Partagez | 
 

 [Année 0002] This is a polite war.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Walter Miller
avatar

MessageSujet: [Année 0002] This is a polite war.   Dim 4 Mar - 18:27
Un envoyé diplomatique. Voilà ce qu'il était aujourd'hui. Il avait parfois tant de facettes à sa personnalité qu'il était toujours bon de se répéter son rôle, même intérieurement.  Rôle temporaire mais important. Walter glissa ses longs doigts arachnéens sur la rose rouge brodée sur sa veste d'apparat en velours noir, un sourire ironique flottant paresseusement sur son visage.

L'entrée en scène allait être spectaculaire et il en était parfaitement conscient. Laissant le vent s'engouffrer dans ses cheveux sombres, le britannique releva son regard vers les hautes voiles du navire avant de le redescendre vers le tapis vert qui s'étalait six pieds sous le navire volant.

" Les forêts françaises sont magnifiques n'est-ce pas monsieur?" fit le Capitaine à ses côtés, un accent irlandais chantant dans chaque mots. Ce dernier était de haute stature, port altier, barbe blanche et bien taillé. On le sentait fier et heureux de présider à une telle entrée.

Walter eut un regard condescendant vers le royaume qui prospérait sous leurs yeux. Oui de toute évidence la France était un joyau. Vert, luxueux et dont la terre était si riche qu'elle vomissait des nourritures exquises et intemporelles. C'était exactement pour cette raison qu'elle devait devenir britannique. Faire partie de l'Empire; voilà qui était sa plus belle chance. Une France anglaise était une France parfaite.

" Certes capitaine." répondit le jeune homme en allumant sa cigarette d'un geste désinvolte. " La France recèle de trésors."

" La Cour de la Reine Ronce fait tant parler d'elle. On l'a dit belle comme un astre et..." le vieil homme se tut en voyant le regard meurtrier que lui lança Walter sur le moment. " ... mais bien sur notre Reine est la plus belle. "

Walter expira et la fumée s'échappa de ses lèvres en volutes tandis qu'un léger silence s'installa. Mais le Capitaine sembla retrouver des couleurs rapidement et pointa l'horizon.

" Regardez Ser Miller! Le Château de Ronce!"

La moitié de l'équipage se précipita vers l'avant et Walter lui-même cessa de tirer sur sa cigarette. Au début, seul la pointe du donjon était perceptible à travers les nuages mais à présent la silhouette monumentale du palais était dans le champ de mire. De marbre rose et de ronces verdoyantes qui donnaient un éclat précieux sous le soleil, le Château de Ronce tel qu'on l'appelait populairement, était éclatant. A la quasi stupeur de Walter, il trouva même que c'était sans doute le plus beau monument sur lequel il avait jamais posé les yeux.

Raison encore supplémentaire pour que tout ceci leurs appartiennent.

Il ne se souvenait pas avoir jamais vu la reine Ronce. Après tout, la demoiselle s'était réveillé il y a peu. Aujourd'hui encore la France émergeait d'un long somme qui la laissait groggy et embrumée.

" Capitaine," fit-il en retrouvant ses esprits. " Capitaine!"

" Euh ah oui..."

Décidément ces irlandais n'étaient pas bon à grand chose.

" Veuillez dire à tout le monde de se tenir prêt. Notre arrivée doit être exemplaire. Il en va de l'honneur de la couronne britannique."

" Bien sur Ser Miller. Vous avez-entendu! TOUS A VOS POSTES!"

Le chaos dura quelques minutes mais, alors que l'on pouvait maintenant contempler la cour entière de la reine de France sur le patio supérieur, tout le monde était prêt, habillé en circonstance et les armes rutilantes.

La sensation du navire perdant son altitude était étrange. Comme si vos organes restaient à flotter dans l'ether tandis que le reste de votre corps subissait les lois de la gravité.
Walter rajusta une dernière fois ses manches et garda un oeil de prédateur sur ce qu'il se passait tout autour de lui tandis que le bateau volant atterrissait avec une douceur inattendue.

Des "ahhh" et "ohhh" se faisaient entendre dans la foule et Walter fit un pas en avant.

The game is on.

Et c'est avec un sourire splendide qu'il mit un pied sur la passerelle. Devant lui un tapis rouge qui remontait vers une estrade qui semblait d'or tellement elle scintillait. Soucieux de faire bonne impression, Walter avait à peine conscience d'avoir pourtant enclenché son pouvoir de manière quasi totale. Il marcha jusqu'à l'estrade en prenant garde de mesurer ses pas et sa vitesse. En glissant avec habileté des sourires et des coups d'oeils sur les côtés où les courtisans s'empressaient.

Il la regarda enfin avec un intêret qu'il ne cacha pas puis il posa un genou à terre enfin.

" Reine Ronce, mes hommages. Au nom de notre Reine Adelaîde, veuillez acceptez, en guise de gages d'amitié entre nos deux pays, ce modeste présent."
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Année 0002] This is a polite war.   Dim 4 Mar - 23:21
    Ronce avait tâché de ne pas déchirer la missive de la reine d'Angleterre mais, ô combien cela avait été tentant. Converser avec cette femme ne lui avait jamais plu, et ce n'est pas aujourd'hui qu'elle changerait d'avis. Adelaïde n'était qu'un fantoche, un vulgaire pantin qu'on avait placé sur le trône pour faire joli. Elle ne méritait nullement la couronne qu'on lui avait placé sur la tête, tout autant que son époux. La reine seule, la véritable était sa sœur, renvoyé du château comme une malpropre et frayant désormais avec le commun. Grattant du bout de l'ongle pour récupérer ses droits. Si une reine devait occuper le trône d'Angleterre c'était bien elle, même si son époux était défunt.

    Mais par respect du protocole et afin d'éviter une guerre – la France ne pouvait se le permettre vu l'état de son armée – Ronce avait accepté qu'un émissaire vienne sur ses terres. On avait apprêté les lieux pour l'occasion, il fallait que la France brille aux yeux des Anglais, qu'elle ne soit pas un hideux royaume poussiéreux et brisé, mais un pays prêt à répandre sa gloire sur l'Europe. Mais personne ne s'attendait à une telle arrivée – arrivée triomphante qui fit bouillir de rage Ronce tandis que son visage demeurait un masque de cordialité avec le sourire qui va avec. Par ce jeu de scène Adelaïde venait de la rabaisser et l'orgueil, toute française, en était touchée. On agitait sous le nez de Ronce une technologie qu'elle ne possédait pas, on lui rappelait son retard.

    Exclamations de surprises, approbations, gloussements – la cour était sous le charme aussi bien du bateau volant qui resplendissait tel un joyau que par l'émissaire. Le cheveu noir, l'oeil sombre mais pétillant, cet homme avait le charme de la jeunesse avec quelque chose de dangereux, de sournois. Ronce voyait là un prédateur lâché au sein d'une basse-cour et le regard posé sur elle la glaçait. On aurait dit qu'il la déshabillait, cherchant jusque sous sa peau quelque chose à dévorer.

    " Reine Ronce, mes hommages. Au nom de notre Reine Adelaîde, veuillez acceptez, en guise de gages d'amitié entre nos deux pays, ce modeste présent."

    Jouant son rôle de reine à la perfection, Ronce inclina la tête.

    — Remerciez cette chère Adelaïde de ma part. Elle me fait là un présent inespéré. (Les mots faux, suintant d'ironie et de politesse exagérée coulaient de sa gorge en la brûlant) Serait-il possible de l'observer de plus près ?

    Mouvement dans la foule. Courtisans enfiévrés, demoiselles entichées de l'émissaire, tous voulaient accompagner la reine dans sa visite qui pour être mieux vu, l'autre pour approcher le vaisseau ou l'émissaire. Le charme du loup gagnait tout le monde, enfiévrait les passions, dénouait les unions. Le loup était entré dans la bergerie et les moutons s'empressaient autour de lui. Ronce finit par mettre d'accord tout le monde en demandant juste à un des gardes de l'accompagner – mesure de prudence obligatoire en présence d'un Anglais.

    Quittant son trône, Ronce remonta l'allée avec Walter.

    — Votre nom, émissaire ? Que les dames de ma cour puissent le soupirer lors de votre départ et les hommes le maudire. C'est que, vous avez su vous faire aimer en peu de temps, se moqua Ronce non sans voir qu'elle-même en allait être victime.

    Comment un cœur qui ne fut jamais amoureux peut ressentir le danger des charmes qui, soudainement, l'emprisonnent ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Walter Miller
avatar

MessageSujet: Re: [Année 0002] This is a polite war.   Sam 22 Sep - 23:21
L'attitude de la Reine Ronce le fit presque sourire. Il s'était attendue à une reine jeune, belle et sotte. Si elle remplissait parfaitement son rôle quand aux deux premiers attributs, il était d'ores et déjà évident qu'elle évitait avec dextérité l'écueil du dernier.

Elle était méfiante. D'autant plus suspicieuse qu'elle semblait avoir une admiration teinté de dédain pour le présent qu'il apportait au nom de sa majesté Adélaide.

" Remerciez cette chère Adelaïde de ma part. Elle me fait là un présent inespéré. Serait-il possible de l'observer de plus près ?"

Toujours agenouillé, Walter glissa un sourire charmeur sur son visage et tendit une main vers la Reine de France.

" Votre majesté..." fit-il simplement, laissant ses longs doigts courir contre la peau fraîche de la demoiselle.

Elle avait certes posé une question, mais cela n'en avait jamais été une. Un ordre poliment déguisé, portant un doux parfum d'innocence. Ni plus ni moins.

" Votre nom, émissaire ? Que les dames de ma cour puissent le soupirer lors de votre départ et les hommes le maudire. C'est que, vous avez su vous faire aimer en peu de temps."

Prenant garde ne pas froisser la robe royale, Walter calqua son pas sur celui d'Aliénor.

" Je ne saurais prétendre à tant d'honneurs votre Grâce," répondit le britannique en penchant son regard en réponse. Un rais de soleil vint illuminer le visage d'Aliénor et pendant un court instant, Walter resta coi. Il était rare que les mots lui manquent aussi fronça t'il les sourcils avant de reprendre ses esprits aussi rapidement qu'il semblait les avoir perdus. " Je ne suis qu'à votre service ma Dame." Appuyant sur la possession.

Il était là pour charmer la Cour certes, et de toute évidence Aliénor avait vu juste en ce qui concernait sa réussite, mais peut-être y'avait-il quelques bénéfices à avoir un trophée aussi prestigieux à son tableau de chasse.

Il la regarda de nouveau discrètement et sourit en imaginant avec délectation la beauté qu'il y aurait à voir ces cheveux blonds épars sur un oreiller et cette bouche former des sons inarticulés.

" Peut-être... si j'osais votre majesté?"
fit-il d'un ton où perçait l'amusement, une lueur de défi dans les yeux sombres. " Vous enlever à votre cour. Voir votre château.... d'en haut."

Faire monter la Reine Ronce sur le navire flottant n'avait jamais été au programme, mais parfois il fallait faire preuve d'esprit d'initiative quand le jeu en valait autant la chandelle.
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Année 0002] This is a polite war.   Mar 18 Déc - 19:04
    Spoiler:
     
    Le garde, entendant la suggestion de l'émissaire, osa se pencher près de l'oreille de sa reine.

    — Majesté. Si je puis me permettre... ne serait-ce pas dangereux ?

    Il était évident que si et Ronce le savait. Cette proposition cachait peut-être un enlèvement, qui aboutirait à une demande de rançon qui saignerait le pays. Ou à une proposition qui obligerait la France à se soumettre et devenir un pays conquis.

    Mais la tentation de voir le navire de plus près demeurait présente. Ronce tapota le bras du garde, vieux moustachu homme le plus âgé de toute la garnison et le plus expérimenté. Sages étaient ses conseils, Ronce le savait mais elle allait devoir lui désobéir.

    — Allons voir ce navire de plus près. Je dois dire qu'il m'intrigue. Accompagnez-nous, ajouta-t-elle à l'adresse du garde.

    Un peu de sécurité ne serait pas de trop. Bras dessus bras dessous avec l'émissaire, la reine monta au sein du navire. L'intérieur n'était pas si différent des navires ordinaires, mais bien plus éclairé grâce aux hublots qui laissaient entrer à flot la lumière du soleil.

    S'étant détaché de Walter, Ronce observait tout, touchait du bout des doigts de peur de casser quelque chose.

    — Où sont donc les mécanismes qui régissent le tout ? Dans la cabine du capitaine ?

    La décoration n'était pas sans rappeler les salles de réception de grandes demeures nobles. On sentait là que le navire avait été créé pour des voyageurs fortunés.

    Caché dans l'ombre, le garde gardait un oeil sur Walter, la main posée sur son épée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Walter Miller
avatar

MessageSujet: Re: [Année 0002] This is a polite war.   Lun 25 Fév - 16:39
Son sourire carnassier s'étira un peu plus en voyant le garde se pencher à l'oreille de la reine de France. Probablement la mettre en garde. Son invitation était somme toute non protocolaire et il y avait une certaine mise en danger que Walter aimait donner à cette cour encore un peu ensommeillée.

"Allons voir ce navire de plus près. Je dois dire qu'il m'intrigue. Accompagnez-nous."

Ah.

Défi relevé.

Walter laissa la satisfaction couler sur son égo. Une opportunité comme celle-ci, il n'en aurait peut-être pas d'autre. Oui, Ronce était censé le recevoir en privé pour une discussion protocolaire mais sur le sol français. Sur ce navire flottant, elle faisait un pas vers le sol britannique.

Il lui tendit le bras avec déférence et c'est accroché l'un à l'autre qu'ils pénétrèrent sur le bateau, Walter laissant un regard perçant balayer l'équipage. Si un seul d'entre eux écrivait une seule fausse note dans ce magnifique opéra, il ferait en sorte de le pendre par les pouces et de le dépecer vivant.

Le loup guettait cette reine encore prudente à son égard. Il savait reconnaitre un jeu quand il en devenait une pièce maitresse et la façon dont elle laissait ses doigts courir sur les instruments avaient une grâce inespérée. Était-ce avec cette même main qu'elle avait plongé tout son royaume dans un chaos silencieux?

"Où sont donc les mécanismes qui régissent le tout ? Dans la cabine du capitaine."

"Je ne savais pas votre majesté férue de nouvelles technologies." fit-il dans un sourire charmeur. " Votre grâce est pleine de surprises."

Il fit signe au capitaine irlandais qui s'empressa avec déférence, clairement enchanté par Ronce, de les conduire vers la salle des machines ou d'énormes cylindres pompaient un air chaud.

"Cela fonctionne comme une montgolfière votre majesté. Mais je ne vous conseille pas de toucher. De si jolis mains ne sauraient s'approcher trop près du feu. Et je m'en voudrais si vous vous brûliez."
Revenir en haut Aller en bas
La belle au bois dormant
Ronce de France
avatar
✦ Libre pour RP ? : Complète.

✦ Double-compte : Alice Liddell, Sigmund Rammsteiner, Hildegarde Müller, Shísān Wǔ, Ragnar Mjöllnir, Orendi


MessageSujet: Re: [Année 0002] This is a polite war.   Ven 8 Mar - 20:02
    Vraiment charmeur ce loup. Toute cette cohue, cette chaleur, étourdissaient Ronce qui n'était pas habituée à de telles sensations. Et la robe, complexe par ses jupons, devenait pesante. Pour ne pas faire pâle figure, Ronce se força à demeurer et s'intéresser aux explications. Non pas que cela n'était pas inutile, mais quand on est plongé dans une moite atmosphère, on a du mal à fixer son attention.

    — Croyez-moi, je n'ai pas pour ambition de toucher à quoi que ce soit. Je laisse cela aux personnes compétentes. Puis, c'est bien normal qu'une souveraine soit curieuse des nouveautés qui sont créées de par le monde.

    Plusieurs des employés jetaient un œil à leur visiteuse, peu habituées à voir une femme dans un tel lieu. Ronce voulut essuyer la sueur qu'elle sentait sur son front et sa nuque. Il fallait qu'elle sorte d'ici au plus vite.

    — Serait-il possible de retourner dans les salles précédentes ? Je crois bien avoir besoin d'un peu d'air.

    Et sûrement d'un verre bien frais. Suivant Wolf pour ne pas se perdre dans le dédale des machines, Ronce rejoignit un salon digne des maisons des familles de la noblesse. Tout était si délicat et raffiné, un plaisir pour les yeux ! Ronce ne put s'empêcher de toucher à ce qu'elle voyait, laissant glisser ses doigts sur les meubles.

    — Je ne sais qui a été chargé de la décoration, mais il a un goût exquis !

    Ronce était émerveillée comme une petite fille. Oubliant totalement qu'elle se jetait dans la gueule du loup.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Walter Miller
avatar

MessageSujet: Re: [Année 0002] This is a polite war.   Jeu 22 Aoû - 15:32
Il la regardait mouvoir avec un instinct de prédateur. Gracieuse et délicate. Le reste de l'équipage la buvait du regard églement. Au moins, Walter comprenait aisément pourquoi elle était reine. Elle en montrait de la fascination pour la science qui se déroulait sous ses yeux ébahis. C'était donc là que l'avidité allait éclore.

Evidemment.

Un royaume endormi depuis des décennies. La seule chance de pouvoir réellement revenir sur le devant de la scène était encore la technologie et nul doute que ces histoires d'androïdes lui était également parvenu aux oreilles. Et eux pendant ce temps là, au Royaume-Uni, ils perdaient leurs temps dans une lutte intestine. Adélaïde aurait du -devrait- anéantir ses soeurs.

Si seulement elle se laissait convaincre...

"Par ici, votre majesté. Mettez-vous à l'aise."

Un simple sourire impérieux le débarrassant de ses autres pensées. La moindre intonation chez le loup avait des éclats parfois déliberemment hypnotique et tendancieux. Le thé tenait d'un cérémoniel inspide selon Walter mais il y avait d'autres objectifs. Subrepticement il laissa le liquide ambré couler dans la tasse en porcelaine, ses yeux sombres ne quittant pas le visage poupin de Ronce tandis qu'il se mit à converser avec à propos de ses fameuses rumeurs d'humanoides d'un nouveau type venant de l'Est.

C'est ce garde, celui là même qui ne semblait pas lui faire confiance, qui eut le premier le reflexe. D'un geste qui ne souffrait aucune discussion il stoppa Walter.

"Le thé doit être gouté!"

Ah.

Walter se mit à rire.

Mauvaise pioche.

Bien sur que le thé était empoisonné. Rendormir la princesse au bois dormant. Il y avait une certaine poésie dans l'intention, non?

"Vos gardes sont hautement suspicieux ma dame." fit-il moqueusement tandis qu'un membre de la suite restreinte de la reine prit, sans que quiconque s'en aperçoive réellement, une tasse.

Deux minutes à peine et il s'effondra sur le riche tapis, dormant profondément.

Il y eut un instant suspendu dans le temps ou chacun pris mesure de ce que cela pouvait et voulait dire puis la cacophonie la plus complète régna.  Le garde se jeta devant la reine pour la protéger à corps défendant, une mélée se créa de part et d'autre et pour une raison qu'il ignorait, certain membres de l'équipage se rapprochant de Ronce tandis que lui même incitait à la capture de la reine, tombaient comme des mouches.

Le thé aurait-il des vertus odorantes également?

Une réelle curiosité zébra son torse et il sauta par-dessus la table pour s'approcher à son tour mais le garde déjà emportait avec lui la reine Ronce, à l'abri, sur un canoé volant de fortune. Oh le bougre avait bien retenu la leçon durant l'exposé et la visite du navire flottant. Un rire sombre le secoua et il se pencha sur la balustrade regardant la tête couronnée blonde descendre avec ses quelques fidèles qui avaient été assez courageux pour sauter avec elle. Il sauta sur le rebord, le vide toisant sous ses pieds, puis suivit sa trajectoire, levant une main vers son équipage qui arrêta son agitation inutile.

Il était futile qu'ils se parlent.

Il voyait bien la rage dans ses iris azur. C'était déléctable au possible. Il pouvait déjà voir les ordres d'arrêt à son égard au sein du royaume de France.

Il lui adressa un sourire de guinguois puis avec une lenteur adéquate vu qu'il était en équilibre, un salut de circonstance.

"Au plaisir Reine Ronce."

Cette malheureuse délégation britannique avait échoué mais la rencontre avait été on ne peut plus intéressante. Un gout de galette presque.

Les habitants de ce monde pouvaient se battre pour les androides et les technologies nouvelles... Walter savait ce qu'il désirait. Et présentement, le royaume de France avait un intêret certain.

"On rentre."

Il était temps de faire son rapport à Adelaide.

{clos ♥}
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Année 0002] This is a polite war.   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Année 0002] This is a polite war.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: France :: Château de Versailles-


saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat