Partagez | 
 

 1er décembre 06. Mariage royal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 11 Déc - 15:01

Les domestiques bourdonnaient autour de la reine, aussi vives et volubiles que des abeilles autour d'un parterre de fleurs. Seule la plus âgée du groupe avait déjà vêtu une reine pour son mariage – adressant muettement une prière à feu la souveraine Aurore – et commandait ce bataillon de crainte qu'une cadette ne défailla sous la pression qui n'avait cessé de se cumuler ces derniers jours. Pression qui avait aussi touché la principale concernée qu'était la souveraine de France la poussant à manger à peine de quoi tenir ces derniers jours, l'estomac serré par l'appréhension. Au retentissant « trois » la souveraine retint sa respiration alors que le corset finissait d'être serré. La toilette fut apprêtée, lissée de toutes parts par les petites mains qui chuchotaient en touchant le tissu, en effleurant cette robe qu'aucune d'elle ne pourrait jamais se payer le luxe de posséder. N'est pas né du commun celui qui se pare d'une toilette luxembelgeoise dont le patron avait été dessiné par le Kapphären en personne.

« C'est l'heure. » souffla la matriarche.

D'un même mouvement, bataillon de domestiques et souveraine se tournèrent vers la porte de la loge l'ouvrant pour en sortir avec aplomb. Les enfants, tous descendants de nobles dynasties ou de familles ayant pu rentrer dans les bonnes grâces de la reine, se déployèrent qui pour tenir la traîne, qui pour jeter les fleurs à la sortie de l'église après la cérémonie déclamée.

Ronce marcha jusqu'à l'autel les yeux fixés sur celui-ci, bien trop nerveuse pour accorder ne serait-ce qu'un sourire aux invités massés sur les bancs. Son regard fut happé par une silhouette dont la carrure rappelait celle d'un grizzly, se rappela alors la présence de la belle-mère, invitée impromptue parmi d'autres. Mais fixant au mieux l'arrivée de sa marche, rata-t-elle l’œillade complice qui se voulait réconfortante. Mais ne rata guère l'absence de l'époux qui se faisait désirer. Se tournant à demi elle le vit qui patientait sur le pas de la porte, semblant se demander s'il était temps pour lui d'entrer ou non. Un mouvement de tête accompagné d'un froncement de sourcils de la part de Ronce le poussa à entrer – sûrement aidé par la présence de la mère qui ne lâcha pas son fils du regard.

S'agenouillant face au Pape venu parachever la cérémonie, Ronce glissa quelques mots à son époux qui se tenait à ses côtés, tiré à quatre épingles dans son costume d'apparat.

« Ça va aller. »

Ronce n'aurait su dire si elle parlait pour son époux ou pour elle-même.

Rappelant à elle les répétitions menées quelques jours auparavant, la reine répondit aux questions posées nécessaires à la cérémonie. Lorsque la bague fut passée à son doigt ganté – la reine avait préféré ne prendre aucun risque inconsidéré – et l'ultime confession de l'homme d’Église prononcée, la souveraine sentit un poids quitter ses épaules. Une chape de plomb qui se déversa sur le sol tandis qu'elle faisait face à l'assemblée, descendant les marches sous la pluie de fleurs jetées par les dames d'honneur.

La reine de France s'était mariée. Vive le Roi !

Le carrosse royal accueillit le couple, s'ébranlant pour les mener jusqu'à Versailles.


Versailles était en fête. Pour l'occasion le fastueux palais ouvrait ses jardins au peuple qu'il soit de France ou d'ailleurs. Des gardes en livrée émaillaient les entrées et les pourtours, conservant un œil aiguisé sur les invités. Un buffet avait été déployé sur de grandes tables nappées de blanc laissant ainsi, loisir à chacun, de se gaver de délices sucrés parmi les pyramides de fruit, de massepain, et la ribambelle de gâteaux crémeux. Malgré l'air frais de décembre, une course de barques avait été lancée sur le Grand Canal promettant de riches récompenses aux vainqueurs. Nobles comme communs du peuple se baladaient au sein de toute cette festivité. Des domestiques, apprêtés de plateaux, faisaient la jonction entre le buffet et les invités qui n'osaient en approcher.

Le carré VIP – rassemblement de dirigeants et têtes couronnées – avait lui ses quartiers au sein du Salon de la Paix dont les fenêtres, grandes ouvertes, donnaient sur les jardins. Au sein de cette alcôve l'ambiance était aussi à la fête mais de manière plus mesurée, plus mondaine. Les invités prestigieux pouvaient y trouver un havre de paix si jamais fréquenter le commun dans les jardins les indisposait. Ce fut ici, débouchant de la Galerie des Glaces, qu'arriva le couple royal fraîchement formé. Toujours dans sa robe de mariée, à laquelle on avait ôté la traîne à la sortie du fiacre pour des raisons de commodité, Ronce de France accueillit ses invités de marque.

« Mesdames, messieurs. Je suis heureuse de vous accueillir, en ce jour de fête, à Versailles. » Sa main attrapa une flûte de champagne. « Festoyez et rafraîchissez-vous autant qu'il vous sied. Un mariage royal se doit d'être célébré avec faste. »

Et de lancer le mouvement en s'accordant une gorgée de champagne tandis que le nouveau roi semblait aussi à l'aise au sein de cette assemblée qu'une grenouille dans un nid de serpents.

Les règles


• Les tours dureront dix jours mais si jamais vous avez besoin d'un délai supplémentaire n'hésitez pas à demander !
• Aucun tour de post. Postez dans le sens que vous souhaitez.
• Les VIP peuvent rejoindre les jardins mais pas l'inverse. Je remercie ici le placement des personnages par "zone" que vous vous y retrouviez.

Coin VIP
Reine Ronce
Kay Sokolov
Friedrich Franz Edelstein (PNJ)
Tennō Yamato Hideo (PNJ)
Kapphären Jan
Albrecht Elberhard
Svetlana Ivanova (?)

Jardins
Hitomi Hoshizora
Leonhardt Genmann
Tenkô Gou
Manfred Von Vaans
Ginger Wealth
Samaël Osborne
C. Muffet
Andreas Ström

• Amusez-vous !




© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔


Dernière édition par Ronce de France le Mar 13 Déc - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'oiseau Roc
Leonhardt Genmann
✦ Libre pour RP ? : Totalement Libre ! ^^

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Pilote d'aéronefs
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 11 Déc - 16:13
Aaargh, quelle idée idiote avait poussé Leonhardt à se rendre à ces festivités? Sans doute l'appât du gain et un travail de taxi franchement bien payé... Se remémorant la dernière fois qu'il avait eu un travail similaire où la tenue correcte était exigée, il pria intérieurement pour que les événements ne tournent pas de la même façon que cette fameuse soirée à l'opéra. Mais bon, vu le niveau de sécurité présent il n'avait pas trop de souci à se faire. Et puis il faisait beau et il y avait un somptueux buffet gratuit. Cela faisait quelques jours que le pilote était à la diète par soucis financiers, alors il comptait bien en profiter! En évitant de s'approcher plus que nécessaire de ces badauds aux sourires stupides et superficiels.
Se frayant un chemin dans la populace, il se saisit au passage d'un verre d'alcool et se faufila jusqu'à un coin d'ombre calme et désert, afin de s'éloigner de tous ces gueux et de pouvoir les juger d'un regard lourd en toute tranquillité.

- Rrgh, saloperie de costume... grogna l'androïde en tira sur son col.

Même si l'ambiance était à la fête, Leonhardt était bien trop occupé à survivre dans son smoking et à oublier son mal de dos pour être atteint par l'enthousiasme général. Et sa combinaison de pilote le manquait.
A vrai dire, il ne rêvait que d'une chose : que Mary se montre et qu'ils puissent apporter un peu d'action à toutes ces mondanités étouffantes! Ou mieux tiens, une invasion de pillards venus du ciel! Ou une attaque de machine maléfique géante! Ou encore mieux : une invasions de machines maléfiques géantes venues du ciel! Ouais, ça ç'aurait été bien. Tout mieux que cet ennuyeux carnaval d'hypocrisie...
Le pilote renfrogné se dirigea vers le buffet d'une démarche carrée et nonchalante assez particulière et essaya en vain de mettre les mais dans les poches inexistantes de sa veste à queue de pie.
Arrivé devant les tables interminables débordant de merveilles culinaires, il se saisit d'un toast et fouilla la foule d'un regard perçant, espérant y trouver quelques connaissances par le plus grand des hasards. Mary ç'aurait été super. Erwin, ç'aurait été pas trop mal. Après... le reste bof.
C'est alors qu'en tournant la tête, il crû identifier une vieille et vague connaissance. Canne, moustache, élégance à l'allemande...
En un mot : Manfred Von Vaans.
Leonhardt esquissa un sourire qui avait quelque chose de carnassier.

- Hin, ce cher m'sieur Von Vaans... lâcha l'androïde pour lui-même.

L'oiseau de proie avait trouvé sa cible.
Avec un peu de chance, ils pourraient s'ennuyer ensemble. Ou alors Manfred appréciait ces mondanités, auquel cas le pilote pourrait détruire son humeur à critiquer sans cesse la populace. C'était assez détestable comme attitude, mais Leonhardt étant de mauvaise humeur il n'avait aucunement l'envie de se soucier de surveiller son attitude. Et puis ils étaient Allemands tous les deux. Ils pourraient trinquer ensemble jusqu'à plus soif, d'autant plus que c'était gratuit. Ha, finalement ce mariage n'était p'têt pas si inintéressant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 11 Déc - 16:36
Hitomi avait très longuement hésité entre un kimono de cérémonie et une robe de soirée occidentale, lorsqu'elle avait eu vent de ce mariage royal et décidé du tac au tac d'y participer. Finalement, pour mieux se fondre dans la masse, la jeune femme avait opté pour la seconde option. Il lui avait fallu travailler sans relâche pour gagner l'argent nécessaire à l'achat des tissus, et avait passé des jours à créer elle-même sa tenue. Cela lui avait coûté de longues nuits blanches et quelques larmes, mais elle avait fini par arriver au bout de son ouvrage, dont elle était très fière. Elle avait passé des heures la veille à tourner devant le miroir où était apparu le fantôme pour observer sa robe sous toutes les coutures, et s'était couchée avec un sourire candide et satisfait pour être en forme tout spécialement pour cette grande journée.
Et voilà qu'elle était à présent debout devant le grand et sublime portail des jardins du palais royal, elle, la petite meurtrière aux mœurs assez légères qui vivait de brics et de brocs. Dans cette robe qu'elle avait créé avec tant de passion et devant cet endroit si luxueux, elle se sentait comme une princesse.
Une princesse qui comptait bien profiter du buffet et de la vue de magnifiques tenues!
Sans plus attendre, la jeune japonaise franchit les portes avec un regard brillant d'enthousiasme.

Les jardins étaient, comme elle s'y attendait, magnifiques et incroyables. Et ces mets disposés sur les nappes blanches l'étaient tout autant! En prenant garde à ne pas abîmer sa robe et sa coiffure, elle se dirigea l'air de rien vers une table et attrapa une viennoiserie avant de la cacher derrière son éventail. A ce qu'elle avait entendu, les ladies ne devaient pas beaucoup manger et faire preuve de grâce et de discrétion. Alors Hitomi allait s'empiffrer avec grâce et discrétion derrière son éventail.
Prenant quelques toasts et gâteaux en plus, elle se décala avec distinction et joues gonflées à côté d'une fontaine pour profiter de l'eau claire et de son bruit apaisant. Aah, c'était vraiment une merveilleuse journée! Un tourbillon de couleurs et de gens de toutes origines, qui parlaient, s'amusaient, et profitaient simplement de la vie et de ce qu'elle leur offrait. Peut-être qu'elle devrait en faire de même, elle aussi? Arrêter ses activités nocturnes pour être plus sereine, arrêter de se cacher de son père et de la justice et vivre au grand jour...
Par contre, hors de question d'arrêter la voyance. C'était bien trop amusant pour que la jeune femme puisse s'en passer. Et puis, déjà que la vie n'était pas facile tous les jours, elle n'avait aucune envie de dégringoler d'autant plus dans l'échelle sociale pour se retrouver sous un pont à mendier comme une pauvresse! Une pauvresse avec une belle robe et de beaux cheveux. Mais une pauvresse quand même.
Alors qu'elle se perdait dans ses pensées et dans la contemplation de la foule, Hitomi aperçut quelques personnes qui semblaient se détacher du lot... Un homme avec qui elle partageait visiblement ses origines... un aristocrate, peut-être des pays de l'Est... une hybride... un homme au sale regard...
Mais pas de mariée.
Pas de mariée?!
Est-ce qu'elle avait raté la cérémonie?! Et le lancer de bouquet?! Oh non, elle ne se le pardonnerait jamais! Elle avait spécialement fait une place au-dessus de la cheminée pour le précieux bouquet! Et elle s'était même entraînée à l'attraper!!
D'une démarche vacillante, la jeune femme s'avança maladroitement vers le buffet et enfourna deux gâteaux dans sa bouche, avec grâce et discrétion derrière son éventail, pour se requinquer.




Dernière édition par Hitomi Hoshizora le Ven 23 Déc - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La gardeuse d'oies près de la fontaine
Kapphären Jan
✦ Libre pour RP ? : Non

✦ Double-compte : Ofelia / Tsurugul / Morelia / Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Dirigeant du Luxembourg-Begië
✦ Pouvoir: Bouclier magique
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Lun 12 Déc - 18:58


Mariage Royal

A Versailles, en Décembre 06



Victoire calmement posée entre ses bras, le regard alerte suivant la cérémonie, Jan fut sans doute l’un des rares attentifs aux placements de chaque feuille de soie bordant la robe de la mariée, ne relevant aucune critique à faire aux demoiselles ayant préparé la souveraine car il fallait bien l’avouer : Ronce était merveilleuse ainsi accoutrée. Evidemment, Kay Sokolov, nouveau roi de France - bien qu’il soit surprenant de voir un tel échalas, monté comme un ours et l’air vaguement patibulaire, se voir attifer d’une couronne – était tout aussi regardable et remarquable dans un costume à connotation russe mais aux couleurs françaises que Jan s’était bien évidemment accordé le soin de créer. Ensemble, ils formaient une paire aussi disparate qu’elle n’était complémentaire et à leur vue, et tout en officiant religieusement dans la tradition chrétienne à laquelle il ne croyait rien, Jan se permit un simple et discret sourire satisfait.

Ils étaient beaux. Ils allaient faire de beaux enfants mais les tensions qui en découleraient nourriraient très certainement son projet de faire tomber, une à une, ces méritocraties aristocratiques pour laisser la voix au peuple. Ronce était pourtant une souveraine, ouverte à ses gens comme à ce qui bordait ses frontières : mais même si elle n’était en rien prioritaire sur sa liste des têtes à couper, elle œuvrait dans son sillage en nourrissant ainsi les possibles remontrances d’une Svetlana Ivanova très regardante quand cela touchait à son pays.

Jan, fort heureusement, ignorait tout des liens étroits entre Kay Sokolov et l’impératrice et même Regina n’avait pas daigné y fourrer son museau curieux – elle aurait de toute façon fait chou blanc. Mais l’instinct parlait pour lui. L’instinct et quelque chose de plus simple : l’intuition. Le futur lui dirait s’il avait raison de se méfier ou si la scène lui serait surprenante.

En attendant, il avait une Victoire babillante à son bras. Et l’absence de Bettina l’ôtant d’un poids, il offrit simplement un salut honoré et presque timide à l’encontre de Friedrich Franz Eddelstein quand leurs regards se croisèrent.

Il n’eut pas besoin de regarder le tracé du bouquet de la mariée pour savoir que de toute façon, tout cela était désormais derrière lui sur tous les plans. Et se contenta de rejoindre la salle réservée aux invités privilégiés tout en laissant Madeleine lui reprendre une Victoire finalement bien trop affamée pour pouvoir être apaisée.

« Petit paquet bruyant. » Lui chuchota Jan en l’embrassant sur le front avant de les laisser filer et rejoindre calmement Ronce, s’inclinant devant la jeune femme, l’embrassant d’un regard d’ensemble aussi fier que satisfait. « Trois mètres, la taille parfaite. Ne vous avais-je pas promis d’être l’étoile de ce jour ? » Ce fut presque s’il s’en frotta les mains devant le public.

Mais n’oubliant pas son statut ainsi que son masque de jeune prince fougueux, intrépide mais respectueux des traditions, ce fut bassement qu’il s’inclina une nouvelle fois.

« Au nom de mon pays, au nom de notre sang et au nom de l’affection amicale que je vous porte, majesté Ronce de France, je vous souhaite mes plus humbles mais néanmoins enthousiastes vœux de bonheur. Que cette union perdure à travers les siècles. Vous le méritez amplement. »

Puis, dans un froncement de sourcil presque maniéré, il ajouta :

« Veuillez excuser l’absence de mon épouse mais sa santé n’a pu lui permettre de faire partie des convives ce jour. Elle vous transmet bien évidemment ses encouragements et son allégresse pour votre union. Mais dites-moi un peu… » Et à mi-voix, il s’approcha pour chuchoter. « Tout est finement prêt pour ce soir, pas d’incident avec le petit quelque chose que nous avons prévu ensemble, n’est ce pas ? »

C’est que la dentelle des sous-vêtements royaux était d’une délicatesse à rompre sous la brise. Une merveille puisque les grandes paluches du nouveau roi de France n’en feraient certainement qu’une bouchée. Ce qui était exactement le plan prévu par Jan.










Dynasty decapitated
You just might see a ghost tonight
And if you don't know now you know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Samaël Osborne

MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Mar 13 Déc - 0:10
Partout où il allait, dans toutes les rues, tous les quartiers populaires, Samaël avait entendu la nouvelle d'un mariage de la Reine de France. Cela rendait le peuple agité, et il avait eu autant droit au gars méfiant ou blasé qu'aux réjouissances des femmes et des individus optimistes. Le Chaperon aimait ce genre d'agitation, ayant connu quelques jours sombres en Angleterre. Il fallait avouer que le peuple français se révélait toujours très étrange à travers ses yeux d'anglais, mais on s'y accoutumait avec le temps. Il les trouvait même très amusants et divertissants, dans un sens. En particulier les riches. Néanmoins, ce qui avait vraiment éveillé sa curiosité ainsi que son intérêt était l'annonce de l'ouverture des jardins de Versailles à toutes les castes, à l'occasion de ce fameux mariage. Il y avait trouvé un intérêt pratique -la nourriture-, mais également culturel. Il voyageait, alors autant profiter d'une occasion qui ne se présenterait peut-être plus jamais. Il était vraiment curieux d'être témoin d'un tel spectacle.

Avant d'entrer dans les jardins, le jeune homme errant tenta d'ajuster sa tenue classique, sans artifices, en grande partie couverte par sa longue cape rouge dont il ne se séparait pour rien au monde. Il coiffa vaguement ses cheveux mais abandonna très vite. Contre toute attente, il se heurta à l'un des gardes méfiant. Ce dernier procéda à une fouille de sa tenue mais finit par le laisser passer après quelques minutes, le lorgnant d'un œil noir. On l'aurait fouillé du temps où il faisait la renommée des Osborne, il aurait remis ce dernier à sa place. Être traité avec si peu de respect était une chose à laquelle il n'arrivait décidément pas à s'habituer. De toute manière, Samaël n'avait rien apporté de bien dangereux, hormis sa merveilleuse canne avec laquelle il ne comptait aucunement frapper qui que ce fut, ainsi que sa jolie bouille et son charme dévastateur, quoique atténué par la fatigue et les épreuves. Le reste de ses effets se trouvaient chez une des femmes qui l'hébergeait pour quelques nuits.

Les jardins étaient, contre toute attente, d'une splendeur inégalée. Il avait certes vu de bien belles choses en vingt-trois ans d'existence de fils de riche, néanmoins, c'était comparable à ce qu'il avait vu lorsqu'il était allé visiter Vienne, l'un de ses lieux favoris à ce jour. Ce qu'il trouvait fort regrettable, c'était de ne pas pouvoir y flâner à souhait lorsque ce n'était pas peuplé de monde comme aujourd'hui. Le Chaperon rouge, ignorant royalement les regards intrigués et sourcils froncés désapprobateurs semés sur son passage -il devait être l'une des rares personnes à ne pas être vêtue de son plus bel habit, et sa cape pourpre attirait franchement l'oeil- se dirigeait vers le buffet, quand, la tête ailleurs, il bouscula un domestique par inadvertance, ayant pour résultat de faire tomber le plateau de ce dernier sur un autre invité. Samaël s'excusa rapidement et s'éclipsa discrètement au milieu de la foule pour ne pas avoir d'ennuis. Décidément, ce n'était pas son jour. N'ayant toutefois pas perdu sa mauvaise humeur, son regard joyeux tomba sur une demoiselle vêtue d'un kimono qui s'empiffrait de nourriture en se croyant discrète, vit un homme se servir et s'éloigner de la foule avec un air qui lui paraissait fort bougon, un homme inconnu courtiser une femme, un groupe de dames aux allures de commères, et la description pourrait continuer toute la nuit tant la populace ici présente était variée. Sourire amusé, il attrapa deux ou trois gâteaux, ainsi qu'une boisson, pour ensuite s'éloigner près de la fontaine, non sans un dernier regard amusé adressé à ceux qui s'empiffraient sur ce buffet bien garni.

Oubliant très vite l'existence de ces gens, il disparut dans la foule, sa canne en main, et s'assit au bord d'une somptueuse fontaine, là où il y avait encore de la place. Le Chaperon rouge se contenta d'observer les gens du peuple, habitude qu'il avait prise depuis qu'il ne vivait plus sous un toit. Il se laissa également bercer par le son d'un orchestre lointain. Il marmonna pour lui-même dans sa langue natale en grimaçant légèrement.

-Ah, lui, il a fait une fausse note.

Pour l'amour de la musique, cela le navrait profondément. Amateur.
Revenir en haut Aller en bas
Le corbeau
Andreas Ström
✦ Libre pour RP ? : Dispo !

✦ Double-compte : T.James



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Chaman & Guérisseur
✦ Pouvoir: Aucun !
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Ven 16 Déc - 11:19
Le voyage fut long. Presque trop à ton goût, toi qui pourtant a l'habitude de vagabonder, tu as réussis à le trouver fort long. Sans arriver à comprendre pourquoi, les longues heures et jours que tu as pu passer en compagnie de l'hybride pourtant charmante et avec qui tu oses penser bien t'entendre, sans vouloir voir que tu étais simplement impatient que ce périple prenne fin. à demi-mots, tu n'as pas osé parler de lui à la petite hybride, même si son prénom ne cessait de hanter tes lèvres et que le soir, allongé dans un lit plus ou moins confortable c'est à lui que tu pensais. À cet homme que tu n'as pas vu depuis si longtemps et dont l'amulette si précieuse que tu portes au cou sans cesse est la seule trace de sa présence à tes côtés. Non, par pudeur et sûrement par envie de perpétuer ce secret qu'est votre relation, tu n'as pas pipé mot, te contentant de remplir les silences par des mots, des phrases, des bribes de conversation qui au mieux se trouvaient être acceptables et au pire, franchement passables. Mais voilà. Votre voyage touche à sa fin, et après une dernière nuit passée à Versailles, vous voilà à ce mariage royale, à jouer les émissaires d'un pays lointain. Sagement vêtu d'une tenue traditionnelle de ta contrée natale, tu navigues nerveusement au milieu des invités nerveusement, malgré Muffet à tes côtés. Du bout des doigts, tu ne cesses d'effleurer le loup en bronze qui pend à ton cou tandis que tu ignores les quelques corbeaux que tu penses entendre au loin. "C'est bien la première fois que j'aimerais avoir l'un d'entre eux avec moi…" penses-tu en levant légèrement les yeux vers le ciel. "Je pourrais me rassurer d'avoir un frère à mes côtés… Un compagnon qui pourrait m'aider à le trouver." Un frisson dévale ton échine osseuses alors qu'enfin, tu atteins le buffet en compagnie de l'araignée. Tu lui glisses un sourire et te rends compte que tu la délaisses peut-être un peu trop. Tu t'en veux. Tu aimerais ne pas être aussi obsédé à l'idée de le trouver. Un soupire discret menace de s'échapper entre tes lèvres. "De toute façon, il doit être dans le carré réservé à la royauté…" Tu enverras sûrement une lettre à ton retour au castel. Tu lui diras que tu aurais aimé le croiser, mais qu'une fois de plus, le destin n'a pas été clément. Tu t'excuseras sûrement, mais pour l'instant, tu attrapes un verre que tu tends à Muffet avec une ombre de sourire.

"C'est un jour de fête et c'est regrettable que les autres ne soient pas venu avec nous, tu ne penses pas ? Nous aurions pu apprendre aux français à festoyer convenablement, comme nous le faisons…" Un léger rire t'échappe. "Ça aurait eu le mérite d'être marrant…. De voir des aristocrates tenter de tenir tête à la descente légendaire d'un guerriers du castel. Les paris n'auraient pas été difficiles à prédire."

Tu ne réalises pas ce que tu lui donnes, étant étrangement ailleurs. Tu lui parles, certes, tu t'autorises à grignoter un morceau de nourriture mais ton esprit est loin. Tandis que tu mâches quelque chose dont le goût t'échappe, tu laisses ton regard se perdre dans la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Manfred Von Vaans

MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Sam 17 Déc - 19:27
L'évènement de l'année. C'était ainsi que de nombreuse personnes décrivait le mariage. Sans doutes était-ce vrai. Si les unions royales étaient déjà très intéressante à suivre, si dès lors l'on parlait de la France, au vu de son histoire récente et de son... Statut actuel dirons nous. Et bien nous obtenons l'évènement historique de l'année à ne surtout pas manquer. Qui plus est, même au delà de ça, il fallait bien faire bonne figure. Aussi, pour une fois, quelques irréductibles s'étant greffé à la délégation Allemande firent fis de leurs différents et de leurs égos et se tinrent tranquille. C'était un commencement. Il aurait été regrettable de s'offrir en spectacle. Surtout devant tant de monde. L'on trouvait de tout dans les jardins royaux en ce jour. Plèbe, aristocratie, artistes, magnats... Divers et variés tous autant qu'ils étaient. Pourtant. Le Duc ne pouvait que constater que cette mosaïque sociale n'était pas pour autant digne d'un quelconque intérêt. De fait, l'on ne retrouvait que de la banalité ça et là. Certains affichaient et criaient même haut et fort que c'était un grand jour, espérant une Idylle éternelle aux mariés. D'autres s'amusaient à se moquer à voix basse de leurs homologues ça et là et ce sur le moindre détail. Et certains étaient... Ils étaient visiblement venus uniquement pour le buffet. Rien que des exemples, mais le tableau était là.

Oh bien sur, sa Grâce aurait pu ne point se déplacer. Après tout il y avait déjà fort à faire en Allemagne. Pourtant. L'évènement était tout simplement trop... Unique pour ne pas y assister. Après, savoir que l'on se trouvait à un épisode dont l'histoire se souviendrait au moins à court termes était vraiment appréciable. Et au moins il aurait des histoires à raconter dans quelques années. Toujours est-il que les évènements, s'ils se déroulent comme prévu pendant un temps, parfois, ils sont décevant lors de la suite. Quelque part c'était le cas, enfin, peut être aussi car il n'avait pas vraiment de "connaissances" avec qui discuter. Ses homologues étant à exclure des compagnons de conversation acceptables pour des raisons spécifiques. Ainsi, afin de pallier à cette situation regrettable, il allait ça et là, avec sa canne, discutant par ci, discutant par là avec quelques badauds, aristocrates qui semblaient avoir des discussion avec un tant sois peu d'intérêt. Et le manège continua encore et encore. Jusqu'à ce qu'à un moment il cru apercevoir une vieille connaissance qui vraisemblablement serait toujours mieux que de rencontrer les locaux. Après tout, les pilotes ont toujours des avis et des histoires originales à conter. Quelques secondes de traversé de jungle plébéienne plus tard, il avait réussi à atteindre sa cible et ne tarda pas à s'appuyer sur sa canne comme il avait l'habitude de le faire.

"Monsieur Genmann. dit il dans un premier temps en saluant d'un hôchement de tête. Il semble certains désormais que l'on trouve vraiment de tout en ces jardins. Je ne m'attendais pas vraiment à vous revoir ici. Enfin, peu importe. C'est une très bonne chose que vous soyez ici."


Revenir en haut Aller en bas
L'enfant des Habits neufs de l'empereur
Albrecht Elberhard
✦ Libre pour RP ? : Dispo!

✦ Double-compte : C. Muffet



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Mer 21 Déc - 2:09

Le grand jour est enfin arrivé : la Reine Ronce de France et le duc de Châteauvillain, Kay Sokolov, se marient. Autant dire que Katharina est dans tous ses états. Depuis tôt ce matin, elle retourne le château sens dessus dessous pour s'assure que tout sera prêt pour la cérémonie et que les cadeaux sont tous en place dans le navire volant et bien emballés. Pour ma part, je la laisse faire. Non seulement mon autrichienne de femme gère bien mieux ce genre de choses que moi mais je suis en plus content que tout ne repose pas encore une fois sur mes épaules. Une petite pause bien venue après les évènements de cette année.

Après ce qui me semble être deux bonnes heures de remue-ménage, Kat revient dans notre chambre - où je viens à peine de finir d'enfiler ma tenue - avec un air satisfait sur le visage pour m'annoncer que tout est fin prêt pour le voyage.

"Merci ma mie, allons-y."

Je l'embrasse rapidement sur le front avant de partir en direction du navire qui nous attend sagement non loin du château. C'est le même transport qui nous avait transportés en août chez l'empereur autrichien, Friedrich Franz Edelstein. Un véhicule rapide et sûr pour un court trajet. La trappe s'ouvre et je discute rapidement avec mon chambellan pour m'assurer que l'on s'occupera bien de ma mère pendant mon absence. Une fois ces dispositions prises, je monte à bord du navire qui ne tarde pas à décoller.

La suite est évidente : le trajet, l'arrivée et enfin la cérémonie à l'église. Celle-ci fût intéressante, non pas pour le discours du prêtre qui fût aussi ennuyeux que dans mes souvenirs, mais pour le comportement du marié qui me rappelait beaucoup le mien lors de mon propre mariage. Le pauvre homme. Mais tout comme moi, le duc a su affronter cette épreuve et en est ressorti marié et roi de France. Je regrette l'absence de ma mère, néanmoins comme je l'ai notifié au couple, sa maladie semble malheureusement s'aggraver et ses sorties se font donc plus rares.

Puis nous nous sommes retrouvés au carré prévu pour la royauté dans le salon de la paix. La vue des jardins est sublime - je pense même à planter quelque chose du même acabit devant mon propre château - et le buffet particulièrement bon. Je parle dans un premier temps avec l'empereur d'Autriche, allant même jusqu'à rire de bon cœur, avant que la reine Ronce ne prenne la parole pour nous dire de ne pas hésiter à nous servir. Oh, elle n'aura pas besoin de me le dire deux fois.

Mais avant de me jeter sur les amuse-gueules, j'adresse la parole à notre hôtesse.

"Votre majesté, c'est avec plaisir que je célèbre votre union. Cependant, je pense qu'après une si bonne cérémonie - et un si bon buffet - il est temps pour moi de vous rendre la pareille. Au nom de l'Allemagne, je tiens à vous offrir ceci."

J'effectue un signe discret et des serviteurs qui attendaient dans un coin de la pièce s'empressent d'apporter un coffret qu'ils déposent entre mes mains. Avec un sourire, je le tends à la Reine en récupérant au passage son verre pour qu'elle puisse l'ouvrir facilement.
Dans ce coffret se trouve deux statuettes en porcelaine de Saxe très finement ouvragées représentant le couple royal se tenant la main. Le soin au détail et la qualité de la manufacture sont impressionnants, tout comme le prix de la commande. Mais je suis sûr que cela en valait le coup.

"J'espère que cela vous plaira; j'aurais un autre présent à offrir au Roi après le mariage et je me permets également de vous offrir deux caisses contenant du vin blanc et de l'eau de vie, tout droit sorties des réserves personnelles de l'empereur. Je vous souhaite un avenir radieux et prospère."

Et sur ce, je redonne son verre à la Reine avant de m'écarter pour laisser passer toute autre personne désireuse d'offrir des cadeaux au couple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay de La Reine des Neiges
Kay de France
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Lieutenant de la police
✦ Pouvoir: Kay peut percevoir les défauts, les sombres aspects des gens
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Mer 21 Déc - 21:58
Kay en avait vu des choses dans sa vie et par son métier, des faits qui n'avaient rien de reluisants et qui auraient eu leur place dans les pires cauchemars. Néanmoins rien ne l'avait préparé à devoir vivre un mariage et ce en première loge en tant qu'époux. Qui plus est un mariage royal. Un entraînement militaire au sein de la Sibérie ou se confronter à un grizzly semblaient des épreuves soudainement bien douces comparées à celle-ci. Malgré les répétitions il avait fallu les regards conjoints de sa future épouse et de sa mère pour lui faire comprendre qu'il était temps pour lui d'entrer dans l'église. Ce ne fut qu'au sein du fiacre les ramenant à Versailles que Kay s'autorisa un soupir. Avant de se rappeler que l'épreuve n'était pas terminée. Il allait devoir se confronter aux invités prestigieux, ribambelle de nobles dirigeants aux titres ronflants. Et il en était fatigué d'avance.

— Je suis vraiment obligé ?

Le regard de son épouse lui fit comprendre qu'il était hors de question de répéter la question.

Et le voici au sein d'une salle de Versailles regardant les invités féliciter la souveraine, lui offrir des présents. La main de Kay se tendit pour serrer celle du Kapphären. Aucune femme n'avait encore approché le couple royal ce qui le soustrayait de ce devoir, curieux, du baise-main.

— Merci. Pour les félicitations et les tenues.

Le Kapphären avait aussi veillé à vêtir le marié. Le nouveau roi se rapprocha du dirigeant du Luxembourg-Bergie pour lui chuchoter quelques mots.

— Il paraît que vous avez offert quelque chose de spécial à la reine. J'aimerais en savoir plus. Déformation professionnelle vous comprenez.

Laissant à l'intéressé le temps de répondre à sa demande, le roi alla saluer l'empereur d'Allemagne, serrant vigoureusement sa main, faisant honneur à la réputation de ce peuple germanique connu pour être forgé dans le fer.

— Merci à vous aussi. Vous avez l'eau de vie à proximité ? J'en goûterais bien. Tout en trinquant avec tout le monde. Le champagne c'est... C'est festif mais je suis habitué à l'alcool fort.

Et à défaut de vodka ou de whisky, il devait bien la remplacer avec autre chose.

Un bruit de trompette se fit entendre. Réflexe naturel, l'ancien lieutenant se tourna vers l'origine du bruit, sa main se portant à son torse tâtant l'absence de holster, avant de se reprendre, rassuré. Ce n'était que sa mère, Tatiana Sokolov, qui venait de se moucher dans un mouchoir de la taille d'une nappe pour guéridon. Malgré sa carrure d'armoire russe elle posait un regard humide, et heureux, sur son rejeton et son épouse, postée à quelques pas derrière le Kapphären.


☆ For Mother Russia ☆
 
défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Mer 21 Déc - 23:03

Le voyage a été étonnamment long et silencieux. Là où beaucoup aurait rempli l'air de conversations vides et de mots à demi-pensés, Andreas est resté muet. Je sens que quelque chose le trouble, mais je ne saurais dire quoi. Est-ce la destination? Impossible de le savoir - je ne le connais pas assez.
Du coup, je me suis contenté de le distraire un maximum, en le laissant par exemple s'occuper de nouer mes cheveux - il ne dit rien, mais je sais qu'il adore ça. Et avec la longueur du trajet en bateau, il a eu amplement le temps de se distraire.

Nous nous trouvons à présent à Versailles, après une nuit passée non loin du château où nous avons pu nous laver et changer de vêtements pour être plus présentables.

Et contrairement à mes habitudes, je porte une robe. Une pièce faite sur mesure aux manches courtes bordées de noir, descendant dans un corset en une cascade de violet pour finir à mes pieds dans un liseré sombre. Autant dire que je me sens plutôt gauche dedans, en tant qu'assassin et en tant que... Muffet. Ce n'est certes pas la première fois que j'en porte une, néanmoins je n'arrive toujours pas à m'y faire.

C'est donc sous des regards stupéfaits que nous rejoignons la foule des jardins, les gens d'ici n'ayant probablement pas l'habitude de voir une araignée en robe et un homme corbeau se promener ensemble. Je ne vais pas les blâmer. Un coup d’œil circulaire me fait pourtant remarquer que nous ne sommes pas les seuls étrangers ici, pour ne pas dire les plus étranges. La tenue de certaines personnes en dit long sur leur identité, tandis que leur comportement en dit long sur leur personnalité - comme cet homme qui parle tout seul près de la fontaine. Pour en revenir à mon ami le corbeau, celui-ci me fait rire en parlant de nos bons vieux guerriers scandinaves.

"Ahuhuhu~, je pense qu'ils déclencheraient une guerre avec la France en vidant leurs tonneaux en moins d'une soirée."

Étant un peu petite pour accéder au buffet, c'est avec soulagement que je vois qu'Andreas m'offre quelque chose à me mettre sous la dent. Je ne peux cependant pas m'empêcher de voir son regard distrait en direction du château. Serait-il inquiet pour la reine? Ou...

"Tu attends quelqu'un? Je..." J'avale le met difficilement. "J'ai l'impression que quelque chose te chagrine depuis notre départ de Scandinavie. Tu veux en parler?"


Pas sûr qu'il se confie à moi, mais autant essayer. Surtout que je suis curieuse de savoir la réponse. Si je jette autant de coups d’œil au carré VIP pour ma part, c'est parce que j'aimerais recroiser certaines royautés que j'ai rencontré cette année. Je garde un bon souvenir de Kay et de la reine Ronce par exemple, rencontrés fraichement après ma mission en Roumanie. Mais je suppose qu'ils ont autre chose à faire, après tout c'est un jour particulier pour eux, plus propice aux petits fours et au champagne qu'aux rencontre avec des assassins.



Merci Ronce <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Jeu 22 Déc - 0:06
Le Kapphären fut le premier à la couvrir d'éloges – et à applaudir la splendeur de sa robe et le succès qui en avait découlé. Ronce ne pouvait aller à l'encontre de ses dires. Elle accueillit donc chacun de ses mots d'un sourire rayonnant qui se mua en moue chagrine à la mention de l'épouse, l'éternelle absente dont elle avait espéré, jusqu'au dernier instant, la présence. D'autant plus que l'épouse de l'empereur allemand aurait pu lui être d'une agréable compagnie. Néanmoins la souveraine n'eut pas le temps de formuler une quelconque parole de consolation que le chuchotement du Kapphären se glissa dans ses oreilles, faisant naître une rougeur sur ses joues qu'elle ne put réguler.

« Je... Les dispositions ont été prises. » glissa-t-elle sur la même hauteur de voix que Jan Van Veerle. « Votre art ne sera pas altéré. J'y veillerais. »

Même s'ils ne devaient être que peu portés, ces attributs ne devaient pas connaître le même sort que les marguerites dans les mains des enfants.

Le ballet des félicitations fut continué par l'empereur allemand, personnage que la souveraine avait rencontré plus tôt dans l'année. L'homme lui avait laissé bonne impression. Le regard de Ronce se posa alternativement sur l'empereur et sa femme, englobant l'ensemble du couple même si seul l'époux avait pris la parole. Même si le présent avait été tendu par les mains du mari, Ronce pouvait sentir l'influence de l'épouse et de son éducation austro-hongroise – un relent d'amour de l'art et du détail de l'ouvrage raffiné. La reine referma le coffret avant de le tendre à un domestique qui saurait le déposer à l'endroit convenu – auprès des autres cadeaux de mariage le temps qu'on lui trouva meilleur place après les festivités.

« Votre obligeance me touche, Kaiser. » Les doigts de Ronce avaient repris le verre. « Ainsi que la vôtre, Kaiserina. Que votre présent soit le symbole de cette union qui a vu le jour aujourd'hui. Lié à jamais, et dont l'honneur accordé par des amis évitera d'être facilement brisé. »

L'éternuement de la matriarche russe l'étonna tout autant que le fiston. Posant son verre, Ronce tenta de calmer l'émotion qui étreignait ce grand corps. Sa main, presque minuscule comparée à la Russe, tapota doucement le bras, pratiquement aussi gros que son propre corps.

« Allons, allons... Il reste votre fils. Et n'allez pas détremper la cape du Kapphären. » se permit-elle en guise de trait d'esprit pour dédramatiser la situation. Obligeante, elle se tourna vers le reste de l'assemblée. « Nous sommes en petit comité. Mettons de côté la politique pour cette journée. Pourquoi ne lancerions-nous pas une discussion, ou un jeu ? Mais... pas de colin-maillard. Les jardins sont déjà occupés. »

Au loin on pouvait percevoir un orchestre depuis les jardins dont la musique parvenait jusqu'à la salle des invités prestigieux.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasard

MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Jeu 22 Déc - 0:17
Tenue de Manuela
Le coude de Manuela heurta un des membres de l'orchestre autrichien qui, sous le coup, lâcha une fausse note accompagné d'un regard incendiaire envers la domestique. Son tablier fouettant l'air au rythme de sa course, l'Espagnole ne lui en tint cure. Elle n'avait jamais su être à l'heure, jamais. Ce devait être une malédiction lancée à son insu. Même la montre à gousset, glissée dans la poche intérieure de sa robe de domestique, n'avait jamais su contre-carrer ce manque de ponctualité.

Inspirant longuement pour éviter d'être essoufflée, telle une campagnarde courant dans les champs après le bétail familial, l'hispanique arrima mieux sa prise sur le plateau qu'elle portait. Avalanche de sucreries et de gâteaux tout juste sortis du four à la pâte croustillante. Ses longues oreilles lapines obliquèrent dans l'air, captant les conversations pour mieux se mouvoir au sein de la foule. Sourire policé sur le visage, la domestique tentait de vider son plateau. Si elle y arrivait, la fête n'en serait que plus réussie.

« Quelques douceurs messieurs dames ? » répétait-elle à l'envie, le museau frétillant de son hybridité lapine. « Ce sont des confiseries magiques. Elles auront le goût de ce que vous préférez. »

Manuela songea qu'elle aurait pu être commerçante lorsque les premières mains agrippèrent les biscuits.


Les règles


• Les tours dureront dix jours mais si jamais vous avez besoin d'un délai supplémentaire n'hésitez pas à demander ! Le prochain tour sera le 31 décembre mais pourra être modifié (parce que fêtes de fin d'année)
• Aucun tour de post. Postez dans le sens que vous souhaitez.
• La PNJ est là pour officier dans les jardins. Vous pouvez, bien évidemment, interagir avec.




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.


Dernière édition par Hasard le Jeu 22 Déc - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La gardeuse d'oies près de la fontaine
Kapphären Jan
✦ Libre pour RP ? : Non

✦ Double-compte : Ofelia / Tsurugul / Morelia / Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Dirigeant du Luxembourg-Begië
✦ Pouvoir: Bouclier magique
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Jeu 22 Déc - 20:34


Mariage Royal

A Versailles, en Décembre 06



La fausse note vrillant l’air fut suffisamment audible pour le faire grimacer, mais toute son attention portée sur la rosissante Reine Ronce, Jan ne daigna pas tourner la tête pour trouver l’origine d’une telle erreur de la part de l’orchestre, laissant possiblement l’empereur Edelstein s’en charger, s’il y trouvait assez de volonté et d’obstination en ce jour de noces. Le sourire aux lèvres, le regard brillant, le Kapphären retint un signe familier à la main de la jeune femme, particulièrement satisfait de savoir que la toilette intime de la souveraine avait déjà été correctement préparée. Ce fut pourtant récupéré par le Roi, dont le regard, dur et curieux, semblait déjà vouloir le transpercer, que Jan finit par se détourner de son succès pour faire front au Russe, aussi dignement que possible.

Il n’oubliait pas – ni l’enquête, ni les origines de l’homme et encore moins sa stature, ce dévouement qu’il semblait porter à son épouse bien plus qu’à ses nouvelles fonctions. Evidemment, pour ce dernier point, cela tenait presque de la supposition mais Jan avait entendu l’écho de ses services à la Reine, vastes rumeurs ou faits avérés. Il y avait à craindre, de Kay de France. Il y avait à craindre mais aujourd’hui n’était pas un jour de prudence et ce fut effrontément qu’à son oreille il vint murmurer.

« Je me sens bien capable de garder le secret, qu’importe vos tortures et vos interrogations, mon bon souverain. Et c’est même avec plaisir que je le ferai ! Vous aurez votre surprise bien plus tard et de moi, vous ne tirerez rien. Je suis un allié de la France après tout, pour ses intérêts. »

Et esquissant un bref salut, ce fut vers le Kaiser d’Allemagne et son épouse qu’il s’inclina à nouveau, présentant ses discrets hommages sans prendre les devants et briser leur présentation à Ronce. Ils étaient charmants, et étrangement neufs à son regard éreinté.

Mais l’éternuement le fit bien vite sursauter. Face au chagrin de la russe, matronne opulente et aussi impressionnante que son fils, quoique dans un registre différent, Jan ne sut réellement faire écho à la plaisanterie de Ronce et tirant de son costume un mouchoir brodé, le tendit simplement à la femme qui, au vu de sa poigne, n’en ferait certainement qu’un souffle avant de le noyer.

« Cela sera bien mieux, si vous me permettez. Ma mère aussi a versé sa larme à mes noces. J’ose imaginer que c’est le pendant de toutes les dames ayant enfanté, d’avoir à laisser parler le cœur de leur fils pour une autre que celle qui les aime et les aimera à jamais. »

Ce n’était qu’un pieux mensonge. Sa chère et tendre maman ayant bien plus sangloté de par ses humeurs parfois ténébreuses que par la noce en elle-même. Mais au moins avait-elle tenu son rang et sa présence le peu de temps qu’il avait suffi pour montrer au monde qu’elle n’était totalement aliénée.

Sa gorge se serra, et sa bouche se cisela un sourire forcé.

« Un jeu, c’est une merveilleuse idée, chère Ronce ! Mais si nous ne pouvons jouer à Colin Maillard, ici, à quoi pouvons-nous nous divertir ? Certainement pas à l’une de ces obscures parties de carte et, j’imagine, encore moins au jeu de go. » Pouffant de rire de sa propre plaisanterie, doutant que l’empereur Edelstein ait pu l’entendre, il fut soudain poussé par une idée.

« Pourquoi ne pas dessiner une marelle ? Les enfants y jouent bien et cela semble distrayant de sautiller ainsi, d’une case à une autre. Si toutefois vous disposez d’assez d’engouement pour ce jeu, ainsi que d’une craie. Cela nous sera bien utile ! »











Dynasty decapitated
You just might see a ghost tonight
And if you don't know now you know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le corbeau
Andreas Ström
✦ Libre pour RP ? : Dispo !

✦ Double-compte : T.James



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Chaman & Guérisseur
✦ Pouvoir: Aucun !
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Ven 30 Déc - 21:13
Te voilà gêné alors qu'elle remarque que tu as l'esprit ailleurs. Tu sursautes presque et les joues légèrement roses à cause de la honte, tu baisses pourtant les yeux vers elle pour croiser ce regard si étrange qui en cet instant fait courir sur ton échine un frisson. Oui tu attends quelqu'un… Quelqu'un que tu n'as pas vu depuis des lunes mais peux-tu lui parler de cet homme qui est tout pour toi ? Non. Tu dois être discret et à ainsi lorgner vers la royauté, tu es tout sauf ça. Il t'en voudrait sûrement, tu ne penses pas ? Lui qui peut être doux à l'écrit, se fâcherait sûrement si quelqu'un venait à comprendre la nature de votre relation… Et le Corbeau lui seul sait à quel point tu en mourrais de voir dans ses prunelles de la colère ou de la déception à ton égard. Sur tes lèvres fines passe ta langue et après quelques secondes d'hésitation, tu te décides enfin à rassurer l'hybride qui semble concernée par ton état.

"Non, ne te chagrine pas de telles préoccupations… J'ai l'esprit ailleurs et je crains de ne juste pas être habitué à ce genre de rassemblement… Mes excuses… En plus j'ose te délaisser et ne pas profiter pleinement de ta présence…" murmures-tu presque du bout des lèvres, craignant sans trop savoir pourquoi que quelqu'un puisse t'entendre. Mais de quoi devrais-tu avoir peur ? Des voix ? Du reste des invités ? Toi-même tu ne sais pas. Un soupir t'échappe et nerveusement, tu viens jouer du bout des doigts avec le col de ton costume, bien incapable d'avaler quoi que ce soit, malgré l'abondance de nourriture qui s'étale presque indécemment. Du coin de l'oeil tu observes le buffet et presque dégoûté, le coeur encore trop sensible face aux craintes qui te parasitent l'esprit, tu préfères te concentrer sur Muffet.

"Je trouve ça juste dommage que nous ne puissions pas…"

Tu ne termines pas ta phrase, la laissant en suspens tandis qu'au loin tu observes ce qui semble être une domestique, et une hybride, distribuer friandises et douceurs qui appâtent aisément les invités. Tu vois certains d'entre eux se jeter sur le plateau et presque navré de leur empressement, tu restes là où tu es, ignorant ce que de toute façon tu ne serais pas capable d'apprécier. Un autre soupire glisse d'entre tes lèvres et après ce que tu penses être un dernier regard vers les rois et reines qui vous surplombent, tu remarques alors celui qui est si important à tes yeux. Entre deux silhouettes, voilà que c'est la sienne qui se dessine. Ton coeur rate un battement et ton souffle se meurt sur tes lèvres qui déjà forment le prénom de celui avec qui un jour, tu as soulevé les interdits.

"Albrecht."

Un souffle discret t'échappe, puis plus rien. Juste un regard que vous échangez. Tu voudrais sourire mais n'y arrive pas. Tu aimerais savoir qu'il vient de te remarquer mais tu n'oses y croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'oiseau Roc
Leonhardt Genmann
✦ Libre pour RP ? : Totalement Libre ! ^^

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Pilote d'aéronefs
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Jeu 5 Jan - 22:06
Leonhardt sortit une cigarette de la poche de sa veste et commença à l'allumer alors que Manfred le saluait.

- Monsieur Genmann. Il semble certain désormais que l'on trouve vraiment de tout en ces jardins. Je ne m'attendais pas vraiment à vous revoir ici. Enfin, peu importe. C'est une très bonne chose que vous soyez ici.

Le pilote, s'acharnant sur son briquet, sa cigarette entre les dents, releva les yeux vers son interlocuteur et arqua un sourcil. Il faisait référence à lui, là, avec son "on trouve vraiment de tout dans ces jardins"? Parce que si c'était le cas il n'hésiterait pas à lui dire le reste, ex-employeur ou pas! Ceci étant l'aristocrate rattrapa bien le début maladroit de sa phrase pour se féliciter d'avoir trouvé l'androïde dans cette foule. Enfin, techniquement c'était plus l'androïde qui l'avait trouvé, mais passons.
Leonhardt parvint enfin à allumer sa cigarette et rangea son briquet en tirant une bouffée de fumée.

- Qu'est-ce que vous faîtes là? demanda-t-il simplement à Manfred en scrutant la foule d'un regard torve. Parce que si vous chercher de l'action z'êtes pas au bon endroit. Mais bon, l'espoir fait vivre.

Sur ces mots il vida d'un trait le reste de son verre et le posa nonchalamment sur le plateau d'une domestique qui passait à côté de lui. Puis, en écoutant Manfred d'une oreille distraite, il se saisit d'un second verre d'un geste machinal, priant pour que son contenu soit plus fort que la coupe de champagne fade qu'il venait d'ingérer. C'était supposé être un mariage royal, non? La gnôle devait au moins être de qualité! D'autant plus que les Français étaient quand même réputés pour leur vin, alors à moins que le couple royal ne soit radin jusqu'au bout des ongles, ils pourraient au moins faire l'effort de mettre du bon tord-boyau à disposition du peuple! En tous cas, le pilote se rappelait des soirées au bar avec ses camarades de l'école de pilote, qui étaient quand même franchement mieux arrosées que ce pitoyable spectacle carnavalesque.
Et puis ils étaient où les mariés, hein? Ils se tenaient à l'écart des badauds? Franchement prétentieux ces riches! Ceci étant Leonhardt les comprenait : lui-même préférerait être partout ailleurs plutôt qu'ici à siroter de la bibine pour marmots dans un ensemble qui tenait plus de la camisole de force modèle pingouin que du costume de soirée de type plein aux as. Ou alors tous les riches portaient ça? Dans ce cas ils étaient encore plus stupides que ce qu'il pensait!
Levant les yeux au ciel, il tendit son verre face à Manfred, et lâcha d'un ton agacé :

- Bon, à quoi on trinque? Aux "heureux amants"? A ce job de merde qui m'a valu d'être ici? Ou bien à la gloire de l'Allemagne, notre chère patrie pas foutue d'épeler le mot "paix" sans vomir du sang?

Au diable le tact, de toutes façons nul besoin de faux-semblants lorsque l'on brûle en Enfer.
Et pour le pilote renfrogné ici présent, il ne manquait plus que quelques flammes par-ci par-là pour faire des jardins de Versailles une parfaite réplique de la demeure de Satan.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'enfant des Habits neufs de l'empereur
Albrecht Elberhard
✦ Libre pour RP ? : Dispo!

✦ Double-compte : C. Muffet



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Sam 7 Jan - 23:36
Je sursaute au bruit qui résonne soudain dans la pièce. Ronce aurait-elle invité des éléphants pour un spectacle surprise? Ah, non. Ce n'est que la belle-mère. Je soupire un instant, puis observe la reine et Jan la conforter. Je ne m'avance pas, ne sachant que dire dans ces moments-là : mon propre mariage consistait en beaucoup de regards noirs de chaque côté de la pièce et peu de pleurs (hormis ceux de Kat bien sûr).

Gêné, je jette un coup d’œil par la fenêtre. La fête semble battre son plein dans les jardins et j'observe la liesse générale avec une certaine tendresse. Il y a dans l'air une certaine innocence peu présente en Allemagne qui me rendrait presque jaloux de Ronce.

Alors que mon regard s'attarde sur les personnes présentes, je ne peux m'empêcher de remarquer deux étranges individus non-loin de l'entrée du bâtiment. Celui de droite est de très petite taille, au point que j'en viens à me demander si il est humain. Quant à celui de gauche, son accoutrement me rappelle quelque chose et son visa- Andreas.

Mon cœur rate un battement. Voire une dizaine. Que fait-il ici? Aurait-il oublié la discrétion dont il se doit de faire preuve? Non. Cela doit être une coïncidence. Peut-être est-il simplement venu fêter le mariage lui aussi, en compagnie de son amie. Oui. C'est ça.

Je sens soudain le regard de Katharina sur ma nuque.

"Vous voyez quelque chose d'intéressant par la fenêtre, Albrecht?"

Par chance, elle prononce cette phrase à voix basse, soucieuse de respecter la crise de la mère du nouveau roi. Si les regards s'étaient tournés dans ma direction en cet instant, j'aurais été incapable de formuler une réponse acceptable. Reprenant un ton aussi naturel que possible, je lui réponds :

"Cette personne en contre-bas est des plus curieuses, si petite et... il me semble bien qu'elle ne possède pas de nez. En plus d'être violette."

Décidément, je n'avais pas été très attentif au premier regard. Je blâme le corbeau pour ça.

"Oh! Quel curieux personnage! Belle robe néanmoins."

Profitant de son regard détourné, je hoche légèrement la tête en direction d'Andreas. Qu'il sache au moins que je l'ai reconnu. Puis, Katharina et moi nous tournons en direction de la reine qui vient de prendre la parole pour proposer un jeu. L'idée ne me tente que très moyennement. Premièrement parce que nous sommes des adultes et deuxièmement parce que j'ai fortement envie de m'éclipser dans les jardins.

Heureusement pour moi, l'excitation de Katharina masque mon peu d'enthousiasme. Celle-ci s'approche de la reine et de l'empereur en prenant la parole à son tour :

"Quelle brillante idée, cela fait si longtemps que je n'ai pas joué à la marelle! Je vous aurais bien suggéré des jeux autrichiens, mais ceux que je connais ne se jouent qu'en extérieur hélas."

Je les laisse s'organiser comme ils le souhaitent, peu désireux de participer à ce genre d'activités. Je me ressers d'ailleurs au buffet, en gardant la tête tourné vers mes interlocuteurs pour ne pas avoir l'air malpoli.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay de La Reine des Neiges
Kay de France
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Lieutenant de la police
✦ Pouvoir: Kay peut percevoir les défauts, les sombres aspects des gens
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 8 Jan - 15:42

« Je me sens bien capable de garder le secret, qu’importe vos tortures et vos interrogations, mon bon souverain. Et c’est même avec plaisir que je le ferai ! Vous aurez votre surprise bien plus tard et de moi, vous ne tirerez rien. Je suis un allié de la France après tout, pour ses intérêts. »

Kay eut un bon gros rire franc et pas du tout distingué suite à la répartie du dirigeant du Luxembourg-Bergie. On lui avait déjà répondu plusieurs choses différentes sur ses méthodes. Et bien que le dirigeant ne devait pas vraiment savoir ce que le Russe avait déjà fait passer comme interrogatoire, cette repartie sûre de lui était la bienvenue. Kay donna une tape dans le dos du Kappharen, puis une seconde.

— Être sûr de soi avec autant d'assurance en voilà une bonne chose. Surtout pour une personne de votre stature. Il me semble que c'est une bonne chose. Mais ne vendez pas trop tôt la peau du grizzli avant d’être sûr qu'il soit totalement mort.

Kay avait fait un signe de la main. On apporta deux verres remplis d'alcool russe.

— Mais bon tu-vous bref… avez raison. La surprise peut avoir un peu plus de piquant selon la situation. Parait qu'on peut vous faire confiance sur la couture et la lingerie. Personnellement, je n'en connais que ce que Ronce et Tatiana Sokolov m'ont parlé de la lingerie féminine.

Tatiana... Paraît qu'elle manquait à certains hommes de la cour Française…

Kay de France se dirigea vers sa mère où il retrouva a nouveau le Kappharen. Il déclara à sa mère devant tout le monde « qu'il resterait son gros nounours des steppes ». Puis après cela Kay retourna avec Ronce profitant qu'il ne ressente pas encore le poids de ses nouvelles responsabilités sur ses épaules, pour juste voir en elle une femme, sa femme.


☆ For Mother Russia ☆
 
défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La belle au bois dormant
Ronce de France
✦ Libre pour RP ? : 1 place libre.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 8 Jan - 16:38
Les larmes de Tatiana Sokolov, mère de l'époux, se calmèrent, le mouchoir du Kappharen fut détrempé mais, au moins, les pleurs se tarissaient. La Russe eut un remerciement sincère à l'adresse du Kappharen s'excusant de l'état où elle laissait le mouchoir, se promettant de le faire nettoyer avant de le lui rendre. Elle se permit même de lui glisser qu'elle apprécierait fort de voir prochainement le jour où elle deviendrait grand-mère.

La proposition de la marelle fut accueilli diversement. Ronce connaissait le jeu sans l'avoir pratiqué et eut une remarque des plus pragmatiques.

« Ce ne serait pas difficile avec nos robes ? »

La souveraine se voyait déjà tomber à chaque saut. Mais la proposition du Kappharen cachait peut-être un trait d'esprit qu'elle n'avait guère saisi. L'épouse allemande, en tout cas, semblait prête à se lancer dans l'entreprise. Elle débordait d'une fraîcheur qui faisait plaisir à voir.

« Peut-être un de vos jeux peut-il être adapté en intérieur en modifiant légèrement les règles ? » proposa la reine, souhaitant complaire à tous.

Mais, en soit, en attendant une marelle ne pouvait être refusée si ces messieurs pouvaient être complaisants envers les dames et leurs jupons. Ronce se tourna vers un domestique lui enjoignant d'amener de quoi préparer le terrain – l'on ne pouvait dessiner à même le parquet de Versailles. Une grande bande de tissu servirait de piste de danse.

En attendant que le domestique revint avec le nécessaire, la souveraine continua à maintenir la discussion avec ses invités.

« Je vous aurais bien proposé une partie de billard mais je ne sais si cela vous aurait convenu. Ce pourrait être un expédient si le plaisir de la marelle ne nous touche pas tous et... »

La voix de Ronce s'interrompit lorsque la porte de la salle se rouvrit, plus promptement qu'elle ne l'avait escompté. Le domestique revenait, le visage blanc comme la craie. Ses lèvres tremblèrent prononçant difficilement les mots qui tentaient de s'extraire de sa gorge.

« Votre Majesté, je... »

Un frisson hérissa les cheveux de Ronce, dressèrent les mèches sur sa nuque. Une patte sortit d'entre les lèvres du domestique, patte insectoïde d'un noir hypnotique. Le scarabée trotta, de ses pattes menues, descendant la courbe de la mâchoire sur un filin invisible. De la bouche du valet dégorgea scarabées, cafards et fourmis en une cascade retentissante. Les prunelles de Ronce ne purent s'extraire du spectacle tandis qu'une ignoble impression de déjà-vu l'étreignait toute entière.

« La garde. » souffla-t-elle tout bas à son époux, sa main lui serrant le bras.

Il fallait l'appeler s'ils n'étaient déjà pas victime de ce qui approchait. La reine se tourna vers ses invités.

« Reculez de cette porte ! » C'était un ordre indiscutable. « Quelqu'un approche qui nous veut nul bien. Si jamais vous avez des armes sur vous... Saisissez-vous en. »

Le roi de France avait déjà saisi une arme dissimulée sous sa veste. Mieux valait affronter ce qui advenait armé que dénué de toute défense.


© Avatars par Ofelia et leurs auteurs respectifs.

♔ Reine de France ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasard

MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 8 Jan - 16:42
Tenue de Manuela
« Parfait. » songea Manuela, toute sourire alors que son plateau et le buffet se vidaient. Les invités piochaient mets et boisson, emplissaient leurs estomacs de denrées qu'elle avait veillé à ensorceler pour mieux pimenter cette journée bien trop calme. Pour mieux provoquer la surprise au sein des rangs et préparer l'entrée de son amie. Complice de crime, l'Espagnole observa le manège et la magie commencer à faire son œuvre.

Le premier cri retentit – mélange de surprise et d'une expression animale. Des ailes bruissèrent, prodigieusement grandes, manquant de frapper de plein fouet les convives qui entouraient la victime. L'homme avait eu l'erreur de s'enivrer de champagne et se retrouvait à composer avec l'apparition impromptue d'ailes de pigeon qui avaient transpercé son costume. Manuela en rit, amusée comme une enfant. Tout ceci ne fut que le prélude et le premier galet qui annonça une avalanche.

Plumes et poils marquetèrent les corps des invités, les voix humaines se teintèrent d'accents animaux alors que Manuela, profitant de la cohue, s'écarta pour laisser place à la garde qui, arrivant sur les lieux, tentait de contenir cette soudaine fébrilité. Se glissant au sein des fourrés bordant le château, l'hybride-lapine chercha à percevoir ce qui se tramait au sein du carré vip. Elle voulait assister à l'entrée de l'instigatrice principale de cette mise en scène. Et applaudir en chœur avec elle.

Dans la salle accueillant les royautés, un garde franchit les portes. Il tenta de parler mais les insectes roulaient sur sa langue, craquaient sous ses dents. Il finit par tomber à terre, éructant le contenu de son estomac en des spasmes irréguliers. Le domestique avait déjà chu entre temps, les yeux révulsés, étouffé par les insectes qui emplissaient son corps. Une fourmi sortit de sa narine, agitant ses antennes en tout sens.

Des pas se firent entendre depuis l'autre bout du couloir. Tous pouvaient percevoir la présence magique qui se profilait, étendant ses tentacules jusqu'à eux.


Les règles


• Le buffet populaire était ensorcelé. Tous les personnages y ayant touchés, que ce soit nourriture ou boisson, ont été victimes de la magie de Manuela – à savoir que, désormais, vous êtes affublés d'une hybridité animale partielle et passagère. Autrement dit vous avez des appendices comme des oreilles, une queue, un peu de pelage/plumage. Le seul n'ayant pas eu de modifications est Leonhardt car il est Androïde (et ne peut donc pas subir d'hybridation même partielle). Pour les autres voici vos transformations : Samaël → Belette, Hitomi → Carpe Koï, Andreas → Hérisson, Muffet → Scorpion. Vous êtes libres sur l'état de votre transformation. Pour les autres si vous souhaitez aussi subir la transformation, demandez au staff et on vous donnera votre animal.

• Prochain tour le 15 janvier. Bon jeu !




© Avatar par Odori. Compte PNJ, ne pas lui envoyer de MP, merci.
Si vous souhaitez une intervention dans vos RPs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La gardeuse d'oies près de la fontaine
Kapphären Jan
✦ Libre pour RP ? : Non

✦ Double-compte : Ofelia / Tsurugul / Morelia / Louie



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Dirigeant du Luxembourg-Begië
✦ Pouvoir: Bouclier magique
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 8 Jan - 18:47


Mariage Royal

A Versailles, en Décembre 06



Amusé par l’entrain de l’épouse du Kaiser d’Allemagne, Jan s’en vint pourtant sursauter à la tape presque fraternelle du roi de France. Bien loin des considérations de la cour et de ses coutumes, le nouveau souverain affichait ses émotions avec une facilité presque déconcertante et étonnement rafraîchissante dans cet étrange paysage. Comme un morceau de bois mal dégrossi, il semblait dire ce qu’il pensait et agir avec moins de tact que possible dans un soucis d’honnêteté qui n’allait pas de paires avec les murmures des abeilles humaines bourdonnant autour de Ronce. Toussant à s’en arracher les poumons et avisant d’un œil circonspect le verre qu’on lui tendait, Jan comprit sans peine ce qui avait plu à Ronce chez cet étrange énergumène. Et levant sa coupe, lapa l’alcool russe en s’étouffant de nouveau.

Ce fut donc avec difficulté, les yeux piqués de larmes et le visage à peine rougi, que Jan s’inclina face à Ronce, abandonnant son verre pour mieux lui répliquer.

« Les hommes… » Il se racla la gorge. « Les hommes sauront jouer à votre place. Vous lancerez la pièce, pour la case, et eux sautilleront. Ca sera extrêmement plaisant à regarder, si vous voulez essayer, et je serais le représentant de mon propre pays… »

Mais avant de pouvoir s’extasier à son tour sur l’idée du billard – jeu qu’il avait testé avec Clarke et qui restait l’une de ses mémorables parties préférées – la porte s’ouvrit.

Et ce qui s’en suivit effaça tout sourire de son visage.



***




Madeleine était une servante simple et discrète. Loin d’être muette comme les autres âmes vivant au château de Kastamer, elle avait été choisie pour sa douceur et ses talents maternels, ayant déjà porté deux enfants, tous deux morts du Délirium à 2 et 4 ans, et ayant donné sein et protection à bon nombre des enfants des bourgeois d’Antwerpen.

C’était une demoiselle au teint de lait, aux joues à peine marquées de son et aux cheveux d’une blondeur presque trop pâle. Mince, malgré sa poitrine généreuse, elle chuchotait plus qu’elle ne parlait et son obéissance aveugle en faisait une nourrice digne de confiance. Envers Victoire, elle ressentait le même amour qu’elle avait auparavant distribué à bon nombre de petits de son lait. Et si les yeux bleu roi de la jeune dirigeante semblait parfois voir à travers elle, à lire ses secrets, Madeleine n’en ressentait aucune gêne, préférant lui sourire. En innocente convaincue – et certes, elle l’était.

Elle partageait les aspirations de son souverain, concernant la magie. Portait un regard dénué de critique sur son règne comme sur son mariage avec Bettina. Avec cette dernière, il n’y avait presque aucun échange et cela lui convenait parfaitement. Quelque chose, chez l’épouse du Kapphären, la dérangeait à peine, sans qu’elle ne puisse mettre le doigt dessus. Quelque chose certainement en lien avec le visage toujours triste de la jeune femme et son regard éteint. Mais Madeleine, loin de toutes questions gênantes, continuait son travail, patiemment, assidument. Et aujourd’hui était l’un de ses jours de ferveur.

Elle venait de donner le sein à Victoire, confortablement installée sur l’un des sièges des salons avenants, quand revenant sur ses pas vers le couloir, ses pieds se figèrent au dallage. Elle vit l’homme, et son teint pâle, et flaira la menace comme elle en avait été autrefois victime quand cette sorcière, dans son village belge, âpre et vengeresse, avait réduit sa famille en cendres, prétextant une agression dont son père était innocent. Elle avait la magie en horreur et portant les mains à son cœur, protégeant Victoire qui se mit à chouiner, avisa les escaliers.

Il fallait fuir. Et d’un pas leste, comme une biche, embrassant rapidement le front de la princesse, elle se mit à gravir les marches sans un regard en arrière, sans une pensée d’empathie pour celleux qu’elle put croiser.

Il n’y avait qu’avec elle, maintenant, que Victoire serait en sécurité.



***




Evidemment, cela, Jan ne pouvait en être persuadé. Et quand la victime de cette malédiction déversa sa charogne, ses bestioles, arrachant des cris effarés aux témoins de la scène, sa main se posa sur sa rapière, presque décorative tant il ne savait s’en servir. S’approchant aussitôt de Ronce, palliant à la réaction du Roi qui n’était pas non plus en sécurité. Hélas, il lui en fallait protéger un et Jan était persuadé que Kay saurait se débrouiller.

« Ma Reine, vous m’avez accordé votre confiance. Il n’est point question de couture mais je vous en prie, et croyez moi sur parole. » Son regard se planta dans le sien. « Quoiqu’il advienne, ne – lâchez – pas – ma main. »

Ce fut ainsi qu’il étreignit le gant, prêt à déclencher son propre bouclier anti-magie. Comme avant, face à Sigrid. Et cela en était presque déroutant.

D’offrir la même protection à celle qui avait su condamner celui qu’il avait pourtant si terriblement aimé.

Mais c’était ainsi et l’affection qu’il portait envers Ronce ne pouvait être nié.

Aussi, fit-il face aux portes, attendant la menace. Et priant, lui qui n’avait pourtant jamais eu foi, que les choses de ce monde viennent en aide à sa fille, où qu’elle soit.










Dynasty decapitated
You just might see a ghost tonight
And if you don't know now you know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tisserande
Hitomi Hoshizora
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre! ^^

✦ Double-compte : Leonhardt Genmann



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Voyante (Arnaqueuse)
✦ Pouvoir: Intuition : Hitomi a une intuition quasi infaillible ! Mais cette dernière n'étant pas si précise, cela peut être une aubaine comme un danger...
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Mar 10 Jan - 19:53
Hitomi avait brièvement discuté avec quelques personnes, se comportant pour une fois comme une vraie lady. Elle avait caché derrière son éventail et ses froufrous sa malice enfantine pour faire preuve d'une maturité et d'une élégance qui ne lui étaient pas naturelles, et que son père avait tout fait pour lui inculquer. Et jusqu'à présent elle se débrouillait plutôt bien, du moins, si on omettait les quelques morceaux de toasts et de crème au coin de sa bouche...
Après avoir échangé quelques mots de plus avec des énièmes interlocuteurs, la jeune fille allait un nouvelle fois se diriger vers le buffet pour se réapprovisionner, esquissant au passage un sourire amusé en croisant Manuela, quand soudain elle eût un étrange vertige.

- Qu'est-ce que... lâcha-t-elle en portant sa main gantée à sa tête.

Désorientée, elle fit quelques pas chancelants et se rattrapa à une statue, avant de se diriger vers la fontaine et de tomber devant à genoux, l'estomac retourné.

- Ooh, j'ai dû manger un truc pas frais... gémit-elle en retirant ses gants pour s'éclabousser le visage avec l'eau de la fontaine.

Sauf qu'en se retrouvant nez à nez avec son reflet, son geste se suspendit brutalement... lorsqu'elle découvrit sous la jolie courbe de sa mâchoire des fentes étranges. Stupéfaite, elle porta une main tremblante à ces dernières, avant de la retirer vivement.

- Hiii, c'est quoi ça?! C'est dégoûtant!! S'exclama-t-elle... avant de découvrir de fines membranes tachetées sur ses coudes et avant-bras. C'est des... branchies?! Et des nageoires?! s'exclama la jeune japonaise. Mais comment...?!

Le vertige se dissipant en même temps qu'un sentiment de panique jaillissait en elle, Hitomi se releva presque en sursaut et perdit de nouveau l'équilibre en sentant un poids dans le bas de son dos la tirer en arrière. En se retournant, elle aperçut, dépassant des plis de sa robe, une queue de poisson, qu'elle reconnût aussitôt.
Elle avait des attributs de carpe koï.
Des carpes.
Koï.
Comme celles que son père possédait dans les bassins de sa grande demeure.
Pour le coup, Hitomi ouvrit la bouche comme ces habitants des rivières japonaises. Elle ne put rien dire, ébahie devant ce spectacle incroyable. Cherchant à voir si on l'avait remarquée, elle se rendit alors compte qu'elle n'était pas la seule dans cette drôle de situation, et même loin de là...
Sortant finalement de sa torpeur et se donnant quelques petites gifles pour se ressaisir, elle fronça les sourcils. La première chose à faire était de ne surtout pas paniquer et d'identifier la cause de tout ce bazar. Elle n'avait vu personne lancer de sort. Peut-être était-ce une malédiction? Ou alors la nourriture? Grr, ces toasts avaient vraiment des airs de traîtres!
La jeune asiatique porta une main à son menton et balaya l'assistance d'un regard grave.
Malgré le côté cocasse de ce tableau, son intuition lui soufflait que quelque chose de sérieux se profilait.
Quelque chose qui ne serait absolument pas drôle...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 15 Jan - 1:08
Quelque chose semble avoir attiré l'attention d'Andreas. Suffisamment pour lui faire perdre le fil de ce qu'il était en train de dire. D'un naturel curieux, je ne regarde pas néanmoins où porte ses yeux. L'affaire semble personnelle et je ne le connais pas assez bien pour me permettre de m'immiscer dans sa vie privée. Je porte en revanche mon attention sur la lapine qui sert des sucreries à tout le monde. Quelque chose sonne faux chez elle. Son hybridité fait tache parmi les domestiques et son offre semble trop alléchante pour être vrai. Il faut que je garde un œil sur elle. Autant prévenir Andreas.

"Hey Andr..."

Ma phrase s'interrompt en un hoquet de douleur. Mon corps est en train de changer. Alors même que je tombe à genoux, je peux entendre des cris tout autour qui me font penser que je ne suis pas la seule victime de ce maléfice. Quatre de mes mains enflent dans un premier temps, avant de durcir, pour finalement devenir des pinces. Un bruit tissu déchiré se fait alors entendre et une douleur indescriptible envahit le bas de mon dos. Hébétée par celle-ci, je ne remarque pas toute suite qu'une longue queue de scorpion vient de pousser. Cependant, dès que j'essaie de me relever, elle se rappelle à moi. Ce n'est qu'après plusieurs essais infructueux que j'arrive à surmonter l'horrible instabilité que provoque ce changement et finit par me relever.

Autour de moi, des gens qui se transforment encore ou restent prostrés au sol, terrifiés par les changements imposés à leurs corps. Peut-être est-ce ma nature d'hybride, mais la transformation ne me perturbe mentalement pas plus que ça. Mon esprit est clair et mes méninges travaillent déjà à toute vitesse pour essayer de comprendre ce qui vient de se passer. Le nombre de personnes touchées ne laisse pas de doute : le buffet. C'est d'ailleurs le seul point commun que j'ai avec la plupart des invités ici. Mais qui a bien pu empoisonner nos plats et pour quelle raison? Soudain, l'image de la lapine me revient à la mémoire. Où est-elle? Je la cherche des yeux au sol, mais je ne peux apercevoir que des humains changés en hybride, pas de double hybridation. Ennuyeux. Un autre balayage du regard me révèle sa position. Trop captivée par les évènements, l'hybride ne s'est probablement pas rendue compte que les fourrés n'offraient qu'une piètre cachette.

Déterminée à ne pas la laisser fuir, je me dirige dans sa direction, en prenant soin de ne pas rester dans sa vision périphérique. Pas question de lui laisser l'effet de surprise. Presque sur la pointe des pieds, j'enjambe les diverses personnes encore au sol et finit par arriver dans son dos. D'un bond leste en tenant ma queue avec une de mes mains, je saute sur son dos. Si elle tente dans un premier temps de se libérer, ma pince sous sa gorge l'en dissuade néanmoins rapidement. C'est l'heure des questions.

"Pourquoi as-tu empoisonné le buffet et pour qui travailles-tu?"

Car oui, l'idée que la lapine à elle seule pouvait être capable d'empoisonner autant de mets était risible. La tenant fermement de mes mains du milieu, j'effleure ma pince contre sa peau, observant le sang perler lentement.

"Parle ou je te ferais regretter de m'avoir changée en un animal encore plus dangereux."



Merci Ronce <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'oiseau Roc
Leonhardt Genmann
✦ Libre pour RP ? : Totalement Libre ! ^^

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Pilote d'aéronefs
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Dim 15 Jan - 22:32
Leonhardt avait vidé déjà un ou deux verres en compagnie de Manfred, et malgré la présence d'un camarade germanique, les festivités ne promettaient pas de devenir plus intéressantes... Le pilote commençait à sacrément envisager de se faire la belle et d'aller traîner dans un bar à proximité le temps que la fête se termine quand du coin de l'oeil il vit un détail des plus insolites.
Des invités.
A qui il poussait des appendices et attributs d'animaux.
Alors ça pour le coup c'était pas banal.

- Qu'est-ce que c'est qu'ce foutoir...?! lâcha Leonhardt en inspectant les environs du regard.

Apparemment, il n'était pas victime de cet ensorcellement quel qu'il soit, c'était déjà ça. Mais ce n'était pas parce qu'il n'était pas une victime que la raison de ce bazar ne l'intéressait pas. Et puis il se passait enfin quelque chose d'intéressant, alors il n'allait pas cracher sur un peu de potentielle action!
C'est alors qu'en fouillant les alentours du regard, il remarqua une étrange hybride qui s'avançait discrètement vers une serveuse, elle aussi hybride, avant de la plaquer au sol et de sembler la menacer.
Intrigué, Leonhardt abandonna Manfred pour se diriger vers les deux singulières personnes.
Bon, clairement la miss scorpion-araignée en voulait à cette pauvre serveuse. Ou alors elle avait des goûts particuliers en matière de relations "humaines". Après avoir allumé une nouvelle cigarette, l'androïde s'adressa à la la double hybride :

- B'soin d'un coup de main? demanda-t-il sur un ton neutre, un regard blasé et indifférent sur le visage. C'est elle qui a fait l'coup?

Au vu de la situation, pas besoin de perdre du temps en mondanités futiles et superficielles. Et de toutes façons Leonhardt ne s'embarrassait jamais de ces dernières, justement parce qu'elles étaient futiles et superficielles. Par ailleurs, la miss scorpion-araignée avait l'air d'être une personne d'action, alors raison de plus pour aller droit au but.




Dernière édition par Leonhardt Genmann le Lun 16 Jan - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'enfant des Habits neufs de l'empereur
Albrecht Elberhard
✦ Libre pour RP ? : Dispo!

✦ Double-compte : C. Muffet



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession:
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Lun 16 Jan - 0:02
A l'instant même où le domestique franchit le seuil de la porte, je devine que quelque chose de terrible vient de se produire. Puis viennent les insectes. Instinctivement, je m'avance vers Katharina et la ramène contre moi. Je suis sûr qu'elle a vu une partie de ce qui vient de se dérouler, hélas.
Le conseil de Ronce ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd et j'extrais rapidement deux revolvers de ma veste. L'idée n'était pas de venir lourdement armé à un mariage, mais de venir préparé à toute éventualité, y compris des sujets de mon pays en colère. En regardant Katharina dans les yeux, je lui confie une arme déjà chargée. J'ai veillé à ce qu'elle est au moins la formation la plus basique en la matière et même si elle n'a jamais tiré sur qui que ce soit, je suis persuadé qu'elle pourrait faire du dégât à courte portée. Ce qui me fait penser que le cadeau de Kay pourrait nous être bien utile.

Contournant la porte, je récupère un paquet caché parmi d'autres. Sans plus de cérémonie, je me dirige en direction du roi France pour le lui offrir.

"Ça vous sera sûrement utile. Je ne voulais pas vous l'offrir pendant un mariage, mais les circonstances me forcent la main. J'espère qu'il vous plaira."

A l'intérieur se trouve une arme allemande d'une rare qualité et peinte à la main, manufacturée spécialement pour Kay. Puis, je retourne à ma place, qui est aux côtés de ma femme. Je me place devant elle en lui intimant de ne pas avoir peur et d'essayer de ne pas me tirer dans le dos. Un revolver de ce genre ne pardonne pas. Mais même à ses côtés, je ne peux m'empêcher de penser à Andreas. J'espère qu'il va bien et qu'il n'a pas été touché par le même sort que le domestique. Après, je lui fais confiance : le corbeau a de la ressource.

Je lance un regard alentour. Tout le monde semble prêt à sa façon : le roi de France l'arme au poing et le regard déterminé (j'imagine qu'il a déjà dû connaitre des scénarios de ce genre dans son passé), la reine de France semble profondément marquée, comme si elle savait ce qui l'attend, l'empereur Jan lui tient d'ailleurs la main, un geste étrange qui me fait penser qu'il cache quelque chose - une botte secrète peut-être? En tout cas, personne ne se cache sous la table, ce qui est une bonne chose. Quoiqu'il advienne, mieux vaut être avec des personnes parées à se battre.

Il faut néanmoins que je pose cette question qui brûle mes lèvres :

"Majesté, vous savez ce qui arrive?"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay de La Reine des Neiges
Kay de France
✦ Double-compte : Chester//Alexender//Friedrich F Edelstein//Nikolas Klaus//Hanako/Hideo



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Lieutenant de la police
✦ Pouvoir: Kay peut percevoir les défauts, les sombres aspects des gens
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   Lun 16 Jan - 18:32

Kay avait tourné le regard en direction du tintamarre du garde qui venait de cracher quelques insectes. Par réflexe, et avant que ces bestioles n'approchent et ne provoquent on ne sait quoi aux personnes présentes, le Russe lança une nouvelle invention qu'on lui avait présenté en direction des insectes.

Et alors que Ronce lui tenait le bras, Kay s’exécuta en appelant la garde royale qu'il avait lui même commencé à former. L'homme tenta de rassurer sa femme d'une main posée sur celle de Ronce.

— Je suis ton meilleur garde. Moi en vie personne ici te touchera. Aie confiance en moi !

Kay laissa la reine de France derrière lui. Les insectes avançaient un peu plus en sa direction. Alors qu'il avait en main une copie de son arme de service le nouveau roi entendit quelqu'un s'approcher de Ronce et lui parler.

C’était Jan le dirigeant de la Lux-Bergie. Malgré ses paroles, les mauvaises habitudes du flic russe reprirent le dessus. C'est dire suspecter tout le monde ou presque. Est-ce que le Kappharen était pour quelque chose dans cette interruption de la fête ? Et qu'il approchait la reine pour mieux agir sur sa personne.

Kay en doutait un peu mais on n’était jamais assez prudent. Kay, en plus, avait bien dit que personne ne l'approcherait. Kay se retourna, jetant un regard au dirigeant qui exprimait non pas une méfiance. Mais le regard exprimait clairement que, si quoi que ce soit arriverait a Ronce, Kay lui ferait goûter aux joie des tortures évoquées un peu plus tôt.

— Tenez Ronce votre Mauser. On ne sait jamais. Vous avez fait de gros progrès au tir.

Kay reprit la place qu'il avait prit plus tôt face aux insectes, laissant son large dos face à Ronce et Jan. C'est à ce moment là qu'un des insectes avança trop près de la « grenade » qu'avait lancé le Russe plus tôt. La grenade « explosa » en une spirale de lames qui déchiquetèrent les insectes les plus proches.

—C'est bien comme cela qu'on rrrègle les prrroblèmes chez la Mère Patrrrie mon fils. On exterrrmine la verrrmine.

La mère du nouveau roi venait de prendre la parole pour ensuite se placer près des autres royautés, prête à les défendre tel un grizzli défendant ses petits.

C’était au tour de Kaiser de venir près de Kay lui offrant une nouvelle arme. Un peu trop décorée comme pour une femme, mais pourquoi pas, du moment qu'elle crachait du bon plomb.

— Merci. Deux armes valent mieux qu'une. Et je m'en vais de ce pas l'essayer.

Sans un mot de plus Kay avança vers le garde qui avait craché des insectes et l’assomma d'un coup de crosse. Au moins ainsi il ne poserait plus de problème celui là.

— Je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu veux. Mais sache que j'ai acquis une longue expérience au fil des années dans la police russe. Et si tu touche a qui que ce soit ici, je te traquerais, je te retrouverais et je te tuerais de la pire des manières qu'il m'ait donné de le faire.

Ses paroles étaient adressées à la personne qui avait lancé le sort sur le garde. Kay ne savait pas où était cette personne. Et bien qu'il avait un petit doute sur l’identité de la personne en question, lui laisser croire qu'elle avait un avantage n’était pas une mauvaise option.



☆ For Mother Russia ☆
 
défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: 1er décembre 06. Mariage royal   
Revenir en haut Aller en bas
 

1er décembre 06. Mariage royal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: France :: Château de Versailles-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat