Partagez | 
 

 [Année 0002] I've been left Tealess !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Magdalena Korzha

MessageSujet: [Année 0002] I've been left Tealess !   Mar 25 Juin - 14:52
Magdalena avait, toujours accompagnée de sa fille, quitté l’Opéra.  Contrairement aux bourgeois curieux, ce n’était ni septique ni choquée qu’elle avait rejoint les rues chaleureuses d’Espagne.  Calme, quelques heures c’étaient écoulées avant qu’elle n’envisage d’aller rendre visite à son collègue.  Bien sûr, elle avait réussi à contacter les autorités roumaines et expliqué, dans une lettre très précise, la situation à Marius, mais sans plus.  Viorica était toujours aussi excitée et s’arrêtait devant chaque marchant.  De jolis bijoux espagnols, de jolies robes espagnoles, de jolis chapeaux espagnols.  N’importe quoi.  Magdalena se contentait donc de suivre l’enfant, ne sachant plus trop que faire.  Ce pays fait de magie et de métal paraissait si ennuyeux.  Elle eut même un coup de déprime en pensant que de nombreux jours la séparaient encore de son précieux laboratoire.  

Puis l’idée la plus plaisante et la plus respectable germa dans son esprit.  La veuve fit signe à la jeune fille de la suivre et elles obliquèrent vers le centre de justice, où Vasile avait été enfermé.  Vu de l’extérieur, la prison lui paraissait respectable.  Une fois à l’intérieur, c’était autre chose.  Les couloirs étaient sombres et les gardiens affichaient des airs méprisables.  Voir deux membres du sexe faible entrer ne leur plut pas.  Lorsque Magdalena déblatéra en roumain qu’elle désirait rencontrer le scientifique fou, les gardes ne s’écartèrent pas.  Il en fallu peu, cependant, pour qu’ils réalisent que leur nouveau prisonnier et la dame se connaissaient.  La scientifique était une femme particulièrement grande et ses regards sévères ainsi que sa dure voix surent convaincre les gardiens de la laisser passer.  Ils étaient face à face, chacun d’un côté des barreaux. 

« Vous êtes dans une cellule tout à fait charmante... »

Un sourire malsain prit place sur le visage de Magdalena.  Ses bras se croisèrent sous sa poitrine.  Elle se tenait à une distance raisonnable.  Connaissant Vasile, il pourrait tenter de l’étrangler d’au travers les barreaux s’il n’avait pas immédiatement son thé.  Malheureusement pour lui, mais surprenant pour personne, la scientifique ne lui en avait pas acheté.  Viorica, quant à elle, se promenait, tournait autour de sa mère.  Parfois elle jetait un coup d’œil au gardien, inquiète.  Le gros monsieur méchant !  Entre ses petites mains elle attrapa les barreaux et s’y appuya.  Levant ses yeux bleus vers le chapelier, elle lui demanda, curieuse :

« Pourquoi vous n’êtes pas sorti tout seul ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Vasile Duca

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Jeu 27 Juin - 0:45
Le temps se faisait long, affreusement long pour le Chapelier derrière les barreaux. Assis sur une mince banquette bourrée de paille, le Chapelier se tenait bien droit, chapeau posé sur ses genoux, comme s'il attendait une libération imminente ! Les gardes ricanaient de le voir si empressé à sortir. Après tout, le Duc lui même l'avait fait arrêté, décision appuyée par le Roi en personne !

Tout ceci, bien sûr, n'étaient que détails aux yeux du savant. Il dédaigna l'eau trouble et la nourriture infecte qu'on avait pu lui apporté et s'était juste contenté de demander du thé !

.. Et ces sauvages avaient même refusé de le lui en apporter... Pour qui se prenaient-ils ?

Au bout de ce qui lui sembla des heures et des heures d'attente, son oreille capta le bruit d'une multitude de petits pas. Il leva ses yeux clairs pour rencontrer ceux de Magdalena... Et de Viorica.

Il se leva en un bond souple, replaçant le chapeau sur le sommet de son crâne avant de s'agripper aux barreaux.

" Vous voilà enfin ! Allez vous me sortir d'ici ? Il me semble que j'ai bien assez attendu dans cet endroit sordide. Ils n'ont pas de thé, Magdalena ! Pas de thé ! "

Il répéta encore cette dernière phrase, comme pour souligner l'abominable tourment qu'ils lui faisaient subir, puis baissa les yeux vers Viorica, agacé.

" Je ne sors pas tout seul parce que sans la clé, je ne le peux pas. Et que je n'ai pas d'outils sur moi pour écarter les barreaux de cette cage. As-tu d'autres questions idiotes à me poser fillette ? "

Vasile se releva la tête et constata alors qu'aucun garde ne semblait disposé à lui ouvrir la porte de sa cellule, malgré la présence de Korzha. Son regard erra en direction de la scientifique, l'air inquiet.

" ... Vous n'êtes pas venue me sauver, n'est ce pas ? " Ses pupilles acérées s'étrécirent, fâché qu'il était d'avoir espéré une libération si rapide... Et d'avoir été déçu. " ... Cela vous amuse-t-il de me voir enfermé ici Magdalena ? "

Il soupira nerveusement avant de se rasseoir lourdement sur sa banquette, le visage fermé, impatient.

" ... Et je suppose que vous n'êtes pas non plus arrivée pourvue d'un peu de thé pour le pauvre prisonnier que je suis, par hasard ? "

Hautement improbable. La scientifique détestait le thé. Mais hé, qui ne tente rien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Magdalena Korzha

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Dim 30 Juin - 2:51
Vasile, le pauvre, n’avait jamais semblé aussi démuni. Enfermé, sans thé et sa créativité étant raillée et brimée. Le sentiment de répression qu’il éprouvait devait ressembler à celui qu’elle ressentait lorsqu’on l’obligeait à sortir dans le monde, vêtue de soieries et de brillants bijoux. Toute propre, toute… femme. Cette idée lui donna envie de frissonner et Magdalena la repoussa tout au fond de sa tête, avec le reste d’humanité et de bon sens.

« Mais pourquoi ? Je pensais que votre intelligence était au-dessus de tout ! »

La petite princesse Korzha avait presqu’autant d’admiration pour le scientifique de la Reine Rouge que pour ses parents. Vasile était brillant, il savait plein de choses et cela impressionnait beaucoup Viorica qui, maintenant, avait cru qu’il pourrait s’inventer quelque chose, un objet, une clé, pour sortir tout seul de la cellule. Consciente de l’idiotie/naïveté de sa fille, Magdalena la prit par les épaules et la recula des barreaux. L’enfant serra sa poupée dans ses mains et s’en alla, comme un grande, dans un autre coin de la pièce. Plus tard, elle montrerait à l’un des gardes sa jolie poupée.

Magdalena se rapprocha des barreaux et s’y agrippa comme le Chapelier, de manière railleuse. Vasile avait vu juste : Elle n’était pas venue pour le faire sortir. La veuve baissa les yeux vers le pauvre prisonnier et un sourire fendit ses lèvres.

« Même sans thé, vous comprenez vite. Vous ne trouvez pas cela amusant, vous ? Vous passez vos journées au cœur d’un asile et cela vous plait bien, mais dans une cellule d’Espagne… »

Elle leva son regard bleu et scruta la cellule dans laquelle le scientifique était enfermé. Triste, triste sort. Qu’est-ce qu’il devait s’ennuyer ! Elle ne répondit pas à sa dernière question, celle-ci se passait aisément de réponse.

« J’ai contacté Marius Simanov. Malgré mon statut social, ces espagnols n’ont pas voulu vous laisser sortir à ma demande. Ils doivent être tous émotifs et chamboulés, si vous voulez mon avis… »

Elle fronça les sourcils, comme préoccupée. Ce que c’était contrariant d’avoir Vasile enfermé ! Ce contretemps les empêchait de retourner vite fait bien fait en Roumanie pour se terrer à nouveau dans leur laboratoire.

« J’ai voulu abimer les barreaux… Les gardes m’ont enlevé ce que je portais dans mes mains –ils sont si naïfs- mais… Au risque d’avoir des problèmes avec les autorités espagnols –tels que de me retrouvé enfermée avec une bande de brutes sans vie ni cervelle, ce dont je n’ai pas envie- j’ai préféré laisser tomber. »


Magdalena eut un grand sourire et, se penchant, elle continua sur un tout autre sujet.

« Dites-moi, cet androïde qu’ils ont montré, il ne semble pas dater d’hier, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Vasile Duca

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Mar 2 Juil - 23:46
La mère ET la fille. Deux fois trop de choses à gérer pour le pauvre, pauvre Chapelier qui devait déjà gérer un enfermement injuste. SANS THÉ ! Tandis que la fille babillait ses inepties, la mère, elle, se fichait royalement de l'inventeur tout en confirmant ce qu'il craignait : Il allait encore devoir subir un bon moment l'enfermement forcé. UN ENFERMEMENT SANS THÉ !

Il tripotait nerveusement le bord élimé de son chapeau en soufflant, comme pour lui même.

" Au moins Marius devrait être en mesure de me sortir de là... Je doute que la Reine apprécie de me voir enfermé ici. L'asile est tout de même bien plus confortable que cette cellule humide. "

Il ponctua ses paroles d'un petit coup de pied dans le bol de fer blanc qu'on donnait aux prisonniers, sensé leur servir pour la nourriture et la boisson. Pour qui le prenait-on ? Un vulgaire chien ? Il lança un regard accusateur à Magdalena, comme si elle en portait la faute. Elle n'avait pas laissé tomber, elle l'avait laissé tomber lui ! Très grande différence !

" Dites-moi, cet androïde qu’ils ont montré, il ne semble pas dater d’hier, n’est-ce pas ? "


Vasile se renfrogna devant l'air goguenard de sa collègue. Confrontez donc un grand peintre à ses premières peintures ! Ce n'est pas une expérience des plus agréables, n'est ce pas ? Il se releva et attrapa de nouveau les barreaux, comme un homme tentant de justifier son innocence.

" C'était la première fois que je tentais d'en faire un volant... Cela n'a pas très bien fonctionné, je l'admet. Il n'était pas assez... équilibré et n'avait de cesse de s'écraser contre les murs... Mais qu'y puis-je ? Il était trop gros, à l'époque, voilà tout. Mais il a été le premier prototype. J'ai réussi, depuis, vous savez ? Et voilà que je le retrouve ici, ses mécaniques toutes abîmées ! "

Le Chapelier poussa un soupir de frustration.

" Cet ignorant de Caliaveri n'a rien arrangé, avec son petit tour de passe passe... "

Il soupira encore, dramatique, et sembla sincèrement désolé pour l'Androïde, l'espace d'un instant.

" ... Tant de belles machineries... Pfuit ! Envolées ! Inutilisables ! Quel gâchis ! Ha ! Magdalena... Quel gâchis ! Il n'y a vraiment là rien de drôle ! "

... Un instant, seulement ! C'est que le bel acier se faisait rare, surtout en Roumanie.

Malgré tout, cela secouait Vasile de voir ainsi trainé dans la boue un de ses premiers essais. Une partie de son Histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Magdalena Korzha

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Lun 8 Juil - 18:03
Ses doigts blancs toujours enserrés autour des barreaux, la grande femme observait le jeune chapelier se torturer dans sa cellule. Ses yeux bleus suivaient ses mouvements, comme fascinés par si peu de self-control. Vasile était, elle ne pouvait le nier, très amusant à voir aller. Ses lèvres scellées s’étirèrent à nouveau en sourire. Pour un artiste, il acceptait bien mal la critique !

« Voler était un des rêves d’Emilian. Je me rappelle, lorsque vous avez réussi à faire voler votre premier androïde, il n’avait pas cessé d’en parler pendant des jours et des jours. »

Magdalena leva les yeux au ciel, se remémorant quelques souvenirs du temps où son époux était toujours vivant. Gentilhomme ayant passé les jeunes années de sa vie dans les livres, il avait souvent levé les yeux vers les airs en espérant y voir l’homme un jour. Assez désuet, pour une femme comme la sienne mais, il ne fallait pas détruire les rêves des hommes… Alors, lorsque Monsieur Duca avait réussi à coller des ailes à l’un de ses fous, le mari de Magdalena avait été toute chose, tout excité par cette nouvelle invention. Oh, ses yeux avaient brillés, on ne pouvait pas passer à côté.

Voyant que son collègue se ramollissait, la veuve passa une main au travers des barreaux et alla taper la joue du chapelier, comme pour le réveiller. Derrière elle, le garde c’était redressé. Ses yeux, durs et impénétrables, c’étaient posés sur la visiteuse. Il avait l’impression qu’il y aurait chamaillerie et bataille. Ce n’était pas la première fois qu’une femme venait pleurer son existence sur un homme en prison, n’est-ce pas ? Néanmoins, il demeura à sa place. L’instinct de survie qui avait parlé, au fond de son esprit pitoyable, peut être.

« Ressaisissez-vous, Vasile ! »

Sans tendresse ni délicatesse, Magdalena le fixait, dure. Elle en venait presque à croire que le manque de thé le déprimait, le rendait tout raplaplat. Bref, c’était une calomnie à voir. Un esprit si brillant dans une cellule si… sale. Son sourire s’estompa l’espace d’un instant. Pourquoi enfermait-on toujours les génies ? Emprisonnés par l’éthique et les mœurs. Ses doigts glissèrent le long des barreaux de la cellule avant de retomber contre la longue jupe de la scientifique. La conversation, hors d’un laboratoire, entre ces deux-là se faisait difficilement.

« Il y a… quelque chose chez ce Duc qui ne va pas. En apparence, il semble avoir atteint l’apogée des valeurs judéo-chrétiennes. Cependant, il se doit d’avoir un malus. Je crois que nous pouvons nous vanter, et ce, avec confiance, de l’authenticité de notre esprit extraordinaire. »

Pouvait-on être aussi prétentieux ? Aux yeux du monde, les deux inventeurs n’étaient que des fous. Ils n’étaient pas ce grands Duc connu et reconnu, que deux rats qui trainaient dans le monde douteux de la science.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Vasile Duca

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Mer 17 Juil - 4:41
La gifle, qui n'avait pas manqué de le surprendre, avait au moins eu le mérite de le sortir de son état misérable. Il braqua un regard accusateur vers sa comparse rouquine, ne prenant même pas la peine de frotter sa joue qui prenait déjà quelques rougeurs. Il se contenta donc de la regarder, le visage piquant d'une très légère douleur, les bras le long de son corps mince.

" ... Je sais que la douceur ne fait pas partie de vos compétences... Mais nul besoin de frapper si fort, j'étais déjà réveillé ! "

Il approcha de nouveau son visage des barreaux, comme s'il espérait s'y fondre et ainsi sortir de sa cellule. Il ricana en voyant du coin de l’œil le garde hésitant sur l'attitude à adopter.

" Étonnant comme même l'Espagnol le plus primaire aura comprit qu'il était inutile d'essayer de vous ennuyer, Magdalena. "

Il affichait un sourire de joker, ravi de voir que le garde semblait mal à l'aise en présence des deux scientifiques. Enfin. Il allait avoir tout le temps de rire de cet idiot de soldat plus tard. Vasile reporta ses yeux pâles sur sa collègue, son sourire s'effaçant petit à petit.

" Ce Juan est un poison. Il nous empoisonne par ses idioties. Comment peut-il se prétendre scientifique si l'audace l'effraie ? "

Il prit une pause et se mit à rire à nouveau, moqueur. Il glissa à nouveau un regard condescendant vers le garde qui ne semblait pas perdre une miette de l'échange entre les deux comparses.

" Magdalena, sincèrement. Imaginez vous nos Androïdes Roumains se fondre dans la population Espagnole ? Je ne donne pas une année à ce Pays pour sombrer. Sans maîtres, ils n'en feront qu'à leur tête. Ils se croiront libres jusqu'à ce que leur mécanique se dérègle. Alors, sans Chapelier pour les aider, ils perdront le peu de tête qui leur restait. "

Il s'éloigna des barreaux, pouffant de rire comme s'il entendait une bonne blague.

" Je pense, en effet, que les Espagnols ne réalisent pas notre génie pour nous traiter de la sorte. Traiter avec tant de légèreté nos sublimes créations. Ha... Ils en pâtiront bien plus que moi, finalement. Quel dommage, je ne serais même pas là pour assister à leur chute. "

Il ne comptait pas non plus moisir dans cette cellule décatie très longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Magdalena Korzha

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Dim 4 Aoû - 16:38
Ce que Vasile pouvait être douillet, tout de même ! Sa comparse scientifique ne l’avait pas frappé si fort. Son collègue étant de faible constitution, il aurait tôt fait de s’effondrer au sol sous la force d’une simple et délicate gifle. Le commentaire suivant concernant le garde de la prison arracha à la veuve un sourire narquois. Tous les deux, à sourire comme des diables, avait du glacer le sang au pauvre garde qui n’avait rien demandé. Pour ponctuer l’horreur de la scène, Magdalena tourna lentement sa tête vers le primate espagnol. Ses yeux bleus brillaient de malice et, pour la pauvre victime, de cruauté et de haine, sans doute. Heureusement pour lui, le plus meurtrier des deux scientifiques était celui qui se trouvait derrière les barreaux, hélas, l’imprévisible hystérique était toujours en liberté…

« Ce n’est pas un scientifique, c’est un homme d’affaire. »

Ce que Vasile et Magdalena n’étaient pas. La commercialisation et la vente se situaient hors de leur domaine de prédilection. Démunis d’entregent et de toute capacité de socialisation, ils préféraient laisser leurs inventions entre les mains blanches de leur Reine Rouge adorée. Le chapelier souleva la question de la citoyenneté des androïdes en Espagne et Magdalena ne fit rien mis à part lever les yeux au ciel. La veuve n’était pas très douée en politique. Elle savait ce qu’il y avait à savoir mais son absence d’empathie ainsi que son désintéressement l’empêchait de comprendre toutes ces connaissances accumulées.

« Leur mécanique qui se dérègle est le plus gros des soucis. En dehors de vous et moi, qui peut les réparer ? Les espagnols ne sauraient même pas activer un courant électrique. »

Ses mains gantées glissèrent le long des barreaux jusqu’à les lâcher. Ennuyée par le garde, la jeune Viorica revint vers sa mère et serra entre ses petits doigts la grande robe de celle-ci. Sans jeu et confinée dans une prison délabrée, l’ennui faisait vite surface. Peu désireuse de déranger sa mère ainsi que son collègue dans leur grande conversation sur les androïdes, elle garda le silence et ne s’agita pas trop.

« À cause de vous notre départ est retardé. Si tout cela ne tenait qu’à moi, je vous ferais sortir de force. »

Elle regarda à nouveau le garde et sourit. L’homme fut décontenancé et ne put comprendre les paroles de celle qui se moquait de lui en roumain.

« Ces hommes ne m'effraient pas, et ils n’ont pas l’air très forts. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Vasile Duca

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Ven 11 Oct - 22:53
Droit comme un piquet devant la porte de sa cellule, Vasile avait croisé ses mains dans son dos, hochant la tête d'un air entendu. Ce Pays allait sombrer sous la masse d'androïdes. Sombrer corps et biens. Quelque part, qu'il en soit la cause plus ou moins indirecte était une satisfaction pour l'inventeur plutôt revanchard.

" Personne ne saurait assurer la gestion de leur mécanique. Ce que nous avons mit au point, ils n'auraient même pas le quart de l'esprit nécessaire pour le comprendre, tous ces fous... Quand je pense à ces choses grandioses qu'il nous reste à accomplir, tandis que je suis cloitré ici... "

Le Chapelier pensait évidemment à Orphée, mais aussi à ces nouvelles prothèses promises par la veuve Korzha, leurs futurs travaux communs qui promettaient de nouvelles avancées dans la technique de l'androïde...

Quand ils devisaient ainsi de leur science, Magdalena et Vasile pouvaient parler des heures durant. Mais l'œil absent du prisonnier s'égarait de nouveau sur un point contre le mur... Derrière ses barreaux. Puis vers la poupée aux allures d'androïde que tenait Viorica entre ses petites pattes. Pourquoi était-ce aux androïdes d'être libres pendant que LUI devait rester enfermé ? Quelle injustice, vraiment ! Stoïque, le Chapelier dévisageait Magdalena.

" Je suis, en effet, surpris de la faiblesse de leurs gardes. " Encore une fois, il tordait son cou pour observer le pauvre soldat qui baragouinait quelque chose en Espagnol, afin que l'inventeur s'éloigne des barreaux. " Ou bien ils ne me prennent pas au sérieux, ou bien toute leur armée se résume à des avortons. Sans doute que celui-ci ne vous opposerait même pas de résistance si vous vous décidiez à me faire sortir. "

Le savant s'assit alors sur sa banquette, le dos bien droit, les mains sur les genoux. Puis il leva son visage vers la grande dame rousse, un air de connivence brillant au fond de ses prunelles.

" Maintenant, reste à savoir si nous attendons là, en bon Roumains bien élevés, que la Reine Roscat daigne nous envoyer quelqu'un... Ou bien si nous activons le rythme à notre manière....? "

"Notre" se référait alors surtout à la manière de... Magdalena. Un sourire espiègle étira les lèvres pâles de l'inventeur. Pour une fois dans l'histoire de leur collaboration, la force de sa collègue n'allait - peut-être - pas se retourner contre sa personne.

Mais hey... Pouvait-on décemment laisser l'un des esprits les plus brillants de Roumanie enfermé plus longtemps...?

La suite par ici
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Magdalena Korzha

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Jeu 14 Nov - 21:26
Les deux savants vivaient en marge de la société, se terrant dans leur laboratoire respectif.  Entre eux, ils pouvaient se livrer leurs découvertes, parler de petits secrets de science mais, hors de ce duo de fous, ils n’avaient personne à qui livrer leur génie.  Donc personne qui ne connaisse la mécanique des androïdes mieux que Vasile Duca, ou les composantes électriques mieux que Magdalena Korzha.  Fuir les menait inévitablement à leur perte et qui sait si, un jour, il croiserait à nouveau les deux scientifiques et que ceux-ci accepteraient de les réparer ?  

« …Ou ils me mettraient en prison avec vous. »

Ce qui ne plairait pas à l’inventeur, oh non !  S’évader, comme elle ne cessait de se le répéter, serait un jeu d’enfants.  Même Viorica saurait suivre la cadence, et pourtant, celle-ci était facilement distraite par le moindre papillon qui passait par-là.  Magdalena prit le temps d’y réfléchir, de froncer les sourcils en imaginant les conséquences de ses actes si elle faisait exploser la cellule, là, maintenant.  Un soupir s’échappa de ses lèvres roses puis elle déglutit.  Des problèmes et encore des problèmes !  Pesant mentalement la balance, la veuve Korzha lâcha les barreaux de la prison et s’éloigna de quelques pas.  

« Si je vous fais sortir d’ici, non seulement je risque de me retrouver avec vous, mais nous ne pourrons plus revoir l’Espagne et, de plus, sa Majesté Roscat… »

Magdalena écarquilla les yeux.  La réputation de la Reine de la Roumanie n’était plus à faire.  Femme intransigeante, elle ne permettrait pas que les deux plus intelligents gueux de son pays aillent semer le trouble ailleurs.  Si elle pouvait les supporter lorsqu’ils créaient des scandales au sein de ses frontières, dans un autre pays ça n’était pas le cas.  

La veuve replaça sur sa tête son chapeau qui la cachait du puissant soleil espagnol et se tourna vers son enfant, qu’elle attriqua au passage.  Elle s’apprêtait à partir, à quitter le pauvre Chapelier.  Fou comme il était, il n’aurait aucun problème à s’occuper !  Agiter son esprit, le tortiller dans tous les sens pour trouver la réponse aux fondements et aux questionnements de l’univers.  Magdalena allait l’aider un peu.  

« Un jour, vous vous retrouverez en Enfer, devant épreuves.  Si vous dites une vérité, l’on vous noiera, et si vous dites un mensonge, vous serez brulé vif.  Qu’allez-vous dire pour affronter ni l’une ni l’autre de ces épreuves ?  Pensez-y, cela vous occupera.  Au revoir, Monsieur Duca. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Année 0002] I've been left Tealess !   Aujourd'hui à 1:06
Revenir en haut Aller en bas
 

[Année 0002] I've been left Tealess !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contes Défaits :: L'Europe :: Espagne-
saigoseizon Cabaret du Lost Paradise bouton partenariat