Trois hommes, une boite [Septembre 06]

 :: L'Asie :: Chine Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tenkô Gou
Le tengu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Non

Mar 5 Déc - 11:59

Accompagné de l’Empereur de Chine et du Roi des mercenaires, le Corbeau se sentait en décalage et à sa place en même temps. Japonais vêtu comme un chinois. Il incarnait le paradoxe. Préparé à d’éventuels combats qui pourraient survenir – et surviendraient sans l’ombre d’un doute – il attachait ses cheveux en une haute queue de cheval. Les plus longues mèches caressaient sa colonne jusqu’au milieu de son dos. Peut-être serait-il temps de tailler cela ? L’heure n’était cependant pas à la coiffure. Les hommes marchaient vers la région maudite où devait se trouver la fameuse boîte capable de le délivrer de ses maux.

L’excitation de l’aventure et l’appréhension de sa libération créaient un émoi étrange au fond de son âme. Pouvait-il y croire ? Était-ce qu’un rêve vain ? Et que ferait-il s’il perdait sa transformation ? C’était la seule chose qui l’avait rendu utile en mission. Du coin de l’œil, il détailla Louie et son flegme habituel. Il dégageait une puissance inimitable. Jamais le japonais ne pourrait obtenir sa carrure. Avec de l’entrainement, peut-être pourrait-il au moins apprendre à mieux se battre. Mais de là à devenir redoutable… Détournant son regard vers Shisan, Tenkô se mordit la lèvre. Empereur. Titre d’une importance capitale. Représentant d’un pays immense. Et pourtant, il semblait frêle. Il dégageait en revanche l’intensité noble que possédait les dirigeants. Il imposait le respect, d’autant plus avec sa cicatrice qui intriguait chaque jour davantage le corbeau. Ce dernier osait espérer que chacun apportait ses atouts à cette combinaison, la rendant plus efficace par sa présence. C’était une pensée plaisante.

Au milieu des arbres, attirant l’attention du trio, un temple se dessina. Une beauté antique. Une structure fragilisée par le temps mais fièrement dressée. Les couleurs s’étaient diluées. Le rouge délavé, arraché. Des briques manquaient par endroit sur le toit aux ternes éclats dorés. Un pilier se fendait d’une longue fissure n’indiquant rien de bon. Le pire cependant était l’aura sombre qui régnait. L’atmosphère était devenue lourde soudainement. Etouffante presque. Était-ce le travail des démons que Louie avait mentionné ? Ou un simple artefact magique cherchant à effrayer les curieux ? Les hommes en mission en reculeraient pas. La boite à vœux les attendait. Tenkô en avait besoin. Pour se sauver de cette souffrance sourde lui rappelant trop souvent les évènements dans lesquels il avait été transformé.

S’arrêtant avec les autres, demeurant à l’abri des arbres encore un peu, le corbeau observa les deux. Particulièrement Louie. Le plus habitué à ce type d’activité.

« Et maintenant ? On va pas juste entrer quand même, si ? »

Une plume calée entre ses doigts fins, le flutiste jouait, la faisant rouler. Presque nerveusement. Il pouvait se transformer pour aller analyser l’endroit par le ciel mais il craignait de se faire harponner par un démon enragé et de finir sur le carreau avant même que l’aventure ne commence réellement… Aussi ne proposa-t-il pas cette idée. Se contentant d’attendre les ordres de ceux habitués à en donner.


Cadeau de Noël:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shísān Wǔ
La cadette des douze frères
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Orendi

Dim 10 Déc - 0:37
Quelques ordres données à ses hommes, une excuse toute trouvée pour justifier son départ (il avait beau être seigneur en ses terres, Shisān se devait de veiller à conserver son masque de dirigeant intègre, de ne point donner à croire qu'il fuyait un trône qui lui était dû) l'empereur avait suivi la cohorte. Troisième roue du carrosse, le moins habitué de tous à vadrouiller sur les routes, il avait refusé de masquer ce qu'il était. Son visage et son nom pouvaient leur ouvrir des portes – et éviter que Louie ne les enfonça à grands coups de pied.

Un frisson électrisa le corps de Shisān remontant le long de sa colonne vertébrale lorsqu'il vit le temple dans lequel ils devaient se rendre. Il lui rappelait bien trop la pagode dans laquelle il avait du se rendre, des mois plus tôt, et dans laquelle il avait laissé une parcelle de lui-même. L'esprit qui en hantait les murs ne l'avait jamais véritablement quitté.

La question de Tenkô trahissait sa peur et Shisān ne pouvait que la comprendre, lui qui haïssait la magie plus que tout – plus que sa propre personne, plus que ses sœurs qui avaient érigé l'empereur qu'il était aujourd'hui.

« Nous n'allons pas rester plantés là. Nous pouvons toujours frapper à la porte et voir ce qu'il advient. »

Sans chercher à voir si l'un d'eux allait, de lui-même, se présenter au seuil, Shisān s'avança. Sa longue natte se balançait au rythme de ses pas. L'empereur marchait à pas comptés scrutant l'édifice, lorgnant une quelconque apparition qui viendrait les accueillir. Néanmoins l'endroit semblait désert et l'empereur se doutait que, si magie il y avait, elle ne s'exprimerait que lorsqu'ils se trouveraient à l'intérieur, coincés entre ses murs.

L'empereur frappa le panneau de bois de ses doigts repliés et attendit quelques instants avant de poser sa main et pousser. La porte s'ouvrit sans un bruit laissant s'exhaler l'odeur d'un mausolée glacée, d'une pièce qui n'avait plus été habitée depuis des lustres. Shisān porta sa manche à son nez, reniflant.

« De toute évidence, nous pouvons entrer. Allons venez, qu'on en finisse au plus vite. »

Néanmoins, malgré ses dires, l'empereur demeurait sur le seuil. Il ne ferait pas le premier pas seul. L'expérience dans la pagode lui avait inculqué quelques mesures de prudence.


Avatar par Tenkô Gou

Revenir en haut Aller en bas
Louie
Le chef des voleurs
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia

Lun 11 Déc - 21:21


Trois hommes et une boite

Avec Shisan et Tenkô



La montagne résonnait de sa voix rauque. Et tout en chantant, le cœur léger et l’adrénaline battant ses tempes, Louie ainsi grimpait derrière l’empereur et le japonais sans peiner à la tâche. Son corps massif emmitouflé dans son habituel manteau long et le chapeau ancré sur sa tête malgré le vent des hauteurs, il se dirigeait sans faillir en direction du temple qui apparut dans les minutes qui suivirent sa pensée extatique – peut-être que cette fois je pourrais foutre le feu.

Les portes du temple closes, ce fut Tenkô qui ouvrit les hostilités en questionnant la prudence de leur première action d’une question presque timide. Laissant Shisan s’approcher et répondre tout en ouvrant les portes, le regard de Louie fit rapidement le tour du bâtiment, ou de ce qu’il pouvait en voir. La boite à vœux qui se trouvait à l’intérieur était suffisamment précieuse pour justifier le moindre piège mortel. Mais qui n’entrait pas perdait ainsi une occasion en or de répondre à une exigence toute primitive : celle d’exaucer trois souhaits.

Lui s’en fichait bien – la facilité ne l’avait jamais tenté et tout obtenir d’un claquement de doigt ne faisait pas de lui le roi des voleurs mais bien celui des lâches. Que Tenkô y trouve une solution pour stopper sa malédiction ne l’enthousiasmait pas plus. Il n’aurait plus à la subir certes mais n’aurait pas non plus l’occasion de la dompter et de la maitriser pour faire la nique à la sorcière qui l’avait ensorcelé. N’était-ce pas là le défi ultime ? Renverser la situation ?

« Franchement, si on ne faisait pas ça pour que tu puisses bander à nouveau, je me donnerais même pas la peine de franchir le seuil. » Grogna Louie en lui claquant le cul au passage, avant de s’engouffrer dans le temple sans la moindre hésitation.

L’érection d’un homme justifiait ainsi tout manque de prudence – et peut-être évidemment, cherchait-il un peu les esprits pouvant régner ici par quelques actions aussi stupides qu’immanquables. Mais seul le silence et l’odeur de moisie régnaient ici et fronçant les sourcils en étudiant le paysage proche – statues abandonnées, vieux autels décrépis et peintures en lambeaux – Louie cala ses mains sur ses hanches, en posture de stentor s’apprêtant à donner de la voix.

« OH LA DU TEMPLE ! »

L’écho de sa voix retentit jusque dans les profondeurs de la montagne dans lequel le temple était adossé et reniflant l’air, y gagnant quelques particules misérables d’une huile ancienne, Louie confia aux deux autres, restés en arrière ou l’ayant suivi, selon le courage de chacun.

« Ca donne comme la fausse impression que personne n’est entré ici depuis des lustres. Et pourtant la boite à souhaits a été commandé plus d’une fois. Y’a pas mal d’expéditions qui sont venues par ici, ne serait-ce que par tes ancêtres, mon Loukoum adoré. » Confia-t-il à Shisan tout en fronçant les sourcils. « On dirait que leurs traces ont été… désintégrées. »

Son entrée venait-elle ainsi de sceller son destin ? Des marques au dallage, anciens caractères mandarins, semblaient ainsi lancer une malédiction sur le moindre nouveau venu. Mais Louie ne craignait rien.

Il avait pour mission de devenir Sphynx. Et ce simple objectif le protégeait de toute sorcellerie autre qui ne serait pas celle punitive de sa propre mère.

En tout cas, il en était persuadé. Et si ce n’était pas le cas il y ferait face, dans une explosion incendiaire. Car ainsi il vivait et ainsi il mourrait.










pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Mar 2 Jan - 13:08
Ce lieu était bien plus vieux que ce que les personnes qui désiraient avoir la boîte à vœux pouvaient l’imaginer. Bien plus vieux que l’arrière-grand-père de l'actuel Fils du Dragon. Mais surtout si on s'y penchait de plus près, on pouvait voir que les murs étaient ornés de symboles et de textes, des textes qui n’étaient pas en mandarin.

Aucun de vous trois ne parle la langue inscrite sur les parois mais elle ressemble une langue frontalière de la Chine. Peut-être que l'empereur ou l'un de ses compagnons peut essayer de voir s'il connaît vaguement la langue et si elle est encore parlée aujourd'hui, ce qui pourrait être utile pour traverser cette pièce pleine de dalles. D'ailleurs une odeur de décomposition se fait légèrement sentir. Ce n'est peut-être pas pour rien que la boîte à vœux est toujours en ces lieux.

Au sol vous pouvez voir des dalles couvertes, chacune d'une gravure à l'allure de monstre. Pas une dalle n'est identique à une autre. Les murs sont couverts de fresques de peinture aux couleurs variées. Quant au plafond il y a des trous mais aucune lumière n'en provient. Allez savoir ce qui s'y cache. Mais une chose est sûre : il y a une porte au loin que vous pouvez à peine percevoir mais qui semble ornée de motifs en formes de créatures.

Hrp: Si vous avez des questions ou voulez des détails sur la quête, venez mp forum ou discord Nikolas Klaus


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Tenkô Gou
Le tengu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Non

Jeu 4 Jan - 19:24
Partagé en l’excitation de l’aventure et l’effroi provoqué par le temple respirant la mort, Tenkô ne pouvait que rire nerveusement aux remarques du mercenaire. Elles le détendaient autant qu’elles l’apeuraient. Qui savait quelles créatures vivaient en ces lieux ? Des fantômes hantaient probablement ces murs anciens et des paroles déplacées pourraient bien les réveiller. Le corbeau croisait les doigts en silence pour qu’aucun enfant ne débarque et se décompose devant sa figure. Une fois avait largement suffi à la traumatiser pour le restant de ses jours.

Suivant l’ombre du géant, le maudit jeta un coup d’œil vers l’Empereur avant d’entrer à son tour. Avaient-ils réellement le choix ? La boite se trouvait à l’intérieur. Avec un peu de chance, ils s’en empareraient facilement et Tenkô récupérerait sa fertilité et ses capacités sexuelles. Devait-il perdre le corbeau pour cela ? Au fils des années, la bête était devenue une part de lui. La magie coulait dans ses veines et pulsait dans ses artères, aussi capitale que le liquide vermeil qui y vivait. Cela le peinait de le perdre. De redevenir un simple joueur de flûte.

La plume s’agitait entre ses doigts nerveux. Des lettres d’une langue inconnue se dévoilaient sur ses yeux, accaparant que brièvement son attention. Trop incompréhensible. Ce qui l’intriguait réellement se tenait sur le sol. Des gravures monstrueuses, aussi fascinantes que terrifiantes – à l’image de cette quête. Le corbeau s’accroupit à hauteur de l’une d’elle. A hauteur du monstre porteur d’un plumage noir comme la nuit. Il frissonna. Il s’y reconnaissait trop. Probablement une coïncidence. Il l’espérait de tout son cœur.

Déglutissant son malaise, Tenkô se remit en marche, trottant vivement pour se rapprocher des autres. Ses cheveux chatouillaient désagréablement ses reins. Il les prit entre ses doigts, les enroulant et déroulant autour de la plume. L’abimant sans le réaliser.

« On est équipé pour se défendre contre un monstre ? Parce qu’entre les dessins sur le sol et les trous au plafond… »

Ses iris ébènes s’élevèrent vers les orifices de néant au-dessus d’eux. Si seulement les chauves-souris en étaient les uniques habitantes…

Au fil de leur marche, l’obscurité les englobait de plus en plus. Le couloir menait à une porte qui disparaissait chaque pas davantage derrière leurs ombres. Le corbeau libéra une main pour fouiller dans sa besace et un mince sourire s’étira sur son visage.

Sa boule de neige.
Déposée au fond de sa paume, elle faisait tâche dans l’ancien temple. Plus encore pour leur quête. En plus de sembler improbable comme possession. Son utilité se révéla pourtant bien vite.

La neige s’orna d’une lueur dorée et progressivement chassa l’obscurité autour du trio. D’eau à lumière, la magie avait opéré et les aventuriers pouvaient admirer les terribles représentations ornant la porte.

Spoiler:
 


Cadeau de Noël:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shísān Wǔ
La cadette des douze frères
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Orendi

Sam 6 Jan - 20:15
La sphère de Tenkô (objet magique et déplaisant que Shísān couva d'un regard amer, chat échaudé crachant sur un ennemi) éclaira les alentours permettant de mieux discerner ce qui se présentait à eux. Le regard de l'empereur alla de l'un à l'autre, tâcha de balayer les environs tout en prêtant l'oreille aux diatribes de ses camarades. Sa main vint cueillir la poignée du jian, s'armant de l'épée dont la lame fut tirée au clair.

« Nous avons ça. » déclara-t-il d'un ton sans appel au corbeau avant d'ajouter, désignant le mercenaire d'un mouvement de menton. « Et Louie est sûrement fin préparé pour ce type de situations. Des explosifs, je suppose, et d'autres armes peu conventionnelles. »

Pour l'instant rien ne bougeait au sein de l'entrée comme si la pièce était vide de toute présence. Néanmoins Shísān demeurait ses gardes, le souvenir de temple ancré en lui soufflant que les apparences pouvaient se révéler foncièrement trompeuses. Son attention se porta sur les écritures ornant un des murs, le poussant à s'y rapprocher, plissant les yeux pour mieux voir. Le langage était trop ancien pour qu'il puisse le déchiffrer mais les longues heures d'études passées, enfant, à manipuler des écrits plus anciens que son propre grand-père revinrent à la surface.

« Du mongol ancien... Ancestral. » souffla-t-il son index glissant sur les lettres.

Des Mongols auraient vécus en cette partie de la Chine il fut un temps ? Les cours d'histoire sur cette période étaient bien trop floues pour que l'empereur y puise des informations. Shísān secoua la tête, excédé.

« Ne touchez à rien. » Du moins pas trop, Louie avait les mains bien trop baladeuses pour se retenir plus d'une micro-seconde. « Je m'en vais quêter un interprète qui puisse décrypter ces inscriptions. Je reviens vite. »

Chance pour lui que des troupes étaient stationnées à quelques minutes de ce temple. Shísān revint avec un interprète, petit homme aux allures de bureaucrate qui, obligeamment, chaussant ses lunettes, se colla presque le nez contre les écrits pour mieux les voir. Un frisson parcourut son corps et des perles de sueur humidifièrent le front. De quoi intriguer Shísān qui vint auprès de lui, sourcils froncés.

« Un problème ? »
« Je... »
« Lisez. Quoi qu'il soit inscrit ici. »

L'interprète ravala sa salive, sa pomme d'Adam jouant l'ascenseur.

« Vous qui vous aventurez ici... Sachez que ce lieu... est le symbole de notre colère... de l'oppression que subit notre peuple... »
« En ce cas ils n'avaient qu'à rentrer chez eux. » conclut Shísān sans une once de pitié envers ces gens, qui allez savoir, avaient été peut-être menés de force ici.

Un temple mongol sur les terres de Chine – décidément ce vaste empire dissimulait plus d'une hérésie en ses frontières. Fronçant le nez, Shísān quêta du regard l'origine des effluves nauséabondes dans lesquelles baignait la pièce. Des monceaux de cadavres s'empilaient à la droite de l'entrée et vers le centre gauche des dalles – impossible de clarifier leur potentielle nature humanoïde, ce pouvait être tout aussi bien des animaux, du bétail sacrifié.

« Si vous avez du feu sur vous, Louie, je vous conseille de l'utiliser sur ces cadavres. » Shísān agita sa large manche vers les cadavres. « Pour purifier l'atmosphère. »

Un jour, peut-être, il aurait l'occasion de mener un voyage au sein d'un lieu tout à fait sain et dénué de magie. Peut-être en Roumanie.

Avisant les dalles sur le sol, l'empereur entreprit de s'approcher de l'une d'entre elles jusqu'à laisser son pied se poser dessus. Si piège elle dissimulait, il le saurait immédiatement – ce qui ne tarda guère. De la dalle surgit une colonne de flammes qui lui effleura le visage brûlant, sur son passage, plusieurs mèches de cheveux. Les flammes grignotèrent la chair offerte, ravivant la vieille blessure qui grignotait la moitié de son visage. Poussant un grognement, l'empereur recula d'un pas, portant les doigts à ses brûlures toutes récentes.

Dans un recoin de son esprit, le rire d'une renarde s'étiola.


Avatar par Tenkô Gou

Revenir en haut Aller en bas
Louie
Le chef des voleurs
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia

Dim 7 Jan - 18:51


Trois hommes et une boite

Avec Shisan et Tenkô



Les Inquiétudes – justifiées – du japonais, ne tardèrent pas à lui arracher un simple sourire de connivence, sourire qui s’accentua à la confirmation de son petit ravioli favori quand ce dernier confirma ses propres pensées.

« J’ai de quoi faire sauter ce temple. Ce qui sera sûrement assez royal pour que Shisan en mouille son petit pantalon. En attendant, j’ai de la dynamite, de la poudre explosive, un flingue, quelques couteaux et bien évidemment, moi. » N’était-il pas en vérité le véritable monstre en ces lieux ancestraux ? Son ombre massive vint se poser sur les symboles gravés au sol et imitant le chinois, ce fut patiemment qu’il se pencha sur eux pour mieux les étudier.

« Tu en penses quoi ? »
« Du mongol ancien... Ancestral. »
« Ton pays a accueilli plus que sa part dis donc, et je parie que t’étais pas au courant. »


Les lèvres pincées de Shisan invitèrent sa main à ébouriffer la crinière de l’empereur au visage cramé mais retenant son geste pour mieux le laisser aller chercher son interprète, ce fut en profitant de ces quelques secondes de tête à tête avec Tenkô qu’il se rapprocha de ce dernier.

« Ne t’inquiète pas. On va venir rendre toute sa vigueur à ta petite nem. » Et sortant un foulard d’une de ses innombrables poches, il vint patiemment lui attacher les cheveux. « Ne les laisse pas trainer. Des pièges pourraient tenter de te les arracher. »

Mais déjà, l’empereur et son interprète revenaient et sous la traduction menaçante de l’intellectuel, ce fut son rire qui explosa à nouveau au sein du temple.

« Putain ils font jamais original ! A chaque fois c’est la même sauce. Vous allez tous crever. » Certes, le tas de cadavres disposé en large évidence et éclairé par la luminosité magique de la boule de noël tendait à en prouver le propos mais après un court regard sur ces derniers, ce fut avec un claquement de langue un rien méprisant que Louie balaya la proposition de Shisan.

« Un monticule de cette taille en putréfaction accumule du méthane. Si tu veux faire péter ce temple impie, on attendra d’avoir réussi notre coup. Bref vu que la porte là-bas a l’air de présenter ses – SHISAN NON ! »


Un seul pas en avant de l’empereur avait réussi à interrompre sa tirade. Et donnant raison à sa soudaine inquiétude, ce fut une colonne de flammes qui surgit au nez de l’empereur, entrainé en arrière par la poigne forte de Louie, réagissant au plus vite.

« Merde tes cheveux ! Tu vois Tenkô ? Qu’est ce que je disais ! » Grogna-t-il, impatient et fâché avant de se charger de disputer le plus grincheux des asiatiques. « On est dans un temple qui ne veut pas de nous et ils se foutent bien de ta toute puissance. Là, c’est la magie qui dicte les règles alors fait gaffe à ce que ton cul ne se transforme pas en brochette. Fais preuve de puissance ! Et rattrape ton interprète, je crois qu’il s’est pissé dessus. »

Fort heureusement pour les anciennes blessures de Shisan, la nouvelle attaque ne venait de les raviver que de manière superficielle et relâchant l’homme, Louie plissa les yeux, observant les détails sur la porte. Avant de ciller sur le dallage. Et recommencer son observation jusqu’à être certain de ses propres pensées.

« Ca semble correspondre. Je te dirais bien d’utiliser le corbeau pour aller voler jusqu’à là-bas Tenkô mais je pense qu’il y a d’autres pièges. Faut marcher dans les dalles qui correspondent donc… Poulpe. » Sauta-t-il sur la première en retenant son souffle. Aussi délicat dans son avancée qu’il ne l’avait été, autrefois, dans le premier temple maudit visité avec Shisan. « Et chien. » Un autre bond, une autre réussite. « Je vois le dernier symbole, ça m’a l’air d’être un serpent à plumes… mais j’arrive pas à voir les deux avants. Essayer de vous avancer pour voir à votre tour ! »









pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Conteur d'histoires
avatar
Lun 8 Jan - 9:21

L’interprète court aussi vite que ses jambes lui permettaient, abandonnant son empereur dragon. Et rien, non rien, ni aucune menace de l'empereur ne le ferait revenir dans cette maudite grotte. Il ne se passa rien quand Louie avança sur chacune des plaques. Même pas un petit tremblement venant de la porte. Il fallait peut être plus que deux plaques pour avoir un effet.

Par contre vous pouvez entendre un mugissement qui vous semble lointain. Ce cri n'est pas vraiment descriptible. Humain ou animal, voire les deux. Mais ce cri vous parvient depuis les trous dans le plafond. Rien d'autre ne vous parvient par les trous. Mais les cris font un écho pendant deux bonnes longues minutes de quoi instiller un peu de doute chez quant à la suite.

Petit schéma des lieux, ou il faut rajouter des cadavres à votre droite à l'entrée. Bonne chance et bon jeux. ^^


© Avatar par Nougat. Compte PNJ, merci de ne pas envoyer de MP.
Revenir en haut Aller en bas
Tenkô Gou
Le tengu
avatar
✦ Libre pour RP ? : Non

Dim 14 Jan - 13:49
Pendant que l’Empereur trouvait la solution pour décrypter le langage ancien inscrit sur les murs, Louie s’occupait d’attacher patiemment les cheveux du nippon. Sage, ce dernier attendait qu’il finisse avant d’esquisser l’ombre d’un sourire pour le remercier. Il n’eut cependant pas l’occasion de profiter davantage de ce petit tête à tête que déjà le fils du Dragon revenait avec un homme tremblotant. La traduction ne tarda pas à suivre et le corbeau soupira en haussant les épaules. Cela ne leur apportait rien, à part l’origine des possibles fantômes qui erraient dans ce temple maudit… Ils savaient maintenant qu’ils ne pourraient communiquer avec eux. Cela leur faisait une belle jambe.

Sans que Tenkô n’ait le temps de comprendre, une flamme surgit du sol et une odeur de cramer s’éleva rapidement dans l’espace renfermé. Les cheveux de Shisan avaient subi le courroux du temple et instinctivement, le corbeau recula d’un pas pour s’éloigner des dalles dangereuses et éviter de s’y brûler les plumes. Mieux valait prendre ses précautions…

Pas comme Louie en somme.

Doté de la grâce d’une danseuse orientale, il sauta d’une dalle à l’autre sans déclencher le moindre piège. Le corbeau demeurait plus méfiant de son côté. Était-ce réellement si simple ? Il pourrait s’envoler pour voir les symboles inscrits sur la porte mais craignait de se heurter au plafond ou de se faire attaquer par ce qui en sortirait. Garder les pieds sur terre semblait l’option la plus sage…en considérant qu’ils étaient coincés dans un temple qui les menaçait de mort et présentait un tas de cadavres à l’entrée.

Suivant les pas du mercenaire agile, Tenkô s’accrocha à ses hanches d’une main pour ne pas tomber de la pierre qu’ils partageaient maintenant. Sur la pointe de ses petits pieds, resserrant sa prise sur son pilier de muscles et de métal, il se mit à se pencher en avant pour tenter de décrypter les dessins sur la porte. Le temps avait quelque peu usé les symboles et ses yeux peinaient à discerner les contours effacés des monstres.

Sa langue claqua d’agacement et il se pencha davantage encore.
Son regard, parcourant les murs à la rechercher d’autres indices aperçut le texte étonnamment récent et déchiffrable.

« Là c’est lisible, et c’est pas du mongole ancien… »

Sa découverte l’étonnait franchement.
Il lut à voix haute pour partager cela avec ses partenaires.

« Les cinq en même… »

La fin de la phrase se perdit dans un cri.

« TEEEEEMPS. »

Trop concentré sur sa lecture, le corbeau en avait perdu pied. La dalle sur laquelle il tenta de récupérer l’équilibre se brisa sous son poids et perdant sa prise sur le mercenaire, il s’effondra au fond d’un gouffre – source de son cri effrayé.

Ses maigres fesses amortirent le choc et un nuage de poussière s’éleva autour de lui. Crachant ses poumons de longues secondes, le japonais se redressa pour tenter de comprendre où il était. La boule lumineuse était tombée, redevenant neige en perdant le contact et la volonté de son propriétaire. A tâtons, fouillant l’obscurité du regard à la recherche de sa blancheur éclatante, le corbeau récupéra sa source de lumière.

Et à peine envahit-elle la cavité que le sang quitta son visage.

Un scorpion de dimension anormale lui faisait face.

Un rire nerveux glissa entre ses lèvres, vibrant dans sa gorge asséchée par la peur. Comment se sortirait-il de cette situation ? L’espace était à peine assez grand pour que les deux créatures coexistent et le premier mouvement qu’il réaliserait sonnerait sa perte. Si les pinces massives ne plaisaient pas outre mesure au corbeau, ses yeux étaient principalement rivés sur l’aiguillon probablement mortel qui planait au-dessus de lui.

Il retenait son souffle.

Se transformer était probablement sa seule chance de s’en sortir vivant. Il n’avait pas de quoi affronter une bestiole pareille. Cependant, les murs l’enfermaient étroitement et il n’était pas certain d’arriver à battre suffisamment des ailes pour le quitter.

Dilemme.
L’immobilité demeurait entre les deux combattants.

« Louie… ? »

Murmura-t-il, profitant de l’écho pour l’interpeler.
Le scorpion ne bougea presque pas. Entendait-il seulement ?

Tenkô poussa sa chance et reprit sur le même ton incertain.

« Je… Si tu as envie de balancer un explosif, ça serait vraiment parfait. Compte jusqu’à trois, je m’envolerai à ce moment-là… »

Avait-il une autre option ?
Patientant pour le décompte, Tenkô se tenait prêt à bondir et se transformer. Il profiterait de l’élan pour voler hors du piège.

Pendant ce temps, les cris résonnaient toujours, provenant des brèches dans le toit et aidant nullement l’asiatique à conserver son sang-froid.


Cadeau de Noël:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shísān Wǔ
La cadette des douze frères
avatar
✦ Libre pour RP ? : Libre !

✦ Double-compte : Reine Ronce, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Orendi

Mer 17 Jan - 9:47
Louie venait de lui sauver la vie – encore une fois. C'était à croire que le mercenaire veillait sur lui mieux que n'importe quelle belle étoile. Sans son secours l'empereur aurait perdu bien plus que quelques cheveux. Probablement aurait-il eu le corps calciné. Ainsi aurait chuté sa vie : mort, grillé comme une simple pièce de viande, au sein d'un temple mongol. Une épitaphe grossière et malvenue qui aurait entaché tout son parcours, tout ce qu'il aurait amené à son empire. Obéissant plus docilement qu'il ne l'aurait voulu à la voix impérieuse de Louie, Shísān demeura campé sur ses positions écoutant et observant en élève assidu. Quant à l'interprète il avait déjà filé, plus rapide qu'une gazelle. L'instinct de conservation probablement.

Louie semblait avoir compris comment avancer (était-ce si étonnant ?). Une sombre histoire de dalles à actionner, de symboles à retrouver. Dommage que l'interprète ait déjà déserté, Shisan aurait trouvé fort à propos de l'envoyer au casse-pipe discerner les autres symboles de la porte scellée.

Un mugissement retentit, cri à la nature inconnue qui poussa Shísān à lever les yeux et la lame de son épée, prêt à fendre quiconque (ou quelconque entité) approcherait de lui. Néanmoins, contrairement à ses attentes, le danger ne vint pas d'en haut mais d'en bas. Plus précisément de la dalle où s'était posée Tenkô. S'effondrant sous son poids, elle fit basculer le tengu qui, des tréfonds de son gouffre, réclamait de l'aide. Et son ton indiquait, clairement, que son souci premier ne devait pas être une cheville foulée.

Sautillant au mieux entre les dalles, croisant les doigts pour ne pas fouler un piège, l'empereur arriva auprès du gouffre. À peine éclairé par la sphère magique, qui irradiait d'une lueur plus proche de la luciole que de l'ampoule, le visage de Tenkô se révéla blafard, figé par la peur. Et il y avait de quoi. Face à lui se dressait un scorpion gigantesque dont le dard oscillait, tentait d'atteindre sa cible humaine mais sans grand succès.

« Ne bougez pas Tenkô ! » le héla Shísān, penché vers le gouffre. « La cavité est trop étroite pour lui. Et il m'a l'air particulièrement lent. Probablement qu'il est là depuis bien trop longtemps. »

Allez savoir depuis combien d'années il végétait là cet insecte, si même il n'avait pas vu le jour ici, scellé sous cette dalle, attendant le jour où on lui livrerait une victime où décharger sa rage ? Les doigts de Shísān se replièrent fermement sur le manche de son épée, appréhendant déjà ce qu'il allait accomplir. La prudence lui soufflait de laisser Louie s'en charger, de se préoccuper de la porte avant tout, d'avancer quel qu'en soit le prix. Parfois un sacrifice se révélait nécessaire. Mais c'était pour Tenkô qu'ils étaient là, pour lui extirper cette malédiction qui le dévorait. Lui tourner le dos revenait à le condamner, et à accorder une victoire à la magie.

Du sac de voyage agrippé à ses hanches, Shísān extirpa un gant dont il nantit sa main gauche. Ce qu'il allait commettre était pure folie, mais avait-il le choix d'agir autrement ? Oui, mais cela aurait été déshonorant. Autant dire que ce choix, il se le refusait.

« Louie, je saute. »

Le ton était sans appel, une simple indication pour prévenir le mercenaire.

Les semelles de Shísān claquèrent contre le sol tandis qu'il sautait dans le gouffre, dents serrés. Chance pour lui le scorpion ne prêta pas attention à lui, ne bougeant pas de sa place première. L'empereur sentit ses os s'entrechoquer lorsqu'il se réceptionna sur le dos de l'insecte, l'onde de choc se propageant dans tout son corps. Un sifflement retentit, cri d'alerte de l'animal qui voulut déloger cet étranger de son dos. La queue fouetta l'air, le dard frôla Shisan qui, rentrant la tête dans les épaules, esquivait, craignant la piqure qui le mettrait à terre.

La lame de l'épée frappa la carapace tentant de creuser une blessure, d'atteindre la chair tendre qui se dissimulait sous cette armure naturelle. Un énième mouvement de la part de sa monture obligea Shísān à s'allonger sur le dos pour ne pas tomber. Le dard déchira un bout de tissu dans un froufroutement soyeux. Se relevant sur un genou, l'empereur posa sa main gauche sur le scorpion. Le courant électrique lui arracha une grimace mais infligea bien pis à sa victime qui, sifflant, tenta de se débattre, son dard tentant de percer son ennemi.

Juché sur le dos du scorpion géant, Shísān intronisait une nouvelle forme de rodéo.

« Il faut toucher les plis de sa carapace ! » hurla-t-il à la cantonade, partageant ce qu'il avait observé en attaquant son ennemi. « Il ne sortira pas d'ici, il y est trop coincé. »

Levant la tête vers Louie, il ajouta.

« Ne balancez pas d'explosifs tant que je suis là-dedans ! »

Lui ne savait pas voler.


Avatar par Tenkô Gou

Revenir en haut Aller en bas
Louie
Le chef des voleurs
avatar
✦ Libre pour RP ? : Bientôt

✦ Double-compte : Jan - Ofelia

Jeu 18 Jan - 18:51


Trois hommes et une boite

Avec Shisan et Tenkô



Tenkô le rejoignit dans la foulée, sa main serrant sa hanche et le maintenant aux épaules, Louie le laissa décrypter les symboles sur la porte avant que ce dernier ne lui échappe, d’un vacillement que lui-même ne prédit pas sur l’instant. La dalle s’écroula sous le poids tout de même léger du japonais et le mercenaire ressentit pour la première fois une peur sincère pour l’un de ses coéquipiers. Il savait Chester et Orendi débrouillardes pour ne pas craindre leur mort – mais Tenkô était fait d’un tout autre bois.

Fort heureusement pour ses nerfs, la voix de ce dernier s’éleva malgré la poussière des débris et parvenant à discerner tant sa silhouette que celle du scorpion qui lui faisait face, Louie claqua la langue nerveusement en attrapant dans sa poche intérieure droite un baton de dynamite.

« Tiens toi prêt. Les scorpions les plus gros ne sont jamais les plus dangereux mais on fera une exception pour celui-ci. » Avant tout parce qu’avec la taille de son dard, il lui serait aisé de transpercer l’hybride comme on craquerait une brindille de bois.

Le plan, simple et tout à fait à sa portée, allait ainsi s’accomplir mais Shisan, une nouvelle fois, vint y rajouter son grain de sel. Les rejoignant pour mieux plonger dans les entrailles de ce sous sol, se coupant premièrement toute voie de sortie sans aide, et dégainant son épée pour finalement chevaucher la bête.

Louie manqua de s’en frapper le front. Les caprices de l’Empereur dans cette épopée rajoutait certes du piment à un objectif en ligne droite, mais n’allait pas tarder à leur apporter foule d’éléments plus dangereux les uns que les autres à ce rythme. Transformant ainsi le mercenaire en baby-sitter auto-proclamé.

« Ca va, tu te démerdes ? »
Lança-t-il alors au chinois, le ton acide mais attendri d’une certaine manière. Shisan était le summum du virilisme à toute épreuve. Il fallait qu’il agisse pour retrouver le contrôle. Pour être l’alpha.

Louie n’allait pas le lui reprocher, ça le rendait pitoyablement sexy.

« Ecartez vous. » Ecartant les bras, sautillant sur place, ce fut d’un bond qu’il les rejoignit.

Et que ses 130 kilos bien tassés vinrent s’exploser sur le scorpion, broyant sa carapace et avant tout son dard dangereux, dans un claquement de pince suraigu. A demi immobilisé sous le choc de la douleur, la créature resta là, victime des pieds de Louie qui en profita pour s’allumer un cigare.

Avant de proposer, galamment.

« Qui le finit ? »










pour moi faire éclore
la grande fleur rouge
ce serait merveilleux


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Asie :: Chine-
Sauter vers: