine et Kay.

S'il fallait il irait donner lui-même, et à pied, toutes les lettres aux personnes à qui Ronce voulait faire parvenir les informations en question. Mais pour le moment il préférait ne pas piper mot ayant peur de dire une connerie plus grosse que lui, car il ne fallait pas se laisser tromper. S'il se trompait les colères de Ronce pouvaient être effrayantes dans leur genre.

Muffet était revenue sans avoir fait attention du choix de robe. Voir Muffet en robe perturbait l'ex-lieutenant. Mais Ronce n’était pas du genre à prendre mal ce genre de choses de ce qu'il savait d'elle. Et d’ailleurs elle le confirma bien vite auprès de la Scandinave.

— T'en fais par Muffet. On va pas te confondre avec la reine. Tu es plus petite et plus mauve qu'elle. Tu ferais une pâle doublure.

Petite blague pour détendre l'hybride. Peu de temps après le trio se retrouva dans la calèche. Kay était, bien sûr, face à Ronce et l'hybride au côté de la reine et le panier au côté de Kay. Quand Ronce demanda où Kay avait prévu de les emmener, ce dernier eut les yeux qui pouvaient presque sortir de leurs orbites.

Il devait prévoir ce genre de choses. Il en avait foutrement aucune idée. Déjà que cela tenait du miracle qu'il avait pensé à la calèche. Mais penser où aller alors là… Ne pouvaient-ils pas juste faire un tour de la propriété et revenir à l’intérieur ?

Il lui fallait une idée et vite. Allez il avait déjà affronté plus dangereux qu'une balade en calèche quoi.

— La où vous avez envie d'aller ?

Il sentait venir le regard de Ronce sur lui sans même la regarder et reprit aussi vite en pensant aux lieux qu'il avait pu voir lors de la visite du domaine.

— Il y a un grand étang en forme de canard. Paraît que la fable du vilain petit canard a été écrite par un invité des lieux autrefois, en regardant l’étang. Si cela vous dit d'y aller…

Le lac à la forme de canard du Châteauvilain, le lac du vilain canard qu'on le surnommait apparemment.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: France-
Sauter vers: