Partagez | 
 

 Août 6. Trois Scandinaves entrent dans un pub...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le taureau bleu
Ragnar Mjöllnir
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Général
✦ Pouvoir: Aucun
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Août 6. Trois Scandinaves entrent dans un pub...   Sam 31 Déc - 1:26
Londres s'éveillait doucement, auréolée encore de la brume matinale, ses habitants sortant de leur lit au son du tocsin profond de Big Ben. Les plus lève-tôt étaient déjà dans la rue, les cernes creusant leurs visages, la mine encore chiffonnée par les draps. Des voix profondes se faisaient entendre au sein du fog, chantant dans un dialecte pratiquement inconnu par l'ensemble de la population. Une langue nordique tout en mots mâchés et partiellement avalés, en r roulés et en voix tonitruantes.

« Et on lui pèlera l'échine comme à l'Android' assassin ! »
« Qu'on a pendu un beau mat-iiin. »
« Qu'on a penduuu. Avec ses trip' ! » tonnèrent les deux voix en un accord boiteux, plus proche de la chanson à boire que du chant d'opéra.

Le pavé vibrait sous les pas de butor de Ragnar qui glissa ses mains à sa ceinture, observant les environs avec la mine de celui qui est déjà venu ici. À ses côtés Puck, toute engoncée dans une robe nordique, flaira l'air à grand bruit avant d'émettre un bruit de dégoût – se retenant, au dernier instant, de cracher par terre, histoire de ne pas offenser la marée-chaussée. Elle attirait déjà bien assez les regards avec les oreilles pointues qui sourdaient de sa coupe à la garçonne, massacre capillaire qui aurait fait tourner de l’œil à n'importe quel coiffeur.

« Ça pouiiiiir. » couina la fée en se pinçant férocement le nez. « Je vais mourir intoxiquée ! »
« T'y habitueras. » grommela Ragnar qui, sourcils froncés, tentait de lire les pancartes. Tout en sachant très bien qu'il ne savait pas lire. Mais un miracle pouvait toujours survenir.
« J' veux pas m'y habituer ! C'est qu'où qu'on r'trouv' ton chat ? »

Les deux Scandinaves s'entre-regardèrent jusqu'à comprendre qu'aucun d'eux ne détenait la réponse à cette question. Trop empressés qu'ils avaient été de venir récupérer T. James ils en avaient omis ce détail d'importance. D'un même mouvement fée et hybride se tournèrent vers le troisième larron de l'équipe, celle au physique le plus improbable mais, inversement, la plus discrète du groupe. Probablement parce qu'elle ne beuglait pas à gorge déployée dans la roue.

« Muff' ? » Dans la bouche de Ragnar, le nom avait écopé d'un bon tranchage de syllabe. « T'as son adress' ? Ou au moins son maît' corbeau ? »

Restait l'option envisageable de questionner les habitants, néanmoins Ragnar sentait que ce n'était pas là la solution la plus idéale.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Miss Muffet
C. Muffet
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard



Si on en savait plus sur toi ?
✦ Profession: Assassin
✦ Pouvoir: Morsure paralysante
✦ Bric à brac:
MessageSujet: Re: Août 6. Trois Scandinaves entrent dans un pub...   Ven 13 Jan - 0:07
Un petit sourire aux lèvres, j'observe mes deux camarades chantonner dans les rues sous les regards incongrus des passants. Malgré la bonne heure, personne ne tente de les arrêter - la carrure de Ragnar n'y est pas pour rien. Membre le moins discret de notre groupe de par ses cornes et sa taille de demi-géant, il me fait totalement passer inaperçue, mes membres étant cachés sous un long manteau et un chapeau couvrant mes trois yeux supplémentaires. Je n'ai certes pas totalement l'air d'être du coin, mais l'effort est là.

Un bâillement m'échappe.

Le voyage jusqu'à Londres m'a semblé être très court, ayant passé les trois-quarts du trajet endormie. Ma récente blessure ne guérit que paresseusement et draine presque toute mon énergie dans le processus. Ce qui fait que j'ai passé presque tout mon temps blottie contre Puck, à dormir entre ses bras. Et j'avoue que je retournerais volontiers dans ceux-ci à l'instant même, si nous n'avions pas un chat à chercher. Je frotte mes yeux qui picotent, suivant les deux autres dans un état second. Puis Ragnar s'arrête pour lire une pancarte. Une pancarte. Lire. Les rouages de mon cerveau qui tournaient depuis cinq minutes dans le néant se mettent enfin en place : le cornu est perdu. Preuve en est qu'il se retourne vers moi pour me demander si je connais le chemin.

"Son corbeau Marmelade n'est pas loin, attends."

J'ai beau ne pas avoir écrit directement de lettre à T.J, je connais son corbeau par cœur. En aidant plus d'une fois Ragnar a écrire ses lettres, j'ai rapidement gagné l'affection du volatile à coup de friandises et de caresses sur le plumage. A tel point qu'à peine rentrés dans Londres, j'ai pu observer l'oiseau nous tourner autour, sans jamais oser descendre. Peut-être a-t-il peur des habitants? Je sais que dans certaines parties du monde le corbeau est considéré comme un oiseau apportant le malheur, certains les abattant même à vue. Néanmoins, je sais qu'il ne saura résister au pouvoir de l'addiction et aux friandises nordiques. D'un geste lent qui me tire une grimace, je tire une friandise d'une poche intérieure avant de la tenir en l'air d'une main et de tendre un bras de l'autre côté.

La réaction est immédiate : le corbeau fond en piqué avant de se poser d'un mouvement gracieux sur mon bras, quémandant la friandises et quelques caresses. Alors que je lui offre ce qu'il lui est dû, je m'adresse à mes compagnons :

"Il devrait nous guider jusqu'à la maison où T.J ce situe. Allons-y!"

Observant que Marmelade a fini son repas, je soulève mon bras pour le faire s'envoler et lui demande de nous mener là où se trouve le chat. Le corbeau hésite dans un premier temps - espérant sans doute vainement une autre friandise pour la route - avant de s'envoler dans le ciel brumeux de Londres. D'un pas assez rapide, je mène cette fois-ci la marche, suivant du regard le volatile qui fait parfois des ronds en l'air pour nous attendre. Une bonne demi-heure plus tard, nous arrivons enfin à destination. Une maison de taille modeste, qui se fond presque dans le décor, à l'exception du coche et des individus que nous sommes devant celle-ci.

Le maitre de maison est peut-être là. Autant essayer d'être un minimum discrets. Je tends le bras à nouveau et l'oiseau redescend aussi vite que la première fois en quête d'une autre friandise. En lieu d'une, je lui murmure : "Si tu me ramènes T.J, je t'en donne deux."
D'un battement d'ailes, le volatile s'élève et fonce en direction de la maison avant de s'engouffrer par une fenêtre à moitié fermée. Glouton va.

Après quelques longues secondes d'attente, je me tourne en direction de Puck et de Ragnar. "Nous ne devrions pas attendre juste devant la porte, les gens vont finir par penser que nous sommes des cambrioleurs... magiques." Cette pensée me fait sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Août 6. Trois Scandinaves entrent dans un pub...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Angleterre-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat