[Août 5] Le loup et l'oiseau

 :: L'Europe :: Allemagne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Dim 24 Sep - 16:48
Le coup de feu n’eut pas vraiment l’effet escompté… Non seulement la grue se retourna, cessant un instant de se battre, mais en plus, le loup tenta une attaque! Il sentit un frisson descendre toute sa colonne vertébrale en voyant les mâchoires du canidé s’approcher du cou de la grue. Un intense soulagement l’envahit quand les mâchoires se refermèrent dans le vide, et que le prédateur s’enfuit. Il eut en même temps la désagréable sensation que sa queue de cerf frétillait de joie. Au fond, il n’avait pas envie de la voir mourir, et encore moins à cause de lui. Elle l’avait protégé, et il se sentait un peu redevable. Et il détestait ça. En fait, il aurait dût viser le loup, pour éponger sa dette. Et merde! En plus, maintenant, il n’allait pas servir à grand chose, vu qu’il n’avait ni connaissances en médecine, ni de quoi soigner des plaies. A la limite chez lui… Il avait vraiment été trop pressé de partir. Sortir dans une forêt avec des chasseurs sans de quoi faire un bandage. Bravo le génie!

Il ruminait son incompétence quand la grue s’envola vers des buissons. Il la suivit du regard rapidement, avant de se rappeler des instructions qu’elle lui avait données quelques minutes plus tôt. Si elle avait bien son colis, il n’allait pas la faire fuir maintenant. Et puis, même sans son colis, il voulait rembourser sa dette avant qu’elle ne reparte. Pas de chaines, la liberté pour route. C’était ce qu’il s’était promis après tout. Il profita de cet instant de répit pour ranger son arme. Ses gants sentaient la poudre, et il avait réussi à se faire mal au poignet en tirant. Il n’était pas habitué à faire vraiment feu, ses armes lui servaient plus souvent pour la dissuasion après tout. Il savait tirer, mais faisait quelques erreurs. Et ses oreilles… Aoutch! Il n’allait pas se plaindre du bruit qu’elle avait fait, mais ses oreilles, elles, se manifestaient bien trop à son goût. Il en profita pour sortir la fiole qu’il avait bu. Il s’était trompé de fiole…? Il essaya de mobiliser ses souvenirs pour retracer l’origine de la catastrophe. Mais oui, bien sur. Il avait gagné cette fiole à un stand de voyance, l’hiver dernier. La fiole avait dût rester dans sa poche depuis… Il n’avait pas fait attention, car la personne qui lui avait donné l’avait juste décrite comme « un moyen de se rapprocher de la nature ». Il n’avait pas mentit au moins. En parlant de transformation…

« Vous… vous transformez en grue alors? Vous allez bien? »

Il essaya de se rapprocher en avançant à reculons vers le bruit de froissement de feuille qui lui parvenait.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Mar 26 Sep - 20:44
- Vous… Vous transformez en grue alors ? Vous allez bien ?

La voix, beaucoup trop proche à mon goût, me fait sursauter. Ne peut-on pas me laisser tranquille deux minutes le temps que je souffle ? Enfin il y avait une légère inquiétude dans ces paroles et c’est plutôt agréable d’entendre ça de la part d’une personne que vous avez défendue. Ce sentiment étrange survient en dérangeant mon esprit. C’est bien la première fois depuis longtemps que je n’avais pas senti ça, mais je n’ai vraiment pas besoin de quelqu’un avec qui faire ami-ami. Enfin je suppose que tout ce qui lui importe est son colis en fait, et que c’est surtout par politesse qu’il me demande ça. De toute façon, je repartirai bientôt et espère ne plus devoir repasser dans le coin avant un moment. Les loups et les chasseurs m’ont largement fait comprendre que je ne suis pas la bienvenue ici.

En regardant d’où venait la voix, je repère les bois de cerf plantés sur le crâne du propriétaire du colis. Je ne sais pas comment il fait pour ne pas s’accrocher aux branches traînant avec. Ça ne devait pas être très pratique en fait. Mon regard descend légèrement, se posant sur son dos. Il était retourné et s’avançait vers moi à reculons. Au moins il a écouté ce que je lui ai demandé. Enfin là, à force de reculer, il va finir par trébucher en rencontrant le buisson qui me cache. Mon chemisier pas encore reboutonné, je décide de lui répondre :

- Oui, c’est un don qu’on m’a offert quand j’étais petite. Et ça va, ce ne sont que quelques égratignures, il n’y a rien de grave. Je suis juste un peu fatiguée du combat…

Fatiguée, c’était le mot, je ne m’attendais pas à ce que ce soit une épreuve aussi éprouvante. Après la dose d’adrénaline que je venais de prendre, j’ai juste l’impression que je vais dormir pendant 3 jours d’affilés. Affalée contre le tronc d’un arbre, je ne me montre vraiment pas sous mon meilleur jour. Mes yeux se posent à nouveau sur mes bras et mon torse nu qui se recouvre petit à petit en suivant la ligne des boutons. Les griffures forment maintenant des lignes rouges bosselées éparpillées tout le long de mon corps. C’est vrai que ce n’est pas ce qui est des plus esthétiques mais je m’en fiche un peu, et puis ça ne me fait plus spécialement mal. Je suppose que ça pouvait être pire.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Sam 30 Sep - 12:59
Putain de bois… Comment les cerfs pouvaient-ils se déplacer dans une forêt avec ces choses?! Il en avait mal au cou, à force de forcer sur les branches qui les retenaient. Et encore, les siens n’étaient pas très développés! Il pensa aux grands animaux qui trônaient dans les maisons et dans les vitrines des taxidermistes de la région. Maintenant qu’il y pensait, c’est peut être pour ça que ces animaux trônaient, morts, dans ces maisons, leurs bois devaient les gêner. Soit c’était ça, soit les chasseurs les tiraient pour avoir de beaux animaux morts chez eux. Il n’arrivait pas à déterminer quelle solution serait la pire pour son image des chasseurs finalement… Ce n’était même pas joli. Et ça en protégeais pas vraiment leur porteur, il suffisait de faire le tour de l’animal, ou de s’y mettre à deux comme les loups avaient l’habitude de faire. Et sentir son petit morceau de queue s’agiter sous son manteau sous le coup de la colère ne l’aidait pas vraiment. Mais pourquoi quelqu’un avait eu un jour l’idée de faire une potion comme celle-ci? Il n’y avait aucun intérêt à se retrouver avec ces excroissance… Les adeptes de la magie lui semblaient soudain bien étranges. Même pour faire une blague, il ne trouvait pas cela très drôle. Sûrement parce que cela lui arrivait à lui, et au pire moment. Peut être bien… Mais ce n’était pas le sujet.

- Oui, c’est un don qu’on m’a offert quand j’étais petite. Et ça va, ce ne sont que quelques égratignures, il n’y a rien de grave. Je suis juste un peu fatiguée du combat…


Au moment où il entendit la jeune fille lui répondre, il se prit les pieds dans une branche qui trainait au sol, et s’étala en arrière. Ah oui, il n’avait pas penser à ça en reculant sans regarder. Putain d’inattention! Il fut retenu par le buisson derrière lequel s’était réfugiée la grue un peu plus tôt. Cette dernière venait d’ailleurs d’apparaitre dans son champ de vision. Il avait donc maintenant une vue plongeante sur son chemisier, pas encore refermé. Il sentit la gêne lui monter aux joues, et de tourna aussitôt le regard. Le ciel bleu au dessus de lui lui sembla soudain d’un grand intérêt.

« Je, … Je suis désolé Mademoiselle, ce n’était pas mon intention! »

Il essaya tant bien que mal de se redresser. Comme il faisait de son mieux pour éviter de revoir la jeune femme, le temps de décoincer ses bois (l’ultime preuve que ces choses n’étaient qu’un handicap!), le résultats était assez maladroit. Il parvint enfin à se relever, non sans mal, et commença à frotter ses manches pour en retirer les feuilles et les petites branches qui y étaient encore accrochées.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Lun 2 Oct - 22:03
Un craquement puis un bruit de chute. Je n’ai pas le temps de réagir avant de voir mon intimité se faire briser. Une tête cornue apparait dans mon champ de vision. Son visage surpris s’empourpra avant qu’il ne détourne le regard et fixe le ciel.

- Je, … Je suis désolé Mademoiselle, ce n’était pas mon intention !

Très vite je comprends alors d’où venait sa gêne et ses excuses. Sa chute avait offert à ses yeux une vision qui me déplaisait beaucoup : une vue sur mon torse nu que je n’avais pas fini de recouvrir. Je sens mes joues chauffer en réalisant ce qu’il venait de se passer. Gênée, je me recroqueville dans un coin pour me dépêcher de finir de boutonner le reste de ma chemise et peste. J’étais trop fatiguée pour m’énerver et je savais qu’il n’avait pas fait exprès mais il n’avait pas qu’à être stupide et regarder où il mettait les pieds.

- Si je vous ai demandé de ne pas regarder, c’est pour une bonne raison…


Je me souviens encore des paroles de mes parents, me conseillant de surtout faire attention à ce qu’aucun homme ne me voit dans de telles conditions si je voulais éviter les ennuis. Ben maintenant c’est foutu. Si je le pouvais, je partirais tout de suite en lui laissant son foutu colis, mais je devais d’abord sortir de cette forêt et trouver un coin pour me reposer et peut-être panser quelques blessures. Mon bras droit me fait légèrement mal et je pense que ça va se sentir quand je volerai. Le retour risque d’être plus long et plus difficile que prévu.

En me relevant, je regarde mon accompagnateur. Il peinait à enlever les débris pendant dans ses bois. Bon, il n’a pas l’air très dangereux en soit mais je préfère écouter ce que m’a répété ma famille. Et puis, ça m’a fait un sacré coup dans l’égo.

- Quelle idée aussi de se faire pousser des cornes, ça a l’air franchement pas pratique votre histoire…
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Mar 10 Oct - 21:02
Erwin entendit la livreuse pester dans son dos, lui confirmant que sa chute n’était pas passer inaperçue. Son dernier espoir venait de s’envoler…

- Si je vous ai demandé de ne pas regarder, c’est pour une bonne raison…

Il préféra ne pas répondre, suffisamment gêné pour ne pas en rajouter. Donc c’était le contrecoup de sa transformation? Peut être… Si son corps seul se transformait, cela devait effectivement poser un problème avec les vêtements, vu la différence de silhouette entre un oiseau et une jeune femme. Il eut soudain un doute au sujet de sa propre transformation. Elle ne pouvait pas se poursuivre, hein? Il n’allait pas terminer sous la forme d’un animal comme la livreuse? Il se mit à l’espérer, sans en être vraiment sur. Il ne se rappelait plus des mots exacts de la personne qui lui avait donné la potion. Il l’avait prise car c’était offert, mais n’avait pas vraiment eu l’intention de l’utiliser, ou du moins, pas sur lui. Etre un cerf dans une forêt pleine de chasseurs… Une idée lumineuse en somme! Il fallait qu’ils sortent de cet enfer, et vite maintenant qu’ils avaient enfin récupéré le colis.

- Quelle idée aussi de se faire pousser des cornes, ça a l’air franchement pas pratique votre histoire…

Le sujet qui fâche… Elle semblait croire que cette transformation était volontaire. Il hésita un instant à lui révéler la vérité, son égo ayant quand même prit un coup avec cette erreur. Mais bon, vu qu’il n’était pas sûr lui-même des effets exacts de la potion, ou du temps que ces choses allaient passer avec lui, mieux valait dire la vérité. Ces excroissances étaient décidément bien agaçantes! Surtout que la colère et l’énervement faisait s’agiter le petit morceau de queue qu’il avait dans le dos sous sa chemise, ce qui n’arrangeait pas du tout les choses.

« Ce n’était pas mon objectif initial, c’est l’effet d’une potion… Connaitriez vous un remède pour ce genre de chose, à tout hasard? »

Elle se transformait après tout! Autant essayer d’en profiter. Elle pourrait même la sorcière qui avait préparé son colis, qu’en savait-il… Il avait encore l'image de la sorcière des contes de son enfance dans la tête, mais il avait appris en grandissant que les apparences pouvaient être très trompeuses. Et puis, il n’avait pas encore vraiment eu l’occasion de traiter directement avec la magie.


« Sinon, je peux vous proposez de prendre le temps de vous reposez hors de cette… forêt, si vous le désirez, pour vous remercier de votre aide. »


Il n’allait pas la forcer si elle désirait repartir, c’est quand même qui avait perdu le colis à l’origine.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Sam 14 Oct - 22:33
Mon reproche flotte dans l’air pendant un petit instant avant qu’il ne se décide à répondre quelque chose auquel je ne m’attendais pas vraiment.

- Ce n’était pas mon objectif initial, c’est l’effet d’une potion… Connaîtriez-vous un remède pour ce genre de chose, à tout hasard ? Sinon, je peux vous proposez de prendre le temps de vous reposer hors de cette… forêt, si vous le désirez, pour vous remercier de votre aide.

Une potion qui fait pousser des cornes de cerfs ? Il y en a vraiment pour tout ! Et je ne vois pas quelle en serait l’utilité, ça n’a l’air pas très pratique et ça attire les loups, c’est tout ce que ça fait. Il y a beaucoup de chose que je ne cerne pas (souvent parce que je ne m’y intéresse pas) mais là, ça en rajoute une de plus. Un léger doute s’introduit dans mon esprit. Me dit-il la vérité ou… ? Mais cette incertitude part aussi rapidement qu’il est arrivé quand j’examine son visage. Il avait l’air énervé, inquiet et embêté. Ça doit être la vérité. Ou alors il joue très bien la comédie.

- Désolée, je n’y connais rien en potion. Je suppose que ça disparaîtra au bout d’un moment ? J’en ai aucune idée, je n’en ai jamais prise et j’en fais pas non plus.

Ça aurait été plus simple pour lui de le demander à la personne auprès de qui il l’avait récupéré. D’ailleurs c’est assez bizarre de récupérer une potion de ce genre. Il y a vraiment des personnes que je ne comprends pas.

Sa proposition vient alors à mon esprit. Bien sûr, la fatigue est trop forte, je ne peux pas partir comme ça sinon je ne ferais que quelques mètres avant de chuter. Et j’ai terriblement envie de sortir d’ici. Je n’aime pas la ville et les personnes qui y habitent, mais en ce moment, elles me paraissait bien plus accueillantes que d’habitude. Je décide de prendre sur moi et d’accepter encore la compagnie humaine pendant quelques instants et je serais tranquille plus tard.

- Pas vraiment envie de rester ici et il faut que je me repose, j’irai pas bien loin comme ça, surtout s’il y a encore des chasseurs. Au fait, voilà pour vous. J’espère que c’est quelque chose qui en valait la peine.

J’ouvre mon sac et en tire le petit colis pour le lui tendre. Je me surprends d’esquisser un sourire, repensant à l’aventure qu’on venait de vivre, qui me donne envie de rire maintenant que nous l’avions fini. Très rapidement, je me mords l’intérieur des joues et me retourne pour avancer et cacher cela. Ça ne me ressemble vraiment pas de faire ça, et surtout de le montrer. J’espère au fond de moi qu’il ne l’a pas vu. Je commence à marcher vers l’endroit d’où nous venions même si mes pas ne sont pas aussi sûrs que je ne le veux.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Dim 22 Oct - 12:57
- Désolée, je n’y connais rien en potion. Je suppose que ça disparaîtra au bout d’un moment ? J’en ai aucune idée, je n’en ai jamais prise et j’en fais pas non plus.

-Je vois,…

Et merde… Elle était capable de se transformer mais ne s'y connaissait pas en potion... C'était peut être un don? Il n'y connaissait vraiment pas grand chose. Il ne s'était pas vraiment renseigné sur ces choses, les voyant plus comme une amélioration sympathique, un plus à la mécanique. Ce n'était pas pour rien qu'il avait commandé un objet plutôt que d'aller voir une sorcière. Il était sur de ce qu'il aurait, de son effet et il pouvait appliquer immédiatement. Moins de prise de tête, ça lui allait bien. Surtout pour un premier contact. Cela changerait peut être après, il verrait bien.

- Pas vraiment envie de rester ici et il faut que je me repose, j’irai pas bien loin comme ça, surtout s’il y a encore des chasseurs. Au fait, voilà pour vous. J’espère que c’est quelque chose qui en valait la peine.


Il vit un rapide sourire sur le visage de la jeune fille, mais son esprit était concentré sur autre chose. Son colis! Elle venait de le sortir de son sac et de lui tendre. Enfin! Bon Dieu, enfin, il le tenait dans ses mains. Il avait intérêt à être vraiment intéressant cet objet, vu tous les efforts qu’il avait fait pour l’obtenir! Il le rangea dans sa poche après avoir vérifié que le colis n’était pas endommagé. Il ne vit pas de déchirures, ni de coup trop marquant. Il soupira de soulagement. La tension descendit le long de son dos, et ses épaules s’affaissèrent un peu. Son visage devait être plus détendu aussi. Mais ça, il ne le voyait, et s’en fichait pas mal…

-Merci, et j’espère aussi…

La jeune fille commença à prendre la direction du retour. Vu son état, l’inventeur décida de se presser un peu pour passer devant elle pour lui ouvrir un peu le chemin. Son objectif étant de la faire sortir d’ici sans avoir à la porter, vu ses blessures et sa fatigue, il pouvait faire un effort. cela rembourserait peut être une partie de sa dette…

Ils avancèrent doucement, Erwin surveillant le moindre bruit qui aurait put trahir la présence d’un chasseur, mais les coups de feu étaient lointains, et il n’entendait pas de chiens non plus. Un lapin passa à tout allure lui faisant friser la crise cardiaque, mais c’est bien le seul événement qui le marqua sur le trajet retour. Ce qui n’était pas pour lui déplaire! Voilà enfin une journée normale! Arrivé à la lisière, il vérifia l’état de sa compagne, puis ils repartirent vers la maison de l’allemand.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Lun 13 Nov - 19:14
Suite à son remerciement, mon compagnon de fortune me rattrape facilement et prend tête de notre convoi, s’assurant d’ouvrir le chemin. J’aurais pu très bien me débrouiller sans aide, c’est ce que j’ai fait l’aller. Enfin au moins, je n’ai juste qu’à me concentrer sur les pas que j’aligne un après l’autre. Nous avançons petit à petit à travers la forêt, l’esprit plus léger et la tête chauffée par le soleil qui s’élève de plus en plus dans le ciel.

Devant moi, mon accompagnateur continue d’avancer en tenant parfois les branches qui barrent la route pour me laisser passer. Comme je suis focalisée sur les mouvements de mes jambes, mon regard est porté vers le bas mais mon champ de vision me permet de voir la petite bosse, sa queue de cerf, qui ne s’agite plus depuis un moment. Il doit sûrement être à l’écoute de tout bruit ou mouvement dangereux. C’est vrai qu’on peut entendre de très lointaines détonations, mais rien de particulièrement proche. Le seul problème que je rencontre durant le trajet du retour est d’éviter de lui de trébucher dessus quand il s’arrête après la traversée furtive d’un lapin.

Plus rapidement que je ne l’aurais pensée, nous atteignons la lisière de la forêt et la chaleur et la lumière s’abat petit à petit sur nous. Nous avons dû passer la matinée sous les frondaisons rendant la température agréable, mais sans rien au-dessus de la tête il fait beaucoup trop chaud. En Scandinavie, la chaleur est bien plus soutenable que ça, même en été.

Les rues de la ville sont bien plus peuplées d’ailleurs, et les regards des passants se posent sur nous à mon plus grand désagrément. Ils sont bien curieux, ces gens ! C’est vrai qu’on forme un duo plutôt curieux mais ce n’est pas une raison pour nous dévisager. En jetant un regard noir à un homme un peu trop insistant, je trébuche sur un pavé qui dépasse un peu du sol et me rattrape in extremis. Ça ne devait pas être vraiment crédible. Fulminant de rage et de honte, je décide de me concentrer à nouveau sur mes pas pour éviter de refaire la même chose.

Nous arrivons, cette fois-ci, beaucoup moins rapidement que je ne l’aurais espéré devant la maison du propriétaire du colis qui déverrouille sa porte. Je ne sais pas trop quoi faire, d’un côté, j’ai envie de dormir et me cacher du soleil, d’un autre, j’ai aussi envie d’être seule et tranquille. Pesant le pour et le contre des deux je décide d’attendre ce qu’on me dira.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Lun 20 Nov - 20:50
Les regards, qui se posèrent sur lui et sa compagne, agacèrent rapidement l’inventeur. Il était bon pour plusieurs années de rumeurs sur son compte. Toujours prêt à tout pour des ragots ces gens… Une furieuse envie de partir loin de ce pays l’envahit, soudain! Il y réfléchirait en arrivant chez lui. A coté de lui, la jeune livreuse venait de trébucher mais se rattrapa avant qu’il n’ait le temps d’intervenir. Elle devait vraiment avoir été affaiblie par son combat pour trébucher comme ça sur un simple pavé… En tout cas, elle semblait assez agacée et redoubla d’attention sur chacun de ses pas sur la suite du chemin. Erwin retint un soupir en se rendant compte que cela attirait encore plus les regards sur eux. Un passage devant une vitrine lui rappela aussi, par son reflet, qu’il avait toujours ses excroissances ridicules sur la tête. Il ne parvint pas à se retenir de poser sa main sur ses bois, et essaya de tirer légèrement dessus. Non, c’était toujours bien fixé. Et merde! Il espérait vraiment que ça finirait par partir quand même… Et vite!

Alors qu’il était perdu dans ses pensées, le jeune homme finit par arriver chez lui. Il déverrouilla sa porte sans même y penser, et entra. Passablement énervé par le bruit des bois raclant l’encadrement de la porte au passage. Revenu sur terre, suite à cette impression énervante, il se tourna vers la femme-grue, restée sur le seuil.

« Tu peux rentrer, si tu veux. Je vais chercher de quoi te soigner, je reviens. »

Sans attendre plus longtemps, il entra, en laissant la porte entre-ouverte. Il se dirigea rapidement vers sa chambre, où il avait de quoi soigner les blessures du quotidien. De son quotidien en tout cas. Elle contenait quelques morceaux de bandages, une petite bouteille d’éthanol pour nettoyer, des pinces pour faire tenir les bandages, et des ciseaux pour les adapter à la blessure. Ca, et bien d’autres fioles, sac d’herbes ou décoctions qu’il avait récupérés, ou acheter au fil de différentes maladies, accidents, ou achats. En voyant le nombre de choses dans ce sac, il se dit qu’il devrait y faire un tri. Rapidement, histoire d’éviter d’autres… accidents. Il sortit une crème qu’il mettait souvent sur les coups quand il en prenait, achetée chez un herboriste. Il soupira en refermant le sac, et repartit vers l’entrée avec le nécessaire pour panser les plaies de sa livreuse.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Mar 28 Nov - 19:06
- Tu peux rentrer, si tu veux. Je vais chercher de quoi te soigner, je reviens.

En temps normal, j’aurais refusé sans aucun doute. Mais là, je n’ai qu’une envie, c’est de me reposer. Je m’en fiche de l’endroit où, de la personne chez qui, ou encore du confort du lieu, je ne pourrais pas aller beaucoup plus loin de toute façon. Et puis bientôt, je quitterai ce pays et n’y retournerai pas avant d’avoir une autre livraison dans le coin. Et ça m’étonnerai que ça arrive avant un bon bout de temps, ils doivent bien avoir d’autres livreurs ici.

Mon hôte se dirigea vers le fond de sa maison. Je me décide d’avancer vers la seule pièce que je connais, dans laquelle je suis venue la veille. Le bazar n’a pas bougé de place, à part quelques babioles qui ont bougé. Je retrouve rapidement la petite chaise d'hier sur laquelle je m’assois et souffle, d’ailleurs, mes jambes enfin au repos me remercient grandement de ce geste.

Mon regard embrumé se pose sur les objets qui traînent un peu partout et essaie de comprendre leur fonctionnement. Je réprimande une envie de toucher à un engin pas loin. On ne sait jamais ce que c’est ou si c’est facilement cassable ou non. Et si c’est le cas, je vais peut-être éviter de faire plus de dégâts que ceux déjà faits.

Le sommeil arrive plus vite que prévu et je suis en constante lutte contre lui. Il faut absolument que je reste éveillée. Peut-être qu’il m’a sauvé de l’attaque du loup et que je suis entrée à nouveau chez lui, mais je n’ai toujours pas confiance en cette personne. J’attendrai au moins de voir les soins qu’il me prépare avant de sombrer dans le sommeil.

Un livre ouvert attire mon attention, dedans, j’y trouve des feuilles volantes sur lesquelles sont gribouillés des schémas et inscrits des mots illisibles. En faisant attention à ne rien toucher, j’observe avec intérêt en essayant de comprendre. On m’a toujours dit que la curiosité était un vilain défaut, mais celle-ci est toujours plus forte que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Meyer
Le loup de la fable "Le chien et le loup"
avatar
✦ Libre pour RP ? : A voir par mp

Jeu 30 Nov - 18:05
En revenant dans la salle, Erwin retrouva la livreuse, penchée sur un de ses livres de croquis. Ah oui, il l’avait laissé ouvert avant de partir… En même temps, il ne travaillait pas sur des dossiers suffisamment sensibles pour se sentir obligé de cacher ce qu’il faisait. Pour l’instant du moins. Et puis il fallait déjà que la personne qui lisait comprenne son écriture, en plus de ce qu’il y avait dans ces carnets, mais il ne pouvait pas en juger pour la jeune femme, il ne la connaissait pas suffisamment. Il s’approcha tranquillement de la table, y posa tout ce qu’il avait ramené, à une petite distance de la femme-grue, pour ne pas la déranger. Il faisait dans la gentillesse maintenant? Il la regarda un instant. Non, il était juste bien élevé. En tout cas, un peu. Bon sang, il détestait cette expression, comme si c’était sa mère qui avait de lui ce qu’il était aujourd’hui…

« La mécanique vous intéresse? Sinon, j’ai des bandages, de quoi les fixer, et une pommade pour les coups, pour vous. Je penses que vous préférerai sûrement les mettre vous même, mais si jamais vous désirez de l’aide, n’hésitez pas à me le demander. »

Les femmes étaient tellement pudiques, il ne voulait pas l’offenser… Et lui-même serait un peu gêné par la situation malgré tout. Il ne la connaissait pas après tout, et la réciproque était vraie aussi. Il se dirigea donc vers la porte pour lui laisser son intimité, sans pour autant l’empêcher de répondre. Il pourrait entendre sa voix à travers la porte. Il attendait d’ailleurs sa réponse, curieux de savoir ce qu’une simple livreuse d’objets magiques pouvait savoir sur ce domaine. Peut-être venait-elle de Russie? Il avait entendu parler de technologie là-bas, et il fallait avouer que cela lui faisait envie. Si elle en venait, cette rencontre pourrait être une bonne opportunité! Mais bon, il ne semblait pas très chanceux ces derniers temps, il n'espérait donc pas tant que ça. Et si il devait aller en Russie, il préférerait largement que ce soit de sa propre initiative, avec ses propres moyens. Le prix de la liberté...
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Jeu 7 Déc - 21:14
Trop concentrée sur ma lecture et mon déchiffrage, je n’entends pas l’homme rentrer dans la pièce, s’avancer et poser des bandages et de quoi soigner à côté de moi. Sa voix me fait légèrement sursauter, sortant mon esprit de ses réflexions.

- La mécanique vous intéresse ? Sinon, j’ai des bandages, de quoi les fixer, et une pommade pour les coups, pour vous. Je pense que vous préférerez sûrement les mettre vous-même, mais si jamais vous désirez de l’aide, n’hésitez pas à me le demander.

Un peu gênée, je le remercie en hochant la tête et le regarde partir de la salle. De quoi d’ailleurs ? D’avoir fouillé dans ses affaires, sans avoir la permission ? Je n’ai vraiment pas souvent l’occasion d’être chez d’autres personnes, du coup ce n’est pas la première chose à laquelle je pense. Et puis, fouiller est un très grand mot, parce que le livre est posé devant moi. Oui ça doit être ça…

- J’y connais pas grand-chose, mais avant d’être livreuse, j’ai travaillé avec un vieil – je marque un temps de pause avant de reprendre, ne comprenant pas trop pourquoi je lui raconte ça- horloger. Il m’a montré pas mal de choses, c’est plutôt intéressant je trouve mais peut-être un peu trop complexe…

Tout en lui expliquant d’où venait ma curiosité et grâce aux bandages, j’arrive à panser la plupart de mes blessures. Elles ne sont pas si profondes que ça et ne me font pas mal mais il vaut mieux protéger tout ça. Même si ce n’est pas mon matériel. Et que cette idée m’embêtait un peu, de ne pas pouvoir me débrouiller seule. Je me rhabille avant de voir la dernière plaie sur mon avant-bras. Elle est un peu plus profonde que les autres, mais heureusement elle ne m’embêtera pas tellement pour le vol, étant située à l’extrémité de mon aile. Je m’attelle donc à la dissimuler sous la bande en avertissant mon hôte que j’avais fini.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Allemagne-
Sauter vers: