Partagez | 
 

 Mai 06. Rouler des mécaniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
La cadette des douze frères
Shísān Wǔ
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur de Chine
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Mai 06. Rouler des mécaniques   Dim 11 Déc - 22:52
Loin des agitations qui pouvaient troubler l'Europe, l'empire de Chine menait doucement son avancée veillant à tout mettre en œuvre pour conserver des relations cordiales, voire amicales, avec l'Empire ottoman. L'empereur de Chine n'augurait pas d'envie de conquête, néanmoins il espérait que cette alliance l'aiderait dans sa quête perpétuelle d'éradication pleine et entière de la magie sur ses terres. Et cela serait probablement possible grâce à l'aide d'un inventeur provenant lui-même d'un royaume partageant cette même haine viscérale.

Flanqué d'un garde, Shísān descendit les marches menant aux sous-sols creusés sous les fondations de la Cité Interdite. Des cellules y avaient été creusées, utilisées parfois encore pour y détenir quelques criminels retors en attendant de pouvoir les mener en prison ou, du moins, les faire disparaître corps et âme. L'une d'elles avait été aménagée spécialement pour l'inventeur. Ainsi l'homme pouvait bien mener un tapage de tous les diables aucun écho ne résonnait au sein de la Cité Interdite, ne troublant ainsi ni la cour, ni l'empereur.

La porte de la cellule fut ouverte par le garde qui annonça l'entrée de l'empereur. Ce dernier attendit une poignée de secondes avant de franchir le seuil. Mesure de sécurité. La dernière fois un oiseau mécanique avait manqué de l'éborgner en fonçant par la porte entrouverte. Il était passé à deux doigts d'y perdre un œil.

« Monsieur Ciurcu ! Où en êtes-vous dans vos avancés ? Vous n'avez pas oublié que nous devons partager vos créations avec l'empire Ottoman ? Cela fait plusieurs semaines que je vous le répète et rien n'est parvenu jusqu'à mon bureau. » Un temps, pause dramatique. « Ce qui m'a obligé à descendre jusqu'à votre atelier. »

Le nez de Shísān se fronça. L'atelier possédait toujours cette atmosphère de renfermé, d'huile et autres résidus olfactives qui mettaient, au supplice, son nez délicat. La fragrance du peuple, du commun. Pour un noble aussi poudré de riz que l'empereur de Chine c'était un exploit que de demeurer ici sans émettre le moindre commentaire.


♔ Empereur de Chine ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le rossignol mécanique
Octavian Ciurcu
✦ Double-compte : Yep


MessageSujet: Re: Mai 06. Rouler des mécaniques   Mer 14 Déc - 19:06

Voila plusieurs mois que l'inventeur roumain avait quitté son pays natal. Octavian n'aimait pas l’évolution que le pays prenait, voulant tout voir à travers les androïdes. Invention de son confrère fou Vasile Duca, disparu, pour être repris par Daruis un autre confrère inventeur. Pour quelqu'un comme Octavian qui ne croyait qu'en la technologie pure et dure il était difficile, voire impossible de travailler sur cette vision des choses.

Pour lui mélanger la technologie au corps humain était un gâchis sans nom pour la science. La technologie était faite pour équiper et non pour être fusionnée à l'homme. Du coup l'inventeur étouffait dans ce pays à l’évolution gâchée par ces choses.

Après plusieurs choix il avait fini en Chine pays qui détestait la magie, après un entretien plutôt particulier avec l'empereur de cet empire. Octavian avait été accepté pour travailler sous les ordres direct de cet homme. Cela l'homme le devait à ses plans concernant des projets d'inventions.

Octavian avait bien du mal avec les coutumes de cet empire et aussi qu'il ne comprenait pas vraiment la langue. Dans le coins qu'on lui avait aménagé sous la Cité Interdite il était tranquille, à travailler « comme un petit chinois ». Octavian ne comprit pas vraiment l'expression et sa signification.

Et à vrai dire il s'en moquait pas mal. L'empereur désirait de nouvelles inventions, et l'inventeur avait besoin de fonds pour ses projets technologiques. Bien sûr l'empereur avait des demandes précises sur ce qu'il désirait, mais cela n’empêchait pas Octavian de présenter de nouvelles idées en même temps.

D'ailleurs l'empereur chinois était entré dans le laboratoire du roumain. Octavian entendit juste un chinois parler sur le moment.

- Donnez moi la pince sur l’armoire couleur ivoire avant que l'huile coule sur tout le sol...

Octavian eut un temps de latence avant de remettre en tête les informations que son cerveau venait de lui envoyer, entre deux des nombreuse pensées sur ses trois projets en cours.

- Empereur Dragon…

Octavian faisait face au dirigeant chinois, tentant de le saluer comme il le devait. Mais cela était clairement mal fait. L'inventeur posa ses octabras puis posa sa main sur son menton d'un air interpellé, le visage cerné.

- Plusieurs semaines ? Quelle plaisanterie me faites-vous là ? Il ne s'est pas écoulé plus de trois jours tout au plus depuis la dernière fois que l'on s'est vu.

En réalité il s’était passé bien plus de temps comme l'avait dit l'empereur. Mais c’était un fait que l'inventeur oubliait régulièrement. Il perdait toute notion du temps quand il travaillait sur ses projets. Ses insomnies chroniques aiguës n'aidaient pas. Jour, nuit, matin ou soir peu lui importait. L'inspiration des créations et les expérience n'attendaient pas. Du moment que son corps bougeait, ne lui rappelant en rien le repos dont il avait besoin, Octavian travaillait encore et encore. Ce n’était pas les projets qui manquaient.

- Le projet avec les Ottomans ? Ah oui le dirigeant au café noir de haute qualité. C'est déjà fini depuis... Je ne sais plus quand. Vous n’êtes pas au courant ? On ne vous a rien dit ? Ou peut-être suis-je parti travailler sur autre chose directement juste après. Je ne me souviens plus.

Octavian regardait sur le meuble qui se situait à coté de la porte d'entrée où était posé un rapport à moitié fini. Il avait même laissé la plume pleine d'encre noir posée sur le papier, l'abandonnant alors qu'il avait eu une épiphanie lui parcourant le cerveau pour une autre invention qu'il s’était empressé de créer.

-Enfin vous pourrez le voir de vos yeux sans qu'on ait tout à déplacer dans les étages supérieurs et endommager mon travail. Surtout que l'huile de baleine est une substance qui n'aime pas trop les grandes secousses.

Une nouvelle source d’énergie, voilà sur quoi l'homme avait travaillé. Mais cette source était aussi quelque peu dangereuse et instable. Si le récipient, empli d'huile, tombait au sol, il pouvait exploser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La cadette des douze frères
Shísān Wǔ
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Ragnar Mjöllnir, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Empereur de Chine
✦ Pouvoir:
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Mai 06. Rouler des mécaniques   Sam 31 Déc - 1:07
L'empereur et le garde s'entre-regardèrent lorsque l'inventeur roumain énonça une phrase qui sonnait presque comme un ordre. Shísān inspira longuement, refoulant en lui l'envie puissante de rendre sa présence bien plus imposante afin de faire comprendre à l'intéressé qu'il ne s'adressait pas là à un simple domestique. Par le passé l'empereur aurait déjà explosé, telle une théière laissée bien trop longtemps sur le feu. Néanmoins ses mésaventures auprès de la pagode hantée lui avaient appris à faire davantage acte de prudence et, surtout, de patience. Shísān demeura donc stoïque, laissant l'inventeur faire la découverte de ses propres erreurs.

Et s'enfoncer dans les méandres de sa mémoire tortueuse.

Suivre la logique sous-jacente des paroles de Octavian revenait à tenter de comprendre le parcours d'une souris à qui on aurait fait renifler des produits toxiques. L'empereur croisa les mains sous ses longues manches, laissant la dite-souris gigoter dans sa cage et pérorer à son aise. Inspiration. Expiration.

« Asseyez-vous. » finit par asséner l'empereur, faisant de sa voix un roc inflexible. D'un signe du menton, l'homme indiqua au garde de lui ramener les feuillets déposés sur le meuble. Les prenant entre ses mains, Shísān put rapidement constater que l'écrit avait été interrompu en pleine rédaction. Inspiration. Expiration.

« La prochaine fois finissez votre rapport et faites-le porter. » déclara Shísān en déposant les feuillets auprès de Octavian, sur une parcelle de meuble. Un fin sourcil se leva, trait d'encre sur porcelaine de Chine. « L'huile de baleine ? Par les moustaches du dragon, de quoi parlez-vous ? Une nouvelle invention ? »

L'empereur hasarda un pas sur le côté. Au sein du fatras encombrant l'atelier de l'inventeur, il put apercevoir le réceptacle sur lequel œuvrait le Roumain lors de son entrée. Un liquide épais, luisant d'un pâle éclat bleuté, sourdait du bidon. Du menton l'empereur désigna l'ensemble.

« Est-ce cela ? À quoi cela sert-il ? »


♔ Empereur de Chine ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mai 06. Rouler des mécaniques   Aujourd'hui à 11:42
Revenir en haut Aller en bas
 

Mai 06. Rouler des mécaniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Asie :: Chine :: Cité interdite-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat