Event. Juin 7. Dans la moiteur des bains

 :: L'Asie :: Japon :: Palais des bains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Dim 6 Aoû - 15:30
Event


Le surnaturel revient toujours au galop

Juin de l'an 7

L'architecture du Palais des Bains faisait honneur à sa réputation de commerce illustre. Du palais il en avait la stature avec ses multiples étages qui poussaient le sommet du toit à vouloir toucher le ciel. L'incarnat du bois vous éclatait sous les yeux avec toute la vivacité contenue dans sa couleur. Mais les dimensions de la bâtisse, sa couleur, tout cela n'était rien en comparaison de la météo qui se déchaînait.

Il pleuvait. Une averse drue, de véritables hallebardes qui vous frappaient la tête et les épaules. Une pluie qui encerclait le Palais des Bains mais cessait, abruptement, aux abords même du pont qui traversait le fleuve et vous y conduisait. De l'autre côté on pouvait aisément percevoir la limite comme si une main invisible avait coupé la pluie, érigé un mur invisible. En-dehors des limites du Palais, le soleil brillait à vous faire fondre les yeux.

Une volonté du propriétaire du Palais d'avoir, sous la main, de l'eau à ne plus en savoir que faire ? Ou un effet de cette magie qui, partout dans le monde, échappait au contrôle de tout à chacun ? Ce mystère, au moins, avait de quoi intriguer, tout autant que la clientèle qui, malgré cette météo capricieuse, se rendait au Palais. Les hybrides étaient aussi innombrables que diversifiés – on pouvait même voir un hybride livre qui profitait de la présence d'un compère hybride parapluie pour avancer sans être trempé. Les employées accueillaient servilement ces clients à la porte sans même prêter attention à la pluie, se couvrant de larges feuilles dont elles tenaient la tige.

Lorsque vous approchez à leur encontre, les deux employées vous saluent. Malgré l'accent japonais, vous pouvez aisément comprendre ce qu'elles vous disent, dotées qu'elles sont d'un don de polyglotte. Vous pouvez même constater qu'elles se ressemblent parfaitement, jumelles sans accrocs dans leurs tenues traditionnelles.

« Soyez les bienvenus au Palais. » Elles vous observent, vous comptent. « Tarif groupé ? N'oubliez pas que si vous êtes hybride, vous avez droit à un tarif spécial. Et vous serez donc, une, deux... » Elles ont une hésitation à la vue de Orendi. « Excusez-nous quelle est la nature de votre hybridité, cliente honorable ? Vous comprenez, nos services dépendent de votre nature et nous ne voudrions pas commettre d'impair. » L'une des jumelles inscrit quelque chose sur une tablette avant de lever les yeux sur Sigfried. « Monsieur est européen ? Monsieur connaît les traditions ? Monsieur, client honorable, aura-t-il besoin d'une de nos employées pour l'initier ? »

L'employée faisait rouler le pinceau entre ses doigts, attendant.

Précisions

→ N'hésitez pas à agir, broder à partir des réponses de votre partenaire et du post du Maître du Jeu. Vous pouvez simplement lancer des actions et attendre le tour MJ pour voir si vous avez réussi, ou contactez un membre du staff et faire, si besoin, des lancers de dés qu'ils vous indiqueront.

→ Les tours dureront dix jours. Histoire d'avancer pour éviter de s'enliser. Les participants sont Orendi, Hanako Hayashi, C. Muffet et Sigfried Winkelried.

→ Pour toute question c'est par MP ou dans ce sujet
© ASHLING POUR EPICODE




© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : yes !

Lun 7 Aoû - 22:53
Comment résumer la fin de notre course folle sur un tronc d'arbre ? Dans une congère providentielle dans laquelle notre luge improvisée est allée s'abimer. Bien qu'elle ait traversé la congère, le choc nous a permis d'en descendre ou plutôt d'en tomber car descendre est un peu présomptueux au vu de nos roulés boulés dans la poudreuse.

Suite à cette aventure, Viviane du Lac a pris la décision de rentrer en Suisse ce qui m'a semblé sage de sa part. De mon côté, j'avais l'intention de continuer afin de tirer cette affaire au clair. J'ai donc choisis de rester, acceptant la proposition de Mademoiselle Orendi et congédiant Wilhelm mon aide de camp afin qu'il escorte La Dame du Lac et sa camériste jusqu'à leur demeure.

Le Japon m'apparaît comme une contrée fabuleuse, hors du temps en quelque sorte. J'observe ce palais étonnant et pourtant splendide qui se dresse devant nous et malgré la pluie qui nous trempe jusqu'aux os je ne peux m'empêcher d'admirer ce que je croise ici.

Deux jumelles nous accueillent à l'entrée, comptant les hybrides et s'interrogeant sur le statut de mademoiselle Orendi. Puis vient mon tour. Ce don de polyglotte est bien utile, tout comme cette petite sphère magique qui sert de traducteur à ceux qui ne parlent pas japonais. J'en viens à espérer pouvoir la garder tant elle me paraît pratique.

Avant de répondre à nos hôtesses, je me tourne vers la renarde et incline le buste avec respect.

- Madame, me permettez vous d'accepter le guide proposé ? Madame m'a déjà prodigué de nombreux conseils mais je ne voudrais pas abuser de son temps.


J'attends humblement la réponse de l'hybride renarde.

La question sur l'origine de mon attitude, bien peu royale, je l'admets, peut se poser. L'explication s'avère finalement plutôt simple. Durant le trajet nous étions dans le même bateau, au sens littéral comme au figuré, si bien qu'afin de maintenir le moral des troupes mais aussi d'entretenir des relations cordiales avec tout le monde, j'ai mis la main à la pâte pour préparer et servir le repas d'un soir. J'ai sourit aux remarques de Mademoiselle Hanako durant le repas puis j'en suis venu à lui demander des conseils par rapport au Japon afin de ne pas commettre d'impair une fois là bas. Moqueuse, la renarde n'a pu s'empêcher de me lancer une de ses piques, me proposant de me faire passer pour un serviteur, chocolatier suisse à son service puisque j'aimais la cuisine. Peut-être malheureusement pour elle, j'ai pris la proposition au pied de la lettre et accepté car en y songeant, ce n'était pas une si mauvaise idée et cela m'offrait un laisser passer au Japon.

Ma "maîtresse" accède à ma requête et je la remercie humblement avant de répondre aux deux hôtesses avec les meilleures manières qu'on ait pu m'inculquer.

- Bonsoir, je vous prie de m'excuser pour ma maladresse, je suis bien européen et au service de Madame depuis peu si bien qu'avec son accord, je désirerai si possible quelqu'un pour me guider.

Je crois que je joue Wilhelm....trop plein de bonne volonté, désireux de bien faire et tâchant d'être impeccable pour son maître. J'ai tendance à paraître plus jeune quand je joue ce genre de caractère. J'ai cru entendre un jour que les orientaux trouvaient un air naïf aux occidentaux avec leurs grands yeux. Si cela est vrai, je dois paraître comique, le roi des naïfs.
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar !

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Ven 11 Aoû - 10:32
Orendi avait remis pied sur le pont du navire des Renégats avec la satisfaction pleine et entière que l'on éprouve en revenant chez soi pour y jeter ses chaussures étroites sur le parquet. Hurlant un « Je suis rentréééé » tonitruant, la mercenaire avait invité chacun à prendre ses aises tandis qu'elle allait discuter de cette arrivée impromptue avec les autres mercenaires disponibles. Non sans se demander si Louie n'allait pas les découvrir avant et leur faire la visite avec son zèle habituel – sans oublier de lorgner sur tout physique qu'il jugeait appétissant, qu'il soit homme ou femme. Mais, heureusement pour Sigfried et ces drôles de dame, l'ombre du Roi ne plana pas sur eux. Et les Renégats accueillirent tout ce beau monde avec des litres d'alcool – une beuverie de mercenaires. Non sans rire entre eux d'avoir, dans les entrailles de leur navire, une tête couronnée et ce sans avoir eu besoin de le kidnapper.

Lorsque Sigfried se mit aux fourneaux pour régaler la bande, plus d'une paire d'yeux se glissa par l’entrebâillement de la porte des cuisines. Un roi qui se salit les mains dans la farine, se brûle les doigts à manier les casseroles – c'en était à la fois comique tant c'était improbable et époustouflant. À l'image du repas servi qui gagna l'approbation complète de l'équipage qui se fit la réflexion que à moins que le dragon ne les livra, du jour au lendemain, à l'ire de la justice, ils ne lui feraient aucun mal. On a beau être des brigands, on a un code d'honneur.

Orendi quitta le navire avec le reste de la troupe les poches remplies de nourriture (très important) et de quelques objets dénichés dans son fatras personnel et qu'elle jugeait pouvoir être utiles. En espérant qu'ils n'exploseraient pas entre ces mains. Le reste de la traversée se fit sous les conseils de Miss Renarde qui s'y connaissait mieux qu'eux au sujet du Japon et de son fonctionnement particulier. Personnellement tout ce que la Russe avait retenu se résumait à : tout est magique ta gueule, les hybrides sont au-dessus et divins. La mercenaire aurait bien aimé que Louie les rejoigne mais le mercenaire semblait à la fois occupé et réticent. Curieux.

Orendi n'était jamais allée au Palais des Bains – fait peu étonnant quand on voyait sa mise et la crasse qui semblait la recouvrir d'une seconde peau. Elle ouvrit une bouche béante, se tordant le cou en arrière à son approche. Et s'agrippa à son chapeau lorsque les trombes d'eau se déversèrent sur elle laissant aux autres toute latitude pour approcher l'entrée et se glisser sous l'auvent pour éviter l'averse. Lorsque l'employée lui adressa la parole, la Russe en relâcha les pans de son chapeau qui déversèrent leur eau sur ses chaussures.

« Hybride, moi ? Noooon. J'ai juste siphonné la magie d'une fée dans z'un puits. L' genr' qui laisse des s'quelles. Sinon... z'avez pas remarqué qu'il pleut... mais genr'... vachement juste au-dessus d' chez vous ? »

L'employé ne dit mot mais la fixa comme si elle reprenait là une évidence avant d'inscrire quelque chose sur sa tablette, et se concentrant sur les paroles du roi Suisse. Roi qui se paraît du rôle de servant. Orendi avait beau être au courant du plan depuis le repas donné dans le navire volant, elle demeurait toujours baba de la facilité avec laquelle le roi Suisse se glissait dans cette fausse peau. Y avait plus d'une couronne qui refusait de mettre, ne serait-ce, qu'un genou à terre, alors se faire passer pour un domestique...

La Russe finit par se tourner vers Hanako, son chapeau continuant à jouer à la gouttière, s’amollissant sous l'eau.

« C'est habituel c'te pluie ? Pourrait fournir d' quoi s' couvrir. »

Un éternuement tonitruant s'échappa de ses narines. Du revers de la manche, la mercenaire essuya la morve en reniflant avec un manque de raffinement des plus flagrants. Et laissa son regard peser sur les clients alentour qui l'observaient non sans une once de mépris, surtout de la part des hybrides les moins humains.

« T' veux ma gravure ? » qu'elle grinça sourdement, chat échaudé. « J' déteste l'eau. »


Revenir en haut Aller en bas
C. Muffet
Little Miss Muffet
avatar
✦ Libre pour RP ? : Open bar!

✦ Double-compte : Albrecht Elberhard

Mer 16 Aoû - 14:06
Peu après avoir exposé mon embryon de plan à Hanako, mes pensées ont commencé à devenir floues. A l'exception d'une seule, celle de la renarde. La faute au troisième bonbon, sournoisement administré - je ne suis pas sûre pour autant d'en avoir eu quelque chose à faire sur le moment, étant donné que je ne me rappelle même pas du trajet de retour dont il ne me reste qu'une vague impression de douceur. Une fois au navire, j'avais ignoré la nourriture d'Orendi pour mieux lui enfoncer son propre chapeau jusqu'au yeux - il ne s'agirait pas de choquer la pauvre et innocente petite - et de tirer doucement mais avec insistance le bras de la renarde en direction de notre cabine. La suite était aussi floue que la descente. Ce qui est peut-être mieux pour mon propre bien. Le réveil ne fût pas difficile aux côtés de celle à qui je commence déjà à m'attacher, bien que j'admets avoir feint de dormir pour profiter un peu plus de sa présence et de son contact. Il faut dire que la douceur de ses queues et de sa peau prête aisément à la paresse. Une fois sortie de la chambre, j'ai cependant dévoré mon déjeuner et présenté mes excuses pour mon comportement une bonne dizaine de fois à Orendi. Ce qui a évidemment résulté en un vatrouchka dans ma bouche pour me faire taire. Ai-je déjà dit que j'appréciais beaucoup Orendi?

Après un court voyage, le navire s'était posé et nous avons traversé le japon jusqu'à arriver aux bains, sous l'égide d'Hanako. Ce n'est qu'en foulant le sol de mes courtes jambes que je me suis rendue compte à quel point celui-ci m'avait manqué. Une température idéale, de la magie à souhait et une bonne compagnie, que demander de plus? Si des regards ont été lancés dans notre direction - il faut dire que nous sommes un groupe assez hétéroclite - personne ne semble néanmoins me reconnaitre. L'avantage d'avoir été discrète dans la demande et l'acceptation de mon emploi cette fois-ci.

Je secoue la tête pour chasser ces pensées : nous venons d'arriver. Et la première chose qui me frappe - un peu trop littéralement d'ailleurs - est les trombes d'eau qui tombent autour des bains. D'où viennent-elles? Je n'ai aucun souvenir d'une pluie entourant l'établissement lors de ma dernière visite. Serait-ce la magie défaillante ou l'hybride que nous recherchons? Je suppose que nous le serons bientôt. Alors que nous approchons des employées, j'observe la foule d'hybrides qui se rend aux bains avec émerveillement. Si la Scandinavie est un pays magique, il restait cependant rare de voir mes semblables en des groupes importants comme celui-ci.
Je m'approche des jumelles en veillant bien à rester aux côtés d'Hanako et à prendre un air serviable, acquiesçant seulement d'un léger hochement de la tête quand celles-ci me comptent comme hybride. J'observe également les réactions des autres, approuvant largement quand Siegfried demande a en savoir plus sur les traditions. Une très bonne idée quand on est entourés d'hybrides susceptibles. Ce que - et j'en soupire mentalement - Ori ne semble pas avoir compris. A sa remarque aux hybrides présents, je lui décoche un coup de pied discret avant de me pencher vers son oreille.

"Ori, si on se bat avant même d'être rentrés dans les bains, on est pas près de rencontrer qui que ce soit..."

J'espère qu'elle ne prendra pas la mouche, mais c'est pour les besoins de cette quête. Tout comme la prochaine requête que je vais faire... qui va définitivement lui déplaire.

Après les avoir salués poliment, je m'adresse aux deux jumelles.

"Pourrions-nous avoir un baquet individuel avant de rentrer dans les bains pour la dame ici présente? Son voyage avant de nous rejoindre a été salissant."

Je lance un regard sans équivoque à Orendi pour lui faire comprendre qu'elle ne doit pas protester. Des explications lui seront fournies plus tard, mais disons que l'on ne peut pas se permettre de rendre l'eau des bains opaque parce qu'une certaine sorcière a une conception de l'hygiène qui lui est propre. Cela ne devrait pas non plus trop nous retarder, même si la saleté dans ses cheveux promet d'être un défi des plus exigeants.



Merci Ronce <3
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Hayashi
La kitsune
avatar
✦ Double-compte : Chester/Friedrich/Alexender/Nikolas Klaus/Kay/Hideo

Aujourd'hui à 11:30

Sur le vaisseau des Renégats, tout s’était bien passé. Hanako avait eu un entretien avec Muffet en privé dans la cabine qui était prêtée à la renarde. Elles avaient dû longuement discuter de choses et d'autres. Les deux femmes étaient d'accord sur ce qu'elles avaient à se dire et sur ce qu'il allait faire par rapport à leur couverture improvisée.

Mais le fait plus surprenant du voyage était, non pas de voir le roi de Suisse cuisiner comme une femme au foyer, mais qu’après avoir lancé une pique au roi, ce dernier accepte qu'il soit son « serviteur » au Japon en échange d'informations sur les normes du Japon. Cela avait, mine de rien, mouché Hanako qui ne s'attendait pas à ce que le roi accepte une telle chose. Mais l'ego misandre de la renarde était bien vite revenu au galop ne cherchant pas à comprendre et accepta.

La suite était purement du voyage que Hanako avait passé dans sa chambre en compagnie de l'hybride araignée mettant le doigt sur certain point sensible. Mais en cette compagnie le voyage passa plutôt vite et ils étaient bien vite arrivés à la frontière de la Russie

L'arrivée au Japon par une des créatures magique du pays n'avait pas été très compliqué, et encore plus facile de rejoindre le palais des bains. Ce qui était plus dur par contre était de ne pas aller faire un détour par son temple de la fertilité. Mais il y avait des choses bien plus importantes pour le moment.

Une première chose choquait la renarde et on pouvait voir clairement sur son visage son inquiétude quant à la pluie qui entourait le palais des bains. Hanako sortait son ombrelle pour prendre légèrement moins de pluie jusqu'à son arrivée.

Le roi suisse jouait plutôt bien son rôle. Hanako aurait presque envie de revoir son jugement sur l'homme qu'il était. Enfin elle accepta la requête de ce dernier d'un geste de la main, et laissa Muffet s'occuper d'Orendi qui, sans étonnement, allait sûrement déjà se faire remarquer par son attitude.

— Nous prendrons le tarif du groupe. Nous sommes la maîtresse de ce petit groupe. Nous avons donc deux hybrides en nous incluant, un humain qui est à notre service et il y a cette petite sorcière que nous avons rencontré et à qui nous faisons un peu découvrir les belles terres du Tenno qui respirent la magie.

Hanako devait faire attention à ses mots pour ne pas griller sa couverture auprès du roi Suisse. Surtout qu'elle était déjà venue en ce lieu. Il fallait espérer qu'on ne la reconnaisse pas. Sa position était plus fragile qu'on pourrait le croire. Seule Muffet connaissait l’ampleur du mensonge. Elle pouvait au moins compter sur cet alliée.

— Nous voudrions, si possible, avoir un enclos exclusif au groupe. Il faut dire que cette pluie nous a quelque peu surpris et affecté. Comme vous pouvez le voir avec la petite sorcière. Et aussi nous ne voudrions pas que notre serviteur étranger dérange par sa présence les habitués du lieu. Nous sommes bien sûr prête à payer un supplément pour cela.

Hanako laissa passer quelques secondes puis reprit.

— D'ailleurs c'est la première fois que nous voyons une telle pluie. Une petite pluie n'est pas dangereuse, mais une grosse si. Est-ce que la mousson vient de naître au Japon ? Ou cela serait-il lié au bouleversement magique du même genre que celui qui parcourt le monde et qui a touché le légendaire Gardien ?

Qui sait peut-être que le nom de la créature légendaire évoquerait la curiosité d'une des demoiselles qui leur demanderait s'ils connaissaient la créature et de là les choses devraient potentiellement être plus faciles ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Asie :: Japon :: Palais des bains-
Sauter vers: