Tracassin HauteVigne
Rumpelstiltskin
avatar
Lun 17 Juil - 3:56
Quel est ton nom...?

Derrière l'écran

Pseudo - El Pollo! *o*
Avatar - Je ne sais pas... appelons le Bob
Comment as-tu connu le forum ? - Grâce au roi de la suisse
Suggestion, réclamation, un petit mot ? - Le design du forum est bien chouette!

Mon image

Rapide portrait


Personnage de conte - Le nain Tracassin
Nationalité / Origine - Né en France, vit en Suisse
Âge - 43 ans
Profession - Maître chanteur
Groupe - Criminel, légèrement inventeur
Pouvoir - Peut, en connaissant le nom complet et en possédant un objet d'une personne, observer durant une dizaine de minutes le moindre de ses faits et gestes, et ce où qu'elle se trouve

particularités

Son don lui a permis de monter un réseau criminel, qu'il appelle sa pègre, et qui commence doucement à s'étendre. Il loue également ses pouvoirs à ceux qui cherchent des informations particulièrement bien gardées, mais le prix à payer est bien souvent exorbitant. Il garde presque constamment son chapeau sur la tête. Il est roux et a une petite barbiche bien taillée. Il dispose d'une fâcheuse tendance à l'humour noir et à l'ironie dramatique. Enfin, il ne peut pas commencer sa journée sans un bon croissant au beurre.

caractère

"Cet homme était juste...Polyvalent. Il pouvait vous sourire, rire avec vous, passer pour le plus parfait des gentlemans au cours de la plus délicieuse des réceptions, et vous donner entièrement confiance, puis vous tuer froidement deux minutes plus tard, d'un coup de couteau en plein coeur, sans trembler, et avec un rictus narquois, un sourire perfide, du genre de ceux qui ne savourent que la douleur des autres. Puis, il redevenait totalement neutre, paisible, et même si un agent de police passait juste après ce crime et lui trouvait l'arme encore sanglante dans la main, il aurait du mal à imaginer que ce soit l'homme debout devant lui qui ai commis le meurtre.

Evidemment, je vous parle d'un exemple rudimentaire, mais il ne prenait presque jamais la peine de salir ses propres mains, il y avait des hommes comme moi pour cela. C'est pourquoi la plupart du temps il avait cette expression neutre, parfois hautain face à ceux qu'il méprisait, parfois souriant face à ceux qu'il appréciait, et croyez moi ils sont fort peu nombreux ceux qui peuvent se vanter d'avoir vu ce sourire.

Je ne pense pas qu'il ne ressentait rien, je pense plutôt qu'il cachait à merveille ses émotions, et qu'elles n'éclataient que dans les moments les plus forts, comme lorsqu'il tenait une vie entre ses mains et s’apprêtait à y mettre un terme.

Mais il y avait une émotion qu'il ne parvenait pas à cacher, une seule, un minuscule signe, que seuls ceux qui, comme moi, l'ont côtoyé pendant des années, et ont pu voir toutes les facettes de sa personnalité, pouvaient déceler. Ce petit sourire en coin qu'il ne pouvait refréner lorsqu'il se savait détenteur de toutes les cartes, et qu'il dévoilait son jeu à ses adversaires qui, pris au dépourvu, constataient trop tard par quel moyen ils avaient été conduits vers leur chute, du début à la fin, par celui que l'on connaissait sous le nom de Monsieur Tracassin."


Confession de Lucio Gratinni, ancien membre de la pègre de Tracassin, à la police de Berlin, en l'an 35


passage sur la piste

"Monsieur Tracassin, je vous en prie, nous pouvons nous arranger j'en suis sur... Nous sommes amis non ?"
Amis? Il ne savait même plus ce que ce boulanger avait fait pour lui devoir un tel tribut. A dire vrai, la seule chose dont il se souvenait à propos de cet insecte, c'était son nom, et c'était bien suffisant.
"Voyons, mon cher ami, Basile, c'est justement parce nous sommes amis que je ne peux laisser cette affaire en suspens... Après tout, ne dit t'on pas "les bons comptes font les bons amis" ? Comment pourrais-je vraiment croire à votre amitié si vous ne pouvez pas vous acquitter envers moi d'un très simple engagement...
- Mais Monsieur, il s'agit de ma fille, je ne...
- Il s'agissait déjà de votre fille quand vous avez décidé de faire affaire avec moi, Monsieur Took ! Vous avez eu ce que vous désiriez, maintenant c'est à moi de recevoir ma récompense...
- Je vous en prie, laissez moi une chance de...
- Une chance ?"
Tracassin souriait. C'était tellement facile, tellement prévisible... Ils comptaient tous sur lui pour faire preuve de pitié, de compassion... Ces faibles lui demandaient tous une chance. Et lui adorait leur offrir. Il fit signe aux hommes qui fouillaient la boutique pour leur dire d'approcher, et se pencha, narquois, vers l'homme qui gémissait à ses pieds.
"Une chance ? Et bien, sachez que c'est mon jour de bonté. Vous en voulez une ? Je vous en propose trois ! Trois chances ! Trois essais pour deviner mon vrai nom ! Vous là ! Allez me chercher sa famille !
- Votre...Votre vrai nom ?
- Bien, Vous avez compris... Oui, mon vrai nom, complet. Si vous me le dites, je partirai, sans rien prendre, et vous n'aurez plus jamais le moindre problème avec moi. Mais attention, à chaque mauvaise réponse que vous me donnerez...vous perdrez un membre de votre famille..."
Sur ces mots, les hommes de main descendirent les escaliers, tirant avec eux la femme, le fils, et la toute jeune fille du commerçant, qui, paniqué, regardait successivement sa famille et son bourreau, ses pupilles se dilatant un peu plus à chaque passage.
"Ma... Mais... Non, par pitié non, je ne veux pas...
- Quoi ! Tu ne veux pas de ta chance ! Et bien trop tard ! Si tu refuses de jouer, je les tues tous maintenant, c'est ce que tu veux ?
- Non! D'accord. Je vais... vous obéir... Je vais deviner votre nom."
Tracassin sorti son pistolet de sous son long manteau, le regarda, pensif, et répondit :
"C'est dans ton intérêt, oui..."



Il n'avait jamais oublié les railleries sur le nom de sa famille. HauteVigne. Un nom de noble, certes, mais d'une famille noble déchue de tous ses titres, de toutes ses terres, de tout son prestige. Son père, autrefois fils de grand seigneur, avait fini boulanger, et lui, héritier d'une des familles les plus prestigieuses de France, tant par son histoire que par son patrimoine, ne valait aujourd'hui guère mieux que les autres gamins qui traînaient dans la boue des chemins. Et tout le monde le savait. Et tout le monde se moquait de lui. Les grands comme les petits aiment à rire quand les étoiles tombent. Du dernier né d'un rustre paysan, aux rares nobliaux qui passaient à travers le village, tous riaient de la déconfiture des HauteVigne. Mais ils avaient tous commencé à rire beaucoup moins fort après le passage de la fée...



"Vous êtes... Monsieur Tracassin."
Il souriait, et pour toute réponse, il pointa son arme vers la femme et tira. Il attendit que les cris se soient changés en pleurs pour finalement murmurer à l'oreille de sa victime:
"Faux.
- Mais pitié arrêtons ce massacre ! Je ne connais pas votre nom moi !"



"Je ne connais pas votre nom moi.
- Il ne te regarde pas. Moi je connais le tiens, et c'est tout ce qui compte. Sache que les noms sont la source de bien des pouvoirs..."
Cette fée l’intriguait depuis qu'elle était arrivée en ville. Après quelques jours, il était allé lui parler. C'était la première qu'il rencontrait, et il était curieux de connaître l'étendue de ses pouvoirs.
"Je sens une vraie colère en toi, une rancœur... Je peux t'aider à passer outre si tu le veux. Je vais t'enseigner le pouvoir des noms. Avec cette connaissance, je compte sur toi pour observer et apprendre, pour voir le monde non pas par ton seul œil, mais sous une multitude de points de vue, et enfin, pour comprendre et pardonner. En comprenant mieux les habitants de ton village, et en voyant le monde comme ils le voient, tu ne feras que mieux te comprendre toi, et comprendre ta place dans le monde. Et cela, je l'espère, t'apaisera. Et n'oublie pas qu'un simple nom peut t'apporter bien plus d'informations sur une personne que n'importe qui ne peut l'imaginer."



"Mais j'ignore votre nom !... Ah ! Si ! C'était quelque-chose comme... Tracassin...HautePlaine !"
Le coup parti presque immédiatement, et juste après le fils s'effondra sur le sol, mêlant son sang à celui de sa mère. Le père pleurait à chaudes larmes, et sa fille sanglotait sans comprendre ce qu'il se passait. C'est qu'elle était très jeune, elle devait à peine avoir 5 ans cette gamine...
"Allez, du courage ! Vous n'étiez pas si loin, et il vous reste encore une chance...
- Vous êtes un monstre !"



"Mais quel genre de monstre es-tu ?!"
Ils n'y avaient plus qu'eux, au milieu des décombres du villages. Les dernières flammes couraient aux alentours, et tout le reste n'était que cendres encore fumantes. Plus qu'un jeune garçon et une fée hors de ses gonds.
"Mais pourquoi ! Pourquoi les as tu tous tués ?
- Parce que j'ai fait ce que vous vouliez que je fasse ! J'ai observé le monde à travers leurs yeux, j'ai appris à connaître chacun d'eux dans leur intimité, et ce que j'ai vu m'a glacé le coeur ! Leurs plus sombres secrets, leurs plus noirs désirs, leurs plus terribles actes, tout cela n'a fait que changer la haine que j'avais pour ces cloportes en mépris ! Alors je me suis servi de ce que je savais pour les détruire, un a un, pour les monter les uns contre les autres, jusqu'à ce que l'un d'entre eux ne supporte plus cela et mette le feu à tout le village ! C'était tellement facile, et en même temps tellement jouissif de manipuler ces êtres inférieurs ! Personne n'a rien compris, j'ai mené le jeu de bout en bout, et maintenant ils sont morts, et moi pas, et j'ai gagné ! Et vous, vous qui pensiez que je ne verrait que le bien en eux, vous avez perdu !
- Ce que tu as fait... Ce que tu es devenu... Je n'aurai jamais du te donner ce pouvoir... Et maintenant il est trop tard, je ne peux pas le récupérer... Mais ne croit pas que tu puisses t'en tirer à si bon compte... Je te maudis, sache que tu pourras toujours utiliser ton pouvoir sur ceux dont tu connais le nom, mais dorénavant, tous ceux qui connaîtront ton nom auront un contrôle absolu sur toi, et tu ne pourras refuser aucun de leurs ordres, même si l'un d'eux implique de t’ôter la vie ! Voilà ton châtiment, R..."
La fée ne put jamais finir sa phrase. La lame du gamin avait surgit si vite, et s'était si rapidement dirigé vers sa gorge, qu'elle n'avait pas pu esquisser un geste pour se défendre. Elle s'effondra au sol, le regard chargé d’incompréhension, pendant que le jeune garçon s'éloignait en marchant.
"Et maintenant, plus personne ne connait mon nom... La voilà bien, votre malédiction."



"Je sais ! Ça me revient ! Tracassin HauteVigne !"
L'homme pleurait, souriant bêtement, la lueur de l'espoir scintillant dans ses yeux. Mais elle s'éteignit quand Tracassin pointa son arme sur sa tête.
"Perdu.
- Quoi ! Mais pourquoi me viser alors ? Vous... Vous ne vouliez pas tuer ma fille ?
- Bravo pour votre courage, mais non, c'est elle que je suis venu chercher après tout, alors je la garde pour moi. Et comme vous êtes le seul autre membre de cette famille encore en vie...
-Mais bon dieu à quoi tout cela vous sert-il à la fin ? Que voulez vous ?
-Ce que je veux...?"
Il se pencha vers lui, jusqu'à son oreille, et lui dit, dans un souffle :
"Le trône de France."
Puis il tira, et ce fut le silence.

Il se releva, rangea son arme, épousseta ses genoux, et se dirigea vers la porte. Juste avant de sortir, il remarqua un croissant posé sur l'étal, le seul invendu de la journée. Il le récupéra, et rejoignit la rue en mordant dedans à pleine dent, et souriant, heureux des petits bonheurs qui parsèment le quotidien.

(c) fiche crée par rits-u sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Ronce de France
La belle au bois dormant
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Orendi

Lun 17 Juil - 9:33
Non mais on va laisser mon trône en paix nondidiou, pourquoi tout le monde veut me le prendre ?! Donolike

Bienvenue officiellement Tracassin, j'adore ta version du personnage, j'aime son background, sa façon d'être. Du Tracassin tout craché, un magnifique maître chanteur ! Je ne peux que valider un tel personnage et voir ce qu'il va commettre par le futur ! (et, qui sait, connaître un jour son nom véritable. Peut-être quelque chose du genre Rumpelsitiskin, uh uh.)

Validé avec les honneurs !
Maintenant que les portes de l'univers du forum te sont ouverts, voici quelques clefs pour t'aider à ne pas te perdre.

✘ Pour trouver un compagnon de RP. Tu peux aussi accomplir une quête !
✘ Le mémoire qui te permet de rédiger un suivi du parcours de ton personnage.
✘ Les réseaux sociaux pour mener des relations épistolaires, par exemple.
✘ Une envie de créer un personnage ? Propose un prédéfini ou un scénario.

Passe un bon séjour parmi nous.


Revenir en haut Aller en bas
Tracassin HauteVigne
Rumpelstiltskin
avatar
Lun 17 Juil - 10:24
Merci Ronce, content que mon personnage te plaise! Very Happy Mais rassure toi, ton trône ne craint rien... Pour le moment... huhuhu


Say my name.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: Il était une fois, dans un lointain royaume... :: Faire son entrée dans le monde :: Accomplir son destin-
Sauter vers: