Le retour du Loup-Garou made in Contes Défaits !

 :: Le reste du monde :: De l'autre côté du miroir Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Emélie Gregoriu
La dame blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!

Mer 12 Avr - 20:56
Loups-garous made in Contes défaits II


A la base, tout ça ne devait être qu'un petit voyage, quelques jours tout au plus. Et qui plus est, un voyage dans de parfaites conditions : la publicité du Baxter's Curve donnait de quoi rêver. Un train à la pointe de la modernité, avec des suites de luxes ou d'autres wagons plus abordables. Mais le voilà en panne, au plein milieu du désert. Et, comme si ce n'était pas assez, des choses étranges se passent à bord… Des corps retrouvés chaque matin, sans qu'on connaisse les coupables. A tel point que vous êtes finalement les seuls survivants de ce train.

Les règles

Tour 1 :

Suite à la disparition des autres passagers et à l'agitation présente dans le train, vous avez décidé d'élire parmi vous un chef. Ce rôle sera conséquent pour la suite, car à chaque vote, la voix du chef comptera double. En cas de litige parmi les votes, c'est également le chef qui tranchera. Ce choix est donc majeur pour la suite de la partie ! Chacun ne peut voter que pour une personne, tout en ayant droit de voter pour soi.

Les participants


- Ronce de France
- Robin Hood
- Alabaster C.Green
- Erwin Meyer
- Mickaëlla Mellior
- Clarke O'Callaghan
- Vladimir Basarab
- Nina Basarab
- Oscar M. Bartlett






"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre.

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Mer 12 Avr - 22:03
Manque de chance, Ronce n'avait nullement prévue une tenue de deuil au sein des valises. Il faut dire qu'elle n'avait nullement projeté le veuvage alors qu'elle entamait un voyage de lune de miel au sein de ce train de luxe. Personne ne projette de finir veuve aussitôt mariée. Alors à défaut d'arborer la voilette réglementaire, Ronce se permettait de reprendre les tons pastels de son linge de jeune femme. Histoire de se faire discrète au sein de cette assemblée hétéroclite.

La plupart des visages lui étaient inconnus, certains avaient été déjà vus dans les journaux. Seul celui du président de la Fédération américaine surgissait de cette marée, personnage familier duquel Ronce se rapprocha tout en annonçant, à haute voix, sa décision.

« Ma voix reviendra à Mister O' Callaghan. Il est homme de poigne et intègre. »

De toute façon, Ronce se sentait bien trop lasse pour porter une telle responsabilité.


Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Basarab
Invité
avatar
Vladimir Basarab
Mer 12 Avr - 22:29
La pointe de la technologie hein ? Mouais…Peut mieux faire. La pointe de la technologie ne tombe pas en panne au milieu du désert, et surtout, la pointe de la technologie ne vous laisse pas à la merci d’une espèce de psychopathe qui zigouille les gens à tour de bras.

Hum, réflexion faite, en Roumanie, nous avons la technologie mais le peuple reste à ma merci donc ce n’est peut-être pas un bon raisonnement.


Vlad’ s’en voulait terriblement en vérité. Il s’en voulait d’avoir entrainé son épouse dans un tel guet-apens. Ce n’était pas vraiment le voyage romantique qu’il avait espéré. Il avait considéré un instant l’idée de sortir du train et de fuir. Peine perdu, il avait bien fallut se rendre à l’évidence, fuir dans le désert revenait à se faire assassiner dans le train. Ce serait peut-être plus lent et plus douloureux même. Quitte à choisir, Vladimir préférait ne pas voir sa mort arriver. Il aurait voulu ne pas mourir en fait, mais compte tenu de la situation, cela semblait compromis.

Oui, vraiment, il s’en voulait d’avoir entrainé Nina là-dedans.

Pourquoi j’ai pris le train ? Je n’aime pas le train de base. Pourquoi je fais toujours des trucs que je n’aime pas ? Pourquoi je suis roi ? J’aurai mieux fait d’être boulanger-pâtissier, personne ne veut tuer les boulangers-pâtissiers ! Non, je dois me calmer…

Très fort ce tueur, il réussi à me retourner la tête sans même que je ne me confronte à lui.

C’est soit ça, soit j’ai besoin de laudanum…

Je crois que j’ai besoin de laudanum.


Tout les survivants s’étaient regroupés et discutaient tranquillement comme si de rien était. Du moins, c’était le cas aux yeux de Vladimir. Sa paranoïa l’avait poussé à voir le mal partout et il restait un peu à l’écart des discutions, n’ajoutant de temps à autre que quelques arguments. Puis le sujet de la discutions s’était porté sur l’élection d’un chef. Vladimir avait grincé des dents, l’idée ne lui plaisait que moyennement. D’abord parce qu’il y avait toujours un sérieux pourcentage d’élire un tueur en série en tant que meneur et ensuite parce qu’il n’avait aucune idée de suivre un chef comme un mouton (et qu’il avait toujours été fondamentalement contre le principe de démocratie parce qu’il trouvait son peuple un peu stupide).

Enfin, si ça pouvait les aider à survivre, pourquoi pas. Bien sur, il n’envisageait pas une seconde de se mettre en avant, cela aurait fait de lui une proie très facile. Dans ce genre de cas, mieux valait ne pas attirer l’attention. Enfin, mieux valait attirer l’attention le moins que possible. Car ne pas attirer l’attention était une chose impossible pour le souverain roumain, un peu trop extrémiste pour passer inaperçu.

Il avait donc lancé d’une voix neutre et détachée : « Je suis d’avis de placer Ronce de France en tant que chef de notre petit groupe. Pour une raison purement politique et ma foi, assez teintée d’arrogance. Je n’accepterais d’être dirigé que par une personne de sang royal.».

Il toisa le reste du groupe du regard. Si chacun d’entre eux pouvait être un tueur, même la reine de France, son orgueil préférait largement perdre face à une reine que face à un vulgaire roturier. Il n’avait pas tué des centaines de personnes pour ne pas recevoir les privilèges que sa position royale impliquait à présent.

Ceci dit, il se pouvait fortement que les autres ne soit pas de cet avis, surtout son collègue O’Callaghan, républicain convaincu à qui Ronce de France avait d’ailleurs donné sa voix. Sur le peuple roumain, il avait une emprise absolue. Mais sur un tas de survivants perdus au milieu du désert, il n’était juste qu’un péquenaud parmi tant d’autre. Cette pensée l’énerva fortement.

Puis son regard se posa sur sa chère Nina et son cœur s’emplit de chagrin. Il s’était résigné à finir ici. Mais l’idée de la perdre lui était insupportable. Un souhait égoïste avait germé dans son cœur, il voulait mourir avant elle. Un souhait qui, dés qu’il y pensait, le remplissait de culpabilité. Il ne pensait pas à ses sentiments à elle. Il voulait juste se préserver de la douleur de la perte. Il priait juste intérieurement pour ne pas finir comme la femme qu’il avait désignée comme meneuse. Il ne voulait pas finir seul.
Vladimir Basarab
Revenir en haut Aller en bas
Nina Basarab
Invité
avatar
Nina Basarab
Mer 12 Avr - 22:47
Ton petit sourire ne t'a jamais quitté. Evidemment.

Bon, il n'a pas souvent été le miroir de ton âme jusqu'à présent. Les plus observateurs auront remarqué que de sourire poli, il a tourné temporairement en sourire inquiet à chaque mort. Car l'étau se resserre de plus en plus. A un moment, il ne resterait que le tueur. Puis arrive un vote. Pour l'américain.

Puis la voix de ton aimé raisonne. Il vote pour Ronce. Mais toi, tu n'as pas la moindre idée de pour qui voter.

Ici, aussi hypocrite que cela puisse être de ta part, tu as l'impression que tout le monde est faux. Que tout le monde pourrait être le tueur. Que tout le monde pourrait tuer ton Vlad'.

Qu'ils essaient. Qu'ils essaient, pour voir.

S'ils touchent au moindre cheveu de ton aimé, ce ne sera plus le tueur à bord de ce train qui sera la plus grande menace.

-Je me propose pour ce rôle plutôt délicat, dis-tu avec un doux sourire. Je pense pouvoir faire preuve de suffisamment de discernement pour éviter la mort au plus grand nombre.

Malgré ton joli sourire, tu es froide comme de la glace à l'intérieur. Ce n'est plus une traversée. C'est la guerre.
Nina Basarab
Revenir en haut Aller en bas
Mickaëlla Mellior
Le doppelgänger
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre !

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora & Leonhardt Genmann

Mer 12 Avr - 23:20
Merveilleux... Quelle idée splendide Mickaëlla avait eu de proposer à ses amis de la troupe de cirque de faire ce voyage en train, vraiment! Maintenant ils étaient tous morts et elle avait perdu nombre d'êtres chers, sa famille, son foyer... Où irait-elle à la fin de ce cauchemar? Si tant était qu'elle y survivait... Elle n'avait presque plus rien, et se sentait plus désespérée et désemparée que jamais.
Mais après une nuit à se morfondre et à ravaler ses larmes et son angoisse, elle avait relevé la tête et s'était reprise. Elle allait tout faire pour arrêter l'ordure qui avait commis ce massacre, quitte à ce qu'elle en meure elle aussi!

En arrivant dans le wagon où l'assemblée s'était réunie, deux présences avaient tout de suite attiré son attention, et elle se sentit subitement mieux en reconnaissant ces visages.
Le premier de ces visages était ce cher Robin qu'elle avait rencontré en Espagne. Que diable faisait-il dans ce train? Qu'importe, cette coïncidence était fichtrement bienvenue! A eux deux, peut-être pourraient-ils faire quelque chose pour arrêter ce massacre!
La deuxième personne qu'elle avait reconnu n'était rien de moins que sa majesté Ronce de France! La voir ici avait pas mal déstabilisé le jeune prestidigitatrice et l'avait également rendue inquiète. Inquiète parce qu'elle avait peur d'être reconnue, même si elle ne s'étaient vues que de loin lors de cérémonies et que Mickaëlla avait alors les traits de son frère, mais aussi inquiète à la possibilité qu'il puisse arriver quelque chose à la reine. Depuis toujours la jeune femme avait voué un profond respect et une profonde admiration pour la dirigeante de sa patrie, qu'elle désirait protéger corps et âme. Si Ronce venait à être blessée ou pire, elle s'en voudrait toute sa vie.

Choisissant de se diriger vers Robin afin de ne pas risquer de commettre d'impair face à la reine, Mickaëlla esquissa un sourire un peu forcé et tendit la main au pirate pour le saluer.
Une fois les politesses échangées elle se tourna vers l'assistance à son tour pour s'exprimer. Un homme qu'elle reconnût comme étant le dirigeant de la Roumanie venait de prendre la parole et de voter pour Ronce. Naturellement l'ex-soldate aurait rejoins son avis, cependant mettre ainsi la reine sur un piédestal en lui confiant un rôle de leader risquait fortement de faire d'elle une cible et Mike se refusait à prendre ce risque. Et à part Robin elle ne connaissait personne ici. Dans ce cas...

- Je me rangerai du côté de sa majesté la reine de France, intervint-elle sur un ton plus assuré qu'elle ne l'était vraiment, et donnerai ma voix à monsieur O'Callaghan.

Il ne restait plus qu'à écouter la décision des autres survivants, et les dés seraient jetés.



Revenir en haut Aller en bas
Clarke O'Callaghan
Paul Bunyan
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui !

Jeu 13 Avr - 10:36
Cela devait être une escapade sans incident, loin des canons, des affres de la guerre, mais surtout de la mort. Il pensait profiter d’un repos mérité. Le surmenage n’était pas bon pour son cœur, lui avait-on prévenu. Tabac, brandy et lecture, voilà ce qui attendait à l’origine le président. Un régime tout en souplesse comme vous pouvez constater.

Mais, il fallait toujours tomber sur « mais » ou « cependant »… Le voyage pris une allure de danse macabre à son grand déplaisir.

« Another day, another tale, we are mere sheep among Big Bad Wolves ».

Le voilà qui se tenait, à l’étroit, dans un wagon au plafond bas. La mine grave, les jambes et les bras croisés, Clarke observait ses compères tour à tour dans ce jeu de vote qui s’annonçait. I love democracy ! Il réfléchissait attentivement, plusieurs choses en particulier. La première chose aura été de se plaindre à la compagnie de train pour ce piètre voyage. Car en plus en de se retrouver avec des cadavres sur le bras, le plafond frôlait le cuir chevelu de notre géant américain. La suivante était de s’avancer au-devant de la scène et prendre la tête de ces dames et messieurs, au milieu de l’accalmie lugubre.

« This ain’t a game, people, lança-t-il soudainement pour couvrir tout autres voix.

Il frappa du poing sur l’accoudoir de son fauteuil, qui devait être à peine assez large pour l’accueillir. Son regard balaya les passagers du train, s’arrêtant en particulier sur le roi de Roumanie, pour lui souffler à son attention quelque mots :

- Faites attention à vos paroles, les monarques dans mon pays ont vite fait de se voir raccourcir par ce genre de semblants que vous tenez. Vous ne m’en voudriez pas si je garde un œil sur vous ?

Puis il tapa amicalement de sa main la royale épaule du Roi Vladimir et lui adressa un sourire.

- Allons, je ne fais que plaisanter, détendez-vous.

Sans plus d’attente, Clarke lissa son costume et sortit une pipe de sa poche, qu’il bourra de bons tabacs. Une allumette, qu’il avait achetée à une jeune fille au moyen d’une livre, servit à allumer le tout. Il tira une bonne bouffée à la manière d’un dragon.

- Je prends acte des appels en ma direction et je les prends en conséquence. Ainsi, je me porte volontaire pour prendre la tête en ces moments terribles, je vote pour moi-même. Comprenons une chose, néanmoins, pour la survie de chacun, il vous faudra faire confiance à vous-même et seulement. Pour ma part, je vous remercie de votre confiance.

Clarke se prononçait, afin d’endosser un dossard particulier, celui qui mettrait une cible à son dos. Mais qui d’entre eux est la vraie cible ? Cela n’avait rien d’étonnant au vu du statut. Rien était encore joué, d’autres personnes restaient encore pour voter. Il y avait une chose qu’il avait apprise au cours des élections, rien ne vaut une urne bourrée, plutôt qu’une urne bourrée par des indécis… N’y voyez pas un soupçon d’illégalité, je vous prie.



Make America Great Again:
 
Revenir en haut Aller en bas
Oscar M. Bartlett
Le loup-garou
avatar
✦ Libre pour RP ? : 1 place de disponible !

✦ Double-compte : Aucun

Sam 15 Avr - 10:09
De sa première et dernière traversée en bateau, le brun n’en garderait qu’une succession sans fin de mauvais souvenirs. Jamais on ne le reprendrait à poser le bout de ses chausses sur le pont tantôt humide, tantôt fouetté par le vent de quelque navire que ce soit. Dire qu’il avait pris cette bonne résolution, préférant le chemin de fer pour ses voyages à venir pour finalement se retrouver au beau milieu d’un véritable carnage. Tout avait si bien commencé : on ne disait que du bien de ce petit bijou de technologie et le voyage s’annonçait agréable sur tous les tableaux. C’était sans compter sur cet arrêt inexpliqué au beau milieu de nulle part, ôtant toute possibilité aux passagers malchanceux de tenter de rejoindre la prochaine gare. Et pour ne rien arranger à l’affaire, ce qui était passée pour une simple panne, devint rapidement un coup-monté aux yeux de Millen. Pour une obscure raison, un petit malin – psychopathe à ses heures perdues – s’était mis en tête de tous les massacrer. Si le brun avait d’abord imaginé que c’était là une initiative personnelle de la part du personnel, peu désireux des retombées négatives qu’une telle panne ne manquerait pas d’apporter pour l’entreprise à l’origine du train, ces derniers ne furent pas plus épargnés que les passagers. A tel point qu’il ne tarda pas à se retrouver retranché en compagnie de quelques autres personnes dans un espace pour le moins réduit, ce qui n’était pas pour lui plaire. A quoi rimer l’idée de se barricader avec d’autres passagers ? Après tout, ils n’avaient aucune garantie aucune que le meurtrier n’était pas parmi eux. Comme le loup au milieu de la bergerie. Une image qui lui tira un sourire tordu, en dépit du visage de jeune homme issu de bonne famille dont il était pourvu actuellement. Son regard bleu passa en revue les différents visages, durement. En silence, il les observait se donner la réplique, avisant l’abandon de certains au détriment d’autres. Sa première pique fut destinée à la reine de France :

« Ma foi, pour avoir une reine aussi démissionnaire que vous l’êtes, je comprends mieux pourquoi les français ont la réputation d’être des tire-au-flanc. »

Malgré son apparente lassitude, cette demoiselle parvenait à rallier les voix des autres passagers dans son sens. Etait-ce dû à son sang royale et à l’autorité naturelle qui en découlait ? Aucune idée. Quoiqu’il en soit, Millen ne ferait rien pour atténuer la rivalité mesquine qui avait toujours animé leurs deux peuples. Quant à voter pour l’un de ces guignols afin d’en faire leur chef…

« Allons bon. Voter pour l’un d’entre nous alors que le tueur est peut-être dans cette pièce ? Quand bien même je dois reconnaître la qualité de son travail en la matière jusqu’à présent, cela ne me plairait guère de le voir prendre la tête de ce groupe. Car oui, à mes yeux, vous êtes tous de suspects. Y compris vous mesdames. Je m’abstiendrais donc de voter, si ce n’est pour moi-même. »

Là-dessus, il leur adressa son plus beau sourire de salaud tordu. Qu’importe l’identité du meurtrier au final, Millen l’attendait de pied ferme. Ils étaient deux à jouer dans ce domaine. Malheureusement, le train était trop petit pour eux deux.
Revenir en haut Aller en bas
Alabaster C.Green
Invité
avatar
Alabaster C.Green
Dim 16 Avr - 19:36
Alabaster se frotta les yeux, et son regard parcouru une nouvelle fois tous les visages assemblés dans le wagon de train. Tous des innocents à 50%, et au moins autant des psychopathes meurtriers. Pourquoi les psychopathes ne sont jamais atteints d'une maladie inoffensive ? Et pourquoi, par tous les dieux de la création, fallait-il que ça tombe le jour où il prenait le train ?
Le magicien avait besoin de se changer les idées. Prendre le large, respirer un coup, loin de son commerce, des conflits mondiaux, des problèmes des gens. Être tranquille, quelques instants. L'avantage de se retrouver coincé au milieu du désert avec un assassin dans le wagon, c'est que vos pensées se focalisent rapidement sur ce seul et unique problème. Enfin soit ça, soit vous mourrez.
Le sorcier releva la tête. Bon, lequel est le meurtrier ? Le gouverneur du Michigan, la Reine de France, la Royauté de Roumanie ? Ou le reste ? Sans offense, évidemment.

Argh.

Trop de choix. Trop de meurtriers possibles, trop de gens pouvant se retourner contre vous au moindre instant de faiblesse. Alabaster jeta un coup d'oeil vers le livre, posé sur ses genoux. Il mourrait d'envie de l'ouvrir, de prétendre que rien n'était arrivé, et de se retrouver chez lui en refermant le manuscrit. Mais non. Trop simple, disait le destin.

Le magicien refit un tour rapide des personnes présentes dans le wagon. Il devait choisir un chef ? Soit. O'Callaghan portait la voix de Ronce de France, ainsi que celle de... Cheveux-Blancs. Et la sienne, évidemment. Du côté de la Roumanie, le Roi donnait sa voix à Ronce de France, et la Reine se proposait gracieusement pour nous sortir de là. Autant pour la cohésion du mariage.
Quand à la voix aux accents anglais qui s'était élevée pour se moquer de la reine de France, elle votait pour elle-même. Sympathique personnage, à n'en pas douter.
Ainsi donc, l'Américain remportait jusqu'ici le vote, de deux voix (... Trois, si on compte sa propre voix).

Alabaster s'éclaircit la gorge.


-Bien. Personnellement, je remet ma vie entre les mains de la Souveraine de Roumanie. Essayez de faire en sorte de ne pas nous faire regretter ce choix, ma Dame.

Ses yeux se portèrent à nouveaux sur l'assemblée, scrutant les visages, épiant les réactions. Si seulement les meurtriers portaient un panneau "Je suis votre psychopathe. Vite, arrêtez moi !", la vie serait beaucoup plus simple.
Alabaster C.Green
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Lun 17 Avr - 0:10
Ah, c’est sympa les voyages en train! Enfin, ça c’est qu’Erwin pensait au début du voyage. Un voyage tranquille, du luxe, il ne voyait aucun point noir. Mais bon, la panne en plein milieu du désert, sans assistance, et sans possibilité de fuir rappela des légères tendances claustrophobes chez l’inventeur, et l’amoncellement de cadavres qui commença l’acheva. Il ne se considérait pas particulièrement sensible, mais la vue des cadavres combinée à la peur de la mort lui suffit. Il s’était rarement sentit aussi mal, même en étant vraiment malade. Il retrouva finalement les survivants au moment où ceux-ci proposaient un vote. Mais quelle idée?! Si il y avait plus d’un meurtrier parmi eux, ils voteraient pour leur camarade, alors que les gens comme lui ne pouvaient se fier à personne, et devaient donc donner leur voix au hasard…

Tiens, il y avait un visage connu en fait! Le dirigeant américain, Monsieur O' Callaghan. Il l’avait déjà vu, mais les nombreux votes pour lui firent douter le jeune homme. Il ne connaissait pas suffisamment le géant pour lui faire confiance, et il doutait sincèrement de sa fiabilité… Il ne lui restait donc plus qu’à voter pour un inconnu ou voter pour lui-même… Si il votait pour lui-même, et que l’américain était bien l’un des assassins, il allait forcément mourir. Mais sinon, il risquait de soutenir un assassin… Il soupira. Foutu pour foutu… Il parcourut les visages dans la pièce du regard et s’arrêta un instant. « Ronce de France », « Souveraine de Roumanie ». Il fallait vraiment qu’il aprenne les noms et les visages des dirigeants européens un jour. Bah, tant pis. De toute façon, vu ce qui se passe dans les différents pays, et les exécutions qui s’y passaient, ces gens étaient pour lui déjà des assassins, il aurait du mal à leur confier sa vie. Autant la confier à quelqu’un qui lui semblait plus fiable. De toute façon, le problème resterait le même, il était contraint de voter à l’aveugle.

Soudain, un autre passager pris la parole, en envoyant une pique à la reine de France. L’inventeur sourit. Il n’avait rien contre les français à l’origine, mais ce qu’il osait dire à une reine lui plaisait bien. Il continua son discours sur sa lancé, et termina par un sourire. Il hésitait.

« Que le meurtrier soit peut-être dans cette pièce, je pense que tout le monde le comprends sans trop de mal. Mais il pourrait ne pas être seul, et ils peuvent alors se mettre d’accord pour élire l’un d’entre eux, les innocents votant surement pour eux, de peur d’élire leur adversaire. Autant dire que tous voter pour nous-même est un suicide pur et simple, et je ne suis pas vraiment du genre suicidaire… Je vais donc voter pour toi. »

Il pointait Millen, dont il connaissait pas le nom.

« Je ne fais confiance à personne, mais au moins, ton discours semble cohérent, et personne ne s’est précipité pour te soutenir. »

Il haussa les épaules et soupira. Foutu pour foutu. Les dés étaient jetés. Il avait remis sa vie dans les mains de l’inconnu le plus crédible, et ça l’énervait déjà, mais mourir par orgueil lui semblait encore plus stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Robin Hood
Invité
avatar
Robin Hood
Lun 17 Avr - 17:00
Bien évidemment, la seule fois que Robin utilisait un autre moyen de transport que le Sherwood, tout allait de travers. Maintenant, il se trouvait à bord d’un train où la moitié des passagers a été tué et où l’autre moitié des survivants étaient tous des potentiels tueurs. Plus jamais il ne prendra le train. Les prochaines fois il fera comme d’habitude et utilisera son navire volant pour se déplacer entre les villes. Enfin, s’il y a des prochaines fois.

En ce moment, Robin se tenait dans un groupe de personnes en plein milieu d’un wagon. Dans ce groupe, il y avait quelques dirigeants et d’autres personnes inconnues de Robin. Parmi les premières personnes, il y avait la reine France, un gouverneur Américain et le roi de Roumanie et sa femme. Tous des cibles potentielles pour les crimes de Robin, mais, pour l’instant, ce n’était pas sa priorité. Tout ce qu’il voulait en ce moment, c’était de sortir de ce train vivant.

Cela faisait déjà quelques minutes que Robin s’était joint au groupe quand quelqu’un proposa d’élire un chef. L’idée fut accepté et le vote commença. À ce moment, une femme que Robin connaissait fit son apparition. C’était Mickaëlla! Elle se dirigea vers lui afin d’échanger quelques mots de salutation. Cette fois-ci, il évita le baise-main, conscient de la gêne qui avait envahi la jeune dame, là-bas, en Espagne, lorsqu’ils se sont rencontrés.

Les salutations faites, Robin écouta les propositions des gens. Après un certain temps, tout le monde avait voté, sauf lui. C’était à Robin de trancher. Il pouvait soit voter pour le dirigeant américain afin de lui assurer son poste de chef ou bien il pouvait mettre quelqu’un ex aequo. Son choix était déjà fait.

Il se tourna vers Clarke O’Callaghan.

«Monsieur O’Callaghan, mon vote vous est destiné. J’ai bien l’impression que vous allez être notre chef pour le temps de cette problématique.» dit-il d’un ton très sérieux.

Robin espérait seulement que son vote n’avait pas élu un coupable.
Robin Hood
Revenir en haut Aller en bas
Emélie Gregoriu
La dame blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!

Mer 19 Avr - 23:57
Loups-garous made in Contes défaits II

A l'issue des votes, Clarke O'Callaghan fut élu par la majorité des participants. Il n'y avait qu'à espérer qu'ils avaient fait le bon choix… Un fois ces votes finis, certains retournaient dans la suite qui lui était réservés. D'autres encore pouvaient choisir de se regrouper pour la nuit, se rassurant ainsi de la menace permanente qui régnait.[/justify]
Les règles

Tour 1 - nuit :

Chaque joueur peut décrire s'il le souhaite la nuit de son personnage, ou une éventuelle soirée passée avec d'autres passagers du wagon. Cependant, la majorité de cette manche sera secrète, et se déroulera par MP.

Les loups-garous peuvent se mettre d'accord sur leur festin nocturne et m'envoyer le nom de leur victime.

Cupidon peut me communiquer par MPle nom des deux amoureux qui se retrouveront liés jusqu'à la fin de la partie. En cas de décès d'un de ces amoureux, l'autre le rejoindra dans sa tombe. Le couple sera informé de ce coup de foudre, et devront se protéger l'un l'autre.

La sorcière peut, si elle le souhaite, choisir d'empoisonner un joueur de son choix, en m'envoyant son nom par MP. Elle peut également ne rien faire.

Les participants


- Ronce de France
- Robin Hood
- Alabaster C.Green
- Erwin Meyer
- Mickaëlla Mellior
- Clarke O'Callaghan → Chef
- Vladimir Basarab
- Nina Basarab
- Oscar M. Bartlett





"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre.

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Dim 23 Avr - 18:06
Des tensions avaient déjà commencé à émerger faisant crépiter plus d'une remarque déplacée au sein de l'atmosphère surchargée du train. Si jamais le tueur était découvert, Ronce était certaine que les conflits ne cesseraient pas pour autant tant la paranoïa serait devenue latente. La femme avait veillé à ne pas réagir à la remarque de Oscar discernant, dans sa pique, une volonté de la pousser dans ses retranchements. Répondre du tac au tac ne ferait qu'entrer dans son jeu.

« Ainsi le gouverneur sera notre chef. Nos vies reposent sur vos larges épaules. » asséna la reine en posant son regard sur Clarke. « Je ne demande à personne de m'accorder sa confiance. » ajouta-t-elle, son regard allant vers Oscar. « La méfiance est de rigueur. »

Sur ces paroles la reine déclara que, si on la recherchait, elle se trouverait dans le wagon-restaurant ou dans son wagon-couchette. Ronce préférait ne pas approcher quiconque pour cette première soirée ne voulant pas être accusée à tort de la mort de l'un d'entre eux.


Revenir en haut Aller en bas
Clarke O'Callaghan
Paul Bunyan
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui !

Dim 23 Avr - 19:03
L'urne était définitivement close. Il en sortait que Clarke l'emportait avec une majorité des voix. La démocratie ne lui avait jamais fait défaut jusqu'ici. N'en déplaise à certains. Désormais, la traque du tueur débutait dès à présent. Le temps était une denrée précieuse, qu'il ne fallait plus gaspiller.

Son regard soutint celui de la Reine de France, qui semblait avoir parfaitement compris le message qu'il portait. Se méfier de ceux qui vous ont porté, était aussi important, que ceux qui s'étaient portés contre vous.

- Mesdames, Messieurs, je ne dirais pas mieux que la Reine de France, il tira une bouffée, profitez de cette nuit pour méditer et tâchez de garder la tête sur les épaules.

Sur ce, Clarke se dépêcha de quitter le wagon. Puis se retira dans sa cabine privée, qu'il inonda de musique folklorique du Nouveau Continent. Le Gramophone était une invention sublime. La nuit avançant, le géant enchaîna les bouffées de tabac, gardant sous son bras une boîte de cigares.


Make America Great Again:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Basarab
Invité
avatar
Vladimir Basarab
Dim 23 Avr - 19:14
Charmant, l’homme qui menace de me décapiter « pour plaisanter » est actuellement le chef de notre petite « tribu » de survivants. Je ne sais pas exactement comment je dois prendre la chose ? Paniquer ? Me suicider ? Lui cracher à la figure ?

Foutu démocrate…


Vladimir avait jeté un regard noir à Clarke quand celui-ci lui avait tapoté l’épaule «amicalement ». Il n'avait rien dit cependant. Toute parole dans de telles circonstances pouvait être dangereuse. Même sans paranoïa, c’était évident, renvoyer paitre le chef de clan n’était pas une bonne idée. Vraiment pas. Il réprima un grognement.

Ce qui l’avait d’avantage irrité par contre, c’était Nina. Elle s’était présentée, elle s’était mise en avant ou plutôt mise en danger. Cela l’insupportait au plus haut point. Il avait failli lui hurler dessus, lui dire qu’elle était folle, se mettre à pleurer sans doute. Mais le roi de Roumanie avait suffisamment de retenue. Et vu l’amour que certains portaient à la royauté dans ce train, il ne leur ferait pas le plaisir de s’humilier tout seul.

Non, il s’était contenté de garder le silence malgré l’angoisse qui le dévorait peu à peu. Une angoisse multiplié quand un certain gentleman à l’accent plutôt britannique avait osé voter pour sa reine. Une fois le vote finit et le démocrate de service mit au pouvoir, il avait attendu que le groupe se disperse, en commençant par la reine de France et ce cher O’Callaghan, pour retenir Nina par le poignet. Il avait resserré son emprise, peut-être plus qu’il ne l’aurait voulu, à cause de l’angoisse. Et il lui avait murmuré d’une voix sifflante « Ne refais plus jamais ça… ».

Ensuite, il s’était enfermé dans son wagon-couchette et s’était assis à même le sol, dos au mur, essayant tant bien que mal de contrôler une respiration qui devenait de plus en plus saccadée. Réfléchir, il fallait réfléchir…Ses doutes quand à l’identité du tueur se partageait à présent entre plusieurs personnes, et si comme l’autre gringalet avait fait remarqué, ils étaient plusieurs, la situation s’avérait encore plus critique. Ceci dit, c’était le plus crédible, Vladimir doutait sérieusement que tout ses meurtres soient l’œuvre d’un seul homme.

Il inspira un grand coup et regarda autour de lui, parcourant ses bagages des yeux. Il avait besoin de laudanum…
Vladimir Basarab
Revenir en haut Aller en bas
Mickaëlla Mellior
Le doppelgänger
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre !

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora & Leonhardt Genmann

Jeu 27 Avr - 15:17
Le moins que l'on pouvait dire c'était que l'atmosphère était électrique... C'était néanmoins hautement justifié. Après tout, dans la situation présente, n'importe qui pouvait s'avérer être un ennemi, peut-être même les gens en qui l'on avait le plus confiance. Dans ce genre de cas le mieux était de rester tous ensemble, malheureusement les passagers se détachaient du groupe un à un pour passer la nuit en solitaire. Mickaëlla lâcha un soupir ennuyé. Tant pis pour la survie en groupe...
Tripotant machinalement une mèche de sa longue chevelure blanche, elle décida de rester éveillée le plus tard possible pour ne pas être surprise dans son sommeil. Elle se rendit dans sa cabine pour attraper quelques-uns de ses accessoires de magie, ainsi que son épée qu'elle cacha sous ses vêtements, au cas où, et retourna dans le wagon-salon où elle s'assit sur un sofa. Elle n'était pas d'humeur à s'exercer, mais la meilleure façon de vaincre l'angoisse et le sommeil était de s'occuper. Et puis, si une personne menaçante faisait son apparition, elle ne serait pas coincée dans sa cabine et pourrait prendre la fuite.

- J'espère que tout ira bien cette nuit... soupira-t-elle sans grande conviction.

Mais au fond d'elle-même, elle était persuadée que les choses n'iraient sans doute pas en s'arrangeant...



Revenir en haut Aller en bas
Oscar M. Bartlett
Le loup-garou
avatar
✦ Libre pour RP ? : 1 place de disponible !

✦ Double-compte : Aucun

Mar 2 Mai - 10:32
« A d’autres poupée. »

De tous les temps, les dirigeants étaient passés maîtres dans l’art de manipuler le peuple dont ils avaient prétendument la responsabilité. Après tout, pourquoi refuser des privilèges et annoncer les vérités les plus cruelles au risque de perdre sa place de leader quand on pouvait simplement laisser miroiter les rêves les plus fous à des personnes crédules ? Cette reine, qu’importe son attitude et ses propos, ne saurait être différente des autres. D’ailleurs, leur petit groupe paraissait en compter plus d’un de ces fameux dirigeants… Ses soupçons se portèrent tout naturellement sur l’homme ainsi élu pour être leur chef. Trop facile. L’individu respirait la confiance en soi et l’innocence au point d’en être encore plus suspect. Une autre voix s’éleva dans la pièce et si Millen lui accorda vaguement de l’intérêt sur ses débuts, la fin le tira de ses pensées et il dévisagea la personne qui pointait désormais un doigt sur lui. Loin d’être accusateur, le brun demeura cependant fidèle à lui-même.

« Hein ? »

L’autre lui faisait quoi là ? Une déclaration ? Sérieusement, tous des emmerdeurs…

« Il ne te reste plus qu’à espérer que ton choix le soit aussi bichon. » rétorqua-il sans perdre son sourire carnassier.

Contrairement à bon nombre des autres passagers, Millen ne quitta pas la pièce. Si les coupables devaient encore frapper cette nuit, ici ou ailleurs, de préférence, dans son wagon-couchette, ne ferait pas grande différence de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Mar 2 Mai - 21:14
Et voilà, l’élection était terminée… Avec une petite chance, le géant serait un bon chef. Son pays ne lui avait jamais sembler mal géré, mais la politique et la géographie... C'était pas vraiment son fort. De toute façon, il n’y avait plus qu’à attendre pour le voir, la nuit tombait déjà. Il n’allait pas critiquer ceux qui l’avait choisis, après tout, il avait voter pour un inconnu sans raison. Enfin, sans raison… En voyant le nombre de voix de l’américain, il avait du mal à lui faire confiance, et il avait la sensation qu’on avait tenté de lui voler son droit de vote. Et sa liberté, il y tenait. Son vote n'avait eu aucune conséquence de toute manière, et c’était plus que prévisible. Il entendit à peine les réactions de « son  candidat » après son vote. Il espérait juste qu’il ne soit pas le responsable des carnages, malgré son sourire étrange, car être tué par la personne que vous avez soutenue serait surement assez désagréable comme expérience. Et il devait avouer que les regards qui se posèrent sur l'inconnu le gênèrent. Savaient-ils quelque chose qu'il ignorait?

De toute façon, ce n'était pas le moment de se poser ce genre de questions, le vote était terminé. Sans aucun commentaire, il sortit du wagon pour retourner dans sa cabine. Il n’avait pas envie de passer une nuit blanche à scruter chaque personne, à sursauter à chaque bruit de peur de se trouver sur la route, ou face à l'assassin. Et dans ce train, où la confiance ne règnait pas du tout, être seul derrière une porte qu’il prit le soin de verrouiller lui semblait rassurant. Au moins pourrait-il dormir cette nuit, il ne pouvait plus rien faire avant le lendemain de toute façon…
Revenir en haut Aller en bas
Robin Hood
Invité
avatar
Robin Hood
Sam 6 Mai - 21:56
Une fois les élections terminés, Robin ne tarda pas à se retirer dans sa cabine. Premièrement, il ne connaissait presque personne avec qui il aurait pu discuter. Certes, il y avait Mickaëlla, mais il voulait limiter les contacts avec elle pour éviter qu’on soit associé en tant que complices par les autres passagers. Ensuite, il ne supportait pas la présence des quelques représentants d’une monarchie présentes dans le train. Il n’appréciait pas vraiment ces gens, car, souvent, il n’avaient rien à faire du peuple qu’ils dirigeaient et leur seul but était de vivre tranquillement leur vie de riche. C’est pourquoi il était vite aller se reposer dans sa cabine, espérant passer la nuit.

Dans son wagon-couchette, Robin se mit à réfléchir.

« Avait-il bien placé son vote? Avait-il bien fait d’attendre aussi longtemps avant de voter? Et si M. O’Callaghan était coupable? J’espère qu’il n’arrivera rien à Mickaëlla… À moins qu’elle ne soit coupable elle aussi. »

Avec autant de stress et de questions, il eut de la difficulté à fermer les yeux, mais la fatigue eut finalement raison de lui et il s’endormit en espérant se réveiller le lendemain.
Robin Hood
Revenir en haut Aller en bas
Emélie Gregoriu
La dame blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr!

Sam 6 Mai - 22:43
Loups-garous made in Contes défaits II

La nuit ne fut pas aussi paisible que certains l'ont espéré. Car le lendemain, ce n'était pas un, mais deux cadavres que l'ont retrouvait dans un même wagon : ceux, sans vie, du Roi et de la Reine de Roumanie. Le corps de Nina était ensanglanté, couvert de morsure. Quant à Vladamir, on pouvait deviner son désarroi suite à cette découverte, et la piste du suicide était probable… Leur amour les a mené trop loin, et n'aura malheureusement pas survécu au voyage.

Suite à cette décision morbide, une décision fut vite prise : il fallait trouver un coupable et l'exécuter. Les débats commencèrent, en espérant qu'ils aboutissent à un choix juste, et non à la mort d'un autre innocent…

Les règles

Tour 2 - jour :

Nina était Cupidon, et avait choisi de se mettre elle-même en couple avec Vladimir, qui était simple villageois. Elle fut tuée pendant la nuit par les loups-garous, emportant son époux dans sa tombe.

Pendant ce tour, vous pourrez débattre des éventuels suspects, et désigner un coupable à votre guise. Faites le bon choix, en prenant garde à ne pas élire un innocent… Car, à l'issue de ce tour, la personne aillant reçu une majorité de voix sera exécutée. Clarke étant le chef, sa voix compte double.

- Ronce de France
- Robin Hood
- Alabaster C.Green
- Erwin Meyer
- Mickaëlla Mellior
- Clarke O'Callaghan → Chef
- Vladimir Basarab - Simple villageois
- Nina Basarab - Cupidon
- Oscar M. Bartlett








"C’est à cela que la nuit est bonne, après tout. On emprunte des chemins qui nous mène bien plus loin qu’on ne l’aurait souhaité."
Sahar Mahjtani
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre.

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Dim 7 Mai - 1:15
La découverte s'était faite dans un calme sépulcral. Ronce avait plissé les lèvres à la vue de cette boucherie ensanglantée. Le trône roumain venait de se faire déposséder avec autant de violence que leur prédécesseur. Le couple royal est mort. Vive le Roi, vive la Reine ! À défaut de pouvoir leur offrir les derniers sacrements Ronce avait recouvert les corps des draps de leurs couchettes. Qu'au moins leurs dépouilles ne soient pas dévisagés plus longtemps.

Le conciliabule au sein du wagon-restaurant chargeait l'atmosphère d'une électricité presque palpable. Un coupable se trouvait parmi eux. Au moins un. Et ils devaient décider qui mourrait aujourd'hui afin, si possible, de mettre fin aux crimes. La personne qui avait commis ces méfaits n'avait rien d'humain. Du moins pas quand elle agissait dans l'ombre. En témoignait les morsures retrouvées sur les victimes.

L'index de Ronce désigna Oscar.

« Je ne puis me fier qu'à mon jugement Monsieur. Si je me trompe, Dieu m'en garde, que je sois pardonnée. Mais vous vous semblez bien trop vous moquer de la situation. Ma méfiance va envers votre personne. Vous m'avez tout l'air d'un révolutionnaire qui aime s'en prendre aux couronnes. »

Que Dieu la préserve d'avoir condamné un innocent.


Revenir en haut Aller en bas
Oscar M. Bartlett
Le loup-garou
avatar
✦ Libre pour RP ? : 1 place de disponible !

✦ Double-compte : Aucun

Dim 7 Mai - 6:44
L’absence du couple royal roumain fut remarquée d’entre tous. Et la peur qui saisit les uns et les autres à l’idée de les retrouver sans vie ou pire, l’un en train de finir de dévorer l’autre dans son sommeil trop rapidement interrompu, se confirma en fin de matinée. Mais un œil expert aurait remarqué que seule la femme semblait avoir été victime du meurtrier, un véritable animal. Son mari peut-être ? Lequel se serait donné la mort ensuite, par culpabilité d’avoir cédé à ses pulsions ? La piste tenait la route : l’ex roi de Roumanie ne donnait pas l’impression d’être un homme tranquille après tout. Et il semblait réellement tenir à sa femme pour se donner la mort par amour, rongé par la culpabilité ou par le désespoir, au choix. A moins qu’il n’ait été témoin de quelque chose et que le meurtrier se soit débarrassé de lui d’une manière différente pour éloigner les soupçons d’un double homicide ?

L’atmosphère était, à ne pas en doute, électrique. Chacun jetait des coups d’œil en biais à son voisin, évitant soigneusement de croiser le regard de ce dernier dans le même temps. La méfiance était de mise. Tous les passagers avaient leur petite idée sur l’identité de l’assassin et ils n’attendaient qu’une chose : que quelqu’un lance la première accusation, laquelle sonnerait le début des hostilités. Oubliée le semblant de démocratie de la veille… Sans surprise, Millen encaissa le coup porté contre sa personne. Dans le silence pesant qui suivit l’accusation de la reine, il soutint le regard de cette dernière :

« Quoi répondre à cela ? La parole d’une reine vaut plus que la mienne. Toujours en affichant une expression détachée, vous avez réussi à faire élire le candidat de votre choix pas plus tard que la veille encore. Toutefois, je suis de plus en plus inquiet pour le sort de votre pays avec une telle idiote à sa tête. »

Pourquoi se priver de dire les choses telles qu’il les pensait ? Depuis le début, les autres passagers savaient à quoi s’attendre avec lui. Le brun ne comptait pas changer sa façon de faire, même en étant accusé d’un double meurtre dans le pire des cas.

« Compte tenu de mon attitude de la veille, je suis le coupable idéal aux yeux de tous. Est-ce que cela fait de moi un meurtrier ? Je ne pense pas. Quand bien même, si j’étais le tueur à bord de ce wagon, ne pensez-vous pas qu’il m’aurait été plus utile d’éliminer ce cher Monsieur avec qui j’ai bien failli arriver ex aequo ? » poursuivit-il en désignant Clarke d’un geste de la main.

Eliminer le chef récemment élu à la majorité dans un climat de tension extrême… Aucun doute que cela aurait servi les intérêts de l’assassin, lui permettant peut-être d’accéder à ce rang si prometteur lors d’un second tour. Millen dévisagea alors tour à tour chacun des occupants de la pièce avant de reprendre :

« Non, le meurtrier se doit d’éloigner les soupçons qui pèsent sur lui. Alors quoi de plus vicieux que d’éliminer la personne pour laquelle il a voté la veille ? »

Son regard tranchant s’arrêta enfin sur Alabaster, un personnage qui ne s’était pas trop fait remarquer jusqu’à présent. Peut-être à des fins stratégiques et morbides ?

« En procédant ainsi, vous éloignez tout soupçon de vous, du moins, jusqu’à demain matin. Le temps est votre allié dans cette affaire, plus vous en gagnerez, plus vos chances de remporter la partie sont grandes. Je me trompe Monsieur ? » Affirma-t-il avec un sourire mauvais avant de conclure sa tirade : « Mais si vous pensez que je suis toujours le meurtrier après ça, faites donc ! Votez, je n’ai rien à me reprocher contrairement à certains dans cette pièce. Votez donc mais les meurtres ne cesseront pas pour autant. Et sachez petite reine, que je prendrai un malin plaisir à vous voir rongée par les remords depuis ma tombe. »
Revenir en haut Aller en bas
Alabaster C.Green
Invité
avatar
Alabaster C.Green
Dim 7 Mai - 12:33
-Venez-vous à l'instant de m'imposer un raisonnement tordu, tiré je le rappelle de votre propre esprit, et ce pour prouver que vous n'êtes pas l'esprit corrompu du wagon ?

Alabaster haussa un sourcil, tapotant pensivement sur la table devant laquelle il était assis. A nouveau.

-Votre raisonnement tient la route, mais il est à mon goût particulièrement complexe. Suffisamment complexe en tout cas pour avoir été conçu par un cerveau malade, du genre à assassiner autrui sans une once de remord. De plus, et soit dit sans offense, votre attitude ne prête pas exactement à un raisonnement clair et appuyé par la raison. Pour vous citer, le meurtrier doit éloigner les soupçons de lui. Quoi de mieux, pour ça, que de prêter à d'autres son propre raisonnement, de se défendre par les remords des autres, et de dévier -plus ou moins- habilement la conversation vers une autre personne ?

Le magicien se laissa aller dans son siège, fermant les yeux. Quoi de plus beau, au réveil, qu'un couple royal assassiné ? L'un découpé façon paupiette, l'autre victime de son propre amour. C'était proprement dégoûtant. Aussi oxymorique que cette phrase soit. Un court instant, le sorcier envisagea avoir prit par inadvertance une fiole autre que la sienne, contenant un rêve passablement morbide et complexe destiné à un client. Aussi discrètement que possible, il se pinça le bras.

Nan. C'était bien lui.

-Veuillez, s'il-vous-plaît, garder vos remarques acerbes derrière vos dents, monsieur. Si vous me suspectez, vous pouvez. Mais évitez d'insulter tout le monde, ça ne sert que l'assassin et ne risque pas de vous aider énormément dans cette affaire.

Il ouvrit les yeux à nouveau. Son regard se porta sur la Reine de France, par le plus pur des hasard.

-Je me rallie à l'avis de madame. Dans la mesure où j'ai pu remarquer que vous n'aviez avancé strictement aucune défense.
Alabaster C.Green
Revenir en haut Aller en bas
Clarke O'Callaghan
Paul Bunyan
avatar
✦ Libre pour RP ? : Oui !

Dim 14 Mai - 16:23
La tension n'avait rien de palpable cette fois-ci, elle était bien présente. On pouvait l'agripper, par la gorge, comme l'on tordait le cou à son prochain. D'ailleurs, les compagnons d'infortune de l'estimé "chef" s'étaient déjà mis en tête d'étrangler leurs voisins respectifs. Aussi, la surprise de la matinée fut le réquisitoire de la Reine de France, qui s'était lancée à l'attaque d'un individu aux allures du parfait coupable. Les deux échangeaient les joutes verbales, tandis qu'un autre prit parti aux côtés de la française. Qui était-ce ?


Clarke assis dans son fauteuil, écoutait en silence les répliques des uns et des autres. Chacun allait de sa propre théorie, l'américain avait la sienne. D'ailleurs, il était temps de se mettre "en marche", c'était là son projet ! Aussitôt, le géant profita d'un bref moment de silence pour abattre son poing sur une table basse, qui trônait à sa droite. Le pauvre meuble succomba au choc, mais avait meilleur mine que le cadavre des deux victimes.


L'attention et la surprise étant à son compte, ce dernier exprima un air de réflexion, les yeux mi-clos, avant de s'arrêter sur le dénommé Alabaster.


- Monsieur, si vous me permettez, je trouve que vous allez un peu, voire trop vite en besogne. Non pas que je défende cette personne, il désigna d'un geste Oscar, mais je trouve votre initiative facile et précipitée. Chez nous, en Amérique, il est d'avis pour un fieffé individu de se fondre dans la masse. Et quoi de mieux, que de suivre le premier avis venu. Ne serait-ce pas là, une tentative pour mieux camoufler quelque chose ? Nous n'aimons pas les loups déguisés en mouton chez nous.


Il tendit son doigt vers Alabaster, un doigt inquisiteur comme pas d'autres.


- J'attends pour ma part votre défense, il va de droit que je reverrai ma décision si je suis satisfait. Mais votre soudaine sortie me laisse penser, que vous pouvez nous cacher quelque chose. En cet instant, considérez mon vote dirigé contre vous.






Make America Great Again:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alabaster C.Green
Invité
avatar
Alabaster C.Green
Dim 14 Mai - 19:10
Alabaster inclina la tête.

-C'est parfaitement compréhensible, monsieur. Après tout, c'est parce que je ne voyais aucune défense dans son attitude que j'ai réagis ainsi, fit-il avec un signe de tête en direction d'Oscar.

Albaster s'adossa sur son siège, planta ses yeux bleus glace dans le regard de l'Américain.

-Je dois vous avouer n'avoir aucune véritable défense. Je ne vais pas tenter de vous expliquer comment pense un meurtrier (tactique utilisé par vous deux à la fois), je n'en n'ai pas la plus petit idée. Je n'ai pas fait grand chose d'autre que dormir, mais mes draps défaits ainsi que mes vêtements de nuits froissés ne vous seront, je m'en doute, d'aucune véritable utilité. Pour autant, considérez le fait qu'un honnête homme n'aurait pas plus de défense que moi. Et je ne me souviens pas avoir vu monsieur rejoindre son wagon couchette, hier soir. J'ai dormi, au long de cette nuit, et me suis réveillé comme vous, emprunt d'horreur devant deux cadavres.

Le magicien revit, durant un battement de cil, l'image des deux corps inertes. Beurk. Qui que soit le tueur derrière ça, il n'avait aucun savoir vivre.

-Je ne peux vous offrir mieux que ma vérité et ma parole. Si vous êtes l'homme juste qu'hier vous prétendiez être, et si vous êtes véritablement digne d'être notre chef à tous, et plus encore si c'est à vous qu'incombe la tâche de nous sortir d'ici vivant, vous comprendrez et ferez un choix dicté par votre cœur.

Il ferma les yeux un très court instant. Trop pour que ça soit significatif, pas assez pour que ce soit un simple battement de paupière.

-N'importe quel loup peut parler comme un agneau, mais rare sont les agneaux pouvant parler comme les loups. Écoutez votre instinct, Gouverneur, je ne pourrais vous blâmer pour cela. Par pitié, et pour notre bien à tous ici, faites le bon choix.

Son regard quitta un moment le géant, pour s'étendre au reste du wagon.

-Faites tous le bon choix. ajouta-t-il dans un murmure.
Alabaster C.Green
Revenir en haut Aller en bas
Mickaëlla Mellior
Le doppelgänger
avatar
✦ Libre pour RP ? : Totalement libre !

✦ Double-compte : Hitomi Hoshizora & Leonhardt Genmann

Dim 4 Juin - 16:36
Malgré tous les efforts qu'elle avait fourni, la jeune femme avait fini par sombrer dans les bras de Morphée. A son réveil, deux cadavres avaient été découverts, et elle avait accueilli le spectacle avec un air grave et une pointe de culpabilité. Si elle avait été plus vigilante elle aurait pu éviter ça! Et les victimes n'étaient rien de moins qu'un couple royal... Elle ne pouvait qu'imaginer le chaos qui régnerait en Roumanie suite à ce drame.

Mais l'heure n'était pas à la géopolitique. Il fallait plus que jamais que tous les survivants s'unissent pour mettre un terme à cette folie. Malheureusement, la solidarité et l'unité ne semblaient pas au programme du jour... Mickaëlla était tentée de défendre Ronce, sa reine et la personne qu'elle devait autrefois protéger au péril de sa vie, mais pointer quelqu'un du doigt la répugnait. La justice devait triompher, mais une justice arbitraire et infondée n'était justement pas juste. Tout ce qu'elle pouvait faire à présent était suivre le débat, et se faire son avis par rapport aux dires des personnes présentes. Si l'un des survivants avait de solides hypothèses et arguments, elle pourrait considérer de le soutenir.

Mais il était encore trop tôt pour se faire un opinion. Cela dit, la personne désignée par sa majesté Ronce de France était effectivement louche. Mais de ce qu'elle avait compris il était magicien, tout comme elle, et la jeune femme le savait bien : le mystère et la poudre aux yeux était l'apanage des saltimbanques et gens du cirque, alors le juger sur son apparence suspicieuse était sans doute une mauvaise idée.

On ne savait jamais de quoi les gens étaient faits... Car si ç'avait été le cas jamais ces deux cadavres joncheraient le sol en cet instant.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: Le reste du monde :: De l'autre côté du miroir-
Sauter vers: