[Mai 07] Retrouvailles mouvementées

 :: L'Europe :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Mer 23 Aoû - 15:18
Ah la Suisse ! Pays qui m'a vu naître et grandir. Pays dans lequel je garde les meilleurs souvenirs de ma vie. Et c'est ici que je me retrouve après ma dernière livraison alors que je n'y avais pas mis le pied depuis une dizaine d'années. Pourtant, rien a changé, tout est toujours pareil que dans mes souvenirs et c'est pourquoi je me suis accordée une petite balade dans le passé, au bord du lac Léman, avant de rentrer chez moi.

Je me vois encore enfant, en train de courir de mes petites jambes sur les rives du lac proches de Chillon pour retrouver mon amie Viviane avec qui je faisais les quatre cents coups. La fée et moi nous connaissions depuis que nous marchions sur nos deux jambes et nous partagions une amitié des plus puissantes que le monde n'ait jamais vue. Mais Viviane n'était pas uniquement une amie géniale pour moi. C'était aussi ma seule amie et la séparation s'était faite avec beaucoup de difficultés lorsque mes parents ont décidés de reprendre la route après leur longue pose en Suisse pour repartir jusqu'en Scandinavie.

Perdue dans mes souvenirs, je ne me suis même pas rendue compte que j'étais arrivée jusqu'aux premières habitations. Avec un élan d'espoir, je m'avance vers la ville, espérant pouvoir reconnaître quoi que ce soit, une habitation, une boutique, un marchant, n'importe quoi. Mais j'ai juste l'impression que tout est plus petit que dans ma mémoire. Après tout, même si je ne suis pas très grande, je le suis quand même plus qu'à l'époque. Le fait de me souvenir de la plupart de ce que je vois me fait le plus grand bien et j'ai l'impression d'être enfin de retour chez moi. Même mon aversion pour les autres avait diminuée. J'ai juste envie de retrouver ceux que j'aimais dans mon enfance.

Mais est-ce que je les retrouverai ? Et si oui, est-ce que ça sera comme avant ? Une dizaine d'année s'était passée et on peut beaucoup changer en dix ans. Peut-être Viviane avait-elle déménagée ? Ou peut-être qu'elle a passé à autre chose et ne m'aime plus ? J'ai été beaucoup trop crédule à venir jusqu'ici en croyant pouvoir revivre comme dans le passé. Ma bonne humeur s'est vite changée en doute. Allez Blanche, prends toi un peu en main ! Toute façon, maintenant que je suis ici, autant en profiter un peu au lieu de se morfondre.

Revenir en haut Aller en bas
Viviane Du Lac
La Dame du Lac
avatar
✦ Libre pour RP ? : comme le vent

✦ Double-compte : néant

Mer 23 Aoû - 17:05

Le soleil brille dans le ciel, les oiseaux chantent, et il fait bon pour la saison même si une petite laine n’est pas un gage de prudence excessive. Le lac Léman est superbe. Chillon vit tranquillement, comme d’habitude Julius a fait un travail formidable durant mon absence. Je continue pourtant de broyer du noir, les événements en Russie ont portés un sacré coup à mon orgueil, je dois le reconnaître, et sentir la magie m’échapper ainsi et n’en faire qu’à sa tête ne fait que me frustrer davantage.
Je suis rentrée chez moi directement, sans passer par la Cour, quitte à faire des dégats autant le faire dans un endroit où je peux les réparer facilement, et elles ont une portée toute limitée. Sigfried a laissé derrière lui quelque chose d’assez solide pour gérer les affaires en cours sans mon concours. De toute façon j’ai besoin d’un peu de repos, Athénaïs a la gentillesse de me tenir informée des événements et intrigues en cours. Et aussi pour me prévenir si je dois partir dans l’heure pour la Cour si jamais ma présence est requise, cette perspective ne m’enchante guère.
Ah ! Il faudra que je trouve un moyen de la remercier convenablement, elle me rend un fier service je dois l’avouer.
Je range soigneusement le miroir de poche qu’elle m’a offert dans son étui avant de le glisser dans la poche dissimulée de ma robe. Rien de bien nouveau ou d’imprévisible à la Cour j’ai encore un peu de répit il semblerait.
J’ai envie d’une balade, seule. Charlotte fait un peu la moue mais se résigne à me laisser faire ma promenade sans elle.
Je marche le long du lac un moment, j’ai déjà parcouru ces lieux tant de fois enfant. Avec Lancelot et Blanche, en des jours plus cléments… Ils sont si loins ces jours là.
Je sens la nostalgie étreindre mon coeur, Blanche ma meilleure amie, Blanche avec qui je faisais toutes les bêtises possibles, Blanche que je connaissais depuis toujours. Blanche la première personne à qui j’ai offert un don.
Je me souviens de notre repère dans les bois, une petite clairière avec les ruines d’un muret et d’une habitation dont il ne restait que les fondations couverts d’une mousse épaisse, Il y avait aussi un petit ruisseau qui passait non loin. Nous avions fait une petite cabane avec les branches que nous avions trouvées contre un pan de muret encore debout. Nous y passions des heures, c’est là que nous nous rendions pour nous cacher suite à nos larcins. Ou nous dévorions les gâteaux chippés aux cuisines du château. il y a une éternité il me semble…
Je me demande si la cabane est encore debout… Sans doutes que non vu les années qui ont passées sans que personne ne viennent. Mais j’ai envie de revoir cet endroit.
Je ne met pas longtemps à retrouver le chemins, les petits sentiers sinueux entre les arbres et les fougères. Les rochers couverts de mousses. Il me semble parfois entendre l’écho de nos rires d’enfants. Mais ce n’est qu’un songe qui s’estompe aussi vite qu’il est venu.
Le ruisseau est plus petit que dans mon souvenir, mais encore assez large pour que je doive sauter sur les pierres couvertes de mousse pour le traverser pour être sûre de ne pas finir les pieds trempés.
La cabane est encore là, couverte de lierre, son intérieur envahi de végétations, mais encore debout malgré le bois pourrissant.
La nostalgie me serre le coeur, elle le presse, le tord violemment. Tant de choses sont arrivées.





Thème de Vi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Mer 23 Aoû - 22:16
Après avoir fait un tour en ville, je me décide de retourner sur les rives dans un endroit plus calme. J'arrive très rapidement dans le bois bordant la ville. Les sentiers sinueux entre les arbres me rappellent mon enfance et très vite je me surprend à suivre le chemin vers notre ancienne cachette secrète comme nous l'appelions. C'était en réalité une petite cabane en bois que nous avions fabriqués Vi, Lancelot et moi.

Lancelot est le frère aîné de Viviane, plus jeune je me souviens de l'avoir beaucoup admiré. Il était plus grand, plus fort, plus courageux. A chaque fois que nous étions avec lui, je me sentais plus forte que jamais. Sa sœur me taquinait sur le fait que j'en pinçait pour lui. Mes joues s'empourpraient et je plongeais ma tête dans l'eau avant qu'il ne remarque mes rougissements. Nous étions gamins à l'époque, pourtant je m'en souviens comme si c'était hier. J'espère que lui et sa sœur seront encore les mêmes après tant d'années. Et c'est dans cette idée que je continue à travers le petit bois.

La fraîcheur des bois est plutôt agréable et un léger vent parcourant mes bras nus me fait frissonner. En me baladant, j'écoute les bruits de la forêt, le chant des oiseaux, le bourdonnement des insectes, le murmure d'un ruisseau pas trop loin. Des bruits relaxants qui apaisent les doutes qui m'habitaient jusque là. En suivant le petit cours d'eau j'arrive au niveau de notre cachette. C'était la même. La petite cabane était toujours là contre un pan d’un mur détruit par le temps et couvert par de la mousse. Le petit ruisseau est entre la cabane et moi et des petits rochers sortant de l'eau me permettent d'arriver jusqu'à notre lieu secret.

Cependant, un bruit de pas au niveau de la petite cabane en bois me fait sursauter. Quelqu'un était venu jusqu'ici ? Ça m’inquiète un peu. C'était notre cachette ! Personne n'a le droit de venir dans notre endroit secret. Ça devait être des gamins qui l'avaient récupérés et qui s'en servait à leur tour mais je me sens un peu triste qu'on nous prenne la cachette dans lequel nous avions laissés tant de souvenirs. Je me rapproche doucement avant de voir une jeune femme de dos, les cheveux châtains cendrés cachant le dos de sa longue robe bleue.

-Qu-qui va là ?
Revenir en haut Aller en bas
Viviane Du Lac
La Dame du Lac
avatar
✦ Libre pour RP ? : comme le vent

✦ Double-compte : néant

Ven 25 Aoû - 21:58



Je n’ai pas entendu que quelqu’un arrivait, j’étais trop enfoncée dans mes souvenirs.
Nos moments passés ici, à jouer, rire. Insouciants. Que c’est loin.
Je suis loin aussi, c’est pour celà que je ne l’entends pas arriver.

-Qu-qui va là ? 

Je sursaute un peu avant de me retourner. En face de moi il y a une jeune femme d’à peu près mon âge. Ses cheveux noirs sont assez courts et ils partent dans tous les sens, même si ils sont rassemblés en une queue de cheval qui tombe sur une de ses épaules.
Son visage affiche une expression étrange, un peu comme si elle s’apprêtait à fuir et à me sauter à la gorge en même temps. Et ça m’est étrangement familier.
Quelque chose dans les plis de son front, dans la forme de sa bouche. Et surtout dans l’éclat de ses yeux. Je n’ai vu qu’une personne afficher une telle expression.
Un doute m’étreind. Et si… ? Je cherche dans les traits du visage de la jeune femme des ressemblances avec le visage de l’enfant que j’ai connu. Les rondeurs de l’enfance ont disparues, mais les yeux sont restés les mêmes, le menton aussi. Des miliers de petits détails m’assaillent. Ras de marées refoulés depuis dix longues années.
Serait ce possible ?

-Blanche ?



Je réussis à lancer malgré l’émotion qui m'étreint.





Thème de Vi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Dim 27 Aoû - 20:57
Suite à mon appel, la jeune femme sursaute et se retourne me dévoilant son visage surpris. Elle avait l'air de m'analyser, mais très vite je comprend pourquoi. J'ai l'impression que mon cœur a manqué un battement quand je me suis rendu compte de qui est la personne en face de moi. Je n'ai pas besoin de plus de preuves, c'était elle, c'était Viviane, je n'en ai pas le moindre doute. Ses yeux pâles, son nez légèrement retroussé, tout revient dans mon esprit. Bien sûr, elle a changé depuis que je suis partie, la puberté est passée par là, rendant l'enfant que je connaissais en magnifique jeune femme, mais la douceur de son regard est encore là. Très vite mon esprit commence à paniquer. Que suis-je supposée dire ? Ou bien faire ?

-Blanche ?

Je sursaute en entendant mon nom. Elle m'a aussi reconnue, bien sûr. Que doit-on faire dans ce cas ? Totalement perdu, mon esprit se met à s'affoler. Je me met à regarder partout autour de moi avant de la fixer du regard. Ah, pourquoi les relations humaines doivent-être aussi compliquées ? Mon esprit oscille entre la fuite et la rencontre d'un être cher. Je ne sais pas pourquoi mais je décèle une peur qui s’immisce en moi. La Vi actuelle avait changé physiquement, mais peut-être aussi mentalement. Surtout qu'elle est une personne aisée, vu la classe de ses vêtements, et le soin qu'elle a l'air d'apporter à elle-même et à ses cheveux. Pas sûr qu'elle souhaite encore traîner avec des personnes comme moi, maintenant que nous ne sommes plus des enfants.

-Vi ! Je suis...

Je me surprend à soupirer, me retourner et à courir en arrière avant de finir ce que je voulais dire. Je m'en veux terriblement de douter d'elle, c'était quelqu'un de formidable et il n'y avait pas de raison pour qu'elle ait changé. En effet, la fuite était une solution pour éviter les problèmes, et c'est exactement pour cela que je l'ai choisie. Mais c'était aussi une solution lâche. Je ne suis pas allée loin avant que je ne m'accroupisse à terre. Pour la première fois depuis très longtemps, la solitude m'est tombée dessus, m'écrasant sous son poids. Je n'ai pas ressenti quoi que ce soit d'aussi puissant depuis le jour où je suis partie d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Viviane Du Lac
La Dame du Lac
avatar
✦ Libre pour RP ? : comme le vent

✦ Double-compte : néant

Dim 8 Oct - 20:56
Je n’ai pas le temps de finir d’esquisser un geste, mon coeur gonflé de joie et d’allégresse se vide d’un coup. Vidé,essoré. Il est vide, creux. Envolé avec mon amie. Je reste un moment immobile, seule dans le silence. Avant que je ne sente mes larmes couler sur mes joues. C’est bien le moment tiens… J’essuie prestement les larmes qui commençaient à perler au coin de mes yeux.  Ne pas montrer ses faiblesses. Jamais.
Il est temps pour moi de rentrer. Le passé est un chapitre désormais clôt pour de bon.
Je tourne le dos au paysage de mon enfance pour rentrer à Chillon.

Le coeur affreusement lourd.




Thème de Vi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Craein
La grue blanche
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bien sûr !

Dim 8 Oct - 22:16
Qu’est-ce que tu fais, dans ton coin, à te morfondre ? Remue-toi un peu si tu veux retrouver la relation que tu avais ! Tu n’avanceras pas si tu finis toujours comme ça, à fuir alors il faudrait peut-être que tu te bouges. Plus facile à penser qu’à faire. Les larmes se mélangent à la morve. Je devais avoir l’air affreuse comme ça. C’est pas grave. Si elle m’aimait avant, aucune raison que ça ait changé. Mes jambes se lèvent seules et mon bras essuie mon visage sale. Il fallait que j’aille la voir. Je ne pouvais pas rater une occasion comme celle-ci, sinon je m’en voudrais vraiment beaucoup trop. Je ne pouvais pas gâcher ça juste parce que la fuite était plus simple.

Très vite mon rythme s’accélère pour retourner au lieu de notre rencontre. Je cours de plus en plus vite pour retrouver mon amie d’enfance. Je ne peux vraiment la laisser partir comme ça. Je devais lui avoir fait de la peine et vraiment, cette idée m’insupporte. Je m’étais promis de toujours lui faire plaisir et la rendre heureuse, et ça ne changera pas.

Très vite je retrouve la jeune femme, devant moi, qui repart vers la ville. Ses longs cheveux ondulés rebondissent sur ses épaules à chaque pas. Très bien, Blanche, il n’est plus l’heure de te débiner comme tu viens de le faire. En prenant une grande inspiration, je m’écrie. Pas seulement pour qu’elle m’entende, puisqu’elle n’est qu’à quelques mètres de moi, mais aussi pour me montrer à moi-même que j’en étais capable. Capable de ne pas fuir devant mes responsabilités. Capable d’interagir facilement avec les autres.

- Vi ! Je suis tellement désolée d’être partie ! Je n’ai pas arrêté de penser à toi tout ce temps, s’il te plaît, reviens, je ne veux pas encore perdre quelqu’un qui m’est aussi cher que toi… S’il te plaît, Vi, je ne voulais pas te faire souffrir…

Je ne m’attendais pas à ce que les mots viennent aussi facilement que les larmes. Mais ce n’était pas ma priorité pour l’instant. Je garde les yeux humides fixés vers mon amie. Si elle n’avait pas changé, elle reviendra. Et je suis sûre que c’est le cas. Enfin, c’est ce que mon cœur endolori me fait croire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Autres lieux-
Sauter vers: