Décembre 6 • Jingle bells, jingle all the way !

 :: L'Europe :: Roumanie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Jeu 24 Aoû - 13:27
Cela faisait quatre mois que la reine Roscat avait trouvé la mort. Orendi en savait quelque chose – elle avait assisté au spectacle, assise aux premières loges. Ils continuaient d'en parler au sein du navire volant des Renégats gardant ce secret pour eux, histoire de ne pas se retrouver avec des armées vengeresses collées aux fesses. Ils aimaient la provocation ces mercenaires mais tenaient aussi à la vie. D'ailleurs Orendi avait pu constater que depuis cette aventure Louie semblait presque... reposé. Après tout il avait tué, de ses propres mains, Darius Danesti. Celui qui avait pris la relève du créateur des Androïdes, qui en avait perfectionné le mécanisme. Le Roi n'avait eu de cesse de clamer qu'il voulait discuter avec Papa. Il devait être heureux désormais, empli de la satisfaction du devoir accompli.

Quatre mois avaient passé et la Russe se demandait bien comment tenait le royaume depuis. Sur sa demande le vaisseau l'avait déposé dans un des aérodromes disponibles ne restant que le temps que la sorcière descendit avant de filer. Cachant bien sa craie dans les replis secrets de son manteau élimé, Orendi baissa son chapeau et se faufila au sein de la foule. Ne restait plus qu'à écouter tout ce beau monde pérorer. Pourquoi ne pas s'installer dans un bar, d'ailleurs ? Les gens étaient toujours très bavards autour d'un verre. L'alcool déliait les langues.

Orendi choisit un établissement au pif se contentant de renifler l'atmosphère, y décelant l'odeur d'un alcool peu cher. Ici, au sein de la populace, elle trouverait ce qu'elle cherchait. Dès son entrée elle sentit les regards peser sur elle et les jugements qui en découlaient. Étrangère, paria, pas des nôtres, femme indigne. Elle les essuya sans un mot se juchant sur un des tabourets jouxtant le comptoir.

« Un verre ! » clama-t-elle dans un roumain boiteux teinté de russe.

Pour une fois la mercenaire avait conservé son traducteur magique sur le navire. On ne s'amuse pas avec la magie en Roumanie – question de survie. Posant les coudes sur le comptoir, Orendi patienta, non sans remarquer que le barman mettait son temps et hésitait à cracher dans son verre avant de finir par le lui tendre contre monnaie sonnante et trébuchante que la mercenaire fit tinter.

« Merci 'tit père. »

Il faudrait qu'elle remercie aussi les membres de l'équipe de lui avoir appris un peu de roumain, ça allait l'aider aujourd'hui. Tournant dos au comptoir, Orendi leva haut sa chopine pour interpeller l'assemblée.

« J' viens d' pas loin. D' Russie. Et j'ai entendu dire que vot' reine était mort'. C'est fâcheux. » appuya-t-elle d'une voix faussement contrite. « J' m' demandais... Est-ce que c'est le bon moment pour investir dans l' marché ? Disons qu' j' voudrais bien vivr' dans c' beau pays mais... J' voudrais pas finir dans un coup' gorg' hein. Comprenez. Un dirigeant ça aide à la stabi... l'insta... bref, à c' qu' c' soit pas trop le bordel. Sauf en Allemagne. Mais ils sont tous frappés là-bas. »

Silence. Orendi but une gorgée pour donner contenance avant de reposer la chopine sur le bois empoissé. Elle attendait, tendue comme une corde d'arc.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : Deux rp maximum

✦ Double-compte : Nope

Jeu 31 Aoû - 20:31
C'était presque Noel, et le cœur des Roumains se remplissaient de fête... Ou presque. Avec la mort de la Reine Roscat, le peuple Roumain était inquiet, l'avenir était incertain. On ne savait même plus qui était à la tête du pays. Darius Danesti était mort aussi, et l'asile détruit. J'ai eu de la chance que père m'ai sorti de là avant que tout parte en éclat. Mais bon... Après avoir passé des années dans cet enfer, j'avais du mal à reprendre la vie comme elle était avant. Même si la vieille sorcière a fini par avoir son retour de karma en mourant.

J'en avais assez de l'ambiance dans mon grand manoir avec mon père qui me regardait avec un mélange de culpabilité, de dégoût et de pitié et qui me demandait si j'avais besoin de quelque chose pour que ça aille mieux. Etre loin de ce pays, c'était ça qui me ferait aller mieux, et être loin de toi surtout... Sale traître... M'abandonner pour une folle...

Bref, j'étais sorti du manoir pour aller dans ce petit tripot, c'était pas le lieu le plus beau du monde, mais au moins j'étais loin de tout ces richards qui allaient me demander si mon bras me fait mal. D'ailleurs cet horrible bras en métal je le planque sous mon manteau, ça me donne l'air encore plus large mais je m'en moque. Quand j'entre dans le bar, tout le monde me regarde, c'est sur que ces pequenots ont pas l'habitude de quelqu'un d'aussi bien habillé.


- Il fait quoi le petit richou ici ?

- .... Il veut juste boire un verre tranquille.

- Il est pas un peu jeune le p'tit richou?

- Il a perdu sa maman ou quoi?

- Et toi? T'as perdu autre chose de plus important on dirait !

Je m’assois à côté d'une étrange personne, surement une étrangère en jugeant son accent et son physique étrange. Je m'en moquais, je suis moi même d'origine britannique. Alors bon... Je m'en moque un peu. Je demande une boisson alcoolisée, peu importe laquelle, vu le tripot que c'est, ça va pas être du vin de cent ans d'âge, et je propose un supplément pour faire taire les saoulards derrière.... On peut tout faire avec de l'argent. Au passage, j'écoute la dame, et je ris doucement.

Vous voulez vraiment venir vous enterrer dans ce coin? J'espère que vous avez de l'argent et des contacts, car sinon vous allez jamais vous en sortir...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Dim 3 Sep - 18:37
Orendi ouvrit de grands yeux ronds comme des soucoupes lorsque son voisin de tabouret lui répondit. Elle s'était attendu aux moqueries, au silence volontairement pesant, voire à l'individu aviné qui vient lui conter ses déboires d'alcoolique. Mais l'option petit riche qui écoute sincèrement ce qu'elle dit et lui répond avec clairvoyance, ça non. Et ça la laissait comme deux ronds de flanc avec comme seule option valable de siroter sa boisson le temps de trouver de quoi rebondir.

La Russe en profita pour observer son voisin. La chair bien dodue qui démontrait qu'il avait de quoi se nourrir sans avoir besoin de rogner les os de poulet, le dos rond presque bossu mais ça, c'était sûrement pour paraître moins visible (échec, ça avait l'effet inverse), de beaux vêtements... Cet homme suintait le luxe et ne le masquait pas. Ce qui pouvait être pris comme une sacré provocation dans un tel tripot. Il devait avoir du courage sous cette couche de luxe et de graisse.

« Vous voulez m' donner l'oseille ? » demanda Orendi à brûle pourpoint, les lèvres encore luisantes de l'alcool absorbé.

La mercenaire émit un rire grasseyant, de ceux que pourrait exulter une vieille femme aux poumons ravagés par le tabac. Sa main gauche tapota l'épaule de son voisin. C'était difficile pour elle de ne pas utiliser l'ensemble de ses appendices. Profitant de l'amplitude de son manteau de voyage, la Russe avait caché ses deux bras supplémentaires dessous, mains noués sur son ventre. Tant que personne ne venait voir sous ses vêtements, elle ne devrait rien craindre – normalement.

« J' rigol'. C'est que j'ai pas d' chez moi voyez. J' me dis un jour qu' c' serait bien d' m' retirer dans une 'tite maison bien douillette. Avec deux navets et une citrouille. Une vie simpl'. Mais devez pas comprendre ça. Z'êtes de la haute, vous. Hein ? »

Sa question, qui n'en était une que sur la forme, dévoila ses dents ravagées par l'absence d’hygiène.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : Deux rp maximum

✦ Double-compte : Nope

Lun 4 Sep - 0:24
Bon sang... Qu'elle est laide cette femme, et en plus elle pue l'alcool et la crasse. Et ces dents...Ces dents gâtées... Urgh... Cette femme est absolument répugnante... Lui donner de l'oseille? Lui donner de l'argent? Meh ! Pourquoi je ferai ça? Je suis venu boire de la piquette... Pas pour faire l'aumône à toutes les pauvresses du coin, pour qui me prenait elle?

Je bus alors l'immonde boisson que le barman édenté m'avait servi sans rien répondre et en détournant le regard. Quand la folle me tapote l'épaule en riant comme une bourrée... Je me crispe. Cette folle tapait sur ma prothèse. Je la repousse d'un geste de la main par réflexe et dissimule aussitôt ma prothèse qui sortait un peu de mon manteau en la fusillant du regard. Elle m'explique qu'elle voudrait bien une maison tranquille avec une citrouille et un navet... Dans un pays aussi sale ou le ciel était toujours gris et bourré de fumée? Non sérieusement, elle est complètement folle.


Encore une fois... Pour vos petits rêves de vie simple, dans ce pays qui sent la crasse et qui n'a plus de reine, c'est un peu raté pour vous... Vous ferez mieux de retourner en Russie, je suis sur qu'il y'a de très beaux paysages verdoyants ! Et oui "j'suis de la haute" comme vous le dites... L'héritier d'une entreprise d'aviations, donc oui, et c'est pas pour autant que je vous donnerai de l'argent.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Dim 10 Sep - 22:44
La main de Orendi avait cogné sourdement – du moins avait-elle aperçu un son sourd, semblable à celui qui pouvait émaner de Louie lorsqu'elle s'amusait à jouer du tam-tam sur son torse. Orendi avait haussé un sourcil, intriguée aussi bien par la résonance que par le fait que l'homme la repoussait. Mais ça, ça devait émaner du fait qu'elle était de la plèbe, et pas de la première fraîcheur. Pas très amusant le jeunot. C'était souvent le souci avec les gens riches : ils étaient imperméables à l'humour.

« La Russie j' la connais trop, j'ai fais l' tour et l' détour... » déblatéra Orendi alors que son interlocuteur ne devait avoir qu'une envie – qu'elle quitte les lieux. « Mais, hein, z'êtes dans l'aviation vous dites ? Vous bossez sur les navires volants ? J'en ai un qui mériterait un 'tit tour d' retapage. » Orendi étendit grand deux de ses bras. « L'est grand... Grand comme... Comm' un 'tit manoir d' bourgeois. Il a de l'âge, il couine un peu... Et on vous paiera moi et tout l'équipage. »

Orendi s'accouda au comptoir, lapa une gorgée de son tord-boyaux, cligna de l'oeil.

« On pourra même vous offrir un 'tit voyage gratos. Ça vous dit ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : Deux rp maximum

✦ Double-compte : Nope

Mar 19 Sep - 7:30
Je lève les sourcils, intrigué par ce navire grand comme un "p'tit manoir de bourgeois" ... Intéressant,
voir même très intéressant. Finalement cette bonne dame était aussi laide qu'intrigante. Je la regarde en sirotant ce verre d'alcool qui, plus je buvais, plus me paraissait agréable en bouche, même si c'est pas ce que l'habitude de boire au château. Tout un équipage en plus? Bon le soucis, c'est que j'ai déjà payé un marchand pour me faire voyager, et hors de question de perdre cet argent. Mais... Je suppose qu'avoir de bon rapport avec cette femme pouvait m'être utile plus tard. Ce n'était pas qu'une saoularde alcoolique au final.


Tiens donc... Vous n'avez pas la tête d'une capitaine pourtant.

Histoire d'engager un peu le dialogue avec cette Russe, je veux dire... Un dialogue avec un échange constructif, pas moi qui lui fait comprendre que son odeur et sa vision m'était désagréable.

Pouviez vous me parler en un peu plus de détail de votre navire? Ainsi de votre équipage ainsi que vos... Activités?

A la voir, c'était clair qu'elle devait pas être une sainte, mais ce n'était pas bien grave. De toute façon, j'étais clairement plus intrigué que suspicieux, et puis vu ce que ce pays m'a fait, ce n'était pas moi qui allait dénoncé cet équipage, peu importe les sales affaires qu'il se traînaient.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Mer 20 Sep - 22:23
Oh elle semblait avoir éveillé un quelconque intérêt chez son interlocuteur qui se permettait même un trait d'humour. Ou l'alcool l'aidait à se désinhiber, ce qui n'était pas improbable vu la qualité du dit alcool. Il devait être utile pour lustrer des planches et chasser la vermine au vu de son taux de... raffinement. Orendi reposa sa pinte retenant, à grand peine, ses bras cachés sous son manteau. Si elle se laissait à parler à la mode italienne (comprenez, agiter les mains dans tous les sens) c'était grillé. Enfin elle finirait probablement grillé, à l'ancienne, sur un bûcher. Si, un jour, elle devait partir en flammes ce serait dans une explosion – bien plus classieux.

« J'suis pas cap'tain. Personne l'est. Anarchist' mon bon m'sieur. » D'un ton plus bas, faussement confident. « On est pour l'égalité et l' vot' des femmes. L' grand scandale quoi. »

Ce qui expliquait, en plus de leurs activités complètement illicites, leur statut de mercenaires. Aucun pays ne voudrait héberger de tels individus aux idées aussi révolutionnaires. Le progrès oui, mais il ne fallait pas exagérer tout de même. Tendant ses mains devant elle, Orendi en brandissait les doigts pour comptabiliser les membres de l'équipage dont elle était membre.

« On est... cinq, six, sept ! Y a la Valkyrie qui nous surveill' un peu tous parce que c'était elle qui était à la tête de l'idée. Y a Billy le pingouin, Whisky qu'est un ancien soldat, Aurox qu'est de vot' pays, Chester qu'est une chatte et Louie not' Roi. Mais c'est pas not' chef hein. C'est juste qu'il était Roi des brigands avant. »

L'infortuné Blake ne devait guère comprendre le baragouinage de Orendi. L'équipée qu'elle présentait semblait être une équipe de bras cassés, voire une troupe de saltimbanques.

« On va là où l' boulot nous d'mande. On vol' on pill' on fait les sales missions que personne veut fair'. Mais on a des principes 'tention. On se trempe pas dans l' trafic d'humains, genre. »

Ils étaient des mercenaires, pas des monstres.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : Deux rp maximum

✦ Double-compte : Nope

Ven 13 Oct - 0:20
Ah ouais, des femmes à la même hauteur que les hommes, ça se voit qu'ils font des activités pas très légales. Il n'y a que dans ce genre d'activité ou les femmes sont à l'égal des hommes, ça et la magie...
Deux choses complètement illégales en Roumanie. En plus ils n'ont pas de fonctionnement... Bien

J'en profite pour observer son interlocutrice... Il y'avait un léger truc qui me perturbait dans son apparence mais je ne savais pas quoi... A part le fait qu'elle soit extrêmement laide, mais ça j'en avais déjà parlé... Enfin voila, ça me perturbait un poil. Je continue de l'écouter, elle me parle de son équipage.
Ils sont sept, et elle me décrit ses camarades. Et la je comprend plus trop, une chatte ? Un roi des brigands ? Eh... Je ne sais pas trop si j'ai envie de me fritter avec ce genre de personne.

Mais... Quelque part je me dis que je pourrai gagner quelque chose, et surtout si c'est de la taille d'un manoir de petits bourgeois et que ces hommes ont des valeurs. Je réfléchit un peu instant, j'avais vraiment envie d'en savoir plus ces gens là, et puis ils pourraient me tirer d'affaire si je tombais dans un mauvais pas.


Ecoutez, on va faire un marché. J'accepte votre proposition, je ferai réparer votre vaisseau pour une bouchée de pain. En échange, je veux que vous soyez prêt à me prendre en voyage n'importe quand... Après tout, vous vous adressez à Amerton, un grand nom de l'aviation, votre bicoque sordide deviendra un vaisseau neuf et performant. C'est moi qui vous le dit.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Ven 20 Oct - 10:17
Il parlait comme ces vendeurs de camelote qui, dans la rue, tentaient de vous refourguer de vieilles lampes à huile en tentant de vous faire croire qu'elles renfermaient des djinns. Un verbiage qui fonctionnait souvent sur les esprits crédules. Orendi, elle, sourit de tous ses chicots cariés, curieuse de voir si l'homme tiendrait parole, et surtout, s'il aurait le même aplomb lorsqu'il se retrouverait sur le pont du navire. Orendi saisit une des mains de Blake pour échanger une poignée de main. Elle s'était retenue de cracher dans sa paume pour mieux sceller l'échange – elle savait que son manque d'hygiène pouvait poser problème.

« Ravie d' faire affaire avec vous ! On se dit quel jour, quelle heure, quel lieu ? »

Notant la réponse de Blake, Orendi vida le résidu d'alcool qui barbotait au fond de sa chope, posa quelques pièces sur le comptoir avant de descendre de son tabouret.

« Rendez vous donc à bientôt ! Vous verrez, z'allez pas vous ennuyer. »

Son chapeau tanguant sur son crâne crasseux, Orendi quitta le bar non sans laisser s'échapper un soupir de soulagement lorsqu'elle en fut à bonne distance. Elle avait vraiment craint qu'un client n'eut l'oeil trop vif et ne discerna, en elle, la magie qui grouillait dans ses veines.

***

Le navire fut à l'heure prévu et lévitait doucement au-dessus du sol, prêt à repartir dès que son passager et son chargement seraient menés sur le pont. Des membres des Renégats, d'eux-même, se présentèrent pour aider avant tout pour accélérer le processus. Aucun d'eux n'appréciait la Roumanie, encore moins Billy et Liliana qui s'étaient terrés dans la soute pour éviter de croiser les passagers du jour. Allez savoir quelle lubie allait traverser l'esprit d'un Roumain à la vue d'un pingouin parlant et d'une sorcière.

Lorsque le navire redécolla, s'éloignant de la Roumanie pour des zones plus paisibles, Orendi étendit deux de ses bras.

« Bienv'nue chez les Renégats, mon bon monsieur ! » claironna-t-elle à l'intention de Blake. « Vous voulez commencer la visite par où ? Les cabines, le poste de commandement, le grand mât ? Ou la réserve ? » qu'elle osa taquiner, se retenant de poser l'index sur le ventre rebondi du Roumain.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : Deux rp maximum

✦ Double-compte : Nope

Dim 29 Oct - 0:21
Le contrat fut scellé, une fois qu'elle fut partie, je payais le barman et parti aussitôt vers les usines de mon père. Car moi malgré deux trois connaissances en mécanique, je reste principalement un commerçant. Je dégote alors une équipe de réparation, des ingénieurs et des mécanos, avec lesquels je leur promirent de plus gros salaires de fin d'année et des vacances plus longues pour les passer avec leur famille si ils restaient discret. Quand j'informa père le soir pendant le dîner, il recracha son thé et me cria dessus un peu en me traitant d'inconscient... Mais je ne faisais que réparer un vaisseau et en aucun cas je n'entrais dans des affaires étranges...

***

Quelques jours après, je me rendis au lieu de rendez vous, et en effet c'était une sacrée bête...En mauvais état certes, mais une sacré bête. On avait le matériel pour tout réparer, enfin c'est ce que j’espérais... Ce fut Madame Orendi qui nous accueille, et par sûreté, nous avions décollé hors du pays.


D'accord pour décoller hors du pays, mais vous avez plutôt intérêt à nous ramener moi et mes hommes chez nous une fois le travail terminé !

Voir cet endroit de l’intérieur, et les bandits dans le coin m'impressionnait un peu... Je me rappelais que oui, ce sont des hors la loi... Je n'imagine même pas si ils décident de me kidnapper pour obtenir une rançon de mon père... Oh mon dieu... Est ce que j'avais bien fait de venir ? ... Au pire, les ouvriers sont costauds... J'avale ma salive et j'essaye de me reprendre... Du calme Blake, tu viens juste réparer un vaisseau... Un peu de courage bon sang, tu es un homme ! Tu va pas te laisser impressionner !

« Vous voulez commencer la visite par où ? Les cabines, le poste de commandement, le grand mât ? Ou la réserve ? »

....Elle se moque de moi ou quoi ? C'est quoi ce ton? ... Bref... Il me semblait que le poste de commandement était une bonne idée pour démarrer, c'est le plus important pour que l'engin ai un bon équilibre... Non en fait on va faire plus simple.

Comme vous avez vu, j'ai derrière moi une équipe d'ingénieurs et d'ouvriers très compétents avec moi. Donc nous allons visiter l'intégralité de votre vaisseau et envoyer une partie de ma troupe dans les endroits qui ont besoins de réparations. Cela vous va ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Sam 4 Nov - 23:11
Souriante jusqu'aux oreilles, Orendi répondit à Blake par un caquètement guère rassurant, de ceux qui vous rappellent feu votre grande-tante qui avait du poil au menton et sentait la naphtaline.

« Savez pas choisir, hein ? On va vous faire l' tour du propriétaire. »

Derrière Orendi, Reyna observait la scène de son unique œil valide. Accoudée au bastingage, la fumée d'une cigarette s'échappant d'entre ses lèvres, elle écoutait, notait, scrutait avec un regard presque scientifique. Même si elle ne possédait guère le titre de capitaine (personne ne l'avait) elle était l'élément qui s'en rapprochait le plus. Sa voix gronda sourdement, voix rocailleuse d'une femme ayant bourlingué par les nuées et les collines.

« Commencez par la salle d' machines. Billy a beau graisser, j' crois que les pistons vont nous faire des misères dans pas longt'mps. Si vous pouviez voir le tracas qui nous pend au nez avant qu'y nous chie d'ssus. »
« Ouais pas faux. » concéda Orendi. « Va pour les machines. Au moins on aura chaud là d'ssous. »

Ouvrant la marche à la troupe, la mercenaire mena Blake et ses ouvriers dans les tréfonds du navire là où les engrenages s'entrechoquaient. La vapeur émanant des chaudières les cueillit sur le seuil tandis que la Russe poussait la lourde porte. L'on se serait cru au sein d'une trouée tropicale avec son humidité ambiante et cette chaleur qui vous asséchait la gorge. Orendi saisit son chapeau pour s'en servir comme éventail, le secouant devant son visage déjà devenu rougeaud.

« J'y connais moins qu' rien en machinerie. Je vous laisse les coudées franches. Enfin vot' équipe surtout. »

La Russe jaugea les hommes de bas en haut, observant leur carrure, les muscles qui saillaient sous la chemise aux manches remontés. Quand l'un d'eux passa devant eux, grande armoire moustachue aux bretelles apparentes, la Russe donna un coup de coude dans les flancs de Blake.

« Z'avez dégoté du grand bestiau. Elles accouchent de tels bonhommes en Roumanie ? Y aurait pas un peu d' sang germanique ou scandinave qui se serait invité dans la couche ? »

Dans l'esprit de Orendi, Roumanie rivait avec grand escogriffe à la peau pâle et aux cernes creusant un visage plus proche du crâne que du faciès humain. Et les femmes ressemblaient à la défunte reine – brunes aux lèvres pleines mais nanties de membres androïdes.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✦ Libre pour RP ? : Deux rp maximum

✦ Double-compte : Nope

Sam 11 Nov - 14:05
En effet, je ne savais pas quoi choisir, j'étais assez impressionné en vrai. Je sorti de ma sacoche de quoi noter, comme ça je pourrai griffonner deux trois trucs au niveau de la machinerie et les fonctionnements. Je ne suis pas un ingénieur, mais j'aime bien m’intéresser à ce que je vend, histoire de pas être complètement perdu.

Je me retourne et vit cette femme qui fumait et qui me fixait... Je suppose que la politesse ne l'étouffe pas. Les femmes sont sensées être discrètes et marcher derrière le pas d'un homme... Mais on est chez les renégats comme disait l'autre cinglée... Et chez les renégats on se comporte pas comme les gens des bonnes mœurs. Il fallait que je m'y fasse... Même si ça me met pas en confiance d'être dans un endroit ou les femmes ont des grosses responsabilité.

Celle ci dit qu'il fallait qu'on commence par la salle des machines... La grosse sale des machines, celle que j'aurai envie d'éviter... Car oui, dans les salles des machines, il fait chaud, en plus j'ai mon gros manteau pour cacher mes membres mécaniques... Gr... Il va falloir que sert les dents.


Bien.... Commençons alors par là !

Nous allons alors dans la salle des machines m'interrogeant d'ailleurs sur cette dame en hauteur qui nous fixait. Je me tourne vers mon interlocutrice si... "Agréable".

C'était qui cette dame? Elle semble avoir de... L'autorité.

Une femme avec de l'autorité, une belle bêtise, je vous jure...

Nous arrivions dans la salle des machines, et... Bon sang, la chaleur... J'allais faire vite pour en sortir le plus vite possible avant de tomber dans l'inconscience dans cet enfer. Hors de question que ça arrive... Et ce fichu manteau qui me gêne... Je tardais pas à devenir rouge. En m'essuyant avec mon mouchoir de poche, je me tourne vers mes hommes.


Antonescu, Berbec, Laptar et Marcelar, vous êtes les plus forts en machinerie. Prenez votre matériel et allez réparez ça. Matesco, vous allez me faire un petit compte rendu sur le fonctionnement de ces machines et faites moi des petits croquis, le fonctionnement de cette machinerie m'intrigue.

L'exemple d'un héritier digne de ce nom, de l'autorité et de l'efficacité. Et les meilleures mains parmi les constructeurs, c'est comme ça que fonctionne l'entreprise Amerton. D'ailleurs en parlant de ça, la bonne femme m'envoie un coup dans les flancs... Erf... Encore du contact... Heureusement que je n'ai pas de partie mécanique à cet endroit. Je m'essuie de nouveau avant de lui répondre, en plus je commence a avoir bien mal à la poitrine, vivement qu'on sorte d'ici.

Même si je n'aime pas ce pays, il n'y a pas que des grands maigrelets minables en Roumanie. Il faut bien des mains sur les chantiers, et dans ma grande entreprise, on ne prend que les meilleurs hommes. Après peut être qu'il y'a du sang scandinave dans leur veines, mais ça m'étonnerait. Les Roumains sont tellement fermés au métissage, si l'étranger n'a pas d'argent, qu'une femme avec un étranger dans sa couche se ferait battre a mort par son père avant qu'elle n'ai eu le temps de mettre son enfant au monde. Ou alors c'est une catin.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Orendi
La fille des brigands
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Hildegarde Müller, Orendi, Reine Ronce, Shisan Wu, Sigmund Rammsteiner

Dim 19 Nov - 22:51
La salle des machines ce n'était rien de moins que le cœur d'un navire. Orendi pouvait percevoir les pulsations de cet organe mécanique rien que par les vibrations causées par le ronronnement des moteurs, la vapeur bouillante qui s'échappait de chaque fêlure des tuyaux. La Russe n'eut pas même le cœur de se moquer de Blake et de sa difficulté, évidente, à supporter la température de la salle. Elle-même n'en menait guère large, barbotant dans son manteau qui lui collait à la peau. La mercenaire affichait un visage rubicond et moite de transpiration.

« La dame ? Ah, Reyna ! » Orendi se frappa le front du plat de la main, se fustigeant d'avoir mis un temps à comprendre. « C'est un peu comme une cheffe, la meneuse de toute la troupe. Sans elle on aurait déjà plus de navire, plus un sou, et on aurait fini dans l' caniveau avec une bouteille. Son problème c'est qu'elle est pas née dans l' bon pays. Quand on aime les écrous, la Scandinavie c'est pas trop r'commandé voyez. »

Tout comme mener des tours de magie en Roumanie était une idée inqualifiable – sauf si vous vouliez mourir salement et déclencher une révolte populaire. Ce que Blake lui confirma en exposant, d'un ton que Orendi jugea cruellement amer, ce que risquait une femme en son pays si elle osait offrir son corps à un autre que son époux, qui plus est étranger.

« Au final... J' pense qu' j' vais repousser mon projet d'avoir un logis en Roumanie, hein. J' tiens à ma liberté. Et j'aimerais pas que mes amis soient zigouillés alors que je les invitais just' à bouffer un cake. »

Autour d'eux les employés se mettaient à la tâche, sortant des outils, s'agenouillant devant des tuyaux qu'ils inspectaient d'un œil soupçonneux.

« Vous l'aimez pas trop vot' pays hein ? » glissa Orendi au débotté, entre la poire et le fromage tout en fixant Blake de son œil unique. « Vous d'vriez prendre des vacances. Genre congé sabbatique. L' voyage ça form' la jeunesse. Voir d'aut'es gens, d'autres cu'tures, tout ça. »

Orendi accompagna le tout ça d'un geste vague de la main laissant loisir à Blake de compléter. La Russe n'était pas douée pour les longs discours. Elle parlait de façon haché, dévorant ses mots, grommelant des insultes et du patois écorché.

Un cri perça le demi-silence se répercutant contre les parois. Orendi vit un homme porter ses doigts à sa bouche, le front plissé par la douleur. Un sifflement se fit entendre, dangereusement inquiétant. La température monta de quelques degrés – chose que Orendi aurait cru impossible – tandis qu'une vapeur moite sourdait du recoin de la salle où se trouvait l'ouvrier. La Russe avança à pas comptés laissant tout loisir à Blake et à d'autres de la dépasser.

« Problème ? » demanda-t-elle à la cantonade. « Dites-moi juste qu'on risque pas d' se crasher. »

Orendi sentit alors le parquet, sous ses semelles, glisser – le Destin aimait, décidément, lui conchier à la gueule.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Roumanie-
Sauter vers: